Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Avant-propos

Marianne Doury et Sophie Moirand

Texte intégral

1On assiste depuis quelque temps en France à une double explosion de la notion d’argumentation : d’un côté, une forte extension des interrogations théoriques autour des relations entre argumentation, rhétorique et discours ; d’un autre, un accord quasi unanime sur une place à faire à l’argumentation dans l’analyse de données empiriques les plus diverses (les annonces publicitaires et les textes promotionnels, le discours politique et le discours scientifique, les débats médiatiques et les conversations ordinaires, le théâtre et la littérature, etc.).

  • 1 Voir par exemple les textes de J.-M. Adam et de J.-B. Grize dans Adam, J.-M., Grize, J.-B. et Ali (...)

2Les recherches qui se réclament de l’argumentation essaient de définir ainsi un champ en soi, un champ à part entière, particulier et autonome. Mais l’unité de ce champ s’avère d’emblée problématique, en raison de la variété des disciplines connexes qui rencontrent sur le chemin de leurs recherches des faits qui relèvent de l’argumentation, sans que celle-ci soit forcément au centre des théories ou des méthodologies propres à ces disciplines : il en est ainsi de l’analyse du discours et de la linguistique textuelle1, des sciences de la communication et de l’information, et des sciences cognitives dans leurs relations au langage humain et aux langues naturelles. Sans parler des domaines d’application, tels l’enseignement (par le biais des formes et le prisme des connecteurs), le marketing ou la communication politique (par le biais de l’influence sur l’autre et la force de la persuasion), etc.

3Ainsi, si dans certains positionnements théoriques (auxquels on se limitera ici), l’argumentation est centrale, au cœur donc des interrogations et des réflexions entreprises, dans d’autres, elle est présente comme une des composantes majeures du fonctionnement du langage humain : dans les théories pragmatiques comme dans les approches textuelles, dans les problématiques énonciatives comme dans les perspectives cognitives d’interprétation des textes. Et s’il n’existe pas de champ unitaire de l’argumentation, il existe en revanche un ensemble de travaux théoriques qui reflètent des positions fortes, originales, stimulantes, et qui sont à l’origine de nombreux travaux depuis une trentaine d’années environ dans le domaine francophone.

  • 2 Cette journée a été organisée par Marianne Doury (Laboratoire Communication et politique du CNRS) (...)

4C’est donc à des fins de confrontation de positionnements liés plus ou moins centralement à l’argumentation que nous avons décidé de consacrer un colloque international le 24 mars 2003 à l’Institut universitaire de France à Paris2. Il s’agissait, pour nous, de réunir quelques-uns des spécialistes français et étrangers de ce domaine, de renommée internationale, et de leur demander d’expliciter leurs choix théoriques et les orientations qui en découlent. Ce sont ces positionnements théoriques que l’on propose au lecteur de confronter ici. Ce petit ouvrage, qui réunit les contributions écrites des participants invités à cette Journée scientifique internationale, constitue de ce fait à la fois une introduction aux travaux des spécialistes ici rassemblés (les bibliographies ont été conçues à cet effet), et une base de réflexion sur le champ de l’argumentation, dans son autonomie et en relation avec d’autres domaines connexes.

5Cette confrontation met en évidence deux caractéristiques a priori contradictoires du champ de l’argumentation. En premier lieu, quoique centrées sur la dimension cognitivo-langagière de l’argumentation (au détriment des approches sociologique, philosophique ou communicationnelle, par exemple), les contributions ici réunies illustrent des positionnements théoriques et méthodologiques divers, parfois même incompatibles, au point qu’elles conduisent à s’interroger sur l’existence d’un paradigme des recherches en argumentation. Pourtant, une lecture plus attentive des sept textes montre l’existence de questions communes qui traversent et structurent ces réflexions, aussi variées que soient les réponses que les uns et les autres apportent.

6C’est le cas par exemple de la place à accorder au cadre historique fondateur des études en argumentation : la rhétorique. Qu’Aristote soit mentionné nommément dans près de la moitié des interventions, et plus largement, que chaque auteur choisisse de se positionner par rapport à l’héritage de l’ancienne rhétorique – que ce soit pour s’en réclamer ou s’en distancier – témoigne de l’existence d’un fonds commun d’une culture européenne, qui contribue à structurer les recherches en argumentation.

7En particulier, l’héritage rhétorique rend difficilement contournable la question de l’articulation entre argumentation et persuasion. Cette relation, souvent encore non questionnée, et reprise respectueusement comme une relique « hors discussion » de l’ancienne rhétorique, est aujourd’hui légitimement problématisée, ou même contestée (voir dans ce volume les articles de J.-B. Grize, F.H. van Eemeren et P. Houtlosser, C. Plantin, ou, pour l’option la plus radicale, O. Ducrot) : au-delà de la tendance trop fréquente à proposer une association immédiate et systématique entre argumentation et persuasion, on trouve ici des tentatives de « médier » cette relation en la renvoyant à des mécanismes interactionnels propres au face-à-face polémique, à des régimes de rationalité spécifiques, ou à des catégories rhétoriques traditionnelles ; on peut penser en particulier à la notion d’ethos, dont certains suggèrent ici qu’elle peut prendre le relais de la revendication de rationalité traditionnellement assumée par le logos lorsqu’elle construit l’image d’un orateur soumis aux exigences de la rationalité argumentative, et assure ainsi la recevabilité d’un discours dans un contexte culturel sensible à l’affichage de l’adhésion de chacun à un idéal de « raison ».

8On notera enfin que la présence, dans ce volume, de contributions restituant la profondeur historique des recherches en argumentation permet d’inscrire la réflexion contemporaine dans une continuité faite de ruptures ponctuelles, mais aussi de phénomènes de « boucles » et de retournements auxquels la mise en relation avec des conjonctures historiques et politiques spécifiques permet de conférer une forme d’intelligibilité.

9En ouverture, O. Ducrot et J.-B. Grize, qui, dès les années 1970, ont été à l’origine du renouveau de la réflexion sur l’argumentation, et de sa re-légitimation comme objet d’étude, dans le domaine francophone, font une large part, dans leurs contributions, à des mises en place terminologiques, traduisant des positionnements théoriques originaux.

10O. Ducrot, s’appuyant sur sa théorie de l’argumentation dans la langue, maintient ici une distinction radicale entre deux sens de la notion d’argumentation, opposant l’argumentation linguistique à l’argumentation rhétorique ; loin de se contenter de dire que la seconde ne se réduit pas à la première – thèse généralement admise –, O. Ducrot pose même une absence de relation privilégiée entre ces deux conceptions de l’argumentation, la première, inscrite dans le système linguistique, ne rencontrant qu’à l’occasion, et indirectement, la seconde, qui mobilise des procédés de discours visant un effet persuasif.

  • 3 Grize, J.-B., Logique naturelle et communications, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, (...)

11J.-B. Grize, de son côté, développe une conception de l’argumentation en tant qu’activité essentiellement discursive faite d’énoncés et non pas, comme la démonstration, de propositions, et donc « toujours personnalisée en ce sens qu’elle est destinée à des auditoires situés et que, au-delà de la définition des termes dont elle use, elle renvoie aux vécus des interlocuteurs. Elle vise à les persuader et pas seulement à les convaincre »3. J.-B. Grize dresse ici les contours d’une grille conceptuelle visant à mettre en place un certain nombre d’oppositions déterminantes pour la réflexion sur l’argumentation : il oppose ainsi une logique vue comme un système, mettant en jeu des mécanismes de calcul portant sur des concepts caractérisés par leur fonction unique de dénotation (une telle logique-système met en jeu des opérations de déduction, une série ordonnée de déductions constituant une démonstration) et une logique vue comme un procès, relevant d’opérations de discours portant sur des notions susceptibles de dénoter aussi bien que de désigner (une telle logique procès étant alors associée à des opérations d’inférence) ; le point de vue de la logique naturelle construite par J.-B. Grize en appelle aux pré-construits culturels partagés par les interlocuteurs, ainsi qu’aux représentations que le locuteur se fait de son interlocuteur, de lui-même et de ce dont il parle.

12F.H. van Eemeren et P. Houtlosser s’attachent à une présentation systématique de la pragma-dialectique, modèle au croisement de la pragmatique par son inscription dans la théorie des actes de langage, et de la dialectique par son interrogation sur les critères de rationalité de l’argumentation. Ce modèle fait l’objet d’une longue présentation, rendue nécessaire parce que les travaux de l’École d’Amsterdam restent encore méconnus en France, alors qu’ils sont largement répandus en Europe du Nord et dans les pays anglo-saxons. Outre un rappel historique de son origine, et des précisions sur les fondements théoriques du modèle et sur ses dernières évolutions, les auteurs s’attachent actuellement à réconcilier la perspective dialectique (centrée sur un idéal de rationalité) et la perspective rhétorique (gouvernée par un objectif d’efficacité). Ils proposent pour cela la notion d’ajustement stratégique, qui cherche à rendre compte des procédés argumentatifs (comme la conciliatio) mobilisés par les locuteurs soucieux de concilier ce double objectif rhétorique et dialectique. Enfin, les projets actuels, en particulier l’attention portée aux traits linguistiques du discours argumentatif, mettent en évidence l’existence de fortes convergences entre l’approche pragma-dialectique et certaines préoccupations récurrentes des recherches actuelles sur l’argumentation dans l’espace francophone.

13Avec la contribution de J.-M. Adam, on aborde une argumentation intégrée dans un modèle global visant à rendre compte des formes élémentaires de textualisation. J.-M. Adam s’en tient ici à une présentation détaillée des notions de séquence et de phrase périodique argumentatives, ce qui l’amène à « discuter » le schéma classique d’argumentation de S.E. Toulmin, tel qu’il a été revu par J.-B. Grize et commenté par C. Plantin, et finalement retravaillé par lui-même : c’est ainsi qu’il le complexifie et qu’il aboutit à un schéma de la séquence argumentative prototypique, qui fait une place conséquente à la contre-argumentation. Il exemplifie ses propos en appliquant ce schéma à des argumentations empruntées à la presse écrite et au monde politique.

  • 4 Vignaux, G., 1999, L’argumentation. Du discours à la pensée, Paris, Hatier, p. 5.

14G. Vignaux pose qu’argumentation et discours sont co-extensifs, au point que pour lui, « parler, c’est d’abord discourir et discourir, c’est argumenter »4. Dans la continuité des travaux de J.-B. Grize, il s’attache à identifier les logiques naturelles de l’argumentation, et les opérations logico-discursives qu’elles mettent en jeu, en dépassant l’ordre du discours pour accéder à sa dimension cognitive. Il distingue ainsi opérations cognitives, opérations de langage et opérations argumentatives, ces dernières étant le vecteur privilégié de l’argumentation. Il définit par ailleurs cinq types de relations susceptibles d’articuler les notions entre elles dans un texte ou une collection de textes (relations de définition et redéfinition, de composition, d’association, de développement/conséquence, d’opposition), et propose d’en illustrer le fonctionnement à travers l’évocation d’un vaste corpus de textes de biologie expérimentale du XIXe siècle, dont la pleine compréhension nécessite de saisir les enjeux argumentatifs qui les traversent.

15Les contributions de C. Plantin et G. Declercq rendent compte toutes deux, bien que différemment, de la profondeur historique du champ des études de l’argumentation.

16G. Declercq retrace l’itinéraire qui l’a fait dialoguer entre deux pôles de modélisation des pratiques argumentatives : la rhétorique classique et la nouvelle rhétorique, entre l’entreprise de Perelman et les linguistiques pragmatiques– notamment la théorie développée par O. Ducrot. Il propose un parcours méthodologique dicté par la nature de l’objet d’étude qu’il s’est donné : une lecture pragmatique, linguistique et rhétorique d’un texte comme une tragédie de Racine. Il montre notamment en quoi la prise en considération de la formation rhétorique de Jean Racine aide à comprendre la pratique fictionnelle de l’argumentation au sein de l’œuvre du dramaturge.

17Quant à C. Plantin, il esquisse une histoire des idées contemporaines sur l’argumentation. À travers l’observation de la place des études argumentatives, il met en évidence les phases successives de délégitimation et de réinvention que celles-ci ont rencontrées au fil des siècles. Il ancre chacune de ces évolutions dans un contexte historique et politique dont il montre bien que la réflexion rhétorique est partie prenante, tirant les bénéfices ou essuyant les revers de ses alliances conjoncturelles.

Notes

1 Voir par exemple les textes de J.-M. Adam et de J.-B. Grize dans Adam, J.-M., Grize, J.-B. et Ali Bouacha, A. (éds), Textes et discours, catégories pour l’analyse, Éditions Universitaires de Dijon, 2004.

2 Cette journée a été organisée par Marianne Doury (Laboratoire Communication et politique du CNRS) et Sophie Moirand (Équipe d’accueil Systèmes linguistiques, énonciation et discursivité, Centre de recherche sur les discours ordinaires et spécialisés, université Paris 3 – Sorbonne nouvelle), avec le soutien du Conseil scientifique de l’université Paris 3.

3 Grize, J.-B., Logique naturelle et communications, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, p. 26.

4 Vignaux, G., 1999, L’argumentation. Du discours à la pensée, Paris, Hatier, p. 5.

Auteurs

Docteur en sciences du langage de l’université Lumière – Lyon 2, et ses travaux s’inscrivent dans le domaine de l’argumentation : Le débat immobile, L’argumentation dans le débat médiatique sur les parasciences (Kimé, Paris, 1997). Chargée de recherches au CNRS, elle a travaillé dans le Groupe de recherches sur les interactions communicatives à Lyon, avant d’être détachée de 1998 à 2001 au Centre de recherches sur les discours ordinaires et spécialisés (cediscor) de l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle. Elle est actuellement chargée de recherches CNRS au Laboratoire Communication et politique à Paris, où elle poursuit des travaux sur l’argumentation, qui prennent en considération des données diversifiées, des conversations familières aux forums de discussion

Docteur en linguistique et docteur ès-lettres et sciences humaines de l’université de Besançon, est actuellement professeur à l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, où elle a créé en 1989 le Centre de recherches sur les discours ordinaires et spécialisés (cediscor), actuellement rattaché à l’Équipe d’accueil Systèmes linguistiques, énonciation et discursivité. Ses travaux, et ceux qu’elle dirige, portent sur le cadrage théorique d’une linguistique du discours, et les relations entre discours, histoire, mémoire et savoirs d’une part, entre discours, sciences, médias et société d’autre part ; ils s’emploient à analyser également des données empiriques diversifiées (discours médiatiques, discours de transmission de connaissances, discours de vulgarisation)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540