Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les prédiscours

 | 
Marie-Anne Paveau

Chapitre 5. Lignées discursives

Texte intégral

Les Tallensi ont un culte des ancêtres non parce qu’ils craignent les morts – en fait, ils ne les craignent pas – ni parce qu’ils croient à l’immortalité de l’âme – ils ne disposent pas d’une telle notion -mais parce que leur structure sociale l’exige.
M. Fortes, Œdipus and Job
On ne conçoit guère de société qui ne croiserait pas au lien horizontal du vivre ensemble le lien vertical de l’autorité des Anciens, selon un vieil adage qu’évoque Hannah Arendt : « Potestas in populo, auctoritas in senatu ».
P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli

1L’appel aux prédiscours peut avoir pour fonction d’élaborer et de conserver les liens avec les « prédécesseurs » selon le mot d’A. Schutz. C’est alors leur propriété de transmissibilité verticale qui est à l’œuvre, et d’elle dépend le maintien de l’organisation sociale ainsi qu’une partie des compétences discursives des sujets. Dans l’imaginaire linguistique des locuteurs, il existe en effet un certain nombre de lieux de mémoire, dotés d’« agents de transmission », qui semblent préexister aux productions discursives individuelles.

2Les sujets parlants s’en remettent à une mémoire de la langue, vue comme transcendante et autonome, comme en témoignent les figures de l’étymologisme, du lexicographisme et du lexicologisme, qui s’appuient sur une sorte de loi de la langue déposée dans des agents externes (dictionnaires, guides du français correct). Ils peuvent également s’en remettre à la mémoire discursive patrimoniale et faire appel aux prédiscours de la sagesse collective ou des auteurs canoniques, qui leur semblent garantir la transmission tant du passé que de la vérité. Dernier agent de transmission des lignées discursives examiné ici : le nom propre, véritable nom de mémoire dans lequel se sédimentent les valeurs associées aux événements, aux sentiments et aux savoirs partagés.

La mémoire de la langue

3J’appelle mémoire de la langue un « magasin de souvenirs » concernant le sens des mots, la propriété des expressions, la correction des tournures, etc., analogue, sur le plan descriptif, au trésor collectif et social que F. de Saussure oppose à la parole. Mais sur le plan fonctionnel, ce type de prédiscours se réfère plus à la langue des puristes qu’à celle des linguistes, et à la langue qu’à l’hyperlangue (Auroux 1997). Voici un exemple tiré du corpus École, qui porte sur le mot instituteur :

  • 1 Dans les débats sur l’école, le commentaire sur le mot instituteur est un « classique » du discour (...)

Le médiateur fondamental de l’institution scolaire est l’instituteur. La dévalorisation de ce nom aujourd’hui exprime l’indifférence sociale dominante pour ce qu’il est censé faire. De là résulte une double déstabilisation de la fonction médiatrice du maître d’école1.
ÉCO Coq 26

4La plupart du temps, la mémoire de la langue est en effet alléguée sur le plan lexical, pour défendre une valeur des mots qui serait mise en péril par leur utilisation « moderne » : il y aurait donc une dé-mémoire lexicale, à laquelle est opposée un « respect » du sens des mots inscrit dans la mémoire de la langue. Celle-ci est présenté comme un bien commun (propriété de collectivité des prédiscours) déposé dans la culture des sujets (propriété d’immatérialité).

5Les appels à la mémoire de la langue constituent un ensemble de pratiques linguistiques spontanées qui s’inscrivent dans le domaine très large du discours sur le discours, et qui relèvent de cette linguistique populaire définie au chapitre précédent. Mais de quelle langue s’agit-il ? Dans quelle langue le mot instituteur est-il revêtu de tous les beaux atours et glorieux halos que le locuteur semble lui prêter ? Il s’agit de cette « instance supra-humaine garante d’un supposé vrai sens des mots » (Nyckees 1999 : 142), de cette langue imaginaire que S. Auroux nomme « hypothèse de la langue » :

De manière générale, toutes les réductions de l’activité linguistique à un calcul [...] reposent sur ce qu’on pourrait appeler l’hypothèse de la langue : il y a une langue unique et homogène, intériorisée par tous les sujets parlants (cf. la compétence chomskyenne). [...] L’hypothèse de la langue est une contrainte plus forte que la conception structurale de la langue, qui propose simplement des restrictions sur l’ensemble des formes possibles [...].
(Auroux 1998 : 98)

6Cette image fantasmatique de la langue comme prédiscours unitaire est sans doute consubstantielle à la langue elle-même et constitue une nécessité psychologique collective : c’est une croyance nécessaire, une théorie populaire organisatrice de la vie sociale (propriété d’expérientialité des prédiscours). S. Auroux remarque que la modernité, comprise comme une généralisation des outils linguistiques, concrétise en quelque sorte cette hypothèse de la langue :

Nous touchons sans doute là l’un des problèmes les plus difficiles de la philosophie de la linguistique moderne. La standardisation dans les grands États – la généralisation de la communication, l’introduction de la scolarité, l’apparition des grammaires normatives recensant les procédures admises et des dictionnaires, sortes d’objets techniques (ou outils linguistiques) jouant le rôle de mémoire externe – donne une certaine consistance empirique à l’hypothèse de la langue. Mais cette rationalisation de la communication ne peut certainement pas être conçue comme révélant l’essence de l’activité linguistique.
(Auroux 1998 : 99)

7On y verra sans doute une explication à l’abondance de cet appel à la mémoire d’une langue imaginairement unifiée dans le corpus École, parallèlement à une dénonciation virulente des technologies linguistiques, informatiques et audiovisuelles.

8Mais finalement, quelle est la langue qui est réellement en usage dans la société parlante ? S. Auroux la définit comme une langue empirique circulant dans l’espace-temps d’une communauté, et propose le terme et le concept d’« hyperlangue » :

La langue empirique n’a pas d’existence autonome [...], elle existe dans des manifestations sonores ou scripturaires sans pouvoir s’y réduire, puisque la caractéristique d’un énoncé linguistique est justement de ne pas être simplement une vibration à l’air ambiant. Mais n’existent, dans certaines portions de l’espace-temps, que des sujets, dotés de certaines capacités linguistiques ou encore de « grammaires » (pas nécessairement identiques), entourés d’un monde et d’artefacts techniques, parmi lesquels figurent (parfois) des grammaires et des dictionnaires. Autrement dit l’espace-temps, par rapport à l’intercommunication humaine, n’est pas vide, il dispose d’une certaine structure que lui confèrent les objets et les sujets qui l’occupent. Appelons hyperlangue cet espace-temps ainsi structuré. [...] En tout état de cause elle est cette réalité ultime qui englobe et situe toute réalisation linguistique et limite concrètement toute innovation.
(Auroux 1998 : 115).

9L’appel à la mémoire de la langue suppose donc l’articulation de deux représentations de la langue dans les énoncés métalinguistiques : au sein des pratiques de l’hyperlangue, un locuteur se réfère à la langue imaginaire. Allons plus loin : l’hyperlangue n’a sans doute d’existence que parce que les locuteurs l’articulent sur cette langue-mémoire (Guilhaumou, Maldidier 1994) qui constitue un prédiscours nécessaire.

10Le prédiscours de la langue s’inscrit dans trois figures d’appel à la mémoire. Par l’étymologisme, forme de philologie spontanée, les locuteurs se réfèrent à l’origine des mots où est censée reposer la vérité de leur sens ; par ce que je propose d’appeler lexicologisme, forme de lexicologie spontanée, les locuteurs produisent des commentaires en général critiques sur les rapports entre la forme et le sens des mots ; enfin par ce que je nomme lexicographisme, forme de lexicographie spontanée, les locuteurs proposent des définitions de certaines termes, qui sont de fait des redéfinitions de termes considérés comme dévoyés par les usages.

L’étymologisme ou l’autorité des mots primitifs

11« Car enfin, pourquoi cette vertu singulière, et d’où vient cette autorité sur nous des mots primitifs ? », se demande J. Paulhan dans La preuve par l’étymologie, petit pamphlet sans pitié pour les pratiques de ses contemporains (1988 [1953] : 77).

12Effectivement, la preuve étymologique fait partie des autorités les moins contestables. Le locus ab etymologia est un des lieux de la rhétorique dont la rentabilité argumentative est la plus grande, comme le signale F. Goyet : « [...] toute étymologie est par elle-même un argument, de façon très évidente : nul besoin d’invoquer Aristote pour comprendre que le recours à l’étymologie est la base, le ground, du “raisonnement” plus ou moins farfelu qu’on vous présente » (Goyet 1991 : 174).

13C. Julia en fait également un des modèles de glose de spécification du sens (« le modèle de la spécification diachronique ») qui possède à ses yeux une importante valeur « heuristique » et « argumentative » (2001 : 154 et 161). Elle parle à ce propos « d’archéologie linguistique », ce qui signale bien cette remontée au passé légitime de la langue qui me semble typique des manifestations « verticales » (c’est-à-dire généalogiques et mémorielles) des prédiscours. Rappeler l’origine des mots, c’est en effet rappeler quelque chose de l’ordre de la loi, loi de la langue commune à tous auquel l’interlocuteur, comme tous les usagers, ne peut que se soumettre. Il y a, par l’étymologisme, appel au bien commun lexical transmis et accepté au cours de l’histoire de la langue, transformée en mémoire autoritaire.

14Dans la preuve étymologique, ce sont donc les mots qui parlent et qui imposent leur vrai, beau et bon sens puisqu’il n’est pas du ressort des sujets de se livrer à des réformes sémantiques. C’est pourquoi l’étymologisme est aussi un argument (argumentum ab etymologia), dont F. Goyet souligne la dimension quasi sacrée : « [...] l’étymologie s’affirme comme sens essentiel, et surtout nous enferme dans le sentiment de sa vérité [...]. C’est une sorte de captatio benevolentiae, [une] panique [...] qui inhibe et pétrifie l’esprit à la manière justement d’un oracle ou d’un présage [...] » (Goyet 1991 : 176). Comme le souligne encore F. Goyet, il n’y a rien à répondre à l’étymologisme, « boîte de Pandore toujours pleine » qui puise sa richesse dans l’histoire évidente de la langue et dans une réflexivité parfaitement close, qu’épingle ainsi J. Paulhan : « Au surplus, le nom même nous l’apprend : étymologie, c’est etumos logos, le sens authentique. Ainsi l’étymologie nous renvoie à l’étymologie » (1988 [1953] : 12).

  • 2 En même temps il existe des formes « non cultivées » ou ordinaires d’étymologisme, relevant du jeu (...)

15C’est surtout le corpus École qui use et abuse de l’étymologisme ; je n’ai relevé qu’un seul exemple dans le corpus Armée et aucun dans le corpus Presse littéraire. Il y a essentiellement deux raisons à cela : d’abord l’étymologisme est une forme « cultivée » d’appel au prédiscours, puisqu’il repose sur un savoir minimal sur la langue et ses modes de formation2 ; ensuite il sert surtout à argumenter, et les corpus Armée et Presse littéraire relèvent plus de l’expression que de l’argumentation.

16L’étymologisme prend plusieurs formes : le rappel de l’origine latine, avec mention ou non du mot dans la langue d’origine (liste 1), la manipulation (au propre comme au figuré, on le verra) sur le mot français (liste 2) et la simple mention de l’existence de la preuve, souvent par le biais de l’expression au sens étymologique du terme (liste 3). J’en donne ici quelques exemples (pour un relevé plus complet voir Paveau 2002 et 2003a) :

1. Mention de l’origine latine
a. Évidemment, si le maître (magister et non dominus) ne possède pas bien sa discipline, la symbolique initiale disparaît et l’attention de l’élève (discipulus) se disperse : le maître doit être « intéressant ».
ÉCO Coutel 61
b. Le mot exercice n’existe plus, ou n’a plus de sens. Et pourtant, quel joli mot. Exercice : du latin – Exercere – mettre en mouvement. Qui met chacun en face de soi ; un travail qui fait chacun sortir de soi.
ÉCO Molinier 59
c. Parce qu’il [le contrôle continu] ne distingue pas suffisamment, en bonne méthode, l’exercice d’apprentissage de l’exercice d’évaluation, ce dont tout étudiant a besoin et surtout les étudiants plus appliqués qu’habiles. Au fond, je me suis toujours appuyée sur une étymologie latine, peut-être fictive, qui distinguerait l’exercitus, armée en ordre de marche, de l’examen, armée en ordre de bataille.
ÉCO Sallenave 109
d. La réflexion sur l’autorité pourrait s’appuyer sur la distinction que faisaient les Romains entre la « potestas » qui était le pouvoir légal et l’« autoritas » qui désignait l’ascendant du chef. En français, un seul mot est resté usité : il est donc porteur d’une grande ambiguïté. La richesse de ce mot ne se dévoile que quand on remonte à son étymologie : « autoritas » vient de « augeo » qui, par sa forme passive « auctum », veut dire « faire grandir ». L’autorité prend ainsi naturellement la suite de l’éducation [...]. Une notation exercée avec « autorité » permettra à chacun de grandir par la connaissance plus vraie qu’il aura de lui-même.
MIL 174 V CF

2. Manipulation sur le français
a. Il est alors inutile que les élèves s’étonnent que je passe tant de temps (plus de quatre heures) à leur expliquer « qu’un texte c’est un tissu, un objet fabriqué, le produit d’un travail... dont nous devons essayer de suivre le fil, à condition de l’attraper ».
ECO Molinier 71
b. L’élève est irréductible à un « apprenant », qui ne ferait qu’intérioriser un savoir tout fait : il se définit comme un être qui s’élève par l’effort personnel d’une démarche intellectuelle dont il s’enrichit, et que nul ne peut faire à sa place.
ÉCO Pena-Ruiz 112
c. S’informer et se former sont d’abord incompatibles : pour être soi, ne faut-il pas prendre du recul et de la hauteur (ce que dit le mot d’« élève ») ?
ÉCO Coutel 40

3. Rappel de l’existence de la preuve
a. Qu’il s’agisse de la réforme indispensable de l’enseignement public, ou de l’équilibre nécessaire entre école publique et école privée, la gauche est, au sens étymologique du terme, réactionnaire. Réactionnaire, parce qu’elle se croit à tort héritière d’une Histoire dont elle interprète le « sens » de façon complètement erronée.
ÉCO Lequiller 34

17Le prédiscours étymologique se promène donc entre exactitude philologique et approximation analogique (comme c’est le cas pour « l’élève qui s’élève »), mémoire de la langue à qui l’on demande de dire la vérité sur les discours. Comme le signale J. Paulhan, l’étymologisme est, en général, une falsification (vérité d’ordre relationnel et non logique) :

Bref l’étymologie ne jouit parmi nous que d’une réputation usurpée (dont il serait curieux de démêler la raison). Et la preuve par l’étymologie n’est pas moins trompeuse que l’illusion des grands mots. Il est imprudent de s’y fier, plus imprudent de fonder sur elle une rhétorique. Et je ne vois pas enfin que l’imitation doive offrir ici plus de garanties que l’inspiration.
(Paulhan 1988 [1953] : 102 ; ital. de l’auteur)

  • 3 Le « petit Martin » est l’un des principaux outils linguistiques de l’apprentissage du latin, bien (...)

18Pour quelle raison ? Sans doute parce qu’il s’agit d’une mémoire sans histoire, ou, comme le dit J.-P. Chauveau, d’une « histoire sans archive » : « Ce qui sépare au fond ces deux types d’étymologies [savante et populaire], ce sont sans doute les méthodes utilisées, mais beaucoup plus la disparité des moyens disponibles : les locuteurs cherchent à écrire l’histoire sans archives » (Chauveau 1991 : 61). Mais, avec ou sans archives, la preuve étymologique est dotée de la propriété de transmissibilité que j’ai attribuée aux prédiscours : que les résultats soient justes ou inexacts, le discours de l’étymologisme porte les traces des outils cognitifs, ici les outils linguistiques que sont les dictionnaires, étymologiques et historiques, ou encore les grammaires latines et autres « petits Martin3 ». Le savoir étymologique est mémoriellement transmissible par nature puisqu’il est présenté comme historique, et à la fois construit et communicable sur le mode de la cognition distribuée, puisqu’il s’appuie silencieusement sur les outils de la technologie discursive.

Le lexicologisme ou l’économie des échanges sémantiques

19Le lexicologisme se manifeste essentiellement, dans mes corpus, par des guillemets de rejet parfois accompagnés de rejet discursifs (« comme ils disent »), et de commentaires lexicologiques spontanés où les locuteurs discutent le sens des mots et surtout leur appropriation par rapport aux choses du monde.

20Les locuteurs allèguent donc tacitement les règles d’une économie des échanges sémantiques, relevant toujours de cette « hypothèse de la langue » décrite par S. Auroux, règles considérées la plupart du temps comme transgressées. Le lexicologisme relève donc, le plus souvent, du purisme, attitude subtilement coincée entre respect du bon usage et prescription stylistique, comme le signale L. Rosier :

Il se caractérise par une forte axiologisation performative (ce qui se dit, ce qui ne se dit pas) qui rejoint le bon usage et entend respecter une stricte économie des échanges linguistiques, où on évalue celui qui parle selon sa maîtrise de la langue, sous l’angle de la richesse lexicale et de la correction grammaticale.
(Rosier 2004 : 69 ; ital. de l’auteure)

21On reconnaît également dans ce phénomène la thèse aussi ancienne que doxique du langage dévoyé, c’est-à-dire égaré hors du vrai, beau et bon sens, celle des mots « qui ne veulent plus rien dire » et qui précipitent de fait la décadence des choses puisque dans cette conception, les premiers sont faits pour dire les secondes. Ce type d’activité lexicologique spontanée est particulièrement intense dans le corpus École, dans le camp des « Anciens », et quasiment tout le lexique « réformiste » tombe sous le coup de cette sanction lexicologique.

Le soulignement métadiscursif

22Phénomène de non-coïncidence du discours à lui-même selon J. Authier (1995 : 235-421), le rejet d’un segment (le plus souvent une unité lexicale) par guillemets et/ou commentaires du type « ce qu’on appelle » ou « comme on dit », ou encore par une formule de correction ironiquement feinte (du type « X, pardon, Y »), signale ici une non-coïncidence du discours à une conception du discours ancrée dans la normativité du prédiscours, celui de la langue elle-même. Les rejets du corpus École portent souvent sur les mots attribués aux réformateurs : pédagogie, apprenant, sciences de l’éducation, professionnalisation, formateurs... Exilés dans un ailleurs illégitime du discours, ils sont de fait estampillés d’une déviance par rapport à des normes prédiscursives partagées et dominantes. Quelques exemples entre mille :

1. Rejets typographiques : guillemets
a. La distinction entre les « savoirs savants » et les « savoirs scolaires » pourrait être considérée comme une des nombreuses curiosités qui fleurissent actuellement dans la novlangue de réformateurs.
ÉCO Jaffro-Rauzy 163
b. Sans parler de la confusion qui règne dans la terminologie. [...] Entre le repérage de « capacités », supposant elles-mêmes la maîtrise de « compétences » à leur tour détaillées en « composantes », il y a de quoi s’embrouiller.
ÉCO Morel 172
c. Dans ce contexte général, le jeunisme fait passer de la « transmission » à la « communication ». Or, pour communiquer, il n’est guère besoin d’école. [...] Le jeunisme est contemporain d’un tournant communicationnel de la société et de l’école.
ÉCO Coutel 39

2. Guillemets avec commentaires métadiscursifs
a. Si, de plus, la formation continue qu’ils reçoivent sous forme de stages durant leur carrière est à nouveau consacrée « au métier d’enseignant », comme on dit si complaisamment, et jamais au contenu des savoirs transmis, alors ils seront à n’en pas douter de mauvais professeurs, incapables d’enseigner complètement, avec clarté et distinction, les premiers éléments.
ÉCO Jaffro-Rauzy 45
b. Je ne suis pas sûr qu’il [le professeur Schwartz] aurait tenu les mêmes propos si sa carrière l’avait conduit à participer aux travaux de certaines unités de lettres – pardon, de sciences humaines – où cette activité ne constituerait souvent qu’un aimable divertissement suivant des propos qui m’ont été tenus ou rapportés.
ÉCO La Martinière 22

23Ces phénomènes de rejet participent d’une critique négative de la manière dont l’autre (dans les débats sur l’école : l’adversaire) formule le rapport entre les mots et les choses. Ils entrent en cela dans « un vaste ensemble de formes [qui] dénonce l’écart – erreur, mensonge... – entre les mots de l’autre et les choses, les manières de dire inadéquates ou masquant le réel » (Authier 1995 : 360 ; ital. de l’auteure).

Le commentaire lexicologique spontané

24Il s’agit d’énoncés formulant des commentaires critiques sur les emplois lexicaux du camp adverse. L’autre est accusé de se servir de la langue, une langue dévoyée, comme instrument de domination. L’exposé du processus est limpide dans l’exemple suivant :

[Question] Qu’appelez-vous « rhétorique du pédagogisme » ? [Réponse] C’est l’ensemble des processus par lesquels les pédagogues officiels, notamment Philippe Meirieu, parviennent à officialiser leur lexique, donc leur vision des institutions scolaires et de l’homme en général. [...] La langue des pédagogues est souvent répétitive, amnésique et autonymique (c’est-à-dire confondant le nom de la chose et la chose elle-même). [...] C’est à cette langue qu’il convient de résister. Les temps démocratiques sont par ailleurs favorables à ces langages qui font consensus sans explication. C’est la conséquence de l’égalitarisme, déviation de l’égalité. Les mots semblent vrais par le fait même qu’on les emploie !
ÉCO Coutel 13

25Ce type de commentaire repose sur une représentation idéale de la langue, soit une « bonne » langue, langue parfaite qui dit la vérité du monde ; représentation idéologique, évidemment, sur laquelle s’accrochent d’autres schémas prédiscursifs. Les commentaires lexicologiques spontanés dénoncent en fait une tentative d’imposition d’un « mauvais » sens des mots remplaçant le « bon », sur lequel s’appuie la langue de la vérité éducative : « Faire prendre les vessies pour des lanternes, changer peu à peu le sens des mots », comme le dit P. Rey (ECO Rey 14). C’est l’identité du sens à lui-même qui est alors menacée : avec le sens tel qu’il doit être, on est dans le même, dans cette collectivité appropriable et transmissible par l’individu. Modifier les mots de ce sens immuable et droit, déposé en prédiscours dans la culture d’une communauté, c’est mettre de l’autre, de l’étranger dans la langue.

Ce qu’il faut bien appeler : la loi de la langue

26Une tournure me semble particulièrement caractéristique de la manifestation langagière d’un prédiscours du sens orthodoxe ainsi que de l’adéquation entre forme et sens : l’expression ce qu’il faut bien appeler. Elle mentionne indirectement la loi de la langue, forme d’extérieur transcendant à la pratique langagière des sujets, sorte d’impératif catégorique inscrit dans le verbe falloir (qui a son sens plein d’obligation ici), renforcé par l’adverbe bien, amenant un sinon tacite mais parfaitement repérable et un peu menaçant (il faut bien, sinon...) :

– Pétain, en tout cas, n’est pas loin. À force de ne pas vouloir choisir, à force de prétendre qu’il n’y avait pas lieu de le faire, on en arrive ainsi à ce qu’il faut bien appeler un avilissement des esprits.
ÉCO Milner JC 141
– On voit ici une fois de plus que l’école unique aboutit à empêcher l’école de remplir sa vraie fonction. On l’avait constaté depuis longtemps dans les faits. Le CNP [Conseil national des programmes] va plus loin ; il veut inscrire la chose dans le droit et la rendre irréversible. Lui et les forces syndicales qui le soutiennent ont réussi cette prouesse de faire de l’État républicain le promoteur consentant – ou égaré – de ce qu’on ne doit pas hésiter à appeler un nouvel obscurantisme.
ÉCO Nemo 196 (ital. de l’auteur sur un nouvel obscurantisme)
– Dans cette évolution, qui passe par ce qu’il faut bien appeler des nouvelles formes de ségrégation raciale, le rôle de l’Etat a été déterminant.
MIL 178 III Lt

27Cette tournure n’est pas répertoriée par J. Authier qui dresse pourtant la liste exhaustive de tous les usages possibles de appeler dans son emploi méta-énonciatif (1995 : 107-109). Ils relèvent selon elle d’un « détour méta-énonciatif » qui a la caractéristique de passer sous silence le référent pour ne donner que « la représentation d’une nomination par X de ce référent » (1995 : 108). C’est le cas de ce qu’il faut bien appeler, mais la présence du déontique falloir renforcé par bien, confère me semble-t-il au fonctionnement décrit par J. Authier une particularité : dans ce qu’il faut bien appeler, le « dédoublement énonciatif de la modalité autonymique » est assorti d’une référence tacite à une autorité extérieure, à laquelle le sujet prétend se soumettre tout en étant l’agent volontaire de la nouvelle désignation. Dans « ce qu’il faut bien appeler l’avilissement des esprits » mentionné plus haut, le locuteur en appelle à l’ordre mémoriel de la langue pour signaler que le dit « avilissement des esprits » est une réalité objective à la construction de laquelle il est totalement étranger. Il y a donc quelque chose de l’ordre d’un objectivisme « de force industrielle », comme dirait D. Dennett, dans cette petite tournure.

Le lexicographisme ou le dictionnaire amoureux4

  • 4 Je fais allusion à une collection d’ouvrages publiée chez Plon. Le principe est de proposer des dé (...)

28J’appelle lexicographisme une définition lexicographique spontanée et subjective, construite en discours sans référence à un outil lexicographique ou à un appareillage théorique, mais prétendant en tenir lieu, et relevant d’une lexicographie populaire. Il s’agit souvent d’une restauration du sens prétendument dévoyé des mots, dénoncé par le lexicologisme (en ce sens lexicologisme et lexicographisme marchent souvent main dans la main). Le discours des locuteurs se construit à partir de cadres de savoir lexicographique et dictionnairique, et du cadre mi-générique mi-cognitif de la définition. L’enjeu est l’adéquation retrouvée des mots à la vérité du monde et la définition subjective produit de ce fait un effet d’objectivité. Cela veut dire que ce type de définition, présentant la relation entre le mot et la chose définie comme adéquate, suggère que cette adéquation est antérieure au discours : elle gît dans un prédiscours et ne demande qu’à être formulée en discours, ce que fait très bien la définition subjective.

29Même non subjective (j’hésite à parler de définition objective), toute définition possède une dimension « typisante » (selon Eggs 1994 : 114) : l’énoncé définitionnel repose en effet sur une « typisation » générale et collective, à laquelle le locuteur peut faire allusion explicitement (par exemple via la personne 4 dans la « Appelons culture... »), mais qui, la plupart du temps, est tacite, inscrite dans la forme même de l’énoncé définitionnel. La typisation fixe en quelque sorte un sens préconstruit et collectif dans une forme cognitivement et discursivement légitime :

Une définition est une formule qui exprime une ou plusieurs typisations devenues presque nécessaires. Dans ce cas, c’est une question d’habileté et d’utilité rhétorique de présenter son argumentation en évoquant implicitement la typisation respective ou d’interpeller argumentativement l’auditeur par une mention explicite de la « typisation définitive » comme dans le texte d’Aristote : « Les hommes déréglés – tout le monde en conviendrait – ne se contentent pas des faveurs d’une seule femme. »
(Eggs 1994 : 114)

30On a donc là un effet de prédiscours, très analogue à ce que P. Henry et M. Pêcheux décrivaient comme des effets de préconstruit (voir le chapitre 2).

31Les marqueurs de la définition subjective sont dans les corpus j’appelle ou appelons X (liste 1), X c’est ou X est (liste 2), X ce n’est pas, mais ou X n’est pas, mais (liste 3) :

1. J’appelle ou appelons X
a. Appelons « culture » ce processus par lequel j’apprends toujours ce que j’enseigne en m’efforçant de transmettre.
ÉCO Coutel 60
b. J’appelle pratiques scolaires l’ensemble désarticulé des enseignements dispensés aux élèves, enseignement volontairement mis en place par les technocrates de la « pédagogie managériale » pour interdire aux jeunes générations de penser, enseignements si segmentés, si peu liés aux conditions réelles des pratiques esthétiques, des révolutions technologiques ou des découvertes scientifiques, qu’ils rendent absolument incompréhensibles et inintelligibles toute accession au sens de l’expérience, au sens de l’histoire, au sens de la connaissance rationnelle comme au sens de la langue.
ÉCO Molinier 26

2. X est ou X, C’est
a. Notre langue française est une vieille dame aux charmes surannés et séduisants et ne sait pas toujours s’adapter aux situations nouvelles. MIL 136 II Col
b. La mission principale de notre condition de soldat est avant tout la défense de notre pays, mais nous avons aussi à ce titre le devoir de transmettre nos valeurs de discipline, de sens civique et de respect de l’autre aux générations qui feront demain l’économie, l’industrie, l’art français...
MIL 147 V LV
c. Commander, c’est assumer la responsabilité d’une mission et des hommes qui la mèneront à bien.
MIL 156 VII Lt

3. X ce n’est pas, c’est ou X ce n’est pas, mais
a. Défendre la France ce n’est pas s’occuper que de l’extérieur, c’est aussi, surtout en ce moment, s’intéresser à l’intérieur.
MIL 153 XII Cdt
b. Ce n’est pas un lycée, mais plutôt une sorte de couvent laïque où le couple « faute »/» bonne action » a damé le pion au couple faux/vrai. Ce n’est pas un lycée, mais plutôt une sorte de centre d’expérimentation où l’on fabrique les nouvelles figures humaines de demain. Ce n’est pas un lycée, mais un centre d’observation et de contrôle de la jeunesse, véritable panopticon de Bentham, revu par les spécialistes de l’informatique et de la psychologie modernes. Ce n’est pas un lycée, mais plutôt une sorte de caserne où l’on enrégimente des soldats pour conduire les guerres de l’avenir.
ÉCO Molinier 9

32On remarque sans peine que les formes se répartissent selon les corpus : j’appelle pour les auteurs des essais sur l’école (souvent des philosophes) et les différentes constructions avec le verbe être pour les militaires. Les emplois de c’est sont particulièrement intéressants car, comme le signale A. Rabatel, la forme possède une valeur universalisante. Dans son analyse des « valeurs représentative et énonciative du présentatif », il décrit ainsi ce type de fonctionnement :

Cette double mimésis de l’objet et du sujet confère à c’est un statut de marqueur existentiel élargi, et joue un rôle notable dans la construction de l’univers de discours, et des effets de croyance : elle s’appuie à la fois sur la valeur concrète de c’est, en relation avec l’ancrage déictique, et sur sa valeur généralisante, corrélée aux mises en relation anaphoriques et cataphoriques ainsi qu’avec les inférences qu’elles suscitent, alimentant les processus interprétatifs du lecteur.
(Rabatel 2000 : 70).

33Il est intéressant de constater l’existence de formes spécifiques pour les journalistes des suppléments littéraires. L’appel aux prédiscours est en effet construit par le biais de formes qui imposent un pré-accord à l’interlocuteur, comme en tant que X ou en X ou faisant se succéder plusieurs X en apposition (avec parfois une succession de reformulations). Dans ce dernier cas, c’est l’emploi de désignations ou pré-désignations légitimes qui semble amener la désignation suprême, c’est-à-dire écrivain :

1. En tant qu’écrivain, en écrivain (et variante)
a. [citation de l’auteur sur l’écriture] En tant qu’écrivain, qu’y a-t-il à ajouter ?
LIT L 28.02 IV Garcin
b. Claudel est écrivain et c’est en écrivain qu’il rend à ce monde (détenus, gardiens, familles) ce qui lui est dû : avec des mots.
LIT L 14.03 IV Claudel
c. [sur un livre écrit à la suite d’une évacuation des comptoirs d’Air France à Orly] Le consommateur-citoyen, étant écrivain, décide que le « retour-client » prendra la forme d’un livre. Mathieu Lindon est journaliste à Libération.
LIT L 06.03 IV Lindon
d. Philippe Rohr, 39 ans, tire jusqu’au bout, en moraliste très aiguisé, sur sa métaphore : la fin de l’amour comme art de la guerre.
L 11.04 IV Rohr

2. Pré-désignations légitimantes
a. Penseur, théoricien de la nature, transcendantaliste, il était aussi un marcheur infatigable. Cet intellectuel n’avait rien d’un poète à la mode romantique. [...] Cet observateur méticuleux et passionné de la nature décrit ce qu’il a vu, vécu, admiré et même craint [...], avec une telle verve qu’on ne sait plus si l’on est dans un roman d’aventures, derrière Jules Verne ou Fenimoore Cooper, ou dans un livre de voyages, un « travelogue » à l’anglaise, ou encore dans une échappée lyrique digne d’un Lamartine.
LIT M 01.03 II Thoreau
b. Traducteur reconnu [...] romancier plus confidentiel, Furlan s’essaie là à la nouvelle [...]. Fasciné par le mot, juste ou substitué [...] l’écrivain joue des regards, inverse les perspectives [...].
M 19.04 II Furlan
c. Sept romans publiés chez Gallimard entre 1954 et 1966 n’ont assuré aucune reconnaissance à Jean Forton [...] mais, en revanche, lui valent l’affection de lecteurs inconditionnels. Il est vrai que ce libraire bordelais ne fit jamais aucun effort pour se faire accepter par le milieu littéraire parisien [...]. Ce volume confirme que Jean Forton était un nouvelliste hors pair. [...] mais l’apparent cynisme était un masque de la pudeur chez cet écrivain.
M 19.04 II Forton

34L’enjeu dans la presse littéraire est la construction et la légitimation de la littérarité, tant celle de l’œuvre (« c’est de la littérature » vs « ce n’est pas de la littérature » ou « c’est de la para-, sous-littérature ou littérature mineure »), que celle de l’écrivain (c’est un écrivain vs ce n’est pas un écrivain). Mais les critères de littérarité ou de littérarisation (s’il s’agit d’un adoubement) ne sont jamais explicités. Le verdict passe donc par un processus prédiscursif tacite, dont on ne trouve en discours que le résultat, manifesté par les tournures mentionnées. Je reparlerai en conclusion de la pratique de l’évidence conniventielle dans le corpus Presse littéraire, mais on voit déjà que les locuteurs fonctionnent sur des cadres prédiscursifs plus tacitement admis qu’ailleurs, à tel point qu’il n’est quasiment pas besoin d’y faire appel.

La mémoire des anciens : l’énonciation patrimoniale

35Je parle d’énonciation patrimoniale, en employant un adjectif qui n’a a priori rien de linguistique, pour désigner un ensemble de formes langagières qui ont en commun de constituer des héritages collectifs du passé pour un groupe, une culture, une civilisation, etc. (propriété de collectivité). Cette appellation vise à désigner des formes par lesquels les locuteurs allèguent explicitement des cadres antérieurs à dimension patrimoniale, cette dimension étant tacitement reconnue, selon la propriété d’immatérialité des prédiscours. Les locuteurs se posent alors comme les héritiers d’un bien discursif commun car transmis, qui de ce fait est alors constitué en patrimoine, et dont leur discours se charge de pérenniser l’existence (propriété de transmissibilité).

36Les prédiscours patrimoniaux se manifestent dans les corpus sous la forme de l’appel à la sagesse collective anonyme et l’appel à l’autorité des pères.

L’appel à la sagesse collective

37Je ne fais pas allusion ici à l’utilisation que les locuteurs peuvent faire des proverbes, dictons ou figements de toutes sortes pour appuyer ou illustrer le sens de leur propos. Mon objet n’est pas le contenu sémantique de la sagesse collective ni les formes linguistiques du figement. Mon objet, d’ordre sémantico-énonciatif, est le fait même que les locuteurs fassent appel à la sagesse collective, et que cet appel repose sur la prémisse du partage de savoirs antérieurs. « Comme la voix de la piété, la voix de la santé mentale semble à peu près la même quoi qu’elle dise ; ce que la simple sagesse a partout en commun est l’air exaspérant de simple sagesse avec lequel elle est émise » (Geertz 1986 [1983] : 108). C’est cet « air exaspérant » qui m’intéresse, parce qu’il est constitué de connivence assurée, de vérité évidente et d’anonymat partagé. La sagesse collective, qui n’a pas d’auteur ni histoire, est cependant inscrite dans la mémoire collective.

38Je trouve dans mes corpus différents types d’appel aux prédiscours de la sagesse collective :

1. Appel à des énoncés proverbiaux cités de manière vérifiable (parfois explicitement) comme appartenant au stock culturel
a. Et sauvegardons notre cohésion autour de notre fierté du métier des armes. Car « il vaut mieux cent moutons menés par un lion, que cent lions menés par un mouton » (proverbe arabe)...
MIL 173 VII Cbat
b. « C’est par la tête que pourrit le poisson », nous dit un proverbe chinois. Cette affirmation peut être interprétée de manière hiérarchique, et donne à penser qu’une société se dégrade avec ses élites.
ÉCO La Martinière 206

2. Appel à des énoncés proverbiaux cités de manière non vérifiable comme appartenant au stock culturel
a. « On peut tromper quelqu’un tout le temps, on peut tromper tout le monde un certain temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps ». Ajouterais-je que sans dialogue on peut aussi se tromper soi-même !
MIL 145 V Cap chef
b. Lorsque l’on veut éloigner un homme gênant mais de renom, la manière dite « élégante » veut qu’avec grande hypocrisie on l’honore et le loue avant de lui signifier son congé : « Homme public, si autour de toi soudain tes supérieurs s’agitent et te sourient, méfie-toi, le vent tourne... ».
MIL 177IVLt Co

3. Élaboration d’énoncés à forme proverbiale (binarité, atemporalité, rythme, paral-lélismes ou symétries, etc.)
a. Il serait trop long de les énumérer, de même que les droits sociaux qui depuis lors leur ont été adjoints, l’ensemble de ces droits s’appliquant, ainsi qu’il va sans dire, aux femmes et notamment aux mères. Certes, tout n’est pas parfait dans notre pays et il est plus facile de faire l’éloge de la vertu que de la pratiquer.
MIL 167 IX CGA
b. [sur le port de l’uniforme en service vs dans le civil] La culture du paradoxe est l’une des rares qui se rit des saisons.
MIL 141 VI Adj chef
c. Personne n’échappe aux passions basses : personne donc ne devrait trop se scandaliser d’en éprouver à l’occasion.
ÉCO Milner JC 27
d. On veut que l’école soit tout quand elle ne fait plus rien. ÉCO Jaffio 48
e. La philosophie, c’est le rêve profond des pédagogues.
ÉCO Rey 42

39Ces phénomènes constituent des manifestations langagières des prédiscours car ils sont dotés de leurs propriétés spécifiques : collectivité (marquée par l’anonymat), immatérialité (le partage culturel est tacite), transmissibilité (le figement permet la circulation des segments), expérientialité (fonction organisatrice des énoncés, nécessité anthropologique de l’appel aux ancêtres) et intersubjectivité (vérité de type relationnel et non logique).

L’appel aux pères

40Comme pour l’appel à la sagesse collective, c’est le fait sémantico-énonciatif de l’appel à des figures patrimoniales qui m’intéresse et non l’explicitation sémantique des références. Si les militaires mentionnent souvent Lyautey par exemple, c’est le fait qu’ils s’y réfèrent qui retient mon attention, et non les contenus de la référence. J’ai choisi ici d’examiner l’appel à des figures nommées par des anthroponymes, mais j’aurais pu aussi traiter le mythe du temps d’avant (ou mythe de la décadence), qui constitue aussi une modalité de l’énonciation patrimoniale (sur cette question voir Paveau 1997).

41Plusieurs procédés sont utilisés par les locuteurs pour construire leur discours sur l’appel aux prédiscours du patrimoine.

42La citation directe, indirecte ou narrativisée d’un locuteur reconnu comme patrimonial dans les savoirs partagés constitue une modalité fréquente. Je précise une nouvelle fois que le prédiscours n’est pas constitué par le contenu de la citation (qui ne possède pas la propriété d’immatérialité), mais par le fait énonciatif de la citation d’un auteur patrimonial. Ce n’est pas le discours rapporté qui m’occupe ici, mais le dispositif culturel qui le rend possible. Les exemples sont très nombreux, dans les corpus École et Armée. Le corpus Presse littéraire mentionne les pères mais ne les cite pas, pour des raisons techniques, le discours rapporté étant plutôt consacré aux ouvrages examinés. Chaque communauté a ses pères d’élection :

1. Corpus École : Aristote, Renan, Jules Ferry, Hugo
a. « L’homme a naturellement la passion de connaître » disait Aristote ; mais quelle odieuse entreprise a pu rendre toute une génération insensible à la rigueur de la poésie comme aux charmes des mathématiques ?
ÉCO Molinier 34
b. En d’autres temps, Renan affirmait que la bataille de Sadowa, qui a donné naissance à l’Allemagne moderne, avait été gagnée par les instituteurs prussiens.
ÉCO La Martinière 7
c. Le collège devrait, d’une part, assurer des bases culturelles communes à tous les jeunes d’une génération. Il a pour fonction officielle d’être l’école de tous, le creuset d’une unité sociale, bref une superécole à la Jules Ferry.
ÉCO Coq 97
d. Laissons le sociologisme de comptoir, version « moderne » du racisme biologique, laissons les sociologues du bon sens, et leurs pensées paresseuses, aux vestiaires. Flics de la pensée, lisez donc Les Misérables.
ÉCO Molinier 68

2. Corpus Armée : Saint-Exupéry, De Gaulle, Lyautey
a. Serait-ce la fin du panache tant espéré [les garnisons de l’est]. Il n’en est rien. Notre idéal en sort renforcé. Saint-Exupéry disait : « L’homme est homme lorsqu’il se mesure avec l’obstacle ».
MIL 130 X Lt
b. Un débat aux « Dossiers de l’écran » a révélé la complexité de l’éthique militaire et la primauté des convictions personnelles, non mesurables avec la règle à calcul. Motivation d’un peuple et d’une armée dont l’importance primordiale fut soulignée par le général de Gaulle : « À travers l’histoire, l’armée française n’a jamais été puissante que par l’effet d’un idéal ». Par le Président Pompidou : « Toute défense nationale dépend du ressort moral qui anime un peuple ».
MIL 147 III Lt Co
c. Certes, comme l’exprime Lyautey dans « Le rôle social de l’officier », c’est moins une question de temps que d’état d’esprit : « Il s’agit de décupler l’efficacité de tous ces petits moyens très vulgaires du service journalier en y faisant circuler l’esprit de vie, de foi passionnée en la grandeur de l’œuvre à accomplir ».
MIL 139 II CB

43Un cas particulier de la citation d’auteur, repérée uniquement dans le corpus Armée, consiste en une citation sans identification de la source, qui ne figure pas dans le contexte général gauche ou droit de la « libre réflexion » ou de l’article. Les auteurs (non) cités ici sont des « stars » de la culture militaire des officiers français, et les deux phrases qui suivent se sont proverbialisées dans le milieu militaire (dans l’ordre J. Bodin et C. von Clausewitz) :

  • 5 On peut lire la même citation, mais avec son auteur, dans une « libre réflexion » antérieure : « “ (...)

- « Il n’est de richesse que d’hommes ». Avons-nous aujourd’hui la ressource en personnels, en quantité et en qualité suffisantes, pour remplir notre mission ?5
MIL 160 X Lt Co
- Si « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens », une césure intellectuelle ne saurait exister, cela n’excluant nullement la subordination du militaire au politique.
MIL 175 XLV

44Dans le corpus Presse littéraire, c’est la mention d’un écrivain reconnu ou présenté comme patrimonial dans les savoirs partagés qui est privilégiée, cette mention servant de critère de littérarité pour l’ouvrage recensé :

3. Corpus Presse littéraire : Verne, Cooper, Lamartine, Robbe-Grillet, Flaubert
a. Cet observateur méticuleux et passionné de la nature décrit ce qu’il a vu, vécu, admiré et même craint [...], avec une telle verve qu’on ne sait plus si l’on est dans un roman d’aventures, derrière Jules Verne ou Fenimoore Cooper, ou dans un livre de voyages, un « travelogue » à l’anglaise, ou encore dans une échappée lyrique digne d’un Lamartine.
LIT M 01.03 II Thoreau
b. Ça commence comme une parodie de Robbe-Grillet jeune, ça péripète sur du Salammbô fouetté en chantilly et ça se termine très sobrement eu égard à l’épilepsie adjectivale et archaïsante qui convulse ce sixième roman.
LIT L 07.03 V Laurrent

45L’appel aux cadres prédiscursifs collectifs, s’il permet d’organiser l’expérience des sujets (propriété d’expérientialité), autorise également les contraintes idéologiques et les impositions doctrinaires. Dans l’ensemble des trois corpus, on repère aisément un stock de « bons pères », références récurrentes car obligées qui participent du formatage des discours. On est alors bien près de ce que H.-P. Jeudy appelle la « machinerie patrimoniale », qui régule et oriente la mémoire au lieu de favoriser sa circulation :

Tant que le patrimoine concernait l’histoire traditionnelle des églises et des châteaux, il laissait toute mémoire libre de ses retranchements et de ses retours. Dès le moment où il a investi la vie sociale dans son ensemble, il a fini par imposer un cadre sémantique préalable aux manifestations de la mémoire individuelle. Et surtout, il semble bien avoir liquidé la connivence implicite qui animait et fondait la mémoire collective.
(Jeudy 2001 : 31)

46En même temps, les anthroponymes mentionnés jusqu’à présent comme références patrimoniales, parce qu’ils sont des noms propres, ne se laissent pas si facilement que cela réduire à des supports idéologiques. Il y a en effet dans le nom propre d’importants possibles sémantiques qui en font de véritables noms de mémoire.

Les noms de mémoire : usages discursifs du nom propre

47Le nom propre (désormais Np) me semble tenir une place importante parmi les éléments qui contribuent à l’établissement des lignées discursives. Je voudrais en présenter ici une approche spécifiquement discursive, c’est-à-dire située dans les contextes théoriques et épistémologiques de l’analyse du discours. Cela veut dire ne pas se contenter des contextes phrastiques et textuels, mais convoquer les dimensions sociologique, anthropologique, historique et, pour moi, cognitive du sens pour rendre compte du fonctionnement du Np en discours. Formulé de façon plus polémique, cela signifie dépasser une linguistique restreinte ou une analyse du discours « grammaticalisée », selon l’expression de J.-J. Courtine, qui ne permettent pas de travailler la production discursive comme un véritable phénomène socio-cognitif.

48Pour traiter cette question, je sortirai de mes trois corpus habituels pour proposer des exemples tirés d’autres lieux de discours.

Le nom propre et ses sens : un désignateur flasque ?

  • 6 « On voit que le problème des rapports entre noms propres et noms communs n’est pas celui du rappo (...)

49La « signifiance » du Np (Siblot 1987), posée dès 1962 par C. Lévi-Strauss dans La pensée sauvage6, notion qui est parfois en discussion en sémantique et en syntaxe (pour une synthèse, voir Leroy 2004), est pour moi un axiome de départ. Si ce n’était pas le cas en effet, alors M. Proust n’aurait jamais décrit des toponymes ainsi surchargés de désir :

Mais bientôt, comme ces phénomènes naturels dont notre confort ou notre santé ne peuvent tirer qu’un bénéfice accidentel et assez mince jusqu’au jour où la science s’empare d’eux, et, les produisant à volonté, remet en nos mains la possibilité de leur apparition, soustraite à la tutelle et dispensée de l’agrément du hasard, de même la production de ces rêves d’Atlantique et d’Italie cessa d’être soumise uniquement aux changements des saisons et du temps. Je n’eus besoin pour les faire renaître que de prononcer ces noms : Balbec, Venise, Florence, dans l’intérieur desquels avait fini par s’accumuler le désir que m’avaient inspiré les lieux qu’ils désignaient. Même au printemps, trouver dans un livre le nom de Balbec suffisait à réveiller en moi le désir des tempêtes et du gothique normand ; même par un jour de tempête, le nom de Florence ou de Venise me donnait le désir du soleil, des lys, du palais des Doges et de Sainte-Marie-des-Fleurs.
(Proust 1954 [1913] : 457)

  • 7 La linguistique du Np aurait tout à gagner d’une discussion approfondie avec l’onomastique, comme (...)

50La lecture émotionnelle des noms propres par l’auteur de La recherche ne relève pas seulement d’une onomastique littéraire qui serait insuffisamment rigoureuse pour une analyse scientifique7. L’épaisseur psychologique et sentimentale que M. Proust confère à Venise et Balbec, comme il la donnera plus loin au « nom de Parme » et au « nom de Gilberte », fait l’objet dans Du côté de chez Swann d’une théorisation spontanée bien utile à qui souhaite éclaircir la signifiance des noms propres. Alors que les théories sémantico-logiques, certes en perte de vitesse dans les approches contemporaines du Np, mais encore bien présentes dans les appréhensions immédiates, suggèrent qu’il est vide de sens (car il désigne de manière autonymique l’individu porteur du nom) ou chargé de la signification la plus particularisante (car il désigne un individu unique), l’approche de M. Proust le charge de « connaissance », de « notions » et de « mémoire » (1954 [1913] : 466). Le fonctionnement en discours du Np, sa place dans les structures sociales, dans les débats idéologiques, dans les guerres territoriales, dans les joies ou les souffrances quotidiennes, prouvent que l’approche de M. Proust n’est pas dépourvue d’exactitude scientifique : le nom propre serait plutôt un « désignateur flasque », pour reprendre un terme de l’épistémologie des sciences.

  • 8 Expressions repérées dans la presse en août 2005, la première qualifiant une cité lacustre au Béni (...)

51Cette propriété semble être actuellement au cœur des débats sur le Np modifié, c’est-à-dire actualisé par un déterminant qui lui permet de perdre son unicité référentielle (pour une synthèse voir Leroy (dir.) 2005). La question du sens du Np reste cependant marginale dans cette approche, la modification étant envisagée, dans le cadre de l’antonomase, de la métonymie ou de la métaphore, sous les angles de la construction syntaxique et de l’aptitude référentielle. Mon objet ici n’est pas le Np et ses sens dans des tournures comme « la Venise africaine » ou « le Woodstock catholique8 », mais le(s) sens du Np en emploi non modifié. Je voudrais expliquer comment un réseau de significations et de valeurs émerge d’énoncés comme ceux proposés par G. Cislaru dans sa thèse sur les noms de pays, par exemple :

– Le guide Myanmar, c’est-à-dire Birmanie, vient de paraître en français.
(Le Monde, 04.12.93, corpus Cislaru 2005b : 452)
– Le gouverneur de Carinthie s’est lui aussi manifesté avec vigueur, s’indignant que ses partenaires européens veuillent analyser la situation en Autriche, qui n’est pas « le Rwanda ».
(Le Monde, 03.07.00, corpus Cislaru 2005b : 473-474 ; abrégé par nous)
– Après la Croatie, la Bosnie, le Kosovo, une nouvelle crise est désormais ouverte dans ce qui reste de la Yougoslavie : celle du Monténégro.
(Le Monde, 26.07.00, corpus Cislaru 2005b : 484)

52À l’évidence les Np ne se contentent pas d’une dénomination géographique dans ces exemples et il faut donc admettre que le sens du Np n’emprunte pas une voie unique, stable et systématisable (celle des CNS par exemple), mais qu’il se fraie des chemins complexes, contingents et parfois originaux, à travers la culture, l’identité, l’affect, le symbole et la mémoire. Le sens du Np n’est donc pas seulement issu d’une nomination simple, considérée comme un étiquetage technique. Comme le signalent S. Leroy et P. Siblot, « la parfaite correspondance entre l’individu considéré dans sa singularité et son nom propre, correspondance dont l’exclusivité fonde la notion de “désignateur rigide”, reste une vue de l’esprit » (Leroy et Siblot 2000 : 91). Ils détaillent leur position comme suit :

Le Np a bien une signifiance dont les particularités le distinguent du Nc. Mais l’antonomase témoigne, par son existence même, d’une continuité et des possibilités de passage d’un domaine à l’autre. Aussi la spécificité du « mode de désignation » du Np ne paraît-elle pas suffisante à le maintenir, comme la tradition le veut, dans une catégorie radicalement séparée du Nc.
À défaut d’être stabilisées, répertoriées, analysables « en langue », les productions de sens du Np peuvent être observées en discours, comme nomination en acte. Acte de parole dans lequel le locuteur exprime un « point de vue » sur l’être nommé, et par lequel il prend du même coup position envers d’autres locuteurs, avec lesquels il entre en relation dialogique.
L’actualisation discursive du Np en fonctionnement antonomastique s’opère dans un tissu de relations cotextuelles et contextuelles dont on commence, dans une perspective dynamique d’analyse de la production de sens, à observer les formes de réalisation.
(Leroy et Siblot 2000 : 102)

53Ce « tissu de relations cotextuelles et contextuelles », n’est-ce pas celui que M. Proust décrit dans la section si heureusement intitulée « Noms de pays : le nom », du premier tome de la Recherche ?

  • 9 C’est-à-dire le Np vide de sens (Mill-Kripke), le Np riche de sens (Russell, Frege, Wittgenstein, (...)

54Le Np est donc un transporteur, un charrieur de valeurs et d’impressions (et l’on retrouve tout naturellement le sémantisme des mots voyageurs qui décrit chez S. Moirand les phénomènes de mémoire discursive). S’il est encore besoin de preuves de la signifiance du Np, M. Wilmet en donne une, historiquement située et psychologiquement frappante : « En répondant par ex. “Au Heysel” à “Comment Pierre fut-il blessé ?”, on prouve que le nom propre Heysel condense, au-delà d’un lieu (= à l’endroit appelé Heysel), le détail de la bousculade tragique qui s’y est déroulée le 29 mai 1985 » (Wilmet 2003 [1997] : 74). La définition du Np proposée par M. Wilmet constitue en effet un compromis entre les trois grandes options disponibles en linguistique9 :

En langue, le nom propre est un signe nanti d’un signifiant normal et d’un signifié disponible. Socrate, p. ex., s’annonce a priori apte à nommer un homme, un chien, une bière, un fromage, un restaurant, une cloche... Le passage de la langue au discours ou, en un mot, l’actualisation (Bally) connecte le signifiant du nom propre avec un référent R et mue p. ex. l’« objet du monde » virtuellement appelé Socrate (ou Platon ou Nestor...) en un objet effectivement appelé Socrate.
En discours, le nom propre, circonscrit à un réfèrent tel ou tel, reçoit a posteriori un sens discursif (p. ex. Socrate = « philosophe » et/ou « grec », « armateur », « phénicien », « fils de Sophronisque », « maître de Platon », « illettré », « roux », « moustachu »...). Son instabilité (« philosophe et/ou armateur », etc.) et sa répartition inégale (pour les uns, Socrate désigne un philosophe, pour les autres un corrupteur de la jeunesse, etc.) expliquent incidemment les phénomènes d’opacité et de transparence qui ont fait – et font – les délices des logiciens... et des linguistes. [...]
En résumé, la dénomination « R(éférent) appelé N(om) » élabore, si l’on veut, le noyau atomique de la signification du nom propre, autour duquel gravitent (tels des électrons) une constellation de sèmes ad libitum compressible ou dilatable.
(Wilmet 2003 [1997] : 75 et 76)

55Une fois admis le principe du Np porteur de sens en discours, il reste à se demander quelle est la forme de ce sens-là, autrement dit à définir le plus rigoureusement possible ce que M. Proust, puisqu’il est écrivain, peut choisir de décrire avec poésie.

Références, mémoires, énonciations. L’exemple du toponyme

56On peut parler avec C. Kerbrat-Orecchioni de « connotation associative, » notion ancienne désormais (1977 : 91 et ss.), mais toujours opératoire (M. Wilmet est également dans ce paradigme quand il parle des « halos positifs et négatifs » du Np) ; on peut aussi adopter la terminologie de la sémantique interprétative et mentionner les traits « afférents » et « non définitoires » des Np ; on peut rejoindre P. Siblot dans son analyse de la signifiance du Np et parler de ses « potentialités signifiantes » (Siblot 1987) ; on peut également évoquer son « hypersémanticité », terme proposé par U. Weinreich en 1963. Plus proches de ma perspective sont les « évocations symboliques » du Np mentionnées par P. Charaudeau (1992 : 25). Considérées comme des faits de discours, elles ont plusieurs caractéristiques : « elles sont le résultat des discours qui ont été construits, socialement ou individuellement », sur les référents des Np dans la réalité ; « elles peuvent perdurer dans le temps, se maintenir à plusieurs époques », entretenues par les circulations de la mémoire ; « elles peuvent être le résultat de discours collectifs [...] ou individuels » ; « elles peuvent provenir [...] de la sonorité même du mot » (1992 : 25 et 26). Ces « évocations symboliques » rejoignent ce que R. Barthes appelle « l’épaisseur sémantique » du Np, son « feuilleté » (Barthes 1972 [1967]).

57J’admets l’ensemble de ces désignations, mais je choisis pour ma part de nommer la signifiance du Np en tenant compte essentiellement de sa nature prédiscursive, ce qui me conduira à parler simplement de « noms de mémoire » et de « valeurs associées ».

58J’ai précisé au chapitre précédent la conception cognitivo-discursive qui est la mienne et je considère que le Np possède une signification située (au sens cognitif du terme) dans le temps et dans l’espace communicationnel : la position historico-énonciative du locuteur est un paramètre aussi important que la sédimentation mémorielle du Np lui-même, puisque, en cette matière, comme l’exemple de noms de rue de Berlin exposé par R. Robin le montre bien, le Np possède une sorte de sacralité.

59Je prends le cas des noms de pays, surtout quand les nations ou régions désignées sont lourdement chargés d’une histoire déposée dans les cadres prédiscursifs collectifs. Comme le précise G. Cislaru, les toponymes sont dotés de « capacités sémantico-référentielles spécifiques, souvent déterminées et enrichies par le contexte : les noms de pays renvoient à des savoirs encyclopédiques, à des événements, ou encore à des stéréotypes » (Cislaru 2005a : 113). Que signifie en effet faire la Corée ou faire le Viêt-Nam en dehors d’une interprétation très soigneusement située de ces toponymes ? Que signifient la Marne, l’Indochine, l’Algérie, le Biafra, la Bosnie, usages fréquents dans le discours militaire, si l’on ne met pas un peu d’histoire et de géographie dans l’analyse linguistique ? Selon les positions énonciatives, les sédimentations sémantiques ne seront pas les mêmes parce que le contenu historico-mémoriel sera différent. Le toponyme possède d’ailleurs un trait qui le rend apte à ces variations : il est, comme le dit G. Cislaru, « hétéroréférentiel », c’est-à-dire capable de désigner « autre chose que le pays [par] une référence complexe où des valeurs s’ajoutent au concept de /pays/ » (Cislaru 2005a : 114). Elle propose d’ailleurs le terme omnisignifiant pour décrire cette capacité, surtout repérée dans le discours de presse :

Dans le discours de presse – et parallèlement dans le discours quotidien – le nom de pays développe une particularité singulière : il peut cumuler et alterner des références hétérogènes et des fonctionnalités multiples ; il peut par exemple désigner un espace, un État ou une nation, une institution ou une équipe de foot.
(Cislaru 2005a : 115)

60C’est cette « omnisignifiance » qui permet au nom de pays de se comporter en nom d’événement, des occurrences comme la Marne, Verdun, le Heysel (mentionné plus haut par M. Wilmet) ou le Rwanda désignant alors à la fois les entités géographiques et les événements historiques, cette double désignation posant deux problèmes à la théorie du Np en discours : celui du rapport entre ses référents, non central pour ce qui m’occupe et travaillée par G. Cislaru (2005b), et celui, crucial pour une théorie des prédiscours, de l’identification de son référent, et partant, de son interprétation en discours. C’est au second que je m’intéresse ici.

  • 10 Dans le cadre idéal d’une histoire sans révisionnisme ni oubli systématique. Tous les exemples don (...)

61S’il est des noms de mémoire devenus des cadres sémantiques quasiment universels, comme Auschwitz, Oradour ou Verdun (qui songerait, en effet, à demander : « Auschwitz, c’est quoi ?10 »), car ils désignent des expériences humaines devenues des prototypes de l’extrême, d’autres en revanche posent des problèmes d’interprétation dus à leur contenu mémoriel. Voici trois exemples tirés du corpus École :

– S’il y a de nombreuses références allemandes, soit classiques (Brecht), soit contemporaines (Müller)... c’est pour une simple raison. Ces auteurs furent aux premières loges pour rappeler qu’ Auschwitz est le modèle de la culture occidentale, la nôtre.
ÉCO Molinier 12 (préface)
– Quand on joue avec les mots, on s’expose à fausser les consciences avec les perspectives et l’appréhension des réalités. J’approuve donc l’officier de gendarmerie qui, confronté à des étudiants limousins, les a obligés à visiter Oradour.
ÉCO La Martinière 204 (contexte de mai 1968)
– Si on parlait de Cardiff, si l’on disait aux gens, sans détours, demain l’école que vous avez aimée n’existera plus, et ces services publics auxquels, malgré tout, vous tenez, ne seront plus que l’ombre d’eux-mêmes – peut-être ils se réveilleraient.
ÉCO Rey 37

  • 11 Notons que les prototypes aussi ont une histoire : au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c’e (...)

62Les deux premiers Np sont, sans spécification descriptive, interprétables : Auschwitz, autrement dit l’expérience extrême de la barbarie moderne11, et Ora-dour, soit celle, plus spécifiquement française, du massacre (on remarque que cet emploi d’Oradour fait parfaitement coïncider le référent géographique et le référent historico-culturel). Mais Cardiff est plus opaque. À l’évidence, il ne s’agit pas de l’équipe de rugby et l’appel au contexte antérieur s’avère donc nécessaire (mais insuffisant) pour élucider « ce nom de Cardiff » : « Il est évidemment impossible d’avancer à visage découvert. De dire : “Je vais appliquer les accords de Cardiff”. Il faudrait d’abord parler de ces accords, que tout le monde ignore » (ÉCO Rey 36). On comprend alors que Gardiff appartient au paradigme des « accords de », avec Maastricht, Évian et Grenelle. Cependant une petite recherche historique, inutile pour Évian ou Grenelle (voir note précédente), m’est nécessaire pour « retrouver » le sens de Cardiff comme mot-événement (le traité européen de Cardiff de 1998 permet le désengagement de l’État dans les questions d’enseignement).

63J’en tire la conclusion d’une valeur fondamentalement située du Np dans ce type d’emploi, et d’une sorte d’insuffisance descriptive de cette forme. A. Krieg-Planque parle à ce propos d’« inintelligibilité » des événements, en donnant comme exemples Tiananmen, Furiani et Tchernobyl :

Les événements ont un nom, au sens d’un « nom-name » (par différence avec le « nom-noun »). Mais nous voyons ici que le fait que l’événement ait un nom n’implique pas obligatoirement que cet événement soit mis sous une description : « Tchernobyl » peut bien être le nom d’un événement, mais, conformément aux modes de sémantisation spécifiques qui caractérisent les noms propres, ce « nom-name » n’en indique en rien la nature. Dans la mesure où la description de l’événement assure pour partie son intelligibilité, on peut se demander si de telles dénominations ne conduisent pas à mettre en discours des événements inintelligibles, et notamment inintelligibles quant à leur causalité.
(Krieg-Planque 2006 à par.)

64À l’inverse, les dénominations d’événements avec toponymes peuvent recevoir des spécifications qui assurent leur intelligibilité et A. Krieg-Planque donne comme exemples « le génocide au Rwanda », « la purification ethnique en Bosnie », « la crise au Darfour », « la répression du Tibet », « la vague de violence en Côte d’ivoire » (2006 à par.).

65On ne peut donc que postuler un rôle important de la mémoire cognitivo-discursive pour la circulation (comme production-interprétation) de mots-événements sans spécification : ils s’inscrivent pleinement dans une lignée discursive qui les investit, en contexte, en culture et en mémoire, pourrait-on dire, de leur signifiance.

66Reprenons l’exemple du Rwanda. Il me semble que la construction du mot-événement le Rwanda commence pendant l’événement même puisque j’ai pu repérer dans la presse quotidienne française de juin à août 1994 les trois exemples suivants, tirés d’un rapport sur l’opération Turquoise (Paveau 1995) :

1. En décidant d’aller au Rwanda, tout en souhaitant s’y voir rejointe par divers contingents amis, le gouvernement amorce la grande révolution stratégique qui lui permettra un jour de faire la guerre par délégués militaires interposés.
J.-L. Dufour dans Le Figaro 24.06.1994
2. Le Rwanda, c’est l’enfer, la boucherie, il faut arrêter ça. Et qu’est-ce qu’on entend ? Les protestations des intellectuels et des humanitaires français [...]. Puisque encore une fois et malgré 500 000 morts on n’a pas compris qu’il faut intervenir avant les massacres, puisque encore une fois l’ONU démunie est incapable d’agir, que faut-il écouter ? L’appel muet des victimes ou les récriminations des professionnels de l’humanitaire qui, malgré leur dévouement et leur courage, ne sont jamais en mesure d’arrêter les guerres ?
C. Ockrent dans Infomatin 27.06.1994
3. [...] le Rwanda pourrait être un test sur la capacité d’action commune des Européens face aux drames africains présents ou à venir.
J. de La Guérivière dans Le Monde 01.07.1994

  • 12 L’exemple suivant proposé par G. Cislaru présente une version « achevée » de cette construction év (...)

67On remarque (à titre d’hypothèse, le phénomène demandant bien sûr à être confirmé par un traçage systématique dans l’ensemble du corpus) une évolution dans les différentes occurrences de le Rwanda : « intervenir au Rwanda » dans l’exemple 1 n’est déjà plus purement géographique puisque le sème contextuel de l’intervention militaire commence déjà à construire le Rwanda comme événement ; « le Rwanda, c’est l’enfer, la boucherie » confirme dans l’exemple 2 cette construction du fait de l’apposition qui rend les trois noms équivalents sur le plan de la catégorie de l’événement (le génocide) ; enfin l’emploi dans l’exemple 3, début juillet, est pleinement événementiel12.

68Dans la mémoire collective française (toujours avec cette réserve de la relativité des mémoires), le Rwanda figure auprès d’autres mots-événements cités plus hauts, dans le paradigme des événements notoires car marqués par de l’universel. Mais si, comme pour Cardiff vu plus haut, l’inscription dans un paradigme ne se fait pas (cette inscription étant à la mémoire ce que le figement est à la langue), alors la lignée discursive est interrompue et l’interprétation doit faire appel à une fouille discursivo-archéologique.

69L’inscription dans le paradigme mémoriel peut se matérialiser dans un figement lexical. Il existe en effet en français un certain nombre d’expressions répondant au modèle [c’est + Np] en tournure affirmative ou négative, qui témoignent de ce mécanisme. La liste peut en être dressée à partir de l’ouvrage de P. Louis, Du bruit dans Landerneau. Les noms propres dans le parler commun (Louis 1995) :

C’est l’Amérique, C’est la Bérézina, C’est Byzance, C’est Clochemerle, C’est Fort Knox, Ce n’est pas le Pérou, C’est Versailles, C’est Waterloo, C’est Woodstock.

70Le figement a ici deux propriétés intéressant directement le fonctionnement du nom de mémoire en discours.

  • 13 L’exemple est tiré d’un roman de G. Brisac : « Le taxi qui nous emportait vers le paradis était co (...)

71Premièrement, la position syntaxique du Np en construction prédicative le contraint à diffuser ses valeurs associées (d’une manière analogue à l’antonomase) : je veux dire que le Np en régime de présentatif, assigné à un autre référent que celui d’origine, active obligatoirement les valeurs associées déposées dans les cadres prédiscursifs, ce qui ne se produit pas forcément dans un emploi libre (Byzance, la Bérézina). Il existe d’ailleurs d’autres positions syntaxiques impliquant ce type de diffusion : L. Rosier signale que les constructions avec genre, espèce ou sorte suivies d’un nom propre (du type « une sorte de Schtroumpf13 ») font appel aux savoirs partagés. Ce sont « le bon vouloir de l’interlocuteur d’une part et le degré de connivence “clanique” des locuteurs d’autre part qui vont décider de l’interprétation, à partir d’une structure ambivalente du point de vue de l’analyse grammaticale et de la compréhension sémantique » (Rosier 2002 : 368).

  • 14 Biribi et Tataouine sont des bagnes militaires d’Afrique du Nord (Algérie et Tunisie) et des « lie (...)

72Deuxièmement, le figement fixe le sens de la locution, sens construit à partir des valeurs associées au Np, sans pour autant conserver la mémoire de l’événement lié au Np : nous n’avons pas besoin de connaître la retraite de Russie, ni le concert géant d’août 1969, ni même l’Amérique, pour utiliser ces expressions. La preuve en est certaines expressions inventées par l’Agrippine de C. Brétécher dans le premier tome de ses aventures publié en 1990 : « C’est Biribi ! c’est Tataouine ! », s’exclame-t-elle devant son bulletin scolaire, témoignant par ces mots... de la culture de sa créatrice14.

  • 15 Je n’ai pas abordé ici directement l’anthroponyme, bien arpenté par ailleurs, mais rarement sous l (...)

73Récapitulons les trois types d’emploi du Np comme mot-événement : l’inscription dans un paradigme (les génocides, les batailles, les accords diplomatiques) avec conservation de la mémoire de l’événement (le nom est alors intelligible, c’est le cas de le Rwanda), l’inscription dans un paradigme sans conservation de la mémoire (le nom est inintelligible ce qui est le cas, pour moi en tout cas, de Cardiff) et l’inscription dans un paradigme langagier par figement avec fixation du sens et conservation facultative de la mémoire de l’événement (cas de C’est la Bérézina)15.

Le nom propre Heu d’une mémoire cognitivo-discursive

74De ce fait le Np me semble ressortir pleinement d’un prédiscours, doté qu’il est des propriétés de collectivité (le Np signifie pour un groupe et ce sens est négocié dans le rapport entre les sujets et leur expérience du monde), d’immatérialité (la culture mémorielle est tacitement alléguée), de transmissibilité (la forme, parfois figée, du mot-événement est un agent de transmission), d’expérientialité (le Np organise notre expérience du monde en même temps qu’il contribue à maintenir la cohésion mémorielle d’un lexique), d’intersubjectivité (on peut presque remplacer ici le critère véri-relationnel par un critère véri-mémoriel) et de discursivité (mot-événement, formes figées, etc.).

75Une approche du Np comme nom de mémoire doit donc convoquer, dans les alentours de la linguistique du discours, l’histoire culturelle et l’histoire des mentalités, et doit s’appuyer sur une anthropologie du groupe. C’est la condition d’une linguistique discursive qui ne néglige pas la circulation des discours et qui prend soigneusement en compte la mémoire discursive, mais aussi les phénomènes de dé-mémoire (dé-baptême, détournement de sens et oubli) abordés au chapitre 3. G. Cislaru signale également cette nécessité lorsqu’elle déclare que

[...] dans les constellations référentielles qui font surface dans les sites discursifs, les occurrences de noms de pays sont axiologiquement marquées par une référence holistique qui fait du nom le pivot de l’événement. Le nom prend ainsi en charge des moments discursifs et des jugements relatifs à l’événement. Il dévoile ainsi une charge représentationnelle significative qui semble sous-tendre tout un réseau de relations cognitivo-discursives.
(Cislaru 2005b : 359)

  • 16 Le travail de G. Cislaru sur les noms de pays (2005b) représente à cet égard une avancée notable p (...)

76Le Np se trouve inscrit en effet dans un véritable réseau sémantico-culturel, inscription que lui permet cette fonction de « catalyse » proposée par R. Barthes dès 1967 : « Le Nom est en effet catalysable ; on peut le remplir, le dilater ; combler les interstices de son armature sémique d’une infinité de rajouts » (Barthes 1972 [1967] : 127 ; ital. de l’auteur). Ce type de fonctionnement est encore trop peu abordé en linguistique16 mais pris en compte d’assez longue date par l’anthropologie (Lévi-Strauss 1958, Zonabend 1977 et 1980) et l’histoire (Nora (dir.) 1984-1992). Les titres de certains chapitres des Lieux de mémoire, s’ils ne correspondent pas à des études linguistiques, n’en sont pas moins particulièrement emblématiques de la fonction mémorielle du Np toponymique, et il y a là un corpus qui n’attend que son analyste : « Reims, ville du sacre », « Une mémoire-frontière : l’Alsace », « Versailles, l’image du souverain », « Versailles, fonctions et légendes », « Verdun », « Vichy », « Port-Royal », « Lascaux », « Alésia », « Vézelay ».

77Les Np possèdent un fort pouvoir d’organisation mentale et culturelle, arrangeant les références des groupes au sein desquels ils circulent, et constituant de véritables pilotis culturels qui permettent la transmission de la mémoire et l’écriture de l’histoire du groupe, y compris dans ses dimensions légendaires. J. Molino, qui a dirigé un numéro très « anthropologique » de Langages sur les noms propres en 1982, défendait cette position : « Dans le réseau cognitif de chacun, affirme-t-il, les noms propres constituent les points fixes de l’organisation symbolique, c’est-à-dire en même temps de l’organisation mentale et de la structure du monde » (Molino 1982 : 19). Les analyses précédentes plaident pour que cette position soit tenue également par une analyse du discours préoccupée de la vie des discours dans leurs milieux naturels : la société, la culture et la mémoire.

Notes

1 Dans les débats sur l’école, le commentaire sur le mot instituteur est un « classique » du discours déploratoire : « Par leur nom même, les écoles normales primaires indiquaient que tel était leur souci. En supprimant le nom d’“instituteur”, les responsables actuels ont brouillé les pistes ; le mot “élémentaire” a lui-même quasiment disparu » (ÉCO Coutel 32).

2 En même temps il existe des formes « non cultivées » ou ordinaires d’étymologisme, relevant du jeu de mots. Dans La preuve par l’étymologie, J. Paulhan ne s’y trompe pas qui rapproche l’étymologisme du calembour. Un exemple de cet étymologisme-calembour ordinaire : « Ben non j’y vais pas [en cours], c’est facultatif, ça veut dire ça faculté », conversation de bus, réplique d’un étudiant, Amiens, novembre 2004.

3 Le « petit Martin » est l’un des principaux outils linguistiques de l’apprentissage du latin, bien connu des khâgneux et des étudiants de lettres classiques, établi d’après le Dictionnaire étymologique de la langue latine d’Ernoult et Meillet (son vrai nom : Martin F., 1976, Les mots latins, Paris, Hachette).

4 Je fais allusion à une collection d’ouvrages publiée chez Plon. Le principe est de proposer des définitions subjectives (c’est ce qui est signifié par le mot amoureux...) d’entrées subjectivement choisies par des auteurs objectivement connus du grand public. On peut lire ainsi le Dictionnaire amoureux de la justice de J. Vergès, le Dictionnaire amoureux de la cuisine d’A. Ducasse ou le Dictionnaire amoureux de la science de C. Allègre.

5 On peut lire la même citation, mais avec son auteur, dans une « libre réflexion » antérieure : « “Il n’est de richesse que d’hommes” disait Jean Bodin » (MIL 141 II Cne).

6 « On voit que le problème des rapports entre noms propres et noms communs n’est pas celui du rapport entre nomination et signification. On signifie toujours, que ce soit l’autre ou soi-même » (1962 : 220). Et plus loin : « Dans chaque système, par conséquent, les noms propres représentent des quanta de signification, au-dessous desquels on ne fait plus rien que montrer » (1962 : 258 ; ital. de l’auteur).

7 La linguistique du Np aurait tout à gagner d’une discussion approfondie avec l’onomastique, comme le propose par exemple Denis 2006 sur la lecture et le choix des Np dans le roman au XVIIe siècle.

8 Expressions repérées dans la presse en août 2005, la première qualifiant une cité lacustre au Bénin, et la seconde décrivant les Journées mondiales de la jeunesse à Cologne.

9 C’est-à-dire le Np vide de sens (Mill-Kripke), le Np riche de sens (Russell, Frege, Wittgenstein, Searle, Strawson) et le Np à sens nucléaire (Kleiber).

10 Dans le cadre idéal d’une histoire sans révisionnisme ni oubli systématique. Tous les exemples donnés ici et leurs analyses ont d’ailleurs pour arrière-plan la mémoire culturelle de l’auteure : en cette matière, la position participante du chercheur est immanquablement convoquée, puisque les lignées discursives dont je parle sont celles que je suppose exister dans les univers discursifs que je prétends connaître. Dans une perspective comparative (la comparaison reposant essentiellement, en ce qui concerne la mémoire, sur des critères d’âge), les résultats seraient un peu différents car les mots et les souvenirs voyageraient selon d’autres circuits.

11 Notons que les prototypes aussi ont une histoire : au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c’est plutôt Buchenwald qui constitue la désignation prototypique, et l’emploi antonomastique est fréquent jusque dans les années 1970 : un ou une Buchenwald désigne une personne d’une grande maigreur (témoignages oraux).

12 L’exemple suivant proposé par G. Cislaru présente une version « achevée » de cette construction événementielle : « Après de longues années d’autocensure sur la politique africaine de la France, considérée comme du “domaine réservé” du président, la création en 1999 d’une commission d’information sur le Rwanda est une initiative bien modeste » (Le Monde diplomatique, juillet 2000, cité dans Cislaru 2005b : 489).

13 L’exemple est tiré d’un roman de G. Brisac : « Le taxi qui nous emportait vers le paradis était conduit par une sorte de Schtroumpf rose coiffé d’un bonnet en laine multicolore d’où jaillissaient des buissons de cheveux noirs » (Rosier 2002 : 367).

14 Biribi et Tataouine sont des bagnes militaires d’Afrique du Nord (Algérie et Tunisie) et des « lieux de mémoire » du combat anarchiste et de l’antimilitarisme, comme en témoigne par exemple le roman de G. Darien intitulé Biribi.

15 Je n’ai pas abordé ici directement l’anthroponyme, bien arpenté par ailleurs, mais rarement sous l’angle de la mémoire et des valeurs associées. Le nom de Galilée est par exemple l’objet de plusieurs analyses très détaillées de M. Doury dans le cadre de « L’appel à Galilée » (1993 et 1997 chapitre 7 : 143-166). Mais la valeur argumentative du Np en lui-même n’est pas abordée. Il existe une étude programmatique restée sans suite, consacrée aux noms de Lénine, Mao Tsé Toung et Trotsky dans le n° 63 de la revue Mots consacré aux Np : « Au nom de l’ennemi : tactiques de la parole doctrinale dans le discours militaire français » (Périès 2000).

16 Le travail de G. Cislaru sur les noms de pays (2005b) représente à cet égard une avancée notable pour une sémantique véritablement discursive. La perspective de G. Achard-Bayle, qui ménage une place à la cognition sociale et culturelle, le conduit également à une conception anthropologique du Np proche de celle que je défends (2001).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540