Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les prédiscours

 | 
Marie-Anne Paveau

Chapitre 3. La mémoire en discours

Texte intégral

Les hommes avaient blasphémé la mémoire ; les muses leur ôtèrent ce don des dieux, afin qu’ils apprissent une bonne fois ce qu’on est sans son secours. [...] Chacun ayant oublié son idiome articulait des sons informes. C’était bien pis qu’à Babel, où chacun inventait sur-le-champ une langue nouvelle.
Voltaire, Aventure de la mémoire

  • 1 Le Goff J., 1977, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard ; Ricœur P., 2000, La mémoire, l’histoire, (...)
  • 2 A. Berrendonner appelle mémoire discursive, dans une perspective informationnelle, un ensemble de (...)

1La question de la mémoire est difficile à traiter en linguistique car elle ne se laisse pas définir ni circonscrire par l’une de ces paires antonymiques si pratiques en sciences humaines et sociales, comme histoire/mémoire, sur laquelle s’appuient fructueusement historiens et philosophes1. En effet, dans la langue et le discours, tout ne serait-il pas mémoire, finalement ? Mémoire lexicale du « trésor » de la langue traité et stocké au fil du temps, mémoire sémantique de tout sujet parlant, mémoire-compétence des structures syntaxiques (le terme de mémoire syntaxique est par exemple proposé dans Lafont, Gardès-Madray 1976 et Mejri 1997), mémoire immédiate des enchaînements textuels assurant la cohérence du discours, mémoire pragmatique des connaissances utiles au fonctionnement de l’interaction (« mémoire discursive » selon A. Berrendonner2), mémoire plus lointaine, sociale et idéologique, des répétitions et reformulations de discours antérieurs (« mémoire discursive » introduite en analyse du discours par J.-J. Courtine en 1981). Décrire la mémoire en termes linguistiques, ce serait donc presque, à la limite, décrire l’usage de la langue elle-même pour la production de discours historicisés.

2Mais la mémoire en discours dont il sera question ici ne se confond pas avec celle qui préside au seul usage de la langue : il s’agit d’une mémoire étroitement liée aux conditions sociales, historiques et cognitives de production des discours, aux données extradiscursives et surtout prédiscursives qui participent pleinement à l’élaboration, la production, la diffusion et la circulation des productions verbales de sujets situés. Il s’agit d’une mémoire collective, qui s’organise selon des « cadres sociaux » (Halbwachs 1994 [1925]) au sein desquels circule et se constitue tout à la fois l’identité individuelle des locuteurs. Cette mémoire n’est pas spontanée ou innée, elle n’est pas déposée comme un trésor bien gardé dans l’esprit individuel : postuler la collectivité de la mémoire, c’est adopter clairement une position anti-innéiste et prendre le parti de l’expérience et du contexte. Si le discours se construit en effet à partir de la mémoire des discours antérieurs et des paroles d’autrui, alors il ne relève pas de la compétence individuelle et intentionnelle des sujets parlants.

La notion de mémoire collective

  • 3 M. Halbwachs (1877-1945) est philosophe de formation, élève d’H. Bergson. Disciple d’É. Durkheim, (...)

3C’est au philosophe et sociologue M. Halbwachs3 que l’on doit la notion de mémoire collective, travaillée dans le cadre plus large de la psychologie collective, à une époque où il s’agissait de s’opposer aux conceptions individualistes de la psychologie proposées par C. Blondel (1934). Contre l’idée que le souvenir est individuel, M. Halbwachs montre que l’illusion de se souvenir par soi-même est due au caractère devenu insensible de l’influence du milieu social. Contre la thèse de la spontanéité naturelle, il défend celle de la rencontre, dans l’individu, de courants qui ont une réalité objective en dehors de lui.

La dimension constructiviste de la mémoire collective

4On a parfois perdu de vue que le travail sur la mémoire de M. Halbwachs part de sa thèse sur le monde ouvrier (La classe ouvrière et les niveaux de vie), considéré comme une « classe sans mémoire » qui possède cependant une mémoire de groupe, appelée mémoire collective : la mémoire ouvrière est double, mémoire de privation de sociabilité dans la vie de production et mémoire surcompensée dans la vie de consommation. Il en sort ce concept de mémoire collective, concept flou mais en même temps d’une grande rentabilité en sciences humaines, comme l’explique D. Candau :

Cette notion est floue et toutefois bien pratique. Floue, elle l’est tout autant que la notion de conscience collective (et, a fortiori, d’inconscient collectif), que le concept de mentalités en histoire, les théories d’identité culturelle collective ou que le fantasme d’une « âme du peuple » si on se réfère à la Volkskunde allemande. Elle est en fait aussi floue que toutes les rhétoriques communautaires, aussi ambiguë que toutes les conceptions holistes de la culture, des représentations, des comportements et des attitudes (dont on a un excellent exemple en sociologie avec la notion d’opinion publique). [...] La notion de mémoire collective est par ailleurs pratique, car on ne voit pas comment désigner autrement que par ce terme certaines formes de conscience du passé (ou d’inconscience dans le cas de l’oubli) apparemment partagées par un ensemble d’individus.
(Candau 1996 : 61)

5L’intérêt de ce concept en analyse du discours est sa dimension constructiviste. En effet, pour M. Halbwachs, la mémoire collective est reconstruction du passé en vue d’organiser le présent, et non restitution à l’identique d’un passé conservé. Ce constructivisme est très visible dans son ouvrage de 1941 sur la topographie des Évangiles en Terre sainte :

Si, comme nous le croyons, la mémoire collective est essentiellement une reconstruction du passé, si elle adapte l’image des faits anciens aux croyances et aux besoins spirituels du présent, la connaissance de ce qui était à l’origine est secondaire, sinon tout à fait inutile, puisque la réalité du passé n’est plus là, comme un modèle immuable auquel il faudrait se conformer.
(Halbwachs 1971 [1941] : 7)

6Cette dimension s’articule bien avec la position des analystes du discours sur les productions des locuteurs : les discours sont autant des images de la réalité que des constructions de cette même réalité, des « manières de faire des mondes » (Goodman 1992 [1978]). Le passé n’échappe pas à la règle : la mémoire du discours construit le passé en même temps qu’elle le restitue car toute restitution est reconstruction.

7Cet aspect constructiviste (ou, plus exactement, « reconstructiviste ») ressortit également à la synthèse entre individuel et collectif qui préside à l’élaboration des souvenirs collectifs. Dans son ouvrage posthume de 1950, où la notion de mémoire collective est remplacée par celle de « cadres sociaux de la mémoire », M. Halbwachs parle de « point de vue » pour définir cette synthèse : « Nous dirions volontiers que chaque mémoire individuelle est un point de vue sur la mémoire collective, que ce point de vue change selon la place que j’y occupe et que cette place elle-même change selon les relations que j’entretiens avec d’autres milieux » (Halbwachs [1997] 1950 : 94-95).

8La mémoire collective est donc constituée de mémoires plurielles et de schématisations primaires comme les mythes, aussi bien que de configurations individuelles.

9Outre la dimension individuelle de la mémoire collective, la question des « milieux » va infléchir la réflexion de M. Halbwachs sur la mémoire collective, qu’il distinguera de la mémoire sociale dans l’ouvrage de 1950 : la mémoire des ouvriers, en tant que groupe, est une mémoire collective ; mais la mémoire qui circule globalement dans la société, et qui possède des dimensions finalement plus culturelles que sociales, reçoit le nom de mémoire sociale. En ce sens, Les cadres sociaux de la mémoire propose une théorie plus globale et donc plus exacte de la mémoire collective dans une société, en insistant sur les cadres communs et non plus seulement les cadres groupaux.

10Il faut donc travailler sur deux paires conceptuelles : mémoire individuelle et collective, mémoire collective et sociale. Le partage entre mémoire individuelle et collective est supplanté dans Les cadres sociaux de la mémoire par une distinction entre mémoire collective et mémoire historique. Cette dernière est dotée d’extériorité et d’étrangéité, elle échappe à l’individu, qui ne se l’est pas appropriée, alors que la mémoire collective est décrite comme familière à l’individu, car elle résulte d’une familiarisation avec la mémoire historique par le truchement des ancêtres en particulier. P. Ricœur parle à ce propos de « lien transgénérationnel » :

Cette familiarisation consiste en un parcours initiatique, à travers les cercles concentriques que constituent le noyau familial, les camaraderies, les amitiés, les relations sociales des parents, et plus que tout, la découverte du passé historique par le truchement de la mémoire des ancêtres. Le lien transgénérationnel constitue à cet égard l’épine dorsale du chapitre « Mémoire collective et mémoire historique » : à travers la mémoire ancestrale transite la « rumeur confuse qui est comme le remous de l’histoire » (Halbwachs 1950 : 111).
(Ricœur 2000 : 513)

11La distinction entre mémoire collective et mémoire historique constitue alors une troisième paire conceptuelle à prendre en compte dans l’usage que l’analyse du discours peut faire des propositions de M. Halbwachs.

12Cette description théorique conduit donc à prendre en compte la mémoire collective comme mémoire plurielle articulant de l’individuel, mémoire groupale distincte d’une mémoire sociale plus large, et mémoire familière résultat d’une appropriation par les individus de la mémoire historique.

La communautarisation de l’expérience

13J’ai retracé au chapitre 1 la genèse de la notion d’intersubjectivité à partir de son élaboration en phénoménologie par E. Husserl et décrit la manière dont elle est utilisée en sciences du langage, en sémantique tout particulièrement, par B. Larsson et G. Kleiber.

14Cette notion doit être activée dans une réflexion sur la mémoire collective, dans la mesure où la transmission verticale de la mémoire ne peut se faire sans communication horizontale. La mémoire collective suppose alors une « communautarisation de l’expérience », que P. Ricœur décrit ainsi, à partir des Méditations cartésiennes, rappelant la constitution des fameuses « communautés intersubjectives supérieures » qui permettent la communautarisation sociale : « On ne rencontre certainement pas le mot de mémoire commune dans ce contexte élargi de la phénoménologie transcendantale, précise-t-il, mais il serait parfaitement en phase avec le concept de “mondes culturels”, entendu au sens de “mondes vécus concrets où vivent, passivement et activement, des communautés relativement ou absolument séparées” » (Ricœur 2000 : 143).

15Il est particulièrement intéressant, dans une réflexion d’ordre linguistique sur les partages de sens que suppose la mémoire collective, de s’appuyer sur les « communautés intersubjectives supérieures » formulées dans le cadre phénoménologique. Il ne faut pas pour autant mettre la communauté au-dessus de l’individualité et réduire la mémoire collective à un réservoir de traces communes à un groupe dans un contexte donné, mais trouver une solution conceptuelle pour justifier l’articulation entre individuel et collectif. V. Nyckees élabore, on l’a vu, la notion de « domaine de contrôle » de l’activité sémantique des sujets. Pour ma part je parlerai, dans ma définition des prédiscours, de co-élaboration entre l’individu et la société, dans la perspective de la cognition distribuée. Cette co-élaboration est tout particulièrement à l’œuvre dans la fabrication de la mémoire collective qui permet le développement des lignées discursives. De ce fait, le temps, celui de l’expérience humaine et de son histoire, est le paramètre fondamental d’une mémoire qui transmet des formes et contenus de discours.

La construction de l’expérience temporelle

16Pour M. Merleau-Ponty, l’histoire est « [...] une voix ensevelie qui n’avait jamais cessé de parler [...] » (1945 : 416), ce qui veut dire, quelques décennies d’ailleurs avant le linguistic turn des historiens, que l’histoire est essentiellement une parole, prononcée dans le cadre d’un discours. Position qui retient évidemment mon intérêt. M. Merleau-Ponty insiste d’ailleurs sur ce point de l’histoire au cœur de l’expérience humaine :

La conscience objective et scientifique du passé et des civilisations serait impossible si je n’avais avec eux, par l’intermédiaire de la société, de mon monde culturel et de leurs horizons, une communication au moins virtuelle, si la place de la république athénienne ou de l’empire romain ne se trouvait marquée quelque part aux confins de ma propre histoire, s’ils n’y étaient installés comme autant d’individus à connaître, indéterminés mais préexistants, si je ne trouvais dans ma vie les structures fondamentales de l’histoire.
(Merleau-Ponty 1945 : 415)

17La construction de la mémoire collective, et, partant, comme on le verra, de la mémoire discursive, est donc fondamentalement inscrite dans le déroulement de l’histoire, dans ce qu’A. Schutz appelle dans Phenomenology of the social world « le triple règne des prédécesseurs, des contemporains et des successeurs ».

18Il faut cependant, pour terminer cette présentation de la mémoire collective, revenir sur la distinction, faite par M. Halbwachs, entre mémoire collective et mémoire historique car elle aura des implications en analyse du discours. En effet, la mémoire collective est énonciativement identifiée, au sens où il s’agit de la transmission du discours des ancêtres ou prédécesseurs. À partir du moment où les origines de la transmission se perdent, alors elle devient anonyme, devient une mémoire historique. Le processus est ainsi décrit par P. Ricœur :

Adossé au récit des ancêtres, le lien de filiation vient se greffer sur l’immense arbre généalogique dont les racines se perdent dans le sol de l’histoire. Et, lorsqu’à son tour le récit des ancêtres retombe dans le silence, l’anonymat du lien générationnel l’emporte sur la dimension encore charnelle du lien de filiation. Ne reste plus alors que la notion abstraite de suite des générations : l’anonymat a fait basculer la mémoire vivante dans l’histoire. (Ricœur 2000 : 515)

  • 4 Deux séries d’exemples (la sélection est obligatoirement et subjectivement sélective vu la masse d (...)
  • 5 Journalistes, commentateurs ou citoyens israéliens ont souligné de manière très critique les emplo (...)

19On aperçoit sans peine la fécondité de cette distinction en analyse du discours : les formules, mots d’ordre et autres désignations héritées de la mémoire discursive, souvent travaillées par les analystes du discours4, finissent par perdre leur origine contrôlée et deviennent ces expressions voyageuses dont on ne sait jamais, à première vue en tout cas, ce qu’elles doivent à la transmission mémorielle ou à l’usage polémique. On a pu entendre ainsi, lors de l’évacuation des colons juifs des territoires occupés en août 2005, des énoncés où voyageaient, par un retournement polémique peu conforme à « l’éthique de la nomination » (Moirand et Porquier à par.) les noms de la Shoah5. Je reviendrai plus loin sur ces phénomènes de « dé-mémoire », selon le terme proposé par R. Robin.

La mémoire en analyse du discours

20Si la mémoire fait l’objet depuis l’Antiquité d’une réflexion continue, appuyée sur les métaphores devenues classique du « palais » (Saint Augustin), des plis de la feuille de papier (Descartes) ou du ploiement de la branche (Malebranche), c’est à J.-J. Courtine qu’il revient d’avoir intégré ce concept en analyse du discours, en considérant la mémoire à partir du langage :

Comment les sociétés se souviennent-elles ? Si on accepte l’idée [...] – que le langage est le tissu de la mémoire, c’est-à-dire sa modalité d’existence historique essentielle – qui ne voit qu’une telle question s’adresse directement aux sciences du langage ? Qu’elle réclame l’analyse des modes d’existence matériels, langagiers de la mémoire collective dans l’ordre des discours ? (Courtine 1994b : 10)

21Ce n’est plus la mémoire qui constitue un espace pour le langage, lieu de langage, mais le langage qui constitue la matière, ici tissu, de la mémoire.

La mémoire sémantique dans la construction du discours

  • 6 Je ne reviens pas sur les débats qui agitent les spécialistes de cette question et je mentionne se (...)

22La mémoire est un objet ancien de la psychologie et de la psycholinguistique, de l’intelligence artificielle et des sciences cognitives. On distingue désormais trois sous-systèmes dans la mémoire6, le registre sensoriel (mémoire visuelle brève), la mémoire à court terme ou mémoire de travail (c’est une mémoire de type « fichier » qui n’enregistre que très peu d’items et très brièvement, une vingtaine de secondes, sous forme verbale) et la mémoire à long terme ou mémoire stock, qui ressemble plutôt à une encyclopédie. Dans la mémoire à long terme, on fait la distinction entre mémoire épisodique (celle des événements) et mémoire sémantique (celle des connaissances) d’une part, mémoire implicite (ou procédurale, celle des compétences) et mémoire explicite (ou déclarative, celle des informations) d’autre part.

23C’est principalement la mémoire sémantique qui intéresse l’analyse du discours dans la mesure où c’est elle qui enregistre ce qui relève du sens des mots et des expressions. Elle contient en effet des savoirs sur la signification des mots et des connaissances sur le monde (historiques, géographiques, sociales, etc.). L’organisation de la mémoire sémantique est décrite selon les deux principes suivants, élaborés par A.M. Collins et M.R. Quillian en 1969 :

  1. Principe de hiérarchie catégorielle : les concepts de la mémoire sémantique sont classés de façon hiérarchique, les catégories étant emboîtées dans des catégories plus larges comme dans une arborescence.
  2. Principe d’économie cognitive : seules les propriétés (ou attributs) spécifiques sont classés avec les concepts. Leur [Collins et Quillian] exemple type est célèbre, un canari est jaune mais non tous les oiseaux, donc la propriété « jaune » est classée avec le concept de « canari », tandis que des propriétés générales comme « a un bec », « a des ailes », etc., sont classées avec le concept d’oiseau.

(Lieury 2005 : 119-120)

24Je retiens de ce modèle, pour ma réflexion sur la mémoire discursive, que la mémoire sémantique fixe des attributs sur des catégories sans forcément tenir compte des données historiques.

  • 7 Voir plus bas le mini-corpus internet proposé pour l’étude de la dé-mémoire discursive.
  • 8 C. Maurras aurait accueilli l’arrivée de Pétain au pouvoir en 1940 par cette expression. Son biogr (...)

25Soit l’exemple d’une expression fréquente comme celle de divine surprise, bien intégrée dans le discours courant7. Elle a sans doute fait l’objet de ce type de fixation accompagnée d’une sérieuse déshistoricisation : divine surprise fonctionne en effet comme un attribut fixé sur la catégorie « événement inattendu agréable », et de ce fait peut s’appliquer à un grand nombre d’événements de la vie privée ou publique. La déshistoricisation passe par une désémantisation intense : divin est vidé de toutes ses allusions monarchistes (c’est en sourdine l’expression de droit divin qui semble présente dans la profération initiale de 19408), et l’expression est coupée à la fois de sa référence, l’arrivée de P. Pétain au pouvoir, et de son énonciateur (l’ancêtre ou le prédécesseur dont je parlais plus haut), C. Maurras. Bel exemple de voyage discursif dans les plis oublieux de la mémoire.

26Mais le travestissement fait partie de l’économie discursive de la mémoire, sans doute parce que le principe de similarité l’emporte sur celui de vérité, comme le montre le modèle ultérieur de A.M. Collins et E. Loftus (1975) ainsi décrit par A.-L. Gilet : « [...] le réseau sémantique de Collins et Loftus (1975) est organisé selon le principe de similarité sémantique : plus deux concepts ont des propriétés communes, plus les arcs qui les relient seront nombreux, les concepts seront ainsi plus fortement reliés en mémoire » (2005 : 24). Dans mon exemple, ce sont les situations qui, du fait de la déshistoricisation, sont similaires.

L’invention de la mémoire discursive

  • 9 Selon D. Maldidier (1993), la notion de « domaine de mémoire » de J.-J. Courtine entre en concurre (...)
  • 10 « Nous introduisons ainsi la notion de mémoire discursive dans la problématique de l’analyse du di (...)

27Le terme et la notion de mémoire discursive sont introduits dans l’analyse du discours politique par J.-J. Courtine en 19819, à partir des travaux de M. Foucault et de la réflexion historique de P. Nora sur les lieux de mémoire10. Il s’agit en effet, dans l’analyse du discours héritée des théorisations de M. Pêcheux, de penser le « réel de la langue » en rapport avec le « réel de l’histoire », et donc de rendre compte de « l’existence historique de l’énoncé » (Courtine 1981 : 52). J.-J. Courtine insiste bien sur la dimension non psychologique de ce concept, et sur ses liens avec la discipline historique :

Ce que nous entendons par le terme de « mémoire discursive » est distinct de toute mémorisation psychologique du type de celle dont les psycholinguistes s’attachent à produire la mesure chronométrique [...]. La notion de mémoire discursive concerne l’existence historique de l’énoncé au sein de pratiques discursives réglées par des appareils idéologiques, elle vise ce que Foucault (71, p. 24) relève à propos des textes religieux, juridiques, littéraires, scientifiques, « discours qui sont à l’origine d’un certain nombre d’actes nouveaux, de paroles qui les reprennent, les transforment, ou parlent d’eux, bref, les discours qui indéfiniment, par-delà leur formulation, sont dits, restent dits et sont encore à dire ».
(Courtine 1981 : 52-53)

28La mémoire discursive est définie en articulation avec la notion de « domaine de mémoire », qui permet de situer les discours dans le « temps long des discursivités », et d’inscrire conceptuellement la réintroduction de l’histoire dans l’analyse du discours :

[Le domaine de mémoire] est constitué par un ensemble de séquences discursives qui préexistent à la sdr [situation discursive de référence] au sens où certaines formulations repérables dans la mise en séquence intradiscursive que réalise la sdr (que nous nommerons « formulations de référence ») entrent, avec des formulations apparaissant dans les séquences discursives du domaine de mémoire, dans des réseaux de formulations à partir desquels sero<nt analysés les effets que produit au sein d’un processus discursif l’énonciation d’une sdr déterminée (effets de rappel, de redéfinition, de transformation, mais aussi effets d’oubli, de rupture, de dénégation, du déjà-dit). [...] c’est à partir du domaine de mémoire que l’on pourra approcher les processus qui garantissent la référence des noms pour un sujet énonciateur et autorisent ainsi la prédication et la coréférentialité. Notons enfin, à l’intérieur du domaine de mémoire, la possibilité de délimiter un domaine des formulations-origines. Le domaine des formulations-origines n’assigne nullement un « commencement » au processus discursif, mais constitue le lieu où l’on peut repérer, dans le développement du processus discursif, l’émergence d’énoncés figurant comme éléments du savoir propre à une FD.
(Courtine 1981 : 56)

29Trois points sont à retenir ici pour une théorie des prédiscours qui intègre pleinement la notion de mémoire : la préexistence de séquences discursives (ce que j’appelle l’antériorité), le rôle de la mémoire dans la référence nominale et l’identification ou au moins le repérage des ancêtres par le biais de la notion de « domaine des formulations-origines ». Si je reprends l’exemple de divine surprise, la délimitation du domaine de mémoire de l’expression permet d’illustrer chacun de ces points : l’expression, qui préexiste comme séquence préconstruite, émerge des situations discursives à partir d’un oubli de ses origines ; la mémoire discursive, par la sélection d’attributs qu’elle a opérée, permet une référenciation désormais neutre et déshistoricisée en même temps que dépolitisée ; la connaissance du « domaine des formulations-origines » permet d’identifier un ancêtre dont on comprend qu’il ait fait l’objet d’un oubli si complet.

30La mémoire discursive est également définie par J.-J. Courtine de manière très concrète au moyen de trois questions qui restent d’actualité dans l’utilisation contemporaine de la notion, et que l’analyse du discours gagnerait selon moi à réexaminer :

[...] de quoi se souvient-on, et comment se souvient-on, dans la lutte idéologique, de ce qu’il convient de dire et de ne pas dire, à partir d’une position déterminée dans une conjoncture donnée dans l’écriture d’un tract, d’une motion, d’une prise de position ? C’est-à-dire : comment le travail d’une mémoire collective permet-il, au sein d’une FD, le rappel, la répétition, la réfutation mais aussi l’oubli de ces éléments de savoir que sont les énoncés ? Enfin sur quel mode matériel une mémoire discursive existe-t-elle ?
(Courtine 1981 : 52-53)

31Ces questions me semblent essentielles car elles permettent de circonscrire des objets pour l’analyse du discours : les normes de la mémoire (ce qu’il convient de dire), ses formes langagières (rappel, répétition, réfutation, oubli) et ses manifestations matérielles dans les discours et dans la société.

32J.-J. Courtine décrit deux phénomènes discursifs repérables en discours, la répétition et la commémoration. Si le premier a été très largement exploité en analyse du discours ces trente dernières années (études de la citation, de l’intertextualité, de l’interdiscursivité), le second semble avoir été minoré, porteur cependant de bien des possibles méthodologiques et théoriques :

La deuxième de ces deux voies conduit à étudier la représentation, dans l’espace imaginaire où l’énonciation par un sujet inscrit la formulation dans l’intradis-cours, que la FD donne du processus qui la traverse : une FD est, nous l’avons vu, un produit de l’histoire réelle ; elle est en même temps production d’une histoire fictive.
Ceci peut se saisir, par exemple, dans les rituels verbaux de la commémoration, qui produisent une découpe du temps liant le processus de l’énonciation au domaine de mémoire dans une annulation imaginaire du processus historique, dans sa durée et ses contradictions.
(Courtine 1981 : 123)

33J.-J. Courtine donne deux exemples de « rituel verbal de la commémoration » : d’abord ce qu’il appelle 1 « usage performatif du rappel » (« il y a 40 ans M. Thorez déclarait déjà... ») et ensuite ce qu’il nomme les « rituels discursifs de la discontinuité », marqués par des tournures comme comme chaque fois, encore une fois, demain comme hier. « La mémoire discursive, conclut-il, construit ici la fiction d’une histoire immobile, elle fonctionne comme gel du temps historique où se forme la discursivité » (1981 : 123). Cette « fiction d’une histoire immobile », qui est aussi, dans une certaine mesure, celle de l’intersubjectivité constitutive de la prédiscursivité, dans la mesure où l’accord dessine une situation statique, doit à mon sens être mieux prise en compte en analyse du discours et je le ferai en étudiant par exemple la mémoire de la langue (chapitre 5).

Dialogisme et mémoire interdiscursive

34À partir d’un travail conceptuel sur la notion de mémoire discursive, appuyé sur l’arpentage de corpus longs (les discours médiatiques sur la science), S. Moirand propose celle de mémoire interdiscursive, relevant d’une « interdiscursivité suggérée [qui] s’entremêle sans cesse à des représentations qui paraissent relever de savoirs partagés [...] » (2004b : 89). La notion semble alors de prime abord se situer entre les données de la compétence encyclopédique (orientée vers les extérieurs du discours) et celles du préconstruit (orienté vers la matérialité discursive), et il est significatif que soit alors convoquée la notion de « mémoire collective », héritée de M. Halbwachs.

35Mais c’est surtout la notion de dialogisme qui permet à S. Moirand de proposer une version spécifique de la mémoire en discours : la mémoire interdiscursive est en effet décrite comme dialogique, à l’instar du langage (Moirand 2004b), ce qui permet de retrouver, par une sorte de boucle épistémologique, un auteur absent des premières élaborations de l’interdiscours et de la mémoire discursive, M. Bakhtine.

Mémoire des mots, mémoire des dires

  • 11 Le terme est utilisé différemment en lexicologie, particulièrement dans le cadre de l’étude du fig (...)

36S. Moirand avance volontiers l’idée d’une « mémoire des mots11 », héritée de M. Bakhtine. Celui-ci la conçoit comme une sorte de chaîne sémantique dotée de deux traits essentiels : elle est infinie (elle n’a ni début ni fin) et dynamique (les sens évoluent le long de la chaîne). Une des formulations les plus claires de la mémoire des mots figure dans l’excipit d’un texte un peu oublié, les « Remarques sur l’épistémologie des sciences humaines » :

Il n’y a pas de mot qui soit le premier ou le dernier, et il n’y a pas de limites au contexte dialogique (celui-ci se perd dans un passé illimité et dans un futur illimité). Les sens passés eux-mêmes, ceux qui sont nés du dialogue avec les siècles passés, ne seront jamais stabilisés (clos, achevés une fois pour toutes). Ils se modifieront toujours (se renouvelant) dans le déroulement du dialogue subséquent, futur. En chacun des points du dialogue qui se déroule, on trouve une multitude innombrable, illimitée de sens oubliés, mais, en un point donné, dans le déroulement du dialogue, au gré de son évolution, des sens seront remémorés de nouveau et ils renaîtront sous une forme renouvelée (dans un contexte nouveau). Il n’est rien qui soit mort de façon absolue. Tout sens fêtera un jour sa renaissance. Le problème de la grande temporalité.
(Bakhtine 1984 [1974] : 393 ; ital. de l’auteur)

37La dimension philosophique légèrement colorée de mysticisme de ce texte ne doit pas faire oublier la richesse de la notion, apte à un déplacement épistémolo-gique ainsi décrit par S. Moirand :

Cependant, partir des mots et des nominations avec la conception bakhtinienne du dialogisme me paraît opérer un « déplacement » de l’objet de recherche par rapport aux positions originelles de l’ADF. Si, comme le dit Bakhtine (1963/1970 : 263), « tout membre d’une collectivité parlante ne trouve pas des mots neutres libres des appréciations ou des orientations d’autrui, mais des mots habités par des voix autres. Il les reçoit par la voix d’autrui, emplis de la voix d’autrui » et que « tout mot de son propre texte provient d’un autre contexte, déjà marqué de l’interprétation d’autrui », on pose alors que c’est le mot lui-même qui est « habité » de discours autres et on se recentre sur les expressions nominales elles-mêmes plutôt que sur les énonciateurs ou les formations discursives. On pose que les mots ont une « mémoire ».
(Moirand 2004e : 49)

38L’idée d’une mémoire des mots est ancienne, déjà présente dans la rhétorique antique, qui oppose la memoria verborum (mémoire des mots, celle qui fonctionne Verbatim) à la memoria rerum (mémoire des choses, qui fonctionne senten-tialiter), sans poser cependant directement la question de l’inscription des formes langagières. La première, plutôt méprisée dans la tradition antique, indique des formes de répétition, alors que la seconde qui est dite témoigner de la puissance de représentation de l’esprit, ferait plutôt référence à des reconstructions discursives élaborées (où entreraient des formes comme l’allusion ou la reformulation). Mais il faut cependant préciser que, dans la perspective de l’analyse des discours, tant la mémoire des mots que la mémoire des choses s’incarnent dans le langage : en effet, la mémoire des choses s’inscrit sous une forme qui ressemble à un mot clé, alors que la mémoire des mots s’incarne dans des formes langagières précises.

39La question est évidemment de savoir laquelle, de la mémoire des mots ou des choses, s’inscrit dans les discours, distinction sur laquelle s’interroge S. Moirand quand elle oppose mémoire des mots et mémoire des faits :

[...] lorsqu’il y a réellement allusion aux dires de l’autre, on serait dans l’ordre de la mémoire interdiscursive, que ces dires soient réellement dits ou imaginés ou que les mots soient repris et transformés, comme dans vandalisme libéral ou le dégraisseur de mammouth ou les organismes médiatiquement modifiés. Mais lorsque le mot évoque des faits, tels par exemple Tchernobyl, il s’agirait plutôt pour moi de connaissances, de représentations liées à des savoirs et à des événements de l’histoire, tels Pandore et Vandale, ou même associées à des perceptions visualisées tel le moustachu...
(Moirand 2004b : 89)

  • 12 La conception du dialogisme intègre ici les paramètres sociaux, culturels et historiques : « On ne (...)
  • 13 S. Moirand emploie souvent la métaphore du voyage pour décrire la circulation mémorielle des mots (...)

40La distinction entre mémoire des mots et mémoire des faits est affinée par l’établissement d’une nuance entre mémoire des mots et mémoire des dires, qui contribue à mettre en place la notion de mémoire interdiscursive. En effet, si « les mots “empilent” au fil du temps des sens différents, ce qui leur donne une épaisseur dialogique qui échappe partiellement à leurs énonciateurs » (Moirand 2004c : en ligne), ils n’ont cependant pas d’autonomie complète par rapports aux sujets, même si ceux-ci en font souvent des usages insus. Quand la mémoire des mots est celle de l’usage qu’en ont fait les autres locuteurs, alors le dialogisme12 entre en scène et il s’agit alors d’une mémoire des dires de l’autre, mémoire interdiscursive marquée par la mobilité des items13. L’exemple des usages de vandale et Vandale repérés dans la presse (Moirand 2004e), pour nommer les destructeurs des cultures transgéniques, illustre le fonctionnement de ce type de mémoire : on passe successivement, d’article en article se répondant plus ou moins explicitement, de nouveaux vandales à actes de vandalisme (accompagné d’une référence explicite à l’abbé Grégoire et à la Terreur), puis à vandalisme libéral et enfin retour des Vandales (dans le contexte du Far West). Précisons que, pour S. Moirand, les dires ne sont pas forcément... dits. En effet, comme l’interdiscours de la sémantique discursive, ils sont de l’ordre du virtuel du discours :

Les rappels mémoriels de cette histoire ancienne des rapports entre la science et la société vont ainsi s’inscrire dans les dires qui circulent à propos de ces événements, des dires qui ne renvoient pas à des paroles réellement prononcées, mais à des paroles qui auraient pu être dites, à des positions énonciatives, à des clivages idéologiques représentatifs de formations discursives antagonistes.
(Moirand 2004c : en ligne)

41Reste à préciser quels sont « les lieux d’inscription d’une mémoire interdiscursive » (Moirand 2003a), ce qui revient à identifier les observables en discours.

Les lieux d’inscription des « rappels mémoriels »

42Précisons d’abord un point important qui concerne la théorie du discours : l’hypothèse de la mémoire interdiscursive implique une modification de la nature des corpus. S’il existe effectivement une « mémoire des dires », qui passe par une « interdiscursivité suggérée », définie, on l’a vu, comme allusions à des dires antérieurs qui ne pas forcément prononcés ou à des positions énonciatives, alors la notion de corpus s’en trouve affectée.

43En effet, les corpus doivent alors intégrer les domaines de mémoire dans lesquels s’inscrivent les discours, qu’il s’agisse de long, moyen ou court terme. S. Moirand remarque par exemple, dans le corpus des discours sur les OGM, que pollué est associé à contaminé alors que pollué renvoie à un autre domaine de mémoire (2002 : 10). « De ce fait, précise-t-elle ailleurs, le corpus s’élargit à tous les discours transverses (antérieurs ou à venir) qui s’inscrivent, que l’énonciateur en soit conscient ou non, dans le fil des textes et des interactions recueillies » (Moirand 2004d : 210). Au corpus de travail doit alors s’ajouter un corpus de référence, ce dernier posant d’importants problèmes de clôture, surtout s’il doit rassembler des énoncés à venir... La question n’est pas anodine, et comme l’identification et la saisie de tous les domaines de mémoire sont matériellement impossibles, même en recourant à l’informatisation des corpus, cela veut dire qu’il faut mettre en place de nouvelles procédures d’analyse et modifier notre regard théorique. L’hypothèse des prédiscours développée dans le chapitre 4 essaiera d’apporter une solution à ce problème.

  • 14 D’autant plus que la lexicographie connaît actuellement un tournant, si ce n’est discursif, tout d (...)
  • 15 Dans son ouvrage Honneur et patrie, L. Febvre raconte que sa réflexion sur ces questions lui a été (...)

44On doit constater que les lieux de mémoire discursifs sont essentiellement lexicaux, comme le montrent les travaux en analyse du discours qui, depuis plus de trente ans, intègrent le paramètre diachronique. S. Moirand (2004e) signale que parmi les mots qui constituent des rappels mémoriels à des événements antérieurs, certains s’inscrivent dans une histoire à long terme (par exemple fronde, fléau, vandale, croisade), alors que d’autres font référence à des moments discursifs qui font partie de la même famille dans l’histoire à court terme (notamment sang contaminé, amiante, pollution de l’air). Évidemment, il existe un risque de confusion entre la mémoire discursive et interdiscursive, et le sens en langue enregistré par les dictionnaires par exemple14. Si les deux notions se recouvrent, alors l’une d’elle, devenue inutile, doit passer au rasoir d’Occam. Je pense que ce n’est pas le cas, et que la mémoire discursive est irréductible à l’enregistrement dictionnairique, justement à cause de ce dynamisme des sens, dû à la fois à la position des énonciateurs15 et aux « voyages discursifs » retracés par S. Moirand. Il faut selon moi faire intervenir plus directement les outils de la sémantique, qui permettent d’examiner les mécanismes de glissement et de changement de sens, de sens métaphorique, etc. C’est sans doute la condition d’une sémantique discursive renouvelée par le regard cognitif, et je reviendrai sur ces questions en examinant les phénomènes de dé-mémoire.

Histoire du discours et étymologie sociale

45Il est important de mentionner deux domaines de recherche qui sont en étroite relation avec une analyse mémorielle du discours, mais qui ne la recouvrent pas : l’analyse du discours du côté de l’histoire (autour de J. Guilhaumou) et l’étymologie sociale (autour de M. Tournier). La notion de mémoire n’est pas présente en tant que telle dans les travaux qui se réclament de ces perspectives, mais elle y est constamment impliquée. C’est pourquoi je les intègre à ma réflexion sur la mémoire en discours.

Archive et événement linguistique

  • 16 Voir notre examen du concept de prélangagier par R. Koselleck au chapitre 1.

46Les travaux des historiens du discours ou « archivistes du discours » selon la dénomination récemment proposée par S. Bonnafous (2006), dans la tradition ouverte par l’ouvrage de R. Robin Histoire et linguistique (1973), installée par la publication de Discours et archive (Guilhaumou, Maldidier et Robin 1994), et inscrits dans le champ des sciences du langage comme dans celui de l’histoire par les recherches de J. Guilhaumou, ont permis l’élaboration ou la reprise d’un certain nombre de concepts connexes à celui de mémoire. Mais la perspective y est plus horizontale que verticale, si l’on peut dire, plus systémique et configurationnelle que généalogique et mémorielle : les historiens du discours sont sensibles à la manière dont le langage configure l’histoire16, et travaillent avec des notions comme l’archive, héritée de M. Foucault, l’événement linguistique et le trajet thématique, toutes deux définies par J. Guilhaumou. Le terme mémoire n’apparaît quasiment jamais dans les publications des historiens du discours, à quelques exceptions près comme cette « langue-mémoire » qu’évoquent J. Guilhaumou et D. Maldidier dans un article intitulé « La mémoire et l’événement » (1994). Il est peut-être significatif que la mémoire soit en revanche omniprésente dans les publications autobiographiques de R. Robin, Le cheval Blanc de Lénine(1979) et plus récemment Berlin chantiers (2001), travail sur le Berlind’après le mur dont on peut suivre un prolongement dans un article récent à propos de P. Ricceur (2004) ; significatif, car il semble que pour les historiens du discours, la mémoire soit du côté de l’individuel, voire de l’intime, en un mot du sujet.

  • 17 Le trajet thématique « procède, au titre de la triple fonctionnalité de l’énoncé d’archive, d’une (...)

47C’est que la notion d’archive, comme celle de trajet thématique d’ailleurs17, tout en montrant comment l’histoire se construit discursivement, ne disent finalement pas grand-chose de la manière dont la mémoire va se construire en discours :

L’archive n’est pas ici seulement l’ensemble des textes qu’une société a laissés. Matériel brut désormais exploré conjointement par l’historien classique et l’historien du discours, mais à partir duquel l’historien du discours ne privilégie pas la recherche de structures sociales cachées, elle est alors principalement un dispositif non réglé a priori d’énoncés qui constituent des figures, des objets et des concepts distincts. Ainsi chaque dispositif d’archive établit sa propre mise en ordre.
(Guilhaumou 2003 : 13)

  • 18 « On a affaire maintenant à un volume complexe, où se différencient des régions hétérogènes, et où (...)

48Le terme de dispositif entre bien sûr en écho avec les termes utilisés par M. Foucault dans sa définition de l’archive : règles spécifiques, pratiques, systèmes d’énoncés18. On trouve une description synthétique et collective des méthodes des historiens du discours qui conforte leur position pleinement historique mais non mémorielle :

Le travail d’archive s’avère ici fondamental dans la mesure où il permet de valoriser des systèmes conceptuels enfouis dans des textes manuscrits inédits, de cerner des objets nouveaux, de suivre des itinéraires peu connus de sujets parlants, et par là même de préciser les possibilités historiques d’innovation en langue.
(Branca-Rosoff et al. 1995 : 64)

49Cette captation de la notion d’archive est différente de celle qu’en a accomplie J.-J. Courtine, qui inscrit ses propositions du côté mémoriel de l’histoire : la notion de « domaine de mémoire » que j’ai décrite plus haut, issue de celles de « champ de concomitance » et de « champ d’anticipation » proposées par M. Foucault, a du coup des répercussions différentes sur les versions actuelles de l’analyse du discours. Alors que les historiens du discours pratiquent, comme le signale J. Guilhaumou, une « analyse du discours du côté de l’histoire », je m’inscris plutôt, à la suite des auteurs cités précédemment, dans une analyse du discours du côté de la mémoire. Il ne s’agit pas d’une clause de style, mais d’une prise en compte, dans la théorie du discours, de la distinction faite par M. Halbwachs entre mémoire historique et mémoire collective : la première a été anonymée par le temps et les transmissions ; la seconde est encore connectée à la voix des ancêtres. L’on comprend bien que la question sous-jacente à cette alternative est celle du sujet : la prise en compte de la mémoire et le travail sur les lieux des formulations-origines finit par déboucher sur quelque chose qui ressemble à la parole du sujet dans l’histoire. Les notions de mémoire discursive et interdiscursive permettent alors d’examiner la manière dont les « héritiers », ceux qui ont reçu le capital sémantique ou discursif, font fructifier leur bien.

50Il est à cet égard remarquable que l’historien du discours qu’est J. Guilhaumou plaide désormais pour une « ethno-méthode » en analyse du discours en expliquant que « “ethno” se réfère ici conjointement à la culture, aux croyances locales d’un membre de la société au-delà de son appartenance à un groupe déterminé et à la connaissance dont dispose ce membre de cette culture dont il est à la fois l’acteur, le protagoniste, l’auteur et le spectateur » (2002 : en ligne). Le principe à la base de cette « ethno-méthode » est une forme d’intersubjectivité, et l’accent est mis désormais sur « l’accord humain » :

La réflexivité généralisée des discours, propre à la démarche herméneutique en histoire du discours des années 1980, est actuellement fortement nuancée par une interrogation sur un référent toujours intersubjectivement négociable, étant alors entendu que la forme langagière de l’accord humain, de l’intentionnalité collective importe beaucoup plus que la signification du contenu des représentations.
(Guilhaumou 2002 : en ligne).

51« L’accord » dont parle J. Guilhaumou désigne la co-construction du discours-corpus par l’enquêteur et l’enquêté, qu’il décrit dans son travail sur la « parole des sans », c’est-à-dire le discours des exclus (Guilhaumou 2005). Les « nouveaux corpus » qu’il présente sont fondés sur une conception du discours qui intègre une « démarche éthique » et surtout le principe de l’autonomie du sujet. Les notions d’archive, de trajet thématique et d’événement discursif me semblent ainsi souterrainement lestées par la question de la mémoire.

Mots témoins d’histoire et usages socio-politiques

52Sans être radicalement coupées des précédentes, les recherches qui se préoccupent d’étymologie sociale et d’usages socio-historiques du vocabulaire relèvent selon moi de la même position par rapport à la mémoire : explicitement absente des travaux, implicitées cependant par les concepts et outils utilisés.

53Je parle ici des travaux issus de l’ex-laboratoire de lexicométrie de Saint-Cloud, autour de la notion d’« usage socio-politique » des mots (Arnold et. al. 1995), bien représentée par le Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815) publié par l’équipe « 18e et Révolution » entre 1985 et 1991, et de celles de « socio-histoire du vocabulaire » et d’« étymologie sociale » proposées par M. Tournier (1992, 1997, 2001).

54Reposant sur le principe bakhtinien des mots chargés des valeurs conférées par leurs usages (les mots sont « habités »), M. Tournier développe une conception des mots comme instruments de l’idéologie. Idéologie, car « les mots n’ont pas en eux-mêmes d’histoire », mais sont codés par l’histoire « pour les besoins de ses dominances et de leur préservation » (Tournier 1992 : 9). Instruments car « les dominances sociales sont, plus que toute force concurrente, propriétaires du code de référence, savoir imposé, régenté, soumis aux surveillances des grammaires d’acceptabilités, des dictionnaires de définitions et de valorisations officiellement reconnues [...] » (1992 : 9). Dans cette perspective, le passé est toujours falsifié par le pouvoir, et M. Tournier parle de « consensus sur l’histoire » :

Le propre de la langue officiellement diffusée est de s’appuyer sur « un » passé pris pour « le » passé et d’ériger celui-ci en modèle ; son jeu est de faire prendre cette fois ses affirmations lexicalisées pour un patrimoine commun, hors classe, national voire humaniste : illusion de la diachronie.
(Tournier 1992 : 11)

  • 19 Bonnafous 1991 : 226.
  • 20 La mémoire est parfois évoquée au sens courant de processus d’enregistrement, par exemple à propos (...)

55Histoire, passé, patrimoine, diachronie : point de mémoire dans la liste. Pour quelle raison ? Sans doute parce que la perspective socio-langagière outillée par la lexicométrie met la notion de contexte au centre de ses préoccupations, et dirige du coup les projecteurs sur les « conditions de communication », sur les « usages langagiers », le « projet énonciatif des locuteurs », la « stratégie envers le destinataire » et les « valeurs idéologiques » véhiculées (Bonnafous, Tournier 1995 : 75). La dimension chronologique est cependant centrale dans certains travaux, comme la thèse de S. Bonnafous sur les dénominations des immigrés dans la presse française au tournant des années 1980 : en partie appuyée sur la notion de « temps lexical » mise en place par A. Salem (1988), l’investigation met au jour des évolutions dans les désignants (passage du « lexique du travail et du conflit social » dans les années 1974-1977 à celui « du politique, du municipal, de l’intégration » dans les années 1980-81)19. Mais ce sont les phénomènes d’évolution et finalement la différence lexicale qui sont soulignés, plus que ne sont observés les fils de la mémoire et les liens de transmission. L’expression témoins d’histoire que propose M. Tournier (1997) pour décrire le rôle des mots est emblématique d’une sorte de position d’extériorité des mots par rapport à leurs énonciateurs, leurs positions et leurs différents systèmes mémoriels. Dans cette perspective, la question de la mémoire des mots ou du discours n’est pas évoquée, alors qu’elle pourrait être intégrée par exemple à celle des conditions de production et du contexte20.

Une mémoire cognitivo-discursive

56Le courant socio-langagier que je viens d’examiner attache selon moi trop d’importance au paramètre social (l’« horizontal » : les dimensions sociale, politique, idéologique), construisant des méthodes d’analyse qui portent sur les contextes et les appariements de termes. Les discours y semblent circuler dans une sorte d’anonymat collectif, et la dimension mémorielle est absente de l’analyse. L’analyse du discours du côté de l’histoire rend mieux compte à mon avis des trajets des mots et des discours ; la métaphore du « trajet » est en effet bien proche des « voyages discursifs » de S. Moirand et, dans une certaine mesure, les deux approches travaillent le même objet. Mais le paramètre mémoriel est, ici aussi, presque absent et, comme je l’ai déjà souligné, c’est une analyse du discours du côté de la mémoire qui m’intéresse, puisque mon approche intègre un paramètre peu évoqué par l’ensemble des travaux examinés jusqu’à présent, la cognition. Dans la perspective de la cognition sociale, version distribuée, je pose la nature cognitivo-discursive de la mémoire en discours.

La mémoire comme processus dynamique

57Cela implique de renoncer aux images stéréotypées de la mémoire comme simple stock ou dictionnaire, pour en faire un agent actif dans la production des discours. Si elle enregistre ou « empile » effectivement les sens, la mémoire cognitivo-discursive les élabore et les construit aussi, principalement par l’opération de catégorisation.

Mémoire et catégorisation : la production des discours

58L’activité de catégorisation de la mémoire est soulignée dès l’Antiquité puisque Saint Augustin considère, au livre X des Confissions, que la mémoire est le lieu des catégories de la connaissance. Pour lui, penser, c’est tout simplement mettre en œuvre la mémoire :

Mon Dieu, cette puissance de la mémoire est prodigieuse, et je ne puis assez admirer sa profonde multiplicité qui s’étend jusqu’à l’infini. Or, cette mémoire n’est autre chose que l’esprit : et je suis moi-même cet esprit. [...] Voilà que je me promène dans les campagnes de ma mémoire, dans ces antres, pour parler ainsi, et ces cavernes innombrables qui sont pleines d’un nombre infini d’infinis genres de choses, soit qu’elle les conserve par leurs espèces, comme il arrive en tout ce qui regarde les corps ; ou par leur présence, comme en ce qui est des arts ; ou par je ne sais quelles marques, comme en ce qui est des affections de l’âme que la mémoire retient, lors même que l’esprit ne les souffre plus, quoique tout ce qui est dans la mémoire soit dans l’esprit.
(Saint Augustin 1993 : 357-358)

59La fonction de la mémoire en discours n’est donc pas réductible à la mémorisation, mais comporte également l’activité de catégorisation, comme le montre l’exemple suivant : le cadre prédiscursif du génocide Khmer, qui relève de la métaphore politico-historique, fréquemment projeté sur les réformes de l’Éducation nationale dans le corpus des discours sur l’école jusqu’à une date récente (voir l’analyse de détail au chapitre 7), ne se contente pas de charrier une mémoire historique, mais catégorise les entreprises réformistes en œuvres de mort. La métaphore ne fonctionne alors plus seulement sur le mode de l’analogie, mais construit le monde en discours, en partie parce qu’elle contient également des états mentaux et affectifs (dans mon exemple : le scandale et la souffrance devant la destruction de la culture). Le neurologue A. Damasio explique clairement les enjeux de cette reconstruction mémorielle :

[...] nous stockons en mémoire non seulement des aspects de la structure physique d’un objet – ce qui permet potentiellement de reconstruire sa forme, ou sa couleur, ou sa sonorité, ou son mouvement typique, ou son odeur, ou tout ce que vous voulez –, mais également des aspects de l’engagement moteur de notre organisme dans le processus d’appréhension de ces aspects pertinents : nos réactions émotionnelles à un objet, notre état physique et mental élargi au moment d’appréhender l’objet. En conséquence, le rappel d’un objet et le déploiement de son image dans l’esprit s’accompagnent de la reconstruction d’au moins certaines des images qui représentent ces aspects pertinents. La reconstruction de cette série d’accommodements de l’organisme avec l’objet que vous vous rappelez engendre une situation semblable à celle qui se présente lorsque vous percevez un objet directement.
(Damasio 2002 [1999] : 238)

  • 21 L’émotion n’est pas seulement comprise dans le souvenir, elle influence le fonctionnement même de (...)

60La notion de « situation semblable » est importante pour ma perspective : le travail de la mémoire engendre en effet des situations discursives semblables, qui permettent cette extensibilité sémantique des mots et des formules, applicables à de nouvelles situations du seul fait qu’elles ont été appliquées à des situations anciennes21. Cette forme de répétition, loin d’être une stérile et mécanique application d’éléments langagiers préformés, est un mode de catégorisation de l’expérience dans les discours, que l’on peut appeler connaissance par reconnaissance.

61La mémoire cognitivo-discursive est donc fondamentalement dynamique car elle participe du mécanisme de production des discours. P. Ricœur parle à ce propos de « dénomination psychique », après avoir montré la double dimension de la mémoire, cognitive et pragmatique :

Le fait remarquable est que les deux approches cognitive et pragmatique se recoupent dans l’opération de rappel ; la reconnaissance, qui couronne la recherche réussie, y désigne la face cognitive du rappel, tandis que l’effort et le travail s’inscrivent dans le champ pratique. Nous réserverons désormais le terme de remémoration pour signifier cette superposition dans la même opération de l’anamnêsis, de la récollection, du rappel, des deux problématiques : cognitive et pragmatique. Ce dédoublement entre dimension cognitive et dimension pragmatique accentue la spécificité de la mémoire parmi les phénomènes relevant de la dénomination psychique.
(Ricœur 2000 : 67-68)

62Reste à comprendre comment ce processus est déclenché dans le processus discursif.

Itinéraires de mémoire : distribution et association

63L’ouvrage de F. Yates (1975 [1966]) a amplement montré comment fonctionnait la mémoire artificielle à travers l’étude des différents arts de mémoire. Le plus connu est la méthode des lieux (loci), celle de Simonide rapportée par Quintilien : après l’écroulement d’une salle à manger sur un banquet, Simonide retrouve les morts en se souvenant de leur place à table. Cette méthode, qui « consiste à transformer en images les éléments que l’on doit apprendre et à placer chacune d’elles dans un lieu selon un itinéraire bien connu et bien représenté mentalement » (Lieury 2005 : 9) relève donc d’une forme de cognition spatiale. Les métaphores princeps du magasin, de l’antre ou du palais opèrent d’ailleurs une sorte de catégorisation spatiale de la mémoire.

64La mémoire en discours (qui est du côté de la mémoire naturelle), on l’a vu, est également représentable en termes d’itinéraires et de lieux au sens spatial du terme. Les trajets des mots et des formules figurent cet arrangement mémoriel, mais à l’extérieur des esprits, dans le magasin discursif d’un groupe ou d’une société, magasin organisé tant synchroniquement (discours des différentes communautés discursives, discours émanant de positions énonciatives variées, etc.) que diachroniquement (discours des prédécesseurs). Cela veut dire que la mémoire en discours, loin d’être encapsulée dans l’esprit des individus, est distribuée dans les autres discours et les discours autres. Je montrerai d’ailleurs au chapitre suivant que la distribution excède le domaine discursif pour se loger dans des artefacts, que j’appelle outils discursifs.

  • 22 Mais il faut préciser que les lieux de l’Antiquité sont des images, et que les associationnistes a (...)

65Si l’on admet l’hypothèse des itinéraires de mémoire dans le cadre d’une cognition distribuée, il faut se demander quelle est la logique des trajets. Autrement dit il faut poser la question de la récupération de la mémoire. La réponse est là aussi séculaire puisque la méthode des lieux décrite par Aristote dans De la mémoire et de la réminiscence est reprise comme méthode des associations par les philosophes anglais du XVIIIe siècle selon les trois lois fondamentales de la similitude, du contraste et de la contiguïté22.

66Dans la littérature actuelle sur la mémoire en psychologie cognitive, on distingue six grands types d’association : l’opposition ou contraste (court-long), la similitude ou analogie (terre-boule), la superordination (fraise-fruit), la subordination (couleur-vert), la causalité (tissu-robe) et la contiguïté (œil-lunettes). Ces types d’associations constituent peut-être une réponse à la question des itinéraires : elles permettent d’activer un certain nombre d’éléments enregistrés en mémoire, qui constituent selon moi les prédiscours. La similitude domine largement les activations mémorielles. En effet, si l’on reprend l’exemple de la métaphore du génocide khmer, c’est évidemment la similitude qui déclenche le rappel mémoriel s’inscrivant en discours dans le lexique totalitaire et génocidaire. Il en est de même dans les exemples cités précédemment à propos du travail de S. Moirand : les « vandales » surgissent dans les discours par analogie, comme la « croisade » ou le « fléau ».

  • 23 Sur la question de la saillance cognitive, en particulier la saillance linguistique, voir une synt (...)
  • 24 Sur cette question, voir l’extraordinaire phénomène de l’oubli dans la mémoire d’Athènes, traitée (...)

67Une autre réponse, mais qui se conjugue sans doute avec la première, passe par la notion de saillance cognitive : si génocide khmer, vandale, croisade et fléau émergent du passé des discours et de la culture, c’est qu’ils présentent une saillance linguistique, culturelle ou mémorielle23. Et s’ils émergent, c’est au détriment d’autres dénominations : la sélection des items qui s’inscrit dans les mots et formules des discours transmis repose sur l’oubli des autres et la mémoire cognitivo-discursive se construit sur une sorte de « silence cognitivo-discursif ». La dynamique de la mémoire est donc aussi une dynamique de l’oubli24.

Les liens de la mémoire : le sens des discours

68Les exemples que je viens de rappeler n’ont pas seulement une valeur polémique. Certes comparer les réformateurs de l’enseignement à des génocidaires et les destructeurs de maïs transgénique à des vandales est destiné à frapper le récepteur et éventuellement emporter son adhésion. Mais pas seulement. Les circuits de la mémoire, discursive ou non, sont absolument nécessaires à la cohérence de notre univers, comme le montre admirablement l’histoire du « marin perdu » racontée par le neurologue O. Sacks. La mémoire de Jimmie G., atteint du syndrome de Korsakov, s’est arrêtée en 1945. Il semble « réduit à une sorte de radotage “humien”, à une simple succession d’impressions et d’événements sans lien entre eux » (Sacks 1988 [1985] : 56). Mais un autre patient atteint du même syndrome, M. Thompson, compense la perte de sa mémoire en créant des fictions qui l’aident à organiser son univers :

Il ne se souvenait de rien au-delà de quelques secondes. Il était continuellement désorienté. Sans arrêt, les abîmes de l’amnésie s’ouvraient sous ses pas, mais il les enjambait aisément grâce à une série de fictions et d’affabulations. Pour lui, d’ailleurs, il ne s’agissait pas de fictions, mais de la manière dont il voyait ou interprétait soudainement le monde. Et comme monsieur Thompson n’aurait pas pu supporter ni reconnaître un seul instant ce changement continuel et cette radicale incohérence, il se donnait un semblant de cohérence en improvisant en permanence un monde autour de lui, par salves d’inventions ininterrompues et inconscientes — un monde des Mille et Une Nuits, une fantasmagorie, un rêve peuplé de gens, d’images, de situations en mutations et transformations perpétuelles, kaléidoscopiques. Pour monsieur Thompson, il ne s’agissait nullement d’un tissu d’inventions et d’illusions mouvantes, évanescentes, mais d’un monde parfaitement normal et stable.
(Sacks 1988 [1985] : 145-146)

69« Pour lui il ne s’agissait pas de fictions » : effectivement, dans l’ordre du discours, que les paroles de M. Thompson soient des affabulations ou non n’a pas beaucoup d’importance. Ce qui compte, c’est que ces discours, qui tiennent lieu de mémoire, aient un sens pour lui et, partant, en fournissent un à son existence privée de tout repère.

70Ce que ces deux exemples montrent, c’est le rôle de la mémoire dans la construction du sens. Les circuits et héritages mémoriels par lesquels et même dans lesquels se construisent les productions verbales fournissent une cohérence discursive et sémantique aux realia mis en discours. S. Moirand parle à ce propos de « sens social » donné à une famille d’événements, et cette remarque constructiviste me semble importante dans l’élaboration du concept de mémoire cognitivo-discursive :

Cette mémoire donnerait un sens social (la prise de conscience sociale du risque) à une famille d’événements qui, pour des scientifiques, n’ont en fait rien de commun (la contamination du sang par le virus du sida ne peut être assimilée à la transmission du prion à l’homme par l’alimentation ou à la transformation génétique des plantes) et à des familles d’événements différents (les risques alimentaires, les attentats politiques à résonance internationale, les catastrophes dites naturelles...). (Moirand 2002 : 9)

  • 25 Sur l’usage de la notion de sens social comme concept central d’une approche en sociologie cogniti (...)

71C’est ce « sens social25 » que j’évoque en parlant de liens de la mémoire, et en cette matière comme en d’autres, on sait le danger des déliaisons. La mémoire en discours ne peut en effet être présentée de façon idéaliste comme un ensemble d’itinéraires harmonieux et l’on doit rendre compte également des ruptures, oublis, escamotages, révisions et déplacements de mémoire. J’appelle dé-mémoire, à la suite de R. Robin (2004), ces phénomènes de déliaison dans le fil mémoriel du discours.

Mémoire et dé-mémoire

72La mémoire n’est pas seulement conservation et transmission ; elle est aussi modification, falsification et disparition. Comme le montre H. Weinrich, l’oubli et la mémoire entretiennent des liens intimes, surtout dans la dimension collective puisque « l’oubli a aussi une signification publique qui, dans des situations extrêmes de la vie politique, peut s’exprimer comme un oubli tantôt décrété, tantôt proscrit » (1999 [1997] : 11). L’oubli revêt de multiples formes, des formes positives comme cet « art de l’oubli » dans lequel se puisent des « forces nouvelles » (Weinrich 1999 [1997]), mais également des formes négatives comme la « dé-mémoire » que j’aborde maintenant.

La disponibilité du passé : dé-baptême et nivellement

  • 26 En France, c’est, outre la somme des Lieux de mémoire dirigée par P. Nora, la commémoration de la (...)

73Dans l’abondance de travaux en histoire sur la question de la mémoire et de la commémoration26, il y en a peu, qui, comme l’ouvrage de R. Robin sur Berlin, envisagent le phénomène de la dé-mémoire. Elle le définit ainsi dans un article plus récent :

On peut compter le nombre d’historiens qu’on a trouvés dans toutes les commissions après la réunification et qui ont joué un rôle fondamental pour débaptiser le nom des rues à Berlin-Est, constituant ce que j’ai appelé dans mon livre sur Berlin une véritable « dé-mémoire » (Robin 2001) et pas une juste mémoire nouvelle. Ce sont eux qui ont fait enlever toutes les rues au nom des militants des Brigades internationales pour les remplacer par des généraux bismarckiens ou par des noms de chevaliers teutoniques [...].
(Robin 2004 : 42)

  • 27 « Alors, au musée, on voit une vitrine où l’on nous montre la chaussette du soldat allemand – elle (...)

74L’exemple est intéressant pour moi dans la mesure où il porte sur des lieux de mémoire langagiers, les noms propres, que je considère comme les noms de mémoire par excellence (je traite cette question dans le chapitre 5). Il y a ici un véritable phénomène de dé-baptême, dû tant à l’action des hommes qu’à la nature malléable du passé. R. Robin parle en effet de l’extrême « disponibilité » du passé, apte à toutes les modifications, toutes les reconstructions, mais aussi, tous les révisionnismes, et donne pour exemple une vitrine du musée de la Seconde Guerre mondiale à Berlin où l’on voit, dans un parallélisme égalitaire, qui lui semble une négation de la mémoire, et même de l’histoire, les objets quotidiens d’un soldat allemand et d’un soldat russe27. Le passé est alors « perpétuellement disponible pour toutes sortes de lectures, toutes sortes d’interprétations. [...] les stratégies, conscientes ou inconscientes, de falsifications, de détournements, de contournements, d’oublis volontaires ou non, de refoulements, des multiples retours du refoulé, même de forclusions, de déplacements, de substitutions, de décalages (un passé pour un autre) sont légion » (Robin 2004 : 44).

  • 28 C’est le cas par exemple de l’historial de Péronne sur la Première Guerre mondiale, où tous les ob (...)

75Ce verdict de dé-mémoire est évidemment sujet à discussion, et l’on sait que les approches actuelles de la muséographie favorisent plutôt, comme un progrès de la science historique vers l’objectivité, des approches égalitaires de ce type28. Tout dépend de la conception de la vérité historique qui prévaut dans la communauté des historiens et des stratégies politiques et mémorielles des pays concernés.

  • 29 « La liaison impérative d’un signifiant à un réfèrent est d’autant plus facilement révocable que s (...)

76De même qu’il existe une dé-mémoire historique ainsi décrite par R. Robin, je propose de parler d’une dé-mémoire discursive, bien qu’en matière de discours, les critères d’identification soient encore moins clairs. Il ne s’agit pas forcément de phénomènes de dé-baptême par changement de nom (ce qui ne pourrait concerner d’ailleurs que la catégorie des noms propres, seule apte à ce type de modification29), mais de ruptures dans la chaîne mémorielle par changement de sens et/ou de situation discursive. J’ai parlé plus haut d’extensibilité sémantique de la mémoire cognitivo-discursive envisagée comme une fonction dynamique, puisque les situations d’origine se trouvent reproduites sur les situations actuelles. Cette extensibilité peut aller jusqu’à la dé-mémoire par excès, incohérence ou non-pertinence. Me semblent relever de cette dé-mémoire discursive des phénomènes de « détournement de sens » dont l’existence est surtout de type métadiscursif : ils sont signalés par des discours sur lesquels un locuteur, quelle que soit sa position, porte un jugement de dé-mémoire, du type : « l’usage de tel mot ne respecte pas la mémoire de son attribution première ».

La dé-mémoire discursive : question d’éthique ou de sémantique ?

77Je propose deux séries d’exemples à partir desquels peut se poser la question linguistique de la dé-mémoire discursive, entre éthique et sémantique. Dans la première série, la question de la dé-mémoire est abordée au sein des exemples par des locuteurs non spécialistes pratiquant une linguistique populaire ; dans la seconde série la question est posée par des linguistes qui interprètent les exemples comme des phénomènes de dé-mémoire discursive (dans tous les exemples la typographie et l’orthographe d’origine ont été respectées).

Première série
1. Corpus Ecole M.-A. Paveau ; Eco Coutel 8 [Avant-propos de P. Petit]
Des mots ? On aurait tort de ne pas prendre garde au vocabulaire que d’aucuns usent pour faire passer leur message. Le dispositif langagier des réformateurs actuels est une machine de guerre contre l’école laïque et l’instruction publique [...]. Un dispositif où les « élèves » deviennent des « jeunes », les « cours » des « activités », la « discipline scolaire » un « savoir ». Comment ne pas prendre au sérieux cette révolution langagière que le « pédagogisme contemporain » a promue ? Il revient à Charles Coutel [...] d’avoir attiré notre attention [...] sur ce nouvel obscurantisme des mots et des valeurs qui est le ressort premier de la révolution culturelle en cours menée par les nouveaux pédagogues.
2. Corpus M. Doury, exemple donné dans Doury 2003 : 24
Ah ? C’est moi qui pratique l’amalgame ? ? ? Voyons, est ce moi qui amalgame prostitué (e) à esclave (ce qui est TRES souvent le cas, mais pas toujours, donc je refuse l’amalgame) ? Est ce moi qui amalgame client à proxénète ?
Est ce moi qui tente de faire croire que la prostitution est illégale en France ? Est ce moi qui amalgame les forumistes en désaccord avec mon point de vue à des collabos ?
Maintenant, si vous pensez que je fais dire à certaines personnes des choses quelles n’ont pas dites, je ne demande rien d’autre qu’à lire vos exemples concrets pour que je puisse ou m’en défendre, ou prononcer des excuses. Mais dans le seul message de Tam, on y lit bien « les réglementaristes, clients ou clients en puissance » ou encore « écoeuré par tous ces beaufs de gauche qui s’offusquent dès qu’on les met en face de leur mentalité de collabos ». Qui amalgame ? [Forum Libération, « Prostitution et pornographie interdites : retour de l’ordre moral ? », 9 octobre 2002]

Seconde série
3. Corpus extrait de Koren 1996 sur le mot résistant employé pour nommer le terroriste
a. Les terroristes basques ne sont pas des résistants, leurs mains ne sont pas pures, leur combat est douteux, leur nationalisme fumeux, leur action irresponsable (Nouvel Observateur 28.09.1984).
b. L’OLP, c’est sans doute, pour Mitterrand, une résistance qui a mieux géré ses relations publiques et son capital moral que ses objectifs politiques et son comportement militaire, mais c’est la résistance du peuple palestinien (Nouvel Observateur 21.08.1982).
c. Ils [les terroristes libérés en échange de trois soldats israéliens] deviennent automatiquement des héros de la résistance pour la jeunesse palestinienne locale (Monde diplomatique, juin 1985).

4. Corpus extrait de Moirand et Porquier (à par.) sur le mot otage (trois exemples extraits du corpus fourni en fin d’article)
a. Santé
Les diabétiques craignent un déremboursement [titre]
« Nous sommes pris en otage » [sous-inter]
— Les malades sont obligés de payer, c’est inacceptable
— Nous sommes indignés. Les malades sont pris en otage (Le Parisien, interview, 10 septembre 2004)
b. Les pêcheurs bloquent les ports provençaux [titre]
[...] ils s’estiment « pris en otage par les gros industriels du pétrole, responsables de la hausse des prix du gazole », selon Mourad Kahoul, président du comité.
[...]
(Le Monde, 5 octobre 2004)
c. « France-Soir » : avant la vente, le choc des ego [titre]
[...] André Bercoff, directeur de la rédaction du quotidien [France-Soir] vient, par la voie d’un éditorial paru en une, de lui [J.-F. Kahn] balancer un gros « vade retro »
« Otage » (intertitre)
[...] Hier, en tout cas, la rédaction déplorait qu’il [Bercoff] « ait pris la une de France-Soir en otage ».
(Libération, 19 octobre 2004)

  • 30 En fait cette occurrence entre également dans la première série, puisque la quatrième réponse à ce (...)

5. Mini-corpus internet établi par moi-même sur l’expression divine surprise a. Journal d’un avocat[blog]
Divine surprise ? [titre]
Les bonnes nouvelles sont rares à mon goût ces temps ci pour ne pas se réjouir de la nomination d’un avocat comme garde des Sceaux (et d’un autre à l’Intérieur...).
Pascal Clément est notre nouveau Garde des Sceaux, et c’est le premier juriste à exercer ces fonctions depuis 12 ans [...].
(3 juin 2005, http://maitre.eolas.free.fr/​journal/​)30
b. Mr and Mrs Smith, la divine surprise [titre]
Encore un film qui donne envie d’apprendre à tirer. Ca ne vous fait jamais ça, vous, quand vous regardez un bon film d’action américain ? Moi je rêve alors de reproduire pour de vrai les gestes vus mille fois à la télé, de sentir la crosse de l’arme dans ma main, de viser en prenant un air très concentré, de reculer sous la pression de la détonation, d’entendre le bruit que ça fait... bref, je rêve de me prendre cinq minutes pour Angelina Jolie. (08.08.2005 sur http://cafe-mode.hautetfort.com)
c. Ghezielle, divine surprise [titre]
Quatrième de la finale du 1500 mètres, Bouchra Ghezielle a profité de la disqualification de la Russe Yuliya Chizenko, deuxième de la course, pour récupérer le bronze et offrir une septième médaille à l’équipe de France dans ces championnats du monde.
(14/08/2005 sur http://ww.sports.fr)

78Les énoncés de la première série explicitent le jugement de dé-mémoire discursive : dans l’exemple 1, on trouve une accusation de dé-baptême métaphorique concernant des noms communs et dans l’exemple 2 il s’agit d’une accusation d’amalgame, les mots étant vidés de leur mémoire et appliqués de manière non pertinente à des réalités non comparables.

79Les énoncés de la seconde série ne contiennent pas de jugements métadiscursifs, c’est leur fonction illustrative dans les analyses linguistiques qui leur donnent le statut de phénomènes de dé-mémoire. Dans les deux cas, il y a jugement d’oubli des contextes historiques d’apparition des mots concernés et du sens attaché à ces contextes.

80Ces exemples posent à la théorie du discours une question proprement sémantique : doit-on parler de détournement de sens, ce qui reverserait plus ou moins la sémantique dans l’éthique, ou peut-on considérer qu’il y a un phénomène « normal » de changement de sens par usage socio-discursif ?

81La position éthique est par exemple défendue par S. Moirand et R. Porquier qui avancent la notion d’« éthique langagière ». Partant d’une position non référentielle du sens, mais s’appuyant sur la conception bakhtinienne du mot, ils posent en effet le problème de la position d’autorité des locuteurs qui font « voyager » les mots hors de leur sphère d’origine :

On sait que les mots sont faits pour circuler, et que leur sens « bouge » au gré de leurs voyages dans le temps et l’espace, à travers les communautés langagières et les locuteurs qui les utilisent, contribuant ainsi à la vie du langage et à l’évolution de la langue. N’empêche qu’on peut s’interroger sur l’éthique langagière de ceux qui les emploient lorsqu’ils occupent une position sociale dominante et sont ainsi dotés d’une parole d’autorité : n’ont-ils donc aucune « responsabilité » dans les actes de nomination et dans les reprises qu’ils sont conduits à faire de ceux des autres, en particulier dans et à travers les médias ?
(Moirand et Porquier à par. ; ital. des auteurs)

  • 31 Cette question est jusqu’à présent plutôt débattue en argumentation, chez les nouveaux rhétoricien (...)

82Les auteurs évoquent ensuite un « brouillage » de la mémoire collective et plaident pour une éthique de la responsabilité, afin que les mots et énoncés voyageurs soient « situés » et « appropriés » aux realia mis en discours. Ils posent de ce fait la question de l’éthique à deux niveaux : celle des usagers de la langue en discours et plus indirectement, à travers leurs analyses elles-mêmes, celle de l’engagement du chercheur en analyse du discours31.

83On pourrait interpréter ces migrations discursives un peu différemment, comme des phénomènes d’évolution sémantique en discours : les mots verraient alors leur sens modifié par affaiblissement ou renforcement dus aux mises en discours, en réponse à une nécessité d’ordre fonctionnel. Otage, résistant ou divine surprise s’interpréteraient alors comme des réponses à des besoins lexico-sémantiques fonctionnels, concernant la nomination des référents. Il ne s’agirait pas de poser un contructivisme radical et de balayer la stabilité sémantique en installant un relativisme du sens ; il s’agirait simplement de dire que le changement discursif modifie le noyau de sens stable des mots, et, partant, de formuler le choses en terme de modification de sens (position fonctionnelle) plus que de détournement de sens (position éthique).

84Je ne considère pas qu’il faille forcément choisir entre la position éthique et la position fonctionnelle. Sans doute est-il utile pour une recherche en discours qui tient compte de la dimension sémantique (retrouver la sémantique discursive ?) d’interroger systématiquement les deux positions pour chaque emploi examiné.

85Je ne trancherai donc pas sur ce point car il me semble que le dialogue entre l’analyse du discours et la sémantique ne fait que commencer sur la question des voyages des mots, mais je laisse la parole à M. Halbwachs, pionnier en matière de mémoire collective, qui donne, à propos de la mémoire des Évangiles, quelque chose comme une réponse à cette question :

Ne nous figurons pas que, parce que peu de temps, peut-être, s’était écoulé entre les événements, et le moment où pour la première fois ces souvenirs (avant même d’être écrits) prirent une forme collective, on peut s’attendre à ce que le minimum de déformations, d’erreurs et d’oublis s’y soit introduit. Il n’est point paradoxal de soutenir qu’au contraire, bien souvent, c’est aussitôt après qu’un fait digne d’être retenu et rapporté s’est produit, c’est alors qu’il en existe encore des témoins directs, qu’il risque le plus de changer d’aspect, et qu’il est le plus difficile d’en fixer les traits. Il en est ainsi surtout lorsque cet événement est de nature à émouvoir vivement des groupes d’hommes, et à servir d’aliment à des discussions passionnées.
(Halbwachs 1971 [1941] : 118)

86Si l’analyse du discours veut construire un objet qui lui soit spécifique, marqué par les dimensions sociale, culturelle et historique, alors elle doit tenir compte comme d’un paramètre essentiel de la mémoire cognitivo-discursive. Toute production verbale s’inscrit en effet dans une lignée discursive, régie par le travail de la mémoire et de la dé-mémoire. Les prédiscours, que je définis dans le chapitre suivant, sont constitutifs de cette dimension diachronique, fonctionnant comme des réservoirs sémantiques antérieurs et des lieux mémoriels de discours.

Notes

1 Le Goff J., 1977, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard ; Ricœur P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

2 A. Berrendonner appelle mémoire discursive, dans une perspective informationnelle, un ensemble de « connaissances valides pour les interlocuteurs et publiques entre eux » (Berrendonner 1993 : 48). Cette mémoire est évolutive au cours de l’échange conversationnel et doit conserver sa validité pour que l’interaction soit réussie.

3 M. Halbwachs (1877-1945) est philosophe de formation, élève d’H. Bergson. Disciple d’É. Durkheim, il choisit de s’orienter vers la sociologie pour des raisons intellectuelles et politiques, mais s’intéresse de près à l’histoire sous l’influence de deux des plus grands historiens de l’époque, qui sont ses collègues à l’université de Strasbourg : M. Bloch et L. Febvre.

4 Deux séries d’exemples (la sélection est obligatoirement et subjectivement sélective vu la masse d’études de ce type) appartenant à deux types de pratiques de l’analyse du discours :

  • Chez les historiens du discours, où l’étude de la formule (et ses variantes) comme événement linguistique est un principe théorique : Robin 1975 sur droits féodaux, Guilhaumou 1981 sur « Plaçons la terreur à l’ordre du jour », Guilhaumou et Maldidier 1994 sur prise de la Bastille.
  • Chez les analystes du discours ultérieurs, qui ont des pratiques plus hétérogènes et spécifiques : Siblot 1993 sur casbah, Paveau 1999 sur baisse du niveau, Krieg 2003 sur purification ethnique, Moirand 2004e sur vandale, Moirand et Porquier à par. sur otage ; remarquons que la circulation discursive de la formule ou du lexème fait l’objet de plusieurs thèses en cours en Belgique et en France, dont on a un aperçu dans Calabrese 2005 (sur l’expression le voile), Nee 2005 (sur le mot insécurité), Véniard 2004 (sur le mot guerre).

5 Journalistes, commentateurs ou citoyens israéliens ont souligné de manière très critique les emplois de déportation, nazi et épuration ethnique.

6 Je ne reviens pas sur les débats qui agitent les spécialistes de cette question et je mentionne seulement la vulgate actuelle sur la mémoire en sciences cognitives, suffisante pour mon propos. Pour des synthèses détaillées voir Baddeley 1993, Kekenbosch 1994, Lieury 2005, Gilet 2005.

7 Voir plus bas le mini-corpus internet proposé pour l’étude de la dé-mémoire discursive.

8 C. Maurras aurait accueilli l’arrivée de Pétain au pouvoir en 1940 par cette expression. Son biographe P. Boutang en livre une autre interprétation, signalant que l’expression divine surprise, elle-même empruntée à C. Moréas, figure dans un article de C. Maurras de février 1941 dans le Petit Marseillais (journal de M. Déat). Divin qualifierait l’art politique de P. Pétain (Boutang P., 1984, Maurras, Paris, Plon, p. 599-600).

9 Selon D. Maldidier (1993), la notion de « domaine de mémoire » de J.-J. Courtine entre en concurrence avec celle d’interdiscours, et l’affaiblit ; mais selon moi elle permet aussi de la faire travailler, conformément à la loi du « décentrage » décrite plus haut par M.-J. Béguelin et A. Berrendonner (2001).

10 « Nous introduisons ainsi la notion de mémoire discursive dans la problématique de l’analyse du discours politique. Cette notion nous paraît sous-jacente à l’analyse des FD [Formation Discursive] qu’effectue l’Archéologie du savoir : toute formulation possède dans son “domaine associé” d’autres formulations, qu’elle répète, réfute, transforme, dénie..., c’est-à-dire à l’égard desquelles elle produit des effets de mémoire spécifiques ; mais toute formulation entretient également avec des formulations avec lesquelles elle coexiste (son “champ de concomitance”, dirait Foucault) ou qui lui succèdent (son “champ d’anticipation”) des rapports dont l’analyse inscrit nécessairement la question de la durée et celle de la pluralité des temps historiques au cœur des problèmes que pose l’utilisation du concept de FD. [...] L’introduction de la notion de “mémoire discursive” en AD nous paraît ainsi avoir pour enjeu l’articulation de cette discipline aux formes contemporaines de la recherche historique, qui toutes insistent sur la valeur à accorder au temps long » (Courtine 1981 : 52).

11 Le terme est utilisé différemment en lexicologie, particulièrement dans le cadre de l’étude du figement. C’est d’ailleurs le titre d’un colloque qui s’est tenu à Tunis en 1997. S. Mejri, travaillant sur les séquences figées, y précise le contenu de l’expression et parle de leur « fonction mémorielle » : « 1. une mémoire syntaxique qui se vérifie surtout au niveau des archaïsmes : Advienne que pourra ; Plus fait douceur que violence, etc. ; 2. une mémoire lexicale qui conserve plusieurs unités qui ne doivent leur existence actuelle qu’aux expressions qui les véhiculent : au fur et à mesure ; 3. une mémoire sémantique qui participe à la structuration sémantique du lexique telle qu’elle apparaît dans les articles de certains dictionnaires, par exemple » (Mejri 1997 : 19).

12 La conception du dialogisme intègre ici les paramètres sociaux, culturels et historiques : « On ne peut ainsi réduire le dialogisme à la co-construction des échanges par les interactants dans le fil du discours, l’intratexte d’une interaction, sauf à reconnaître qu’on en fait alors une autre notion. Reprendre un mot prononcé par l’autre en face à face, que cette reprise soit ou non “montrée”, c’est replacer ce mot dans son histoire, dans la somme des discours antérieurs qu’il a déjà traversés, ainsi que dans l’histoire que l’on entretient avec lui, et dans l’histoire qu’on entretient avec son interlocuteur, et, au-delà, si l’on suit Bakhtine, avec le surdestinataire à qui l’on s’adresse, qui n’est pas la personne en face de soi, ni même la représentation qui en est inscrite dans l’énoncé » (Moirand 2004d : 196).

13 S. Moirand emploie souvent la métaphore du voyage pour décrire la circulation mémorielle des mots et des dires : les mots voyagent, les mots charrient ou transportent des sens, les mots traversent des communautés discursives. Je parlerai pour ma part de distribution des sens, intégrant à la fois les voyages et les héritages, distribution accomplie sur l’axe vertical de la « lignée discursive » et sur l’axe horizontal de la communicabilité (voir la définition des prédiscours au chapitre 4).

14 D’autant plus que la lexicographie connaît actuellement un tournant, si ce n’est discursif, tout du moins culturel, comme le montre le Dictionnaire culturel de la langue française dirigé par A. Rey, paru en 2005 aux éditions Le Robert.

15 Dans son ouvrage Honneur et patrie, L. Febvre raconte que sa réflexion sur ces questions lui a été en partie imposée par une remarque concernant ce type de mémoire : « Voilà ce que je me demandais avec angoisse un triste matin de 1942 où je venais d’apprendre d’une mère douloureuse, d’une Française, qu’un de ses fils, officier de marine, venait de mourir ainsi, de se suicider ainsi en mer, courageusement, pour défendre ce que son frère, officier de la coloniale et parti dès le début avec les troupes de Leclerc, entendait bien détruire au prix de son sang, s’il le fallait. [...] Évidemment, ils parlaient le même langage. Ou plus exactement ils disaient les mêmes mots, les mots sacrés, les mots dynamiques, ceux qui parlent aux consciences des meilleurs. Discipline (c’étaient des soldats) ; Fidélité (c’étaient de nobles hommes) ; Courage (c’étaient des Français) ; Honneur et Patrie enfin : ces deux mots, l’officier de Leclerc les avait lus cent fois sur les plis du drapeau, l’officier de marine les avait lus tous les jours sur la passerelle de son navire.
Les mêmes mots, donc les mêmes idées ? Est-ce bien vrai ? Telle est la question fondamentale que je me posais en 1942, ce triste matin... » (Febvre 1996 : 52 et 53).

16 Voir notre examen du concept de prélangagier par R. Koselleck au chapitre 1.

17 Le trajet thématique « procède, au titre de la triple fonctionnalité de l’énoncé d’archive, d’une suite d’énoncés significative de l’itinéraire d’un sujet, de la formation d’un concept et de l’organisation d’un objet » (Guilhaumou dans Charaudeau, Maingueneau 2002 : 582).

18 « On a affaire maintenant à un volume complexe, où se différencient des régions hétérogènes, et où se déploient, selon des règles spécifiques, des pratiques qui ne peuvent pas se superposer. Au lieu de voir s’aligner, sur le grand livre mythique de l’histoire, des mots qui traduisent en caractères visibles des pensées constituées avant et ailleurs, on a, dans l’épaisseur des pratiques discursives, des systèmes qui instaurent les énoncés comme des événements (ayant leurs conditions et leur domaine d’apparition) et des choses, (comportant leur possibilité et leur champ d’utilisation). Ce sont tous ces systèmes d’énoncés (événements pour une part et choses pour une autre) que je propose d’appeler archive » (Foucault 1969 : 169).

19 Bonnafous 1991 : 226.

20 La mémoire est parfois évoquée au sens courant de processus d’enregistrement, par exemple à propos de la sloganisation, concept forgé par l’équipe du laboratoire de lexicométrie à propos du discours d’extrême droite (Tournier 1997 : 134).

21 L’émotion n’est pas seulement comprise dans le souvenir, elle influence le fonctionnement même de la mémoire, comme le montre A.-L. Gilet dans sa thèse sur l’influence des humeurs sur la mémoire sémantique (2005).

22 Mais il faut préciser que les lieux de l’Antiquité sont des images, et que les associationnistes anglais, appartenant à une civilisation de l’écrit, parlent d’idées.

23 Sur la question de la saillance cognitive, en particulier la saillance linguistique, voir une synthèse très complète dans Landragin 2004.

24 Sur cette question, voir l’extraordinaire phénomène de l’oubli dans la mémoire d’Athènes, traitée par N. Loraux (2005 [1997]) : elle montre comment la démocratie athénienne se construit partiellement sur un serment d’oubli de la discorde (la guerre civile), prononcé de manière tout à fait concrète au cours d’une cérémonie. Voir également Weinrich 1999 sur lequel je reviens plus loin.

25 Sur l’usage de la notion de sens social comme concept central d’une approche en sociologie cognitive, voir Conein 2005.

26 En France, c’est, outre la somme des Lieux de mémoire dirigée par P. Nora, la commémoration de la Révolution française en 1989 qui a déclenché une vague mémorielle sans précédent. La question de la mémoire est entrée depuis dans l’historiographie et elle y tient une place importante.

27 « Alors, au musée, on voit une vitrine où l’on nous montre la chaussette du soldat allemand – elle est évidemment très usée – sa timbale de zinc, sa croix de fer, enfin la croix qu’il a reçue s’il a été vaillant, les lettres qu’il envoyait à sa famille, un bout de crayon – vitrine émouvante consacrée au quotidien du soldat allemand pendant la guerre. Et puis, après, on a une autre vitrine et on a la même chaussette pour le soldat russe. Elle est de nettement moins bonne qualité que la première, il y a aussi la timbale du soldat russe et ses décorations. Un bout de crayon, ses lettres, etc. » (Robin 2004 : 43).

28 C’est le cas par exemple de l’historial de Péronne sur la Première Guerre mondiale, où tous les objets et documents sont systématiquement présentés selon les trois points de vue français, anglo-américain et allemand.

29 « La liaison impérative d’un signifiant à un réfèrent est d’autant plus facilement révocable que sa popularité diminue (Tolstoï a récrit Un cas de conscience en modifiant de version en version les noms des protagonistes) ou qu’augmente la souveraineté des décideurs (le maréchal Mobutu Sese Seko rebaptise d’un trait de plume le Congo ex-belge en Zaïre... et son successeur le président Laurent Désiré Kabila débaptise le Zaïre en République démocratique du Congo). Qu’un écrivain, parallèlement, veuille secouer les contraintes de la dénomination commune, il n’évitera l’inintelligibilité qu’en parsemant ses phrases de bouées salvatrices » (Wilmet 2003 [1997] : 79).

30 En fait cette occurrence entre également dans la première série, puisque la quatrième réponse à ce message d’Eolas déclenche un commentaire, suivi d’une réponse d’Eolas et d’un autre commentaire-réponse, avant que le fil de la discussion sur la nomination du nouveau garde des Sceaux ne reprenne son cours :
Le vendredi 3 juin 2005 à 17 :29, par K
Divine surprise... Maître, vous voilà maurassien maintenant
Tiens, on me l’avait pas encore faite celle là. J’en apprends beaucoup sur moi même avec ce blog. (PS : rassurez vous, l’humour de votre commentaire ne m’a pas échappé). (PPS : Charles Maurras, fondateur de l’Action française, nationaliste monarchiste plus que royaliste, avait qualifié les pleins pouvoirs votés à Pétain de « divine surprise » en 1940, voyant son souhait d’un pouvoir exercé par un seul homme fort exaucé alors même que la France venait de subir un revers militaire qui la plongeait dans le malheur).
Eolas

31 Cette question est jusqu’à présent plutôt débattue en argumentation, chez les nouveaux rhétoriciens, comme le précise R. Koren qui parle de « la responsabilité et de l’engagement pratique du chercheur » en sciences du langage (Koren 2002 : 226).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540