Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les prédiscours

 | 
Marie-Anne Paveau

Chapitre 2. Positions en sciences du langage

Texte intégral

Le langage re-produit la réalité. Cela est à entendre de la manière la plus littérale : la réalité est produite à nouveau par le truchement du langage. Celui qui parle fait renaître par son discours l’événement et son expérience de l’événement.
Benveniste, Problèmes..., « Coup d’œil sur le développement de la linguistique »

1Le chapitre précédent a abordé différentes désignations et conceptions des données antérieures au discours en sciences du langage, résultant d’un traitement lexico-phraséologique, pragmatique, logico-pragmatique et cognitif, sans que la notion fasse véritablement l’objet d’une théorisation. Je présente ici, avant de proposer ma théorie des prédiscours dans le chapitre 4, des élaborations théoriques reposant explicitement sur l’idée d’un sens antérieur collectif et formulant des propositions qui portent sur le fonctionnement du discours par rapport à des données présentées comme antérieures et partagées.

2Je pense en effet qu’il est nécessaire de se situer parmi les théories existantes, mais également que toute élaboration ne peut procéder que d’une ré-interrogation et d’une relecture des travaux précédents. Je partage entièrement cette remarque de J. Guilhaumou, qui fait écho à la réflexion analogue de S. Auroux citée dans l’avant-propos :

[...] nous considérons que la perpétuation du champ de l’analyse de discours passe en permanence par une interrogation historique et épistémologique. C’est pourquoi nous revenons sans cesse vers le geste inaugural de l’analyse de discours, son inscription dans la matérialité de la langue, à charge d’expliciter les différentes figures de cette matérialité, y compris sous une forme aléatoire, au fil de l’histoire de l’analyse de discours.
(Guilhaumou 2005 : 98)

3Les réflexions que je présente ici se situent dans trois domaines : l’analyse du discours, la pragmatique et la sémantique. Elles construisent trois notions différentes : le préconstruit, le sens commun et le sens généalogique.

La préconstruction du sens en discours

4Le succès de la notion de préconstruit a provoqué son extension, sa généralisation et, partant, un certain affaiblissement, comme le montrent les entrées dictionnairiques (Charaudeau, Maingueneau 2002, Neveu 2004) et certaines définitions qui font de préconstruit une sorte d’hyperonyme d’une série de termes désignant des données préfabriquées ou implicites : « Terme général qui regroupe des données qui ne sont pas présentes dans l’énoncé mais qui s’y manifestent sous forme de traces (marqueur énonciatif, organisation phrastique particulière, etc.). On parlera suivant le cas d’implicite, de présupposé, de méta-règle ou de méta-énoncé » (définition de J.-M. Léard en 1983, signalée in Gobert 2001 : 503).

  • 1 L’évolution d’un concept par affaiblissement ou réduction, son « décentrage », est nécessaire à sa (...)

5Bien que ce type d’évolution soit naturel aux concepts scientifiques, qu’il s’agisse des sciences exactes ou des sciences humaines1, je voudrais revenir sur son épaisseur première, porteuse d’éléments utiles à mon propre travail théorique. J’insisterai sur l’une des deux élaborations théoriques du préconstruit dans la linguistique francophone, celle de M. Pêcheux et P. Henry dans le cadre de la sémantique discursive ; je mentionnerai plus rapidement celle de J.-B. Grize dans le cadre d’une sémantique d’inspiration logique.

Le préconstruit de la sémantique discursive

6L’appellation de sémantique discursive trouve dans les travaux de M. Pêcheux et de ses collaborateurs des justifications précises : « [...] nous appellerons “sémantique discursive” l’analyse scientifique des processus caractéristiques d’une formation discursive, cette analyse tenant compte du lien qui relie ces processus aux conditions dans lesquelles le discours est produit (aux positions auxquelles il doit être référé) » (Pêcheux, Haroche et Henry 1971, in Maldidier 1990 : 149). M. Pêcheux la définira plus tard comme une sémantique « déterminée historiquement par les rapports idéologiques inhérents à une formation sociale donnée » (1975a : 3).

7La sémantique discursive a donc clairement pour but de saisir la relation entre le discours et ses extérieurs, que ces derniers soient nommés « conditions » ou « rapports idéologiques ». En tout cas la sémantique discursive se construit sur un objet qui admet sa propre altérité : la matérialité langagière en ce quelle dit quelque chose d’une autre matérialité, celle de l’idéologie ou des rapports sociaux. C’est ce qui permet à J.-M. Marandin d’affirmer avec une grande clarté que la notion ne relève pas d’une linguistique de la langue, mais d’une sociolinguistique ou d’une linguistique des discours en contexte : « La notion de préconstruit n’appartient pas à la théorie qui étudie les modes d’organisation du langage (la théorie de ce que j’appelle langue) ; elle relève d’une théorie qui étudie le fonctionnement du langage dans une formation sociale » (Marandin 1993 : 166).

Préconstruit et interdiscours

8La notion de préconstruit reprise de P. Henry (1975) par M. Pêcheux et C. Fuchs, est un moyen de décrire comment l’extralinguistique (ici : l’idéologique) se manifeste dans la matérialité langagière, en prétendant y avoir toujours été inscrit, avant la production des discours. Le thème de l’antériorité (« ça parle avant ») est explicite dans le préconstruit et la notion est donc de nature à enrichir ma réflexion sur les prédiscours. Mais on ne peut l’aborder en dehors de son terreau d’origine, et surtout de son articulation avec deux autres notions centrales de la sémantique discursive : l’intradiscours et l’interdiscours. Pour D. Maldidier, en effet, les trois concepts sont indissociables : « Je voudrais, déclare-t-elle, mettre l’accent ici sur ce que, dans ma lecture rétrospective, j’ai considéré comme la clef de voûte du système, le concept d’interdiscours dans sa relation avec le préconstruit, élaboré avec Paul Henry, et l’intradiscours. Ces trois concepts constituent à mes yeux le fond – décisif – de la théorie du discours » (Maldidier 1993 : 113).

9J’examine ici la relation entre préconstruit et interdiscours avant d’aborder la question de l’intradiscours dans le paragraphe suivant.

  • 2 Le passage commenté est le suivant : « [...] il existe à un niveau très profond (vraisemblablement (...)

10Il est intéressant de remarquer que la première occurrence, à ma connaissance, du terme inter-discours (transcrit au départ avec un trait d’union) figure dans un texte écrit conjointement par A. Culioli, C. Fuchs et M. Pêcheux en 1970 (Culioli et al. 1970), texte lui-même repris d’une publication dans les Cahiers pour l’analyse en juillet 1968. Il figure dans une note de M. Pêcheux commentant le texte d’A. Culioli (« La formalisation en linguistique », p. 1-13), dans un passage où A. Culioli emploie les termes et concepts, très intéressants pour ma perspective, de prélexical et de pré-asserté2. L’inter-discours est alors très succinctement défini comme « effet d’un discours sur un autre discours » et « base sur laquelle s’organisent les “mécanismes stratégiques” [d’un discours]. Cela signifie, ajoute M. Pêcheux, que l’on est ainsi au niveau du “on parle” ou du “ça parle”, c’est-à-dire au niveau non conscient (niveau du pré-asserté : lexis et relations primitives) » (Culioli et al. 1970 : 18).

  • 3 Le fait que le préconstruit, comme on le verra, ait son origine explicite chez P. Henry dans une c (...)
  • 4 « À la place du mythe idéologique d’une philosophie de l’origine et de ses concepts organiques, le (...)

11On ne peut que voir dans le pré-asserté d’A. Culioli, dans la mesure où il amène le concept d’inter-discours dans le commentaire que M. Pêcheux en fait, une source possible de celui de préconstruit, qu’il retravaillera à partir des propositions de P. Henry, et dans un lien systématique avec l’interdiscours3. Avec un déplacement cependant : alors que le pré-asserté (niveau prélexical) semble chez A. Culioli plutôt d’ordre mental ou cognitif (le « niveau très profond » n’est pas exactement localisé, mais ressortit à quelque chose comme la compétence du sujet parlant), le préconstruit de la sémantique discursive, relève, comme le rappelle J.-M. Marandin, d’une articulation entre le social et le langagier. Il faut signaler qu’A. Culioli utilise couramment la notion de préconstruit (ou de préconstruction), en se référant d’ailleurs à la brochure de 1970, dans une optique circonscrite à la syntaxe : le préconstruit signale une relation prédicative (1990 [1978]) ou une présupposition d’existence (1999). La définition que M. Pêcheux en donne dans Les vérités de La Palice (sans trait d’union), qui reprend les mêmes expressions que dans le fascicule de 1970 (« ça parle »), mais qui s’inspire de la définition althussérienne de la société comme structure complexe4, signale bien ce déplacement :

Nous proposons d’appeler interdiscours ce « tout complexe à dominante » des formations discursives, en précisant bien qu’il est lui aussi soumis à la loi d’inégalité-contradiction-subordination dont nous avons dit quelle caractérisait le complexe des formations idéologiques.
Nous dirons dans ces conditions que le propre de toute formation discursive est de dissimuler, dans la transparence du sens qui s’y forme, l’objectivité matérielle contradictoire de l’interdiscours, déterminant cette formation discursive comme telle, objectivité matérielle qui réside dans le fait que « ça parle » toujours « avant, ailleurs et indépendamment », c’est-à-dire sous la domination du complexe des formations idéologiques.
(Pêcheux 1975b, in Maldidier 1990 : 227)

12La notion de préconstruit subit également un déplacement par rapport au pré-asserté d’A. Culioli (si l’on admet qu’il y a quelque lien entre ces deux pré-là). On sait en effet que « [...] P. Henry et M. Pêcheux ont élaboré le préconstruit comme alternative à la présupposition, telle que O. Ducrot, au début des années 1970, commençait à la travailler, en reprenant le questionnement du logicien Frege » (Maldidier 1993 : 114). Mais les deux analystes du discours ont pensé le préconstruit en rupture avec la présupposition, c’est-à-dire non plus comme une défaillance des langues naturelles par rapport à la référence (position logico-pragmatique), mais comme le signe de la présence, antérieurement au discours, de segments discursifs « déjà-là » dont les locuteurs n’aperçoivent plus les origines. Alors que la présupposition est une nécessité pragmatique, le préconstruit signale un assujettissement idéologique.

13La notion une fois posée, décrite et définie, comment fonctionne-t-elle dans l’analyse des discours et quelle y est sa rentabilité ?

Traces du préconstruit comme effet dans l’intradiscours

14Une des caractéristiques du préconstruit dans la sémantique discursive est qu’il est linguistiquement analysable, comme le précise l’article fondateur de 1971, où pré-construit, comme inter-discours, porte encore le trait d’union du néologisme : « [...] le sujet parlant prend position par rapport aux représentations dont il est le support, ces représentations se trouvant réalisées par du “pré-construit” linguistiquement analysable » (Pêcheux, Haroche et Henry 1971, in Maldidier 1990 : 153).

15En effet, le préconstruit manifeste indirectement son existence dans des structures syntaxiques particulières : construction relative, détermination, nomi-nalisation, formes largement arpentées par l’analyse du discours des années 1970 et 1980, et repérables dans des travaux récents (voir par exemple Sitri 2003 qui exploite la notion de nominalisation). Cette concentration sur les phénomènes syntaxiques est restée dans les mœurs des linguistes puisqu’un dictionnaire récent l’entérine en signalant que le préconstruit se repère « aux formes résultant d’une opération d’actualisation, de thématisation, de prédication seconde et, plus généralement, d’enchâssement syntaxique », donnant la liste suivante : actualisation nominale, détachement, nominalisation (Neveu 2004 : 240).

16En ce sens la notion de préconstruit fournit des observables langagiers et linguistiques, ce qui la rend par exemple plus riche, linguistiquement parlant, que celle de compétence encyclopédique examinée au chapitre précédent, qui n’est pas ou très peu repérable dans la matérialité des énoncés. Mais, dans la théorie de la sémantique discursive et dans ses usages ultérieurs, le préconstruit se trouve circonscrit à des manifestations syntaxiques, ce qui lui ôte une part de son efficace théorique. Dans le repérage en discours de ce que j’appelle l’appel aux prédiscours, j’étendrai le champ des manifestations discursives des données prédiscursives à des phénomènes relevant d’autres niveaux de l’analyse linguistique (voir les derniers chapitres consacrée à l’étude en corpus des manifestations discursives).

  • 5 J.-J. Courtine critique dès 1991 l’abandon du projet historique par les analystes du discours : «  (...)

17Il est en revanche un trait du préconstruit tel qu’il se manifeste dans l’intradiscours qui semble avoir été oublié ou du moins considérablement mitigé par les analystes du discours comme par les historiens-lexicographes des notions linguistiques : sa nature d’effet. Cette propriété de la notion est parfaitement bien décrite par B. Fradin et J.-M. Marandin, qui présentent le préconstruit comme « ce qui fonctionne comme évidence ayant un effet de référence extralinguistique dans un discours donné. Il n’est porteur de cet effet qu’en tant que sa nature d’élément discursif est occulté, oublié dans une formation discursive » (Fradin, Marandin 1979 : 82). Même si le terme d’effet est repris dans les définitions et les usages de la notion (« effets d’évidence » dans Neveu 2004, « effet discursif » dans Détrie et al. 2001 et Charaudeau, Maingueneau 2002), la notion est comme naturalisée, en vertu d’une sorte de réalisme que J.-J. Courtine appelle « grammaticalisation5 » : le préconstruit apparaît comme un ensemble de préconstructions antérieures assimilées à des discours déjà produits (le déjà-là du déjà dit). Mais c’est en fait, chez P. Henry, l’antériorité elle-même qui est un effet :

Il est donc possible [...] qu’une formulation puisse paraître saturée comme si sa saturation était liée à un rapport intra-séquence alors qu’en réalité, sur la base de l’autonomie relative de la langue, un rapport inter-séquence doit nécessairement jouer. Cela produit l’effet subjectif d’antériorité, d’implicitement admis, etc., que nous avons désigné ailleurs sous le terme de préconstruit.
(Henry 1975 : 97 ; nous soulignons)

18Le terme d’effet doit être replacé dans le contexte naturel de la sémantique discursive, le marxisme althussérien. Le terme et la notion d’effet proviennent de la théorie de l’idéologie formulée dans le célèbre article de L. Althusser « Idéologie et appareils idéologiques d’État » paru en 1970. Le philosophe y explique très précisément ce qu’il appelle effet idéologique :

Comme le disait admirablement Saint Paul, c’est dans le « Logos », entendons dans l’idéologie, que nous avons « l’être, le mouvement et la vie ». Il s’ensuit que, pour vous comme pour moi, la catégorie de sujet est une « évidence » première (les évidences sont toujours premières) : il est clair que vous et moi sommes des sujets (libres, moraux, etc.). Comme toutes les évidences, y compris celle qu’un mot « désigne une chose » ou « possède une signification » (donc y compris les évidences de la « transparence » du langage), cette « évidence » que vous et moi sommes des sujets – et que ça ne fait pas problème – est un effet idéologique, l’effet idéologique élémentaire. C’est en effet le propre de l’idéologique que d’imposer (sans en avoir l’air, puisque ce sont des « évidences »), les évidences comme évidences, que nous ne pouvons pas ne pas reconnaître, et devant lesquelles nous avons l’inévitable et naturelle réaction de nous exclamer (à haute voix, ou dans le « silence de la conscience ») : « C’est évident ! C’est bien ça ! C’est bien vrai ! ». Dans cette réaction s’exerce la fonction de reconnaissance idéologique qui est une des deux fonctions de l’idéologie comme telle (son envers étant la fonction de méconnaissance).
(Althusser, 1970 : 30).

  • 6 « “Celui qui sauva le monde en mourant sur la croix n’a jamais existé”. [...] Ne faudrait-il pas p (...)

19C’est sur cet arrière-plan philosophique que le terme est également utilisé par M. Pêcheux dans son analyse de l’énoncé « Celui qui sauva le monde en mourant sur la croix n’a jamais existé6 ». Il y décrit le préconstruit comme un « effet discursif lié à l’enchâssement syntaxique » (Pêcheux 1975b in Maldidier 1990 : 193 ; ital. de l’auteur).

20Il est important de souligner un autre trait du préconstruit, son universalité, qui le rend proche du concept philosophique d’évidence. M. Pêcheux décrit ainsi le caractère universellement partagé du préconstruit :

[...] le préconstruit, tel que nous l’avons redéfini, renvoie simultanément à « ce que chacun connaît », c’est-à-dire aux contenus de pensée du « sujet universel » support de l’identification et à ce que chacun, dans une « situation » donnée, peut voir et entendre, sous la forme des évidences du « contexte situationnel ». De la même manière, l’articulation (et le discours-transverse dont nous savons maintenant qu’il en est le fondement) correspond à la fois à « comme nous l’avons dit » (rappel intradiscursif), « comme chacun sait » (retour de l’Universel dans le sujet) et « comme chacun peut le voir » (universalité implicite de toute situation « humaine »).
(Pêcheux, 1975b, in Maldidier, 1990 : 235)

21Le préconstruit est donc explicitement doté d’une dimension collective, propriété qui retient toute mon attention dans l’élaboration d’une théorie des prédiscours. J’y reviendrai en particulier dans l’étude des marqueurs d’évidentialité (chapitre 6).

22Il n’est évidemment pas question d’adopter une étroite orthodoxie épistémologique et de reconduire à l’identique, au début du XXIe siècle, des notions élaborées au sein de systèmes de pensée actifs dans les années 1960 et 1970. Il n’est pas souhaitable cependant, pour des raisons qui tiennent autant à une épistémologie bien comprise qu’à une éthique de la recherche, d’amputer les concepts de la moitié de leur opérativité. Les conséquences théoriques sont en effet importantes : le fait que le préconstruit soit un effet implique une immatérialité du phénomène, ce qui veut dire que le préconstruit, qui se manifeste syntaxiquement, ne peut cependant recevoir de « traduction » sous forme de propositions par exemple. Il est allégué, implicitement admis, reconnu, comme antérieur, mais n’existe pas discursivement, et encore moins linguistiquement, comme antérieur. Lui donner une existence matérielle revient à faire une erreur de paradigme : il ne s’agit pas d’une notion élaborée dans le cadre d’une philosophie réaliste du langage, que ce réalisme soit « doux » ou « de force industrielle », selon les termes de D. Dennett, mais dans l’optique du matérialisme historique.

23Cependant on peut penser que l’évolution du concept par affaiblissement théorique est inscrite dans sa définition même. La notion présente une difficulté certaine, qu’A. Collinot et F. Mazière analysent ainsi :

En 1975, M. Pêcheux définissait le préconstruit comme « l’impensé de la pensée », « ce qui est pensé avant, ailleurs, ou indépendamment de ce qui est contenu dans l’affirmation globale de la phrase » (Pêcheux 1975). Ce concept n’a sans doute pas apporté à l’Analyse de discours tout ce qui pouvait en être attendu. Pour deux raisons au moins, l’une générale, l’autre tenant à la configuration de base de la théorie du discours dans les années 1970-1980 :

  • les concepts qui introduisent un « autre » non assignable et donc non repérable à la surface du texte sont particulièrement malaisés à manier dans la réalisation de parole et donc guère sollicités par l’analyste qui ne peut procéder à un repérage des traces.
  • sa conjonction à l’interdiscours l’a fragilisé. Elle en fait une des manifestations de 1 « autre » du discours, non coïncidant au discours tenu. Cependant, son originalité tient à sa réinsertion non montrée dans l’intradiscours où, fonctionnant comme évidence non interrogeable du sens, il assure l’interprétation des propositions.

(Collinot, Mazière 1994 : 327-328).

Préconstruit, assujettissement et universel

24Vider le préconstruit de sa dimension matérialiste d’effet idéologique a une autre conséquence, et pas des moindres, puisqu’il est question de la conception du sujet. Le préconstruit est en effet conçu par P. Henry et M. Pêcheux comme une manifestation dissimulée de l’assujettissement des individus, qui, assujettis donc, ne sont plus des sujets autonomes maîtres de leurs dires, comme l’idéalisme, représenté surtout par la psychologie, se les représente.

25D. Maldidier, après avoir cité la fameuse analyse de l’énoncé « Celui qui sauva le monde... », insiste sur l’insu du sujet, toujours dupe de l’interdiscours :

Renvoi à du discursif qui se perd dans la nuit des temps et que nous avons toujours su ! Reprise, à l’insu du sujet, de bribes discursives venues d’ailleurs et déjà constituées. Quant à l’intradiscours, s’il correspond au fil du discours, à l’enchaînement empirique dans la séquence textuelle, il en désigne le concept, en relation avec l’interdiscours. Dès les Vérités de La Palice, en termes encore très abstraits, Michel Pêcheux énonçait ce qui allait devenir central dans les recherches menées après 1980 : la réinscription, toujours dissimulée, dans l’intradiscours, des éléments de l’interdiscours, « la présence d’un “non-dit” traverse le “dit” sans frontière repérable » (formule manuscrite de 1982).
(Maldidier 1993 : 114 ; je souligne)

26Ce terme de dissimulation apparaît plusieurs fois sous la plume de M. Pêcheux, terme courant du vocabulaire marxiste qui croise celui de la psychanalyse lacanienne (avec illusion, insu, masquage, etc.), et qui formule la nature souterraine de l’action de l’idéologie. Cela conduit M. Pêcheux à exprimer une grande méfiance vis-à-vis des affirmations de l’autonomie du sujet :

Ce qui précède nous permet de dire que la notion d’« acte de langage » traduit en fait la méconnaissance de la détermination du sujet dans le discours, et que la prise de position n’est en réalité aucunement concevable comme un « acte originaire » du sujet-parlant : elle doit au contraire être comprise comme l’effet, dans la forme-sujet, de la détermination de l’interdiscours comme discours-transverse c’est-à-dire l’effet de l’« extériorité » du réel idéologique-discursif en tant qu’elle « revient sur elle-même » pour se traverser.
(Pêcheux, 1975b, in Maldidier 1990 : 236)

  • 7 Deux représentantes de cette critique dans la lignée des travaux de M. Pêcheux : B.-N. Grunig dans (...)

27On sait que c’est la pragmatique qui est visée dans ces lignes, et plus généralement la conception du sujet promue par les paradigmes interactionnels et communicationnels7.

28Si, en effet, le préconstruit est réduit à du simple discours antérieur (sous forme de discours rapporté par exemple), si le sujet parlant est l’origine consciente de ses productions discursives, alors l’assujettissement est réduit au dialogisme, la domination à l’altérité et le discours à l’intention. Ce ne sont plus du tout les mêmes enjeux qui sont en question dans l’analyse des discours en contexte.

Préconstruit culturel et schématisation

29Il faut mentionner la notion de préconstruit élaborée par J.-B. Grize, dans un tout autre contexte théorique, avec une puissance opératoire qui me semble un peu plus faible. Cette notion appartient au dispositif théorique de la schématisation définie de la manière suivante : « Je considère que tout discours construit une sorte de micro-univers que j’appelle une schématisation » (Grize 1978 : 45). Ce micro-univers est constitué d’un contexte (la « partie antérieure et postérieure du discours ») et d’une situation (« l’ensemble des données non discursives »).

30Le préconstruit chez J.-B. Grize est de l’ordre de la représentation, et possède une dimension interactionnelle qui le rend proche de la compétence encyclopédique (culturelle et idéologique) décrite par C. Kerbrat-Orecchioni :

J’ai indiqué plus haut qu’une schématisation – expression d’un discours pratique – était toujours construite pour un auditoire donné. Or, un auditoire, ou éventuellement un auditeur, appartient nécessairement à un certain milieu socioculturel. Déterminer sa nature particulière n’est pas l’affaire du logicien. Il doit en revanche lui faire sa place dans le cadre théorique et reconnaître, pour cela, que, par le biais des langues naturelles, un discours quelconque prend toujours ancrage et dans un préconstruit culturel et dans un préconstruit situationnel.
(Grize 1978 : 47).

31Culturel et situationnel (la situation ayant été définie comme un ensemble de « données non discursives ») : l’intérêt de cette élaboration est l’examen direct du domaine du prélangagier (J.-B. Grize le désigne comme tel, ce qui n’est pas si fréquent dans la littérature, comme je l’ai signalé au chapitre 1), examen qui comporte des risques parfaitement assumés par l’analyste :

[...] je postulerai que tout discours plonge ses racines dans un terreau qui, pour être largement indéterminé, n’est pas pour autant dépourvu de toute organisation. Comme, pour faire avancer la réflexion, il faut bien parler de ce prélangagier et donc se servir du langage, on se trouve dans une situation paradoxale, que marquent à l’évidence les continuelles variations de sens du terme de représentation. C’est ainsi que, si l’on considère le seul locuteur, on peut dire que l’énoncé exprime la représentation mentale qu’il a de quelque chose. Mais, si on le replace dans sa situation d’énonciation, on peut tout autant soutenir que son énoncé représente ce dont il est question.
(Grize 1998 : 118 ; je souligne)

32La notion de préconstruit culturel s’enrichit donc d’une approche sociologique du prélangagier. J.-B. Grize fait appel aux travaux de D. Jodelet sur les représentations sociales et donne en 1998 la définition suivante :

  • 8 Jodelet D. 1984, « Représentations sociales : phénomènes, concept et théorie », in Moscovici S. (é (...)

Le terme de représentation sociale désigne le champ tout entier des croyances d’un individu, soit tout ce qui lui sert de « cadres d’interprétation du réel, de repérage pour l’action » (Jodelet, 1984 : 2618) et on peut en parler comme de PCC [Préconstruits culturels] : préconstruits parce que acquis, et culturels parce que fonctions de l’environnement collectif. (Grize 1998 : 119-120).

33Je retiens que pour J.-B. Grize, préconstruit est synonyme d’acquis (ce qui n’est pas tout à fait ma perspective) et lié au collectif (ce qui l’est pleinement). Je retiens aussi le terme de cadre, issu de la sociologie, qui donnera une partie de son nom à mon concept de « cadres prédiscursifs collectifs ».

Importations philosophiques : autour du sens commun

34Les analyses qui précèdent montrent que la question des données prédiscursives est traitée comme une question posée à la matérialité du discours lui-même, le préconstruit étant repérable en discours et constructible comme observable langagier, bien qu’il ne soit pas lui-même matérialisable dans les discours.

35Dans une perspective pragmatique de nature plus communicationnelle, certains chercheurs choisissent d’importer la notion de sens commun à partir de la philosophie, et de la rendre opératoire en linguistique. C’est le cas de G.-É. Sarfati (France) et de B. Larsson (Suède), et de certains de mes travaux antérieurs.

La pragmatique des normes

36L’objectif poursuivi par G.-É. Sarfati dans l’élaboration de sa « pragmatique topique » (1998) ou « pragmatique des normes » (Sarfati 2002a et b) est de fournir à la théorie du discours une sémantique qui manque selon lui à la fois à la théorie de l’idéologie de L. Althusser, au modèle archéologique de M. Foucault et à la théorie politique de M. Pêcheux.

37Dans La sémantique : de l’énonciation au sens commun (Sarfati 1996), il travaille à « la délimitation théorique et pratique de la question du sens commun, d’un point de vue philosophico-linguistique » (Sarfati 1996 : 2). Ce point de vue l’amène à concevoir le sens commun comme un régulateur social et culturel, relevant d’une sorte de macro-compétence qui gère les savoirs et les pratiques au sein d’un groupe :

Le réexamen du concept à partir des réquisits d’une théorie linguistique nous a conduit à en proposer la définition suivante : le sens commun s’entend d’une communauté de sens liée aux formes de savoirs communiqués à l’intérieur des différentes pratiques de discours. Incidemment, et de manière plus restreinte, le sens commun désigne des savoirs figés ou rémanents, compris comme doxas, relativement à la récurrence tendancielle de ces mêmes pratiques discursives. La stabilisation des attendus du sens commun résulte non seulement de l’incidence du contexte sur la production et l’organisation du sens, mais encore des déterminations que font peser sur les formes discursives les contraintes génériques qui les mettent en œuvre.
(Sarfati 1996 : 57 ; postface de 2005)

38Du sens commun, G.-É. Sarfati glissera à la notion de doxa, notion qu’il conçoit comme une version discursive de celle d’idéologie :

Trois critères fonctionnels, d’abord requis pour la compréhension de « l’idéologie en général » (L. Althusser), nous paraissent transférables à la problématique discursive de la doxa. Le premier critère consiste à poser qu’à l’instar de l’idéologie, la doxa se manifeste sur le mode de l’évidence (littéralement de l’évidence non questionnée) : les poncifs, stéréotypes, lieux communs seraient les traces les plus primitives et les plus manifestes de cette caractéristique. Corrélativement, le second critère revient à dire que les mécanismes de l’idéologie, ici de la doxa, supposent, de la part des sujets qui les agissent, une relative méconnaissance de ce qu’ils sont (en tant que mécanismes proprement idéologiques). Le troisième critère consiste à poser que l’idéologie équivaut à l’inconscient d’une formation sociale.
(Sarfati 1998 : 22-23)

39G.-É. Sarfati considère le sens commun comme un « régulateur, voire un médium sémantico-pragmatique » (2002a : 102) et le définit comme « l’ensemble des représentations symboliques distinctives d’une formation sociale », autrement dit comme une « topique sociale » (2002a : 103). Il en propose une approche à quatre paliers : sur un premier palier se situent les dispositifs institutionnels, reliés sur un deuxième palier à des textes canoniques, ces derniers déterminant, sur un troisième palier, ce qu’il appelle la « topique d’une société » ou « sens commun », qui se compose d’une ou plusieurs doxas structurée(s) en topoï ou « dispositifs d’opinion » (quatrième palier). Les deux concepts mis en place par G.-É. Sarfati sont l’« a priori doxal » et la « compétence topique » :

L’a priori doxal du sens postule l’antériorité d’une disposition doxale sur tout acte d’énonciation. [...] La notion de compétence topique désigne l’aptitude des sujets à produire des énonciations opportunes et adéquates, et, corrélativement, de les interpréter compte tenu des formes et des contenus axiologiques investis dans la structuration du sens dans un cotexte et un contexte donné. Ou encore : l’aptitude des sujets à sélectionner et identifier – à la production comme à la réception – les topiques afférentes à une situation langagière donnée.
(Sarfati 2002a : 112)

  • 9 « Dans cette perspective, l’inscription de la doxa dans la langue est postulée relativement à l’or (...)
  • 10 Je dis « réintégrée » car la sémantique discursive de M. Pêcheux possédait une dimension historiqu (...)

40La notion d’à priori doxal pose explicitement une antériorité d’opinions préformées, inscrite dans les topiques, et G.-É. Sarfati utilise les termes de prédétermination, d’antériorité et d’arrière-plan pour signaler la présence de ce que j’appelle de mon côté données prédiscursives9. Cette conception répond partiellement à mes interrogations, mais laisse selon moi dans l’ombre les modalités linguistiques d’inscription de « l’a priori doxique » ou de « l’arrière-plan topique » dans la matérialité langagière. Elle ne répond pas non plus à la question de la transmission des opinions préformées, question diachronique qui doit à mon avis être réintégrée dans l’analyse du discours par une prise en compte des phénomènes liés à la mémoire discursive10.

41La conception du sens commun que défend G.-É. Sarfati relève en effet plus de l’étude de la conformité des discours et des opinions à une norme idéologique (d’où l’expression de « pragmatique des normes ») que d’une analyse proprement linguistique des productions verbales dans l’espace public. Il signale lui-même cette distinction, liée selon lui à la « difficulté de disposer d’un concept linguistique du sens commun » :

On posera un concept de compétence topique – lié au paradigme du sens commun – que l’on définira comme un certain savoir de la langue mis en œuvre de manière à permettre la production d’énonciations adéquates dans chaque situation de prise de parole. Le caractère « impur » de cette définition tient à la difficulté de disposer d’un concept linguistique de sens commun : dans la mesure où la sémantique de l’énonciation s’intéresse aussi à des « contenus », il doit autant à des exigences théoriques directement liées à la conception d’un ensemble de mécanismes argumentatifs inscrits en langue, qu’à une notion axiologique du sens commun – notion ici dérivée – dont les différentes dimensions constituent les enjeux sinon les matériaux sélectionnés à l’occasion des différents procès d’énonciation.
(Sarfati 1996 : 30)

42« Dans cette perspective, précise-t-il, le sens commun linguistique serait une raison communicative commune » (1996 : 30).

L’épistémologie interactionnelle

43B. Larsson, linguiste suédois spécialiste de philologie française, travaille dans une perspective plus sémantique et largement interdisciplinaire (ses travaux ont été évoqués à propos de l’intersubjectivité dans le chapitre 1).

44Dans un ouvrage significativement intitulé Le « bon » sens commun (1997), il pose la question du sens au sein du débat entre relativistes et objectivistes. Pour lui, le sens est tout bonnement équivalent au sens commun, qu’il rebaptise « bon » sens commun, adoptant clairement une perspective interactionnelle. Il propose une « conception du sens comme cognition intersubjective » (1997 : 287) qui implique une épistémologie de la mise en relation :

De la conception du sens comme propriété émergente à la fois intersubjective et publique, il découle donc une épistémologie qui n’est ni celle de l’introspection ni celle de l’observation extérieure. L’épistémologie du sens, pourrait-on dire, n’est ni une épistémologie du je, ni une épistémologie du il/elle ou ils. C’est une épistémologie du nous, c’est-à-dire une épistémologie de la connaissance interactionnelle (Mead), de l’observation participante (Boas, Jakobson, Bakhtine), de l’expérimentation dialogique (Vygotsky, Harré et Gillet) et de la pragmatique transcendantale (Appel, Habermas).
(Larsson 1997 : 287-288)

45Selon lui, « le mode d’existence du phénomène du sens est essentiellement de l’ordre de l’intersubjectif », c’est « une propriété émergente qui se constitue dans un acte de cognition ou de recognition intersubjectif » (1997 : 283 ; ital. de l’auteur).

46Il y a deux éléments qui m’intéressent particulièrement dans le travail de B. Larsson. D’abord, la prise en compte très forte de la communauté du sens. Selon lui en effet,

il ne suffit pas simplement que deux êtres partagent « objectivement » une même cognition ou qu’ils conceptualisent de la même manière leurs perceptions pour qu’il y ait sens et compréhension. Il faut en plus que la cognition et la conceptualisation communes soient constatées et reconnues comme étant communes par les deux parties.
(Larsson 1997 : 283 ; ital. de l’auteur)

47Cette conception l’amène à proposer la définition du sens suivante :

Le sens verbal, pour être, doit contenir une cognition ou une conceptualisation intersubjectivement construite, constatée ou reconnue et mémorisée par au moins deux locuteurs sous la forme d’un signe ou de rapports entre signes. [...] Cette conception du sens, sans aucun doute, satisfait en grande partie à notre bon sens commun. Pour se comprendre, dira-t-on, il faut bien sûr qu’il y ait du sens partagé. Sans du sens qui soit commun, il n’y a que malentendu ou absence de communication. La vraie compréhension présuppose évidemment qu’il y ait intersection de “compréhension” entre deux locuteurs.
(Larsson 1997 : 283 et 284 ; ital. de l’auteur)

48Deuxième élément qui suscite mon intérêt : le fait que sa description théorique soit directement liée à un choix épistémologique concernant la position de l’analyste, question qui est constamment à l’arrière-plan de mon propre travail. Il considère en effet que le locuteur ou l’analyste qui conserve une position d’observateur extérieur aux faits de langage ne peut avoir accès à la connaissance du sens. Il conteste donc l’épistémologie à la troisième personne et plaide pour une épistémologie du nous qui peut selon lui exorciser les échecs de la sémantique :

À mon avis, c’est parce que la sémantique a seulement adopté la perspective épistémologique de la troisième personne, celle de l’observateur extérieur, qu’elle n’est pas arrivée à se constituer en une science adaptée au mode d’existence de son objet d’étude. S’il est vrai que le sens est une propriété émergente qui se constitue dans un acte d’interaction et de re-cognition intersubjective, une épistémologie objectiviste fondée sur la perspective de la troisième personne ne peut pas, en principe, en rendre entièrement compte. En tout cas, elle aboutira toujours à des connaissances plus ou moins probabilistes et indéterminées.
(Larsson 1997 : 286)

49Je retiens donc ces deux éléments du travail de B. Larsson (nature commune du sens et position « participante » de l’analyste), et j’essaierai pour ma part de donner une description plus précisément linguistique de ce commun du sens qui semble devoir être postulé pour décrire le fonctionnement des discours. Une chose est en effet de postuler son existence, et c’est ce que font G.-E. Sarfati et B. Larsson, mais une autre est d’en proposer une description linguistique. Celle-ci semble manquer aux deux propositions précédentes qui ne permettent pas selon moi une véritable exploration de la matérialité langagière.

Le sens commun est-il un concept linguistique ?

50Dans mes travaux antérieurs, j’ai tenté de doter la notion de sens commun d’une opérativité linguistique. Je suis partie d’une conception plutôt dynamique des antérieurs du discours, inspirée des conceptions narratives de R.C. Shank et R. Abelson (je parlais dans Paveau 2000 et 2001 de « script », pour désigner un ensemble de représentations qui donnaient des instructions pour les productions discursives). J’ai ensuite abandonné cette conception trop dynamique (qui rend compte de la structure narrative des comportements) et sans doute trop mentaliste pour me tourner vers les notions de doxa et de sens commun.

51À la faveur d’une réflexion sur l’envers du cliché, c’est-à-dire sur les conditions sociales, culturelles et mentales de l’existence même du cliché en discours (Paveau 2002), j’ai adopté la dénomination de sens commun (inspirée du common sense anglo-saxon et du travail de G.-É. Sarfati examiné plus haut). Je définissais alors le sens commun comme un ensemble de cadres de savoirs et de croyances (2002, 2003a, 2003b), et plus tard comme un ensemble de cadres représentationnels collectifs (2004).

  • 11 Sur cette question voir les développements de la section 4.3. et Paveau 2005.

52Je pense actuellement que la notion de sens commun est insuffisamment opératoire en sciences du langage et particulièrement en analyse du discours. C’est un concept à la fois trop descriptif (c’est un descripteur de la réussite des interactions verbales) et trop intégratif (il est effectivement très proche, comme le signale G.-É. Sarfati, d’une « raison communicative commune », qui nous dit tout sur l’existence de la communication mais pas grand-chose sur son fonctionnement langagier). Mais surtout, il est bien trop unifiant et ne permet pas de rendre compte de la multiplicité des régimes de savoir qui informent les discours. En effet, ce sens commun n’est-il pas, en vérité, plus ou moins commun selon les contextes discursifs ? N’y a-t-il une grande variété d’états intermédiaires entre savoir scientifique et sens commun, entre croyance partagée et savoir établi ? Il y a sans doute, et c’est la direction que montrent bien des travaux en philosophie des sciences, un continuum entre le commun et le scientifique, le populaire et le savant, la science sauvage et la science tout court11.

53Ce sont les raisons pour lesquelles je préfère désormais la notion de prédiscours, qui a l’avantage de s’ancrer dans une historicité du sens. Il me semble en effet que la généalogie du sens est une question cruciale pour la linguistique actuellement ; c’est pourquoi je présente, avant de définir ma conception des prédiscours et de leur fonctionnement, une théorie sémantique qui me semble renouveler profondément les approches de la construction socio-cognitive du sens en prenant en compte la question de l’histoire et de la transmission.

Un renouvellement de la sémantique cognitive : l’archéologie sémantique

54La réflexion du sémanticien V. Nyckees a pour but de déplacer l’alternative à laquelle est soumise toute interrogation sur les rapports entre la langue et le monde et la catégorisation : objectivisme (théorie des CNS) ou conceptualisme (théorie du prototype).

Expérientialisme historique et catégorisation collective

55Rappelant, après bien d’autres, que le modèle des CNS n’est pas un modèle réaliste puisqu’il « n’implique nullement que les traits présentés par les exemplaires d’une catégorie soient des traits objectifs » (1998a : 327), V. Nyckees propose de jeter un nouveau regard sur le modèle des propriétés communes :

[...] contrairement à un préjugé actuel encore tenace, on peut très bien souscrire au principe des CNS sans cesser de penser que les catégories n’existent pas objectivement en tant que telles, mais exclusivement dans notre interaction avec notre environnement, et qu’elle n’ont finalement de sens que par et pour des êtres humains en interrelation. Le modèle des CNS n’est donc pas lié par essence à une conception essentialiste de la signification.
(Nyckees 1999 : 113)

56Notre représentation du sens est en effet essentiellement collective, issue à la fois de nos expériences passées et de nos interactions avec nos semblables : « L’objectivisme a raison, il est vrai, d’estimer que les significations transcendant l’individu (elles viennent de plus loin que lui) [...], mais on peut l’expliquer [...] par leur caractère fondamentalement collectif » (1999 : 124). De plus loin : cette expression résume bien l’origine des significations selon V. Nyckees, pour qui le sens est le produit d’une sédimentation historique et culturelle. Si l’on veut à tout prix classer cette perspective en faisant référence aux paradigmes existants, on peut qualifier l’approche de V. Nyckees d’expérientialisme historique.

La nécessité de l’histoire

57V. Nyckees insiste en effet sur les insuffisances de la sémantique cognitive de G. Lakoff et M. Johnson, malgré la force de leur modèle. Celui-ci, bien qu’il intègre la dimension proprement expérientielle de la cognition humaine (dimension essentiellement corporelle comme le signale le théorème « Mind is embodied »), est cependant affecté d’un grave défaut puisqu’il est dépourvu de dimension historique. Cette lacune signe pour V. Nyckees l’échec du modèle, qu’il ramène à un mentalisme universalisant sans ouverture sur l’extériorité de l’expérience :

En fait, l’écrasement de la dimension historique semble bien témoigner de la persistance d’un cadre de pensée essentiellement innéiste [...], universaliste, fondamentalement individualiste et strictement mentaliste, consacrant l’occultation du rôle cognitif du langage, pensé comme le reflet d’opérations mentales qui lui préexistent.
C’est sans doute pour de telles raisons qu’en dépit des attentes quelle a suscitées l’étude de la conceptualisation humaine par la sémantique cognitive semble marquer le pas. [...] Une voie plus prometteuse existe pourtant qui devrait permettre aux études sémantiques prenant en compte la cognition humaine d’accéder à une meilleure adéquation empirique tout en élevant leur puissance heuristique. Ce renouvellement de la sémantique cognitive passe à mon sens par la reconnaissance de la nature collective des significations linguistiques et de leur dimension de phénomènes culturels et historiques. Beaucoup d’énigmes se dissipent en effet quand on commence à considérer les significations comme des réalités socio-culturelles sélectionnées par l’expérience collective, inséparables de la vie des sociétés, de l’évolution des savoirs et de leur diffusion.
(Nyckees 1998b : 56-57).

58Il s’agit alors de mettre en place une « théorie historique de la signification », dans laquelle prend place la notion de « lignée linguistique », particulièrement intéressante pour mon propos puisqu’elle fournit une réponse à la question de la transmission des données prédiscursives que je posais plus haut :

La première de ces approches concerne le problème de la constitution collective des significations, c’est-à-dire de leur origine et de leur devenir dans l’histoire d’un groupe linguistique ; les usagers héritent en effet de significations déjà constituées ou, pour le dire plus précisément – puisque aucun locuteur ne reconduit jamais à l’identique la totalité des significations qui ont cours dans une communauté linguistique –, les locuteurs entrent dans un règne de significations déjà constituées. Il s’ensuit qu’on ne saurait expliquer le phénomène des significations sans prendre en compte leur histoire antérieure et leur développement au sein d’une « lignée » linguistique (ou, plus généralement, sémiotique), lignée qui remonte d’une certaine façon aux commencements de l’humanité, mais qu’on ne saurait évidemment reconstituer en totalité.
(Nyckees 2003 : 65)

  • 12 « La logique de la catégorisation sémantique ne s’offre pas toujours en effet au premier regard pa (...)

59Un des plus grands mérites de la théorie de V. Nyckees est d’injecter de l’historique dans le sémantique, ce dont la science des significations est gravement privée, excepté dans sa branche « sémantique historique », qui ne propose cependant pas de modèle général de la constitution du sens. Le sens doit alors faire l’objet d’une « archéologie sémantique12 », et cette idée n’est pas sans faire écho à mes préoccupations sur les prédiscours et leur mode de « tacite reconduction » par le biais d’une mémoire que je qualifierai de cognitivo-discursive (voir le chapitre 3).

  • 13 « Ainsi les catégories perceptives n’ont jamais cessé de se retrouver reconfigurées, depuis que l’ (...)

60Pour ce faire, V. Nyckees propose un modèle à trois niveaux : celui de la catégorisation perceptive prélinguistique (mais informée par la langue13), celui de la constitution historique des catégories linguistiques par les locuteurs collectifs (je parlerais volontiers, pour ma part, de « cadres sémantiques collectifs ») et enfin celui de la catégorisation linguistique proprement dite. Le premier niveau est construit en référence aux théories de G. Edelman sur la biologie de la conscience, et je ne m’y attarderai pas. C’est évidemment le deuxième niveau, entre prélinguistique et linguistique, qui suscite mon intérêt : les catégories linguistiques apparaissent comme des « objets construits historiquement » par des « locuteurs collectifs, c’est-à-dire des ensembles de sujets socialement constitués, organisant la coordination des activités de leurs membres par l’adoption de significations partagées » (1999 : 126). La théorie historique de la signification jette un jour nouveau sur de nombreux phénomènes, comme le changement de sens, expliqué à travers cette activité historicisée des locuteurs d’une langue :

Il reste que les conditions de l’expérience collective d’une communauté linguistique ne se maintiennent jamais strictement identiques à travers le temps et que, dans la continuelle reconstitution du « code » à laquelle ils se livrent, les locuteurs ne reçoivent l’assistance d’aucune instance supra-humaine garante d’un supposé vrai sens des mots. L’existence du code est donc constamment placée sous le signe d’un écart potentiel.
(Nyckees 1999 : 142)

61Mettre l’histoire au centre d’une théorie de la signification, c’est mettre au premier plan des conditions de constitution du sens l’ensemble des expériences humaines. En ce sens, la théorie historique des significations est un expérientialisme.

Capital sémantique et positions de croyance

62V. Nyckees met en place la notion de « compétence définitoire pratique », qu’il définit comme une capacité à sélectionner les sens adéquats à la situation dans une sorte de « capital sémantique » (l’expression est de moi) qui peut être considéré à bien des égards, dans le domaine du sens, comme analogue à mes prédiscours dans le domaine de la production discursive :

Les critères intervenant dans la représentation du sens des mots et réglant leur emploi ont donc un caractère largement inconscient et implicite. Il faut admettre que ce que j’appellerai notre compétence définitoire pratique, c’est-à-dire notre capacité à distinguer les significations des unités linguistiques, représente une sorte de capital en sommeil qui ne s’éveille qu’en situation.
(Nyckees 1999 : 117)

63La notion de « capital » ne peut que favoriser une comparaison avec celle de « capitalisation » proposée par la praxématique : les cadres disciplinaires et épistémologiques sont certes bien différents, mais la conception du sens mise en place par R. Lafont dans les années 1970 et exploitée depuis par les praxématiciens de l’université de Montpellier 3, en particulier par R Siblot, possède des points communs avec l’archéologie sémantique. Et le « domaine de contrôle » ou « instance de régulation » que V. Nyckees invoque pour expliquer le rapport entre la représentation individuelle et collective de la signification possède des traits communs, toutes proportions gardées, avec le processus de « réglage de sens » qui est au cœur de la théorie praxématique.

  • 14 C’est le titre de l’article à paraître que je cite plus loin.

64Mais je reviens à l’archéologie sémantique pour évoquer la notion d’« arrière-plan de croyances » ou de « positions de croyance » proposée par V. Nyckees pour expliquer la nature des changements linguistiques. « Rien n’est sans raison14 », pense-t-il en effet, car « c’est la possibilité même de notre savoir et de notre action proprement humaine sur le monde qui se trouve conditionnée par le système des significations d’une langue » (Nyckees à par.). La description qu’il donne des positions de croyances recouvre partiellement celle que je ferai des prédiscours comme ensemble de savoirs et de croyances qui fournissent des instructions pour la production des discours :

On ne déduira pas de ces observations que la sémantique d’une langue nous imposerait une vision du monde unitaire et homogène mais simplement qu’elle nous offre des principes et des grilles de structuration sans lesquels nous ne pourrions ni catégoriser ni communiquer nos expériences. Elle permet ainsi aux locuteurs de disposer dans leurs discours d’un arrière-plan de « positions de croyances » enregistrées dans le groupe ou la communauté et sur lesquelles se fonde l’activité d’interprétation. Dès que l’on dépasse en effet un niveau de complexité tout à fait élémentaire, la production ou l’interprétation d’un énoncé linguistique présuppose un arrière-plan de croyances auxquelles chaque locuteur adhère ou non lui-même (positions de croyance), croyances disponibles dans la communauté ou le groupe.
(Nyckees à par.)

65Les propositions de V. Nyckees se situent dans le domaine de la sémantique, et ne peuvent, sans modification conceptuelle ni déplacements épistémologiques, s’appliquer telles quelles à l’analyse du discours. Je constate cependant qu’il s’agit d’une sémantique ouverte sur l’histoire, la culture, et les fonctionnements sociaux. Sans relever de la sémantique discursive telle que M. Pêcheux l’avait conçue, l’archéologie sémantique suggère d’emprunter les chemins d’une interdisciplinarité fructueuse, en particulier ceux de l’histoire et de la cognition.

66Des travaux que j’ai examinés dans ce chapitre, ressort clairement, surtout chez V. Nyckees, la nécessité d’intégrer la dimension historique à toute analyse du discours qui prétend rendre compte de la constitution sociale et culturelle du sens. La dimension historique est à entendre ici dans tous les sens : prise en compte de l’histoire, comme dans la première analyse du discours prolongée par les travaux des historiens du discours ; intégration de la dimension diachronique dans l’étude des productions verbales, à travers l’étude culturelle du changement de sens par exemple ; intérêt pour l’aspect cognitif des généalogies et des filiations, ce qui mène tout naturellement l’analyste aux portes de la mémoire, composante essentielle de la vie des discours dans le temps et la société.

Notes

1 L’évolution d’un concept par affaiblissement ou réduction, son « décentrage », est nécessaire à sa transmission, comme le précisent M.-J. Béguelin et A. Berrendonner dans une réflexion sur « la dérive terminologique » : « On peut voir dans ce genre de décentrage un procédé à fonction d’abord cognitive ou épistémologique. Il atteint souvent des métatermes relativement “neufs”, qui servent à la saisie conceptuelle initiale d’un phénomène, appréhendé sous ses dehors prototypiques. Par nature, de tels vocables véhiculent une notion composite dont l’intérêt opératoire est encore mal identifié. La réduire à une seule de ses dimensions, c’est alors employer une technique d’abstraction élémentaire, dont on peut attendre un effet de généralisation immédiat. La généralisation obtenue est souvent de type extrapolation : alléger la notion la rend apte à couvrir un domaine de faits élargis, ce qui permet de s’en servir plus librement et, le cas échéant, de la vulgariser ou de l’étendre à de nouveaux champs d’étude. La contrepartie est évidemment le risque de la rendre triviale et d’en venir à confondre sous elle des phénomènes de nature très différente » (Béguelin, Berrendonner 2001 : 31-32).

2 Le passage commenté est le suivant : « [...] il existe à un niveau très profond (vraisemblablement prélexical) une grammaire des relations primitives où la distinction entre syntaxe et sémantique n’a aucun sens. On aura ensuite un filtre lexical, avec un certain nombre de règles et syntaxiques et sémantiques, y compris la modulation rhétorique (métaphores, glissements de sens), qui ne saurait être ramenée à la syntaxe (note VII). [...] Après un autre filtrage on obtient une lexis (note VIII), où les termes sont compatibles avec un ordre, mais ne sont pas encore ordonnés ; en outre, la lexis est pré-assertive et le passage à l’assertion (au sens de “énonciation par un sujet”) implique une modalisation » (Culioli et al. 1970 : 8 ; ital. de l’auteur).

3 Le fait que le préconstruit, comme on le verra, ait son origine explicite chez P. Henry dans une contestation du présupposé de la pragmatique intégrée d’O. Ducrot n’empêche pas que le pré-asserté y ait également déposé quelques traits.

4 « À la place du mythe idéologique d’une philosophie de l’origine et de ses concepts organiques, le marxisme établit en principe la reconnaissance du donné de la structure complexe de tout “objet” concret, structure qui commande, et le développement de l’objet, et le développement de la pratique théorique qui produit sa connaissance. Nous n’avons plus d’essence originaire, mais un toujours-déjà-donné, aussi loin que la connaissance remonte dans son passé. Nous n’avons plus d’unité simple mais une unité complexe structurée. Nous n’avons donc plus, (sous quelque forme que ce soit) d’unité simple originaire, mais le toujours-déjà-donné d’une unité complexe structurée » (Althusser 1996 [1965] : 203-204 ; ital. de l’auteur). Il précise plus loin que « [...] le tout complexe possède l’unité d’une structure articulée à dominante » (ibid. : 208).

5 J.-J. Courtine critique dès 1991 l’abandon du projet historique par les analystes du discours : « [...] on voit la dimension historique et critique s’effacer au profit de la dimension empirique ou de la construction de procédures formelles ; et parallèlement, l’aspect linguistique de l’analyse recouvrir à peu près totalement les considérations historiques. L’AD s’est grammaticalisée » (1991 : 160 ; ital. de l’auteur). Il signale cependant que cette évolution est inscrite dans la nature même de l’AD : « Réduction de l’historique au politique, du politique à l’idéologique, de l’idéologique au discursif, du discursif au syntaxique : le préjugé philologique qui à présent se répand ouvertement en analyse du discours y était inscrit silencieusement dès l’origine » (1991 : 169).

6 « “Celui qui sauva le monde en mourant sur la croix n’a jamais existé”. [...] Ne faudrait-il pas plutôt considérer qu’il y a séparation, distance ou décalage dans la phrase entre ce qui est pensé avant, ailleurs ou indépendamment, et ce qui est contenu dans l’affirmation globale de la phrase ? C’est ce qui a conduit P. Henry à proposer le terme de préconstruit pour désigner ce qui renvoie à une construction antérieure, extérieure, en tout cas indépendante, par opposition à ce qui est “construit” par l’énoncé. Il s’agit en fait de l’effet discursif lié à l’enchâssement syntaxique » (Pêcheux 1975b, dans Maldidier 1990 : 193).

7 Deux représentantes de cette critique dans la lignée des travaux de M. Pêcheux : B.-N. Grunig dans « Pièges et illusions de la pragmatique linguistique » (1979) et J. Authier-Revuz dans Ces mots qui ne vont pas de soi (1995, tome 1 : 66-67).

8 Jodelet D. 1984, « Représentations sociales : phénomènes, concept et théorie », in Moscovici S. (éd.), Psychologie sociale, Paris, PUF.

9 « Dans cette perspective, l’inscription de la doxa dans la langue est postulée relativement à l’organisation d’un système du sens commun lui-même régi par un dispositif de topoï (ou de topiques). Ces derniers constituants prédéterminent le procès énonciatif, c’est-à-dire le moment de la mise en discours, aussi bien que ses contenus et ses orientations. [...] les formes topiques, marquées dès le stade de la composante lexicale d’une langue, définissent un plan d’antériorité du discours qui se laisse caractériser comme “a priori doxique” de la communication. De cette façon, tout discours sera dit justiciable d’un arrière-plan topique » (Sarfati 1996 : 35 ; je souligne).

10 Je dis « réintégrée » car la sémantique discursive de M. Pêcheux possédait une dimension historique forte, encore représentée, j’y reviendrai, par les historiens du discours (J. Guilhau-mou, D. Mayaffre), sans que l’histoire soit véritablement prise en compte comme paramètre intrinsèque des discours (et de leurs théories) dans les analyses contemporaines.

11 Sur cette question voir les développements de la section 4.3. et Paveau 2005.

12 « La logique de la catégorisation sémantique ne s’offre pas toujours en effet au premier regard parce qu’elle est bien souvent enfouie dans le passé culturel et linguistique des groupes humains. Elle ne peut alors se révéler que sous les questionnements d’une “archéologie sémantique” soucieuse de rapporter les catégorisations en vigueur dans nos langues à leurs conditions d’émergence et de développement » (Nyckees 1999 : 126).

13 « Ainsi les catégories perceptives n’ont jamais cessé de se retrouver reconfigurées, depuis que l’homme est homme, par la “catégorisation sociale”, d’origine discursive, qui conditionne nos interactions avec nos semblables » (Nyckees 1999 : 128).

14 C’est le titre de l’article à paraître que je cite plus loin.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540