Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les prédiscours

 | 
Marie-Anne Paveau

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Sur cette question voir la mise au point récente de D. Maingueneau (2005).

1L’analyse du discours est devenue un véritable continent traversé par des traditions scientifiques hétérogènes, des appuis disciplinaires différents et des corpus aussi multiples que variés1. C’est désormais un immense domaine de recherches théoriques et appliquées, marqué par les coopérations interdisciplinaires qui ménagent aux disciplines du discours (la linguistique étant souvent la discipline-ressource) des rencontres avec l’histoire, la sociologie, la psychologie sociale, l’argumentation, et d’autres spécialités plus ou moins contributives.

Discours et cognition

2Dans ma perspective, l’analyse du discours est linguistique et prend pour objet la matérialité des discours produits, situés dans leurs contextes historique, social et culturel. Mais je souhaite la doter d’une dimension cognitive, qui me semble apte à enrichir et peut-être à renouveler des pratiques d’analyse qui commencent peut-être à épuiser leurs possibles. Par dimension cognitive, j’entends la prise en compte des processus de construction des connaissances et de leur mise en discours à partir des données reçues par les sens, la mémoire et les relations sociales. Mon approche est de type constructiviste et mes références en sciences cognitives sont celles que M. Bischofsberger qualifie de « lignée socioculturelle », opposée au « constructivisme universaliste » à substrat biologique (2002 : 166) :

Quant à la lignée socioculturelle, elle fait de la cognition un phénomène discursif, situé dans des contextes historiques et sociaux. La cognition quitte, pour ainsi dire, la « tête » de l’individu, pour devenir un phénomène social et distribué, émergeant dans des conditions sociales et culturelles contingentes. Ce courant repose sur la conviction que toute connaissance humaine est le produit d’un acte interprétatif conditionné par des présupposés sociaux. (Bischofsberger 2002 : 167)

3Le champ de la cognition culturelle et sociale est en effet suffisamment établi désormais, y compris en France, (entre autres : Ramognino, Vergès (éds) 2005, Conein 2005, Ogien 2006) pour qu’une rencontre interdisciplinaire féconde puisse advenir entre discours et cognition. C’est le type de coopération disciplinaire que je propose ici, et elle se justifie pour des raisons qui tiennent tant à l’évolution de l’analyse du discours qu’à celle des sciences de la cognition.

4En premier lieu, les analystes du discours ont intégré à leur équipement conceptuel, depuis la proposition de J.-J. Courtine en 1981, la notion de mémoire (mémoire discursive pour J.-J. Courtine et interdiscursive pour S. Moirand). Entrée en discours par le biais de l’histoire du philosophe (M. Foucault) comme celle de l’historien (P. Nora), la mémoire n’a pas jusqu’à présent fait l’objet d’une élaboration discursive à partir de la psychologie cognitive, alors que de nombreux travaux, sur la mémoire sémantique en particulier, permettraient d’en augmenter l’efficacité théorique.

  • 2 L’ADI (analyse du discours en interaction) proposée actuellement par C. Kerbrat-Orecchioni (2005, (...)

5En deuxième lieu, les sciences cognitives ont connu dans les années 1990 un tournant social important, qui a permis de produire des modèles successifs (cognition située, partagée, distribuée) rendant compte de la construction et de la transmission des représentations, savoirs, croyances et informations entre les agents humains et non humains d’une société. Il n’est désormais plus possible de considérer la pensée humaine comme un processus individuel, autonome et préexistant à la vie sociale de l’homme : on sait désormais, comme le rappelle F. Flahault dans Le paradoxe de Robinson, que « la vie en société précède l’émergence des individus » (2005 : 27), et que, plus largement, « la coexistence précède l’existence de soi » (ibid. : 60). Il me semble nécessaire de nourrir l’analyse du discours de ces résultats, quand cette dernière connaît elle-même une évolution qui l’a fait quitter ses premiers corpus idéologiques et clos pour arpenter quasiment tous les types de discours sociaux, sous la pression conjuguée de l’ethno-méthodologie, de la pragmatique, de « l’analyse du discours en interaction2 » et de la nouvelle rhétorique.

6En dernier lieu, une question cruciale se (re)pose actuellement en sciences humaines, qui concerne les deux domaines du discours et de la cognition, et engage lourdement leur définition tant théorique qu’épistémologique : la nature du sujet, susceptible de renaître des cendres du structuralisme comme de la critique de l’objectivisme neurobiologique, implique désormais bien plus que des légitimités scientifiques et des architectures théoriques. L’éthique de la science (pour la linguistique, entre autres : Auroux 1995, Koren 1996, Guilhaumou 2003, Moirand et Porquier à par.) est désormais partie intégrante de la science, et ses principes reposent sur l’évaluation soigneuse des positions tant du sujet de la recherche (le chercheur) que de l’objet de la recherche, surtout quand ce dernier est lui-même un sujet (un locuteur par exemple). Il me semble que des apports mutuels entre analyse du discours et cognition sociale permettront de faire progresser le savoir sur cette question.

7Mon choix du versant socio-culturel de la cognition procède d’une conception externaliste de l’esprit. Comme le neurologue A. Damasio, et bon nombre de philosophes à commencer par C.S. Peirce, ainsi que de nombreux chercheurs qui travaillent sur les pratiques, je pense que le dualisme cartésien revêt un aspect « épistémologiquement désespéré » (l’expression est d’O. Houdé 1998), ce qui me conduit à écarter l’innéisme, un certain rationalisme, mais aussi un réalisme à la J. Fodor. T. van Gelder résume bien cette position :

En tant qu’orthodoxie des sciences cognitives, le computationnalisme n’est au fond qu’une variante sophistiquée d’une conception fondamentalement cartésienne de la nature de l’esprit. L’emprise que cette image exerce sur la manière dont la plupart des gens appréhendent l’esprit et la cognition rend la conception computationnelle intuitivement attrayante. Il n’y aurait pas de quoi fouetter un chat si la conception cartésienne était foncièrement correcte. Toutefois, des évaluations philosophiques dont a fait l’objet le cadre conceptuel cartésien depuis trois siècles, et en particulier au cours du siècle présent, il ressort qu’elle appréhende fort mal l’esprit et sa place dans la nature, (van Gelder 2003 [1998] : 366)

8C’est à partir de cet arrière-plan épistémologique, philosophique et théorique que je présente l’hypothèse des prédiscours.

L’hypothèse des prédiscours

9Ma réflexion n’implique nullement une coupure avec les théories antérieures mais s’ancre au contraire dans la lignée de l’analyse du discours française et de la phénoménologie européenne. Cet ancrage est un principe de recherche car je ne conçois pas de théorie sans héritage, l’invention étant toujours, peu ou prou, une réinvention. C’est pourquoi je ne sépare pas la pratique de la linguistique de l’histoire de la linguistique, en accord avec S. Auroux sur ce point, quand il note qu’il « est peut-être satisfaisant pour le dernier théoricien à la mode de faire croire qu’il a inventé de nouveaux éléments du savoir, sans se préoccuper de ce qui l’a précédé. L’exigence de progrès contrevient alors au progrès lui-même et l’on peut s’attendre à voir renaître indéfiniment les mêmes problèmes » (Auroux 2000 : 531).

10C’est donc une question connue que je propose de retravailler ici, pour faire une proposition dont la nouveauté relative prendra racine dans les théories antérieures. Cette question, c’est celle des déterminations prélinguistiques du discours. J’entends « déterminations prélinguistiques » au sens de données antérieures à la mise en langage, d’ordre perceptif et représentationnel, mais cependant préconfigurées par la dimension linguistique, et sur lesquelles s’appuient les mécanismes de production langagière (ce point est détaillé dans le premier chapitre). L’objectif de ce livre sera d’en proposer une description, dans la perspective de l’analyse du discours, et c’est pourquoi je parlerai de prédiscours et de données prédiscursives. Je souhaite en effet me pencher sur le problème de la « boîte noire » des informations préalables qui informent les discours, et surtout du point d’articulation entre ces données antérieures et les productions verbales. En d’autres termes, s’il est admis que les discours s’appuient sur des savoirs et des croyances partagés, la nature de cet appui reste encore quelque peu mystérieuse. Comme le cognitivisme modulaire ne me satisfait pas (parce qu’il ne prend pas en compte les contextes socio-historiques de la production langagière), ni la trop puissante explication pragmatique que propose par exemple le principe de pertinence de D. Sperber et D. Wilson ou la présupposition pragmatique de J. Stalnaker, et encore moins l’idée que le phénomène serait insaisissable, je fais l’hypothèse d’une articulation entre prédiscours et discours qui passe par les principes de la cognition distribuée.

11Les prédiscours sont en effet des opérateurs dans la négociation du partage, de la transmission et de la circulation du sens dans les groupes sociaux. Je les définis comme un ensemble de cadres prédiscursifs collectifs qui ont un rôle instructionnel pour la production et l’interprétation du sens en discours. J’entends par prédiscours des contenus sémantiques (au sens large de culturel, idéologique, encyclopédique), c’est-à-dire des savoirs, des croyances et des pratiques et pas uniquement des formes, ce qui me mènerait du côté des genres de discours tels qu’ils sont formulés par M. Bakhtine (1984). Ces cadres ne gisent pas seulement dans la tête des individus et dans la culture des groupes, mais sont distribués dans les contextes matériels de la production discursive, ce qui explique pourquoi j’y intègre les pratiques, à côté des savoirs et des croyances qui sont d’ordre représentationnel.

12C’est dans cette perspective que je tente de rendre le concept de prédiscours opératoire en analyse du discours, en tenant compte des notions proposées au cours des différentes versions de l’analyse du discours française des années 1960 à nos jours, et en avançant une articulation nouvelle entre discours et cognition.

Progression de l’ouvrage

13L’ouvrage se compose de sept chapitres. Les deux premiers mettent en place les contextes, les présupposés théoriques et épistémologiques, ainsi que les sources de mon travail : questions terminologiques, concepts proches ou analogues, théories existantes en sciences du langage et dans les disciplines affines (en particulier philosophie et sciences sociales). Les deux chapitres suivants, par lesquels le lecteur pressé peut d’ailleurs commencer la lecture du livre, contiennent mes propositions théoriques : à partir d’une réflexion sur la mémoire en analyse du discours et de l’élaboration du concept de mémoire cognitivo-discursive dans le chapitre 3, je définis les propriétés et le fonctionnement des prédiscours décrits comme cadres prédiscursifs collectifs dans le chapitre 4.

  • 3 SIRPA : Service d’information et de relations publiques des armées. DICOD (à partir de 1998) : Div (...)
  • 4 Je remercie Sophie Moirand dont la confiance ancienne a permis que se formule, petit à petit, et j (...)

14Les trois derniers chapitres décrivent les manifestations des prédiscours dans la matérialité discursive à partir de l’étude de trois corpus écrits : les discours sur l’école constitués d’essais et articles rédigés majoritairement par des intellectuels et des enseignants à l’occasion des événements qui marquent la vie de l’éducation nationale en France entre 1984 et 2004 ; les discours médiatiques militaires, correspondant à vingt ans de « Libres réflexions » (rubrique de libre expression du magazine mensuel Armées d’aujourd’hui, organe officiel du SIRPA puis de la DICOD3) ; les discours médiatiques sur la littérature, constitués de deux mois et demi (entre mai et juillet 2002) de suppléments littéraires des trois quotidiens français dits « de qualité », Le Monde, Libération et Le Figaro. Le chapitre 5 met ainsi à l’épreuve ma réflexion sur la transmission des cadres prédiscursifs collectifs au sein de formes langagières fonctionnant comme des lieux de mémoire (mémoire de la langue, appel au patrimoine discursif, noms propres mémoriels) ; le chapitre 6 explore des formes qui signalent le partage des mondes construits dans le discours (deixis encyclopédique, question générique, expressions de l’évidence) ; le chapitre 7 propose enfin l’examen de dispositifs textuels-cognitifs qui pré-organisent les discours sur le monde (typologie, métaphore, antithèse)4.

Notes

1 Sur cette question voir la mise au point récente de D. Maingueneau (2005).

2 L’ADI (analyse du discours en interaction) proposée actuellement par C. Kerbrat-Orecchioni (2005, Le discours en interaction, Paris, Armand Colin).

3 SIRPA : Service d’information et de relations publiques des armées. DICOD (à partir de 1998) : Division d’information et de communication de la défense.

4 Je remercie Sophie Moirand dont la confiance ancienne a permis que se formule, petit à petit, et jusqu’à cette publication, le concept de prédiscours, Laurence Rosier, compagne dans les lectures théoriques, l’examen des pratiques et l’invention des corpus, Raphaëlle Moine, complice des étés studieux et conseillère cinématographique, Vincent Nyckees, lecteur aussi généreux que rigoureux, Albert Ogien, oreille sociologique attentive et critique, Georgeta Cislaru, lectrice et interlocutrice privilégiée et enfin Inna Khmelevskaia, ma première doctorante, dont l’enthousiasme naturel et conceptuel a constamment entretenu mon désir de travailler.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540