Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le multiculturalisme au concret

 | 
Christian Gros
, 
David Dumoulin-Kervran

Postface - Le sociologue et le voyageur

Yvon Le Bot

Texte intégral

1Christian me disait avant l’ouverture du colloque qui est à l’origine de ce livre que le mot « hommage » dans l’intitulé de ce colloque n’était pas une idée de lui et qu’elle ne l’emballait pas. Cela a été suffisant pour que je change mon fusil d’épaule, que je mette de côté le texte que j’avais préparé et que j’ébauche justement un texte d’hommage. Je dis bien une ébauche car je ne peux ici dire la moitié de ce je voudrais dire. Ce ne peut être de toute façon qu’un hommage à mi-chemin, un premier chapitre. Nous nous retrouverons tous dans vingt ans, dans trente ans, pour le prolonger…

2Mais l’occasion est belle de commencer à l’entreprendre, devant ses amis, ses « disciples » (je sais qu’il n’aimerait pas que je prononce ce mot sans y mettre des guillemets) qui sont ses ex-étudiants et aussi ses amis. Je vais donc déroger à la coutume qui voudrait que je présente ici un exercice un peu académique, pour donner un tour personnel à cette contribution.

3Je me souviens d’un jour de l’été 1972 à Dubrovnik, au retour d’une virée à travers les Balkans, la Turquie et le Proche-Orient. Nous parlions du Journal de Californie d’Edgar Morin et sommes tombés d’accord que l’un des meilleurs usages que nous pourrions faire de notre existence, c’est de conjuguer, comme lui, liberté de mouvement et liberté de pensée.

4Christian a bien rempli le programme. Dans sa vie de chercheur, pour ne pas parler des multiples autres vies que nous lui connaissons.

5Il n’a jamais séparé complètement le travail intellectuel, le travail de recherche, de la vie, des voyages, des rencontres, des amitiés, de son œuvre de bâtisseur (ceux qui connaissent Trompette, et ils sont nombreux ici, en savent quelque chose).

6J’ajoute : de ses engagements. Je ne peux m’y attarder ici mais dirai seulement qu’ils ont toujours été ceux d’un homme libre. Jamais idéologiques ou partisans, mais toujours, à la fois et avec la même force, intellectuels et affectifs, empreints de jugement et d’empathie. « Engagé » sonne trop militaire. Il vaudrait mieux dire, dans son cas, impliqué, embarqué, certainement pas « embedded ». Jamais sur commande, jamais à la manière des intellectuels organiques, encadrés ou encartés.

7Beaucoup d’entre nous, présents ou absents aujourd’hui, nous sommes connus ou avons renforcé nos liens d’amitié en Colombie au début des années 1970. Jon L., Christine et Steve H. J., Catherine B., Patrice B., François L. qui est venu nous visiter depuis le Mexique… Et bien d’autres membres d’un réseau solide et toujours vivant.

8La Colombie en ces années-là était un pays béni des dieux, qui connaissait une des rares parenthèses pacifiques de son histoire. Entre la Violencia, cette atroce guerre civile dont il venait de sortir, et l’engrenage de nouvelles violences protéiformes et tous azimuts dans lequel il s’apprêtait à plonger.

9La Colombie, nous l’avons écumée dans la Land Rover tout terrain de Christian, avec Alice et Vincent (plus tard, ses autres enfants : Jean-Baptiste, Céline puis Paul emprunteront à leur tour les mêmes chemins), avec Ramiro, Gustavo… Ce pays splendide était alors un pays ouvert. On pouvait le sillonner à travers montagnes et vallées andines, du nord au sud, de la côte Caraïbe à la côte Pacifique, de la Guajira à Tumaco, du Chocó au Vaupés, sans rencontrer d’autres obstacles que les routes dignes du Salaire de la peur et les rivières en crue. Christian est allé partout, et depuis il n’a cessé d’y retourner, même dans les périodes les plus difficiles, les plus troublées. La Colombie a été et continue d’être pour lui plus qu’un terrain de recherches. Il a fait corps avec elle, il s’y est identifié.

10Il a élargi son champ à l’ensemble de l’Amérique latine, mais il est toujours revenu à son pays de prédilection. Ceux qui y ont vécu et travaillé plusieurs années partagent cet attachement que certains de nos collègues ont du mal à comprendre.

11La Colombie du début des années 1970 était aussi celle d’un printemps des mouvements sociaux. Après avoir vécu mai 1968 en France nous avions la chance de jouer les prolongations sous les tropiques, loin des débats stériles entre courants gauchistes, des espoirs en peau de chagrin. D’autres aventures sous d’autres cieux. Les universités colombiennes fourmillaient de confrontations intellectuelles et politiques, mais c’est l’ensemble de la société qui s’ouvrait et se modernisait, cherchait à sortir des affrontements sanglants et secouait le modèle dominant, oligarchique et patriarcal. La côte Atlantique, les Andes et les Llanos étaient traversés par d’imposantes longues marches paysannes.

12C’est dans ce contexte qu’a émergé le mouvement indien moderne et que s’est formée notamment l’organisation des indigènes du Cauca, le CRIC, qui a été l’un des principaux fils conducteurs des travaux de Christian depuis lors.

13Sa curiosité s’étendait déjà à tous les secteurs de la société. Aux femmes des quartiers populaires de Bogotá auxquelles il a consacré sa thèse de doctorat, aux questions paysannes, aux Indiens de l’Amazonie comme à ceux des Andes.

14Économiste de formation, anthropologue par attirance intellectuelle et passion du terrain (en d’autres temps il eût été explorateur), sociologue par goût et de profession, Christian a toujours évité de s’enfermer dans un structuralisme élitiste, il a toujours refusé les cloisonnements disciplinaires et circulé dans le champ des sciences sociales comme il circule dans la vie, à la découverte de nouveaux terrains et de nouvelles approches.

15Autre aspect à souligner, il n’a jamais rechigné à payer de sa personne, à accepter des responsabilités administratives et universitaires (quand je l’ai connu, c’était lui qui faisait marcher le lycée français de Bogotá). Il s’est investi à fond dans l’enseignement, dans la direction de doctorants et dans leur suivi professionnel. La majorité de ceux qui lui rendent hommage ici en sont des témoignages vivants. Ces ex-étudiants, et de nombreux autres qui ne sont pas là, lui vouent admiration et reconnaissance. Ils savent d’expérience que Christian est plus et mieux qu’un pédagogue, un excellent pilote, avec qui on apprend beaucoup parce qu’il confie volontiers la barre, et qu’il sait passer le relais. Une de ses grandes réussites est là : dans ce réseau de jeunes chercheurs.

16Nous avons écrit quelques travaux ensemble, mais surtout nous avons poursuivi un dialogue permanent par le biais de nos publications. Il n’est pas question de prétendre résumer ici une œuvre prolifique et qui est loin d’être achevée. Je voudrais seulement signaler très brièvement quatre lignes de forces et deux paradoxes qui structurent me semble-t-il l’ensemble de ses recherches.

171) Les travaux de Christian portent la plus grande attention aux acteurs. À l’inverse de la démarche la plus courante dans notre milieu, ils partent des acteurs pour remonter aux structures et aux institutions. Ils les accompagnent dans l’affirmation de leur identité et de leurs droits. C’est en particulier au contact des acteurs indiens qu’il a élaboré sa perspective, échappant à un déterminisme étriqué et aux positions de surplomb.

Son œuvre se situe à l’intersection de l’analyse des mouvements, de l’étude des politiques de l’ethnicité et d’une réflexion sur le multiculturalisme, à l’entrecroisement des acteurs sociaux et culturels et des acteurs et institutions politiques. Sans jamais rien céder aux logiques d’enfermement identitaire et en gardant toujours une distance critique avec les discours et les pratiques des institutions qu’elles soient privées ou publiques, nationales ou internationales.

Cette dialectique entre mouvements et politiques de l’ethnicité fait l’unité de son œuvre et de sa pensée, par-delà la diversité de ses terrains et de ses publications, qu’il s’agisse de ses études sur le Cauca, sur l’Amazonie colombienne ou brésilienne, sur le Mexique, le Chili, etc.

182) Ses travaux sont au plus loin de la théorie du soupçon, de ses avatars et de ses séquelles, de l’idée que les acteurs, surtout lorsqu’ils sont dominés, vulnérables ou « subalternes », sont instrumentalisés, manipulés, voire télécommandés de l’extérieur. Qu’ils ne sont que des agents obéissant aux desseins et aux stratégies de forces situées en dehors et au-dessus d’eux : États, Églises, multinationales, ONG, voire anthropologues… Des pions dans leurs jeux. Ou bien, au mieux, des acteurs de second ordre mus eux aussi par la seule logique de la mobilisation des ressources.

193) Les droits particuliers ne sont pas nécessairement et toujours contradictoires avec les droits universels. Dans une large mesure, il s’agit là d’un faux débat. La meilleure illustration en est donnée par les droits sociaux. Ceux-ci ont été conquis à travers de longues luttes depuis le xixe siècle et concernent des catégories particulières plus ou moins importantes. Ils mettent pourtant rarement en cause les droits de l’homme et du citoyen. L’histoire de nos sociétés depuis près de deux siècles est dominée par la question de l’articulation des droits civils et politiques d’une part et des droits sociaux d’autre part. Qu’en est-il des droits culturels ?

Sans doute faut-il traiter cette question avec pragmatisme et souvent au cas par cas. Pratiquer peut-être « l’accommodement raisonnable ». En tout cas Christian n’abandonne jamais l’horizon des droits humains universels, ce qui l’inscrit parmi les adeptes d’un multiculturalisme modéré, dont la formule clé est celle-ci : égaux ET différents (égaux parce que différents, précisent même les zapatistes). Jamais la différence contre l’égalité.

Contrairement à ce que préconise et impose trop souvent l’ethnocentrisme des dominants, universel ne veut pas dire occidental. Les droits universels sont inséparables de l’affirmation du sujet et de sa liberté, et cette exigence s’affirme dans des sociétés du Sud comme dans celles du Nord, dans les secteurs mal nommés subalternes comme parmi les élites. On peut le constater dans les luttes du passé comme dans celles d’aujourd’hui : ce sont le plus souvent les dominés qui, dans leur volonté et leur action d’émancipation, font exister les droits universels et accordent le plus de prix à la liberté.

Les droits n’existent pas déjà constitués dans un quelconque monde des idées (auxquels les Occidentaux auraient un accès privilégié). Ils s’inventent dans les luttes concrètes menées par des groupes et des individus qui peuvent être des aborigènes australiens aussi bien que des habitants de banlieues françaises, des migrants latinos aux États-Unis que des jeunes internautes des pays arabes, des femmes de communautés mayas du Guatemala aussi bien que des femmes de classe moyenne des « villes globales ».

204) Les mouvements identitaires en Amérique latine dans les dernières décennies ont été des mouvements démocratiques, d’extension de la démocratie (à des populations qui n’étaient pas considérées comme des sujets de droits) et d’approfondissement de la démocratie (par adjonction de droits culturels aux droits civils et politiques et aux droits sociaux).

Dans ses derniers écrits (plus exactement, les derniers que j’ai pu lire), Christian souligne « deux nouveaux paradoxes » que l’on peut énoncer ainsi :

  • l’opposition entre l’inclusion politique, la démocratisation dont il vient d’être question, et l’exclusion sociale persistante ou même accentuée du fait des « nouvelles politiques économiques » ;

  • l’apparente contradiction entre la montée en puissance des affirmations identitaires et les hybridations induites par la globalisation.

Ces paradoxes pourraient ouvrir sur des horizons de réflexion et de recherches futures. Ils renvoient notamment au thème annoncé et dont j’ai entrepris ailleurs l’analyse : que deviennent les mouvements indiens au xxie siècle, dans le contexte des migrations transnationales massives et, depuis quelques années, dans celui de la crise ?

Pour terminer, je voudrais associer à cet hommage le nom d’un autre ami, Shelton Davis, décédé récemment, et qui a participé aux mêmes combats théoriques et pratiques que ceux qu’ont menés et que continuent de mener Christian et quelques autres. Quand on regarde le chemin parcouru depuis les années 1960-1970, on peut, je crois, affirmer que ces combats n’ont pas été vains, que quelques-uns au moins ont été gagnés, même si des régressions, des reculs et des renversements sont toujours possibles.

Rendez-vous donc dans vingt ans pour de nouveaux bilans.

Auteur

Sociologue, directeur de recherche émérite au CADIS (CNRS/EHESS), titulaire de chaire Marie Curie (Communauté européenne). Principaux ouvrages : La guerre en terre maya (1992), Violence de la modernité en Amérique latine (1994), Le rêve zapatiste (1997), Indiens : Chiapas>Mexico>Californie (2002), La grande révolte indienne (2009).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540