Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le multiculturalisme au concret

 | 
Christian Gros
, 
David Dumoulin-Kervran

Politiques publiques focalisées

Le multiculturalisme au Paraguay

Ou les habits neufs du nationalisme linguistique

Capucine Boidin

Texte intégral

  • 1 Entretien réalisé avec Vicente Sarubbi, ex-ministre de l’Éducation, le 6 mars 2000 à Asunción, par (...)

P- ¿hubo debate con el tema de
conseguir la oficialidad del guaraní?
R- Creo que ya era una cosa madura…
P- ¿Para quién estaba maduro? ¿Por qué?
R- […]¿quién se tira contra las madres?
P- Y,… ¿cómo se pudo hacer eso antes, entonces?
R- Pero nunca. Siempre estuvo en el nicho,
la madre, la virgencita… las velas prendidas1.

  • 2 López, Luis Enrique, « Desde arriba y desde abajo. Visiones contrapuestas de la educación bilingüe (...)
  • 3 Gros, Christian, 2000, « La nation en question : identité ou métissage ? », Hérodote, revue de géog (...)

1Parmi les politiques multiculturelles, les politiques d’éducation bilingue interculturelle (EBI), aujourd’hui généralisées dans dix-sept pays d’Amérique latine, tiennent une place de choix2. Deux pensées d’ordres différents sont mobilisées pour justifier les institutions et les politiques mises en place : il est à la fois plus efficace et plus démocratique d’alphabétiser un enfant dans sa langue maternelle, supposée unique. Dans les années 1930 à 1980 s’impose tout d’abord l’attitude pragmatique : alphabétiser un enfant dans sa langue maternelle, le plus souvent une langue indigène et / ou régionale, lui permet de mieux dominer ensuite une seconde langue, nationale ou internationale, comme le castillan : il s’agit alors de promouvoir un bilinguisme de transition pour permettre une meilleure castellanisation. Puis à partir des années 1980 s’impose progressivement l’idée que l’alphabétisation en langue maternelle et la reconnaissance des langues indigènes sont des droits qui doivent être garantis par l’État. Une évolution qui va de pair avec la redéfinition des identités nationales latino-américaines comme étant pluriculturelles et non plus monoculturelles3.

  • 4 Doytcheva, Milena, 2005, Le multiculturalisme, Paris, La Découverte. Les réflexions présentées ici (...)

2Ce basculement s’opère à mesure que la doxa multiculturaliste s’étend. En tant « qu’ensemble historique de programmes politiques, de débats intellectuels et d’expériences pratiques ayant pour fondement l’idée que les démocraties modernes doivent assurer la reconnaissance équitable des différentes cultures, en réformant leurs institutions et en donnant aux individus les moyens effectifs de cultiver et de transmettre leurs différences dans l’espace public », le multiculturalisme a d’abord été formulé et expérimenté dans les années 1970 au Canada et en Australie, avant d’être débattu aux États-Unis, en Amérique latine et en Europe4. Véhiculées à travers des organisations internationales, tant gouvernementales (BID, FMI, etc.) que non gouvernementales, différents modèles rencontrent un certain succès dans un système économique et politique global où l’affaiblissement de l’État social se conjugue avec l’avancée du néolibéralisme : les aides sont diminuées et dirigées vers des populations ciblées par des critères ethniques. Un modèle qui renforce des processus d’ethnicisation et d’ethnification engagés depuis longtemps par ailleurs, favorisant l’orgueil d’être indien ou noir, mais présentant aussi le risque d’accentuer la racialisation et l’infériorisation des cultures indigènes et afro-américaines.

3Mais les acteurs locaux se saisissent plus qu’ils ne subissent la doxa internationale. Ils se branchent sur ces champs discursifs internationaux pour puiser de manière sélective certaines idées qu’ils resignifient et rendent opératoires dans leur champ politique local. L’hypothèse ici défendue est qu’au Paraguay, le concept de « langue maternelle » a été repris et resignifié par certaines élites morales du pays pour inscrire l’officialisation du guarani dans la nouvelle constitution de 1992 et faire adopter un système d’enseignement bilingue guarani-espagnol. Et c’est précisément en faisant de cette notion la pierre angulaire d’une nouvelle mouture du nationalisme paraguayen, que la politique d’éducation bilingue a pu se concrétiser et devenir une réalité quotidienne pour toute la population du Pays.

4La réflexion s’organise autour de quatre questions : Comment la notion de langue maternelle en vient-elle à être considérée, dans le régime discursif actuel, comme l’un des fondements essentiels de l’identité personnelle et collective ? Comment l’analogie entre nation, langue et mère au Paraguay s’est-elle développée pour donner naissance aux concepts de langue maternelle nationale (années 1970) puis de langue maternelle officielle (années 1990) ? Après dix-sept ans de politique d’éducation bilingue espagnol-guarani, quelles transformations quotidiennes observe-t-on ?

Langue maternelle

  • 5 L’expression materna lingua apparaît en même temps que celle de maternitas. Celle-ci est absente pe (...)
  • 6 Rochette, Bruno, 2009, « Les noms de la langue en latin », Histoire, épistémologie, langage, vol. 3 (...)

5D’où vient que l’expression « langue maternelle » nous paraisse si évidente et transparente qu’elle ne puisse déclencher qu’une adhésion spontanée et immédiate à tout projet concernant sa protection ? Pourtant, il fallut attendre le xiie siècle pour que l’expression latine materna lingua surgisse comme telle dans le langage religieux pour défendre la pratique des sermons en langue maternelle contre l’usage du latin. Auparavant, « quand les anciens parlent de ce que nous concevons comme “langue maternelle”, ils s’expriment comme Lucrèce ou Cicéron au premier siècle avant notre ère, en utilisant l’expression sermo patrius »5(langue des ancêtres masculins). Sermo, le parler quotidien s’oppose alors à lingua, le système linguistique6.

  • 7 Crónica de Sahagún, 1255, anonyme, réédité par Julio Puyol, Fortanet (Madrid), 1920. Consulté dans (...)
  • 8 Batany, Jean, 1982, « L’amère maternité du français médiéval », Langue française, vol. 54, p. 29-39
  • 9 Bonfiglio, Thomas Paul, 2010, “From sermo patrius to lingua materna”, Mother Tongues and Nations. T (...)

6En espagnol, l’expression lengua materna apparaît pour la première fois au xiiie siècle, accompagnée de l’adjectif bulgar 7 (ordinaire, du peuple) puis plus régulièrement à partir du xve siècle, qualifiée par l’adjectif llana (simple). Les auteurs doivent alors encore justifier l’usage de leur langue maternelle ou de la « langue des femmes » au lieu du latin. Mais si le parler quotidien des patrius, des ancêtres mâles8 devient « langue maternelle », c’est bien pour opposer materna litterata (latin) au désavantage de la première expression. Ce n’est que progressivement, à partir de la fin du xvie siècle, que l’expression se dotera d’une opposition sémantique plus positive : devenant le symbole de la vie communautaire, la langue maternelle est défendue contre les langues étrangères mais aussi les dialectes et les patois. Les bases du nationalisme organiciste et linguistique (une terre - un peuple - une nation - un État - une langue - une culture…) sont alors jetées9.

  • 10 Mampe, Birgit, Friederici, Angela D. et Wermke, Kathleen, 2009, « ‘Newborns’ Cry Melody Is Shaped b (...)

7Depuis lors, l’effet naturalisant de l’expression ne cesse pas d’opérer, la science elle-même venant à son secours. N’est-il pas scientifiquement prouvé que le fœtus commence à apprendre les sons de sa langue première par sa mère ? Son premier cri reproduirait la mélodie de la langue entendue dans l’utérus10. En imitant leur mère, les bébés de tous pays chercheraient à établir un premier contact avec elle. L’expérience ne vient-elle pas confirmer qu’il est absurde d’alphabétiser un enfant dans une langue qu’il ne maîtrise pas ? N’est-il pas plus logique d’apprendre à lire et à écrire dans la langue que l’enfant utilise pour exprimer ses émotions et ses sensations ? Une brève tentative d’enseignement en espagnol dans une école rurale du Paraguay en 1996 m’avait placée devant ce que j’avais considéré comme une aberration à l’époque : les enfants, guaranophones, ne comprenaient pas la leçon si elle était expliquée en castillan. En revanche ils participaient massivement si elle était donnée en guarani. Inversement, ils étaient perdus si la leçon était écrite en guarani alors qu’ils se mettaient à la recopier si elle était proposée en espagnol. Mais il fallait passer dans les rangs pour qu’ils racontent en guarani ce qu’ils avaient écrit en espagnol. La notion de langue maternelle semble aller de soi. Et pourtant.

8Les linguistes et sociolinguistes ne s’accordent pas sur ce que recouvre exactement la notion : tantôt langue de la mère, tantôt première langue apprise, tantôt langue(s) apprise(s) au plus jeune âge (elles peuvent être plurielles), tantôt langue dans laquelle s’exprime le plus aisément un individu à un moment t (et qui peut ne pas être la langue apprise dans l’enfance), tantôt langue considérée par le locuteur comme caractéristique de son identité11. Bref, étant donné les capacités des individus à acquérir et à oublier très tôt plusieurs langues, la notion de langue maternelle est en réalité une fiction performative. À la fois naturalisante et floue dans son usage, l’expression « langue maternelle » s’impose de plus en plus par rapport à d’autres mots équivalents. Par exemple, depuis 1953, l’UNESCO encourage l’usage des « langues vernaculaires » dans les systèmes éducatifs. Mais c’est l’expression « langue maternelle » qui est choisie en 1999, lorsque la conférence générale de l’UNESCO décide de lui consacrer la journée du 21 février12.

9Depuis lors, l’expression « langue maternelle » symbolise la résistance des minorités linguistiques contre le monolinguisme d’État d’une part et contre l’homogénéisation linguistique liée à la mondialisation de l’autre. Les deux menaces sont mises au même niveau : l’hégémonie contemporaine au niveau mondial de l’anglais serait de même nature que l’hégémonie moderne de l’espagnol dans l’Amérique hispanophone (que ce soit à l’époque coloniale ou au moment des indépendances autour des années 1810-1820, lorsque l’espagnol est choisi comme langue d’État par tous les pays de l’Amérique hispanique). Chaque 21 février, l’UNESCO rappelle que plus de 50 % des 6 000 langues du monde sont menacées de disparition : 96 % d’entre elles sont uniquement parlées par 4 % de la population et moins d’un quart sont utilisées dans l’éducation et le cyberespace… Ainsi chaque 21 février, l’UNESCO s’engage pour la promotion du multilinguisme et de la diversité culturelle en appelant à la protection des langues maternelles.

  • 13 L’affiche de 2011 propose deux ombres de profil face à face : une mère et un corps d’enfant, reliés (...)
  • 14 L’affiche de 2004 est une empreinte digitale multicolore.
  • 15 L’affiche de 2010 représente une bouche-arbre avec ses racines.

10Et c’est bien l’image de la mère qui est au cœur de cette expression. L’avantage est qu’elle dépolitise et naturalise le combat pour sa préservation. Parler de langue locale ou de langue vernaculaire révèle immédiatement les dimensions identitaires et politiques de son usage. Parler de la langue de la mère permet de créer le consensus autour d’une pratique pédagogique comme l’alphabétisation des individus dans leur langue première. Alors que l’anglais dispose de l’expression « native language », l’UNESCO utilise l’expression « international mother language day ». Les discours prononcés chaque 21 février depuis une dizaine d’années relient implicitement plusieurs notions entre elles : le vocabulaire de la menace / disparition / mondialisation et de la protection, de la mère et de l’enfant13, de l’identité14, de la culture et de l’enracinement15, de l’éducation, du dialogue, du rapprochement, de l’ouverture.

11Pour résumer, la « langue maternelle » qui a remplacé le « parler des ancêtres » est une notion qui a peu à peu été construite comme une évidence naturelle. Naturelle puisque maternelle. Naturelle donc universelle (qui est valable et comprise par tous). « Langue pure » aussi puisque maternelle. Une notion qui dans le régime discursif multiculturaliste actuel est mobilisée dans ses trois dimensions :

  • une dimension pédagogique : l’enfant apprend mieux dans sa langue maternelle que dans une langue « artificiellement » apprise.

    • 16 La Convention des droits de l’enfant inclut deux articles relatifs à l’éducation. L’article 29 stip (...)

    une dimension juridique : la Commission interaméricaine de l’enfant défend de plus en plus le droit de l’enfant à être éduqué dans sa langue maternelle16.

  • une question géopolitique : le respect de la diversité culturelle et linguistique. Et en particulier en Amérique latine, la notion renvoie aux luttes pour la reconnaissance des identités indigènes.

  • 17 Sur ce processus que nous ne pouvons détailler ici, se reporter à Boidin, Capucine, 2011, Guerre et (...)

12Pourtant, à l’échelle de l’espace politique paraguayen, l’expression est mise en relation avec une autre dimension : celle de la nation. Au Paraguay le guarani est imaginé comme étant la langue de la nation et non pas comme celle d’une minorité ethnique. Pour ce faire, elle a été largement désindianisée dans l’imaginaire collectif17.

Le guarani, langue maternelle nationale

13Le guarani était à l’époque coloniale une langue générale, écrite pour et par les Indiens des réductions jésuites. Dans sa dimension orale, elle était aussi généralisée parmi les Créoles et les métis d’Asunción. Après la dissolution des réductions et l’indépendance du Paraguay en 1810, elle est la langue vernaculaire orale de la nation. Mais l’association entre langue guarani / nation paraguayenne commence surtout avec la guerre de la Triple Alliance18. Au point qu’il est parfois difficile pour les Paraguayens de reconnaître que le guarani puisse se parler en dehors de leurs frontières. Pourtant le guarani est aussi langue officielle dans la région de Corrientes en Argentine (depuis 200419), en Bolivie dans les régions où la langue est en vigueur (depuis 200920) et dans deux municipalités brésiliennes (Sao Gabriel da Cachoeira en Amazonie depuis 2006 et Tacuru dans le Mato Grosso depuis 2010). Toutefois, ce n’est qu’au Paraguay que le guarani est officiel sur l’ensemble d’un territoire national et pour l’ensemble de sa population.

14Il est tout aussi difficile pour les Paraguayens de penser à une définition de la nation en dehors de la langue guarani, d’autant plus que se greffe la figure de la mère : une triple association qui donne naissance à une notion très efficace sur le plan politique, à savoir celle du guarani comme « langue maternelle nationale ». Mais comment cette analogie s’est-elle construite ?

  • 21 Wolf, Lustig, « ¿El guaraní lengua de guerreros? La “raza guaraní” y el avañe’e en el discurso béli (...)
  • 22 Potthast-Jutkeit, Barbara, 1996, «El paraíso de Mahoma» o ¿país de las mujeres? El rol de la famili (...)

15Pendant la guerre de la Triple Alliance (1864-1870), le guarani est la langue parlée par les armées et celle des journaux de guerre imprimés. La langue devient le support d’un fort nationalisme. Guarani rime alors surtout avec l’homme guarini (guerrier en guarani)21. Si en 1870, après la défaite et une hécatombe sans précédent, en particulier masculine, le Paraguay adopte une constitution calquée sur l’Argentine qui ne reconnaît pas la réalité linguistique du pays, à partir des années 1920, en dialogue avec le révisionnisme latino-américain des années 1920 et 1930, la nationalité paraguayenne en vient à être définie comme une race métisse, unifiée par la langue « guarani ». Une race métisse qui n’a survécu que grâce à ses mères puisque tous les hommes paraguayens ont dû mourir sur les champs de bataille. On assiste à une forme de mort sociale de l’homme paraguayen au profit de l’immigré étranger plus riche22. Progressivement, l’association entre la nation, la langue guarani et la mère s’approfondit.

16En 1967, le Paraguay du général Alfredo Stroessner fait adopter une nouvelle constitution qui reconnaît explicitement l’existence de deux langues nationales : le guarani et l’espagnol. Seul l’espagnol est d’usage officiel. Le guarani est « protégé » comme patrimoine culturel de la nation. À partir de là, durant le premier cycle, l’espagnol et le guarani sont utilisés à l’école pour la communication orale tandis que seul l’espagnol est écrit. Des cours de guarani écrits sont introduits dans l’enseignement secondaire et universitaire : le guarani est alors enseigné comme une langue morte sur le modèle du latin ou du grec.

  • 23 Boidin, Capucine, 2005, « Residenta ou Reconstructora ? Les deux visages de la mater dolorosa de la (...)
  • 24 Mancuello, Wilma, 2011, Cantando a la madre. Una construcción de la figura materna del nacionalismo (...)
  • 25 Shaw N., Gynan, 2005, « Official Bilingualism in Paraguay, 1995-2001: An Analysis of the Impact of (...)

17Autrement dit, une des dictatures les plus longues d’Amérique du Sud (1954-1989), fondée sur l’armée, fait accéder le guarani au rang de langue nationale. Le guarani est nationalisé, tandis que la nation se guaranise. La mère paraguayenne, véritable mater dolorosa perdant mari et fils pendant la guerre de 1870 et seule garante de la préservation de la nationalité et de la langue paraguayenne, ne cesse d’être louée23. Encore aujourd’hui, la fête des mères est célébrée le même jour que la fête nationale, qui voit alors fleurir des poèmes en guarani louant la mère et la nation. Une mère qui parle guarani mais qui n’est pas indienne pour autant24. Ce qui ne veut pas dire que les pères ne parlent pas guarani ! Dans les faits, le guarani est légèrement plus parlé parmi les hommes que parmi les femmes25 : langue de la sociabilité masculine populaire, le guarani est la langue de la rue, des matchs de foot et des casernes, des meetings politiques ruraux, des séminaires et de l’Église. Pourtant, symboliquement, le père est censé apporter l’espagnol, la langue du progrès, à ses enfants.

  • 26 Boyer, Henri et Natali, Caroline, 2006, « L’éducation bilingue au Paraguay ou comment sortir de la (...)

18Comme de nombreuses études sociolinguistiques l’expliquent, le stéréotypage du guarani est ambivalent. Il est la langue minorée d’une majorité de la population qui cultive un sentiment d’appartenance à travers elle26. En faire une langue officielle de l’État représente un tournant significatif.

Le guarani, langue maternelle officielle

  • 27 Zuccolillo French, Gabriela, 2002, « Lengua y nación: el rol de las élites morales en la oficializa (...)

19Après la chute de la dictature en 1989, une nouvelle constitution est adoptée en 1992 qui fait du guarani une langue officielle. Ce point n’a pas provoqué de grands débats dans l’Assemblée, l’idée faisait déjà partie du sens commun élaboré par les élites morales du pays27 en puisant rhétorique et arguments dans le répertoire d’argumentation multiculturaliste :

  • la plupart se sont appuyés sur les statistiques officielles : Ainsi en 1992, 90 % de la population parle guarani : 40 % est monolingue guarani, 50 % est bilingue, et 7 % ne parle qu’espagnol. Seuls 2 % des habitants se déclarent indigènes. Autrement dit, le guarani est une langue majoritaire sur le territoire. Que l’État parle la langue du peuple devient alors une question de démocratie et de justice sociale.

  • d’autres ont choisi de lutter pour l’éducation bilingue en se fondant sur le droit de l’enfant à être éduqué dans sa langue maternelle : la reconnaissance et la valorisation de la langue guarani devraient permettre la pleine intégration économique et sociale de ses locuteurs. Agir sur les dimensions symboliques devrait permettre une amélioration des conditions de vie matérielles. Renforcer l’auto-estime des locuteurs devrait augmenter leur capacité d’action et leurs possibilités d’ascension socio-économique. Ce sont là les arguments développés dans la doxa multiculturaliste internationale.

20Mais toutes les élites morales se sont aussi appuyées sur l’histoire nationale, pour montrer à quel point le guarani était la langue du peuple paraguayen depuis des temps immémoriaux : la reconnaître officiellement devenait donc un acte patriotique. Des auteurs ont démontré qu’au cours de l’histoire, le guarani avait déjà servi comme langue administrative, en particulier de l’Église et des congrégations religieuses, en particulier de la Compagnie de Jésus.

21Autrement dit, si le Paraguay fait partie de cette vague de « révolutions constitutionnelles » telle que l’a étudiée Christian Gros, pendant laquelle la plupart des pays latino-américains promeuvent la reconnaissance de leur diversité culturelle interne dans leurs constitutions, ses élites morales ont cependant mis en place un système d’argumentation et des formulations sui generis qui se distinguent d’autres pays du continent. Certains, comme par exemple le Guatemala, le Pérou, l’Argentine et le Brésil, adoptent dans leurs constitutions des mesures pour protéger leur diversité culturelle, mais sans les considérer comme parties constitutives de l’identité nationale.D’autres, comme le Mexique, le Nicaragua, la Bolivie, l’Équateur et le Venezuela, affirment que la « nature » de leur communauté nationale est d’être pluriculturelle et / ou multiethnique.Mais aucun ne se définit à partir d’une dimension linguistique. Ni comme pays bilingue :

Le Paraguay est un pays pluriculturel et bilingue. Sont langues officielles le castillan et le guarani. La loi établira les modalités d’usage de l’une et l’autre. Les langues indigènes, comme celles des autres minorités, font partie du patrimoine culturel de la nation. (art. 140)

L’enseignement, dans les débuts du processus scolaire sera réalisé dans la langue officielle maternelle de l’élève. Il sera instruit à la connaissance et à l’usage des deux langues officielles de la République. Dans le cas des minorités ethniques dont la langue maternelle n’est pas le guarani, il sera possible de choisir l’une des deux langues officielles. (art. 77) (nous soulignons)

22Une loi votée la même année (n° 28 de 1992) stipule que « l’enseignement des langues officielles, castillan et guarani, est obligatoire à tous les niveaux du système éducatif paraguayen : primaire, secondaire et universitaire ».

23Que le Paraguay se déclare pluriculturel et plurilingue serait compréhensible. Mais pourquoi pluriculturel et bilingue ? L’essence de la nation paraguayenne serait donc d’être bilingue ? En tous les cas, le guarani n’est pas une langue indigène, elle n’est pas une langue-patrimoine « à protéger ». Les langues indigènes et minoritaires en revanche font partie du patrimoine culturel de la nation – mais ne « sont » pas la nation. Les minorités ethniques qui ne partagent pas l’une des deux « langues officielles maternelles » sont cependant sommées de choisir l’une ou l’autre pour l’alphabétisation et, sous-entendu, leur pleine intégration à la nation.

  • 28 Corvalan, Gabriela, 1977, Paraguay: nación bilingüe, Asunción, Centro Paraguayo de Estudios Socioló (...)
  • 29 Melià, Bartomeu, 1997 [1988], Una nación, dos culturas, Asunción del Paraguay, CEPAG.
  • 30 Sur la perception des interférences linguistiques appelées au Paraguay « jopara », voir Penner, Hed (...)

24La nation est bilingue. De là à postuler que la nation est biculturelle, il n’y a qu’un pas. Deux positions s’affrontent ici. Pour la plupart, il n’y a qu’une seule culture, métisse, et deux langues28. Pour d’autres, deux cultures coexistent dans une seule nation : l’une, guarani, majoritaire, est authentique et véritable alors que l’autre, espagnole, est très minoritaire et dominatrice (7 %)29. Dans ce scénario, il n’y a pas de place pour des individus qui parlent les deux langues et encore moins pour ceux qui parlent un guarani mêlé d’espagnol, d’emblée relégué à la non-authenticité30.

25Mais finalement ces controverses ont contribué à faire de la question linguistique une des caractéristiques centrales de l’identité nationale. L’officialisation du guarani au Paraguay dans les années 1990 se fait par l’appropriation d’un certain nombre de notions et postulats du multiculturalisme tel qu’il est discuté au niveau international (l’alphabétisation en langue maternelle). Mais cette officialisation s’inscrit aussi dans une histoire locale qui associait déjà trois notions : nation / langue guarani / mère. En retour l’officialisation du guarani entraîne une reformulation du nationalisme paraguayen : alors qu’il s’était forgé autour de l’image d’un peuple métis de langue guarani, il devient un « pays pluriculturel et bilingue ». Faut-il alors entendre que le pays est bilingue et biculturel guarani-espagnol ? Bilingue et monoculturel métis ? En réalité surtout monolingue et monoculturel guarani ? En tous les cas, les significations attachées à chacune des langues évoluent très rapidement. Le changement le plus significatif concerne peut-être l’attitude vis-à-vis du guarani écrit.

L’éducation bilingue au quotidien

  • 31 Cité par Henri Boyer et Caroline Natali, 2006, « L’éducation bilingue au Paraguay », art. cit., ret (...)
  • 32 Boidin, Capucine, 1999, « La política de educación bilingüe guaraní español en el Paraguay de los a (...)

26En 1994, un premier Plan d’éducation bilingue (PEB) est lancé. L’objectif affiché était qu’à l’horizon 2020, « tous les enfants soient bilingues coordonnés, qu’advienne réellement la communauté bilingue et que soit assumée pleinement notre identité de société métisse. […] »31 Il met en place deux modalités, l’une pour les enfants de langue maternelle espagnole et l’autre pour les enfants de langue maternelle guarani, le principe étant d’intégrer progressivement la deuxième langue. Bien que plus nombreux, seuls 10 000 enfants (soit 118 écoles) expérimentent la modalité guarani pour laquelle tout le matériel et la formation des professeurs doivent être créés. Toutefois dans la modalité espagnole, tous les enfants reçoivent des cours de langue et littérature guarani et certains cours en langue guarani (expression artistique, sports, sciences). C’est donc le seul pays d’Amérique du Sud qui rende obligatoire l’enseignement d’une langue amérindienne pour tous ses élèves. Cela étant, les réticences des parents paraguayens à ce que l’école transmette le guarani sont les mêmes que dans d’autres contextes latino-américains. L’école était perçue comme le seul moyen d’accéder à l’espagnol. Le guarani étant parlé à la maison, il leur semblait inutile que l’école s’en charge. Seules les communautés rurales ayant eu des liens avec les ligues agraires chrétiennes dans les années 1970 se montraient en partie favorables à l’introduction du guarani écrit dans les écoles. Loin d’être d’une évidence naturelle, l’alphabétisation en langue maternelle guarani était alors encore à l’état de projet politique32.

  • 33 Pic-Gaillard, Christine, 2004, Incidiencias sociolingüísticas del Plan de Educación Bilingüe paragu (...)
  • 34 Shaw, Gynan, 2005, « Official Bilingualism in Paraguay, 1995-2001 », art. cit.

27Et pourtant, au fur et à mesure que le guarani s’installe dans toutes les écoles du pays à des degrés divers, il est saisissant de constater la transformation progressive des attitudes33. Une comparaison34 des attitudes et des usages sociolinguistiques entre 1995 et 2001 montre que la valeur économique du guarani a augmenté : en particulier parce qu’il permet de trouver du travail comme enseignant. Ensuite les couples bilingues transmettent à nouveau le guarani et ne le déconsidèrent plus au détriment du castillan. Les couples monolingues espagnol favorisent l’usage des deux langues à la maison. Les parents d’élèves osent davantage s’exprimer en guarani aux professeurs de leurs enfants.

  • 35 Carrera, Carlos, 2004, « Investigacón sobre diversidad cultural y desarrollo humano: una caracteriz (...)

28Le recensement de 2002 montre que les monolingues guarani diminuent presque de moitié même si les locuteurs de guarani représentent encore 86 % de la population. Voici les calculs possibles : locuteurs guaraní monolingues (27%) + locuteurs guarani bilingues (33 %) + locuteurs du castillan bilingues (26 %) = 86 % de locuteurs de guarani. Comme les locuteurs du castillan monolingues sont 8 %, nous avons 67 % de locuteurs du castillan au total35.

29En 2000, un projet pilote encore en vigueur aujourd’hui, « Escuela viva Hekokatuva », est financé par la Banque interaméricaine de développement (BID). Il est mené au niveau du primaire et touche non seulement 1 000 écoles rurales et 150 urbaines, mais aussi 30 écoles indigènes et 40 instituts de formation. Le projet repère et analyse les expériences positives pour les diffuser dans le reste du pays. À ce moment-là, un nouveau projet est mis en place pour mieux répondre aux besoins des zones où il est difficile de déterminer laquelle des deux langues est maternelle pour l’enfant : un test individuel de compétence linguistique est mis en place à l’entrée dans le système scolaire. Et la communauté éducative (enseignants et parents) doit décider la proportion dans laquelle les deux langues sont utilisées. Seules sont obligatoires les heures consacrées à l’enseignement des langues elles-mêmes. Le choix des langues d’enseignement des autres matières reste à la discrétion de la communauté éducative :

  • Au niveau initial (crèche et maternelle) : il est obligatoire de mobiliser des chansons en guarani et en castillan.

  • Premier cycle (6 à 8 ans) et second cycle (9 à 11 ans) : 4 heures de guarani et 4 heures d’espagnol minimum par semaine.

  • Éducation scolaire basique (12 à 14 ans) : 4 heures de guarani et 4 heures d’espagnol par semaine. Dérogation possible pour ne donner que 3 heures de guarani.

  • Éducation médiane (15 à 17 ans) : 2 heures de guarani obligatoires, 4 heures par semaines pour l’espagnol et 2 à 3 heures pour une langue étrangère.

30Par ailleurs, le guarani renforce sa présence à l’université, qui avait été initiée dans les années 1970 en particulier en médecine. Elle est langue enseignée et n’est pas langue d’enseignement. Outre la licence en langue guarani de l’Institut supérieur de langue qui fait partie de la faculté de philosophie de l’Université nationale et un master de linguistique et culture guarani qui ouvre régulièrement (lorsque 25 étudiants sont inscrits), le guarani est enseigné à raison de 2 heures par semaine pendant 2 ou 3 ans selon les cas : en sciences de la communication, en sciences de l’éducation, en lettres et littérature, en sciences sociales, en sciences politiques et en médecine.

31Faire du guarani une langue d’enseignement, former les professeurs et éditer du matériel de qualité reste un défi. Récemment, l’obligation du guarani au niveau médian a été critiquée. Mais en 17 ans, la transformation des attitudes est remarquable. Écrire en guarani devient naturel. Une thèse récente sur l’évolution générale du système scolaire paraguayen dans son ensemble depuis la transition démocratique de 1989 considère même que la discrimination liée au monolinguisme guarani n’est plus d’actualité.

  • 36 Ortiz Sandoval, Luis, 2010, Devenir quelqu’un dans la vie. Les classes défavorisées face à l’École (...)

L’on pourrait justifier les difficultés scolaires des enfants monolingues guarani si le système d’enseignement paraguayen était constitué seulement sur la base de l’alphabétisation en langue espagnole, mais ce n’est pas le cas. Le guarani est devenu la langue scolaire officielle depuis 1993, donc le problème est ailleurs36.

32Cela tient aux inégalités dans la maîtrise du code élaboré de l’espagnol. Maîtrise qui est inversement corrélée à la connaissance du guarani. Même si cette affirmation mériterait probablement d’être nuancée – les stéréotypes négatifs à l’encontre du guarani et de ses locuteurs monolingues étant loin d’avoir totalement disparu –, la transformation des attitudes s’affermit. En 1995-1996, lorsque les habitants des campagnes me voyaient transcrire leurs entretiens en guarani, ils étaient intrigués, disaient combien cela leur paraissait compliqué et difficile. Ils en venaient à dire que je maîtrisais mieux leur langue qu’eux ! En 2000, lorsque je leur remettais une histoire de leur village en deux versions, une espagnole et une guarani, ils continuaient à trouver cela étrange de prendre la peine d’écrire dans les deux langues, mais en 2005 lorsque je leur donnais un exemplaire de ma thèse en français, ils me demandèrent quand j’allais la publier en guarani !

33Le processus en cours est loin d’être conclu. La loi des langues, Ley de Lenguas, mettant en application les décrets de la Constitution vient tout juste d’être votée en janvier 2011. Elle implique la création d’une académie de la langue guarani et rend obligatoire l’usage du guarani au même titre que l’espagnol dans les espaces publics et dans la justice, par exemple. Langue maternelle nationale puis officielle, le guarani érigé en symbole de la nation poursuit sa trajectoire politique.

Notes

1 Entretien réalisé avec Vicente Sarubbi, ex-ministre de l’Éducation, le 6 mars 2000 à Asunción, par Gabriela Zuccolillo. Zuccolillo French, Gabriela, 2002, « Lengua y nación: el rol de la élites morales en la oficialización del guaraní (Paraguay 1992) », Suplemento antropológico, vol. 37, n° 2, diciembre, p. 9-419 [p. 123].

2 López, Luis Enrique, « Desde arriba y desde abajo. Visiones contrapuestas de la educación bilingüe en América latina », in C. Gros et M.-C. Strigler, Être indien dans les Amériques, Paris, Éditions de l’Institut des Amériques, 2006, p. 235-249.

3 Gros, Christian, 2000, « La nation en question : identité ou métissage ? », Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, n° 99, (4e trimestre), p. 106-135.

4 Doytcheva, Milena, 2005, Le multiculturalisme, Paris, La Découverte. Les réflexions présentées ici ont commencé à être élaborées lors de la préparation d’un programme de recherche ACI jeune chercheur sur le dialogue entre le multiculturalisme latino-américain et français avec les sociologues et anthropologues Jean François Véran, Milena Doytcheva, Maite Boullosa, Nicolas Ellison et Monica Mauri.

5 L’expression materna lingua apparaît en même temps que celle de maternitas. Celle-ci est absente pendant l’antiquité. Son usage ne se répand qu’au xiie siècle pour parler de la maternité de la Vierge Marie et de l’Église. Voir Tombeur, Paul, 2005, « Maternitas dans la tradition latine », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, n° 21, p. 139-149.

6 Rochette, Bruno, 2009, « Les noms de la langue en latin », Histoire, épistémologie, langage, vol. 31, n° 2, p. 29-48.

7 Crónica de Sahagún, 1255, anonyme, réédité par Julio Puyol, Fortanet (Madrid), 1920. Consulté dans la base de données en ligne de la Real Academia : (CORDE) Corpus diacrónico del español, http://www.rae.es.

8 Batany, Jean, 1982, « L’amère maternité du français médiéval », Langue française, vol. 54, p. 29-39.

9 Bonfiglio, Thomas Paul, 2010, “From sermo patrius to lingua materna”, Mother Tongues and Nations. The Invention of the Native Speaker, Berlin, New York, De Gruyter, Mouton, p. 63-121.

10 Mampe, Birgit, Friederici, Angela D. et Wermke, Kathleen, 2009, « ‘Newborns’ Cry Melody Is Shaped by Their Native Language », Current biology, vol. 19, Issue 23, 15 déc., p. 1994-1997.

11 http://cvc.cervantes.es/ensenanza/biblioteca_ele/diccio_ele/diccionario/lenguamaterna.htm.

12 La date a été promue par le Bangladesh : le 21 février 1952, la police et l’armée de l’État pakistanais qui occupait le Bengladesh ouvrent le feu sur la foule des locuteurs de Begalî manifestant pour leurs droits linguistiques à Dhaka.

13 L’affiche de 2011 propose deux ombres de profil face à face : une mère et un corps d’enfant, reliés par une écriture.

14 L’affiche de 2004 est une empreinte digitale multicolore.

15 L’affiche de 2010 représente une bouche-arbre avec ses racines.

16 La Convention des droits de l’enfant inclut deux articles relatifs à l’éducation. L’article 29 stipule que l’éducation doit veiller au respect de l’identité culturelle et de la langue des parents, tandis que l’article 30 revendique le droit pour l’enfant de pratiquer sa langue, sa religion et sa culture. Les publications du CRIN (Child Rights Information Network) interprètent que le respect de l’identité culturelle des parents et des enfants par l’école passe par l’éducation en langue maternelle (http://www.crin.org).

17 Sur ce processus que nous ne pouvons détailler ici, se reporter à Boidin, Capucine, 2011, Guerre et métissage au Paraguay, Rennes, PUR.

18 Elle pourrait même remonter à l’époque de Gaspard Rodríguez de Francia au début du xixe siècle : Villagra Batoux, Delica, 2002, El guaraní paraguayo: de la oralidad a la lengua literaria, Asunción, Ambassade de France au Paraguay / SERVILIBRO.

19 Le texte est consultable sur http://www.romanistik.uni-mainz.de/guarani/texte/Ley5598.pdf.

20 Voir l’article 5 sur http://www.harmonywithnatureun.org/content/documents/159Bolivia Consitucion.pdf.

21 Wolf, Lustig, « ¿El guaraní lengua de guerreros? La “raza guaraní” y el avañe’e en el discurso bélico-nacionalista del Paraguay », in Nicolas Richard, Luc Capdevila et Capucine Boidin (éds), Les guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siécles, Paris, Colibris, 2007, p. 525-540.

22 Potthast-Jutkeit, Barbara, 1996, «El paraíso de Mahoma» o ¿país de las mujeres? El rol de la familia en la sociedad paraguaya del siglo XIX, Asunción, Instituto Cultural Paraguayo-Alemán. Et : Potthast-Jutkeit, Barbara, 2007, « Algo más que heroínas. Varios roles y memorias femeninas de la Guerra de la Triple Alianza », in Nicolas Richard, Luc Capdevila et Capucine Boidin (éds), Les guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siècles, op. cit., p. 431-444

23 Boidin, Capucine, 2005, « Residenta ou Reconstructora ? Les deux visages de la mater dolorosa de la Patrie paraguayenne », in Thébaud Françoise (éd.), numéro spécial « Maternités », CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, n° 21, p. 239-246.

24 Mancuello, Wilma, 2011, Cantando a la madre. Una construcción de la figura materna del nacionalismo paraguayo, mémoire de master d’anthropologie sociale de l’Université catholique d’Asunción. Elle démontre en particulier que la mère individuelle n’est jamais indienne, tandis que la mère collective de la patrie paraguayenne est une Indienne sublimée.

25 Shaw N., Gynan, 2005, « Official Bilingualism in Paraguay, 1995-2001: An Analysis of the Impact of Language Policy on Attitudinal Change », in Lotfi Sayahi ry Maurice Westmoreland (eds), Selected Proceedings of the Second Workshop on Spanish Sociolinguistics, Somerville, MA: Cascadilla Proceedings Project, p. 24-40 http://www.lingref.com/cpp/wss/2/paper1138.pdf.

26 Boyer, Henri et Natali, Caroline, 2006, « L’éducation bilingue au Paraguay ou comment sortir de la diglossie », Revue de didactologie des langues-cultures et de lexiculturologie, n° 143, p. 333-353.

27 Zuccolillo French, Gabriela, 2002, « Lengua y nación: el rol de las élites morales en la oficialización del guaraní (Paraguay 1992) », Suplemento antropológico, vol. 37, n° 2, déc., p. 9-419.

28 Corvalan, Gabriela, 1977, Paraguay: nación bilingüe, Asunción, Centro Paraguayo de Estudios Sociológicos (rééd. 1981) ; et Corvalan, Gabriela, 2006, Las políticas lingüísticas del Paraguay: rol del Estado, Asunción, CONEC.

29 Melià, Bartomeu, 1997 [1988], Una nación, dos culturas, Asunción del Paraguay, CEPAG.

30 Sur la perception des interférences linguistiques appelées au Paraguay « jopara », voir Penner, Hedy (ed.), 2001, El guarani mirado por sus hablantes, Asunción, Ministerio de Educación y Cultura.

31 Cité par Henri Boyer et Caroline Natali, 2006, « L’éducation bilingue au Paraguay », art. cit., retraduit par nos soins.

32 Boidin, Capucine, 1999, « La política de educación bilingüe guaraní español en el Paraguay de los años 1990 », Revista Paraguaya de Sociología, Asunción, n° 105, p. 147-158.

33 Pic-Gaillard, Christine, 2004, Incidiencias sociolingüísticas del Plan de Educación Bilingüe paraguayo 1994-1999, Asunción, Ambassade de France au Paraguay / SERVILIBRO.

34 Shaw, Gynan, 2005, « Official Bilingualism in Paraguay, 1995-2001 », art. cit.

35 Carrera, Carlos, 2004, « Investigacón sobre diversidad cultural y desarrollo humano: una caracterización de los diversos grupos lingüistico-culturales del Paraguay », Asunción, PNUD, p. 41-66.

36 Ortiz Sandoval, Luis, 2010, Devenir quelqu’un dans la vie. Les classes défavorisées face à l’École au Paraguay, thèse de doctorat, Paris, EHESS, p. 55.

Auteur

Ancienne élève de l’ENS Cachan, agrégée de sciences économiques et sociales et docteur en anthropologie, elle est actuellement maître de conférences en anthropologie à l’IHEAL- Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle enseigne la langue guarani à l’INALCO depuis 2004. Elle a publié, entre autres, Guerre et métissage au Paraguay, 2001-1767, Rennes, PUR, 2011.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540