Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France des écrivains

 | 
Marc Dambre
, 
Michel P. Schmitt
, 
Marie-Odile André

Disparitions, déplacements

Qu’est-ce qu’une histoire de la littérature française ?

Audrey Lasserre

Texte intégral

  • 1 Kléber Haedens, Une histoire de la littérature française, Paris, Julliard, 1943, p.16. Nous soulign (...)
  • 2 Henri Clouard, Histoire de la littérature français, du Symbolisme à nos jours [de 1885 à 1940], Par (...)

1Écrire une histoire de la littérature est un projet laborieux, ambitieux et risqué : « Que l’auteur le veuille ou non », affirmait Kléber Haedens dans son « Introduction » à l’Histoire de la littérature française écrite en 1942 et publiée en 1943, l’Histoire de la littérature « porte sa date […]. L’auteur sait bien ce qui l’attend, il n’ignore pas que dans cette affaire, il est seul à risquer quelque chose. Mais peu importe. Si ce qu’il dit incite de jeunes lecteurs à découvrir tout ce qu’il ne dit pas, il s’estimera largement payé de ses peines1 ». Le risque que court Kléber Haedens, et quelques années plus tard, à son tour, Henri Clouard, qui use de l’expression dans son « Avant-propos2 » à l’Histoire de la littérature française en deux volumes, est inhérent pour les deux historiens à la valorisation d’une littérature encore contemporaine de la subjectivité (assumée d’ailleurs) qui l’énonce. Comment écrire l’histoire d’une littérature ? Qu’est-ce que la littérature ? Ces deux questions sont deux passages obligés qu’empruntent les historiens dans leur propos liminaire. Mais pas une ligne ne transparaît sur ce qui constitue, non un risque, mais selon toute vraisemblance l’assurance d’une évidence : ce qu’est la France, et plus précisément ce qu’englobe la littérature dite française.

2Autorisons-nous ainsi de Kléber Haedens, premier jalon d’un corpus d’une vingtaine d’histoires de la littérature, lesquelles proposent des années quarante à nos jours une histoire de la littérature française du xxe siècle, pour examiner ce qui est dit de la France et ce qui n’en est pas dit. La restriction de l’étude aux histoires de la littérature publiées des années quarante à nos jours, portant tout ou partie sur le xxe siècle, se justifie ici à la fois par l’apparente cohérence de l’objet périodique et par l’ampleur de la tâche (plus d’une vingtaine de titres, soit une quarantaine de volumes).

Du concept au mythe

3Pour tout-e historien-ne de la littérature, la France est un concept, une représentation mentale abstraite d’un ensemble territorial de convention, délimité par des frontières. Ce concept peut circonscrire un simple espace géographique, le pays, c’est-à-dire une division territoriale habitée par une collectivité et constituant une entité géographique et humaine ; ou la nation, division territoriale certes habitée par une collectivité mais dont la cohérence reposerait sur une communauté réelle ou subjective (tradition, culture, etc.). Lorsque l’on souhaite rendre compte d’une histoire de la littérature en France, on bénéficie donc de deux options qui offrent différentes ouvertures de compas conceptuel : soit l’histoire de la littérature produite, publiée et lue au sein de cet espace géographique (c’est l’option large), soit celle de la littérature produite, éditée et lue par des actrices et acteurs de nationalité française (c’est l’option restreinte). Cette alternative s’enrichit nécessairement d’une troisième option qui est cumulative : celle de circonscrire ou non l’étude à la littérature produite, publiée et lue par des acteurs et actrices de langue française.

  • 3 La présente étude, limitée aux paratextes, devrait être complétée d’une étude des contenus, lesquel (...)

4Une fois l’alternative énoncée, comment glisse-t-on subrepticement du concept qui s’explicite au mythe qui se donne à lire ? Trois raisons peuvent être ici avancées. D’une part, Kléber Haedens comme Henri Clouard, qui constituent les premiers jalons de ce corpus, ne sont pas les seuls à considérer que le concept ne mérite ni commentaire, ni justification. Point d’hapax ici, mais un trait systémique de l’écriture quand il s’agit de l’histoire de la littérature en France. Des trois termes de l’équation, l’écriture quand il s’agit de l’histoire, la définition de la littérature et celle de la France, les deux premiers font généralement l’objet d’un complexe examen dans le paratexte3 dont relèvent les avant-propos et introductions. Mais le troisième terme, la France, y est le plus souvent énoncé comme équivalent à un ensemble qui n’est jamais objet de définition, du moins jusqu’à la période qui nous est la plus contemporaine. C’est en premier lieu parce que la France ne fait que rarement l’objet d’une délimitation de son contenu sémantique qu’elle devient mythe, au sens où Roland Barthes l’emploie :

  • 4 Roland Barthes, « Le mythe, aujourd’hui », in Mythologies, Paris, Éd. du Seuil, [1957], « Points Ci (...)

Le mythe ne nie pas les choses, sa fonction est au contraire d’en parler ; simplement, il les purifie, les innocente, les fonde en nature et en éternité, il leur donne une clarté qui n’est pas celle de l’explication, mais du constat [...]. En passant de l’histoire à la nature, le mythe fait une économie : il abolit la complexité […], il organise […] un monde étalé dans l’évidence, il fonde une clarté heureuse : les choses ont l’air de signifier toutes seules4.

5Les paratextes le confirment : la France est constatée, non explicitée. Elle s’impose sous la plume des historiens du passé (et parfois du présent) dans une naturelle évidence, sans que soit prise la peine de préciser le sens qu’on lui attribue : simple espace ou nation, invariablement mâtiné de langue française.

6D’autre part, confronté à l’alternative – la France comme espace géographique ou comme nation –, on se rend rapidement compte que la troisième option, systématiquement retenue par l’ensemble des occurrences du corpus, celle de restreindre l’étude à la langue française, porte en elle un piège mythographique imparable. En effet, dans la mesure où la langue française est en France à la fois langue maternelle d’une majorité de la population, langue d’expression culturelle et langue administrative, il est impossible d’écrire une histoire de la littérature produite, éditée et lue en langue française dans cet espace géographique sans verser même malgré soi dans l’histoire nationale : la communauté linguistique est une des premières caractéristiques définitoires de la nation. Et si l’Histoire de la littérature française du xxe siècle sous la direction de Jean-Michel Maulpoix publiée par la maison Hatier en 1991 insère des « textes échos » en langue étrangère, en marge des textes de langue française, sans en faire donc à proprement parler l’objet de l’étude, aucune histoire de la littérature du xxe siècle en France, à notre connaissance du moins, n’a tenté le pari d’étudier la littérature produite, éditée et lue sur le territoire français sans restriction de langue (ce qui s’avère tout à fait envisageable en suivant un exemple parmi d’autres, celui des médiévistes, puisque le bilinguisme français-latin caractérise leur période). Cette position, qui nous semble la seule à pouvoir déjouer la mythographie nationale, aurait également le mérite de restituer l’importance des littératures d’autres langues (dialectales locales, c’est-à-dire des régiolectes, ou langues dites étrangères) produites, publiées et lues en langue originale et en langue française après traduction sur le territoire français.

7Enfin, on remarquera que les histoires de la littérature publiées des années quarante à nos jours ne se proposent que très rarement de retracer l’histoire littéraire de la France ou en France. En effet, seuls deux titres sur plus d’une vingtaine s’inscrivent dans cette logique : l’Histoire littéraire de la France (volumes 10 à 12 pour le xxe siècle) publiée à la fin des années soixante-dix sous la direction de Pierre Abraham et Roland Desné aux Éditions sociales, et l’Histoire de la France littéraire (Modernités xixe-xxe, volume 3) parue aux Presses Universitaires de France en 2006 sous la direction de Michel Prigent, Patrick Berthier et Michel Jarrety. À ces deux titres, on pourrait ajouter La Littérature en France de 1945 à 1968 (1970) et depuis 1968 (1982), puis de 1945 à 1981 (2003), sous la direction de Jacques Bersani, Jacques Lecarme et Bruno Vercier, manuel qui ne se positionne toutefois pas comme une histoire de la littérature, mais s’en inspire en articulant des textes sous le format de l’anthologie. Les autres histoires annoncent un projet qui pourrait sembler similaire mais qui se révèle à plus d’un titre bien différent : celui d’écrire une histoire de la littérature française. Le passage du substantif à l’adjectif constitue en effet un pas de plus vers l’élaboration du mythe. Car au sens premier de « ce qui relatif à la France » s’agrège une acception supplémentaire : est français ce qui en présente les caractéristiques. Ici c’est souvent « l’âme de la France », « l’esprit français », « la tradition française », dont la littérature dite française est considérée comme le substrat le plus précieux et révélateur, que l’on cherche à retracer. En un mot, dès que l’on emploie l’adjectif, sans prendre la peine d’en préciser le sens, ou d’énoncer ce que l’on pense être les caractéristiques françaises, la francité en somme, on glisse de l’usage du concept déjà potentiellement mythifié à la construction du mythe avéré qu’est l’identité nationale littéraire.

La fabrication de l’histoire littéraire

  • 5 Roland Barthes, op. cit., p. 230

8Car une histoire de la littérature se construit. Elle se fabrique. Lors du vaste chantier préparatoire à toute histoire de la littérature, autrices et auteurs, productions, actrices et acteurs, ou encore phénomènes littéraires sont sélectionné-e-s et utilisé-e-s comme échantillons (exempla), mais également comme modèles (exemplar) d’une conception de la littérature dite française : illustres protagonistes illustrant le propos historiographique. Convoquons à nouveau Barthes : « [L]es choses perdent en lui [le mythe] le souvenir de leur fabrication. Le monde entre dans le langage comme un rapport dialectique d’activités, d’actes humains : il sort du mythe comme un tableau harmonieux d’essences5. » Chaque autorité, production, ou phénomène littéraire devient alors un signifiant emprunté, aliéné par le concept France pour signifier la littérature française. Car le littéraire ne saurait être français a priori. Il ne le devient qu’a posteriori, une fois le traitement par l’histoire de la littérature effectué. En mentionnant autorités, productions, actrices et acteurs ou encore phénomènes littéraires, en leur donnant droit de cité, l’histoire littéraire les fait devenir français. Plus encore, considérant le mythe dans sa définition première, le mythe comme un récit des origines, l’histoire littéraire qui s’érige sur la chronologie (des origines du xxe siècle à nos jours) fait plus que transformer des unités isolées en phénomènes nationaux juxtaposés, elle les unit dans un récit explicatif global où le livre devient porteur du mythe de l’identité nationale littéraire.

  • 6 Jean-Yves Tadié, « Avant-propos » à La Littérature française : dynamique & histoire, Paris, Gallima (...)
  • 7 Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales : Europe xviiie- xxe siècle, Paris, Éd. du (...)
  • 8 Régis Meyran, Le Mythe de l’identité nationale, Paris, Berg international, 2009, p. 9

9Certes, de nombreux historiens insistent sur le matériau que constituent les précédentes études littéraires ou histoires de la littérature pour l’écriture de leur propre histoire. Certains vont même jusqu’à affirmer que « comme on n’est jamais le premier à écrire un manuel, on écrit de seconde ou troisième main, on hérite et emprunte des catégories déjà définies […]. La “seconde main” empoisonne l’histoire littéraire6 ». Or le concept France est peut-être le seul dont les historiens de la littérature n’héritent pas des ouvrages de première main (contrairement à la catégorie littérature par exemple). Si héritage il y a, il n’est que celui des précédentes histoires de la littérature française. Ainsi, c’est proprement l’historien de la littérature qui produit le mythe de l’identité nationale littéraire, par la seule présence d’un ensemble territorialement et linguistiquement unifié par le vocable français. Point de hasard ici puisque, comme l’ont démontré de nombreux ouvrages, le mythe de l’identité nationale a pris son essor dans le même temps que l’histoire littéraire depuis la fin du xixe siècle (précisément 18707), et puisque, plus précisément encore, l’histoire littéraire, depuis sa création, est un des moyens de constitution et de promotion du mythe de l’identité nationale8.

Droit du sol et droit du sang

10Cette synthèse systémique nous amène à conclure que toute histoire de la littérature en France, et plus encore de la littérature française, lorsqu’elle n’apporte aucun éclairage sur le sens de ces deux termes, tout en se consacrant exclusivement à la langue française, produit nécessairement une mythographie nationale. Prenons-en maintenant un exemple dans le corpus retenu, échantillon exemplaire par son présupposé affiché : il aurait existé en France à une certaine époque une nation littéraire française à laquelle on appartenait de plein droit par le sol ou le sang.

  • 9 Kléber Haedens, op. cit., p. 10

11Portant effectivement la date de leur époque, les deux premières histoires de la littérature consultées, celle de Kléber Haedens et celle d’Henri Clouard, assimilent la littérature française à une littérature nationale c’est-à-dire produite par des auteurs de nationalité française car « La Fontaine et Rimbaud sont nés sur la même terre, comme Villon et Valéry, comme Rabelais et Montesquieu, comme Montaigne et Chateaubriand, comme Racine et Victor Hugo, comme Balzac et Marcel Proust9 ». Ce droit du sol, qui permet d’accéder à la nationalité française se fait ici condition d’accès à l’histoire de la littérature, l’historien feignant d’oublier que la terre à l’origine champenoise sur laquelle est née Jean de La Fontaine en 1621 (Château-Thierry) ne peut être la même que celle où naît Arthur Rimbaud deux siècles plus tard, terre de Charleville qui se situe à peine à 15 kilomètres de la frontière belge. Deux siècles de strates géologiques recouvrent le terroir dont il est question, 150 kilomètres séparent les deux auteurs, la terre de naissance rimbaldienne étant bien plus proche (89 kilomètres précisément) de celle du poète belge Achille Chavée, né à Charleroi en 1906. Et que dire de François de Montcorbier dit Villon (né à Paris en 1431) et de Paul Valéry (né à Sète en 1871) dont les terres sont séparées par quatre siècles d’évolution géodynamique et 700 kilomètres de distance, à moins de considérer que la terre dont il est question ici est une incarnation du mythe de l’identité nationale définie par le droit du sol, territoire communément unifié par ces fictions théoriques que sont les frontières administratives. On remarquera aussi qu’aucun des auteurs cités n’est né sur une terre de France hors métropole : droit du sol hexagonal, donc.

  • 10 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin : allégorie du sentiment désordonné », in L’Avenir de l’in (...)
  • 11 Ibid., p. 224
  • 12 Ibid., p. 222
  • 13 Kléber Haedens, op. cit., p. 10

12Pourtant les deux historiens ne vont pas aussi loin que leur aîné Charles Maurras, qu’ils citent et utilisent dans leurs histoires de la littérature, lorsque celui-ci affirme au début du xxe siècle, dans « Le Romantisme féminin : allégorie du sentiment désordonné10 », que certaines autrices et certains auteurs dont « le sang n’est pas de veine française très pure11 » (Rousseau sous la plume de Maurras mais également certaines poétesses du début du siècle – Vivien, Heredia dite Gérard d’Houville, Delarue-Mardrus, Noailles – dont traite l’article en question) doivent être distingués de ceux qui produisent les « vraies lettres françaises12 ». Ainsi, refusant de faire du droit du sang biologique une nécessaire condition d’accès à la littérature dite française, Kléber Haedens y substitue un droit du sang linguistique : André Chénier, né en 1762 à Constantinople, et Lautréamont né à Montevideo en 1846 se voient ainsi qualifiés de « fils de la même langue13 » à défaut d’être nés, sur la même terre.

  • 14 Voir Hélène Millot, « Maurras et l’École romane contre les Barbares et les Métèques qui veulent “no (...)
  • 15 Henri Clouard, Introduction à Charles Maurras et la critique des lettres : trois études : Verlaine, (...)
  • 16 Voir Étienne de Montety, Salut à Kléber Haedens, Paris, Grasset, 1996 ; Antonin Guyader, La Revue « (...)
  • 17 Réponse à l’enquête « Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? Les jeunes maurrassiens », Arts, n° 564, 18 au (...)
  • 18 Kléber Haedens, op. cit., p. 10-11.
  • 19 Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du Symbolisme à nos jours [de 1885 à 1940], op (...)
  • 20 Ibid
  • 21 Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du Symbolisme à nos jours [De 1885 à 1960], Pa (...)

13Droit du sol et droit du sang linguistique sont les deux composantes que retient à la suite Henri Clouard. Certes, ces deux histoires de la littérature reflètent, sans contestation possible, l’option idéologique de leurs auteurs, qui est d’ailleurs loin d’être éloignée du nationalisme de celui que l’Académie française avait élu en son sein en 1938, à savoir Charles Maurras. Henri Clouard14 (1889-1974) introduit ainsi l’œuvre de Maurras dès 1913 avec Charles Maurras et la critique des lettres15 et défend la théorie maurrassienne du « génie français » ; il a auparavant donné plusieurs articles à la Revue critique des idées et des livres. Kléber Haedens16 (1913-1976), romancier et critique littéraire, collabore quant à lui à L’Action française et à Idées ; il se sent tout aussi proche des idées maurrassiennes que du style littéraire « plein de beauté et de vigueur17 » des deux acteurs majeurs de L’Action française, Daudet et Maurras. Certes, ces deux histoires de la littérature s’inscrivent également dans un contexte politique et historique : respectivement l’Occupation et l’après-guerre. Ainsi rien d’étonnant à ce que pour Kléber Haedens, la littérature française, grâce au génie français, dame le pion à toute autre littérature étrangère18 ou à ce que, pour Henri Clouard, la littérature qu’il nomme contemporaine « coïncide19 », c’est-à-dire tout de même s’ajuste en tout point, se confonde exactement par identité de forme, avec la Troisième République, « mère glorieuse d’un Empire, nation victorieuse, déclinante seulement vers la fin20 ». Toutefois, ces deux productions sont représentatives de l’écriture de l’histoire de la littérature jusque dans les années soixante : Henri Clouard republiant son ensemble revu et augmenté21 au début de cette décennie n’en changera d’ailleurs aucune des lignes qui concernent la nation littéraire française.

Le domaine français

14Si les événements internes (la nouvelle critique) et externes (la guerre d’indépendance algérienne [1954-1962] et la renaissance de la « francophonie », dont le numéro spécial de la revue Esprit en 1962, « Le français dans le monde », marque la résurgence du mot et de l’idée) modifient peu à peu le contenu des histoires de la littérature à partir des années soixante-dix, si l’explicitation d’un droit du sol hexagonal et d’un droit du sang linguistique en royaume littéraire disparaissent des paratextes, il n’en reste pas moins que le mythe d’une identité nationale littéraire continue de se construire tout au long du second demi-siècle, notamment parce que celle-ci est générée, comme nous avons tenté de le montrer plus avant, par le principe même de l’écriture d’une histoire de la littérature française.

  • 22 Voir par exemple, Jean-Yves Tadié (dir.), op. cit. [Avant propos, p. 9-23], ou Michel Prigent, Patr (...)
  • 23 Jean Rohou et Michèle Touret (dir.), Histoire de la littérature française du xxe siècle, Tome 1 : 1 (...)
  • 24 Jean Rohou et Michèle Touret (dir.), Histoire de la littérature française du xxe siècle, Tome 2 : a (...)
  • 25 Toutes les citations sont extraites des pages 11 et 12 (voir supra note 22)

15Pour s’en convaincre, on prendra l’exemple à l’autre extrémité temporelle du corpus, non d’une histoire qui amalgame territorialité et langue sans mot dire22 pour produire un mythe renouvelé de l’identité littéraire nationale, mais d’une des rares histoires de la littérature française du xxe siècle qui tente au contraire d’expliciter son objet, en discutant les critères et les choix qui ont présidé à sa construction : celle dirigée par Michèle Touret et parue aux Presses universitaires de Rennes en 2000 pour le premier volume (1898-1940) et en 2008 pour le second (après 1940). La préface au premier volume comporte en effet deux paragraphes titrés « Le domaine français23 », celle du second volume trois paragraphes consacrés à « Littérature française, littérature francophone24 ? ». Respectons l’ordre chronologique des parutions : « Le domaine français » nous apprend que la langue française, en tant que « matériau de la littérature25 », détermine non le cadre mais un premier cadre de l’étude. Certes, garantit Michèle Touret, contrairement à d’autres modes d’expression artistique, la littérature ne peut faire l’économie d’une traduction pour « être lue hors de son domaine linguistique originel », pour devenir « accessible à plusieurs nations ». Mais si l’on considère que d’une part un territoire peut être le lieu de production originel d’une littérature dont la langue n’est pourtant pas nationale, et que d’autre part une langue dite nationale peut être reçue sans nécessiter de traduction par des communautés linguistiques ou même des individus isolés résidant sur d’autres territoires, on ne peut que constater l’efficace du mythe de l’identité nationale définie par une communauté linguistique et territoriale. Cependant, ce serait mal comprendre la pensée de Michèle Touret que de lui imputer la construction de ce mythe. Bien au contraire, une fois défini le présupposé que constitue l’identité nationale en matière d’histoire littéraire, le propos met en relief le constant dialogue au xxe siècle de la littérature française et des littératures dites étrangères, et précise qu’il a été opéré au sein de cette histoire un élargissement du cadre de l’étude de la littérature nationale à la littérature « d’expression française », élargissement lui-même considéré comme un espace ouvert aux possibles. L’histoire de la littérature française du xxe siècle, sous la plume de Michèle Touret, se définit donc comme une étude de la littérature d’expression française transnationale, comme en témoigne également dans le premier volume l’annonce de l’étude à venir, dans le second volume, de « la création d’œuvres en langue française au Québec ou dans les territoires colonisés, comme l’Afrique et surtout le Maghreb ». Mais le passage obligé que constituait le premier paragraphe dédié à l’évidence d’une littérature nationale définie par la communauté linguistique et territoriale (« le domaine linguistique originel ») montre à quel point le mythe d’une identité nationale littéraire est toujours vivace, et à quel point il constitue justement le noyau dur de l’écriture de l’histoire de la littérature française à partir duquel se développe, en cercles concentriques, l’ouverture potentielle vers un ailleurs.

  • 26 Toutes les citations sont extraites des pages 12 et 13 (voir supra note 23)

16Et cet ailleurs semble difficile d’accès comme l’atteste l’ensemble « Littérature française, littérature francophone26 ? » inséré dans la préface au second volume. L’historienne revient ainsi sur l’annonce qui avait été faite précédemment de retracer l’histoire de la création d’œuvres en langue française dans les territoires « colonisés » par la France dans un chapitre intitulé « Une littérature sous dépendance ». Colonisés, dépendance : l’étude est donc limitée à la littérature produite dans les territoires sous occupation française, territoires à l’époque appartenant à la France. Réapparaît alors l’historiographie d’une littérature nationale, fût-ce dans la dissidence. Plus encore, cette littérature « dominée par celle de la métropole » revendique, lit-on, « une identité, une langue, des pensées et des affects propres », larguant les amarres d’une littérature nationale française pour fonder une nouvelle nation littéraire autonome, qui excède finalement le cadre de l’étude. Dans la même logique, l’attention de ce volume collectif se porte, dans une moindre mesure, sur la littérature régionale dans sa confrontation avec, puis son assimilation dans, la culture nationale de langue française. Quant à l’étude des œuvres en langue française au Québec, annoncée dans l’introduction au premier volume, dernier possible de l’ouverture au transnational, elle ne figure finalement pas dans ce second volume. Ce nonobstant, le texte de la préface pourrait ne pas être aussi univoque en sous-entendant peut-être que l’historien-ne, même si elle ou il n’adhère pas à ce mythe de l’identité nationale, peut se donner pour projet d’en restituer l’influence sur la création littéraire, laquelle se construit parfois de façon cohérente avec ou contre celui-ci.

17Quoi qu’il en soit, si le « domaine français » promettait une ouverture au transnational, d’ailleurs partiellement effective dans les deux volumes, « Littérature française, littérature francophone ? » tranche nettement en faveur du repli sur la littérature française donc nationale, refusant d’inscrire dans ses pages l’étude de la littérature francophone, qui « est une toute autre manière de définir la littérature en français hors de France, imprécise dans son extension et dans sa compréhension ». Or le glissement sémantique du terme « francophone » est assez étonnant sous la plume savante de Michèle Touret pour permettre d’identifier un présupposé collectif. Car la littérature francophone est celle qui s’exprime par l’intermédiaire de la langue française, sans excepter la littérature de langue française produite sur le territoire français. Pourtant « francophone » semble signifier pour la majorité des historiens de la littérature dite française une littérature produite hors du territoire national. C’est d’ailleurs dans cette logique que certains historiens contemporains n’incluent aucune œuvre produite hors du territoire hexagonal sous prétexte qu’ils n’ont pu réunir parmi leurs collaborateurs et collaboratrices des spécialistes de la « littérature francophone ». La vision qui préside à ce classement repose sur une inclusion et une exclusion, mais également sur une hiérarchisation qui place en position première et supérieure la production littéraire de langue française sur territoire national (parfois uniquement hexagonal) par rapport à celle qui se compose hors de France (parfois entendue comme exclusivement métropolitaine). Mais le choix de Michèle Touret de restreindre l’étude à la littérature sous dépendance culturelle et politique dit aussi que considérer l’ensemble des littératures d’expression française, tous territoires nationaux confondus, ouvre par ailleurs un dilemme polémique. Ne pas mentionner ces littératures revient à nier une majeure partie de la littérature d’expression française, dont celle des migrants. Exit ainsi en théorie Jules Supervielle, originaire de Montevideo, ou Marguerite Yourcenar, cas d’école en la matière. Les mentionner comme françaises à exercer potentiellement une nouvelle forme de colonialisme culturel. Cependant, le dilemme ne paraît insoluble que dans la mesure où l’on soutient toujours, dans la revendication ou la contrainte, l’écriture d’une histoire de la littérature française, c’est-à-dire natio-centrée.

18In fine, écrire une histoire de la littérature française ou en France sans en motiver le dernier terme revient à participer de la production d’un mythe de l’identité nationale littéraire. Dans ce cadre, dire d’une autrice ou d’un auteur qu’il est français équivaut à produire un mythe : celui du huis clos territorial, qui transforme l’autorité littéraire en productrice immobile, contrainte à l’enfermement dans une nationalité littéraire. L’autorité immigre, émigre, migre voire nomadise. Elle reçoit au quotidien, même sans migration, des influences d’ailleurs. Écrire d’une littérature qu’elle est française relève tout autant de la mythographie : c’est considérer la littérature comme une production figée dans l’espace, la contraindre à l’enfermement dans une « pureté » linguistique, un système formel qui serait propre à l’espace considéré. Or la littérature immigre, émigre, migre voire nomadise de la même façon que l’autorité qui la produit. Elle bénéficie au quotidien, même sans migration, des influences d’ailleurs : elle ne s’enrichit pas seulement d’une tradition ou d’une contemporanéité française ou en langue française. Mais écrire d’une littérature qu’elle est française, c’est également postuler qu’au sein de l’espace considéré, la langue et la littérature qui se construit à partir d’elle sont uniformes et uniformées, ce qui est loin d’être le cas même au xxe siècle comme le montre l’exemple des régiolectes ou des sociolectes. Enfin, c’est oublier qu’une partie de la littérature en France s’est définie et se définit encore, non pas comme une production de langue française, mais comme une subversion de la langue œuvrant parfois contre elle.

Notes

1 Kléber Haedens, Une histoire de la littérature française, Paris, Julliard, 1943, p.16. Nous soulignons

2 Henri Clouard, Histoire de la littérature français, du Symbolisme à nos jours [de 1885 à 1940], Paris, Albin Michel, 1947-1949, vol. 1, p. 7 : « On court déjà tant de risques […] »

3 La présente étude, limitée aux paratextes, devrait être complétée d’une étude des contenus, lesquels constituent une définition empirique de la France ou de la francité par la juxtaposition des occurrences littéraires. L’analyse de ces paratextes nous semble toutefois primordiale dans la mesure où ils orientent, comme nous le démontrons plus loin, la perception des objets littéraires sélectionnés

4 Roland Barthes, « Le mythe, aujourd’hui », in Mythologies, Paris, Éd. du Seuil, [1957], « Points Civilisation », p. 230-231

5 Roland Barthes, op. cit., p. 230

6 Jean-Yves Tadié, « Avant-propos » à La Littérature française : dynamique & histoire, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 2007, p. 9-10

7 Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales : Europe xviiie- xxe siècle, Paris, Éd. du Seuil, « L’univers historique », 1999

8 Régis Meyran, Le Mythe de l’identité nationale, Paris, Berg international, 2009, p. 9

9 Kléber Haedens, op. cit., p. 10

10 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin : allégorie du sentiment désordonné », in L’Avenir de l’intelligence, Paris, Albert Fontemoing, « Minerva », 1905, p. 155-255

11 Ibid., p. 224

12 Ibid., p. 222

13 Kléber Haedens, op. cit., p. 10

14 Voir Hélène Millot, « Maurras et l’École romane contre les Barbares et les Métèques qui veulent “nous gâcher la langue, le style et le goût” », in Sarga Moussa (dir.), L’Idée de race dans les sciences humaines et la littérature, xviiie-xixe siècles : actes du colloque international de Lyon, 16-18 novembre 2000, [organisé par l’Unité mixte de recherche LIRE], Paris, Budapest, Torino, l’Harmattan, « Histoire des sciences humaines », 2003, p. 441-452

15 Henri Clouard, Introduction à Charles Maurras et la critique des lettres : trois études : Verlaine, Brunetière, Barrès, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1913

16 Voir Étienne de Montety, Salut à Kléber Haedens, Paris, Grasset, 1996 ; Antonin Guyader, La Revue « Idées », 1941-1944 : des non-conformistes en Révolution nationale, préface de Pascal Ory, Paris, Budapest, Kinshasa, l’Harmattan, « Logiques Historiques », 2006

17 Réponse à l’enquête « Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? Les jeunes maurrassiens », Arts, n° 564, 18 au 24 avril 1956, p. 8

18 Kléber Haedens, op. cit., p. 10-11.

19 Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du Symbolisme à nos jours [de 1885 à 1940], op. cit., p. 7

20 Ibid

21 Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du Symbolisme à nos jours [De 1885 à 1960], Paris, Albin Michel, 1959-1962, 2 vol

22 Voir par exemple, Jean-Yves Tadié (dir.), op. cit. [Avant propos, p. 9-23], ou Michel Prigent, Patrick Berthier et Michel Jarrety (dir.), Histoire de la France littéraire, Paris, Presses Universitaires de France, 2006, vol. 3 [Préface de Michel Prigent, p. XI-XIII, Avant-propos de Patrick Berthier et Michel Jarrety, p. 1-4]

23 Jean Rohou et Michèle Touret (dir.), Histoire de la littérature française du xxe siècle, Tome 1 : 1898-1940, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 11-12

24 Jean Rohou et Michèle Touret (dir.), Histoire de la littérature française du xxe siècle, Tome 2 : après 1940, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 12-13

25 Toutes les citations sont extraites des pages 11 et 12 (voir supra note 22)

26 Toutes les citations sont extraites des pages 12 et 13 (voir supra note 23)

Auteur

Après avoir été allocataire de recherche et ATER à la Sorbonne Nouvelle puis directrice d’une école de journalisme, elle enseigne dans plusieurs programmes d’universités américaines à Paris tout en achevant un doctorat d’histoire littéraire sur les féminismes littéraires des années 70 (sous la direction de Marc Dambre). Ses travaux les plus récents portent sur l’histoire littéraire et, plus largement, sur la place et la représentation des écrivaines dans la critique savante et journalistique des xxe et xxie siècles.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540