Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France des écrivains

 | 
Marc Dambre
, 
Michel P. Schmitt
, 
Marie-Odile André

Décompositions, fragmentations

Ce pays que Duras crée indéfiniment

Simona Crippa

Texte intégral

  • 1 Marguerite Duras, Xavière Gauthier, Les Parleuses, Paris, Éd. de Minuit, 1974, p. 173.

Plus tu refuses, plus t’es opposé, plus tu vis1.

  • 2 Marguerite Duras, Michelle Porte, Les Lieux de Marguerite Duras, Paris, Éd. de Minuit, 1977, p. 61
  • 3 Marguerite Duras, Outside, Paris, Gallimard, « Folio », 1995, p. 350
  • 4 « J’ai fait une sorte d’anorexie quand j’avais dix ans, à Pnom-Penh », Les Lieux de Marguerite Dura (...)
  • 5 Outside, op. cit,. p. 345-346. La recette est publiée pour la première fois dans la revue Sorcières(...)
  • 6 Marguerite Duras, La Cuisine de Marguerite, Paris, Benoît Jacob, 1999

1Que je vous dise, Marguerite Duras crachait les pommes reinettes que sa mère lui achetait sur les marchés d’Indochine ; elle vomissait les biftecks, détestait les frites2 ; elle adorait en revanche « la fadeur sublime à parfum de cotonnade du riz cargo, les soupes maigres des marchands ambulants du Mékong », « la chair du poisson d’eau douce cuite à la saumure, au nuoc-mâm3 ». La jeune Marguerite refuse le goût de la France4, ce goût même qu’elle cultive bien des années après à Trouville, aux Roches Noires, quand elle prépare conformément à la recette française une excellente blanquette de veau, et descend au rez-de-chaussée chez Jérôme Beaujour pour la partager avec lui et ses invités. Ce goût encore qu’elle détaille si savamment dans la recette désormais célèbre de « La soupe au poireaux5 » et qu’elle exprime dans ses propres recettes écrites avec la rhétorique du pur plaisir sur des papiers épars, des post-it, dans les cahiers retrouvés à l’IMEC et publiés après sa mort6.

  • 7 Les Lieux de Marguerite Duras, op. cit., p. 60.

2Étrange destin que celui de cette petite fille qui prétendra bien plus tard, à l’âge de soixante-deux ans, avoir remarqué la différence substantielle entre elle et sa mère « française », entre son petit corps maigre « de peau jaune » et le corps de cette mère « abondant rose et rouge » ; péremptoirement elle affirme dans un entretien avec Michelle Porte avoir été victime d’une imposture : « [C]’était faux cette appartenance à la race française7. »

  • 8 Sur les problématiques identitaires liées au métissage de Marguerite Duras, voir Catherine Bouthors (...)

3Écœurement, répulsion, dénégation identitaire8, Marguerite Duras écrit ainsi sa France, entre fêlures et fractures, failles géographiques et culturelles, et cette France est suspendue à un cri, car ce cri est un mode de vie pour l’auteur, un mode d’expression, un style. Duras dérange, perturbe, trouble, qu’elle travaille l’espace de sa création littéraire ou qu’elle soit aux prises avec le monde extérieur. Deux univers d’ailleurs aux contours flous et qui confluent dans une recherche sans fin de toutes les voix qui mènent à l’écriture.

Refuser, dénoncer

4Le premier cri de l’écrivain surgit de son passé indochinois, colonial, injuste, écrasant ; là où la famille de Marguerite Duras doit vivre du côté des colons, les inégalités subies la marginalisent du côté des colonisés ; dans de nombreux entretiens avec Xavière Gauthier, Michelle Porte, Bernard Pivot, l’écrivain dit avoir transposé dans Un barrage contre le Pacifique – publié en 1950 en pleine guerre d’Indochine – une partie de son vécu. Le récit retrace l’histoire de la ruine d’une famille française à qui les agents du cadastre ont vendu une concession inexploitable, faux-semblant d’une terre envahie sans cesse par un océan implacable, qui brûle de son sel toute récolte et toute possibilité de salut. Le texte se clôt sur un cri de révolte contre cette France colonisatrice et viciée, le fils de la mère du Barrage s’adressant aux paysans cambodgiens pour les inciter au meurtre des fonctionnaires du cadastre et planifier ainsi le crime parfait :

  • 9 Marguerite Duras, Un barrage contre le Pacifique, Paris, Gallimard, « Folio », 2001, p. 363

Brûlez leurs vêtements dans les feux de bois verts que vous allumez le soir mais attention aux chaussures, aux boutons, enterrez les cendres après. Noyez leur auto, loin dans le rac. Vous la ferez traîner par des buffles sur la berge, vous mettrez de grosses pierres sur les sièges, et vous la jetterez à l’endroit du rac où vous avez creusé quand on a voulu faire les barrages […]9.

  • 10 Voir à ce propos, Simona Crippa, « Marguerite Duras, Un barrage contre le Pacifique. Géographie de (...)

5Dans L’Éden cinéma, texte pour le théâtre qui renouvelle ce cri à partir du canevas du Barrage, Marguerite Duras laissera la parole à la mère qui lit un texte sur scène, une lettre adressée à l’Administration des Colonies et qui stigmatise son ignominie, condamne l’indifférence du gouvernement général et appelle aussi, en conclusion, au crime libérateur, impuni10.

  • 11 Marguerite Duras, Le Vice-Consul, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2003
  • 12 Marguerite Duras, India Song, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2002 ; Marguerite Duras, India So (...)
  • 13 Marguerite Duras, La Femme du Gange, film, 1973
  • 14 Les Parleuses, op. cit., p. 173

6Dénoncer alors cette France coloniale, se venger d’elle jusqu’à la haine, cela passe par Le Vice-consul11, India Song12 et La Femme du Gange13. Dans ces œuvres déferle l’Asie peuplée d’une société de Blancs déclassés, exaspérés, décomposés par la corruption, engourdis de chaleur et d’inconscience face à la pauvreté, au fléau de la lèpre, à l’errance sans fin des mendiants. Si le vice-consul tire des coups de pistolet sur les jardins de Shalimar en tuant des lépreux, c’est parce qu’il ne peut rien faire contre la mort et la misère, parce qu’il ne peut plus supporter cette douleur. Tuer devient l’expression abominable de son refus, nœud scandaleux entre l’acte gidien et bretonien : le vice-consul tire, dit Marguerite Duras, « autant contre Dieu que contre la société […] Et contre lui-même14»

  • 15 India Song, op. cit., p. 70

7Anne-Marie Stretter dans India Song laisse dans les cuisines de l’ambassade de grands récipients d’eau fraîche pour les mendiants ; le texte ne s’attarde pas sur la générosité de ce geste, il insiste au contraire sur l’hypocrisie de la société française aux Indes ; les femmes qui rapportent ce rituel de l’ambassadrice la qualifient d’« irréprochable15 », mais elles rient d’elle parce qu’elles ne peuvent pas la comprendre, elles badinent au sujet de la liberté de ses mœurs de celle-ci sans pour autant expliciter l’objet de leur badinage, vaines et minaudières ces Françaises des Indes, enfermées dans les grimaces infinies du non-dit. Anne-Marie Stretter, elle, folle dans sa douleur solitaire, se donne aux mendiants comme elle s’abandonne aux hommes qu’elle rencontre. Aveugle à la souffrance de ce personnage féminin qui se consume aux Indes comme le vice-consul, aveugle à la souffrance des lépreux, des miséreux, cette société coloniale nie l’évidence de l’inhumaine absurdité entre l’Inde blanche et l’Inde véritable, elle tue et pousse au suicide ceux qui refusent cette cécité, ceux dont les yeux sont blessés par tant de lucidité. Quant à « la femme du Gange », elle ne se nourrit plus, elle ne dort plus ; elle aussi souhaite la mort, l’oubli, pour avoir tant souffert de l’indignité française.

  • 16 Marguerite Duras, Les Mains négatives, court-métrage, 1979
  • 17 Marguerite Duras, Les Mains négatives, in Le Navire Night, Césarée, Les Mains négatives, Aurélia St (...)
  • 18 Marguerite Duras, La Caverne noire, entretiens vidéo, 1984. Ces entretiens sont recueillis dans un (...)
  • 19 Marguerite Duras, La Couleur des mots. Entretiens avec Dominique Noguez, Paris, Benoît Jacob, « Édi (...)

8Créé d’après les chutes du film Le Navire night, le court-métrage Les Mains négatives16 montre tout en travelling, sans interruption, Paris, de la nuit à l’aube, de la place de la République à la place de l’Opéra, en passant par les Grands Boulevards, la porte Saint-Denis, le boulevard Bonne-Nouvelle ; on distingue, vides, la rue de Cléry, la rue Beauregard, la rue de la Lune. En voix off Duras lit un texte qui n’a apparemment aucun lien avec les images, un récitatif aux accents de mélopée : « Devant l’océan / sous la falaise / sur la paroi de granit / ces mains / ouvertes / Bleues / Et noires17. » Le spectateur aperçoit des voitures qui roulent, des balayeurs, des éboueurs au travail. Dans l’entretien qui suit le film, Duras dit à Dominique Noguez s’être retrouvée « tout d’un coup à sept heures du matin, dans une donnée coloniale de l’humanité18 ». Paris, dans l’obscurité matinale d’un mois d’août, donne à voir la réalité d’un rapport de force : ces rues désertées par la population riche, celle qui a colonisé, sont peuplées par des Noirs, lignes floues qui se détachent à peine de la pellicule sombre, le spectateur ne pouvant véritablement s’arrêter sur leur identité, elles défilent muettes, insaisissables, dérobées, devant l’incessant travelling. Il est aussi malaisé de distinguer des figures féminines, fantômes qui traversent les images et dont on découvre le passage lorsque Duras confie à D. Noguez : « Il y avait des femmes de ménage portugaises – ça se devinait, elles ont une allure à elles – qui sortaient des banques, des cafés […]19. »

  • 20 Ibid., p. 178
  • 21 Ibid., p. 110

9L’écrivain convoque ici la capillarité secrète de la ville, cette population de marécage toujours plongée dans l’indifférence, dans la somnolence de la société occidentale. Duras adresse à « cette humanité-là20 » une élégie moderne, une élégie en celluloïd  et entre ce que l’on voit, ce que l’on entend, ce que l’on doit deviner, il y a encore l’espace d’une rencontre, celle d’une poésie du refus. Une voix dit : « J’aimerai quiconque entendra que je crie », « Trente mille ans / Ces mains-là, noires »21. Paris est jeté dans la préhistoire, dans un silence où il ne peut y avoir que des traces, où il nous est offert de tressaillir à ce cri millénaire qui appelle à l’existence cette humanité, pour qu’elle s’inscrive à jamais dans nos mémoires. Un cri millénaire qui unit tous les déshérités : Joseph et la mère du Barrage, le vice-consul, Anne-Marie Stretter, « la femme du Gange », un hurlement qui refuse la résignation et qui appelle le commencement du monde, car ne crier jamais ce n’est pas vivre, le colonialisme est la maladie de la mort.

  • 22 Marguerite Duras, « Une certaine idée de la France », in Le Monde extérieur. Outside 2, Paris, P.O. (...)
  • 23 Ibid., p. 7
  • 24 Ibid., p. 45

10Fort tentée par la politique, Duras s’exprime. Et elle le fait dans ses écrits, ses films, ses entretiens, ses articles pour les journaux. Dans Le Monde extérieur, recueil qui réunit des articles, des préfaces, des textes déjà publiés et des inédits, l’article titré « Une certaine idée de la France22 » – clin d’œil frondeur aux Mémoires de guerre du général de Gaulle – est signalé par Christiane Blot-Labarrère en tête du recueil23 comme le pôle central du livre. Marguerite Duras ouvre son texte sur l’évocation des Mains négatives et pose le problème de l’intégration des étrangers en France ; la « grandeur actuelle » de la France, selon l’écrivain, réside dans la capacité de cette nation à admettre cette situation d’impasse tout en cherchant des solutions. L’article se clôt sur la réponse à une question, une réponse qui rejoint toujours le cri millénaire et qui conjure le désespoir : « Mon idée de la France ? C’est cette nation ouverte à tous les vents… qui accueille24. » Duras souhaite la création d’un monde nouveau, une néo-genèse, car la nouvelle grandeur de la France serait une France nouvelle naissant de la pluralité qui la constitue et qui fait sa force :

  • 25 La Couleur des mots. Entretiens avec Dominique Noguez, op. cit., p. 179

Et je crois que ces gens, ces Noirs, appellent autant à être aimés, à être reconnus comme des êtres vivants qu’au commencement du monde. […] Je crois que ce hurlement, ce hurlement de désir, est le même, il est le même que celui qui était proféré devant Dieu25.

11« Une certaine idée de la France » date de 1985. Duras est encore et par-dessus tout mitterrandienne. L’intensité de la douleur face à ce qu’elle nomme « l’intolérable » ne l’a pas quittée, mais elle a désormais un interlocuteur privilégié en qui elle croit profondément. Voici ce qu’elle voit en lui :

  • 26 « La perte de la vérité », in Le Monde extérieur. Outside 2, op. cit., p. 87

Il est simple, direct, d’un naturel auquel il est difficile de se soustraire. Il rit, il aime beaucoup rire. Et aussi il est fou de la vie, fou, il est doué d’une faculté d’étonnement, constante, irrépressible, devant le spectacle de la vie sous toutes ses formes. Or, quand il parle aux Français il se croit obligé de parler comme un président de la République. Je voudrais bien qu’ils vous entendent comme vous êtes dans la vie, cher, très cher François Mitterrand26.

  • 27 Les entretiens sont publiés à l’époque dans L’Autre Journal et seront réunis ensuite en 2006 sous l (...)
  • 28 Duras revient à deux reprises sur ce sujet : la première fois dans un film, Les Enfants en 1981, pu (...)
  • 29 Marguerite Duras, François Mitterrand, Le Bureau de poste de la rue Dupin et autres entretiens, Par (...)
  • 30 Ibid
  • 31 Marguerite Duras, Outside, Paris, Gallimard, « Folio », 1996, p. 8

12L’écrivain entreprend entre juillet 1985 et avril 1986, à la demande de Michel Butel, directeur de L’Autre Journal, une série d’entretiens avec François Mitterrand27. Elle aborde avec lui toutes sortes de sujets, de la politique intérieure et extérieure de la France à la littérature, en passant par le cinéma et les aléas de la vie. Si elle insiste toujours sur la nécessité d’une coexistence harmonieuse entre les civilisations en France et évoque la difficulté de vivre dans les HLM des Yvelines où habitait la première vague d’immigration portugaise28, elle discute aussi avec le Président du scandale des fourrières en 1986, cet enlèvement massif des voitures à Paris, extrêmement onéreux pour les Parisiens ; elle s’inquiète du programme nucléaire engagé par le Président en France, lui demande d’expliciter son « amour pour l’Afrique29 ». Tout cela pour toujours en venir à réfléchir sur la condition de l’humaine existence : les inégalités, les abus, l’absurdité des non-résolutions prises contre le fléau de la famine. Je retiendrai une seule phrase de François Mitterrand s’adressant à Marguerite Duras : « Vous embrassez toujours l’univers30 », une phrase ô combien représentative de l’auteur, qui avoue dans l’avant-propos d’Outside avoir écrit pour les journaux, éprise d’un « mouvement irrésistible », portée « vers la tentation de dénoncer l’intolérable d’une injustice de quelque ordre qu’elle soit, subie par un peuple tout entier ou par un seul individu »31. Duras s’intéresse à la France, la condamne, la fustige, mais cela dépasse la géographie et les frontières de l’Hexagone. L’écrivain est proche de cet universel qui englobe tout défaut et toute contradiction et qui rejoint un monde autre, celui de la création, de la subjectivité, du moi qui voit et qui juge, qui souffre et désire, qui abuse aussi de ses limites et des limites de la raison et du mystère pour empreindre le réel d’irréel.

Refuser, créer

13Sans aucun doute cette « tentation de dénoncer » est toujours liée à une tentation du poétique pour Duras, le refus est inscrit dans sa politique de l’écrit, dans ses gènes, sa poésie :

  • 32 La Couleur des mots, op. cit., p. 68-70

Moi, c’est tout. Moi, c’est Calcutta, c’est la Mendiante, tout, c’est le Mékong, c’est le poste. Tout Calcutta. Tout le quartier blanc. Toute la colonie. Toute cette poubelle de toutes les colonies, c’est moi. C’est évident. J’en suis née. J’en suis née et j’écris32.

  • 33 Marguerite Duras, C’est tout, Paris, P.O.L, 1999, p. 10
  • 34 Bernard Alazet, Christiane Blot-Labarrère, « Avant-propos », Les Cahiers de l’Herne. Duras, Paris, (...)
  • 35 Outside, op. cit., p. 12

14Écrire est un va-et-vient entre soi et le monde, un agencement constant de l’écriture du moi et de son Outside, « [u]ne occupation tragique, c’est-à-dire relative au courant de la vie33 ». Ce moi ne sera jamais purement autobiographique, ni jamais purement fictionnel, c’est un moi confluent, il ne sera jamais seul ce moi, ce sera une multiplicité qui éclate en plusieurs voix refusant l’unicité, masquant la réalité. Le regard de Marguerite Duras, comme le font remarquer Bernard Alazet et Christiane Blot-Labarrère, possède en effet les traits propres « à l’innocence des enfants, des poètes, des fous et des musiciens, des inspirés34 ». Surgit alors toujours, dans un article, au détour d’une phrase, un mot qui peut l’emporter sur l’écriture de la pure information journalistique, et déjouer ainsi le réel. Yann Andréa, dans sa « Note sur le classement des articles » pour Outside, explique clairement cette tendance de Marguerite Duras à la primauté de l’écrit et de la création : « Marguerite Duras écrit, toujours complètement. Toute autre raison ne peut être que secondaire35. » 

  • 36 Voir Marguerite Duras, « Sublime, forcément sublime Christine V. », Libération, 17 juillet 1985
  • 37 « Janine Niepce », in Le Monde extérieur. Outside 2, op. cit., p. 60. L’article publié dans ce recu (...)

15Sublime alors le scandale d’un article où le réel est dépassé par la littérature, un article qui a passionné la France entière, qui a déchaîné les haines contre l’écrivain, un texte où pourtant Duras embrasse l’univers, comme le dirait Mitterrand, et crie encore une fois contre l’injustice d’une vie36. Quand Duras écrit sur mai 68, elle le fait à travers les photographies de Janine Niepce, parce que l’artiste rejoint les principes de l’écrivain. Ce n’est pas la beauté de la contestation ou la laideur de la répression que Niepce veut exprimer, ni Mai 68 en soi ; elle va au-delà du rigoureux fait historique, tout comme Duras ne peut se tenir au seul fait journalistique. Farouche et idéaliste, la photographe donne à voir à Duras ce que Duras écrit aussi : l’intolérable, ce désespoir qui vient « du fond des siècles37 » et qui appelle dans le refus la création d’une autre existence.

  • 38 Marguerite Duras, Écrire, Paris, Gallimard, « Folio », 1995, p. 31 et 53
  • 39 Hubert Nyssen, Les Voies de l’écriture. Entretiens et commentaires, Paris, Mercure de France, 1969, (...)

16L’écriture de Duras est ainsi ravie par la politique, ravie par un intérêt constant pour l’actualité française, mais la politique n’est pas le sujet de son écriture, l’esthétique de Duras ne répondant qu’à la couleur de ses propres mots. Dans Écrire elle expose ce qui est essentiel : « L’écriture a toujours été sans référence aucune ou bien elle est… Elle est encore comme au premier jour. Sauvage. Différente. […] L’écrit ça arrive comme le vent, c’est nu, c’est de l’encre […]38. » Duras glisse de soi à la page, et de la page aux pierres du Barrage − les pierres du crime des officiers français − elle fait du colonialisme la poésie d’un cri, de la marche errante de la mendiante de Calcutta, la phrase nomade, si durassienne, qui nous accompagne vers la perte du vice-consul, vers le silence du chant de Savannakhet. Duras avoue à Hubert Nyssen avoir cherché dans Le Vice-Consul « une syntaxe musicale », et à rendre la faim « à coups de marteau », pour qu’elle devienne « hallucination et absurdité » ; on se tromperait si on prêtait à ce souci la cause d’une simple recherche formelle, pour l’auteur il s’agit d’une question de principe, et cette affirmation est une déclaration de foi : « La faim par elle-même était une tentation qu’il fallait rejeter39. » Car Duras se dérobe au sens pour que seule la création fasse sens.

  • 40 Les Mains négatives, in Le Navire Night, Césarée, Les Mains négatives, Aurélia Steiner, Aurélia Ste (...)
  • 41 Marguerite Duras, Le Camion, Paris, Éd. de Minuit, 1977, p. 19

17Si Paris devient une grotte dans Les Mains négatives40, la banlieue recèle la ligne bleue de l’océan pour la dame des Yvelines. Perchée sur Le Camion, cette femme à la valise, errant comme une mendiante, transforme la réalité, et crée son propre horizon ; les espaces désertiques où seul Auchan fait surface, ces espaces nus d’une « terre émigrée41 », ces étendues entourées par la monotonie des collines de Beauce deviennent autres. Elle remarque :

  • 42 Ibid., p. 19

On ne peut pas dire que ce soit vraiment des collines, mais plutôt un bombement de la terre… […] … comme un gonflement léger provoqué par des pressions internes… de l’eau peut-être, des lacs… qui cherchent des issues… des sources… par où émerger… sortir, en quelque sorte42

  • 43 Ibid., p. 25
  • 44 « Entretien avec Michelle Porte », in Le Camion, op. cit., p. 108
  • 45 Ibid., p. 108
  • 46 Marguerite Duras, « Le bloc noir », in La Vie matérielle, Paris, Gallimard, « Folio », 2003, p. 33
  • 47 « Entretien avec Michelle Porte », in Le Camion, op. cit., p. 106
  • 48 La Vie matérielle, op. cit., p. 34
  • 49 « Entretien avec Michelle Porte », in Le Camion, op. cit., p. 106
  • 50 « Le bloc noir », in La Vie matérielle, op. cit., p. 35
  • 51 Le Camion, op. cit., p. 10
  • 52 Bernard Alazet, Le Navire Night de Marguerite Duras. Écrire l’effacement, Paris, Presses Universita (...)

18Grottes, océans, gonflement, bombements, voici la France que Duras crée indéfiniment. Ainsi l’imaginaire de la dame des Yvelines cherche-t-il dans ce néant pour immigrés des formes pour donner de la vie à cette platitude, et l’eau est consubstantielle à l’univers de Duras, à son enfance, et à l’enfance de cette femme qui invente sa France dans un Camion dont elle suit d’abord et avant tout les incertitudes d’un parcours scriptural. Certes, cette dame prononce les mots qui ont suscité un autre grand débat politique en France ; en regardant la zone industrielle entre Trappes et Plaisir elle dit : « Que le monde aille à sa perte, c’est la seule politique43. » Duras dénonce la politique du PCF, l’état d’abandon dans lequel sont laissées ce qu’elle appelle les « capitale[s] de l’émigration en France44 », ces banlieues où est confiné le peuple des balayeurs, des éboueurs et des femmes de ménage ; elle est dégoûtée par les logements construits pour ces gens, « ces blocs […] − dit-elle − ces entassements fabuleux de place à vivre45 ». Mais, Le Camion charrie essentiellement ce que l’écrivain nomme « Le bloc noir46 », sorte d’agglomérat compact que constitue l’écrit, une totalité inintelligible qui doit encore évoluer vers un système de signes. Duras confie à Michelle Porte : « [L]e camion transporte cette masse-là. Tout l’écrit du monde. Comme si ça pouvait se mesurer, se peser : trente-deux tonnes d’écrit, cela me plaît47. » L’auteur se trouve face au monolithe qui est la préhistoire de l’écriture, un bloc massif qui paraît inaccessible, inébranlable à celui qui n’est pas à même de le transformer. Tel un sculpteur, l’écrivain travaille son matériau, et comme tout sculpteur, avant de créer, elle détruit. C’est « une question musculaire48 », avoue-t-elle, « la matière première de l’écrit [étant] la mine de tout écrit49 ». Après résistance, après « un refus quasi tragique50 », le bloc noir s’étend sur la page et devient texte, devient récit, poésie. Sauf que chez Duras le spectre de la destruction est toujours présent. Le Camion, dépositaire de tout l’écrit, peut à tout moment cesser ses errances, perdre cette masse d’encre lors d’un virage, au détour d’une phrase, et laisser le lecteur et le spectateur dans l’angoisse de la disparition d’une histoire, une histoire qui passe d’ailleurs par la fausseté de son existence, tout étant raconté au conditionnel, tout étant plongé dans l’irréel : « Ç’aurait été une route au bord de la mer. / Elle aurait traversé un grand plateau nu. Et puis un camion serait arrivé. / Il serait passé lentement à travers le paysage51» Et il en est ainsi pour plusieurs récits de l’auteur menacés d’un arrêt soudain, d’une « paralysie de ses signes » comme le fait remarquer Bernard Alazet : « [L]e signe narratif est toujours, chez Marguerite Duras, l’enjeu d’une immobilité qui le maintient comme au bord d’un gouffre, comme en lisière d’un effritement52»

  • 53 Marguerite Duras, Le Navire Night, Paris, Gallimard, « Folio », 2001, p. 45

19Les textes de Duras s’épuisent et s’égarent dans la douleur d’un cri, dans l’opacité de leur propre écrit. Le Navire Night est alors en danger comme Le Camion : « Le Navire Night est face à la nuit des temps. − Aveugle, avance. Sur la mer d’encre53. » Cette mer bloc noir, prête à servir à tout, à accoucher de tout, ou à tout avorter.

Notes

1 Marguerite Duras, Xavière Gauthier, Les Parleuses, Paris, Éd. de Minuit, 1974, p. 173.

2 Marguerite Duras, Michelle Porte, Les Lieux de Marguerite Duras, Paris, Éd. de Minuit, 1977, p. 61

3 Marguerite Duras, Outside, Paris, Gallimard, « Folio », 1995, p. 350

4 « J’ai fait une sorte d’anorexie quand j’avais dix ans, à Pnom-Penh », Les Lieux de Marguerite Duras, op. cit., p. 61

5 Outside, op. cit,. p. 345-346. La recette est publiée pour la première fois dans la revue Sorcières en 1976 et sera reprise ensuite dans le recueil Outside

6 Marguerite Duras, La Cuisine de Marguerite, Paris, Benoît Jacob, 1999

7 Les Lieux de Marguerite Duras, op. cit., p. 60.

8 Sur les problématiques identitaires liées au métissage de Marguerite Duras, voir Catherine Bouthors-Paillart, Duras la métisse, Genève, Droz, 2009

9 Marguerite Duras, Un barrage contre le Pacifique, Paris, Gallimard, « Folio », 2001, p. 363

10 Voir à ce propos, Simona Crippa, « Marguerite Duras, Un barrage contre le Pacifique. Géographie de la fuite », in Problématiques identitaires et discours de l’exil dans les littératures francophones, sous la direction de Anissa Talahite-Moodley, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2007

11 Marguerite Duras, Le Vice-Consul, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2003

12 Marguerite Duras, India Song, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2002 ; Marguerite Duras, India Song, film, 1974

13 Marguerite Duras, La Femme du Gange, film, 1973

14 Les Parleuses, op. cit., p. 173

15 India Song, op. cit., p. 70

16 Marguerite Duras, Les Mains négatives, court-métrage, 1979

17 Marguerite Duras, Les Mains négatives, in Le Navire Night, Césarée, Les Mains négatives, Aurélia Steiner, Aurélia Steiner, Aurélia Steiner, Paris, Mercure de France, 1979, p. 107

18 Marguerite Duras, La Caverne noire, entretiens vidéo, 1984. Ces entretiens sont recueillis dans un livre, La Couleur des mots, en 2001

19 Marguerite Duras, La Couleur des mots. Entretiens avec Dominique Noguez, Paris, Benoît Jacob, « Édition critique », 2001, p. 178.

20 Ibid., p. 178

21 Ibid., p. 110

22 Marguerite Duras, « Une certaine idée de la France », in Le Monde extérieur. Outside 2, Paris, P.O.L, 1993, p. 44-45

23 Ibid., p. 7

24 Ibid., p. 45

25 La Couleur des mots. Entretiens avec Dominique Noguez, op. cit., p. 179

26 « La perte de la vérité », in Le Monde extérieur. Outside 2, op. cit., p. 87

27 Les entretiens sont publiés à l’époque dans L’Autre Journal et seront réunis ensuite en 2006 sous le titre Le Bureau de poste de la rue Dupin, édité par Gallimard ; suivra en 2007 la sortie de trois enregistrements inédits sous la formes de trois cd-rom, en collaboration avec l’Institut François Mitterrand, Frémeaux & Associés et France Culture

28 Duras revient à deux reprises sur ce sujet : la première fois dans un film, Les Enfants en 1981, puis dans un texte, La Pluie d’été, publié chez P.O.L en 1990

29 Marguerite Duras, François Mitterrand, Le Bureau de poste de la rue Dupin et autres entretiens, Paris, Gallimard, 2006, p. 87

30 Ibid

31 Marguerite Duras, Outside, Paris, Gallimard, « Folio », 1996, p. 8

32 La Couleur des mots, op. cit., p. 68-70

33 Marguerite Duras, C’est tout, Paris, P.O.L, 1999, p. 10

34 Bernard Alazet, Christiane Blot-Labarrère, « Avant-propos », Les Cahiers de l’Herne. Duras, Paris, Éd. de l’Herne, 2005, p. 11

35 Outside, op. cit., p. 12

36 Voir Marguerite Duras, « Sublime, forcément sublime Christine V. », Libération, 17 juillet 1985

37 « Janine Niepce », in Le Monde extérieur. Outside 2, op. cit., p. 60. L’article publié dans ce recueil est d’ailleurs la préface que Duras rédige en 1992 pour le catalogue de Janine Niepce dont le titre est : France

38 Marguerite Duras, Écrire, Paris, Gallimard, « Folio », 1995, p. 31 et 53

39 Hubert Nyssen, Les Voies de l’écriture. Entretiens et commentaires, Paris, Mercure de France, 1969, p. 131

40 Les Mains négatives, in Le Navire Night, Césarée, Les Mains négatives, Aurélia Steiner, Aurélia Steiner, Aurélia Steiner, op. cit., p. 105

41 Marguerite Duras, Le Camion, Paris, Éd. de Minuit, 1977, p. 19

42 Ibid., p. 19

43 Ibid., p. 25

44 « Entretien avec Michelle Porte », in Le Camion, op. cit., p. 108

45 Ibid., p. 108

46 Marguerite Duras, « Le bloc noir », in La Vie matérielle, Paris, Gallimard, « Folio », 2003, p. 33

47 « Entretien avec Michelle Porte », in Le Camion, op. cit., p. 106

48 La Vie matérielle, op. cit., p. 34

49 « Entretien avec Michelle Porte », in Le Camion, op. cit., p. 106

50 « Le bloc noir », in La Vie matérielle, op. cit., p. 35

51 Le Camion, op. cit., p. 10

52 Bernard Alazet, Le Navire Night de Marguerite Duras. Écrire l’effacement, Paris, Presses Universitaires de Lille, « Textes et perspectives », 1992, p. 102

53 Marguerite Duras, Le Navire Night, Paris, Gallimard, « Folio », 2001, p. 45

Auteur

Doctorante à la Sorbonne Nouvelle, attachée à l’EA 4400 : « Écritures de la modernité : littérature et sciences humaines », et au CRTF – Centre de Recherche Textes Francophonies de l’université de Cergy-Pontoise. Elle achève une thèse sur Marguerite Duras et a publié diverses contributions dans le cadre des études durassiennes : Le Cahier de l’Herne (2005) ; Les Écrits de Marguerite Duras. Bibliographie des œuvres et de la critique. 1940-2006 (IMEC, 2009) ; la série Marguerite Duras des Lettres Modernes-Minard (2009).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540