Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France des écrivains

 | 
Marc Dambre
, 
Michel P. Schmitt
, 
Marie-Odile André

Décompositions, fragmentations

« Tant d’histoire pour quelques calembours » : Les Fleurs bleues de Queneau

Cécile De Bary

Texte intégral

  • 1 Raymond Queneau, Les Fleurs bleues, [1965], in Romans, t. 2, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la (...)
  • 2 Raymond Queneau, Une histoire modèle, Paris, Gallimard, 1966. Dans la préface, Queneau précise que (...)
  • 3 Voir à ce sujet Anne Marie Jaton, « Les Fleurs bleues, bilan provisoire », Europe, n° 888, Raymond (...)

1Au sein de l’ensemble de l’œuvre de Raymond Queneau, Les Fleurs bleues1, livre paru en 1965 et conçu entre 1959 et 1965, se distingue par l’importance accordée à l’Histoire. On y trouve un double fil narratif, deux personnages y rêvant l’un de l’autre. Cidrolin, vivant en 1964, habite sur une péniche et consacre la plus grande part de son temps au sommeil, avec quelques pauses lui permettant de déguster de « l’essence de fenouil ». Le duc d’Auge traverse les siècles : on suit ses aventures lors de différentes périodes séparées l’une de l’autre par cent soixante-quinze années. L’Histoire est donc plus qu’un thème ; elle est le support d’une interrogation structurante, qui prolonge celle menée dans Une histoire modèle, essai rédigé pendant l’Occupation2. De ce fait, de nombreux travaux critiques portant sur Les Fleurs bleues ont été consacrés à ce sujet, et en particulier à la conception du temps et de l’Histoire à l’œuvre dans le roman. Plusieurs spécialistes se sont ainsi demandé s’il illustre ou non les théories de la fin de l’Histoire3. Le thème proposé à notre réflexion peut donner l’occasion d’aborder cette dimension d’une autre manière. De fait, Les Fleurs bleues recycle nombre de données propres au mythe de la France. Et il est intéressant de déterminer de quelle manière opère ce recyclage, d’autant qu’il s’agit d’un ouvrage d’après la guerre d’Algérie, à une époque de redéfinition du destin historique du pays.

L’histoire de France n’est qu’un songe

  • 4 Philippe Petiet, Les Fleurs bleues Raymond Queneau, Paris, Ellipses, « Bac blanc », 2000, p. 44
  • 5 Raymond Queneau, Loin de Rueil, [1944], in Romans, t. 2, op. cit., p. 69-195
  • 6 Traduction proposée par Anne Marie Jaton dans les « Notes et variantes » de l’édition de la « Bibli (...)
  • 7 Philippe Petiet, Les Fleurs bleues Raymond Queneau, op. cit., p. 42

2Cidrolin rêvant le périple du duc d’Auge au travers de l’histoire de France, il pourrait être tentant d’y lire une critique de cette dernière, qui ne serait qu’un songe. Plus encore, un parallèle est établi entre elle et le mythe, le mythe du déluge plus précisément. De fait, si Auge traverse l’Histoire – rencontrant d’abord saint Louis pour se retrouver ensuite à la fin de la guerre de Cent Ans, et ainsi de suite jusqu’en 1789 –, il rejoint finalement Cidrolin, qui vit sur une péniche baptisée l’Arche. La terre se trouve alors recouverte par la pluie, ce qui permet à Auge de rentrer chez lui. Pour Philippe Petiet, le récit historique se trouve ainsi désigné comme un mythe4. Cette manière de jouer avec le vrai, le faux et l’illusion est caractéristique de l’art de Raymond Queneau, comme en témoigne l’importance qui est donnée au rêve : on se souvient de Loin de Rueil5… Ici, le rêve est placé sous l’autorité de Platon, cité en exergue (citation qu’on peut traduire par : « en échange d’un rêve, écoute donc un autre rêve6 »). Dans Les Fleurs bleues, le rêve croise la question du savoir, autre question caractéristique de l’encyclopédiste Queneau. Pour en donner un exemple ponctuel, Yoland, gendre de Cidrolin, raconte les événements que nous connaissons comme ceux du « 18 Brumaire », puis donne la date du 19. Il se trouve que le coup d’État a eu lieu sur deux jours : l’Histoire a retenu la date du premier jour et les événements du deuxième. Philippe Petiet écrit : « Queneau dénonce ici la mystification7. »

3Plus généralement, on retrouve dans Les Fleurs bleues la question posée par Une histoire modèle, celle de la possibilité d’un savoir historique véritablement scientifique, fondé sur des lois précises et prédictives. Dans le roman de 1964, le caractère souvent légendaire de l’histoire de France se trouve ainsi dénoncé. Dès le début de ses tribulations, Auge rencontre un saint Louis « sous son chêne », conforme à l’image d’Épinal. Le roman nous indique ensuite qu’il a côtoyé Jeanne d’Arc, Louis XI et nombre d’autres « grandes figures ». Queneau fait ainsi des clins d’œil à l’histoire de France telle qu’elle a été inventée par Henri Martin au début du xixe siècle. Christian Goudineau évoque à son sujet :

  • 8 Christian Goudineau, Par Toutatis ! Que reste-t-il de la Gaule ?, Paris, Éd. du Seuil, « L’avenir d (...)

[…] une nouvelle narration qui ne s’appuie plus sur la succession des rois et des dynasties mais sur de grands personnages qui incarnent, à un moment donné, l’idée de la nation. Comme Jeanne d’Arc, Louis XI, etc. […] Elle produit des images d’une force considérable qui nous imprègnent encore aujourd’hui8.

4C’est le « Lavisse » qui officialisera cette version de l’Histoire de France, qui assoit pour une bonne part le mythe national. Le dialogue entre Cidrolin et le gardien de camping exhibe les stéréotypes qui la fondent :

  • 9 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1111-1112

« J’ai ainsi vécu au temps de saint Louis…
– Ah le fils à Blanche de Castille…
– de Louis XI…
– … l’homme à la cage…
– … de Louis XIII…
– … les trois mousquetaires…
– … de Louis XVI…
– … crac, le couperet9… »

5Les locutions périphrastiques qui désignent d’abord les rois sont autant de clichés. Ce qui étonne, dans cette liste, c’est le surgissement des trois mousquetaires. Le parallèle ainsi établi entre histoire et fiction suggère leur confusion, au moins partielle.

6Globalement, Raymond Queneau s’oppose de plusieurs manières à toute vision mythique de l’Histoire, à commencer par son caractère de récit. On peut citer ici Jean-Yves Pouilloux :

  • 10 Jean-Yves Pouilloux, Les Fleurs bleues de Raymond Queneau, Paris, Gallimard, 1991, « Foliothèque », (...)

Les Fleurs bleues restituent l’indistinction première des événements en mettant au même rang l’humour du duc d’Auge et les croisades, le procès de Gilles de Rais et le ragoût d’alouettes, la Révolution française et les graffitis. Et c’est bien ainsi, dans une sorte d’équivalence immédiate des heures, que nous vivons l’actualité10.

  • 11 Voir Raymond Queneau, Une histoire modèle, op. cit., en particulier les chapitres LXXIV, p. 91, et (...)
  • 12 Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, Pise (Italie), Edizioni ETS, (...)
  • 13 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 998
  • 14 Une histoire modèle, op. cit., chapitre LXXV, p. 92
  • 15 Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, op. cit., p. 55
  • 16 Une histoire modèle, op. cit., chapitre I, p. 9

7C’est tout d’abord la linéarité du récit historique qu’il conteste : sauf dans le domaine technique, l’histoire est pour Raymond Queneau répétitive11. Anne Marie Jaton a ainsi fait observer comment les déstabilisations de la linéarité provoquées par les « allées et venues entre un passé extrêmement lointain et un futur distant de plusieurs siècles » contribuent à une « sorte d’atemporalité qui nie l’Histoire en même temps qu’elle la représente ». Le travail du lexique va dans le même sens, du fait d’« interférences » entre les états de la langue12. De fait, Raymond Queneau insiste sur l’histoire de cette dernière, et non sur l’histoire hagiographique. Il joue notamment de l’orthographe et de son évolution – ainsi de celle de « chevaus » – mais aussi du vocabulaire. Saint Louis évoque par exemple un « croisement » plutôt qu’une croisade : le suffixe ancien suscite un sentiment d’étrangeté, que renforce le sens actuel du mot13. Queneau insiste également sur l’histoire de la civilisation des mœurs, en particulier les repas et la composition des menus. Les inventions, seul facteur de progrès selon Une histoire modèle14, forment également l’un des thèmes récurrents du livre, ainsi de la fourchette. Les armes, de plus en plus sophistiquées, font l’objet de nombreux développements. Mais ici il n’y a plus de progrès ! C’est d’ailleurs surtout par son pessimisme que Queneau s’oppose à la légende historique française. Anne Marie Jaton a fait observer que Les Fleurs bleues exhibent l’omniprésence du massacre dans l’Histoire15. Il est vrai que pour Une histoire modèle : « L’Histoire est la science du malheur des hommes16. »

  • 17 Voir la notice d’Anne Marie Jaton dans l’édition de la « Bibliothèque de la Pléiade », op. cit., p. (...)

8D’un point de vue poétique, c’est la dimension parodique du roman qui s’oppose à toute vision mythique de l’Histoire. Dans les avant-textes, on trouve déjà des traces de cette volonté d’écrire une histoire amusante : Queneau a pensé s’inspirer de Francis Blanche et de L’Histoire de France par San Antonio, pour finalement écarter ces modèles, qui donnent cependant une idée de sa visée17. Le personnage de Louis IX, dont nous avons vu qu’il était conforme aux stéréotypes, fait ainsi l’objet d’ironie. Claude Debon observe :

  • 18 Claude Debon, « Le Moyen Âge dans Les Fleurs bleues de Queneau », [1982], in Claude Debon, Doukiplé (...)

Le roi saint Louis est bien assis sous son chêne, mais loin d’illustrer sa future hagiographie : attristé et mélancolique à la veille de la huitième croisade, il est plein de soucis financiers. C’est un roi bourgeois : « Comment va ta petite famille ? » demande-t-il au duc18.

  • 19 Philippe Hamon, L’Ironie littéraire, essai sur les formes de l’écriture poétique, Paris, Hachette s (...)
  • 20 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1017-1019. Voir Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » (...)

9Le décalage délibéré entre l’image traditionnelle du roi et la manière dont il est présenté participe en effet d’un procédé dont Philippe Hamon rappelle combien il est caractéristique de l’ironie : « Dans tous les cas, il y a tension, ou décalage, ou distance, entre le texte et un autre texte, entre deux parties du même texte, entre le texte et son énonciateur19. » Dans ces conditions, l’histoire de France n’est plus qu’une légende dégradée, ce que montre notamment l’insistance sur le compagnon de Jeanne d’Arc, Gilles de Rais. Quant à saint Louis, loin de délivrer la justice, il profite d’un massacre auquel Auge s’est livré pour prélever un impôt : un détachement de « compagnies royales de sécurité » vient plus précisément toucher un « à-compte provisionnel », tout en proposant au héros une autre cible, les Sarrasins20. La croisade est ainsi critiquée de manière indirecte.

10L’histoire de France se trouve donc le support d’un jeu distancié, ce qu’annonce le début du roman. Auge y considère, « un tantinet soit peu, la situation historique  » :

Elle était plutôt floue. Des restes du passé traînaient encore çà et là, en vrac. Sur les bords du ru voisin, campaient deux Huns ; non loin d’eux un Gaulois, Éduen peut-être, trempait audacieusement ses pieds dans l’eau courante et fraîche. Sur l’horizon se dessinaient les silhouettes molles de Romains fatigués, de Sarrasins de Corinthe, de Francs anciens, d’Alains seuls. Quelques Normands buvaient du calva.

Le duc d’Auge soupira mais n’en continua pas moins d’examiner attentivement ces phénomènes usés.

Les Huns préparaient des stèques tartares, le Gaulois fumait une gitane, les Romains dessinaient des grecques, les Sarrasins fauchaient de l’avoine, les Francs cherchaient des sols et les Alains regardaient cinq Ossètes. Les Normands buvaient du calva.

  • 21 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 991

« Tant d’histoire, dit le duc d’Auge au duc d’Auge, tant d’histoire pour quelques calembours, pour quelques anachronismes. Je trouve cela misérable. On n’en sortira donc jamais21 ? »

  • 22 Voir par exemple Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, op. cit., p (...)
  • 23 C’est l’idée de Philippe Petiet, op. cit., p. 41-42
  • 24 Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, op. cit., p. 44

11La déclaration du duc d’Auge a le plus souvent été lue comme une critique de l’inanité de l’Histoire22, vue par exemple comme un pur objet verbal23. Il me semble que cette déclaration a surtout une valeur métatextuelle, le texte du roman partant de l’Histoire pour produire nombre de jeux de mots, ce que le passage montre assez. L’incipit suggère que l’histoire ne sera pas prise au sérieux par la suite. Il la désigne comme un ensemble de « phénomènes usés » et de « restes » qui traînent « en vrac » ; décomposition qui autorise toutes les recompositions. Anne Marie Jaton remarque à ce propos que ce passage donne l’image de la poétique de l’ensemble du roman, du fait de sa « confusion des plans temporels », d’ailleurs « propre au rêve24 ». Le mythe de la France n’est de toute façon guère pris au sérieux.

12Plus spécifiquement, c’est le mythe de la Gaule originelle que le passage met à mal. Il rappelle que la France est un creuset de populations, que nos seuls ancêtres ne sont pas les Gaulois. À ce sujet, Suzanne Citron, auteur du Mythe national, l’histoire de France revisitée, écrit :

  • 25 Suzanne Citron, Le Mythe national, l’histoire de France revisitée, [1987], Paris, Les Éditions de l (...)

Les Pères de la République, imprégnés d’une religion de la France, assignèrent à l’enseignement de l’histoire un objectif patriotique : aux enfants du pays majoritairement issus de villages aux mille parlers, aux enfants d’immigrés déjà nombreux, aux quelques écoliers des colonies proches ou lointaines, seraient inculqués l’amour de la patrie une et indivisible et la foi en la supériorité de la France. L’historien Ernest Lavisse fixa, pour les écoles, un texte du passé, organisé autour d’une France sans commencement incarnée dans une Gaule mythique, succession d’actes de guerre et de conquêtes licites puisqu’ils construisaient une patrie préexistant à sa formation. Les abus de pouvoir servant la grandeur et l’unité de l’État étaient soit légitimés, soit occultés25.

  • 26 Ibid., p. 290
  • 27 Dans la conclusion du volume qu’il a consacré à la république gaullienne dans la collection de la « (...)

13Plus loin dans l’ouvrage, Suzanne Citron ajoute : « Vichy et la guerre d’Algérie ont été les deux butoirs contre lesquels cette idéologie paradoxale s’est fracassée26. » L’idéalisation n’est plus de mise dans la France du milieu des années soixante. D’autant que, d’un autre point de vue, le pays a perdu son statut de grande puissance, et doit se résoudre à suivre l’un des deux « super-Grands » qui déterminent le destin du monde de l’après-guerre27. On peut dès lors se demander si la France assume encore son passé mythique. Le roman de Queneau n’est-il pas caractéristique de cette situation ?

Le mythe, c’est du passé

14De fait, Auge refuse de participer au mouvement de l’Histoire. Véronique Bartoli remarque ainsi :

  • 28 Véronique Bartoli, « Les Fleurs bleues : roman et histoire », Roman 20-50, revue d’étude du roman d (...)

[L]e duc d’Auge, en apparence héros immergé dans le flux des événements, ne cesse de refuser sa participation aux expéditions qui pourraient, justement, le hausser à la dignité de héros historique ; il dévalue la huitième croisade (p. 25), il remet en cause les visées de Charles VII sur les Grands, ses alliés durant la guerre de Cent ans (p. 69), il se rend à Paris en 1614 non tant pour la réunion des États généraux que pour la statue équestre d’Henri IV (p. 133), enfin, il préfère sa « liberté » personnelle aux États généraux de 1789. Le duc d’Auge a son passé historique derrière lui : il a fait la septième croisade, il a combattu les gotons durant la guerre de Cent ans ; il pense à faire ériger sa statue en prenant modèle sur un roi mort28.

  • 29 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1122

15C’est surtout la manière dont l’histoire du duc est racontée qui suscite cette impression : quand il refuse de participer à la huitième croisade, il a déjà participé à la septième ; de même, en 1439, il vient de se battre aux côtés de Jeanne d’Arc. Au moment du récit, c’est donc toujours son passé qui est glorieux alors que son présent ne l’est pas. En 1789, il est obligé de se cacher car il a tué l’amant de sa femme lors d’un duel. Il refuse par ailleurs nettement de participer aux États généraux, espérant faire l’événement en suscitant un débat théologique : il tente de démontrer l’existence des préadamites en peignant, à titre de preuves, des grottes (Lascaux est donc un faux). Ce n’est pas le moment. Et quand il apprend la prise de la Bastille, il s’exclame : « Foutues nouvelles […] Personne ne va plus s’intéresser à mes préadamites29. »

  • 30 Voir Véronique Bartoli, art. cit., p. 23-24
  • 31 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 998-999
  • 32 Ibid., p. 999
  • 33 Yannick Séité, « La théorie littéraire questionnée par l’histoire », Textuel (Paris 7 Denis Diderot (...)
  • 34 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1000. Dans le dialogue précédent, Auge évoquait déjà « Damiette et (...)
  • 35 Claude Debon, « Le Moyen Âge dans Les Fleurs bleues de Queneau », [1982], in Claude Debon, Doukiplé (...)

16L’attitude du duc peut être représentative de son statut de féodal, qui cherche à préserver son indépendance par rapport au pouvoir central. En même temps, il est l’image d’une catégorie sociale de plus en plus marginalisée par le mouvement de l’Histoire, jusqu’en 178930. Par ailleurs, le duc est aussi le double de Cidrolin l’inactif. Et leur attitude commune peut être rapprochée de la période à laquelle ce dernier vit, période de doutes à l’égard du mythe national. Le refus de participer à l’Histoire est thématisé au début du roman par le refus de repartir en croisade avec saint Louis31. Au moment de la sortie du livre, cela ne pouvait qu’être rapproché des désertions lors de la guerre d’Algérie. Dans le passage où il exprime son refus, le duc d’Auge rassure d’ailleurs saint Louis en lui expliquant qu’il trouvera « toujours bien un quarteron de coyons pour [l’] accompagner sur ces rives lointaines32. » Yannick Séité a justement remarqué que l’expression est un clin d’œil à l’expression « quarteron de généraux en retraite » par laquelle le général de Gaulle a désigné les généraux Salan, Challe, Zeller et Jouhaud lors du putsch d’Alger33. Un peu plus tard, Auge parle de la croisade comme d’une « guerre aux colonies » : « Lui, Louis, n’oublie pas les services que je lui rendis à Damiette et à Mansourah. La guerre aux colonies, il sait ce que c’est, il me comprend34. » Claude Debon commente ainsi cet anachronisme langagier : « [S]on emploi suggère que les croisades n’étaient autres que des guerres de conquêtes territoriales, mais aussi que nos guerres coloniales ne sont qu’un recommencement des croisades35. » Cette question de la décolonisation est encore posée par le texte « contemporain ». Cidrolin cherche une femme qui puisse faire le ménage et la cuisine sur sa péniche. Pour cela, il s’adresse à un ami proxénète, qui considère que la proposition de Cidrolin n’est pas tentante pour les filles de l’époque :

  • 36 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1048

– […] Il me semble que ça devrait sembler plus agréable que de se faire trombiner par des nuées de gauchos ou un sheikh polygame et roteur. […]
– … mais ce sont elles qui me supplient de partir pour les pays lointains. Elles sont colonisatrices en diable36.

17En 1964, seules les prostituées sont encore « colonisatrices ». Elles seules croient à la « mission civilisatrice » de la France. Que devient le mythe national quand il a servi de justification pour un discours qui s’oppose au mouvement de l’Histoire ? Que devient-il quand la bonne conscience qui l’accompagnait n’est plus possible ?

18De ce point de vue, la réponse d’Auge à saint Louis voulant le convaincre de se rendre à Carthage est intéressante. Ce dernier lui rappelle « les souvenirs historiques » :

  • 37 Ibid., p. 999

– Carthage ? mais voyons, mon bien aimé Auge, rien que pour les souvenirs historiques… saint Augustin… Jugurtha… Scipion… Hannibal… Salammbô… cela ne te dit rien ?
– Rien du tout, sire. Moi pas être un intellectuel37.

19Les références historiques – mais aussi littéraires – qui auraient pu permettre d’idéaliser la croisade se trouvent ainsi dévaluées.

  • 38 Ibid
  • 39 Yannick Séité, art. cit., p. 191-192

20Le roman n’interroge donc pas seulement l’Histoire et le passé de la France, mais aussi l’Histoire contemporaine et le présent du mythe national. Saint Louis, présentant « le détail de la chose » à propos de la huitième croisade, remarque ainsi : « [C]ette fois-ci, nous n’allons pas en Égypte (à quoi na sert ?) mais nous voguons vers Carthage38. » C’est évidemment une allusion à l’expédition de 1956 lors de laquelle les Anglais et les Français ont rassemblé des troupes en riposte à la nationalisation du canal de Suez. Les deux pays ont été obligés de se replier avant d’avoir livré bataille. L’allusion à Nasser n’est pas seulement un « embrayeur » qui renvoie à la guerre d’Algérie, comme le dit Yannick Séité39. Elle est une référence à un épisode en soi capital, qui a provoqué une prise de conscience chez les Français : leur pays ne pouvait plus imposer seul sa volonté.

  • 40 Voir le relevé d’Anne Marie Jaton dans sa notice de la « Bibliothèque de la Pléiade », op. cit., p. (...)
  • 41 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1039

21Dans l’ensemble, le roman confronte sans cesse le présent et le passé, ce que l’incipit annonce déjà, comme nous l’avons vu. C’est plus particulièrement à son passé mythique que le roman confronte la France de l’époque, interrogeant ce qu’est devenue sa situation. C’est de cette manière que l’on peut analyser les nombreuses allusions à l’actualité40. Pour en donner un exemple, lorsque le duc d’Auge entre en rébellion contre Charles VII, il se procure ce que l’abbé Biroton appelle « la diabolique bombe41 ». Cette allusion à la bombe atomique renvoie encore au rôle de la France : devenir une puissance nucléaire, c’est tenir un certain rang international.

  • 42 Voir la notice d’Anne Marie Jaton, op. cit., p. 1750, qui évoque la possible influence de l’ouvrage (...)
  • 43 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1129
  • 44 Ibid., p. 1137

22Les épisodes contemporains montrent également les débuts de la société de consommation, d’où l’importance donnée à des objets comme les « houatures » et la « tévé », autant de supports nouveaux de « mythologies42 ». Dans un tel univers, y a-t-il une place pour les héros de légende ? Cidrolin vit bien quelques aventures, mais restreintes à la sphère sentimentale. Par ailleurs, il efface les insultes qu’il a inscrites lui-même sur sa clôture. Elles concernent une faute ancienne qui l’a conduit en prison, avant qu’il ne soit innocenté. Il a honte de son passé. Le duc d’Auge est inadapté au sein de l’époque contemporaine. On ne veut pas de ses chevaux au camping43. Ensuite, lorsqu’il habite chez Cidrolin, diverses notations signalent son décalage. Il est par exemple question d’aller chercher du foin au supermarché Inno44. En 1964, il n’y a plus de place pour cet homme qui représente l’histoire de France et son mythe.

  • 45 Mémoires de guerre, L’Appel (1940-1942), Paris, Plon, 1954, p. 1

23Au début des Mémoires de guerre, le général de Gaulle écrit : « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. » Il conclut le paragraphe par : « à mon sens, la France ne peut être la France sans la grandeur45. » Il faut, pour finir, évoquer le discours du président de la République de l’époque, discours mythique qui accompagnait une politique pragmatique tirant le meilleur parti de nécessités incontournables, puisque la France n’avait plus le même rôle mondial qu’avant guerre. Serge Berstein évoque ainsi ce discours à la fin d’un volume qu’il a consacré aux années 1958-1969 :

  • 46 Serge Berstein, La France de l’expansion, I. La République gaullienne, 1958-1969, op. cit., p. 350

[S]a plus grande réussite est sans doute d’avoir su, par un verbe inimitable, transformant en accents d’épopée les réalités les plus prosaïques, convaincre ses concitoyens que ce qui n’était souvent qu’une nécessité impossible à éviter représentait une éclatante victoire de la volonté et de la compétence. Puisque la politique n’est après tout qu’un art du possible, ce n’est pas un mince succès que de rendre un peuple fier de lui-même en transmuant par le discours le vil plomb des faits en or de la légende46.

24En 1964, le mythe de la France a quelque peu vieilli mais il a encore cours : dans le cadre d’une légende, d’une fiction qui se perçoit de plus en plus comme telle, comme effet de discours. Si le discours historique support de ce mythe peut prêter à rire, c’est qu’il a une certaine prégnance : le mythe national suscite encore le questionnement.

Notes

1 Raymond Queneau, Les Fleurs bleues, [1965], in Romans, t. 2, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2006, p. 989-1163.

2 Raymond Queneau, Une histoire modèle, Paris, Gallimard, 1966. Dans la préface, Queneau précise que l’une des raisons pour lesquelles il « publie aujourd’hui ce texte bien qu’inachevé […], c’est […] parce qu’il [lui] semble fournir un supplément d’information aux personnes qui ont bien voulu s’intéresser aux Fleurs bleues » (p. 7-8).

3 Voir à ce sujet Anne Marie Jaton, « Les Fleurs bleues, bilan provisoire », Europe, n° 888, Raymond Queneau, avril 2003, p. 52-53. Voir aussi, du même auteur, la notice du roman dans la collection « Bibliothèque de la Pléiade », op. cit., en particulier p. 1760-1761 et 1768-1769.

4 Philippe Petiet, Les Fleurs bleues Raymond Queneau, Paris, Ellipses, « Bac blanc », 2000, p. 44

5 Raymond Queneau, Loin de Rueil, [1944], in Romans, t. 2, op. cit., p. 69-195

6 Traduction proposée par Anne Marie Jaton dans les « Notes et variantes » de l’édition de la « Bibliothèque de la Pléiade », op. cit., p. 1775

7 Philippe Petiet, Les Fleurs bleues Raymond Queneau, op. cit., p. 42

8 Christian Goudineau, Par Toutatis ! Que reste-t-il de la Gaule ?, Paris, Éd. du Seuil, « L’avenir du passé », 2002

9 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1111-1112

10 Jean-Yves Pouilloux, Les Fleurs bleues de Raymond Queneau, Paris, Gallimard, 1991, « Foliothèque », p. 141

11 Voir Raymond Queneau, Une histoire modèle, op. cit., en particulier les chapitres LXXIV, p. 91, et surtout LXXVII, p. 94

12 Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, Pise (Italie), Edizioni ETS, 1998, p. 41-42

13 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 998

14 Une histoire modèle, op. cit., chapitre LXXV, p. 92

15 Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, op. cit., p. 55

16 Une histoire modèle, op. cit., chapitre I, p. 9

17 Voir la notice d’Anne Marie Jaton dans l’édition de la « Bibliothèque de la Pléiade », op. cit., p. 1759-1760

18 Claude Debon, « Le Moyen Âge dans Les Fleurs bleues de Queneau », [1982], in Claude Debon, Doukiplédonktan, études sur Raymond Queneau, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 1998, p. 94

19 Philippe Hamon, L’Ironie littéraire, essai sur les formes de l’écriture poétique, Paris, Hachette supérieur, « Recherches littéraires », 1996, p. 108. Béda Alleman parle quant à lui de « champ de tension » (voir Béda Alleman, « De l’ironie en tant que principe littéraire », Poétique, n° 36, 1978, p. 396)

20 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1017-1019. Voir Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, op. cit., p. 58

21 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 991

22 Voir par exemple Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, op. cit., p. 46

23 C’est l’idée de Philippe Petiet, op. cit., p. 41-42

24 Anne Marie Jaton, Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, op. cit., p. 44

25 Suzanne Citron, Le Mythe national, l’histoire de France revisitée, [1987], Paris, Les Éditions de l’atelier/Éditions ouvrières, 2008, p. 17

26 Ibid., p. 290

27 Dans la conclusion du volume qu’il a consacré à la république gaullienne dans la collection de la « Nouvelle histoire de la France contemporaine », Serge Berstein écrit : « De 1945 à 1969, la France ne joue plus le rôle mondial qui avait été le sien jusqu’en 1939 et elle se trouve contrainte de choisir son camp entre les deux super-Grands qui sont devenus les chefs de file du monde nouveau de l’après-guerre. » La France de l’expansion, I. La République gaullienne, 1958-1969, Paris, Éd. du Seuil, « Points » (série « Nouvelle histoire de la France contemporaine »), 1989, p. 345-346

28 Véronique Bartoli, « Les Fleurs bleues : roman et histoire », Roman 20-50, revue d’étude du roman du xxe siècle, n° 4, Queneau, Les Fleurs bleues, décembre 1987, p. 28. Les références renvoient à l’édition « Folio » (Paris, Gallimard, 1986)

29 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1122

30 Voir Véronique Bartoli, art. cit., p. 23-24

31 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 998-999

32 Ibid., p. 999

33 Yannick Séité, « La théorie littéraire questionnée par l’histoire », Textuel (Paris 7 Denis Diderot, revue de l’UFR de Lettres « Sciences des Textes et des Documents »), n° 37, Où en est la théorie littéraire ?, p. 191

34 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1000. Dans le dialogue précédent, Auge évoquait déjà « Damiette et autres colonies lointaines », ibid., p. 999

35 Claude Debon, « Le Moyen Âge dans Les Fleurs bleues de Queneau », [1982], in Claude Debon, Doukiplédonktan, études sur Raymond Queneau, op. cit., p. 96

36 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1048

37 Ibid., p. 999

38 Ibid

39 Yannick Séité, art. cit., p. 191-192

40 Voir le relevé d’Anne Marie Jaton dans sa notice de la « Bibliothèque de la Pléiade », op. cit., p. 1762

41 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1039

42 Voir la notice d’Anne Marie Jaton, op. cit., p. 1750, qui évoque la possible influence de l’ouvrage de Roland Barthes (1957)

43 Les Fleurs bleues, op. cit., p. 1129

44 Ibid., p. 1137

45 Mémoires de guerre, L’Appel (1940-1942), Paris, Plon, 1954, p. 1

46 Serge Berstein, La France de l’expansion, I. La République gaullienne, 1958-1969, op. cit., p. 350

Auteur

Maîtresse de conférences à l’université de Nice, spécialiste de la littérature du xxe siècle, et en particulier de Georges Perec, de l’Oulipo et du roman (notamment Échenoz et Manchette). Elle s’est intéressée aux relations texte-image, à la fiction et à la réception imaginaire du texte. Elle a dirigé le numéro 9 des Cahiers Georges Perec (intitulé Le Cinématographe) ainsi qu’une journée d’études consacrée à J.-P. Manchette (CERACC et Bilipo, actes édités dans le numéro 11 de Temps noir).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540