Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Irlandaises : vers une reconnaissance / A New Citizenship for Irish Women?

 | 
Paul Brennan
, 
Elisabeth Gaudin
, 
Catherine Maignant

Les femmes et le service diplomatique irlandais

Christophe Gillissen

Résumé

Jusqu’en 1973, date de l’adhésion de l’Irlande à la CEE, le métier de diplomate y était, à de rares exceptions près, réservé aux hommes. Il s’est ouvert depuis aux femmes, à un point tel que le service diplomatique irlandais peut faire figure de modèle auprès de ses homologues européens dans le domaine de l’égalité professionnelle de l’homme et de la femme. L’article analyse les causes de cette remarquable transformation, ainsi que ses limites, hélas bien réelles, dans ce qu’elles ont de propre au service diplomatique, et dans ce qu’elles ont de commun avec l’évolution de la condition des femmes dans la société irlandaise en général.

Until Ireland’s accession to the EEC in 1973, its diplomatic service was largely a male preserve. It has opened itself up to women since then, and can in fact be considered as a model equal employer among its European Community counterparts. The article analyses the various causes of this remarkable transformation, as well as its all too obvious limits, both in their specific context and in relation to the overall evolution of the status of women in Irish society.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Siège du Ministère des Affaires étrangères à Dublin (équivalent irlandais du Quai d’Orsay).

1La condition des femmes au Ministère des Affaires étrangères irlandais – sujet qui peut paraître exagérément pointu de prime abord – mérite certainement que l’on s’y intéresse, et ce à plusieurs titres. Tout d’abord, elle n’a fait l’objet d’aucune étude spécifique jusqu’à présent, et ce silence ne fait pas justice aux membres féminins d’un service diplomatique que chacun s’accorde à reconnaître comme particulièrement compétent. Ensuite, leur condition est significative au-delà de Iveagh House1 : elle est représentative dans une large mesure de celle des femmes qui travaillent dans les autres secteurs de la fonction publique par exemple, et son évolution est révélatrice des diverses forces qui conditionnent la place de la femme dans l’ensemble de la société irlandaise. Finalement, les contraintes propres à une carrière diplomatique mettent en évidence certains des problèmes que peuvent connaître aujourd’hui les Irlandaises qui tentent de concilier vie professionnelle et vie familiale.

Historique

2La possibilité d’une telle conciliation leur fut longtemps interdite. En effet, malgré une participation active de plusieurs femmes à l’aventure du Ministère de la Publicité pendant les « années héroïques » de 1919-1921, leur statut dans le Ministère des Affaires extérieures du nouvel État Libre fut sévèrement restreint, principalement par la promulgation du marriage bar en 1922. Cette loi, applicable à l’ensemble de la fonction publique, obligeait les femmes à en démissionner dès qu’elles se mariaient. Du coup, la grande majorité n’y travaillait que peu de temps, et à des postes subalternes. L’employée type était jeune, célibataire, assumait des travaux de secrétariat, et partait au bout de quelques années pour se marier et fonder une famille. Ceci n’était sans doute pas pour déplaire à Joseph Walshe, le « père du service diplomatique irlandais ». En effet, Secrétaire général du Ministère de 1922 à 1946, il ne fut guère enclin à user de son influence décisive dans la formation du service pour y faire la part belle aux femmes :

  • 2 Dermot Keogh, « Profile of Joseph Walshe, Secretary, Department of Foreign Affairs, 1922-46 », p.  (...)

« Walshe était foncièrement hostile à l’idée de recruter des femmes et de les affecter à l’étranger. Ajoutée au ‘marnage bar’, cette hostilité explique que le service diplomatique irlandais fut réservé exclusivement aux hommes pendant les années trente et quarante. »2

  • 3 Voir Patrick Keatinge: The Formulation of Irish Foreign Policy, Dublin: Institute of Public Admini (...)
  • 4 Voir Dermot Keogh, « Ireland », p. 291, in Zara Steiner (dir.): The Foreign Affairs Ministries of (...)

3Il y eut des exceptions bien sûr : Josephine McNeill fut nommée ambassadrice aux Pays-Bas en 1950 – mais elle n’était pas diplomate de carrière3 ; Sheila Murphy accéda au rang de directrice de département en 1962 – deux ans seulement avant sa retraite, et après plus de quarante ans de bons et loyaux services4. Il s’agit en fait d’exceptions qui confirment la règle. En 1966 par exemple, sur 38 fonctionnaires postés à Dublin, on ne comptait que 2 femmes, et encore étaient-elles peu haut placées (voir Tableau 1).

Tableau 1 : Diplomates travaillant à Dublin en 1966

Grade

Total

Hommes

Femmes

Femmes  %

Secrétaire Général

1

1

0

0

Directeur de Département

4

4

0

0

Conseiller

7

7

0

0

Premier Secrétaire

10

10

0

0

Troisième Secrétaire

12

12

0

0

HEO (Higher Executive Officer)

3

2

1

33

EO (Executive Officer)

1

Total

37

36

2

5,2

  • 5 Les Executive Officer ne sont pas, pour la plupart, nommés dans l’annuaire ; les totaux sont donc (...)

Source : State Directory, 19665.

  • 6 Voir Ita Meehan, « Women in the Irish Civil Service », p. 8, Seirbhis Phoibli Journal of the Dep (...)

4Leur nombre devait pourtant augmenter lors des années suivantes, pour atteindre 12 en 1972, dont une au rang de conseiller. Ceci reflétait une tendance à l’œuvre dans l’ensemble de la fonction publique, où l’on enregistra entre 1968 et 1972 une augmentation de 7,7 % de la proportion des femmes6. On peut sans doute l’expliquer par la conjonction de deux facteurs : une certaine croissance du secteur public, et l’impact des idéaux en matière de droits civiques propres aux années soixante.

La réforme de 1973

  • 7 Le Ministère des Affaires extérieures changea d’appellation en 1971.
  • 8 Voir Dermot Scott, « EEC Membership and the Irish Administrative System », p. 179, Administration,(...)
  • 9 C’est le jugement porté par un homme ayant travaillé au Ministère des Affaires étrangères.

5L’année 1973 fut riche en événements de conséquence pour la condition des femmes au Ministère des Affaires étrangères7. L’accession de l’Irlande à la CEE le 1er janvier constituait un défi de taille pour son service diplomatique, qui n’était pas à même d’assumer ces nouvelles responsabilités. Garret FitzGerald, nommé Ministre des Affaires étrangères le 14 mars, en entreprit une vaste réforme, qui se traduisit notamment par un recrutement important de nouveaux fonctionnaires. On estime le nombre de postes créés en conséquence directe de l’adhésion à la Communauté à 110 en dix ans8. De plus, une certaine priorité fut accordée aux candidats appartenant à des « minorités », c’est-à-dire aux femmes et aux gens originaires d’Irlande du Nord. Lorsque le marnage bar fut abrogé le 31 juillet de cette même année, la voie était ouverte aux femmes qui pouvaient désormais poursuivre sans entraves une carrière dans un Ministère prestigieux et en pleine expansion. Et de fait, un nombre considérable de femmes talentueuses y entrèrent9.

6En 1974, à peine un an après l’abrogation du marnage bar, on recensait 7 femmes « premier secrétaire » et 9 « troisième secrétaire » (voir Tableau 2). Certes, les grades les plus élevés étaient toujours occupés par des hommes ; l’effet de la réforme ne pouvait se faire ressentir uniformément sur la hiérarchie, dans la mesure où les femmes qui avaient démissionné avant 1973 laissaient un vide au niveau supérieur. Mais passé quelques années, – le temps pour les nouvelles recrues de faire leur chemin, – cela devait changer.

Tableau 2 : Diplomates travaillant à Dublin en 1974

Grade

Total

Hommes

Femmes

Femmes %

Secrétaire Général

1

1

0

0

Directeur de Département

5

5

0

0

Conseiller

15

15

0

0

Premier Secrétaire

29

22

7

24,1

Troisième Secrétaire

28

19

9

32,1

HEO

7

4

3

42,85

Total

85

76

19

22,35

Source : State Directory, 19745.

  • 10 Le Danemark est par exemple le seul pays de la CEE obtenant la mention « très bon » pour les condi (...)

7En 1982, le personnel de l’ambassade d’Irlande à Bruxelles était exclusivement féminin, et le fait est d’autant plus remarquable que la capitale européenne avait supplanté New York en tant que centre stratégique de la politique étrangère irlandaise : c’était sans aucun doute la représentation la plus importante en termes des intérêts irlandais en jeu. Si l’on ajoute à cela que, en 1982 toujours, le Ministère des Affaires étrangères irlandais comptait la proportion de femmes la plus élevée de tous les pays membres de la Communauté Européenne, – à égalité avec le Danemark, une référence en ce domaine,10 – on aura une idée de la rapidité et de l’ampleur du changement intervenu quant à la condition des femmes diplomates. On est passé d’un système ouvertement discriminatoire à un système qui pouvait prétendre faire office de modèle européen, et cela en moins de dix ans. On peut parler sans exagérer d’une réussite remarquable. Au dire d’une diplomate irlandaise, les difficultés qu’elle rencontre aujourd’hui dans le cadre de sa profession ne relèvent d’aucune discrimination : ce sont les difficultés que connaît toute personne, homme ou femme, exerçant un métier.

Les causes du changement

8Comment expliquer le succès de cette transformation ? Les raisons en ont été évoquées ici et là. Ainsi, la compétence et le sérieux de cette nouvelle génération de femmes diplomates a été un facteur important, même si non suffisant en lui-même. Il était en effet indispensable que les réformes ne fussent pas perçues comme ayant des effets pervers de nature à mettre en péril les performances du service diplomatique, à un moment où la politique étrangère irlandaise devait assumer la défense d’intérêts cruciaux pour le pays. Il fallait que toutes les femmes sans exception fassent au moins jeu égal avec leurs collègues masculins afin d’établir solidement leur position collective : la défaillance d’une seule d’entre elles eût fourni une justification aux réactions sexistes latentes, et entraîné de ce fait des conséquences funestes pour toutes.

  • 11 Un compte rendu de cet entretien est donné entre autres par Pierre Salinger et Eric Laurent dans L (...)

9Un événement récent aux États-Unis illustre bien ce danger. L’invasion du Koweït par l’Irak a résulté en partie d’une défaillance de la diplomatie américaine : quelques jours avant son offensive du 2 août 1990, Saddam Hussein convoqua l’ambassadrice américaine postée à Bagdad, April Glaspie, pour se faire une idée de l’éventuelle réaction de Washington, et celle-ci ne sut pas tenir le discours qui l’eût découragé dans ses intentions11. Cette faute fit l’objet d’un vif débat, certains l’imputant au sexe de la diplomate, et d’autres à son manque de discernement. Il est certes possible que le fait qu’elle soit une femme ait été un handicap par rapport à la psychologie du chef d’État irakien, que cela ait affaibli la teneur de ses propos dans la perception de ce dernier. Il paraît clair toutefois qu’elle n’a pas relevé toutes les nuances et équivoques propres à un tel entretien, soit que sa maîtrise de l’arabe ait laissé à désirer, soit que la menace voilée d’une guerre lui ait paru trop invraisemblable pour être prise au sérieux. Toujours est-il que cet incident a exposé le flanc de l’ensemble des collègues féminines de l’ambassadrice à une critique cynique et réductrice, toujours prompte à faire l’amalgame entre l’individu et le groupe « minoritaire ». Il est tout à l’honneur des diplomates irlandaises qu’aucun accroc de ce genre ne se soit produit à Iveagh House.

  • 12 Voir son livre Towards a New Ireland, Londres : Charles Knight, 1972.
  • 13 Voir l’article 119 du Traité de Rome.

10Un autre facteur important dans l’amélioration de leur condition tient au remaniement en profondeur du Ministère des Affaires étrangères effectué par Garret FitzGerald, dont certains aspects ont été mentionnés plus haut. Cette réforme était sous-tendue par des valeurs dont il s’est fait le champion, – le pluralisme et l’ouverture sur l’Europe12, – et qui ont été bénéfiques aux femmes. En effet, l’idée-maîtresse du pluralisme consistait en la création d’une société où les diverses minorités ne soient ni marginalisées, ni sous-représentées dans l’appareil étatique, afin de rassurer les Protestants du Nord quant à leur statut éventuel dans une Irlande réunifiée. Mais ses effets se firent ressentir d’abord sur le statut des minorités au sein de la République, dont les femmes. Qui plus est, la condition féminine faisait partie des caractéristiques par trop dissonantes avec le Royaume-Uni, et qu’il convenait de réformer dans l’espoir de mettre fin un jour à la Partition. L’encouragement donné au recrutement de femmes diplomates se place donc dans la perspective de cet idéal pluraliste cher à FitzGerald. Il se place aussi dans celle de sa volonté d’ouverture sur l’Europe : européen convaincu s’il en est, Garret FitzGerald ne pouvait aller que dans le sens du traité fondateur de la CEE, qui met en exergue le principe de l’égalité professionnelle de l’homme et de la femme13.

11De plus, le fait que le changement du statut des femmes n’ait été qu’un élément parmi d’autres de cette vaste refonte du service diplomatique a certainement aussi joué en sa faveur, dans la mesure où cela a évité que trop d’attention, et éventuellement d’animosité, ne se focalise sur ce point précis. La réorientation de la politique étrangère a été un point autrement plus controversé, et si division il y eut parmi le personnel, ce fut bien entre l’« ancienne garde », formée par l’expérience de la neutralité irlandaise exprimée dans l’enceinte de l’ONU, et la « nouvelle garde », engagée dans la coopération politique européenne, plutôt qu’entre adversaires et partisans de l’égalité des hommes et des femmes. Ou encore, la grave dissension entre « atlantistes » et « européens » dans les années quatre-vingts relégua les autres conflits au second rang, et contribua donc aussi à l’intégration des femmes.

12Enfin, la conjoncture économique favorable à la croissance du Ministère et le surcroît de travail imposé par l’appartenance à la Communauté Européenne – notamment lors de la première Présidence irlandaise du Conseil Européen en 1975 – ont insufflé au service diplomatique un dynamisme qui a drainé les énergies vers l’œuvre commune plutôt que vers des rivalités stériles, et ce d’autant plus que l’animateur de ce dynamisme, Garret FitzGerald, disposa d’un mandat assez long (de 1973 à 1977) pour enraciner sa réforme et assurer une stabilité suffisante à son Ministère pendant ces années de mutation.

13Il ne faudrait pas négliger non plus l’impact de divers mouvements féministes et égalitaires antérieurs à 1973, aussi bien en Irlande qu’à travers le monde. Le vent de liberté qui soufflait aux États-Unis, en France, en Tchécoslovaquie et ailleurs ne pouvait laisser insensible une Irlande sortant de son isolation. En Irlande du Nord, le Mouvement pour les Droits Civiques (NICRA) prônait aussi des principes de justice sociale et d’équité, qui eurent une résonance considérable dans le Sud en raison de la forte sympathie que le mouvement y suscita. Ici encore, le sort de la, minorité catholique en Irlande du Nord et celui des femmes dans la République étaient liés.

  • 14 Charles McCarthy et F. von Prondzynski, « The EEC and Irish Industrial Relations », in P.J. Drudy (...)

14Ainsi, en 1965, le ICTU (Irish Congress of TradeUnions) établit un comité (Equal Pay Committee) pour étudier les problèmes de discrimination au niveau des salaires, et en 1970 le gouvernement créa une commission (Commission on the Status of Women) chargée de rédiger un rapport « sur la démarche à suivre en vue d’assurer une participation des femmes égale à celle des hommes dans la vie politique, sociale, culturelle et économique du pays »14.

15L’augmentation graduelle entre 1968 et 1972 de la proportion de femmes travaillant dans la fonction publique – et, partant, au Ministère des Affaires étrangères, – signalée plus haut, correspond à cette institutionnalisation progressive de la prise de conscience féministe.

  • 15 Voir Elisabeth Gaudin, « Communauté Européenne et Droits des Femmes en Irlande : Quel Impact ? », (...)
  • 16 Charles McCarthy et F. von Prondzynski, op. cit., p. 258. La loi est bien appliquée depuis dans le (...)
  • 17 Ibid, p. 256.

16Mais quelle que fût l’intensité de ces pressions internes, l’entrée de l’Irlande dans la CEE fut le catalyseur déterminant des changements en matière de discrimination sexuelle. En effet, deux directives européennes obligèrent le gouvernement irlandais à revoir sa législation en ce domaine ; c’est ainsi que furent adoptés le Anti-Discrimination Pay Act en 1974, et le Employment Equality Act en 197715. Sans le poids des directives, il n’est pas sûr que les mouvements féministes internes à l’Irlande eussent abouti au même résultat. Le gouvernement tenta par exemple de retarder l’entrée en vigueur du Anti-Discrimination Act, et n’en fut empêché que par la Commission Européenne – mais il trouva quand même le moyen de ne pas appliquer cette loi à ses propres fonctionnaires pendant deux ans16 ! C’est la CEE qui est venue à bout de ces réticences, et en ce sens il est certain que « la législation communautaire fut l’élément décisif qui mit fin à la discrimination sexuelle dans le domaine de l’emploi »17.

Les limites du changement

17La conjonction de tous ces facteurs fut à l’origine de l’étonnante évolution de la condition des femmes au Ministère des Affaires étrangères pendant les années soixante-dix. Il faut pourtant mettre un bémol à cette première constatation de réussite, et convenir que les années quatre-vingts n’ont pas été à la hauteur de l’élan réformiste des années soixante-dix.

18Cette situation se reflète dans les statistiques : alors que la proportion de femmes augmente tout au long des années soixante-dix, la courbe se tasse peu à peu, pour finalement s’aplanir. Le pourcentage de femmes à Iveagh House s’est ainsi stabilisé aux alentours de 25 % (voir Tableau 4). Bien sûr, elles occupent davantage de postes supérieurs que par le passé, mais on aurait pu s’attendre malgré tout à un taux plus élevé, et ce à tous les niveaux de la grille hiérarchique. Comment expliquer l’existence, et la persistance, de ce seuil de 25 % environ ?

Tableau 3 Effectifs totaux au Ministère des Affaires étrangères

Année

Effectifs

Année

Effectifs

1973

455

1982

823

1974

574

1983

805

1975

663

1984

790

1976

666

1985

780

1977

670

1986

805

1978

684

1987

791

1979

721

1988

772

1980

782

1989

725

1981

800

1990

780

Source: Dermot Keogh: Ireland and Europe 1919-89, Cork: Hibernian Press, 1990, p. 257.

19Le phénomène n’a pas de cause évidente. On peut le rapprocher du climat politique et économique des années quatre-vingts, marqué par un gros déficit budgétaire et des restrictions conséquentes au niveau des effectifs de la fonction publique. Par exemple, si l’on observe l’évolution du nombre total de personnes employées au Ministère des Affaires étrangères, on voit qu’il a atteint un maximum en 1982 et que depuis il tend à se stabiliser aux environs de 780 (voir Tableau 3). Il y aurait ainsi une certaine corrélation entre l’évolution des effectifs et celui de la proportion de femmes, que l’on pourrait expliciter de la façon suivante : tant que la conjoncture économique était favorable, les mesures anti-discriminatoires et la participation accrue des femmes dans le service diplomatique furent plutôt bien accueillies, mais lorsque les temps devinrent difficiles, elles furent perçues comme un luxe inabordable, voire menaçant, pour les hommes, et ceux-ci auraient eu alors tendance à défendre leur position en décourageant le recrutement et la promotion de femmes de manière officieuse. Cette explication est sans doute valable dans une certaine mesure, mais il convient de la nuancer et de la compléter.

20On notera tout d’abord que la conjoncture économique n’est pas le facteur décisif : si la stagnation de la proportion de femmes est imputable à des réactions sexistes de la part de certains de leurs collègues mâles, ces réactions n’ont pas été suscitées par l’aiguillon de la crise mais bel et bien par l’abrogation du marriage bar elle-même, peut-être en vertu d’une loi analogue à celle qui régit l’univers physique et qui veut qu’à toute action corresponde une réaction d’intensité égale et de sens opposé. En effet, l’augmentation des effectifs féminins s’est infléchie dès 1973 (voir Tableau 4), au Ministère des Affaires étrangères aussi bien que dans l’ensemble de la fonction publique :

  • 18 Ita Meehan, op. cit., p. 15.

« Pendant les cinq années qui suivirent la suppression de l’interdiction d’employer des femmes mariées dans la fonction publique au milieu de l’année 1973, l’augmentation annuelle de la proportion de femmes dans les rangs de la fonction publique (à l’exclusion du secteur industriel) commença à décliner, alors qu’elle avait caractérisé les dix années précédentes au moins... »18

Tableau 4 Proportion de diplomates femmes à Dublin

Année

 % de femmes

1966

5

1970

12

1974

22

1977

23

1986

25

1991

24

Source : State Directories, 1966, 1970, 1974, 1977, 1986, 1991.

21En ce qui concerne le service diplomatique, ceci peut s’expliquer en partie par la modification des critères de recrutement. Traditionnellement, les candidats étaient issus des humanités (« arts » : lettres, droit, langues, histoire, géographie) ; à partir de 1973, l’on rechercha davantage des scientifiques et des spécialistes en agriculture, en économie, etc. Or, de manière générale, les femmes poursuivent plus volontiers des études littéraires que scientifiques. Elles furent de ce fait désavantagées par cette réorientation de la politique de recrutement, qui a contrebalancé la priorité accordée aux candidats minoritaires. Le service diplomatique en est revenu depuis à son ancienne politique de recrutement, mais cela ne semble pas avoir eu d’impact notable sur les effectifs féminins.

  • 19 Voir First Statement to Government, Dublin: Commission on the Status of Women, 1991.

22Pour ce qui est du sexisme, il faut bien avouer qu’il est difficile d’en mesurer l’intensité ou l’influence, du fait même qu’il soit devenu officieux depuis 1973. Il est toutefois reconnu qu’il est particulièrement marqué au niveau des grades les plus élevés de la fonction publique. Par exemple, la promotion à ces grades s’effectue par le biais du TLAC (Top Level Advisory Committee), un comité de quatre personnes ayant un grade de Secrétaire de Département et chargé de juger les candidats. Étant donné qu’il n’y a que des hommes à ce rang, les candidats passent devant un jury exclusivement masculin, avec la possibilité de discrimination envers les candidates que cela suppose. D’ailleurs cette pratique est illégale pour les concours de la fonction publique, comme le signale la Commission on the Status of Women, qui propose l’adjonction d’une femme au TLAC19.

23Mais à côté du sexisme institutionnalisé, il y a les moeurs et les mentalités qui ne peuvent être changés aussi facilement. Ainsi, à la fin des années soixante-dix, la première femme troisième secrétaire, mariée et ayant des enfants, à partir en service à l’étranger s’est vue refuser les primes de déplacement auxquelles elle avait droit pour sa famille. Elle les obtint en fin de compte, mais non sans mal. De même, là où un homme pouvait partir à l’étranger seul et recevoir ces primes familiales, une femme dans la même situation se voyait poser maintes questions au sujet de sa vie familiale. Ici encore, si elle avait toutes les chances de percevoir son dû, c’était dans des circonstances qui laissaient apparaître une politique à deux vitesses.

24De façon générale, le Ministère se montre encore attaché à l’image du diplomate homme, marié, ayant plusieurs enfants, tant pour l’environnement familial stable que cela suppose, – un avantage non-négligeable à l’étranger, – que pour le côté rassurant qu’une répartition traditionnelle des rôles au sein de la famille peut avoir pour les interlocuteurs de l’ambassadeur. La diplomatie est encore sous bien des aspects un monde régi par les conventions du XIXe siècle. En ce sens, la discrimination sexuelle qui peut régner au Ministère des Affaires étrangères trouve une justification fonctionnelle à certains propos. Par exemple, il y a quelques années, un Secrétaire général fit savoir que pour l’ambassade de New York et les consulats aux États-Unis, les candidats hommes seraient reçus en priorité, ceux-ci étant plus aptes à lier contact et à fraterniser avec d’autres hommes dans les pubs (« drinking with the lads »), un élément important de la diplomatie irlandaise, qui dépend beaucoup aux États-Unis de la sympathie ainsi créée. Quelle que soit la part de vérité dans ces propos, l’on comprend aisément qu’ils aient jeté le trouble parmi les femmes diplomates, déjà aigries par la nature obscure des critères de promotion en vigueur, du moins à partir du grade de conseiller. En effet, si les critères sont assez clairs et objectifs pour le passage du grade de troisième secrétaire à celui de premier, il n’en va plus de même au-delà, où ils deviennent plutôt hermétiques. Ils ne sont sans doute pas spécialement discriminatoires envers les femmes, mais ils sont en revanche perçus comme injustes et arbitraires. Or, du fait du recrutement important de personnes jeunes dans les années soixante-dix et de la limitation des effectifs intervenue pendant les années quatre-vingts, le service diplomatique compte beaucoup de supérieurs hiérarchiques encore assez jeunes, et ne peut donc pourvoir aux promotions attendues, non sans raison, par les fonctionnaires occupant les rangs inférieurs. L’embouteillage est de taille : lors des promotions internes de 1991, sur les quelques deux cents personnes en droit d’y espérer, seuls sept obtinrent une promotion. Dans ces conditions, une politique de promotion quelque peu ambiguë, ajoutée à des remarques pour le moins équivoques, engendre forcément un sentiment de frustration, et n’aide en rien une politique de ressources humaines en perte de vitesse, et perçue comme de moins en moins prioritaire.

25Cette perception n’est pas dénuée de fondement. L’absorption du Ministère de la Fonction publique par le Ministère des Finances au cours des années quatre-vingts est un événement révélateur de la priorité accordée aux conditions de travail des fonctionnaires en temps de crise ! Une bonne politique de ressources humaines est pourtant d’autant plus importante dans le service diplomatique que les conditions de travail y sont plus éprouvantes qu’ailleurs. La difficulté majeure provient de l’obligation de voyager : il n’est pas toujours facile en effet à un diplomate de demander à son conjoint d’abandonner son travail pour le suivre, et on observe de fait depuis quelques années une réticence accrue chez les diplomates face à cette obligation. Ils ont pour beaucoup le sentiment que leurs responsabilités familiales ne sont pas suffisamment prises en compte, même si certains efforts méritent d’être signalés. Depuis sept ou huit ans par exemple, chaque diplomate établit une liste de six préférences pour le lieu de son affectation future, alors qu’auparavant ses desiderata n’entraient pas en ligne de compte. Ou encore, dans le cas d’un couple dont un membre travaille au Ministère des Affaires étrangères et l’autre dans un autre Ministère, ce dernier a désormais le droit de prendre un congé pour accompagner son conjoint à l’étranger. Lorsque les deux sont diplomates, il n’est malheureusement guère possible de leur donner tous deux un poste dans la même ambassade, étant donné la taille réduite des représentations irlandaises, alors que les services diplomatiques américain et français par exemple sont en mesure de le faire. Mais si un couple de diplomates irlandais présente des listes de préférences arrangées de manière à ce qu’ils puissent se voir régulièrement, le résultat n’est pas toujours celui escompté : il est arrivé récemment à un couple postulant pour Amsterdam et Bruxelles que l’un d’entre eux soit envoyé à Canberra...

  • 20 Les chiffres (de 1992) pour le Ministère des Affaires étrangères proviennent du Ministère, par la (...)

26Rien d’étonnant dans ces conditions si davantage de femmes que d’hommes quittent les Affaires étrangères : arrivées à un stade où elles ne peuvent guère espérer de promotion, confrontées à des responsabilités familiales pesantes à l’étranger, et ne pouvant que difficilement convaincre leurs époux d’abandonner leur travail pour les suivre dans un pays où ils ne pourront sans doute pas en retrouver, nombre d’entre elles abandonnent la diplomatie. Elles ont la possibilité depuis peu de prendre un congé allant jusqu’à cinq ans, mais nul ne sait l’impact que cela pourrait avoir sur leur carrière ; et puis, si c’est effectivement une manière de concilier vie professionnelle et vie familiale, elle est loin d’être idéale. Quant aux possibilités de reconversion, elles sont encore très limitées, et dans le secteur privé et dans le secteur public : les entreprises irlandaises n’ont pas l’air de mesurer tout l’intérêt qu’un diplomate pourrait leur présenter en vue de conquérir des marchés étrangers, surtout en ces temps d’ouverture sur le Marché Unique européen, et la fonction publique est fermée aux diplomates dans la mesure où les transferts interministériels sont pratiquement inexistants. En effet, les grades du Ministère des Affaires étrangères ne sont pas compatibles avec les grades des autres Ministères, au même titre que les grades d’architecte (Ministère des Travaux publics) ou de docteur (Ministère de la Santé) par exemple. Il serait pourtant intéressant pour les diplomates ne désirant pas voyager de pouvoir intégrer un autre Ministère à Dublin, surtout que la compatibilité des grades ne présente pas de difficulté insurmontable. Elle relève en effet d’un choix, et non de la nature du travail : la compatibilité a été refusée par le personnel du service diplomatique car les postes supérieurs y sont plus nombreux qu’ailleurs, le grade d’ambassadeur étant équivalent à celui de directeur de département. Ceci explique peut-être la proportion plus élevée de femmes à ces grades aux Affaires étrangères que dans l’ensemble de la fonction publique : 10,5 % contre 3 % au rang de directeur de département, et 13,15 % contre 9 % au rang de conseiller20 On pourrait penser que cet état de fait leur est donc avantageux, mais une analyse poussée plus avant montre que la répartition des femmes diplomates entre le quartier général de Dublin et les représentations à l’étranger est loin d’être homogène : un quart des effectifs à Iveagh House est féminin, alors qu’un dixième seulement l’est à l’étranger (voir Tableau 5). Ces chiffres semblent bien confirmer le fait que le problème principal de nos jours, en ce qui concerne la condition de ces femmes, relève de la difficulté de concilier vie de famille et obligation de voyager.

Tableau 5 Nombre et proportion de femmes dans le service diplomatique en 1991

Grade

Dublin

Etranger

Total

Nombre

 %

Nombre

 %

Nombre

 %

Secrétaire Général

0/1

0

0/1

0

Directeur de Département/

Ambassadeur

1/6

16,6

1/31

3.2

2/37

5,4

Conseiller

4/20

20,0

2/18

11.1

6/38

15,8

Premier Secrétaire

12/48

25.0

7/52

13,5

19/100

19,0

Troisième Secrétaire/

Vice-Consul

6/29

20,7

5/31

16,1

11/60

18,3

HEO

7/19

36.8

0/6

0

7/25

28,0

Total

30/123

24,4

15/138

10,8

45/261

17,7

Source : State Directory, 1991.

Conclusion

  • 21 Le 5 mai 1992.

27Alors que le Ministère des Affaires étrangères a subi une transformation impressionnante entre la fin des années soixante et le début des années quatre-vingts, – passant d’une institution modelée sur une image de la diplomatie du XIXe siècle à une institution inspirée par la Communauté Européenne en matière d’égalité sexuelle, – la crise que connaît la fonction publique a quelque peu terni cette avancée. Les politiques de ressources humaines et de lutte contre la discrimination ont vu leur caractère prioritaire s’effacer. De nombreuses femmes diplomates ont l’impression que le Ministère les néglige, que leur carrière n’a toujours pas la même valeur que celle d’un homme. Sans doute, les initiatives qui leur simplifieraient la vie ne sont pas gratuites, – encore qu’elles seraient certainement rentables à moyen terme, dans la mesure où elles relèveraient le moral du personnel, – mais vingt ans après la réforme de FitzGerald, il est temps de faire le point et de corriger le cap, car il y a eu une certaine dérive par rapport aux objectifs visés. Saluons à ce titre la récente nomination d’une femme au TLAC21, ainsi que l’élection de Mary Robinson, désormais premier ambassadeur d’Irlande, et signe d’espoir pour ses consœurs de Iveagh House.

Fresque de Belfast Ouest

Fresque de Belfast Ouest

Source : carte postale distribuée par les publications Sinn Féin

Notes

1 Siège du Ministère des Affaires étrangères à Dublin (équivalent irlandais du Quai d’Orsay).

2 Dermot Keogh, « Profile of Joseph Walshe, Secretary, Department of Foreign Affairs, 1922-46 », p. 75, Irish Studies in International Affairs, vol. 2 No 3, 1990, p. 59-80.

3 Voir Patrick Keatinge: The Formulation of Irish Foreign Policy, Dublin: Institute of Public Administration, 1973, p. 154.

4 Voir Dermot Keogh, « Ireland », p. 291, in Zara Steiner (dir.): The Foreign Affairs Ministries of the World, Londres: Times, 1981.

5 Les Executive Officer ne sont pas, pour la plupart, nommés dans l’annuaire ; les totaux sont donc faussés.

6 Voir Ita Meehan, « Women in the Irish Civil Service », p. 8, Seirbhis Phoibli Journal of the Department of the Public Service, vol. 4 No 2, 1983, p. 5-20.

7 Le Ministère des Affaires extérieures changea d’appellation en 1971.

8 Voir Dermot Scott, « EEC Membership and the Irish Administrative System », p. 179, Administration, vol. 31 No 2, 1983, p. 147-97.

9 C’est le jugement porté par un homme ayant travaillé au Ministère des Affaires étrangères.

10 Le Danemark est par exemple le seul pays de la CEE obtenant la mention « très bon » pour les conditions de vie de ses citoyennes dans une étude parue dans L’Express, 12 mars 1992, p. 26.

11 Un compte rendu de cet entretien est donné entre autres par Pierre Salinger et Eric Laurent dans La Guerre du Golfe Le Dossier Secret, Paris : Olivier Orban, 1991, p. 68-91.

12 Voir son livre Towards a New Ireland, Londres : Charles Knight, 1972.

13 Voir l’article 119 du Traité de Rome.

14 Charles McCarthy et F. von Prondzynski, « The EEC and Irish Industrial Relations », in P.J. Drudy et Dermot McAleese (dir.): Ireland and the European Community, Cambridge University Press: Irish Studies 3, 1984, p. 255.

15 Voir Elisabeth Gaudin, « Communauté Européenne et Droits des Femmes en Irlande : Quel Impact ? », p. 97, L’Irlande Politique et Sociale, No 4, 1992, p. 93-104.

16 Charles McCarthy et F. von Prondzynski, op. cit., p. 258. La loi est bien appliquée depuis dans le service diplomatique au niveau des salaires proprement dit, mais il semble y avoir quelques problèmes en ce qui concerne les primes.

17 Ibid, p. 256.

18 Ita Meehan, op. cit., p. 15.

19 Voir First Statement to Government, Dublin: Commission on the Status of Women, 1991.

20 Les chiffres (de 1992) pour le Ministère des Affaires étrangères proviennent du Ministère, par la gracieuse médiation de Orla O’Hanrohan, de l’Ambassade d’Irlande à Paris ; les chiffres (de 1991) pour l’ensemble de la fonction publique m’ont été gentiment communiqués par Yvonne FitzSimmons, Department of Political Science, TCD, et paraîtront prochainement dans son article, « Women in Politics », in John Coakley et Michael Gallagher : Politics in the Republic of Ireland, Galway : PSAI Press, 1992-3.

21 Le 5 mai 1992.

Table des illustrations

Titre Fresque de Belfast Ouest
Légende Source : carte postale distribuée par les publications Sinn Féin
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteur

Centre Universitaire d’Études Irlandaises, Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540