Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eamon de Valera

 | 
Paul Brennan

Introduction

Paul Brennan

Texte intégral

1Eamon De Valera, soldat, homme politique, homme d'état et figure internationale a joué un tout premier rôle dans le lent cheminement de l'indépendance irlandaise. Dix ans après sa mort, les clivages créés par son action s'estompent mais les idéaux qu'il prônait ne trouvent plus dans l'Irlande d'aujourd'hui que peu de partisans. Son incompréhension de la mentalité nord-irlandaise, catholique et protestante, explique, en partie, la persistance, au milieu des années 1980, du conflit inter-communautaire qui ravage le nord-est de l'île. Reste la place que l'Irlande occupe parmi les nations du monde ; cette place, elle la lui doit en grande mesure.

Les premiers pas

2Né à New York en 1882 d'une mère irlandaise et d'un père espagnol, George Edward De Valera fut bientôt envoyé chez sa grand-mère en Irlande pour y être élevé. L'abandon maternel a dû, certainement, laisser de profondes traces chez un enfant de trois ans. Après une jeunesse passée dans le comté de Limerick le jeune Edward, profitant de l'existence d'un système de bourses, a pu faire des études secondaires et universitaires couronnées par une licence en mathématiques. En 1906, il devint professeur à l'Ecole normale de jeunes filles à Dublin. Dix ans plus tard, il participera en tant que commandant à l'insurrection républicaine de Pâques 1916.

L'engagement nationaliste

3C'est par le biais de la Ligue gaëlique (mouvement créé pour promouvoir la restauration de la langue irlandaise) qu'il est venu au nationalisme militant. En 1913, il s'engagea dans l'armée privée : les Volontaires irlandais, et acceptera plus tard de se joindre à la petite minorité républicaine qui décidera dans le plus grand secret le soulèvement de Pâques à Dublin. Suite à son échec, ce soulèvement ne durera qu'une semaine, et à la différence des autres dirigeants, De Valera aura la vie sauve. Il le doit, dit-on, à sa nationalité américaine à une période où le gouvernement souhaite vivement une intervention américaine dans la guerre en Europe. Cela sera toutefois la prison en Angleterre mais simplement pendant un an, puis le retour en Irlande.

4Pendant l'été de 1917, lors d'une élection partielle dans la circonscription de Clare-est, ce fut la conquête d'un siège parlementaire. Dix huit mois plus tard aux élections législatives pour l'ensemble du Royaume Uni, le Sinn Fein, qui ne réclame rien de moins que l'indépendance, gagne soixante-treize des cent cinq sièges dont le pays disposait à Westminster. Refusant de se rendre à Londres les nouveaux députés mettent sur pied leur propre parlement à Dublin. M. De Valera en obtint la présidence. Il reste en fonction jusqu'au début de 1922 date a laquelle Sinn Fein se scinde en deux au sujet du traité anglo-irlandais de décembre 1921. Rejetant notamment le rôle accordé au souverain britannique dans la future constitution, De Valera, suivi en cela par tous ceux qui veulent rester fidèle à l'esprit républicain de 1916, refuse dorénavant de siéger à l'Assemblée. Il sera donc absent de la scène parlementaire pendant la guerre civile et durant les années où l'on mettra en place les institutions et les structures du nouvel Etat.

La marche vers le pouvoir

5Bientôt convaincu que la seule voie qui mène au pouvoir passe par l'Assemblée il est obligé de revoir sa stratégie. Le 16 Mai 1926, après une nouvelle scission parmi les Républicains, il crée un nouveau parti, le Fianna Fail. Mettant de côté les objections de 1922 il réintègre, à la tête de son parti, l'Assemblée tant honnie hier. En effet, aux élections législatives de juin 1927, le Fianna Fail a obtenu quarante quatre sièges sur les cent cinquante deux de la Chambre, soit deux de moins que le parti gouvernemental, Cumann na Gael. Cinq ans plus tard, en 1932, il en aura 72 ce qui permettra à De Valera de former son premier gouvernement.

Les premiers rôles

6Il restera à la tête de l'exécutif, sans interruption, pendant seize ans de 1932 à 1948. Il y reviendra entre 1951 et 1954 et de nouveau en 1957. Deux ans plus tard Sean Lemass, son compagnon depuis 1916, le remplacera et à la tête du Fianna Fail et comme Premier Ministre. La même année, en 1959, De Valera est élu à la présidence de la République, fonction essentiellement honorifique en Irlande. Il l'occupera jusqu'en 1973 jusqu'à l'âge de quatre vingt onze ans, moment où il abandonnera la vie publique.

7Différents aspects de son oeuvre sont étudiés dans ce numéro. Il conviendrait donc, pour conclure cette introduction de s'interroger brièvement sur le soutien que lui ont accordé les Irlandais tout au long de ces années. En se limitant à la période qui commence par son entrée au parlement en 1927 et qui se termine à la dernière candidature à la présidence en 1966 on dispose des éléments de base qui permettent d'en mesurer la dimension. Les tableaux suivants donnent les résultats pour l'ensemble de la période.

Soutien accordé au Fianna Fail - Elections législatives en %

Année électorale

Résultats en voix

Résultats en sièges

1927 (juin)

26,1

28,9

1927 (septembre)

35,2

38,3

1932

44,5

48,3

1933

49,7

51,0

1937

45,2

49,6

1938

51,9

55,0

1943

41,9

48,2

1944

48,9

54,5

1948

41,9

45,9

1951

46,3

46,6

1954

43,4

44,5

1957

48,3

53,4

Election présidentielle soutien accordé à De Valera

Année

Voix

%

1959

538.003

53,3

1966

558.861

50,5

8Comme on le voit De Valera ne fait nullement l'unanimité en Irlande durant sa longue carrière. Le contraire serait plutôt le cas, à une exception près, il ne parvient jamais à obtenir la majorité des voix exprimées. L'exception c'est 1938, année où il réussit à faire accepter par Londres un accord particulièrement avantageux pour son pays. Aux élections présidentielles, confronté, aussi bien en 1959 qu'en 1966, à un seul opposant il n'atteint guère le seuil qui serait dû à un leader charismatique. L'intérêt de ces quelques chiffres réside dans le fait qu'ils laissent entrevoir l'existence d'une autre Irlande qui ne se serait jamais incarnée en la personne de E. De Valera. Les Irlandais de cette autre Irlande s'opposaient, pour la plupart d'entre eux, à celui qu'ils rendaient responsable du déclenchement de la guerre civile et des rapports tendus avec la Grande Bretagne. Ils ne pouvaient pas non plus s'identifier à cet homme austère, très religieux et conservateur qui détenait une vision idéaliste de son pays d'adoption. A travers cet ouvrage consacré à l'oeuvre de M. De Valera cette autre Irlande fait aussi surface.

91985.

Bibliographie

Sources :

Nealon, T. Ireland : A Parliamentary Directory 1973-74, Dublin, I.P.A. 1974.

Chubb, B. The Government and Politics of Ireland, London, O.U.P. 1971.

Auteur

Centre d'Etudes Irlandaises
Université de la Sorbonne Nouvelle
5, rue de l'Ecole de Médecine
75006 PARIS

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540