Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romanciers minimalistes 1979-2003

 | 
Marc Dambre
, 
Bruno Blanckeman

Questions

Jean Echenoz en Allemagne : édition et réception

Mirjam Tautz

Texte intégral

1La définition du « minimalisme » et les auteurs que l’on peut rassembler autour du terme, l’héritage du Nouveau Roman, le postmodernisme : ce sont là quelques questions soulevées par la formule « Les romanciers minimalistes ». Elles concernent directement la réception critique des romans étudiés. Il ne semble donc pas déplacé d’analyser comment fonctionne la réception de l’un des écrivains concernés, et ceci, en Allemagne, ce léger écart européen permettant d’espérer un point de vue quelque peu différent. Puisqu’il n’est pas possible de faire le tour du problème, seuls quelques aspects de la réception seront abordés, en particulier ceux qui ont un lien direct avec nos principales interrogations.

Parcours éditorial allemand

  • 1 Il s’agit d’ailleurs du seul titre entièrement modifié pour les éditions allemandes de Jean Echenoz (...)

2Il faut au préalable considérer comment Jean Echenoz a été édité en Allemagne. L’introduction de son œuvre y passe par plusieurs maisons, comprend une période creuse et quelques décalages, de temps notamment, par rapport à la France. Le premier roman, Le Méridien de Greenwich, paraît en 1987, huit ans après sa sortie en France, chez Manholt, sous le titre Das Puzzle des Byron Caine1 ; suit un an plus tard l’édition de poche chez Luchterhand, à Francfort. Manholt, petite maison d’édition de Brême, se donne pour mission d’être un forum des auteurs français en Allemagne. Elle publie de grands classiques de diverses époques, comme Voltaire, Stendhal, Balzac, Huysmans, Maupassant, Ionesco, Perec, Queneau, mais aussi des auteurs contemporains, comme François Bon, Christian Gailly, Leslie Kaplan, Danièle Sallenave et Pierre Michon.

  • 2 Traducteur de Queneau, Perec, Soupault, Duras.
  • 3 Le nouveau traducteur est Hinrich Schmidt-Henkel qui, pour sa nouvelle traduction de Voyage au bout (...)

3Cherokee paraît un an plus tard dans une maison d’édition beaucoup plus grande et influente : Klett-Cotta à Stuttgart. Cet éditeur possède un vaste programme international, avec, à titre d’exemples, Tolkien, Ernst Jünger, Nathalie Sarraute, Doris Lessing, Javier Marías, Emmanuèle Bernheim, Lydie Salvayre, Hélène Lenoir. Klett-Cotta publie en traduction trois romans de Jean Echenoz, Cherokee en 1988, L’Équipée malaise en 1989 et Lac en 1991. Pour chaque roman, le traducteur diffère ; le plus connu d’entre eux est peut-être celui de Cherokee, Eugen Helmlé2. L’édition de Jean Echenoz en Allemagne connaît ensuite une pause de neuf ans – Nous trois, Les Grandes blondes et Un an n’y sont pas édités à l’époque. Il semble qu’après avoir suscité un premier intérêt, certainement limité à un public particulier (intellectuel, universitaire, francophile), l’œuvre ne se soit pas assez bien vendue. L’obtention du prix Goncourt en 1999 relance l’intérêt des éditeurs. Je m’en vais, traduit et publié rapidement, est en vente à partir de l’été 20003. Le Berlin Verlag publie ensuite également une traduction des Grandes Blondes, du dernier roman Au piano, puis d’Un an et lance au format de poche, en 2002 et 2004, Je m’en vais et Cherokee. Il semble décidé à accompagner l’écrivain de manière durable.

4Le Berlin Verlag est une création récente : installé depuis 1994 à Berlin-Est, cet éditeur est rapidement racheté par Bertelsmann, véritable géant de l’édition. Il héberge aujourd’hui quelques auteurs de renommée internationale tels Margaret Atwood, Raymond Carver, Batya Gur, Elfriede Jelinek, Péter Nádas, Zeruya Shalev et Tahar Ben Jelloun.

5En dehors de ces romans, il existe également une traduction de L’Occupation des sols. Ce texte, à l’origine petit livre de vingt-deux pages, se trouve en Allemagne intégré dans un recueil de nouvelles françaises, Erkundungen. 35 französische Erzähler (Volk und Welt, 1990). Ce volume reste très brièvement sur le marché puisque la maison d’édition Volk und Welt appartient à la RDA et ne survit pas longtemps à l’effondrement de cet État.

6À l’heure actuelle, donc, seuls trois romans ne sont pas édités en Allemagne, Nous trois, Un an et Au piano, mais aucun des textes courts n’y est publié, à l’exception de L’Occupation des sols.

Le classement par rapport au Nouveau Roman et aux Éditions de Minuit

7En France, de façon générale, les aspects prédominants du discours critique quant à l’œuvre de Jean Echenoz sont l’héritage du Nouveau Roman et son appartenance au groupe des « jeunes auteurs de Minuit » et, donc des auteurs minimalistes, impassibles, les éléments intertextuels (les genres et leur parodie, les références littéraires et extra-littéraires : peinture, cinéma, musique), la question du jeu, d’une écriture ludique, postmoderne, minimaliste. Dans la critique allemande, il s’agit globalement de ces mêmes éléments, mais avec quelques déplacements d’accents. Ainsi, la référence du Nouveau Roman semble avoir gardé un statut plus important qu’en France, contrairement à celle des Éditions de Minuit. En outre, on trouve d’une part des critiques plus sévères par rapport à l’univers postmoderne ou minimaliste, le manque de profondeur et de sens, et d’autre part, une critique recherchant (et trouvant) cette dimension de sens et de valeurs.

8Le fait que les critiques reviennent régulièrement sur la question de l’héritage néoromanesque laisse supposer qu’il s’agit là pour eux d’un repère essentiel. En ce qui concerne la presse, le rapprochement peut servir de réponse à un besoin d’étiquettes présumé du côté des lecteurs. Le lectorat allemand ne connaissant que relativement peu les auteurs français contemporains, le Nouveau Roman semble rester un élément-clé dans toute approche.

  • 4 Sibylle Cramer, « Ein Mann wie Bond. Über einen Erben des Nouveau roman und zwei seiner Romane : Je (...)

9Par exemple, dans un article paru dans Die Zeit, Sibylle Cramer classe Echenoz sans hésiter dans la tradition du Nouveau Roman4. Cependant, elle n’explique pas réellement cette mise en rapport – les références qu’elle cite sont plutôt James Bond et les séries d’aventures télévisées. L’expression « Nouveau Roman », présente dans le titre de l’article, semble servir avant tout d’étiquette.

  • 5 Rudolf von Bitter, « Keine Literatur ohne dauerndes Voranschreiten des Vergnügens. Zu zwei Romanen (...)
  • 6 Ibid. : « Echenoz zeigt an Pauls Verhalten, wie es um diesen steht. Daß er dabei auch auktorial übe (...)

10De son côté, Rudolf von Bitter explique dans un article de la Süddeutsche Zeitung5 que Jean Echenoz décrit le caractère et les sentiments de certains personnages, comme un écrivain du xixsiècle, mais par leur comportement et sans impliquer un jugement, comme dans le Nouveau Roman. Cela ne laisserait pas entrevoir « une lignée stylistique claire – à moins que l’on permette à un auteur de prendre un chemin littéraire propre, surtout s’il maîtrise son métier aussi bien que Jean Echenoz6. » Von Bitter justifie donc son allusion au Nouveau Roman, tout en mettant l’accent sur la coexistence de plusieurs influences qui n’empêchent pas une originalité propre à l’écrivain.

11Pour mieux comprendre l’importance de la référence au Nouveau Roman pour les critiques allemands, il est nécessaire de reconstituer quelques éléments de la réception du roman français dans les années quatre-vingts. Les articles de Cramer et de von Bitter datent de 1989, année cruciale dans les échanges littéraires entre la France et l’Allemagne : le thème du Salon du livre à Paris est « L’Allemagne par ses livres », et l’invité de la Foire internationale du livre à Francfort, la France. Cette année-là, on trouve un grand nombre d’articles sur les auteurs français contemporains dans la presse et les revues allemandes.

  • 7 Fritz J. Raddatz, « Der Rhein ist tiefer denn je : Welche Rolle spielt die zeitgenössische französi (...)

12Echenoz profite en quelque sorte de cet intérêt critique : on lui consacre plusieurs articles et comptes rendus plutôt positifs dans des journaux influents (Süddeutsche Zeitung et Frankfurter Allgemeine Zeitung, l’hebdomadaire Die Zeit, ainsi que Rheinischer Merkur et le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung). Dans l’ensemble, l’attention que la presse allemande porte à cette époque à la littérature française est exceptionnelle. Car, tout au long des années quatre-vingts, et même auparavant, peu de critiques s’y intéressent, ou alors seulement pour dire que l’on ne trouve rien de remarquable dans la littérature française contemporaine. Bref, les Français se sont confortablement installés « dans une gigantesque et perpétuelle heure du repas » et, de leur littérature, il « ne reste plus que du papier7 ».

13Gerda Zeltner résume cette attitude négative dans l’introduction de son ouvrage consacré à quelques romanciers français contemporains, parmi lesquels se trouve Jean Echenoz :

  • 8 Gerda Zeltner, Der Roman in den Seitenstraen : Neue Strukturen in der französischen Epik, Mainz / (...)

Celui pour qui le roman contemporain français fait partie des lectures préférées a dû longtemps passer un moment difficile. Depuis des décennies, celui-ci se trouve dans une sorte de quarantaine, comme s’il était question de le purger des microbes inquiétants qu’avait introduits le Nouveau Roman. Depuis très peu de temps seulement, quelque chose de différent s’annonce, dérangeant sensiblement ce silence8.

  • 9 Voir Fritz J. Raddatz, op. cit., « Der Rhein ist tiefer denn je [...] », p. 273 : « [...] die Autor (...)

14On retrouve encore ce fameux repère, dernière marque importante dans la littérature française vue d’Allemagne, après laquelle il paraît y avoir un grand désert. Cela explique en partie pourquoi le Nouveau Roman est si souvent cité, bien que le lien avec les éditions de Minuit apparaisse très rarement en Allemagne. D’après Fritz Raddatz, cette marque se situe cependant plutôt à un niveau théorique, puisque les auteurs du Nouveau Roman restent finalement « beaucoup évoqués, peu lus », et que « les livres de Claude Simon sont, même après le prix Nobel, des “worst-sellers”9 ».

  • 10 Jochen Förster, « Das Leichtgewicht. Jean Echenoz beweist, dass ein Nouveau roman heutzutage nicht (...)

15Dans les articles de presse concernant Je m’en vais et Les Grandes Blondes, le rapprochement est toujours présent, mais de façon moins récurrente, et surtout pour dire que, bien qu’il s’agisse d’une sorte de Nouveau Roman, les livres de Jean Echenoz ne sont pas ennuyeux ou difficiles à lire. Ainsi, Jochen Förster tente de dissoudre d’éventuelles inquiétudes des lecteurs, en annonçant dès le titre : « Jean Echenoz prouve qu’un Nouveau Roman n’est aujourd’hui pas obligatoirement fatigant10 », et le journaliste explique plus loin :

  • 11 Ibid : « Was anstrengend ist, will niemand lesen ; nicht umsonst wurde der « Nouveau roman » längst (...)

Personne ne veut lire des choses fatigantes ; ce n’est pas pour rien que le “Nouveau roman” a été depuis longtemps noyé dans les manuels scolaires. Bref, un Nouveau romancier n’aurait guère la moindre chance aujourd’hui. À moins qu’il ne soit aussi peu fatigant que Jean Echenoz11.

16Si l’époque du Nouveau Roman est donc la dernière à susciter un certain intérêt en Allemagne, cet intérêt est rarement bienveillant. La référence semble devenir aujourd’hui un prétexte pour dire qu’un roman français n’est plus forcément cette chose horriblement ennuyeuse à laquelle on aurait pu s’attendre.

17Pour la critique française, le lien entre l’œuvre de Jean Echenoz et le Nouveau Roman passe souvent par l’intermédiaire des Éditions de Minuit. Plusieurs critiques semblent en effet faire ce rapprochement aussi systématiquement que pour la plupart des autres nouveaux auteurs de Minuit. Cette attitude apparaît plus rarement en Allemagne.

  • 12 Wolfgang Asholt, Der französische Roman der achtziger Jahre, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesel (...)
  • 13 Voir ibid., p. 3.

18L’universitaire allemand Wolfgang Asholt est l’un des seuls à proposer une réelle analyse du rapport entre le Nouveau Roman et le rôle que jouent les Éditions de Minuit à partir des années quatre-vingts, dans l’ouvrage Der französische Roman der achtziger Jahre12. Il y explique les conditions, comme le succès mondial de L’Amant de Marguerite Duras, permettant à Jérôme Lindon de publier de jeunes auteurs parfaitement inconnus à cette époque13. Il parle également du « système Minuit » qui s’est formé entre autres à partir de la publicité stratégique « Des romans impassibles aux Éditions de Minuit », parue dans plusieurs journaux au printemps 1989, rassemblant des auteurs comme Echenoz, Toussaint, Deville et Oster :

  • 14 Ibid., p. 4 : « So konnte der Eindruck entstehen, der “neue” Roman sei bei diesem Verlag zu Hause, (...)

Ainsi pouvait se forger l’impression que le « nouveau » roman serait chez lui dans cette maison d’édition, que l’histoire littéraire se répéterait. Le respect avoué de beaucoup de ces jeunes écrivains envers le « Nouveau Roman » et surtout leur admiration pour Claude Simon faisaient le reste. Ils favorisaient une réception qui croyait acquise une constellation comme dans les années cinquante, comme le prouve la désignation « Nouveaux nouveaux romanciers14.

  • 15 Manfred Flügge, Die Wiederkehr der Spieler : Tendenzen des französischen Romans nach Sartre, Marbur (...)

19Un autre critique allemand, Manfred Flügge, cherche des explications plutôt dans une certaine cohérence du groupe d’auteurs. En dehors des considérations éditoriales et stratégiques, il constate l’existence de points communs chez ces écrivains, « qui se manifestent dans une certaine façon d’écrire et surtout dans un climat littéraire particulier de ces textes15 ».

  • 16 Pour le Nouveau Roman la situation se présentait d’ailleurs quelque peu différemment : plusieurs au (...)

20Pour un lectorat allemand plus large, accédant aux œuvres françaises par les traductions éditées dans des maisons d’éditions diverses16, cette référence de Minuit ne joue pas un rôle aussi central que pour ces critiques universitaires ou le lectorat français. Aussi la critique journalistique l’évoque-t-elle seulement dans les articles concernant le prix Goncourt de Je m’en vais, sujet pour lequel le nom de la maison d’édition paraît plus intéressant.

  • 17 Voir Wolfgang Asholt [dir.], Intertextualität und Subjektivität : Studien zur Romanliteratur der ac (...)

21Afin de distinguer les nouveaux auteurs de Minuit les uns des autres, les critiques se servent encore d’autres catégories. Le terme de « minimaliste» est de ceux qui servent régulièrement à classer Jean Echenoz. Mais les critiques allemands ne l’adoptent pas à l’unanimité pour cet auteur. Wolfgang Asholt distingue ainsi deux tendances principales de l’ère postmoderne : le roman minimaliste, dont les représentants seraient Jean-Philippe Toussaint, Christian Gailly et Christian Oster, et « l’autre roman », effectuant « le travail de deuil de la modernité » et dont feraient partie Jean Echenoz, François Bon et Marie Redonnet17.

  • 18 Ibid., p. 303-304 – citation de L’Appareil-photo, Minuit, 1988, p. 112.

22Une des caractéristiques du roman minimaliste est, selon lui, la fixation sur le moi, la « mélancolie narcissique » des protagonistes, qui serait le résultat d’un travail de deuil refusé. Ce refus se manifesterait par un désintérêt pour la société, par la perte de l’objet et l’appauvrissement du moi, exprimés dans la citation exemplaire de Toussaint : « un portrait, un autoportrait peut-être, mais sans moi […], sans arrière-plan et presque sans lumière18 ».

  • 19 Ibid., p. 304-305.
  • 20 Wolfgang Asholt, « Trauerarbeit der Moderne », in Der französische Roman der achtziger Jahre, op. c (...)

23Les auteurs de « l’autre roman », au contraire, prendraient conscience de la crise de la modernité ; et, ne la refoulant ni ne la dévalorisant de manière narcissique, ils procéderaient au travail de deuil, du deuil de la perte de l’objet aimé19. Ce travail de deuil de la modernité constituerait « la véritable profondeur20 » des romans de Redonnet, Bon et Echenoz, dimension qui l’emporte, pour Asholt, sur les différences stylistiques, narratives et atmosphériques. Pour cette raison, il trouve plus utile de les étudier sous un même angle : son classement concerne des aspects du sens, et non pas ceux de la forme.

24Il faut cependant souligner que Wolfgang Asholt ne part pas de l’idée de réaliser un travail sur les auteurs de Minuit : pour lui, l’appartenance à la même maison d’édition d’une grande partie des auteurs qu’il analyse est un élément secondaire qui trouve sa place dans les réflexions sur le système éditorial français.

  • 21 Manfred Flügge, Die Wiederkehr der Spieler, op.cit.
  • 22 Ibid., p. 53.

25Les écrivains édités par Minuit sont cependant formellement regroupés dans une catégorie à part dans l’ouvrage de Manfred Flügge21. Celui-ci contient une partie intitulée « Neue Sterne bei Minuit » (« De nouvelles étoiles chez Minuit ») qui est divisée en trois chapitres : « Avantgarde wider Willen : Jean Echenoz, Patrick Deville, Éric Chevillard, Marie NDiaye, Hélène Merlin, Marie Redonnet » (« Avant-garde contre leur gré […] »), « “Fatiguer la réalité” : Jean-Philippe Toussaint » et « Fruchtloser Zorn : Die Romanwelt von François Bon » (« Colère infructueuse : l’univers romanesque de François Bon »). Flügge utilise ses propres catégories pour analyser les œuvres des auteurs de Minuit. Ces catégories semblent s’inspirer du contenu mais aussi des styles des écrivains, et non pas des étiquettes fabriquées par les critiques français. Il évoque d’ailleurs de façon ironique ces étiquettes dans l’introduction de son chapitre22.

  • 23 Christiane Baumann, Gisela Lerch [dir.], Extreme Gegenwart : Französische Literatur der 80er Jahre, (...)

26Dans d’autres ouvrages, les écrivains français sont étudiés cas par cas, et non regroupés. Echenoz et d’autres auteurs de Minuit figurent alors à côté d’écrivains publiant chez d’autres éditeurs, comme Djian ou Benoziglio, dans Extreme Gegenwart de Baumann et Lerch23 ou dans Der Roman in den Seitenstraßen de Zeltner.

27Dans les deux ouvrages de Wolfgang Asholt, bien que les regroupements effectués soient indépendants des maisons d’édition, les écrivains de Minuit y prennent une place dominante. Parmi les dix chapitres consacrés à des auteurs français des années quatre-vingts dans Intertextualität und Subversivität, ensemble de contributions critiques d’universitaires allemands dirigé par Wolfgang Asholt, cinq concernent exclusivement un ou plusieurs auteurs de Minuit. On y trouve des articles sur Marie NDiaye, Hervé Guibert, Patrick Deville et Jean-Philippe Toussaint, ainsi que celui de Asholt sur Redonnet, Bon et Echenoz. Dans aucun cas, les choix d’auteurs ne s’appuient sur l’une des désignations courantes en France. La situation est légèrement différente pour le livre Der französische Roman der achtziger Jahre, où l’auteur utilise la catégorie des « minimalistes » pour le chapitre consacré à Toussaint, Gailly, Chevillard, Deville et Oster. Un autre chapitre sur Minuit concerne le trio Redonnet, Bon, Echenoz. Ce classement sous l’aspect du « deuil de la modernité » est, plus que les autres regroupements opérés par Asholt, fondé sur le critère du sens, au détriment des différences dans les écritures. La partie intitulée « Experimentelles weibliches Schreiben » (« Écriture féminine expérimentale ») réunit une romancière de Minuit et une autre de P.O.L. : NDiaye et Kaplan. Enfin, trois chapitres concernent uniquement des écrivains publiant chez d’autres éditeurs.

  • 24 Jochen Mecke, « Le Roman nouveau : pour une esthétique du mensonge », in Lendemains n° 107/108, Der (...)

28Une autre approche se manifeste dans un article plus récent, « Le roman nouveau : pour une esthétique du mensonge » de Jochen Mecke24. Cet universitaire regroupe un certain nombre de romanciers contemporains autour de l’idée du « passage d’une esthétique de l’inauthenticité à une esthétique du mensonge », inhérent à plusieurs romans de Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet, Patrick Deville et Emmanuel Carrère. Il est remarquable de voir comment l’auteur de l’article s’efforce de faire une étude thématique, en évitant un classement d’auteurs explicite. Ainsi, à aucun moment, les noms d’écrivains ne sont énumérés, et ils ne figurent dans aucun titre ou sous-titre. Il renonce également à parler des éditeurs et à utiliser des termes ou des catégories connus pour les auteurs de Minuit, qui constituent néanmoins une grande partie de son corpus. Cependant, il invente une nouvelle dénomination, « le roman nouveau », qui fait allusion à certains de ces termes. Cette approche originale semble considérer comme acquis les débats des critiques depuis les années quatre-vingts, ce qui lui permet de passer à une analyse nouvelle n’ayant plus besoin de cataloguer ni même de définir.

La critique d’une écriture postmoderne ou minimaliste

29En Allemagne, plus clairement qu’en France, deux partis s’affrontent : l’un critique dans les romans de Jean Echenoz les aspects minimalistes, interprétés comme superficiels et purement ludiques, l’autre refuse cette vision d’un univers lisse et neutre et revendique une « dimension de profondeur ».

30Cette dernière tendance se retrouve le plus nettement chez Wolfgang Asholt. La lecture des romans de Jean Echenoz par ce chercheur ne s’arrête pas au constat d’une écriture impassible, minimaliste, ludique, parodique, bricolée, comme c’est le cas pour une grande partie de la critique littéraire française. Il évoque, certes, la construction des romans, le mélange des genres, les éléments de parodie et d’autres points récurrents, mais en outre, il cherche à briser cette surface pour y découvrir autre chose :

  • 25 Voir Wolfgang Asholt, « Jean Echenoz », in Der französische Roman der achtziger Jahre, « Trauerarbe (...)

Cette impression d’un univers ludique, minimaliste par excellence, se trouve dérangée par quelques détails, auxquels on ne semble cependant pas attribuer une grande importance. Même des allusions politico-historiques apparaissent d’abord uniquement comme des citations arbitraires25

  • 26 Jean Echenoz, Cherokee, Minuit, 1983, p. 244.
  • 27 Jean-Claude Lebrun, Jean Echenoz, Monaco, Éditions du Rocher, 1992, p. 126.
  • 28 Wolfgang Asholt, « Jean Echenoz », in Der französische Roman der achtziger Jahre, « Trauerarbeit de (...)

31Asholt révèle un certain nombre de ces détails échappés à la première lecture, qui prennent dans son interprétation une ampleur nouvelle, donnant à l’univers d’Echenoz une richesse souvent négligée. Ainsi, la phrase dans Cherokee, intégrée dans la description d’un enterrement au cimetière du Père-Lachaise, « […] ils avaient machinalement pris à droite vers le mur des Fédérés […]26 », devient porteuse de signification : l’automatisme clairement exprimé (« machinalement ») fonderait une nuance de sens, renforcée par l’évocation des tombes d’Édith Piaf et du leader communiste Jacques Duclos. Dans le même roman, il est question d’un passage secret ayant servi à la Résistance pendant la guerre. Asholt trouve dans plusieurs romans des détails de ce genre, évoquant un passé politique : dans Le Méridien de Greenwich, la date du 11 novembre 1954, débuts de la guerre d’Algérie, qui y apparaît plusieurs fois, et qu’avait déjà mentionnée Jean-Claude Lebrun27 ; et dans L’Équipée malaise, un ouvrier de la plantation malaise lit Lénine, et un des protagonistes garde de vieux articles de journaux – documents des manifestations de 1952 à Paris. Il fait ainsi vaciller la théorie d’une écriture purement ludique et sans engagement. Il confirme sa position par plusieurs allusions intertextuelles à des auteurs engagés : à Brecht dans Cherokee, à Modiano dans Lac28.

  • 29 Gerda Zeltner, « Jean Echenoz », in Der Roman in den Seitenstraen, op. cit., p. 29-34.
  • 30 Jean Echenoz, Le Méridien de Greenwich, Minuit, [1979], p. 193.
  • 31 Gerda Zeltner, « Jean Echenoz », in Der Roman in den Seitenstraen, op. cit., p. 32.
  • 32 En France, on trouve quelques exemples d’une lecture qui voit dans la légèreté même du style d’Eche (...)

32Un autre élément démontrant un lien avec les réalités sociales consiste dans la description des contrastes entre les banlieues parisiennes et les belles façades de certains quartiers de la ville. Cette dimension apparaît dans l’analyse de Gerda Zeltner. Outre l’amusement que lui procure la lecture des romans d’Echenoz, elle y voit une critique de la société dans des images « typiques pour un paysage urbain vu de son côté obscur », et elle évoque une certaine mélancolie qui se trouve partout, « d’une manière diffuse29 ». Dans la façon dont parle l’un des personnages du Méridien de Greenwich30 elle voit un malaise généralisé, « une métaphore originelle pour la vie, où le compte n’est jamais bon et où il reste toujours un abîme, une syncope, quelque chose de non coordonnable31. » Elle voit donc également exprimé chez Echenoz, derrière le jeu et la forme, un rapport entre l’homme et la société, bien que ce rapport prenne dans son interprétation une place moins centrale que chez Asholt32.

  • 33 Wolfgang Asholt, Der französische Roman der achtziger Jahre, op. cit., p. 115 : « Auf dieser Ebene (...)
  • 34 Ibid., p. 114 : « besonders gelungene Variante der postmodern-spielerischen “Impassibilité” ».

33Pour ce dernier, la présence de cette dimension permet de conclure que l’approche des romans d’Echenoz ne peut se résumer à une lecture minimaliste, qui empêcherait de percevoir leur part de « réalisme extra-littéraire », constituant « un sens dépassant la littérature33 ». Il s’oppose ainsi à tous les critiques qui cherchent dans l’écriture d’Echenoz uniquement une « variante particulièrement réussie de l’impassibilité postmoderne ludique34 ».

  • 35 Manfred Flügge, Die Wiederkehr der Spieler, op. cit., p. 54.

34La dimension du jeu romanesque, d’une écriture ludique reste en effet l’aspect le plus remarqué par les critiques français et allemands. D’après Flügge, Jean Echenoz est le premier romancier à pratiquer cette nouvelle écriture expérimentale, impliquant le jeu avec les formes et la syntaxe du roman35.

  • 36 Gérald Froidevaux, « Piraneses Prothese. Die Geheimnisse des Jean Echenoz », Frankfurter Allgemeine (...)
  • 37 Ibid. : « Brillanz in postmoderner Dekonstruktion ».

35Selon Gérald Froidevaux, journaliste au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, le roman Lac marque le moment où les objets, après les personnages, les événements, les pensées et les images, échappent à la souveraineté du narrateur : non seulement ils se détachent de ce narrateur devenu impuissant, mais l’histoire leur est également subordonnée, une histoire éclatée dont il ne resterait que les débris36. Cet aspect ainsi que les procédés du démontage et de la parodie l’incitent à parler de « brillance en déconstruction postmoderne37 ».

  • 38 Rudolf von Bitter, « Keine Literatur ohne dauerndes Voranschreiten des Vergnügens [...] » : « Nicht (...)
  • 39 Ibid. : « Auch der dritte Roman von Echenoz will dem Leser zu keinem besseren Verständnis der Welt (...)

36L’analyse de Rudolf von Bitter n’exclut pas la présence d’un sens, sans pour autant lui donner la priorité : « Non pas l’histoire racontée mais l’habileté dans l’utilisation de la langue est à l’origine du plaisir que le lecteur y prend38. » Cependant, il semble devoir défendre cette attitude contre ceux qui reprochent à Echenoz le manque d’engagement et de valeurs, en mentionnant que l’écrivain ne veut pas apporter au lecteur « une meilleure compréhension du monde39. »

37Il paraît possible de dire que les Allemands, plus que les Français, attendent d’un écrivain une prise de responsabilité citoyenne, et qu’une œuvre littéraire transmette un univers doué de sens et de valeurs politiques, sociales, voire morales. Un article d’Edward Reichel, décrivant la scène littéraire française au moment de la distribution des prix de l’automne 1989, semble confirmer cette hypothèse :

  • 40 Edward Reichel, « Biographien, Autobiographien – aber keine guten Romane : Zum literarischen Jahrga (...)

L’année littéraire 1989, qui ne se distingue que peu des deux ou trois dernières décennies, est tout sauf révolutionnaire, et on ne peut lui contester une certaine stérilité, comme à toute la littérature française depuis le milieu des années soixante. Ce constat d’un manque de force novatrice devient encore plus dangereux quand on le met en relation avec un autre : également dans les trente dernières années, le roman français a congédié l’histoire et l’Histoire. Aucun des grands problèmes du pays : industrialisation et immigration, centralisme et énergie nucléaire, la déchéance écologique de régions entières et la décomposition du pays en ce que l’on appelle des agglomérations industrielles et en régions dépeuplées, le vieillissement de la société – aucun donc des grands problèmes du pays ne se trouve façonné dans le roman français40. »

  • 41 Ibid. : « […] in dem die Sprache selbst zum Gegenstand des Romans gemacht wird. »

38La colère de Reichel est provoquée par l’absence d’engagement des écrivains qui se contenteraient de produire de la forme. D’ailleurs, il prend Lac de Jean Echenoz comme exemple du roman « dans lequel le langage devient lui-même le sujet du roman41 ».

  • 42 Eberhard Rathgeb, « Ein Fischstäbchen soll schwimmen. Jean Echenoz erzählt von einem Mann, der sein (...)

39Ainsi donc, le constat d’une écriture postmoderne ou minimaliste chez Echenoz n’est pas toujours favorable. Certains journalistes critiquent assez sévèrement une telle écriture, comme c’est encore le cas dans une recension d’Eberhard Rathgeb, parue dans la FAZ en août 200042, à l’occasion de l’édition allemande de Je m’en vais. L’article entier est écrit sur un ton ironique et tend à démontrer que le roman est rempli de clichés français d’un intérêt médiocre. L’image dominante est celle d’un poisson pané qui ne peut être un poisson et qui ne pourra donc jamais nager, malgré tous les efforts du narrateur, interventions auctoriales dont le caractère postmoderne se trouve ridiculisé par le journaliste.

  • 43 68e émission ; première diffusion à la télévision allemande : 18 février 2000, 22h15, ZDF.

40Le même roman est fortement critiqué aussi dans la célèbre émission littéraire « Das literarische Quartett » animée par Marcel Reich-Ranicki43. On y déplore le manque d’une trame narrative claire et compréhensible, une écriture trop académique et encore une fois les interventions du narrateur auctorial : « C’est peut-être ce fameux postmodernisme, je ne sais pas. […] Mais cela me met en colère, » dit la journaliste Elke Heidenreich. Avant tout, les quatre critiques s’interrogent sur la raison pour laquelle les Français ont voulu donner un prix à ce livre ennuyeux, compliqué et superficiel. Iris Radisch, journaliste à l’hebdomadaire Die Zeit qui connaît mieux que les autres la littérature française, essaie tout de même d’expliquer que les Français sont des lecteurs « beaucoup plus académiques » qui adorent ce type de jeux, tout comme les parodies de genres et les éléments intertextuels.

  • 44 Embarras qu’il compare toutefois à celui de la littérature allemande.

41Le plus important reste que cette émission parle d’un livre de quelque manière pour qu’il attire un assez grand public. Il est d’ailleurs exceptionnel que l’on ait choisi de présenter Je m’en vais, car la littérature contemporaine française n’a que très peu de place dans ce genre d’émissions, et Reich-Ranicki justifie d’une certaine manière cette négligence, en disant que si un tel livre a pu être distingué par le prix Goncourt, cela montre bien dans quel embarras se trouve la littérature française contemporaine44.

Les références littéraires

  • 45 De plus, et de manière paradoxale, les noms français s’accumulent surtout dans les articles de pres (...)

42Étant donné que les références littéraires citées occupent une place importante dans les articles sur Echenoz dans les deux pays, il semble indispensable d’évoquer également cet aspect de la réception critique. En Allemagne, on trouve à peu près les mêmes références récurrentes qu’en France, de la part des critiques tant universitaires que journalistiques. On observe toutefois un certain effort du côté allemand pour privilégier un référentiel français, surtout en ce qui concerne la littérature. Racine, Balzac, Baudelaire, Jules Verne, Alfred Jarry, Victor Segalen, Raymond Roussel, André Gide, Raymond Queneau, Francis Ponge, Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, Georges Perec, Patrick Modiano, Marie Redonnet, Didier Daeninckx, François Bon, Jean-Philippe Toussaint et Patrick Deville sont communément cités chez les Allemands et les Français. Les références anglophones et germanophones, également nombreuses dans la critique française, prennent cependant une place dérisoire dans les articles allemands, en tout cas en matière de littérature, car, pour le cinéma, on constate une plus grande mixité. En outre, on ne trouve pas de comparaison avec un auteur allemand de la même génération. Cela donne l’impression que les lecteurs des articles et comptes rendus sont censés avoir une certaine connaissance de la culture française45, ce qui peut créer en revanche une sorte d’enfermement de cette littérature et de leurs connaisseurs dans une bulle anachronique et élitiste, puisque, comme partout, l’impact de la culture et de la langue françaises est en train de baisser considérablement en Allemagne.

43L’étude de la réception journalistique mais aussi celle de la traduction des romans révèlent les difficultés d’approche et de compréhension de Jean Echenoz en Allemagne. Elles montrent à quel point cet auteur, comme probablement d’autres écrivains dits minimalistes, est difficile à exporter : il n’est pas évident pour un lectorat étranger d’accéder pleinement à un univers fondé en grande partie sur une tradition littéraire spécifiquement française.

Notes

1 Il s’agit d’ailleurs du seul titre entièrement modifié pour les éditions allemandes de Jean Echenoz. Voici les titres d’Echenoz traduits en allemand, jusqu’en 2003 : Das Puzzle des Byron Caine (Le Méridien de Greenwich), traduit par Christiane Baumann et Gisela Lerch, Bremen, Manholt, 1987, 255 p. – Cherokee, traduit par Eugen Helmlé, Stuttgart, Klett-Cotta, 1988, 236 p. – Ein malaysischer Aufruhr (L’Équipée malaise), traduit par Alain Claude Sulzer, Stuttgart, Klett-Cotta, 1989, 255 p. – See (Lac), traduit par Gisela Lerch et Christiane Baumann, Stuttgart, Ernst Klett Verlag für Wissen und Bildung, 1991 ; 2e édition : Stuttgart, Klett-Cotta, 1992, 169 p. – Ich gehe jetzt (Je m’en vais), traduit par Hinrich Schmidt-Henkel, Berlin, Berlin Verlag, 2000, 188 p. ; édition de poche : Berliner Taschenbuchverlag, 2002, 208 p. – Die grossen Blondinen (Les Grandes Blondes), traduit par Hinrich Schmidt-Henkel, Berlin, Berlin Verlag, 2002, 190 p. – « Flächennutzung » (L’Occupation des sols), traduit par  Mosblech, Michael, in Carola Gerlach [dir.], Erkundungen. 35 französische Erzähler, Berlin, Volk und Welt, 1990, p. 104-109.

2 Traducteur de Queneau, Perec, Soupault, Duras.

3 Le nouveau traducteur est Hinrich Schmidt-Henkel qui, pour sa nouvelle traduction de Voyage au bout de la nuit de Céline, a récemment acquis une certaine célébrité.

4 Sibylle Cramer, « Ein Mann wie Bond. Über einen Erben des Nouveau roman und zwei seiner Romane : Jean Echenoz », Die Zeit, 13 octobre 1989.

5 Rudolf von Bitter, « Keine Literatur ohne dauerndes Voranschreiten des Vergnügens. Zu zwei Romanen des Franzosen Jean Echenoz », Süddeutsche Zeitung, 7 juin 1989.

6 Ibid. : « Echenoz zeigt an Pauls Verhalten, wie es um diesen steht. Daß er dabei auch auktorial über Pauls Gefühlswelt berichten kann wie ein Schriftsteller des 19. Jahrhunderts, sich andererseits aber jeglicher Bewertung enthält, wie es beim Nouveau Roman zum Programm gehörte, läßt eine klare stilistische Linie vermissen – es sei denn, man erlaube es einem Autor, einen eigenen literarischen Weg einzuschlagen. Insbesondere, wenn er sein Metier so beherrscht wie Jean Echenoz. »

7 Fritz J. Raddatz, « Der Rhein ist tiefer denn je : Welche Rolle spielt die zeitgenössische französische Literatur in Deutschland ? », in Vera von der Heyden-Rynsch, Vive la littérature française ! Französische Literatur der Gegenwart, München / Wien, Carl Hanser, 1989, p. 276.

8 Gerda Zeltner, Der Roman in den Seitenstraen : Neue Strukturen in der französischen Epik, Mainz / Stuttgart, Steiner, 1991, 34 p. (Abhandlungen der Klasse der Literatur/ Akademie der Wissenschaften und der Literatur Mainz, Jahrgang 1991, Nr. 1) : « Wem der französische Gegenwartsroman eine Lieblingslektüre ist, der mußte lange eine böse Zeit durchstehen. Seit Jahrzehnten findet sich dieser in einer Art Quarantäne, so als gälte es, ihn von den beunruhigenden Mikroben, die der Nouveau Roman eingeschleppt hatte, zu entseuchen. Erst in allerneuster Zeit meldet sich etwas anderes und stört empfindlich diese Ruhe. » (p. 3)

9 Voir Fritz J. Raddatz, op. cit., « Der Rhein ist tiefer denn je [...] », p. 273 : « [...] die Autoren blieben viel erwähnt, wenig gelesen. Claude Simons Bücher sind selbst nach dem Nobelpreis “Worstseller”. »

10 Jochen Förster, « Das Leichtgewicht. Jean Echenoz beweist, dass ein Nouveau roman heutzutage nicht anstrengend sein muss. », Die Welt, 13 juillet 2002.

11 Ibid : « Was anstrengend ist, will niemand lesen ; nicht umsonst wurde der « Nouveau roman » längst in Lehrbüchern versenkt. Kurzum : Ein Nouveau romancier hätte heutzutage kaum eine Chance. Es sei denn, er wäre so unanstrengend wie Jean Echenoz. »

12 Wolfgang Asholt, Der französische Roman der achtziger Jahre, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1994, 225 p.

13 Voir ibid., p. 3.

14 Ibid., p. 4 : « So konnte der Eindruck entstehen, der “neue” Roman sei bei diesem Verlag zu Hause, die Literaturgeschichte wiederhole sich. Der eingestandene Respekt vieler dieser jungen Schriftsteller gegenüber dem “Nouveau Roman” und vor allem ihre Bewunderung für Claude Simon taten ein übriges. Sie förderten eine Rezeption, die, wie die Bezeichnung “Nouveaux nouveaux romanciers” belegt, eine ähnliche Konstellation wie in den fünfziger Jahren gegeben glaubte. »

15 Manfred Flügge, Die Wiederkehr der Spieler : Tendenzen des französischen Romans nach Sartre, Marburg, Hitzeroth, 1993 Klima, 180 p. « Jenseits aller verlegerischen oder literaturstrategischen Überlegungen kann man aber nicht leugnen, daß es tendenzielle Gemeinsamkeiten der jungen Autoren von Minuit gibt, die sich in einem bestimmten literarischen dieser Texte manifestiert [sic]. »(p. 53)

16 Pour le Nouveau Roman la situation se présentait d’ailleurs quelque peu différemment : plusieurs auteurs (Robbe-Grillet, Pinget et, pour les œuvres plus tardives, Simon) étaient publiés chez Suhrkamp, ce qui favorisait une apparence de groupe.

17 Voir Wolfgang Asholt [dir.], Intertextualität und Subjektivität : Studien zur Romanliteratur der achtziger Jahre in Frankreich, Heidelberg, Winter, 1994, 364 p.

18 Ibid., p. 303-304 – citation de L’Appareil-photo, Minuit, 1988, p. 112.

19 Ibid., p. 304-305.

20 Wolfgang Asholt, « Trauerarbeit der Moderne », in Der französische Roman der achtziger Jahre, op. cit., p. 113.

21 Manfred Flügge, Die Wiederkehr der Spieler, op.cit.

22 Ibid., p. 53.

23 Christiane Baumann, Gisela Lerch [dir.], Extreme Gegenwart : Französische Literatur der 80er Jahre, Bremen : Manholt, 1989, 239 p. – L’ouvrage est consacré à Kaplan, Djian, Bon, Benoziglio, Echenoz, NDiaye et Novarina.

24 Jochen Mecke, « Le Roman nouveau : pour une esthétique du mensonge », in Lendemains n° 107/108, Der zeitgenössische Roman/ Vorgeschichte des deutsch-französischen Jugendwerks, Tübingen, Stauffenberg Verlag, 2002 (27. Jahrgang), p. 97-116.

25 Voir Wolfgang Asholt, « Jean Echenoz », in Der französische Roman der achtziger Jahre, « Trauerarbeit der Moderne », op. cit., p. 118 : « Dieser Eindruck eines spielerisch-minimalistischen Universums par excellence wird von einigen Details gestört, denen indessen keine größere Bedeutung zuzukommen scheint. Auch politisch-historische Anspielungen wirken zunächst nur als beliebige Zitate. »

26 Jean Echenoz, Cherokee, Minuit, 1983, p. 244.

27 Jean-Claude Lebrun, Jean Echenoz, Monaco, Éditions du Rocher, 1992, p. 126.

28 Wolfgang Asholt, « Jean Echenoz », in Der französische Roman der achtziger Jahre, « Trauerarbeit der Moderne », op. cit., p. 119-120.

29 Gerda Zeltner, « Jean Echenoz », in Der Roman in den Seitenstraen, op. cit., p. 29-34.

30 Jean Echenoz, Le Méridien de Greenwich, Minuit, [1979], p. 193.

31 Gerda Zeltner, « Jean Echenoz », in Der Roman in den Seitenstraen, op. cit., p. 32.

32 En France, on trouve quelques exemples d’une lecture qui voit dans la légèreté même du style d’Echenoz une critique de la société (ainsi Jean-Claude Lebrun et Bruno Blanckeman).

33 Wolfgang Asholt, Der französische Roman der achtziger Jahre, op. cit., p. 115 : « Auf dieser Ebene verschmilzt das Spiel mit fiktiver Realität unmerklich, aber einmal wahrgenommen unauflöslich mit außerliterarischer Realität, um einen über die Literatur hinausweisenden Sinn zu konstituieren […]. »

34 Ibid., p. 114 : « besonders gelungene Variante der postmodern-spielerischen “Impassibilité” ».

35 Manfred Flügge, Die Wiederkehr der Spieler, op. cit., p. 54.

36 Gérald Froidevaux, « Piraneses Prothese. Die Geheimnisse des Jean Echenoz », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 08-10-1991 : « Längst hatten sich Personen, Ereignisse, Gedanken und Bilder von der Selbstherrlichkeit des Erzählers losgelöst. Jetzt sind es die Objekte, die sich ihm nicht bloß entziehen, sondern sich sogar die Geschichte unterzuordnen beginnen. »

37 Ibid. : « Brillanz in postmoderner Dekonstruktion ».

38 Rudolf von Bitter, « Keine Literatur ohne dauerndes Voranschreiten des Vergnügens [...] » : « Nicht das erzählte Geschehen sondern die Kunstfertigkeit im Umgang mit der Sprache ist die Ursache des Vergnügens, das der Leser daran hat. »

39 Ibid. : « Auch der dritte Roman von Echenoz will dem Leser zu keinem besseren Verständnis der Welt verhelfen. »

40 Edward Reichel, « Biographien, Autobiographien – aber keine guten Romane : Zum literarischen Jahrgang 1989 und zur gegenwärtigen Literatur in Frankreich », in Frankreich-Jahrbuch 1990, Opladen, Leske + Budrich, 1990, p. 207-220 ; p. 217 : « Die année littéraire 1989, die sich nur wenig von ihren Vorgängerinnen der letzten zwei bis drei Jahrzehnte unterscheidet, ist alles andere als revolutionär, ja eine gewisse Sterilität ist ihr so wenig abzusprechen wie der gesamten französischen Literatur seit Mitte der sechziger Jahre. Dieser Befund mangelnder Innovationskraft wird noch prekärer, wenn man ihn mit einem weiteren in Beziehung setzt : Ebenfalls in den letzten dreißig Jahren hat sich der französische Roman von der Geschichte und Zeitgeschichte verabschiedet. Keines der großen Probleme des Landes : Industrialisierung und Immigration, Zentralismus und Atomwirtschaft, der ökologische Niedergang ganzer Landstriche und der Zerfall des Landes in sogenannte Ballungszentren und entvölkerte Regionen, die Vergreisung der Gesellschaft – keines also der großen Probleme des Landes findet sich im französischen Roman gestaltet. »

41 Ibid. : « […] in dem die Sprache selbst zum Gegenstand des Romans gemacht wird. »

42 Eberhard Rathgeb, « Ein Fischstäbchen soll schwimmen. Jean Echenoz erzählt von einem Mann, der sein Wort hielt und ging », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 12 août 2000, n° 186, supplément « Bilder und Zeiten ».

43 68e émission ; première diffusion à la télévision allemande : 18 février 2000, 22h15, ZDF.

44 Embarras qu’il compare toutefois à celui de la littérature allemande.

45 De plus, et de manière paradoxale, les noms français s’accumulent surtout dans les articles de presse, à côté d’autres étiquettes comme « Nouveau Roman ».

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540