Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Implications ou engagements

L’« affaire Jan Karski » : réflexions sur un scandale littéraire et historique

Richard J. Golsan

Texte intégral

  • 1 Claude Lanzmann, « Jan Karski de Yannick Haenel : un faux roman », Marianne,  666, p. 23-29, janv (...)

1En janvier 2010, Claude Lanzmann a publié dans les pages de l’hebdomadaire Marianne une longue critique très hostile de Jan Karski, roman récent de Yannick Haenel et lauréat à la fois du Prix interallié et du Prix du Roman fnac1. Choquante de par sa violence même, la critique de Lanzmann a aussi surpris parce que, avant sa parution, Jan Karski avait été accueilli favorablement par la plupart des critiques et avait bénéficié d’un succès commercial notable. Le roman de Haenel, compte rendu en partie romancé des expériences du héros de la résistance polonaise Jan Karski durant la guerre, qui lui-même avait précédemment figuré en bonne place dans le documentaire de Lanzmann Shoah, semblait destiné à éviter le type de controverse qui avait accompagné la publication des Bienveillantes de Jonathan Littell quelque trois ans auparavant. Mais, à la suite de la parution de la critique de Lanzmann, cette situation a brusquement changé.

2Dans son article, Lanzmann accuse Haenel d’avoir écrit un  livre  « obscène » et « malhonnête », un « faux roman » qui « trahit l’histoire » tout en diffamant la mémoire du héros de la résistance polonaise Jan Karski aussi bien que celle d’autres personnages historiques, Franklin Roosevelt tout d’abord. En ce qui concerne le Président américain, Haenel en offre un portrait qui constitue selon Lanzmann une « misère d’imagination » remplie d’« insultantes platitudes » (TM 6). Le vrai Karski et Roosevelt se sont rencontrés à Washington le 28 juillet 1943 lors d’une entrevue historique, au cours de laquelle Karski a d’abord parlé de la détresse d’une Pologne divisée et occupée et par les Nazis et par les Soviétiques. Vers la fin de l’entretien, Karski a aussi décrit la destruction nazie des Juifs d’Europe, qu’il avait personnellement observée dans le ghetto de Varsovie et dans les camps de la mort.

3Dans le roman de Haenel, plutôt que d’écouter attentivement Karski comme il l’a fait en réalité selon les sources historiques fiables – y compris le témoignage de Karski lui-même dans ses mémoires –, Roosevelt se montre profondément indifférent en écoutant le compte rendu des crimes nazis fourni par le résistant polonais, et il passe son temps à toiser les jambes de sa secrétaire. On y reviendra. Pour Lanzmann, le portrait que fait Haenel de l’attitude et du comportement de Roosevelt est tout simplement diffamatoire. Comme Lanzmann le fait remarquer, pour commencer, il n’y avait même pas de secrétaire présente lors de la rencontre historique entre les deux hommes.

4Lanzmann critique tout autant l’image qu’Haenel donne de Karski lui-même, qu’il qualifie de « haineuse et vulgaire » (TM 5). Plutôt que de le montrer comme l’homme héroïque mais aussi complexe qu’il a été, Haenel en fait un portrait entièrement plat, « tristement linéaire ». Dans le roman d’Haenel, Karski n’est qu’un « pleurnichard et véhément procureur » (TM 4) qui se consacre exclusivement à accuser de complicité le monde entier, et les alliés en particulier, dans la destruction des Juifs d’Europe. Selon Lanzmann, sur le plan psychologique, le vrai Karski n’était ni si simple ni si direct.

5Non content d’interpréter et de simplifier Karski du point de vue psychologique, Haenel, selon Lanzmann, déforme grossièrement la mission historique de Karski. Au cours de son entretien avec Roosevelt, Karski a été principalement préoccupé non pas par les crimes nazis contre les Juifs mais par le sort de la Pologne pendant et surtout après la guerre, quand la nation polonaise serait aux prises avec les menaces toujours plus importantes que l’Union Soviétique faisait peser sur sa souveraineté et ses territoires. Ceci était en fait la raison de sa mission à Washington que le gouvernement polonais en exil à Londres avait organisée.

  • 2 L’ordre des rencontres entre Karski et Roosevelt et entre Karski et Frankfurter n’est pas tout à fa (...)

6D’après Lanzmann, se permettre de telles libertés avec les personnalités et les attitudes des personnages historiques authentiques n’est pas le seul abus de l’Histoire dont Haenel est responsable. Dans son roman, Karski rencontre Felix Frankfurter, juge à la Cour suprême américaine, avant sa visite à Roosevelt. Selon Lanzmann, Karski a rencontré Frankfurter après Roosevelt, et sur la recommandation de ce dernier. Cette modification est cruciale, insiste Lanzmann, car, dans le roman, elle ajoute à l’impression que Roosevelt était totalement indifférent au sort des Juifs et qu’il a donc abandonné le sujet après sa rencontre avec Karski. Selon Lanzmann – et parfois Karski lui-même –, Roosevelt a envoyé Karski voir Frankfurter et d’autres personnes importantes précisément parce qu’il avait été très touché par ce qu’avait raconté Karski sur le sort des Juifs d’Europe2.

  • 3 Voir Annette Wieviorka, « Faux témoignage », L’Histoire,  349, 2010, p. 30. Ce texte est résumé p (...)

7Dans les semaines qui ont suivi la parution de la critique de Lanzmann dans Marianne, d’autres ont attaqué le roman de Haenel pour des raisons similaires. Annette Wieviorka aussi bien que le président polonais des « Amis de Jan Karski » ont reproché à Haenel à la fois son manque d’attention à la vérité historique et des inexactitudes flagrantes3. Wieviorka a également accusé Haenel de dangereux révisionnisme historique dans son roman : il y impose artificiellement une perspective plus contemporaine (et bien évidemment anti-américaine) à la réalité très différente et beaucoup plus complexe de la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 « Jan Karski, Yannick Haenel répond à Claude Lanzmann », voir : www.mediapart.fr, 26 janvier 2010.
  • 5 Yannick Haenel, « Entretien avec Jérôme Dupuis : Lanzmann ne peut pas comprendre un roman comme le (...)

8Haenel a répondu à ces critiques au cours des semaines suivantes à l’occasion d’entretiens dans la presse et dans les médias. Il y a défendu la crédibilité historique de son roman en stipulant que la troisième partie très controversée de son Jan Karski (une « fiction intuitive4 » comme il l’appelle) est vraisemblable, qu’elle est préparée et même justifiée par les deux premières parties documentaires du texte. La première partie du roman résume l’interview du vrai Karski faite par Lanzmann dans Shoah. La deuxième partie présente un résumé des mémoires de Jan Karski, Story of a Secret State (Mon témoignage devant le monde), publié en 1944 aux États-Unis où il a été un best-seller. En proposant une « fiction intuitive » des expériences et réactions de Karski aux États-Unis dans la troisième partie du roman, Haenel a affirmé qu’il n’a fait que « révéler5 » les pensées et les sentiments les plus intimes du héros polonais qui ne figurent ni dans le documentaire de Lanzmann ni dans les mémoires de guerre de Karski.

  • 6 Voir l’interview de Yannick Haenel avec Bernard Loupias dans Le Nouvel Observateur du 27 août 2009, (...)

9Haenel a aussi refusé de renoncer à ses revendications historiques problématiques. Dans plusieurs interviews, il a constaté que son roman constitue une « interrogation » une sorte d’enquête sur ce qui était selon lui « cette étrange passivité des Alliés face à l’extermination des Juifs d’Europe » et « l’antisémitisme » de « certaines personnes » au sein du Département d’État à Washington6.

  • 7 Voir l’interview avec Haenel dans L’Express du 25 janvier 2010, art.cit.

10Concernant Lanzmann lui-même, Haenel n’a pas mâché ses mots. Selon lui, pendant toute l’affaire, le directeur des Temps Modernes faisait preuve d’opportunisme. Il a attaqué le roman tardivement, au moment même où Shoah allait être diffusée sur la chaîne Arte. Haenel a écarté aussi l’accusation de Lanzmann selon laquelle Jan Karski était un « faux roman. » Pour Lanzmann, selon Haenel, le roman est par définition « le discours du faux » et donc Lanzmann était incapable d’apprécier et même de comprendre une œuvre comme Jan Karski7. Haenel a aussi accusé Lanzmann d’arborer une attitude possessive vis-à-vis du vrai Karski, comme si celui-ci et ses expériences pendant la guerre étaient la propriété personnelle de Lanzmann. Pire, Lanzmann aurait « trahi » Karski en n’ayant pas accompli dans Shoah ce qu’il avait promis de faire au héros de la résistance polonaise, c’est-à-dire d’évoquer la culpabilité des Alliés qui n’avaient pas secouru les Juifs en même temps que le film insistait sur la complicité polonaise dans l’Holocauste. Le sujet de la culpabilité alliée avait dû certainement être abordé pendant les « longues heures d’entretien avec Karski » effectuées par Lanzmann, mais le cinéaste avait choisi délibérément selon Haenel de couper cette portion de l’interview en préparant la version finale de Shoah.

  • 8 « Claude Lanzmann répond à Yannick Haenel », voir : www.mediapart.fr., 2 avril 2010.

11De tels échanges acerbes entre Lanzmann et Haenel ont continué jusqu’au printemps. Lanzmann en particulier a poursuivi ses attaques dans une interview télévisée dans laquelle il a caractérisé le roman de Haenel comme un « déchaînement anti-américain incroyable8 ». Pour faire bonne mesure, Lanzmann a clamé son dédain pour Haenel en tant que romancier en insistant que ce dernier écrit « comme un cochon ».

12Si surtout vers sa fin l’« Affaire Karski » a dégénéré en une série d’attaques ad hominem par le très combatif Lanzmann et son adversaire plus jeune, les questions au centre de cette controverse n’étaient ni superficielles ni sans importance pour l’écriture de la fiction et de l’Histoire aujourd’hui. Bien au contraire. Je voudrais donc conclure par quelques brèves observations sur ces questions.

13La première concerne évidemment la liberté artistique du romancier dans son interprétation, son écriture et réécriture de l’histoire. Comme le montrent ses nombreux commentaires lors d’interviews et ailleurs, Haenel voulait gagner sur les deux tableaux. D’une part, l’auteur de Jan Karski affirmait le droit du romancier d’être entièrement libre dans ces choix artistiques : celui-ci n’est absolument pas obligé de respecter servilement les faits historiques, surtout si sa fiction révèle la vérité intérieure d’un personnage, ou, dans ce cas de Jan Karski, d’une vraie personne historique. Mais d’autre part, Haenel insistait sur la vérité historique, la légitimité et même l’aspect documentaire de sa « fiction intuitive » dans la troisième partie du roman. Comme on l’a déjà noté, d’après le romancier son interprétation des jugements de Karski concernant Roosevelt et l’indifférence alliée devant le sort des Juifs et de la Pologne dans la dernière section de son livre était préparée et même justifiée par les résumés ostensiblement « factuels » proposés dans les première et deuxième parties du roman.

14Pourtant, il serait extrêmement difficile de caractériser ces résumés comme « factuels » ou comme des comptes rendus fidèles du contenu et de l’interview dans Shoah et de Mon témoignage devant le monde. Dans de nombreux cas, ces résumés ne se conforment pas aux intentions du cinéaste Claude Lanzmann ni à celles de Karski lui-même. Par exemple, Haenel suppose que, dans Shoah, les plans statiques de la Statue de la Liberté ou de la Maison Blanche dans toute leur immobilité monumentale témoignent d’une indifférence américaine profonde et même fondamentale face aux souffrances de l’Europe et au meurtre des Juifs par Hitler. Comme le confirment les déclarations de Lanzmann pendant l’affaire Karski, le cinéaste s’opposerait avec véhémence à cette interprétation. De même, le résumé que fait Haenel de Mon témoignage devant le monde contient un certain nombre de maladresses et de coupures problématiques. Parfois, son résumé tronque le texte de Karski, par exemple lorsqu’il relate l’entrevue de Karski et de Roosevelt. Bien qu’Haenel reconnaisse la curiosité de Roosevelt, il élude les constatations que fait Karski au sujet de Roosevelt, l’homme. Parmi d’autres, dans Mon témoignage devant le monde, Karski fait l’éloge de Roosevelt qui était, selon lui

  • 9 Jan Karski, Story of a Secret State, Boston, Houghton Mifflin, 1944, p. 387-388 [notre traduction : (...)

amazingly well-informed about Poland and wanted still more information… He impressed me as a man of genuinely broad scope. Like Sikorski, his interest embraced not merely his own country but all of humanity9.

  • 10 Yannick Haenel, Jan Karski, Gallimard, 2009, p.111. – Désormais référencé en abrégé K.
  • 11 Jan Karski, Story of a Secret State, op. cit., p. 387.

15À d’autres moments, le résumé que fait Haenel de Mon témoignage devant le monde comporte des ajouts qui finissent par déformer les mémoires de Karski. Par exemple, en parlant de l’ignorance des Alliés concernant la situation en Pologne, Haenel ajoute « partout ailleurs règne le compromis10 ». Cette dernière réflexion ne correspond en rien aux réflexions de Karski lui-même. Ce dernier, en fait, parle d’un monde « unifié », d’un seul organisme, luttant contre la barbarie nazie11.

  • 12 Voir l’interview avec Haenel : www.rue89com/2010/01/26/jan-karski-haenel-repond-a-claude-lanzmann–1 (...)
  • 13 Claude Lanzmann, Le Lièvre de Patagonie, Gallimard, 2009, p. 511-513.

16Mais si les maladresses des première et deuxième parties du livre d’Haenel mettent en doute l’idée que la troisième partie offre un portrait historiquement justifié de Jan Karski – un Karski d’après l’interview avec Roosevelt, un Karski « révolté », selon l’auteur12 –, la troisième partie en elle-même soulève d’autres questions. Si l’on accepte la notion de la liberté totale du romancier, on pourrait souligner que la liberté artistique dont se réclame le romancier lui permet en un sens de libérer Jan Karski de l’homme que Lanzmann prétend qu’il était, tout en bravant l’attitude possessive de Lanzmann à son égard. Haenel a d’ailleurs raison en insistant sur l’attitude plutôt possessive de Lanzmann : elle se manifeste clairement dans les mémoires de ce dernier, Le Lièvre de Patagonie13, publiés la même année que le roman de Haenel. De plus, malgré les critiques de Lanzmann, la troisième partie du roman de Haenel a le mérite de présenter un Karski plus introspectif et complexe que celui de Mon témoignage devant le monde – que ce portrait de l’homme Karski soit véridique ou non. De par l’accent mis sur les événements précipités et sur les expériences étonnantes et effrayantes que leur auteur a vécues, les mémoires de Karski offrent essentiellement des réflexions sur le moment. Qui plus est, le livre a été écrit et publié en 1944, au moment où la victoire alliée approchait. Il est donc empreint d’un enthousiasme général qui s’est éteint peu de temps après la fin des hostilités. Enfin, la véracité historique de Mon témoignage devant le monde n’est pas sans nuances ni faille. En particulier, tout comme le roman de Haenel, il donne l’impression que Karski a rencontré Félix Frankfurter avant son rendez-vous avec Roosevelt. Cette affirmation n’est pas sûre ; comme on l’a déjà noté, elle est contredite plusieurs fois par Karski lui-même, surtout dans la partie restaurée de l’interview avec Lanzmann dans Shoah et publiée dans Les Temps Modernes en 2010. Ainsi, en réitérant cette inexactitude, Haenel reste en fait fidèle aux mémoires de Karski.

17Mais dans quel but ? Il y a peu de doute que les modifications conviennent au romancier dans le portrait qu’il fait de Roosevelt et, plus généralement, des Alliés, qui ont été d’après lui fondamentalement indifférents, voire pire, au sort des Juifs d’Europe. Dans la troisième partie de Jan Karski, Roosevelt est non seulement distrait par les jambes de sa secrétaire au moment précis où Karski narre le sort de Juifs de Varsovie et d’ailleurs, mais le récit des souffrances juives lui-même provoque chez Roosevelt des bâillements interminables : « Plus je précisais les attentes des juifs du ghetto de Varsovie, et par conséquent de tous les ghettos d’Europe, et de tous les juifs en train d’être exterminés, plus Roosevelt écrasait des bâillements. » (K 125-126) Le Karski de Haenel en conclut que « Franklin Delano Roosevelt est un homme qui digère – il est déjà en train de digérer l’extermination des Juifs d’Europe. » (K 125) Le constat de l’indifférence de Roosevelt est si horrible, son désir de quitter sa présence est si urgent que le narrateur le compare aux pires moments de sa vie, quand il était prisonnier des Soviétiques ou quand il était en train d’être torturé par des bourreaux ss.

18Pour provocatrices que soient ces affirmations, elles ne sont pas les seules remarques qui soulignent l’indifférence de Roosevelt et des Alliés, leur complicité dans les crimes nazis et, même, leur propre racisme et antisémitisme. Le Karski d’Haenel insiste sur un « antisémitisme d’État anglo-américain » qui cherche aussi à minimiser la présence et l’influence juive sur son sol, qui admet un « problème Juif » indigène. Et il conclut : « Heureusement pour les Anglais, heureusement pour les Américains, Hitler n’a pas expulsé les juifs d’Europe, il les a exterminés. » (K 131) De même, il décèle chez Roosevelt un dédain similaire pour lui et, en fait, pour tous les Polonais parce qu’ils sont catholiques. Pour les Américains comme Roosevelt, les catholiques sont des « fanatiques ».

19Après avoir suggéré des similarités et parfois même des équivalences fondamentales entre les Nazis et les Alliés en termes de racisme, le Karski d’Haenel constate aussi que même si la « violence totalitaire » des Nazis s’éteint après la guerre, elle sera tout simplement remplacée par la violence plus diffuse, civilisée, propre des Américains. Cette violence « du canapé » selon le Karski fictif est en fait plus insidieuse parce qu’« en toutes circonstances le beau nom de démocratie saurait [la] maquiller. » (K 128) Les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki prouvent que la barbarie continuera. Et toute apparence de justice après la guerre pour les crimes des Nazis n’est qu’un leurre : les tribunaux de Nuremberg ne sont rien d’autre que « le maquillage de la responsabilité des Alliés » (K 143) dont l’illégitimité complète est confirmée par les bombardements antérieurs d’Hiroshima et de Nagasaki.

  • 14 « Faux témoignage », art. cit.

20Bien qu’il semble certain que dans Jan Karski Yannick Haenel ne cherche ni à réhabiliter le discours d’extrême droite raciste et négationniste du passé, ni à valider un discours similaire actuel, le roman fait néanmoins bel et bien écho à ces discours. La dénonciation de Nuremberg par le personnage de Karski, de l’antisémitisme et du racisme des Alliés, et l’équivalence entre le totalitarisme et la « violence démocratique » sont des thèmes familiers pour les lecteurs de certains écrits d’après-guerre, de Maurice Bardèche parmi d’autres. Et en insistant sur la complicité alliée dans l’Holocauste, Haenel diminue, peut-être à son insu, la responsabilité nazie, ce qui est parfois un premier pas vers le négationnisme. Enfin, l’anti-américanisme viscéral du personnage de Karski représente peut-être les attitudes d’après-guerre envers les États-Unis mais, comme la critique du roman par Annette Wieviorka l’affirme14, elle est tout autant représentative des attitudes existantes à la suite de l’invasion de l’Irak par George W. Bush et, même, des attitudes anti-américaines des milieux de gauche en France et en Europe pendant la guerre du Vietnam. Quoi qu’il en soit des intentions du romancier, la liberté artistique exercée dans Jan Karski ne saurait se réaliser sans arrière-plans idéologiques pour le moins controversés.

  • 15 Le texte de l’interview avec Karski se trouve dans le numéro des Temps Modernes, op. cit., p. 14.
  • 16 Voir S. M. Plokhy, Yalta : The Price of Peace, New York, Random House, 2010, p. 196-206.

21En guise d’épilogue à l’affaire Karski, la chaîne Arte a diffusé le 17 mars 2010 « Le Rapport Karski », la partie de film non-incluse dans Shoah contenant l’interview de Karski au sujet de son entrevue avec Roosevelt et de sa visite à Washington. Dans l’interview, Karski dépeint Roosevelt comme « vraiment un leader du monde, pas [un] leader d’un seul pays15. » Il confirme aussi que, bien qu’il ne lui ait pas posé de question concernant son rapport sur le sort de Juifs d’Europe, Roosevelt s’est arrangé avec lui pour qu’il rencontre d’autres gens influents à Washington et aux États-Unis en vue de parler du sort des Juifs européens. Et bien que Karski ne puisse pas le savoir, Roosevelt a pris aussi d’autres mesures pour sauver les Juifs. Enfin, dans l’interview, Roosevelt affirme qu’il est l’ami des Polonais, affirmation que Karski semble avoir acceptée sans hésiter. La triste « trahison » des Polonais n’est intervenue que bien plus tard, à Yalta, comme le montrent de récentes études16. Et cette trahison n’était en aucun cas le résultat de l’indifférence des représentants américains et britanniques. Pour la plupart, ces derniers ont résisté dès le début aux demandes soviétiques avant d’y accéder à la fin. Et au moment de cette compromission, la santé de Roosevelt était déjà très affaiblie. Il devait mourir peu de temps après.

  • 17 Yannick Haenel, Le Sens du calme, Mercure de France, 2012. p. 40.

22Si l’on souhaite avant tout condamner sur des bases morales et historiques les libertés que Yannick Haenel a prises en écrivant son roman Jan Karski, l’exposé qui précède montre clairement que cette condamnation est justifiable. Malgré son agressivité, voire sa violence, Claude Lanzmann, dans les limites du cadre de sa critique, a généralement raison, du moins sur le plan historique. Mais en rester là reviendrait à éviter d’accepter le roman comme son auteur voulait qu’il soit lu. En fait, deux ans après Jan Karski, en 2011, Yannick Haenel a publié des mémoires, Le Sens du calme, qu’il déclare destinés à être une sorte de glose du roman dans la mesure où ils révèlent que la « voix » de Karski dans le roman est en fait la voix du romancier lui-même17.

23Pour ceux qui cherchent un texte raisonné sur les vues historiques et politiques propres à l’auteur et se demandent dans quelle mesure celles-ci ont influencé la voix du Karski fictif, Le Sens du calme est décevant. Ce qui ressort de ces pages, c’est surtout l’impression d’un romancier préoccupé par l’omniprésence globale de la criminalité humaine, de la cruauté et de la soif de sang de l’Homme, dont le Saint Julien de Flaubert est, pour Haenel, l’exemple parfait. Et à l’origine de cette obsession se trouve le souvenir d’adolescence du romancier, qui a vu Nuit et brouillard d’Alain Resnais, a été traumatisé par le film, et ne revient pas de cette expérience.

24Que dire de cela et de son impact sur la création romanesque de l’auteur en général, et sur Jan Karski en particulier ? Peut-être, d’abord, que le sang de l’homme répandu par l’homme est un scandale permanent, et que l’exemple par excellence de cette criminalité humaine est la Shoah. Et si tout homme est un assassin, un loup pour l’homme, pour toute l’éternité, il y a au fond – pour revenir au roman de Haenel – très peu et même finalement pas de différence essentielle entre la barbarie des Nazis et celle des Alliés. Suggérer la complicité de ces derniers dans la Shoah n’est que souligner alors leur propre barbarie d’une autre manière.

  • 18 Ibid., p. 145. Haenel emploie l’expression pour désigner ce qui fut une première version, brûlée pa (...)

25Et là, on arrive à mon sens à une explication de l’inspiration du roman, de ce « livre malade18 » pour employer l’expression du romancier lui-même. Jan Karski est moins un roman historique politique d’inspiration idéologique qu’une sorte de poème épique de l’apocalypse permanente de l’existence humaine. Et la « voix » de Karski dans le roman, la « voix-même du romancier » comme il le dit dans Le Sens du calme, est là pour annoncer, pour dénoncer cette catastrophe. Mais justement, on se trouve ici devant un paradoxe de l’inspiration romanesque de l’auteur : Haenel a souligné dans plusieurs interviews qu’il a décidé d’écrire Jan Karski parce qu’il admirait énormément le vrai Karski, le Karski historique. Le roman était en fait conçu comme une sorte d’hommage à ce dernier. Or, malgré son expérience intime de la brutalité de la guerre et de la Shoah, et au-delà de son rôle de témoin de l’horreur, Jan Karski était avant tout celui qui résistait à cette horreur, et d’après Mon témoignage devant le monde, quelqu’un qui croyait à un meilleur avenir. Autrement dit, le vrai Jan Karski était un homme de son époque, de l’Histoire et de sa continuité, précisément la sorte d’homme que la vision historique, morale, et esthétique du romancier n’admet pas. Donc, pour le dire simplement, Yannick Haenel, selon toute apparence, s’est trompé de sujet romanesque.

Notes

1 Claude Lanzmann, « Jan Karski de Yannick Haenel : un faux roman », Marianne,  666, p. 23-29, janvier 2010. Ce texte a été republié dans Les Temps Modernes (n° 657, janvier-mars 2010, p. 2-10). – Nos références renvoient à cette republication, sous la forme abrégée TM.

2 L’ordre des rencontres entre Karski et Roosevelt et entre Karski et Frankfurter n’est pas tout à fait clair. Selon les biographes de Karski, E. Thomas Wood et Stanislaw M. Jankowski (Karski : How One Man Tried to Stop the Holocaust [Wiley, 1994]), Karski a rencontré Frankfurter avant son entretien avec Roosevelt. De même, dans Story of a Secret State, Karski affirme avoir rencontré Frankfurter avant de voir Rooosevelt, comme on va le voir. Mais dans le dialogue restauré de Shoah publié dans Les Temps Modernes lors de la controverse, Karski affirme avoir rencontré Frankfurter après le Président américain, et par l’intermédiaire de ce dernier. On y reviendra. Curieusement, Haenel n’a pas cité cette inconséquence dans ses réponses à Lanzmann.

3 Voir Annette Wieviorka, « Faux témoignage », L’Histoire,  349, 2010, p. 30. Ce texte est résumé par Pierre Assouline dans Le Monde du 25 janvier 2010 (voir : passouline.blog.lemonde.fr/2010/01/22/laffaire-jan-karski-et-les-droits-du-romancier/) ; Kazamierz Pawelek, « Karski n’a jamais soupçonné les États-Unis de trahison », Le Point, 11 février 2010, (voir : www.lepoint.fr/archives/article.php/422942) [url valides le 06/09/2013].

4 « Jan Karski, Yannick Haenel répond à Claude Lanzmann », voir : www.mediapart.fr, 26 janvier 2010.

5 Yannick Haenel, « Entretien avec Jérôme Dupuis : Lanzmann ne peut pas comprendre un roman comme le mien », L’Express, 25 janvier 2010, voir : www.lexpress.fr/culture/livre/haenel-lanzmann-ne-peut-pas-comprendre-mon-roman_844271.html?xtmc=Haenel_Karski&xtcr=4 [url valide le 06/09/2013].

6 Voir l’interview de Yannick Haenel avec Bernard Loupias dans Le Nouvel Observateur du 27 août 2009, voir : bibliobs.nouvelobs.com/romans/20090827.BIB3899/stele-pour-jan-karski.html [url valide le 06/09/2013].

7 Voir l’interview avec Haenel dans L’Express du 25 janvier 2010, art.cit.

8 « Claude Lanzmann répond à Yannick Haenel », voir : www.mediapart.fr., 2 avril 2010.

9 Jan Karski, Story of a Secret State, Boston, Houghton Mifflin, 1944, p. 387-388 [notre traduction : « [Roosevelt était] très bien informé sur la situation en Pologne et voulait encore des précisions... Il m’a impressionné comme étant un homme aux perspectives très larges. Tout comme Sikorski, il s’intéressait non seulement à son propre pays, mais au monde entier. »

10 Yannick Haenel, Jan Karski, Gallimard, 2009, p.111. – Désormais référencé en abrégé K.

11 Jan Karski, Story of a Secret State, op. cit., p. 387.

12 Voir l’interview avec Haenel : www.rue89com/2010/01/26/jan-karski-haenel-repond-a-claude-lanzmann–135642 [url valide le 06/09/2013].

13 Claude Lanzmann, Le Lièvre de Patagonie, Gallimard, 2009, p. 511-513.

14 « Faux témoignage », art. cit.

15 Le texte de l’interview avec Karski se trouve dans le numéro des Temps Modernes, op. cit., p. 14.

16 Voir S. M. Plokhy, Yalta : The Price of Peace, New York, Random House, 2010, p. 196-206.

17 Yannick Haenel, Le Sens du calme, Mercure de France, 2012. p. 40.

18 Ibid., p. 145. Haenel emploie l’expression pour désigner ce qui fut une première version, brûlée par la suite.

Auteur

Université Texas A & M (États-Unis)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540