Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Implications ou engagements

Romans inachevés de l’Histoire et de la mémoire

Les ftp-moi et l’Affiche rouge

Margaret Atack

Texte intégral

1En mars 1944, sous la rubrique « Choses vues », Les Lettres françaises clandestines décrivent la foule qui se presse autour d’une affiche « Des Libérateurs ? », « très haute, très dramatique avec ses dix médaillons sur un fond rouge-sang1 », annonçant l’exécution des résistants qui seront connus par la suite comme le « Groupe Manouchian » : « Dans les yeux, aucune réaction malsaine, mais de l’admiration, de la sympathie, comme s’ils étaient des nôtres. » Les Allemands avaient créé une mise en scène dramatique pour stigmatiser ces « terroristes », avec cette affiche, un tract2 et une brochure3 dénonçant « le banditisme juif » de cette « armée du crime ». Ce croisement de l’Histoire et de sa représentation se répétera au long des décennies, car le groupe Manouchian n’a jamais cessé d’être un foyer important de mémoire et de controverses.

  • 4 Didier Daeninckx, Missak, Perrin, 2009.
  • 5 Alain Blottière, Le Tombeau de Tommy, Gallimard, 2009.
  • 6 Robert Guédiguian, L’armée du crime, film sorti le 16 septembre 2009, durée de 139 mn.
  • 7 Sylvain Boulouque et Stéphane Courtois, « “L’armée du crime” de Robert Guédiguian, ou la légende au (...)

2L’année 2009 a vu la publication de trois œuvres qui leur sont consacrées : Missak de Didier Daeninckx4, Le Tombeau de Tommy d’Alain Blottière5, et L’Armée du crime de Robert Guédiguian6. Missak, qui se déroule en 1955 dans le milieu communiste, exploite l’occasion de l’inauguration d’une rue du Groupe-Manouchian dans le xxe arrondissement de Paris. Le Tombeau de Tommy est l’histoire du tournage d’un film consacré à Thomas Elek, membre du groupe et qui figure sur l’Affiche. Le film de Guédiguian, L’Armée du crime, le plus controversé des trois à sa sortie (contesté par des historiens à cause de son remaniement des faits historiques7), est centré sur l’évolution de Missak Manouchian ; Guédiguian en fait un drame plutôt conventionnel d’héroïsme et de danger.

  • 8 Voir : www.groupemarat.com/pdf/marat-poemes_affiche_rouge.pdf [valide le 06/09/2013].
  • 9 Le Roman inachevé, Gallimard, 1956, p.227-228.
  • 10 Les Éditeurs français réunis, 1974.
  • 11 Hélène Elek, La Mémoire d’Hélène, Maspero, 1977.
  • 12 Ph. Ganier Raymond, L’Affiche rouge, Arthème Fayard, 1975 ; B. Rayski, L’Affiche Rouge 21 février 1 (...)
  • 13 Et la liste n’est pas complète… Blottière écrit le scénario du film de Philippe Fréling (2010), On (...)
  • 14 Voir : enseignants.larmeeducrime-lefilm.com ; clioweb.free.fr/dossiers/39-45/afficherouge.htm ; www (...)

3Ces œuvres augmentent une bibliographie, une filmographie, et une discographie déjà très fournies dont les jalons les plus célèbres sont les suivants : le poème d’Éluard « Légion8 » écrit en 1949 ; le poème d’Aragon « Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes », mis en musique par Jean Ferrat et chanté par Léo Ferré (et beaucoup d’autres comme « L’Affiche rouge »), intitulé « Strophes pour se souvenir » dans son Roman inachevé9, après avoir été publié dans L’Humanité en mars 1955 sous le titre « Le Groupe Manouchian » ; le film de Frank Cassenti, L’Affiche rouge, sorti en 1976 ; des témoignages importants : Manouchian, par sa femme Mélinée Manouchian10, La Mémoire d’Hélène, par la mère de Thomas Elek11 ; des études de Philippe Ganier Raymond, de Benoît Rayski12 ; des documentaires, comme Des terroristes à la retraite (Mosco Boucault, 1985), très controversé parce que le pcf a été accusé d’avoir trahi le groupe, ou encore La Traque de l’Affiche rouge de l’historien Denis Peschanski13. De nombreux sites web sont consacrés au Groupe, et on trouve en abondance des vidéos de chansons, de commémorations municipales, d’interviews de survivants, et des reproductions de documents14.

4Des textes très variés sont donc à considérer, qui soulèvent la question de la représentation dans l’imaginaire et dans l’Histoire. Les textes sur le groupe Manouchian sont des textes hybrides, mêlant documents, photos, rapports, savoirs historiques, récits antérieurs, récits répétés et fictions, et ils étalent au grand jour le travail de production de signification. Daeninckx a parlé des recherches qu’il a effectuées pour Missak dans les archives publiques et privées, et de ses relations familiales avec Charles Tillon par exemple, qui joue un rôle important dans le roman. Il a souligné que pour lui, la vérité vraie, celle qui est enracinée dans la vie de l’auteur, est plus dynamique que la vérité construite15. Sans vouloir minimiser l’importance de cette notion pour Daeninckx, il faut toutefois reconnaître que la vérité vraie est toujours une vérité dans et par le discours, et ces faits constitués en vérités sont repris comme tels pour être ré-encadrés en d’autres contextes. L’Histoire mise en récit fictionnel prend sa place dans le tissu narratif et hybride de l’Affiche rouge. « Le discours littéraire est pris dans une relation essentielle à la mémoire. Tout acte de positionnement implique un certain parcours de l’archive littéraire16 », et par le même mouvement s’y inscrit.

5Les ftp-moi (Francs-Tireurs Partisans – Main d’Œuvre Immigrée) étaient des militants venus de pays et de milieux divers. Ils avaient quitté l’Arménie, la Pologne, la Roumanie, l’Italie, la Hongrie, l’Espagne, à cause du génocide arménien par exemple, ou d’un engagement politique communiste, pour prendre le chemin de l’exil. Nombre d’entre eux avaient combattu en Espagne. Selon un consensus des historiens, ils furent trahis par un résistant qui avait été arrêté et torturé, mais aussi, ils avaient été repérés et filés depuis des mois par la police et les brigades spéciales17. Plusieurs scénarios reviennent au cours des débats provoqués par ces documents : se sachant surveillés et en grand danger, ils avaient demandé l’autorisation de se replier en zone sud, ce qui avait été refusé ; ils ont souffert d’une occultation de la résistance juive ; ils étaient victimes non seulement des Allemands mais aussi de la police française : le travail de la police française dans les filatures, les arrestations et la torture est lourdement souligné dans les productions les plus récentes. Missak nous fait le portrait d’un homme d’une tolérance et d’une humanité remarquables, qui accueille un trotskyste et veut en assurer la mémoire malgré l’hostilité des communistes, alors que certains sites web présentent des jugements plus mitigés18. Les Terroristes à la retraite accuse le pcf de les avoir abandonnés et même dénoncés. L’Armée du crime a été critiqué pour avoir dressé un portrait d’hommes réticents devant la violence et plutôt indisciplinés.

6Selon Claude Simon, c’est la référence qui produit le référent, et il est sûr que le « Groupe Manouchian » est un produit de processus narratifs et idéologiques. 1700 résistants ont été fusillés au Mont Valérien – si ces hommes sont particulièrement bien connus, c’est à cause de l’affiche que les Allemands et les Brigades spéciales ont créée. La propagande allemande les baptise « l’Armée du crime ». En 1951, le pcf commémore « Les vingt-trois du procès Manouchian-Boczov ». L’Humanité donne le titre de « Groupe Manouchian » au poème d’Aragon en mars 1955, et les voilà dotés d’une identité rétrospective. Au moins soixante-douze moi ont été arrêtés en novembre 1943, dont vingt-trois ont été choisis pour le procès, et dix pour l’affiche (vingt-deux ont été fusillés au Mont Valérien ; la seule femme, Olga Bancic, a été décapitée quelques mois plus tard en Allemagne). Ce groupe exemplaire a été choisi et mis en spectacle par les Allemands afin de répondre à la sympathie grandissante des Français pour la résistance active, comme le démontrent la légende de l’affiche et son point d’interrogation : « Des Libérateurs ? », ainsi que le texte du tract (« Si des Français pillent, volent, sabotent et tuent, ce sont toujours des étrangers qui les commandent. Le banditisme n’est pas l’expression du patriotisme blessé ») et celui de la brochure L’Armée du crime (« Il y avait quelque chose d’inexplicable. Il fallait expliquer l’inexplicable. Alors ? Il fallait comprendre pourquoi et comment des jeunes gens de chez nous avaient été entraînés dans le maquis. Il fallait comprendre le point de jonction du patriotisme sincère, du patriotisme blessé et du banditisme en action. ») La propagande allemande produit cette argumentation pour désigner la criminalité cachée derrière ces apparences de patriotisme : « le banditisme juif. »

7Nous y voyons déjà deux thématiques qui resteront au centre des représentations du groupe, le rapport « étranger/français », et la jeunesse. Le motif « ces étrangers d’ici » traverse ces textes depuis Les Lettres françaises, qui saluent ces hommes « comme s’ils étaient des nôtres ».

8L’expression « ces étrangers d’ici » est d’Éluard, dans « Légion ». De même trouve-t-on dans le poème d’Aragon : « Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant […] qui criaient la France en s’abattant. » D’autres documents renforcent ce message : ils étaient des « Français de préférence » (Aragon), des hommes, des femmes et des familles qui avaient choisi la France. Ils avaient l’expérience d’une résistance armée, de combats antifascistes, de situations extrêmes. Et en France aussi. Au moins trois des vingt-trois avaient cherché à rejoindre la résistance active après la déportation de leur famille dans la rafle du Vél’ d’Hiv’ ou avant. Ce choix de la France nous place sur un terrain très familier dans la littérature de la Résistance : la France pays d’espoir, la France pays de liberté.

  • 19 Hélène Elek, La Mémoire d’Hélène, op. cit., p. 126-127.
  • 20 Guy Krivopissko [éd.], La Vie à en mourir : lettres de fusillés (1941-1944), introduction par Franç (...)
  • 21 Idem, p. 269.

9« La France n’est pas un pays comme les autres » : l’expression est de Vercors dans une nouvelle parue clandestinement en 1943, La Marche à l’étoile, où Thomas Muritz quitte l’Europe de l’Est et son antisémitisme, choquant pour la France et ses valeurs républicaines. Quant à Mélinée Manouchian, elle souligne l’importance pour Manouchian de la culture française. La famille Elek est venue en France pour assurer une éducation française à ses enfants19. Manouchian rédige sa dernière lettre à sa femme en français, et il signe Michel Manouchian, non pas Manouche ni Missak. Celestino Alfonso, qui figure sur l’Affiche, écrit : « Je ne suis qu’un soldat qui meurt pour la France20. » De même Joseph Epstein, chef des ftp-moi et arrêté avec Manouchian, termine sa dernière lettre : « Vive la France ! Vive la liberté21 ! »

  • 22 Phrase mise en exergue à L’Affiche rouge de Ph. Ganier Raymond, op. cit..

10Cette convergence du Français et de l’Étranger se retrouve aussi dans l’importance de la langue française. « Si j’ai le droit de dire, en français, aujourd’hui/ ma peine et mon espoir », écrit Éluard dans « Légion », « c’est que des étrangers comme on les nomme encore/ croyaient à la justice. » Aragon attire l’attention sur l’utilisation de leurs noms sur l’affiche (« parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles22 »), mais, note-t-il, les Français reconnaissent leurs soldats en y écrivant : « Morts pour la France ». Cassenti utilise beaucoup de comédiens étrangers dans son film, et pas de façon naturaliste : un comédien basque joue le rôle de Manouchian par exemple. C’est une internationale de militants parlant français avec des accents étrangers. Dans la première scène de L’Armée du crime, ils sont dans le panier à salade, et des voix off égrènent la litanie des noms étrangers, suivis chaque fois de « Mort pour la France ». Et avec les pseudonymes, les noms de guerre, les surnoms de la police qui donne à chacun un nom tiré de l’endroit où ils ont été repérés, ils ont aussi des identités françaises : Missak, c’est aussi Manouche, Michel, Georges. Ils sont ancrés dans la psychogéographie de Paris par leurs activités de résistants, et par leur vécu quotidien dans les quartiers des Arméniens, des Juifs.

  • 23 Emmanuel Lemieux consacre un livre au groupe d’étudiants résistants dont Zalkinov faisait partie : (...)

11La deuxième thématique, celle de l’enfance, s’est développée plus tard. Il faut reconnaître qu’il y avait parmi eux de nombreux jeunes, mais on ne penserait pas à comparer les hommes de l’affiche allemande à des enfants, ni ceux du poème d’Aragon non plus, où ils sont « noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants ». Une phrase tirée de la dernière lettre de Fernand Zalkinov, résistant jugé dans un autre procès et fusillé en 1942, est souvent citée, mise en exergue du livre L’Affiche rouge de Benoît Rayski (fils d’Adam Rayski, le responsable national de la moi) et de Missak : « Certes, nous sommes des enfants, les uns et les autres. Nous n’avons jamais prétendu être des héros, il ne faut pas trop nous en demander23. » Le Tombeau de Tommy, roman d’un tournage de film, s’ouvre sur la description d’une photo des enfants Elek, Tommy (10 ans), Marthe (6 ans) et Béla (4 ans). Et la jeunesse de Tommy, la beauté du jeune Tommy (de même pour Gabriel qui joue le rôle de Tommy dans le “film”) sont au centre du roman. L’enfance assume une fonction de générateur de narration.

12Missak commence avec la rencontre entre Louis Dragère et Willy Ronis, le photographe, qui vont chez une bande de jeunes. Dragère écrit un rapport sur la jeunesse pour L’Huma, mais une jeunesse pauvre, marginalisée et vivant dans les cités (pas du tout la jeunesse de Salut les copains). Un parallèle évident est établi avec les résistants étrangers par la camaraderie, les noms et surnoms, ce monde à part, et qui en plus va être photographié.

13La thématique de l’enfance explique peut-être aussi la place donnée à la famille et aux rapports familiaux. Ces résistants sont des fils, des maris, avec femmes, pères et mères. Dans Missak, le drame de la dénonciation et de l’absence se répercute dans la relation de Dragère et de sa propre mère Katia, militante communiste ; il contraste avec les problèmes de son amie Odette et de sa mère à elle qui est vieille et malade. L’Affiche rouge de Cassenti, dont l’action est située dans les années soixante-dix, met en scène des parents et des enfants du Groupe, et le contraste entre les survivants âgés et les jeunes comédiens qui jouent le rôle des Résistants accentue l’énergie et la vitalité de ces derniers. Le Tombeau de Tommy explore les liens très forts entre Tommy et sa mère surtout, mais aussi avec son père, trouvant un écho dans les rapports entre Gabriel et sa mère, entre Gabriel et le metteur en scène du “film”.

14Le manque d’expérience, l’insouciance et la vulnérabilité psychologique et émotionnelle deviennent donc de plus en plus marqués au fil des années dans ces textes, contribuant à une certaine dépolitisation, ou à une politisation autre, de ces résistants. À l’exception de L’Affiche rouge de Cassenti, l’histoire de l’entre-deux-guerres, de leur passé de combattants communistes dans l’Europe de l’Est et dans l’Espagne, tend à passer à l’arrière-plan.

15Il n’est pas étonnant que cette histoire reprise et réinvestie de texte en texte subisse une évolution au fil des années. Dans Le Roman inachevé et dans Missak, cette réinscription continue de l’Histoire prise dans des appareils discursifs complexes est elle-même thématisée.

16« Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes » a été « pré-publié » dans L’Humanité en 1955, au temps de la guerre froide, alors que le pcf essaye d’appliquer une politique de Front populaire et de rapprochement avec les socialistes. Dans un tel contexte, on voit bien l’intérêt politique de l’invocation de la résistance et de la guerre d’Espagne. Mais l’année suivante, Aragon place son poème dans un contexte idéologique fort différent.

  • 24 Voir Benoît Le Roux et al., Le Souvenir dans Le Roman inachevé d’Aragon, Ellipses, 1978 ; Suzanne R (...)

17Le Roman inachevé est un texte réflexif sur le moi, sur le déroulement d’une vie, et sur la poésie – une autofiction méta-poétique où la réflexion sur le langage, la composition et le processus d’écriture est inséparable de cette idée de bilan de vie d’un poète. Il déploie une grande variété de traditions poétiques, et la maîtrise, la virtuosité de la forme et des contraintes poétiques y sont remarquables. Le recueil est sorti en 1956, l’année du rapport de Khrouchtchev au xxe congrès sur Staline. L’on a parlé de littérature de contrebande à propos de ce texte, marqué par une mélancolie, un déchirement de l’être, un retour au passé où l’on peut décoder l’effondrement de l’idéal et la mise à mort de l’amour porté à la famille et au projet communistes24. Dans la première des trois parties que comporte le recueil, la narration autobiographique du passé, de la Première Guerre mondiale, est interrompue par une section, « Parenthèse 56 », où on a souvent lu l’expression d’une cassure et d’un désespoir. Dans la troisième partie, le poème « Strophes pour se souvenir » est placé entre deux sections : « Poésies pour tout oublier » et « La Nuit de Moscou » ; la première est remplie de négativité, de sentiments sarcastiques, d’une dénonciation du soi-disant progrès de l’humanité face à la société de consommation, les camps, Hiroshima ; « La Nuit de Moscou » met en scène un retour à Moscou et un deuil, codé, des rêves antérieurs.

18« Strophes pour se souvenir » serait donc une autre parenthèse, une « Parenthèse 55 », introduisant l’inauguration de la rue du Groupe-Manouchian et le souvenir d’un temps héroïque et noble comme une césure à l’intérieur d’un présent désespéré. Nous passons du sarcastique (« Vous diré ce que vous voudré/ il y a prograis et prograis », dernier vers des « Poésies pour tout oublier ») au « Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes », alexandrin d’une sobriété imposante – ce sont des mondes de langage totalement opposés. Y aurait-il des échos dans « Strophes » de ce non-dit du texte, ce désespoir devant l’effondrement d’une utopie communiste ?

Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l’orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela se passe vite onze ans.

19Ce dernier vers exprime le présent du poète, le lieu de l’énonciation douloureuse de la situation où il se trouve maintenant, mesurant l’écart qui semble écrasé par la différence. Le poème comprend aussi un écho de la chanson de Craonne, cette chanson de la révolte de 1917, et donc censurée, dans les vers consacrés à la lettre de Manouchian :

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent.

20Dans un recueil où la Première Guerre mondiale tient une si grande place, dans un poème de la mémoire volontaire (« pour se souvenir »), ce rappel d’une autre révolte forge une solidarité des condamnés et des sacrifiés. Nous sommes très loin de l’économie du poème dans les pages de L’Humanité, ou de ses vies culturelles à venir, chantées par Ferré et les autres.

  • 25 Antoinette Burton [éd.], Archive Stories : Facts, Fictions and the Writing of History, Duke Univers (...)

21Quant à Missak, on pourrait désigner ce roman comme récit d’archive, dans le sens que propose Antoinette Burton dans Archive Stories : des récits qui racontent comment les archives sont créées, exploitées et vécues par ceux qui écrivent l’Histoire25. C’est un roman qui dramatise la relation à l’archive, le travail d’archive, et nous aide à poser la question de la connaissance romanesque en Histoire, la question du savoir historique. Il ne s’agit pas d’un savoir transcendant, mais du savoir à l’intérieur d’une problématique de l’archive, le processus de l’inscription active dans l’archive. Le roman rénove les documents d’archive en même temps qu’il se constitue en document d’archive, qu’il s’archivise en quelque sorte. C’est cela que Missak nous permet de saisir.

  • 26 Le Con d’Irène, 1928.

22Louis Dragère est journaliste à L’Humanité. Jacques Duclos lui demande de faire un rapport sur la vie et la mort du Groupe Manouchian, pour aider Louis Aragon dans la composition du poème qu’il doit écrire pour l’inauguration de la rue. Nous sommes donc en 1955 et sur le terrain familier des romans de Daeninckx : une structure double où le présent de l’énoncé, l’année 1955, se conjugue avec le passé qui est à déterrer, celui des années de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation, structure encadrée par l’énonciation contemporaine. Il y a de nombreux clins d’œil au lecteur contemporain pour situer le présent de l’énoncé comme passé de l’énonciation – par exemple la référence à un « chanteur inconnu, Jacques Brel », ou au roman Histoire d’O qui ne dit rien à Dragère (mais nous savons pourquoi cela fait sourire Aragon, auteur encore anonyme, mais plus tard démasqué, d’une autre histoire érotique26).

23La structure de l’enquête est également typique des romans de Daeninckx, où le journaliste part à la recherche de la vérité, cherche à élucider un mystère. De même, nous retrouvons dans Missak un trope de la littérature policière, la marche dans Paris, pour que nous puissions vivre l’enquête dans l’espace en même temps que dans le temps. Mais Bildungsroman caractérise mieux la structure de ce roman, parce qu’il saisit l’évolution du personnage et le rôle structural du savoir. La découverte que Manoukian, membre du Groupe, de son vrai nom Apren Lavitian, était trotskyste, trouble Dragère profondément ; à la fin du récit, il a perdu des certitudes politiques.

24Pourquoi l’archive ? Dragère passe son temps à consulter les archives, celles de L’Humanité, mais aussi les archives privées que la sœur de Manouchian lui présente dans des cartons. Il rencontre beaucoup d’acteurs de l’histoire du Groupe, il prend des notes. Le soir il réécrit ces notes qui vont lui permettre de rédiger son rapport qu’on ira sans doute un jour consulter dans les archives. Par deux fois nous voyons des archives en puissance : le bureau d’Aragon, la « future » archive du poète mort, et le bureau du rédacteur en chef, débordant de livres, de papiers. Voici, dans les deux cas, du matériel destiné à finir en archive.

  • 27 La référence à « celui qui nous a trahis » a été supprimée.
  • 28 Arlette Farge, Le Goût de l’archive, Seuil, « Points », 1989, p. 13.

25Missak est aussi une interrogation sur l’authenticité, la véracité de l’archive. La lettre de Manouchian qu’on lui donne a été modifiée27. C’est donc là une mise en scène de la rencontre avec l’archive, c’est-à-dire de l’interprétation. Arlette Farge, parmi d’autres, l’a souligné : « L’archive n’écrit pas de pages d’histoire28. » Il n’y a pas de communication immanente aux documents d’archive, il faut un travail d’interprétation et de textualisation. On le voit déjà avec l’affiche : une textualisation des photos, une interprétation offerte dans la légende et rejetée, répétée dans Missak par une lettre envoyée d’Arménie qui a elle aussi une lecture double (non pas le message superficiel : « tout va bien ici », mais « tout va au plus mal », si on connaît le code). Il y a dramatisation de l’interprétation avec la figure du chercheur : Dragère patauge dans la confusion, sans pouvoir, pendant longtemps, organiser toutes ces pièces d’archives en une narration cohérente. Dramatisation encore, avec le thème de la crue de la Seine, du risque d’engloutissement, ou de la disparition menaçant toute archive.

  • 29 Michel Quint, Max, Perrin, 2008.
  • 30 Yannick Haenel, Jan Karski, Gallimard, 2009.
  • 31 Laurent Cohen, Sols, Actes Sud, 2010.

26Depuis le coup de tonnerre des Bienveillantes, roman qui avance sous le masque historiographique, le texte hybride où se conjuguent Histoire, mémoire et subjectivité vécue, devient un véhicule de choix pour aborder les questions toujours actuelles, et toujours renouvelées à la lumière de l’actualité, de la guerre, de l’Occupation et de la Résistance. Missak et Le Tombeau de Tommy s’inscrivent dans cette trajectoire avec bien d’autres romans récents comme Max29, Jan Karski30 ou Sols31, où les niveaux différents de l’opération de l’Histoire, et leur articulation avec la ou plutôt les mémoires, sont le moteur de l’intrigue. Comme l’avait su Aragon, dont le poème « Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes » reste un point de référence, comme le démontrent également L’Affiche rouge et Missak, la narration du passé demeure un roman inachevé.

Notes

1 Les Lettres françaises, n° 14, mars 1944, p. 2.

2 Voir : enseignants.larmeeducrime-lefilm.com [valide le 06/09/2013].

3 Voir : www.letombeaudetommy.net/Fresnes.html#7 [valide le 06/09/2013].

4 Didier Daeninckx, Missak, Perrin, 2009.

5 Alain Blottière, Le Tombeau de Tommy, Gallimard, 2009.

6 Robert Guédiguian, L’armée du crime, film sorti le 16 septembre 2009, durée de 139 mn.

7 Sylvain Boulouque et Stéphane Courtois, « “L’armée du crime” de Robert Guédiguian, ou la légende au mépris de l’histoire », Le Monde, 15 novembre 2009, p. 18.

8 Voir : www.groupemarat.com/pdf/marat-poemes_affiche_rouge.pdf [valide le 06/09/2013].

9 Le Roman inachevé, Gallimard, 1956, p.227-228.

10 Les Éditeurs français réunis, 1974.

11 Hélène Elek, La Mémoire d’Hélène, Maspero, 1977.

12 Ph. Ganier Raymond, L’Affiche rouge, Arthème Fayard, 1975 ; B. Rayski, L’Affiche Rouge 21 février 1944 : ils n’étaient que des enfants..., Le Félin, 2004. Voir aussi A. Rayski, L’Affiche rouge.pdf http://www.paris.fr/publications/publications/brochures-a-caractere-historique/p6444 [valide le 06/09/2013].

13 Et la liste n’est pas complète… Blottière écrit le scénario du film de Philippe Fréling (2010), On l’appelait Tommy.

14 Voir : enseignants.larmeeducrime-lefilm.com ; clioweb.free.fr/dossiers/39-45/afficherouge.htm ; www.dailymotion.com/video/x3imm9_hommage-a-manouchian_news ; l-afficherouge-manouchian.hautetfort.com/tag/pascal+convert ; wn.com/Hommage_au_groupe_Manouchian [url valides le 06/09/2013].

15 Voir : fr.feedbooks.com/interview/11/le-roman-est-un-chantier [valide le 06/09/2013].

16 Dominique Maingueneau, Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Armand Colin, 2004, p. 127.

17 Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le Sang de l’étranger : les immigrés de la moi dans la Résistance, Fayard, 1989.

18 Voir : armenologie.blogspot.com/2010/11/missak-manouchian-patriote-francais-ou_02.html [valide le 06/09/2013].

19 Hélène Elek, La Mémoire d’Hélène, op. cit., p. 126-127.

20 Guy Krivopissko [éd.], La Vie à en mourir : lettres de fusillés (1941-1944), introduction par François Marcot, Seuil, « Points Histoire », 2006, p. 253 [1re édition, Tallandier, 2003].

21 Idem, p. 269.

22 Phrase mise en exergue à L’Affiche rouge de Ph. Ganier Raymond, op. cit..

23 Emmanuel Lemieux consacre un livre au groupe d’étudiants résistants dont Zalkinov faisait partie : Tony, 1942 : un procès oublié sous l’Occupation, François Bourin, 2012. La lettre est reproduite dans Guy Krivopissko [éd.], La Vie à en mourir, op. cit., p. 125-129.

24 Voir Benoît Le Roux et al., Le Souvenir dans Le Roman inachevé d’Aragon, Ellipses, 1978 ; Suzanne Ravis (dir.), Aragon 1956, Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 5-8 septembre 1991, Publications de l’Université de Provence, 1992 ; Jane O’Reilly, « Le Groupe Manouchian et le manuscrit du « Roman inachevé » », Aragon lisant, Digraphe, automne-hiver 1997, n° 82/83, p. 106-125.

25 Antoinette Burton [éd.], Archive Stories : Facts, Fictions and the Writing of History, Duke University Press, 2005, p. 6 : « Narratives about how archives are created, drawn upon, and experienced by those who use them to write history. »

26 Le Con d’Irène, 1928.

27 La référence à « celui qui nous a trahis » a été supprimée.

28 Arlette Farge, Le Goût de l’archive, Seuil, « Points », 1989, p. 13.

29 Michel Quint, Max, Perrin, 2008.

30 Yannick Haenel, Jan Karski, Gallimard, 2009.

31 Laurent Cohen, Sols, Actes Sud, 2010.

Auteur

Université de Leeds (Royaume-Uni)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540