Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Ecritures de l'Histoire

La rhétorique d’HHhH

Entrer dans le virage avec Binet, Heydrich, Gabčík et Kubiš

Van Kelly

Texte intégral

  • 1 Laurent Binet, HHhH, Grasset, 2009. --– Désormais, les indications chiffrées entre parenthèses renv (...)
  • 2 « Binet » emploie l’expression « pacte de lecture » (67).
  • 3 Les sources de Binet sont éclectiques, mais son « entonnoir narratif » diffère peu de la version, b (...)

1Une tension fondamentale traverse le roman HHhH de Laurent Binet1. Devons-nous imaginer une des plus grandes actions de la Résistance européenne, soixante-dix ans après, comme si nous y étions, sur le mode de la communion et de l’envoûtement littéraires ? Ou, au contraire, écrire l’Opération Anthropoïde, « l’extraordinaire histoire de l’attentat organisé contre Heydrich le 27 mai 1942 par des parachutistes tchécoslovaques venus de Londres » (439), nécessite-t-il le recours « psychorigide » (253) au détail exact, au document vérifié ? Le narrateur anonyme, que j’appellerai « Binet » à cause de son aura autofictive, répond d’abord en adoptant un pacte d’historicité, qui consiste à ne mettre dans son « entonnoir narratif » (73) que les données qu’il a pu vérifier d’après ses procédés de documentation2. Le sujet même semble s’y prêter, tant il capte l’attention par les seuls faits historiques qui le constituent : « cette histoire dépassait en romanesque et en intensité les plus improbables fictions » (15). Il s’avère cependant plus facile de promulguer un tel pacte que d’observer strictement ses clauses : « Je ne peux pas raconter cette histoire telle qu’elle devrait l’être. Tout ce fatras de personnages […] avec leur vie, leurs actes et leurs pensées dont je frôle un pan infime… Je me cogne sans cesse contre ce mur de l’Histoire… » (243-244)3. Réparer les brèches dans le récit historique à l’aide de l’invention, de la vraisemblance, de la focalisation interne ou du monologue intérieur – procédés que de nombreuses versions littéraires et filmiques de l’Opération ont adoptés – serait « la preuve définitive que, décidément, la fiction ne respecte rien » (148). Les conversations entre les personnages d’HHhH illustrent ce dilemme, car « Il n’y a que trois cas où l’on peut restituer un dialogue en toute fidélité : à partir d’un document audio, vidéo ou sténographique » (33-34). Or les dialogues d’HHhH, « s’ils ne peuvent se fonder sur des sources précises, fiables, exactes au mot près, seront inventés », mais « il leur sera assigné, non une fonction d’hypotypose, mais plutôt, disons, au contraire, de parabole. Soit l’extrême exactitude, soit l’extrême exemplarité. » (34) Aux moments où le narrateur inventera des parties de son récit, il y inscrira une distance discrète et pédagogique (au moyen de la parabole et de l’exemple), plutôt que de se laisser absorber tout à fait par un simulacre de participation directe. Le lexique signale la présence d’un tiers exclu – la rhétorique de l’eulogie et de l’éloge, qui tend à déplacer la fiction comme mode de commémoration : « Combien de héros oubliés dorment dans le grand cimetière de l’Histoire… » (244) La tentation de vivre l’événement au gré de l’imagination, par l’hypotypose, ne se dissipe pas pour autant.

  • 4 Ch. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, 3e éd., Bru (...)

2Selon les rhétoriciens Perelman et Olbrechts-Tyteca, les « discours épidictiques ont pour but d’accroître l’intensité d’adhésion aux valeurs communes de l’auditoire et de l’orateur4. » L’argumentation judiciaire ou parlementaire cherche à « déterminer une action » (PO 69) de l’auditoire ; la rhétorique de « Binet », par contre, vise à « accroître l’intensité » d’une « communion » autour des valeurs antitotalitaires exemplifiées dans la mise à mort d’Heydrich, chef de la plupart des services de police et de sécurité allemands, Protecteur de Bohême-Moravie, organisateur de l’extermination des Juifs (PO 67). La brièveté des chapitres d’HHhH (à part le chapitre 222 qui raconte la fuite de Gabčík et Kubiš, et le chapitre 250, qui contient le récit de leur mort) favorise les procédés épidictiques : les exemples lapidaires du bien et du mal ; les preuves raccourcies, plausibles et quasi logiques ; et les effets de cooptation de l’auditoire, figures de « présence » et de « communion » (PO 232-241), proches de l’apostrophe et de l’anaphore, euphorisantes à première vue (mais l’empreinte de la parabole demeure).

L’exemplarité

  • 5 PO 492. Je suis redevable généralement à Perelman et Olbrechts-Tyteca, op. cit., pour leur analyse (...)

3Pour « Binet », l’histoire « est tout aussi vraie qu’elle est exceptionnelle. [Gabčík] et ses camarades sont, à [s]es yeux, les auteurs d’un des plus grands actes de résistance de l’histoire humaine, et sans conteste du plus haut fait de résistance de la Seconde Guerre mondiale » (10). Le discours d’exemplarité ne se limite pas aux deux héros, Gabčík et Kubiš. Heydrich est l’hyperbole du Mal, un « antimodèle5 ». Dans l’appareil national socialiste, il est « au centre de tout » (154), c’est « “l’homme le plus dangereux du Troisième Reich” » (155). Les formules brèves abondent dans son portrait : « cruel, totalement obéissant et d’une efficacité mortelle » (273). Prague n’est véritablement exemplaire que comme lieu de l’exécution d’Heydrich, « c’est le cœur du monde, l’hyper-centre de l’Europe, puisque c’est là […] que va se jouer l’une des plus grandes scènes de la tragédie de l’univers » (291).

Le virage, point oméga de l’argumentation

  • 6 PO 233-234. Perelman et Olbrechts-Tyteca, op. cit., classent la définition oratoire parmi les « fig (...)

4À l’imitation de Gabčík et Kubiš, « Binet » prend le virage de la rue Holešovice à Prague – où Heydrich subira l’assaut fatal – comme cible et point de focalisation de tout ce qui précède et la ligne de fuite pour les séquelles, jusqu’à la mort de Kubiš, Gabčík et leurs complices. La structuration avant, pendant et après le virage, est une disposition, au sens rhétorique du terme, elle saisit l’attention de l’auditoire et intensifie son adhésion à l’éloge de la résistance. « Binet » bâtit patiemment la portée logique du virage, différant incessamment la crise – le « morceau de bravoure » (79), l’attentat. La Première Partie du roman prend la forme d’une « définition oratoire6 » filée, répondant aux questions implicites qui est Heydrich ? et pourquoi l’Opération Anthropoïde ? Chacun des deux cent vingt-et-un chapitres ajoute des éléments au dossier d’inculpation, la conclusion tacite de l’énumération des griefs étant que les Alliés, la Résistance tchécoslovaque, Gabčík et Kubiš eurent raison d’assassiner Heydrich.

  • 7 Voir PO 334 sur la notion de « pesée ».

5La définition oratoire fonctionne comme une « argumentation par le sacrifice », que Perelman et Olbrechts-Tyteca situent parmi les « arguments quasi logiques » : « [d]ans l’argumentation par le sacrifice, celui-ci doit mesurer la valeur attribuée à ce pourquoi le sacrifice est consenti » (PO 335). « Binet » établit très tôt la valeur extraordinaire de l’Opération Anthropoïde. Frapper Heydrich montrera à Hitler que les Alliés peuvent atteindre son cercle intérieur. Donc, le sacrifice de Gabčík et Kubiš est digne d’éloge et de l’adhésion des lecteurs. Entre en ligne de compte la mort de leurs complices à Prague, et de toute la population du village de Lidice, victimes des représailles allemandes. La « pesée » du sacrifice est lourde, 5.000 morts, mais le poids stratégique de la mort d’Heydrich dans la guerre contre le Reich justifie l’hécatombe7. Enfin, l’énormité de la Shoah, dont Heydrich était un des principaux instigateurs, approfondit le sens des gestes de Gabčík et Kubiš, quoique sans doute à leur insu. Voici l’enthymème : déjà en Pologne les Einsatzgruppen ont « atteint un niveau d’efficacité impressionnant » (153). C’est la « plus diabolique création » d’Heydrich (152). Pour accorder à ces prémisses leur juste valeur, « Binet » condense à l’extrême, et ainsi intensifie, l’étendue indicible du génocide : « À partir de là, le travail des Einsatzgruppen, dont le compte rendu détaillé nécessiterait des milliers de pages, pourra se résumer par trois lettres terribles : etc. Jusqu’en urss, où là-bas, même l’infinie ouverture du et caetera ne suffira plus. » (153) À nous, témoins et juges rétrospectifs, de conclure : la peine de mort infligée à l’un des plus grands meurtriers de l’humanité donne une valeur immense à l’action des résistants tchécoslovaques.

6La séquence du virage de la rue d’Holešovice (chapitres 213 à 222) culmine et conclut la définition oratoire justifiant l’exécution d’Heydrich. Aux chapitres 218-219, Gabčík déclenche l’attentat, mais son arme s’enraye. Au chapitre 221, fin de la Première Partie, Kubiš lance sa bombe, et Binet énonce l’abrégé de sa logique erratique mais fonctionnaliste : « J’en suis exactement là où je voulais en venir. Un volcan d’adrénaline embrase le virage d’Holešovice. C’est le moment précis où la somme des micro-décisions individuelles, uniquement mues par les forces de l’instinct et de la peur, va permettre à l’Histoire de connaître l’un de ses soubresauts, ou de ses hoquets, les plus sonores. » (349) La bombe touche « la roue arrière droite » de la voiture (349). Le chapitre 222, de vingt-cinq pages, et dont la première phrase rapporte les effets de l’explosion, ouvre la Deuxième Partie du roman en brisant le précepte de brièveté que « Binet » s’était jusqu’alors imposé. Le chauffeur ne redémarre pas. Heydrich, « la pire créature jamais forgée par le feu brûlant des enfers, l’homme le plus féroce jamais sorti d’un utérus de femme » (355), mortellement blessé saura-t-on quelques jours plus tard, « titubant », ouvre le feu sur Gabčík et rate ses coups (355). L’élan d’une action synchronisée est dévié par des péripéties imprévisibles, mais la bombe de Kubiš achève l’Opération Anthropoïde, désormais totalité chanceuse, réussie, qui infligera une grande défaite aux puissances de l’axe. (Midway, Stalingrad, Alger suivront de près). Une disposition rhétorique rassemble les lecteurs autour d’une aire de communion, le virage d’Holešovice, où ils peuvent comprendre l’ensemble de la logique décisionnelle, admirer son accomplissement, et adhérer à ses conséquences.

7« Binet » ouvre dans ce secteur dominé par l’hypotypose, une poche de résistance où la parabole impose ses effets : là où Heydrich, son chauffeur, Gabčík et Kubiš se perdent dans l’émotion, le narrateur dissèque leurs actions, commente chaque erreur, maintient un équilibre entre un discours romanesque euphorisant, et un discours antinomique d’analyse et de refus de la fiction. Cet effort d’objectivation fait contraste avec le profil du virage avant les chapitres 221 et 222, où « Binet », de son propre aveu, accepte de « tricher » (330), et entre par effraction dans la mentalité des protagonistes : « Les pensées de Gabčík et Kubiš ne sont que courbes et lacets. Ils rêvent du virage idéal. » (317) « Binet » se place par anticipation dans une simulation du virage : « Car je me souviens, maintenant. Chaque jour, chaque heure, le souvenir se fait plus net. Dans ce virage, rue d’Holešovice, j’ai l’impression que j’attends depuis toujours. » (318) Quittant la France pour aller à Prague, il confond narration et diégèse : « Je dois être là-bas au moment où cela va se produire. » (328) « [B]ien trop corrompu par la littérature », il imagine « le vent qui fouette le visage des deux Allemands dans la voiture », son « imaginaire [...] se glisse silencieusement dans le sillage » de la Mercedes, il sent l’approche du virage, « alors même que tout [s]on être tend si intensément vers lui. » (329) Quand son absorption faiblit, il relance l’autohypnose : « Je me disperse. Je lis toutes ces choses qui m’éloignent du virage. » (340) ; « Mais concentré sur mon objectif, je ne me laisserai plus distraire, désormais. » (341)

8Dès la panne de la Sten de Gabčík, « Binet » rétablit sa distance sur la diégèse : « [...] je ne pourrais même pas trouver, dans ma petite vie, une circonstance qui m’aurait fait approcher d’un sentiment, même très dégradé, ressemblant à celui qui l’a envahi à cet instant. » (346) Le narrateur reprend sa critique, ironisant sur l’invraisemblance de l’Histoire : « Et tout le monde reste figé de stupeur pendant de très longs dixièmes de secondes. Gabčík, Heydrich, Klein, Kubiš. C’est tellement kitsch ! tellement western ! » (346)

L’hypno-énumération : l’agencement de notre communion

  • 8 Il y a d’autres moments hypno-énumératifs, que je ne peux pas inclure dans la présente analyse, par (...)

9Le sens d’une prise directe sur la mentalité des personnages subsiste, néanmoins. En témoignent trois pierres de touche d’un contre-édifice commémorant l’intense identification de « Binet » avec « l’esprit de la Résistance » (17) : les chapitres 217, 131, et le début du chapitre 222, que j’analyserai dans cet ordre pour des raisons pédagogiques. À l’œuvre dans ces moments euphoriques, quasi fictifs mais en fait rhétoriques, maillons essentiels de l’enchaînement narratif, se trouve une figure à l’aide de laquelle « Binet » peut vivre au plus près de ses personnages, sans se confondre avec leur pensée. Il s’agit d’un discours à mi-chemin de l’apostrophe et du monologue intérieur, prenant une forme anaphorique incantatoire, mais qui nous permet de revivre l’événement, non par des épisodes inventés, ni par des dialogues entre personnages, ni par leurs monologues intérieurs, mais aux côtés du narrateur, lui-même enchâssé dans la diégèse, comme témoin en abyme de faits et de gestes dûment vérifiés. Ces tournures de rhétorique, que je désignerai sous le terme d’« hypno-énumérations », mettent le narrateur, et avec lui les lecteurs, dans un état second, quasi hypnotique, entre action et rêve, et produisent un glissement affectif entre connaissance historique de l’assassinat et sentiment de participation dans ses moments essentiels8.

10Le chapitre 217, où Heydrich va vers le virage et sa rencontre fatidique avec Gabčík et Kubiš, hypnotise par son rythme de locomotive de l’Histoire :

  • 9 J’ai abrégé considérablement cette hypno-énumération, qui s’étend sur deux pages, tout en respectan (...)

Vous êtes fort, vous êtes puissant, vous êtes content de vous [...] vous êtes devenu « l’homme le plus dangereux du iiie Reich » […] Vous avez fait courber l’échine à tout un peuple […] vous avez gouverné, vous avez régné […] vous êtes submergé par un immense sentiment d’autosatisfaction […] Vous pensez […] aux Juifs qui vont mourir, à ce Reich immortel dont vous aurez posé les fondations les plus solides, enterré les racines les plus profondes. (343-3449)

  • 10 Sur l’énallage de personne, voir PO 238-241.
  • 11 Longin, Traité du sublime, cité dans PO 241.

11L’anaphore est brisée quand Heydrich glisse dans le piège : « Que fait-il cet imbécile / Il s’arrête au milieu de la route. / Pivote [...] » (344). Le pistolet-mitrailleur de Gabčík ne marche pas, mais les courtes phrases de « Binet » impactent vite leur cible, tracent en mots ponctuels le profil de l’ennemi dans son orgueil monstrueux et son point faible. L’éloge que cache cette scène est celui de l’imbécile qui, en dépit de son arme fautive, a mis en branle la machine qui terrassera Heydrich et fera trembler le iiie Reich. La forme que le narrateur déploie n’est tout à fait ni un monologue intérieur ni une apostrophe. Est-ce Heydrich qui se parle à travers ce « vous » ou est-ce « Binet », établi en porte-à-faux, qui lance une invective à la deuxième personne contre le monstre ? Dans le premier cas, Heydrich se parlant, nous devrions y voir une énallage de la personne10, un déplacement subreptice de la troisième personne descriptive (« Lui, Heydrich... ») vers la deuxième personne participative (« Vous », c’est-à-dire « moi-même, Heydrich ») qui est censée nous mettre, les auditeurs de la narration, comme dans l’intimité de la bête blonde. Ce serait alors un pseudo-discours direct, car l’effet de distanciation du « vous » communique une hypothèse : voici les propos pleins de morgue qu’exemplairement un tel personnage se tiendrait, juste avant sa chute (PO 241). Alternativement, le « vous » peut représenter, plutôt que la voix d’Heydrich, celle du narrateur s’infiltrant dans la scène du virage comme un témoin hostile au Reichsprotektor, et l’énallage de la personne serait plus subtile, puisqu’il serait question du « je » hétérodiégétique de « Binet » se transformant en un « je » narratif homodiégétique, et s’adressant directement à Heydrich par le truchement du « vous » : « Binet » deviendrait dans ce cas un personnage croyant « se voir lui-même au milieu de l’action11 ». L’hypno-énumération est une gestalt, sa forme provoque deux perceptions distinctes du récit. Le « vous » hypno-énumératif, selon notre perception oscillante du virage, représente la perspective d’Heydrich que le lecteur idéal ne saurait approuver, ou nous fait partager la visée des résistants et communier à leur ardeur. Cette alternance, tout en donnant l’impression de nous rapprocher des personnages, nous oblige à analyser quel est notre angle de vision sur la scène, bloquant ainsi notre fusion radicale avec la vie intérieure des acteurs du drame. La parabole prime sur l’hypotypose sans abolir tout à fait l’ombre que cette dernière projette sur le virage. Ce « vous », ni « il » ni « je », nous garde une place légèrement extérieure à Heydrich et ses attaquants, mais dans l’action néanmoins, en compagnie du narrateur.

12Le chapitre 131, qui donne voix à Gabčík ou Kubiš, consolide l’équivalence que « Binet » veut établir entre l’esprit de la Résistance et le sens de l’Histoire :

  • 12 Ma citation de cette hypno-énumération est très abrégée.

Vous êtes tchèque ou slovaque […] vous décidez de quitter votre pays pour rejoindre ailleurs des compatriotes qui résistent à l’envahisseur […] Vous rejoignez les forces spéciales et vous entraînez dans des châteaux nommés House, Manor ou Villa […] Vous continuez à vous entraîner en vue de la plus grande mission qu’un pays ait jamais confiée à deux hommes seuls. Vous croyez en la justice et vous croyez en la vengeance […] Vous devenez quelque chose qui grandit en vous et progressivement commence à vous dépasser mais vous restez tellement vous-même […] Vous êtes Jozef Gabčík ou Jan Kubiš, et vous allez entrer dans l’Histoire. (216-21812)

13Nous retrouvons le même usage de l’énallage de la personne (« Lui, Gabčík et/ou Kubiš...» devient « Vous....») qui a permis au narrateur d’aborder de plus près l’orgueil d’Heydrich. L’énumération des données de l’entraînement de Gabčík et Kubiš objectivise cette description de leur adhésion croissante à la mission ; mais l’énallage nous rapproche de leur conscience, et tente de nous imaginer au diapason de leurs pensées et de leur morale. Les procédés de la rhétorique épidictique dominent, la répétition mémorable de l’anaphore, rythmique, phatique ; le recours aux superlatifs (« la plus grande mission »), aux grands concepts éthiques (courage, sacrifice, justice) ; et l’exemplarité de l’Opération Anthropoïde, érigée en porte monumentale de l’Histoire. Plus subtilement, l’hypno-énumération aide « Binet » à se glisser, avec sympathie cette fois-ci, entre documentation et invention, discours objectivé et focalisation interne.

14Le chapitre 222 étend la portée de la geste de Gabčík et de Kubiš à la totalité de la Seconde Guerre mondiale. L’hypo-énumération assume la forme d’une prise de vue omnisciente, pareille à un montage d’actualités, de la situation européenne à l’instant où l’explosion souffle la tunique d’Heydrich :

  • 13 Je cite l’hypno-énumération en forme abrégée.

Hitler dort encore. Beneš feuillette nerveusement les rapports de Moravec. Churchill en est déjà à son deuxième whisky […] Roosevelt envoie des aviateurs américains en Angleterre pour aider les pilotes de la raf [….] De Gaulle se bat pour légitimer la France Libre auprès des alliés. L’armée de von Manstein fait le siège de Sébastopol. L’Afrika Korps a commencé l’attaque de Bir Hakeim depuis hier. Bousquet planifie la rafle du Vel’ d’Hiv’. En Belgique, les Juifs sont obligés de porter l’étoile jaune à partir d’aujourd’hui […] La veste de ss vient délicatement se poser sur les fils électriques du tram… (354-35513)

15L’anaphore est absente de cet album séquentiel, rythmé, des poses de Hitler, Beneš, Churchill, Roosevelt, De Gaulle, Von Manstein, Rommel, au commencement de la fin pour le iiie Reich ; et quoique notre absorption quasi hypnotique dans l’accomplissement de l’Opération Anthropoïde demeure entière, une parabole s’y attache subrepticement, moyennant la leçon que nous sommes censés tirer de ce cortège de l’Histoire : à égalité avec les chefs alliés, Gabčík et Kubiš bouleverseront l’ennemi et infléchiront le cours de la guerre. Les hypno-énumérations, avec ou sans anaphore, comblent le désir de reconstituer l’acte dans l’électricité de son déroulement, sans confondre notre perspective entièrement avec celle d’Heydrich, de Gabčík ou de Kubiš.

Gabčík et Kubiš : fictions ou modèles ?

16En racontant les heures finales des deux résistants, « Binet » refoule, semble-t-il pour la dernière fois, la compulsion d’entrer dans la pensée de son protagoniste favori : « Je ne suis pas Gabčík et je ne le serai jamais. Je résiste in extrémis à la tentation du monologue intérieur […] » (413). Mais le désir de s’adonner à la fiction réapparaît au dernier chapitre, où le narrateur s’imagine là, « moi aussi, peut-être, aux côtés de, dans un paquebot qui glisse sur la Baltique », fuyant la défaite militaire de la Tchécoslovaquie en 1939, avant leur recrutement pour l’Opération Anthropoïde. Cette chute ultime dans la fiction est une parodie du roman qu’HHhH aurait pu être, si « Binet » avait suivi la voie moins respectueuse du document, de l’archive et de l’Histoire, que ses précurseurs avaient empruntée dans leurs représentations de l’événement. Demeure l’esprit d’éloge et de communion qui anime constamment HHhH, et sa version épidictique du virage d’Holešovice.

17Selon « Binet » même, son récit peut favoriser une construction intimiste de soi : « Ceux qui sont morts sont morts, et il leur est bien égal qu’on leur rende hommage […] La mémoire n’est d’aucune utilité à ceux qu’elle honore, mais elle sert celui qui s’en sert. Avec elle je me construis, et avec elle je me console. » (244) Mais son usage de l’Histoire ne se limite pas à une consolation solitaire. Le narrateur s’efforce aussi de réunir une communauté de lecteurs à même d’épouser les valeurs méritoires que les actions de Gabčík et Kubiš illustrent, et de peser avec justesse la force pathétique mais rayonnante de l’Opération Anthropoïde, mesurée à la double aune de l’historicité et de notre passion contemporaine. La puissance d’envoûtement et d’élan dont Laurent Binet a imprégné son ouvrage, au moyen de l’exemplarité, de la parabole et de l’hypno-énumération, crée les conditions propices à la réception de son discours. Le passé n’est rarement que du passé : « Un homme, un milieu, une époque seront caractérisés par les modèles qu’ils se proposent et la manière dont ils les conçoivent. » (PO 489) HHhH, ce roman paradoxal, décontenance au premier abord ses lecteurs par une oscillation entre la documentation, l’autofiction, les dialogues inventés et la critique de la littérature comme fabulation. Mais à y regarder de plus près, « Binet », romancier et/ou rhéteur, fixe notre attention sur des exemples de probité, de sacrifice, de combat et de résistance qui ne doivent pas rester sans héritier, au-delà de leur moment historique.

Notes

1 Laurent Binet, HHhH, Grasset, 2009. --– Désormais, les indications chiffrées entre parenthèses renvoient à cette édition.

2 « Binet » emploie l’expression « pacte de lecture » (67).

3 Les sources de Binet sont éclectiques, mais son « entonnoir narratif » diffère peu de la version, bien documentée, que propose C. A. MacDonald, The Killing of SS Obergruppenfuhrer Reinhard Heydrich, New York, Free Press, 1989.

4 Ch. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, 3e éd., Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1970, p. 69. Dans l’analyse de la rhétorique à l’œuvre dans HHhH, je suivrai la taxinomie élaborée par ces deux chercheurs ; la référence chiffrée abrégée sera précédée de PO.

5 PO 492. Je suis redevable généralement à Perelman et Olbrechts-Tyteca, op. cit., pour leur analyse de l’exemplarité, de l’illustration, et du modèle (p. 471-499).

6 PO 233-234. Perelman et Olbrechts-Tyteca, op. cit., classent la définition oratoire parmi les « figures de choix ». C’est une série d’« épithète[s] » et de « qualification[s] » énonçant une définition qui justifie une conclusion tacite.

7 Voir PO 334 sur la notion de « pesée ».

8 Il y a d’autres moments hypno-énumératifs, que je ne peux pas inclure dans la présente analyse, particulièrement le chapitre 6, où « Binet » visite l’église Saints-Cyril-et-Méthode et fait un catalogue verbal des articles figurant dans une exposition consacrée à l’Opération Anthropoïde, passant en revue, dans une espèce d’accélération ou de condensation onirique, l’ensemble de l’Histoire. L’enthousiasme que ce simulacre muséifié de l’événement soulève n’est pas sans rapport avec la critique du roman que le narrateur poursuit avec acharnement.

9 J’ai abrégé considérablement cette hypno-énumération, qui s’étend sur deux pages, tout en respectant sa structuration foncièrement anaphorique.

10 Sur l’énallage de personne, voir PO 238-241.

11 Longin, Traité du sublime, cité dans PO 241.

12 Ma citation de cette hypno-énumération est très abrégée.

13 Je cite l’hypno-énumération en forme abrégée.

Auteur

Université du Kansas (États-Unis)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540