Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Ecritures de l'Histoire

« Ceci n’est pas un roman »

HHhH de Laurent Binet, en deçà ou au delà de la fiction ?

Peter Tame

Texte intégral

  • 1 Voir Michael Rothberg, Debarati Sanyal et Max Silverman, « Note des éditeurs », dans Nœuds de mémoi (...)
  • 2 Sylvie Servoise, Le Roman face à l’histoire  : la littérature engagée en France et en Italie dans l (...)

1Les romans français écrits au début du xxie siècle sur la Seconde Guerre mondiale montrent de plus en plus une tendance à la transculturalisation et à l’internationalisation des sources et des textes utilisés1. Les Bienveillantes (Gallimard, 2006) de Jonathan Littell a démarré (ou redémarré) un processus d’autoréflexion historiographique chez les romanciers français qui continua avec Le Rapport de Brodeck (Stock, 2007) de Philippe Claudel, Jan Karski (Gallimard, 2009) de Yannick Haenel, L’Origine de la violence (Le Passage, 2009) de Fabrice Humbert, et HHhH (Grasset, 2009) de Laurent Binet. Ce processus se distingue souvent par « un souci “pédagogique” » dans l’approche ainsi que par l’emploi de la première personne au singulier (le « je ») du récit2. Bien que ces tendances didactique et égocentrique des auteurs n’excluent pas la qualification de leurs œuvres en tant que romans, elles ont parfois tendance à les distancier du genre. Cet article examinera les effets de cette distanciation dans HHhH de Laurent Binet, un des meilleurs exemples de ce phénomène.

2Il est vrai que d’autres romans antérieurs aux Bienveillantes avaient eux aussi présenté des narrateurs impliqués dans un processus d’autoréflexion et d’appropriation de l’histoire qu’ils racontaient  : Dora Bruder (Gallimard, 1997) de Patrick Modiano et Berg et Beck (Gallimard, 1999) de Robert Bober, par exemple. C’était d’ailleurs un procédé « standard » adopté par les « Nouveaux Romanciers » dès les années 1950. Mais la part de questionnements fondamentaux au sujet des genres – roman, autobiographie, autofiction ou essai historique – chez ces romanciers restait toujours moins importante que chez Binet. Au sein de son ouvrage, celui-ci met en question le genre même dans lequel il écrit et raconte son histoire. En outre, il mélange les genres – le romanesque, l’autobiographique, le biographique, le récit historique – dans un pot-pourri déconcertant pour le lecteur.

  • 3 E. M. Forster, Aspects of the Novel, London, Penguin Books, 1982, p. 25.
  • 4 Cf. André Malraux, L’Homme précaire et la littérature, Gallimard, 1977, p. 103 et 185.

3Qu’est-ce donc qu’un roman ? Les définitions varient, mais il s’agit normalement d’une œuvre en prose avec une intrigue et des personnages fictifs. Le romancier anglais, E. M. Forster, emprunte la définition à un certain Abel Chevalley, critique français, qui écrit qu’un roman est « une fiction en prose d’une certaine étendue3 ». Puisque c’est une « fiction », il est clair que la part de l’imagination, de l’imaginaire et d’inventivité créatrice devrait y être importante. Sans doute impossible à quantifier précisément, cette part ne devrait pourtant pas se laisser dominer par le réalisme historique ou autre, les partis pris de l’auteur, la propagande, et la polémique. À ces critères assez rudimentaires, il faudrait ajouter la nécessaire présence d’une création réussie et convaincante d’un monde fictionnel4.

4De quoi s’agit-il dans HHhH ? Un Tchèque, Jan Kubiš, et un Slovaque, Jozef Gabčík, sont choisis par le soe (Special Operations Executive) basé à Londres pour une opération en Tchécoslovaquie qui consiste à assassiner Reinhard Heydrich, Protecteur de Bohême-Moravie, à Prague. Le territoire de Bohême-Moravie est occupé par les Allemands depuis mars 1939, et Heydrich est le numéro trois du Troisième Reich. Le nom code de ce projet d’assassinat est « Opération Anthropoïde ». Elle réussit le 27 mai 1942, mais les assassins se trouvent à la fin assiégés dans une église à Prague où, après une vive résistance, ils se suicident.

5La première page du livre fourmille de questions sur la forme, de spéculations et, ensuite, de digressions sur le genre du roman. Le narrateur nous donne le choix simple entre Histoire et spéculation : pour lui, il ne peut y avoir une troisième voie, celle qu’empruntent la plupart des romanciers, celle de l’invention et de l’imaginaire, car il s’en sépare délibérément dès le début. C’est comme s’il nous annonçait déjà que ceci n’est pas un roman. La question de l’apparence ou de l’être et du paraître mise à part – le livre est classé comme roman dans les paratextes –, le lecteur/la lectrice se sent pris(e) dans une grande supercherie. Il y a surtout une gêne évidente de la part du romancier face au genre romanesque : s’il y trouve tant de défauts (vulgarité des personnages, honte du romancier à inventer de tels personnages, « puéril souci d’effet de réel », etc.), pourquoi proteste-t-il tant ? Pourquoi se mettre à critiquer le genre au sein du genre même alors qu’il n’avait qu’à en choisir un autre si celui-ci ne lui plaît pas ou ne fait pas son affaire ? La vérité est que Binet se trouve parfaitement à l’aise dans le roman et pourtant se comporte comme un iconoclaste hypocrite. Cependant, son hypocrisie n’est pas révélatrice ou heuristique comme dans Les Bienveillantes, où le narrateur nous expose notre attitude hypocrite à nous lecteurs, potentiels complices dans le Mal. Le lecteur ne se sent donc pas concerné de la même façon par la mise en accusation du roman par Binet. Celui-ci n’arrive malheureusement pas ainsi à retenir l’intérêt du lecteur au début du récit.

  • 5 Laurent Binet, HHhH, Grasset, 2009, p. 15. – Dorénavant abrégé en H.

6Ce que Binet appelle la « réalité historique » dépasse, selon lui, « en romanesque et en intensité les plus improbables fictions5 ». Cette banalité ne nous apporte rien de neuf. Et puis, est-ce que les multiples hypothèses émises par Binet sur tant d’événements n’iraient pas à l’encontre de son projet de faire en sorte que « derrière l’épaisse couche réfléchissante d’idéalisation » qu’il applique « à cette histoire fabuleuse, le miroir sans tain de la réalité historique se laissera encore traverser » ? (10) Son raisonnement semble ici brouillé. Il maintient cette attitude ironique et autocritique en indiquant les passages fictifs, inventés, qu’il distingue de ceux qui sont plutôt historiques. Il prétend avoir honte de « faire de la fiction », jouant ainsi sur les attentes du lecteur.

7Binet laisse entendre que son livre n’est pas un roman en nous confiant que, s’il l’était, il n’aurait pas introduit bien des personnages qu’il trouve encombrants, comme, par exemple, le guetteur pour l’assassinat, Valčík. C’est l’Histoire (avec un grand « H »), selon lui, qui le contraint à faire de telles précisions. Mais le nombre de précisions, souvent peu ou pas nécessaires, rend l’intrigue assez floue et désorientante. Ainsi le lecteur/la lectrice risque-t-il/elle de se noyer dans une confusion de noms propres, de participants plus ou moins importants, et d’apartés narratologiques qui vont de footballeurs aux vedettes du cinéma.

8Tout au long de son récit, le narrateur joue un double jeu, en conspuant « les romans réalistes », jamais définis d’ailleurs, mais cherchant constamment « l’effet de réel » (53). Cette mauvaise foi est souvent gratuite et irritante à la longue, tout comme sa tendance à jouer au narrateur omniscient (144). Binet est pourtant clair lorsqu’il constate :

Mon histoire est trouée comme un roman, mais dans un roman ordinaire, c’est le romancier qui décide de l’emplacement des trous, droit qui m’est refusé parce que je suis l’esclave de mes scrupules. (H 396)

  • 6 Laurent Binet, « Le Merveilleux Réel », Le Débat, n° 165, 2011, p. 80-85.

9Peut-être veut-il laisser entendre ici que HHhH n’est pas « un roman ordinaire ». En tout cas, le lecteur/la lectrice tire la conclusion que Binet est un peu trop l’esclave de ses scrupules historiographiques, exprimés ailleurs dans un article de 2011 intitulé « Le Merveilleux Réel6 ».

10Binet emprisonne ainsi son récit en le campant nettement dans l’Histoire. Il refuse donc à son récit la liberté qui est une des caractéristiques les plus significatives du roman en tant que genre. Il est vrai qu’il s’est donné la liberté de l’intertextualité, c’est-à-dire la licence de s’appliquer sur toutes sortes de médias, dont l’Internet, documents et monuments historiques, films, romans, essais, lettres, mémoires, rapports, anecdotes, discours, biographies, affiches, photos, fresques, échantillons de musée, témoignages, et même les rumeurs, en somme tout le bric-à-brac médiatique et mémoriel du xxie siècle. Il en résulte, cependant, un excès d’information gratuite (57).

11Le narrateur de Binet est volubile, voire intarissable, sur ses sources. Peut-être est-ce un des éléments qui ont irrité certains critiques du livre. Cette riche et foisonnante documentation est moins bien gérée que celle dans laquelle puise Littell pour Les Bienveillantes. Il y a une gratuité dans son choix de médias dont il nous assène des fragments. Heureusement, cependant, il nous confie qu’après avoir fait bien des recherches, il sentait que sa « soif de documentation » devenait « quelque peu mortifère », constat réaliste avec lequel la plupart des spécialistes de la Seconde Guerre mondiale se mettraient sans doute d’accord mais qui n’ajoute rien à notre connaissance ni à notre compréhension de cette période (28).

  • 7 Georges Jean, Le Roman, Seuil, 1971, p. 111-112.

12Comme dans le Nouveau Roman, il y a dans HHhH des répétitions aporétiques telles « peut-être » et « je doute que ». Lorsque le narrateur spécule sur la cérémonie d’investiture de Heydrich comme Protecteur à Prague et, surtout, sur des interprétations subjectives d’une photographie de la cérémonie, le texte fourmille de « je pense que », « je ne crois pas que… », « je me demande si »…, etc. (219-220), qui finissent par agacer le lecteur/la lectrice. Nous ne sommes plus dans « l’épaisseur “aléatoire” de l’événement », selon le mot de Georges Jean qui parle de Guerre et Paix de Tolstoï, mais dans un labyrinthe d’hypothèses et d’hésitations de la part de l’auteur où ce qui importe le plus semble être justement ses hésitations7. À un moment donné du récit, il feint d’avoir oublié de couper une scène, avouant que la scène, « pratiquement inventée », n’est pas forcément utile et qu’il craint « d’ajouter à la confusion de [s]on récit » (287-288). Sur les deux plans, le lecteur ou la lectrice lui donnera sans doute raison. Le problème, comme il l’avoue lui-même, c’est qu’il « préfère rapporter un détail inutile plutôt que de prendre le risque de passer à côté d’un détail essentiel » (292). Cette approche a comme résultat que le lecteur ou la lectrice risque de ne pas pouvoir distinguer l’essentiel parmi tous les détails inutiles.

  • 8 Édouard Husson et Michel Terestchenko, Les Complaisantes  : Jonathan Littell et l’écriture du mal, (...)

13La liberté « presque illimitée » que le roman confère au raconteur est, selon le narrateur, « un des grands avantages du genre » (186). Cependant, cette liberté mal assumée et plus ou moins gratuite nous mène à travers maintes péripéties narratives avant de nous faire parvenir à l’initiative du projet d’assassinat de Heydrich à la page 206 de HHhH. Les deux cents premières pages concernent donc des préliminaires historiques, des remarques plus ou moins autobiographiques et des éléments biographiques sur la cible de l’attentat prévu. Et tout d’un coup, le narrateur est sûr de ses données historiques, citant Édouard Husson, « universitaire réputé », comme s’il déclarait ouvertement son penchant pour le côté « Histoire » de son récit plutôt que pour son côté fictif (241). Car Husson est l’historien qui s’est distingué en voyant dans Les Bienveillantes « un gigantesque canular » et en exigeant que des critères spécifiques aux historiens soient appliqués dans l’évaluation du roman historique, « réputé » lui aussi, de Jonathan Littell8. C’est une référence significative car, aux dépens du romanesque, elle confirme le biais historiographique du livre de Binet.

14Pour Binet, la vérité historique est plus importante que la vérité fictionnelle (324). La véracité compte pour lui plus que les mythes et les légendes dont émane un autre type de vérité. Cette rigidité de son approche historiographique va à l’encontre de l’esprit du roman. D’ailleurs, l’auteur se crée ainsi des ennuis car, avec sa prétention à la véracité, on s’attend à une précision d’historien sur tous les faits et les événements mentionnés dans le livre, de sorte que des erreurs linguistiques revêtent une importance disproportionnée. Il a beau déclarer ce qu’il appelle son « faible niveau d’allemand », des erreurs grossières comme « Reichprotektor » pour désigner Heydrich, la victime principale du livre, ou « Ordnungpolizei », ou encore « Schweinehund » choquent quand même (154, 359, 361).

15Un des problèmes – ou peut-être est-ce un inconvénient – de l’approche de Binet, c’est l’importance accordée aux interrogations du narrateur, à la première personne du singulier. Littell avait déjà créé un personnage-narrateur obsessif et obsessionnel racontant lui aussi son histoire à la première personne du singulier. Max Aue, ce narrateur de psychologie complexe qui sombre constamment dans un monde d’illusions fantasmagoriques, fascine le lecteur/la lectrice, alors que celui de Binet, plus neutre et fade, risque de l’ennuyer avec ses tergiversations, ses spéculations et ses délibérations qui tournent principalement autour de faits historiques.

16Un autre problème, c’est que Binet tente de surenchérir sur Littell. Il se donne alors une tâche difficile, voire impossible étant donné le talent indiscutable du romancier des Bienveillantes. À trois reprises, il cite ce roman, une première fois pour apprécier sa qualité d’écriture, une seconde pour se demander comment Littell peut savoir tout ce qu’il sait – il se pose la même question à lui-même d’ailleurs – et une troisième fois, où il qualifie Les Bienveillantes de « Houellebecq chez les nazis », recommandation plus que douteuse qui soulignerait sans doute ainsi la postmodernité du roman de Littell (307, 309, 327).

17Afin de pallier le manque d’intérêt éventuel du narrateur, Binet présente « la bête blonde » (passim), Heydrich, qui joue dans HHhH un rôle similaire à celui d’Aue dans Les Bienveillantes. C’est évidemment la vie de Heydrich qui intéresse le lecteur (et l’auteur) plutôt que la vie du narrateur anonyme. La différence capitale entre les deux romans, c’est que le narrateur des Bienveillantes est censé avoir participé à l’Histoire et veut y entraîner le lecteur alors que celui de HHhH s’en distancie. Si Binet essaie de créer ainsi un Verfremdungseffekt à la Brecht à des fins didactiques, la « leçon » passe mal. Ce qui manque dans HHhH, c’est une unité esthétique de prises de vue : la fragmentation des registres et des sections a tendance à déstabiliser et à désorienter le lecteur, à le défamiliariser (Chlovski) sans aller au-delà de l’histoire ou de la polémique.

  • 9 Shakespeare lui-même le fait d’ailleurs par la bouche des ennemis de Richard, notamment par Margare (...)

18Les partis pris du narrateur anonyme – et ses références à sa vie personnelle – dérangent et déconcertent, n’ajoutant rien au récit. Au contraire, celui-ci se détourne souvent de l’histoire en faisant de la polémique personnalisée et subjective. Même les récits historiques sont noyautés par la polémique – abruptement, Hitler devient « l’ogre hitlérien » (130, 216). Frank, général ss et secrétaire général du Protectorat de Bohême-Moravie, devient l’« immonde Karl Hermann Frank », accompagné de « son infâme ministre collabo » (282), appellations assez banales qui n’appartiennent guère au genre romanesque, encore moins au récit d’Histoire mais plutôt au registre de la polémique. Binet ne daigne jamais d’ailleurs expliquer pourquoi ces personnages sont « immondes » ou « infâmes », comme si ces épithètes étaient naturelles. En comparant celui qu’il appelle « le monstre Heydrich » aux représentations filmiques du personnage historique, Binet constate (sans documents à l’appui cette fois) qu’il « était un porc maléfique et sans pitié, mais ce n’était pas Richard III » (383), comme s’il s’agissait de la réalité du personnage. La signification de ce constat est problématique, mais surtout, logiquement, on pourrait justement qualifier le Richard III de Shakespeare de « porc maléfique et sans pitié9 ».

19La polémique de Binet et de son narrateur continue avec une digression sur René Bousquet, chef de la police française sous le régime de Vichy, dont l’histoire n’a que peu de rapports avec celle de l’assassinat de Heydrich. Selon Binet, ou son narrateur, celui qui a assassiné Bousquet en 1993 serait un « crétin », une « monstrueuse, stupide excroissance warholienne », « un fossoyeur de la vérité ». Dérapant, le narrateur se déchaîne en se disant « submergé de haine » (324) en contemplant ce personnage. Sortant de ce genre de tirades, le lecteur/la lectrice aurait raison de conclure que Binet s’efforce de rivaliser avec Robert Brasillach et Louis-Ferdinand Céline, polémistes attitrés, sur le plan de l’affectivité narratologique.

20Les aspects réussis de HHhH – car il y en a – relèvent souvent de son sens poignant des lieux : le virage et le carrefour de l’attentat, par exemple, semblent aimanter les participants de l’action au point que les assassins de Heydrich abattu finissent par tourner autour de ce lieu du crime pendant quelque temps, sans s’en apercevoir. De même pour les dernières scènes du livre – peut-être les plus passionnantes – qui cristallisent autour de l’église de Prague, lieu du dernier combat des protagonistes. Cette scène, qui porte le numéro 250, fait une vingtaine de pages ; elle est sans doute la plus longue du livre, et donne l’impression de changer de registre – et de vitesse – pour raconter la bataille héroïque dans laquelle le petit groupe de résistants et les deux assassins de Heydrich vendent cher leur peau aux forces allemandes venues les prendre d’assaut.

21Dès le début du livre, qui campe bien un des protagonistes, Gabčík – couché dans un appartement obscur à Prague à l’écoute du tramway –, le narrateur montre donc une franchise désarmante à exposer les « ficelles » dont il se servira, ainsi que ses intentions, même si elles s’avèrent un peu confuses par la suite :

[…] j’ai dit que je ne voulais pas faire un manuel d’histoire. Cette histoire-là, j’en fais une affaire personnelle. C’est pourquoi mes visions se mélangent quelquefois aux faits avérés. Voilà, c’est comme ça. (146)

22Par ailleurs, la documentation dont Binet dispose est impressionnante. L’inconsistance avec laquelle il attribue ses sources l’est moins. On se demande alors souvent d’où viennent les détails minutieux sur les personnages, les événements et les lieux. Il en résulte que HHhH n’est en effet pas un manuel d’Histoire, mais qu’il n’est pas tout à fait un roman non plus. C’est une œuvre plutôt entre les deux.

23Plus que Les Bienveillantes, HHhH pourrait être considéré comme une vaste supercherie littéraire. Binet reste constamment ambigu dans ses propos sur le genre de son ouvrage. S’il fallait absolument qualifier HHhH de roman, on pourrait dire qu’il s’agit d’un nouveau « nouveau roman » au service de l’Histoire. Tout aussi bien qu’un acronyme, le titre HHhH pourrait bien signifier « histoire » à la puissance quatre, comme pour une formule mathématique. Nous proposons cette « hypothèse », pour utiliser un mot cher à Binet : il n’est pas allé suffisamment loin sur le terrain du roman, restant en-deçà de la fiction, c’est-à-dire du côté de l’Histoire, et faisant un « infra roman », selon son propre terme (327).

24Du point de vue de la plupart des lecteurs/lectrices, la seule vraie raison pour l’intérêt de ce livre serait sans doute le Mal que représente Heydrich. Comme c’est le cas pour Aue, le méchant héros des Bienveillantes, c’est « le bourreau de Prague », l’inventeur de la Solution finale, qui fascine le lecteur/la lectrice. Mais alors que l’intradiégétique Aue nous semble proche – il emploie toutes sortes de techniques pour se rapprocher de nous –, le personnage principal de HHhH, Heydrich, reste un être humain (ou inhumain) très éloigné. Quant aux autres personnages, ou personnalités, selon le lexique changeant de Binet, ils sont tout aussi distants et fades. Les deux héros-assassins de la Résistance tchèque qui, si HHhH était un roman, devraient nous occuper, n’arrivent à engager ni sympathie ni empathie. Reste le narrateur dont la vie personnelle et les jugements sur l’histoire (et l’Histoire) ne sauraient intéresser beaucoup. Sa vie personnelle est banale, certainement plus « banale » encore que le mal que fit Heydrich ; ses commentaires métatextuels sur son récit également banals, et ses analyses historiques sont partisanes.

25Est-ce donc « un combat perdu d’avance » (243), selon les mots de Binet lui-même, que cette tentative de restituer l’Histoire par le biais d’un roman ? Certes, si le narrateur et l’auteur sont aussi égocentriques qu’ils le sont dans le cas de HHhH. Elle fonctionne mieux lorsqu’il y a une certaine unité de personnage et de récit, comme dans le cas des Bienveillantes. L’inconsistance du texte de Binet dont le récit saute trop souvent et de façon trop subjective du coq à l’âne ressemble davantage à Tristram Shandy de Laurence Sterne sans toutefois déployer l’esprit de Sterne.

26Tout au long du livre, Binet souligne sa position d’ambiguïté face au genre littéraire de son œuvre. S’il emploie le mot « personnages », qui désigne normalement des créations romanesques, il s’en avoue tout de même gêné :

Les gens qui ont participé à cette histoire ne sont pas des personnages ou en tout cas, s’ils le sont devenus par ma faute, je ne souhaite pas les traiter comme tels. (433)

  • 10 Martin Heidegger, Being and Time, trad. John Macquarrie et Edward Robinson, Oxford, Blackwell, 1962 (...)

27Son narrateur finit, dans un retour en arrière à 1940 peu réussi même s’il consiste en un saut imaginatif, par se mêler aux rescapés de l’armée tchèque sur un paquebot qui va de la Pologne en France. Parmi eux, il y a les deux héros du livre, Gabčík et Kubiš, encore vivants. La présence anachronique du narrateur dans cette conclusion trahit sans doute un certain désir de participer, lui aussi, à cette « extraordinaire histoire ». Nous pourrions en conclure qu’une des tendances caractéristiques des romanciers des années 2000 qui traitent de la Seconde Guerre mondiale relève d’un effet de ce que Martin Heidegger appelle un Entfernung, effet ambigu qui à la fois distancie et rapproche10. Cet effet pourrait expliquer le paradoxe de la nouvelle génération d’écrivains français qui, se sentant de plus en plus éloignés de la période qu’ils traitent, cherchent des moyens appropriés pour s’en rapprocher. Comme dans toute tentative de récupération, il y a dans la littérature romanesque du xxie siècle qui fait revivre la Seconde Guerre mondiale des tentatives plus réussies que d’autres.

Notes

1 Voir Michael Rothberg, Debarati Sanyal et Max Silverman, « Note des éditeurs », dans Nœuds de mémoire  : Multidirectional Memory in Postwar French and Francophone Culture, Yale French Studies, nos 118-119, 2010, 266 p. (p. 1-2 et 9).

2 Sylvie Servoise, Le Roman face à l’histoire  : la littérature engagée en France et en Italie dans la seconde moitié du xxe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2011, p. 274.

3 E. M. Forster, Aspects of the Novel, London, Penguin Books, 1982, p. 25.

4 Cf. André Malraux, L’Homme précaire et la littérature, Gallimard, 1977, p. 103 et 185.

5 Laurent Binet, HHhH, Grasset, 2009, p. 15. – Dorénavant abrégé en H.

6 Laurent Binet, « Le Merveilleux Réel », Le Débat, n° 165, 2011, p. 80-85.

7 Georges Jean, Le Roman, Seuil, 1971, p. 111-112.

8 Édouard Husson et Michel Terestchenko, Les Complaisantes  : Jonathan Littell et l’écriture du mal, Paris, François-Xavier de Guibert, 2007. Voir aussi Édouard Husson, « Les Bienveillantes, un canular déplacé », Le Figaro, 8 novembre 2006.

9 Shakespeare lui-même le fait d’ailleurs par la bouche des ennemis de Richard, notamment par Margaret, veuve du roi Henri VI, dans la pièce Richard III (Acte I, scène 3).

10 Martin Heidegger, Being and Time, trad. John Macquarrie et Edward Robinson, Oxford, Blackwell, 1962, p. 138-40.

Auteur

Université Queen’s (Belfast, Royaume-Uni)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540