Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Ecritures de l'Histoire

Le passé du futur dans l’imparfait du présent

Irène Némirovsky, Hélène Berr et Léon Werth

Nathan Bracher

Texte intégral

1Contemporains des événements tantôt dramatiques, tantôt moroses, tantôt sinistres que nous appelons maintenant les années noires, Irène Némirovsky, Léon Werth et Hélène Berr, avaient tous trois conscience de vivre une époque charnière et d’avoir ainsi affaire à l’Histoire, sans pour autant se prendre pour des historiens. Leurs écrits se développent sur des modes sensiblement différents – récits littéraires chez Némirovsky, chronique de la vie publique chez Werth, notations intimes chez Berr. Et pourtant, si dissemblables que puissent être leurs itinéraires ou leurs situations précises dans le contexte de l’Occupation, ces écritures s’élaborent à partir d’une perception de l’Histoire.

  • 1 Laurent Binet, HHhH, Le Livre de Poche, 2011. Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’a (...)

2Il ne s’agit certes pas de faire de l’Histoire en tant que discipline scientifique, mais de déchiffrer et d’articuler l’histoire du temps présent, c’est-à-dire d’écrire, l’événement pour se l’approprier et ensuite se régler concrètement sur cette écriture, sur les plans intellectuel, éthique et politique. L’histoire scientifique est sans conteste indispensable, elle a ses critères qu’elle doit respecter et appliquer selon des méthodes rigoureuses. Simplement, elle n’est pas tout. Dans des moments dramatiques comme ceux de la défaite et de l’Occupation, la question de l’Histoire se pose à tout un chacun sur les plans de la vie quotidienne, de la pensée, de l’éthique, de la politique, et de l’identité. Au-delà des manuels bourrés de dates, de batailles et de récits cocardiers, en dehors des discours savants et des académies, loin des musées remplis de collections, d’images d’Épinal et de représentations empaillées en tous genres, l’Histoire constitue une dimension fondamentale, indépassable de la pensée non seulement pour ces trois écrivains, mais aussi pour la Résistance, et même pour nous aujourd’hui, comme le montrent de façon saississante les ouvrages de Laurent Binet, d’Ivan Jablonka et de Fabrice Humbert1.

3Qu’en dépit d’une grande lassitude collective, legs de cette Grande Guerre qui a fauché toute une génération et favorisé une volonté de se dérober à une nouvelle épreuve, l’Histoire s’invite bon gré mal gré à cette maison France à la fin de ces années trente qui en avaient pourtant annoncé l’échéance, il n’est guère besoin d’y insister. Mais ce qui pour nous maintenant, plus de soixante-dix ans après, est devenu une banalité, un simple « fait historique » s’alignant à tant d’autres, redevient sous la plume d’Irène Némirovsky la réalité autrement saisissante, qu’à l’époque de la guerre elle vivait d’heure en heure :

  • 2 Irène Némirovsky, « Naissance d’une révolution. Scènes vues par une petite fille », cité sans attri (...)

Comment la vie a-t-elle cessé tout à coup d’être quotidienne ? Quand la politique, désertant les journaux, s’est installée dans notre existence ? Quand a-t-on senti enfin jusque dans ses os que l’Histoire, « les temps historiques », n’était pas uniquement le privilège des générations précédentes, [...] mais pouvait se mêler à votre vie à vous troubler le sommeil, modifier votre avenir, vous entourer de toutes parts, vous cerner comme de sombres flots2 ?

  • 3 Ibid..

4Il est vrai que Némirovsky avait dans un premier temps écrit ces phrases pour évoquer le soubresaut de la Révolution russe. Il n’importe, car elle les a finalement publiées dans Le Figaro du 4 juin 1938. Comme l’ont constaté Olivier Philipponnat et Patrick Liendhardt, « [L’]an 1917 entra par effraction dans la vie rêvée d’Irina et l’éjecta dans un présent convulsif3. »

5Chez Léon Werth, nous pouvons mesurer le choc de l’Histoire par ses répercussions sur sa vie intérieure, celle-là même où il avait pu prendre refuge pendant la Grande Guerre, bien que mobilisé sur le front et restant dans les tranchées :

  • 4 Léon Werth, Déposition : Journal de guerre 1940-1944, Seuil, « Points », 2007, p. 81.

L’ai-je assez dit, l’ai-je assez écrit, pendant la précédente guerre, que la dimension des événements n’était point à considérer et que l’homme avait son refuge en lui-même. Et voici qu’au fond de moi-même je me cogne à Hitler et à Laval. Je n’avais jamais été si salement habité4.

  • 5 Léon Werth, 33 jours, Magnard, 2002, p. 155.

6Nous le voyons bien : la défaite et l’Occupation ont débusqué le contemplatif pour le laisser plus que désemparé devant l’Histoire. Werth lui-même s’en dit « habité », occupé dans les recoins intimes de sa pensée. Comme nous le constatons par ailleurs dans son récit – journal de l’exode, 33 jours, c’est au beau milieu de la débâcle et tout en se méfiant des idéologies de l’Histoire que Werth se met néanmoins à y réfléchir. Même s’il s’avoue comme ses compatriotes dépassé par les événements, jeté malgré lui dans des situations plus que gênantes – puisque pour se ravitailler il est obligé de frayer avec les Allemands –, Werth met ces dilemmes de sa vie personnelle et quotidienne en relation avec l’Histoire, sans pour autant y attribuer un sens idéologique : « Et jamais les destins individuels ne furent, comme en cette guerre, plus étroitement liés à ce que nous appelons l’Histoire. Notre vie est faite d’attente, d’angoisse et de longueur de temps5. »

  • 6 Philippe Burrin, « Un présent indécis », La France à l’heure allemande 1940-1944, Seuil, 1995, p. 2 (...)

7Lorsqu’ainsi coup sur coup un désastre militaire, un exode de la population civile et une implosion des institutions politiques laissent la France en désarroi, soumise à l’Occupation nazie, l’Histoire ne donne guère de répit, d’autant plus que la volonté des occupants est désormais transmise et même parfois anticipée par un vieux maréchal propulsé « chef de l’État Français ». Cependant, Pétain pense mettre lui-même et la France à l’abri en prenant congé de cette histoire et en restant retranché derrière une idéologie passéiste nostalgique d’une France idyllique et docile, en un mot d’une France qui n’a jamais existé. D’autre part, comme l’observe Philippe Burrin, les Français dans leur ensemble semblent fort tentés de prendre des vacances de cette histoire qui les avait une fois de plus mis à si rude épreuve6. Comment s’en étonner ?

8Pour leur part, cependant, Némirovsky, Werth et Berr restent attentifs à cette conjoncture toute particulière de la marche du siècle. D’abord, au lieu de se détourner de l’Histoire, ils soulignent tout ce que Philippe Burrin considère comme ce « présent indécis », c’est-à-dire tout ce que l’imparfait du présent qui caractérise cette première phase de l’Occupation comporte de tragique, d’humiliant, de confus, d’incohérent et d’incomplet. Et au lieu de vouloir cacher sinon carrément nier l’immense gâchis du passé, les aléas déstabilisant du présent et les innombrables contingences d’un avenir pesant dès maintenant sur la situation immédiate, au lieu donc d’escamoter toute l’insigne imperfection de ce moment présent, ces trois auteurs la mettent en évidence.

9Voilà pourquoi, tout en évoquant « l’Histoire », Werth insiste bien sur tout ce qui contribue à rendre cette Histoire (momentantément, du moins) illisible : informations intermittentes, de source incertaine et en tout cas peu fiables. Il essaie tout de même de faire le bilan et de se repérer sur les plans intellectuel et politique en situant la catastrophe et le chaos du présent dans une suite d’époques, de régimes et d’événements, notamment la Révolution, la Guerre de 1870 et la Grande Guerre. Le présent ne peut prendre son sens que dans la perspective du passé qui le précède, et de l’avenir qui se dessine à l’horizon (si flou ou obscur qu’il puisse être), c’est-à-dire dans la perspective de l’Histoire. C’est pour Werth une mesure d’hygiène : tenir le discours sentencieux de Vichy à l’écart de l’esprit, pour ne pas se laisser infecter par les propos de ceux qui ergotent sur les causes morales de la défaite. Mais même après avoir réussi à s’extraire du désordre pour s’installer dans la demeure familiale de son enfance, Werth signale que le problème de l’Histoire ne s’en pose pas moins, et pour lui et pour l’ensemble de la France, qui a bien tort de se sentir soulagée par le discours passéiste, paternaliste et lénifiant de Pétain.

10Chez Némirovsky, ou du moins dans Tempête en juin, cette première partie de Suite française, cet imparfait du présent semble presque nous sauter aux yeux : de cet immense exode qu’à l’époque personne n’avait prévu et que personne ne pouvait organiser ni même suivre ou comprendre, l’effroi, la panique, le chaos, la lâcheté, la bêtise et la pagaille indescriptible sont partout manifestes. Némirovsky met justement en scène de nombreuses anecdotes d’apparence sans lien les unes avec les autres, mais qui communiquent tout ce que cette débâcle comporte de pathétique et de dérisoire.

11Ce n’est pas tout. Car le plus souvent, au lieu de narrer les divers épisodes de cet exode à la troisième personne, Némirovsky les évoque à travers la réaction de tel ou tel personnage : au lieu donc d’avoir comme une prise directe sur l’Histoire, nous sommes obligés d’appréhender les événements tels que chaque personnage peut les voir à travers ses propres petits miroirs déformants. Ce décalage entre l’Histoire en train de se dérouler et les diverses perceptions subjectives des événements nous oblige à prendre du recul, à mettre en perspective les déclarations de chaque personnage et les particularités de sa façon de saisir les choses. À la longue, cette alternance répétée du point de vue narratif incite le lecteur à ne pas succomber à l’illusion de posséder un quelconque récit « objectif » ou « officiel » de cette Histoire. Mieux encore, certains passages attirent tout particulièrement notre attention sur ce décalage : de cette manière, le texte met en évidence le véritable fossé qui se creuse entre les récits avancés par les manuels scolaires et les discours officiels d’une part, et la réalité confuse, ambiguë et souvent sordide de l’autre. Némirovsky nous met ainsi en garde contre les déformations qui pourraient réduire le passé du futur au statut d’un simple instrument ou d’une fiction divertissante.

12Mettre en relief cet insigne imparfait du présent de l’été  40, exposer tout ce que l’Histoire comporte de lacunes, d’incohérences, de ratées et de terreur, c’est empêcher que le passé du futur – c’est-à-dire les récits des manuels d’Histoire et des commémorations – soit échafaudé sur des mythes pour servir de caution à une idéologie de la nation et de ses forces militaires. De nos jours, cela semble aller de soi. Tel n’était pas le cas sous l’Occupation, surtout pas pendant sa toute première phase. Car dès sa prise de pouvoir, Pétain prétend asseoir son autorité sur la gloire de l’Armée et des anciens combattants, qu’il croit devoir rappeler au bon souvenir des Français dans son allocution radiodiffusée du 17 juin 1940. Avant cette fameuse phrase « C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat », le « Vainqueur de Verdun » essaie donc de s’appuyer sur la gloire militaire pour se présenter en sauveur :

  • 7 Centre National de Documentation Pédagogique, http://www.cndp.fr/pour-memoire/lappel-du-18-juin-194 (...)

Sûr de l’affection de notre admirable armée, qui lutte avec un héroïsme digne de ses longues traditions militaires, contre un ennemi supérieur en nombre et en armes, sûr que par sa magnifique résistance, elle a rempli nos devoirs vis-à-vis de nos alliés, sûr de l’appui des anciens combattants que j’ai eu la fierté de commander, sûr de la confiance du peuple tout entier, je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.7.

  • 8 Léon Werth, Déposition : Journal de guerre 1940-1944, op. cit., p. 71.
  • 9 Ibid., p. 69.

13Que le passé du futur se raconte sous forme de mythe, de monument ou de fable, voilà bien ce que refusent Némirovsky, Werth et Berr. Ils s’attachent au contraire à rester attentifs au déroulement de l’Histoire, même à partir de leurs connaissances fragmentaires et ambiguës, même en ignorant où tout cela va mener. En effet, Werth s’appesantit sur tout ce qui rend le désarroi et l’humiliation si accablants : il se trouve isolé, réduit au statut de spectateur, voire de badaud de l’Histoire vivant à la merci des forces de l’Occupant et de Vichy. Sur le plan de l’Histoire, il est hors jeu, ne parvenant même pas à savoir ce qui se passe à Paris : « Mais je ne sais si Paris étouffe, s’irrite ou dort8. » Or le paradoxe veut que plus Werth se voit, lui avec ses compatriotes et son pays, écarté de la tourmente de l’Histoire qui continue néanmoins de battre son plein, plus il s’acharne à la vivre : « L’époque me touche, me traverse, m’envahit, s’attaque à ma chair. [...] je n’ai pas assez de points de ma chair pour en recevoir les excitations9. »

14Voilà pourquoi Werth s’accroche fébrilement aux nouvelles de la bbc, notamment quand, le  8 novembre  1942, la radio anglaise diffuse un reportage sur le débarquement allié en Algérie :

J’écoute vaguement la radio à travers le brouillage. Je ne m’attendais à rien. Et j’entends : « Débarquement... Afrique du Nord... » Je suis tout seul avec l’univers et les ondes, au centre d’un monde invisible et sonore. Je me fais une puérile image de ce débarquement. Je vois des bateaux, des avions, des oranges, des Arabes et des Américains aux yeux bleus. Cette nouvelle soudaine m’arrive comme l’inspiration aux prophètes. Personne n’était là et pourtant quelqu’un a parlé. J’ai envie d’appeler, de crier, de communiquer aux hommes cette nouvelle, que certainement je suis seul à connaître.

  • 10 Ibid., p. 191.

[...] C’est en quelque sorte sous mes yeux que les Américains débarquent en Algérie10.

15Ce passage montre ainsi Werth en train de vivre l’Histoire avec l’impression même de participer à son déroulement. Dans le même temps, pourtant, il y maintient une grande réflexivité, car son texte attire notre attention tout d’abord sur la radio qui relaie les informations et sur l’enthousiasme de l’auditeur Léon Werth. Or, cette manière de mettre en évidence la nature médiate et médiatisée de cette perception des événements l’empêche justement de céder à l’illusion d’une quelconque prise directe sur l’Histoire. Werth va en effet jusqu’à qualifier de « puérile » sa manière d’envisager les événements en train de se dérouler.

16Même si Werth se laisse momentanément entraîner vers un certain bovarysme, il n’en est jamais dupe, car il sait pertinemment que cet enchantement de l’Histoire correspond à son contraire, c’est-à-dire à l’isolement et à la passivité dont il ne cesse de se lamenter :

  • 11 Ibid., p. 202-203.
  • 12 Ibid., p. 203.

Étrange effet de ma solitude : seule la guerre m’est proche. Je communique avec elle par la Radio. De relations immédiates, je n’en ai qu’avec la guerre.11.
Le 8 novembre fut un jour enchanté, le débarquement fut magique. Maintenant plus d’enchantement, plus de magie. Des miettes de faits. Comment dégager de ce quotidien un sens militaire ? Ou un sens héroïque ? L’héroïsme, à force d’être partout, n’est plus nulle part. Peut-être n’est-il pour chacun qu’en une invérifiable acceptation intérieure de ce qu’il souffre ? Et à condition encore qu’elle soit bien motivée12.

17Werth nous fait explicitement observer le décalage qui sépare son vécu des événements, mettant ainsi en évidence l’inadéquation de l’écriture à l’Histoire. Il reste toutefois fixé sur cette histoire qu’il a le sentiment et le désir de vivre, sans pour autant bercer l’illusion de la faire tenir dans le langage.

  • 13 Hélène Berr, Journal, Éditions Tallandier, 2008, p. 18.

18Le Journal d’Hélène Berr semble dans un premier temps ignorer superbement l’Histoire, puisque les toutes premières pages s’extasient sur la dédicace on ne peut plus intemporelle (« Au réveil, si douce la lumière, et si beau ce bleu vivant13 ! ») que Paul Valéry a inscrite pour Hélène sur un de ses ouvrages. Les quelques dizaines de pages suivantes relatent des dilemmes d’ordre plutôt sentimental. À partir de l’imposition de l’étoile jaune et de l’arrestation de son père, toutefois, Hélène prend progressivement conscience de l’engrenage le plus sinistre de l’Histoire, c’est-à-dire de la Shoah. Le caractère saisissant de cette prise de conscience et la hantise de vivre des moments fatidiques de l’Histoire se manifestent dorénavant tout au long de ce Journal d’Hélène Berr :

  • 14 Ibid., p. 96.
  • 15 Ibid., p.101.
  • 16 Ibid., p.181.

Si j’écris tous ces petits détails, c’est parce que maintenant la vie s’est resserrée [...] Nous vivons heure par heure, non plus semaine par semaine14.
J’ai l’impression que l’irrévocable se produit, je ne sais pas si je reverrai aucune des personnes qui me quittent15.
Je pense à l’Histoire, à l’avenir. À quand nous serons tous morts. C’est si court, la vie, et si précieux16.

19On le voit bien : pour littéraire et intimiste que ce Journal puisse parfois nous apparaître, surtout dans les premières pages, le texte n’en est pas moins marqué par une attention de tout l’être à l’Histoire et de tout ce que le moment présent peut véhiculer de radicalement imparfait.

  • 17 Léon Werth, Déposition, op. cit., p. p. 249.

20De son côté, quand Léon Werth observe l’intensification des violences et des privations que les Allemands infligent à la population civile, il émet des doutes sur ce que le passé du futur saura en retenir et comprendre : « L’atmosphère est lourde, la durée est lourde. Dans vingt ans, tout sera rassemblé en deux pages de manuel scolaire, réduit à des faits calligraphiés, avec pleins et déliés17. » Werth redoute ainsi la perspective de voir le vécu si intense de l’imparfait du présent vidé de sa substance et momifié dans le mausolée d’une histoire convenue. Même pendant la relative euphorie de la Libération de Paris que Werth observe avec autant de fébrilité qu’il montre dans son évocation des débarquements alliés en Afrique du Nord et puis en Normandie, il ne se laisse pas emporter au point d’oublier la discontinuité entre les événements, sa manière de les vivre et enfin les différentes modalités de les représenter. Même lorsqu’il relate les scènes dont il a pu être témoin, Werth réfléchit sur l’Histoire en train de se faire, sur sa propre façon de percevoir cette Histoire, sur sa manière de la découper en images, mais aussi sur la façon dont cette Histoire sera transmise aux générations futures :

Rue de l’École-de-Médecine : cinq prisonniers allemands, l’air las et accablé, passent, conduits par un jeune homme au brassard tricolore, révolver au poing. Image de l’Histoire qui culbute.

C’est un film incohérent, une suite de tableaux historiques : barricades, chars immobilisés ou brûlant. Mais je ne vois pas comment ces images ont été “déclenchées”.

Sans doute, tout a été conçu, prémédité. Mais il est des heures où tout bat ensemble : le sol des rues et le cœur des hommes.

L’imagination anticipe : ils sont partis. Et déjà on sent venir l’oubli. La guerre va se coller à d’autres guerres dans le passé. La guerre n’est plus rien que des dates, que les enfants réciteront. Il ne reste plus rien de la guerre que ce qu’il en faut pour le certificat d’études ou le bachot.

  • 18 Werth, Déposition, op. cit., p. 335.

Oubliera-t-on aussi l’incroyable dans l’atroce ? Oui, comme le reste. Comment faire pour qu’on ne l’oublie pas ? Comment faire pour que l’on n’oublie pas les tortures à la prison du fort Montluc, à Lyon, pour que l’on n’oublie pas les tortures que subissent, aujourd’hui encore peut-être, les déportés politiques au camp de Ravensbrück18 ?

21Une fois encore, Werth se montre capable non seulement de coucher par écrit l’aspect haletant de ce moment historique, mais aussi de prendre du recul pour désigner explicitement le caractère composé et construit du récit qu’il envisage lui-même ici sous forme cinématographique.

22De ce rapide survol des écritures de Némirovsky, de Werth et de Berr, on peut tout de même tirer quelques enseignements. Si personnels qu’ils soient, et en dépit de leurs allures parfois intimistes ou lyriques, ce sont donc trois auteurs qui mettent l’Histoire au cœur de leur écriture. Quand, comme ce fut le cas pour eux en 1940, l’Histoire entre par effraction dans la vie personnelle et collective pour élire domicile non seulement dans les bureaux ministériels mais aussi de manière autrement sournoise et sinistre dans les ruelles, les alcôves et les garde-manger de tout un chacun, ces écrivains éprouvent de la façon la plus aiguë le sentiment de vivre un grand tournant : il y a urgence à comprendre et à écrire, car ils croient (non sans raison) assister à une lourde déchéance, voire à la fin de tout un monde. Toute l’histoire humaine semble à leurs yeux se jouer à chaque instant : toutefois, ils ne rencontrent dans l’immédiat que désarroi et solitude. C’est tout le contraire d’un quelconque sentiment océanique ou wagnérien qui transporterait le guerrier à son walhalla. C’est également éloigné d’une quelconque quête de transcendance, que ce soit sous la forme d’une épiphanie de l’esprit absolu, ou de l’aboutissement de la dialectique menant à la société sans classes. C’est bien au contraire sous la forme de l’irréductible imparfait du présent que l’Histoire donne l’impulsion à une écriture toute personnelle, et pourtant nationale (ou du moins collective) des événements.

23Cette écriture personnelle de l’Histoire constitue un travail ardu. Pour ceux et celles qui n’entendent pas tout simplement subir les événements, il faut tout d’abord tenir, pour ne pas se laisser déboussoler ou déposséder de son intégrité intellectuelle et éthique, ni se laisser gagner par l’hystérie ambiante. Il faut ensuite donner un sens à la fois personnel et collectif au traumatisme, sans se laisser inféoder à telle ou telle idéologie toute faite. À la fin, il importe, dans la mesure du possible, de construire l’avenir, c’est-à-dire d’y transmettre un legs sous forme de mémoire. Némirovsky, Werth et Berr déclinent donc cet imparfait du présent pour que dans les récits historiques du lendemain, en d’autres termes, dans le passé du futur, cela ne se trouve pas escamoté.

24Que le souci de l’Histoire, à la fois au sens des événements en train de se dérouler et de l’écriture et de la mise en récit de ces événements, ait été au cœur de la Résistance dès ses débuts, ce sont des historiens qui le disent. Essayant de cerner la singularité de la Résistance, et surtout ce qu’il faut en retenir de nos jours, Pierre Laborie souligne ainsi

  • 19 Pierre Laborie, Le Chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Bayar (...)

[…] une volonté de témoigner – dans son acception la plus forte – sur le sens de l’événement, et de le faire au moment même où il était vécu ; un rapport au temps obligatoirement imposé par les circonstances, mais aussi par le souci de l’héritage que révèle celui du témoignage, et où les représentations du futur tiennent une place exceptionnelle ; [...] enfin, un rapport au réel marqué par la dimension légendaire de la transmission19.

25De son côté, Laurent Douzou note :

  • 20 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Seuil, (...)

Que cette histoire en train de se faire ait été soucieuse de l’histoire qu’on écrirait ultérieurement à son propos, qu’elle se soit volontiers pensée et représentée dès ce moment comme une geste épique, tout cela ne fut pas sans influence sur la façon dont la Libération venue, on conçut ce chantier.20.

26Faut-il s’étonner de trouver les historiens eux-mêmes insister sur le caractère indispensable de l’écriture de l’Histoire dans le développement de la Résistance ? Entendons-nous bien. Pour Irène Némirovsky, Léon Werth, Hélène Berr et bien d’autres encore, il ne s’agit en aucun cas d’une écriture des événements réalisée après coup dans un but utilitaire qui ferait d’eux les thuriféraires de la geste Résistance. Mais même s’ils ne songent pas à nous donner une écriture de la Résistance, nous pouvons à bon droit faire cas d’une certaine résistance de leur écriture.

Notes

1 Laurent Binet, HHhH, Le Livre de Poche, 2011. Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Seuil, 2012. Fabrice Humbert, L’Origine de la violence, Le Passage, 2009.

2 Irène Némirovsky, « Naissance d’une révolution. Scènes vues par une petite fille », cité sans attribution par Olivier Philipponnat et Patrick Liendhardt, La  Vie d’Irène Némirovsky, Grasset et Fasquelle, 2007, p. 75.

3 Ibid..

4 Léon Werth, Déposition : Journal de guerre 1940-1944, Seuil, « Points », 2007, p. 81.

5 Léon Werth, 33 jours, Magnard, 2002, p. 155.

6 Philippe Burrin, « Un présent indécis », La France à l’heure allemande 1940-1944, Seuil, 1995, p. 24-38.

7 Centre National de Documentation Pédagogique, http://www.cndp.fr/pour-memoire/lappel-du-18-juin-1940/ressources/documents-complementaires-projet-pedagogique.html [url valide le 09/09/2013].

8 Léon Werth, Déposition : Journal de guerre 1940-1944, op. cit., p. 71.

9 Ibid., p. 69.

10 Ibid., p. 191.

11 Ibid., p. 202-203.

12 Ibid., p. 203.

13 Hélène Berr, Journal, Éditions Tallandier, 2008, p. 18.

14 Ibid., p. 96.

15 Ibid., p.101.

16 Ibid., p.181.

17 Léon Werth, Déposition, op. cit., p. p. 249.

18 Werth, Déposition, op. cit., p. 335.

19 Pierre Laborie, Le Chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Bayard, 2011, p. 212-213.

20 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Seuil, 2005, p. 15.

Auteur

Université Texas A&M (College Station, États-Unis)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540