Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Hantises et recompositions

Patrick Modiano : l’Occupation en abyme de la fiction

Bruno Blanckeman

Texte intégral

  • 1 On se reportera à Vestiaire de l’enfance (Gallimard, 1989, p. 40) ou à L’Horizon (Gallimard, 2010, (...)
  • 2 Villa Triste, Gallimard, 1975.
  • 3 La Ronde de nuit, Gallimard, 1969.
  • 4 Op. cit., p. 84.

1Toute l’œuvre de Modiano se concentre dans un motif, celui de l’horloge aux aiguilles fixes, qui interdit la mesure du temps, et à une formule, le « présent éternel », qui nie l’idée d’un quelconque cours de l’histoire – motif et formule repris à intervalles réguliers d’un récit à l’autre, comme s’ils définissaient aussi une poétique romanesque1. Si bon nombre d’ouvrages de l’écrivain investissent la période des années 1930 et recouvrent les trois décennies qui succèdent à la Seconde Guerre mondiale, la période de l’Occupation leur tient toutefois lieu de centrale temporelle, absorbant comme un combustible les années qui la précèdent et diffusant ses radiations sur celles qui la suivent. Plus que d’autres et avant eux, l’écrivain situe son univers dans une relation d’identification équivoque à cette période, au risque d’une aliénation qu’il ne peut éviter que par le paradoxe – continuer à écrire autour d’elle, selon des procédures renouvelées qui, à partir de Villa Triste, jouent de plus en plus de l’ellipse et de la syncope. C’est par l’étude de ce dernier roman, le plus vichyssois peut-être des récits de Modiano par son ambiance, que je me propose d’étudier la postérité complexe de la France de Vichy2. Après Vichy, il n’y a plus d’après, comme dans la chanson, sinon un air – tout à la fois musique obsessionnelle qui porte en elle la rumeur de cris étouffés sous d’alertes rythmiques swing (La Ronde de nuit3) et atmosphère prégnante qui en diffuse la mauvaise « odeur de cuir pourri et de tabac froid » (Dora Bruder4).

  • 5 Livret de famille, Gallimard, 1977.
  • 6 Les Boulevards de ceinture, Gallimard, 1972.
  • 7 Rue des Boutiques obscures, Gallimard, 1978. Dimanches d’août, Gallimard, 1986. La Petite Bijou, Ga (...)

2Plusieurs romans de Patrick Modiano renvoient explicitement, de façon référée, à la période de l’Occupation. C’est là même une marque d’auteur, qui lance dans les années 1970 sa carrière de prodige, entre la publication de La Place de l’Étoile en 1968 et les dialogues écrits pour le film de Louis Malle, Lacombe Lucien, en 1974. Mais plus qu’un label qui actualiserait à moindres frais les vieilles ficelles du roman historique, l’Occupation et l’atmosphère Vichy s’affirment d’emblée pour le jeune écrivain comme un levier littéraire. Elles font lever une œuvre en raison de leur appropriation par un imaginaire qui les manipule à des fins personnelles et une écriture qui les investit sur un plan métaphorique. L’effet de fiction résulte de l’analogie accréditée entre l’époque de l’Occupation et le temps du récit, mais aussi son propre territoire textuel. Une somme de situations factuelles et de détails matériels compulsivement notés y inscrit, bien plus qu’elle ne la décrit, la période de l’Occupation. Celle-ci tient ainsi sous tutelle narrative des romans comme écrits depuis une mémoire qui se pose, dans Livret de famille, comme envahie5. Davantage qu’une référence historique imposant le cadre et l’anecdote d’une histoire, l’Occupation devient un paradigme ordonnant un rapport d’ordre paranoïaque au monde et un principe d’écriture commandant un imaginaire, une poétique et une stylistique à l’identique. Il en va ainsi du triptyque initial (La Place de l’Étoile, La Ronde de Nuit, Les Boulevards de ceinture) où elle se tient au cœur du dispositif romanesque6. Dans d’autres ouvrages comme Rue des Boutiques obscures, Dimanches d’août, La Petite Bijou, l’Occupation exerce une puissance d’attraction latérale, à la marge des histoires, mi-référée mi-estompée mais d’autant plus insidieuse qu’elle joue en filigrane et est saisie depuis un processus d’effacement des consciences, « du plus loin de l’oubli », là où tout mode d’identification direct se perd et que seuls des signes à valeur symptomatique la cryptent7. Ces romans de la rémanence plutôt que de la référence ciblent un phénomène d’obsession différé dans le temps : ils énoncent l’invasion du présent par un passé qui le prédétermine de façon occulte, niant ainsi sa part de liberté historique propre. L’esthétique romanesque répercute cette occupation explicite puis implicite des récits : au fracas expressionniste des premiers romans propre à énoncer une mémoire hallucinatoire de l’Occupation succède l’effet minimal de sourdine, qui accompagne le devenir-inconscient de la période, son éloignement dans le temps, ses modes d’imprégnation différés.

  • 8 Je renvoie à l’article de Jacques Lecarme, « Nimier-Modiano-Drieu » dans Roger Nimier. Quarante ans (...)

3Ce qui joue de la sorte dans le maillage textuel des romans joue aussi dans leur réseau intertextuel. Occupée, l’écriture de Modiano l’est par les voix littéraires multiples avec lesquelles elle accepte jusqu’à un certain point de se compromettre, de collaborer, l’écriture résultant du travail commun de ces voix disparates qui altèrent celle de l’écrivain, mais contre la puissance desquelles elle cherche aussi à résister. Ce fourvoiement et cette rébellion déplacent dans la structure polyphonique des récits l’attitude de l’occupé face à l’occupant, les ondes de Radio-Londres face à la voix de son maître. Le premier roman, La Place de l’Étoile, s’ouvre symptomatiquement sur un jeu de pastiches d’écrivains antisémites et collaborateurs, de Céline le pamphlétaire à Lucien Rebatet le pronazi. Le deuxième, La Ronde de nuit, peut se lire comme une réécriture des Épées de Roger Nimier auquel Modiano emprunte l’histoire du double traître, le collabo résistant, revisitée au fil d’un imaginaire onirico-cauchemardesque, émaillé de formules acerbes que l’on croirait émises par le maître hussard lui-même8. Par la suite, de nombreuses voix, de multiples tutelles occuperont métaphoriquement tout ou partie des textes, de Georges Simenon à Serge Klarsfeld, d’Emmanuel Bove à Peter Handke, selon des effets de porosité mettant en cause l’intégrité des frontières, qu’elles relèvent de la géographie, de la psychologie ou de la bibliothèque. Tout système net de mise en perspective se trouve en cela floué dans les romans de Modiano. Ainsi du brouillage entre le premier plan et les lignes de fuite, ce que l’écriture expose littéralement et ce vers quoi elle tend, ce à quoi elle ramène, comme mue par un effet de rétro-tension. Ainsi aussi de l’effet d’écrasement entre la surface et la profondeur des récits, ce qui agite leur ligne événementielle et ce qui agit dans les consciences des narrateurs et trouble, de refoulements en résurgences, leur rapport au réel.

  • 9 Op. cit. – Nos références seront marquées entre parenthèses par les initiales VT, suivies du folio.
  • 10 On se reportera aux dernières séquences du chapitre 11 et à la scène de la reptation.
  • 11 Le narrateur du roman et le personnage de Meinthe, son meilleur ami, s’insurgent violemment contre (...)
  • 12 On est bien loin d’un roman à la mode rétro, même s’il bénéficie lors de sa parution du succès de l (...)

4Publié en 1975, Villa Triste9 fait transition entre les trois premiers livres, évocatoires du temps de l’Occupation, et les romans à venir dans lesquels ce temps ne sera plus référé explicitement. De même bascule-t-on peu à peu d’un mode de traitement expressionniste de la référence historique, qui visait dans le triptyque initial à réveiller la mémoire de Vichy par le choc, à un mode de traitement impressionniste, plus diffus. Comme composés sous hypnose depuis quelque état de conscience léthargique, les récits semblent appréhender un phénomène d’occultation en cours, d’où seuls ressurgissent, associées à la rémanence de certaines couleurs, à la persistance de certaines atmosphères, les bribes d’un passé décomposé10. Le personnage-narrateur de Villa Triste, un juif mythomane qui pourrait être l’un des avatars discrets de Raphaël Schlemilovich, le héros de La Place de l’Étoile, revient dans une ville frontalière entre France et Suisse, une dizaine d’années après l’avoir quittée précipitamment. Cette ville n’est pas nommée mais rappelle fortement Annecy, laquelle, dans les éléments de description sélectifs qu’en propose Modiano, se confond avec une autre ville d’eau, Vichy. Après Vichy, Vichy, symptôme plutôt que ville, métonymie de l’indignité nationale, blason de la francité provinciale fait de délation et de détestation de l’autre11. Le rapport au temps est déterminant dans ce roman, qui met en place un dispositif romanesque dont on retrouvera par la suite plusieurs variantes et qu’avait déjà esquissé le précédent ouvrage, Les Boulevards de ceinture. Le système d’encadrement du passé par un présent qui le maîtrise, structure caractéristique du roman rétrospectif, est inversé. L’enjeu du récit n’est pas la reconstitution d’une époque passée par un présent d’énonciation qui ferait autorité et sur lequel le curseur du temps serait réglé. Il est au contraire de rendre sensible l’aspiration progressive du présent dans une spirale du temps qui fait de lui le simple épiphénomène d’un temps passé12. Le roman opère un premier mouvement de glissement du présent de l’énonciation romanesque, qui coïncide avec le temps réel de publication du livre (début des années 1970), vers un passé récent (début des années 1960, explicitement évoquées), lequel s’abîme à son tour dans un passé plus distant (années 1940, suggérées à plusieurs reprises). Le romanesque résulte de ce glissement d’un temps en peine de justification (un présent d’actualité) vers un temps qui en détient la vérité de façon énigmatique (un passé-source) via un temps intermédiaire qui la contient à titre de dérivatif (un passé de proximité). Le temps de deux guerres, Algérie et Indochine, fonctionne comme l’écho assourdi du temps d’une autre, la Seconde Guerre mondiale. Le retour du narrateur dans la ville d’eau de ses vingt ans marque ainsi le retour d’un passé dans lequel est encrypté son mal de vivre – un retour à multiple détente où, sur fond d’actualité algérienne, et alors même que les murs de la ville portent traces de l’Indochine perdue, finissent par se superposer dans la conscience du narrateur « les paysages de Haute-Savoie » et le « Berlin d’avant-guerre » (VT 40). Dans Villa Triste, l’exercice de mémoire remonte ainsi comme une horloge inversée le fil des décennies, le cycle des générations et l’enchaînement des guerres. Le passé récent, celui des années 1960 et de la belle et triste histoire d’amour, se laisse ressentir à la manière d’un silencieux. Dès le chapitre 2, il est question de la guerre « qui s’appelait d’Algérie, au tout début des années soixante, époque où l’on roulait en Floride décapotable et où les femmes s’habillaient mal. Les hommes aussi. » (VT 14). Par la suite, de brèves références disposées en pointillés du récit comme autant de notations mineures entretiennent cette présence-absence d’une guerre nationale qui se joue ailleurs, au-delà des frontières naturelles du pays, mais pas nécessairement celles que l’on croit – la mer, le sud –, plutôt celles que l’on voit – la montagne, la Suisse, Genève. L’un des amis du narrateur, Meinthe, est membre d’un réseau clandestin et tout porte à croire, sans que rien soit nommé, qu’il participe aux transactions secrètes visant à mettre fin à la Guerre d’Algérie. « C’était l’époque de la Guerre d’Algérie et Genève, où Meinthe allait à ses rendez-vous, servait de plaque tournante. Agents de toute sorte. Polices parallèles. Réseaux clandestins. Je n’y ai jamais rien compris » (VT 161). À l’image du héros de La Ronde de nuit durant l’Occupation, Meinthe, duplex homo, fraye-t-il avec les deux bords ? N’est-il pas aussi bien question de « polices » que de « réseaux » pour nommer ses fréquentations secrètes ?

  • 13 Pierre Guyotat, Formation, Mercure de France, 2007.
  • 14 Pascal Jardin, Le Nain jaune, Julliard, 1978. Alexandre Jardin, Des gens très bien, Grasset, 2010. (...)
  • 15 Dominique Fernandez, Ramon, Grasset, 2009.
  • 16 Marie Chaix, Les Lauriers du lac de Constance. Chronique d’une collaboration, Seuil, 1974.

5Ce qui relève de l’explicite, c’est la généalogie familiale de Meinthe, fils d’un héros local de la Résistance. Le roman établit de la sorte un lien de consanguinité entre les deux guerres, non sans troubler l’ordre des mérites puisqu’au regard rétrospectif de l’histoire la distribution des rôles s’inverse d’une guerre à l’autre : au père, la médaille de la Résistance ; au fils, le revers de cette médaille. Dès 1968, Patrick Modiano place au centre de ses romans la figure équivoque du père, juif errant trafiquant de marché noir dans le Paris de l’Occupation, qui traverse les trois premiers romans. Villa Triste en juxtapose deux images contraires : au père honteux du narrateur, qui donne rendez-vous à son fils dans un hôtel interlope, s’oppose le père glorieux de son meilleur ami, dont l’héritage de Résistant semble si lourd à porter. Après Vichy, no future ? Par-delà la seule figuration romanesque, cette structuration Père/Fils est exemplaire du lien entretenu par une certaine littérature avec Vichy en termes de filiation intime, comme une post-occupation mortifère. À bien des égards Modiano l’initie et la porte à son comble. Mais on sait combien comptèrent ces interférences de l’histoire collective dans l’histoire des familles, ces échos dissonants de l’après-Vichy dans une sphère privée qui les a tenus au secret, combien aussi la littérature et les arts se sont nourris de cette expérience de façon souvent détournée, en quête d’exposition – à tous les sens de ce terme. On songe au sentiment ambigu d’orgueil et de culpabilité décrit par Pierre Guyotat dans Formation13. Issu d’une famille de résistants gaullistes, il campe durant la Guerre d’Algérie, au nom même d’un principe de résistance, dans le rôle du soldat réfractaire, du traître à la Nation, celui de l’objecteur de conscience accusé d’atteinte au moral des troupes et tenu au cachot pendant plusieurs mois. On songe aussi à la saga à rebondissement des Jardin : Pascal le fils, avec Le Nain jaune, blanchit un quart de siècle après les faits la figure du père, Jean, directeur de cabinet de Pierre Laval ; à l’inverse Alexandre le petit-fils, un quart de siècle plus tard, la noircit, ou lui restitue, c’est selon, sa vraie couleur14. On songe également à Dominique Fernandez, fils de Ramon, qui repoussera au terme de son œuvre, dans un livre qu’il écrit octogénaire, le temps de la confession filiale15. On songe enfin aux parcours étonnants des sœurs Beugras, filles d’un collaborateur lyonnais incarcéré à la Libération, haut dignitaire du PPF et proche de Doriot. La cadette sous le nom de Marie Chaix évoque à la fin des années 1970 cette destinée familiale – être la fille du traître – dans un roman qui demeure à ce jour son seul titre de gloire, Les Lauriers du lac de Constance16. L’aînée, sous le nom d’Anne Sylvestre, s’impose dans les cabarets rive-gauche de la chanson poétique des années 1950, s’expose parmi les artistes militantes de la cause féministe dans les années 1970, s’illustre avec ses « fabulettes » dans l’invention d’un répertoire subtil destiné aux enfants et retarde jusqu’en 2006 l’écriture d’une chanson énonçant à mi-voix le poids de cet encombrant héritage (« Roméo et Judith »).

6Dans Villa Triste, cette consanguinité de Vichy et de la Guerre d’Algérie ne relève pas de la seule thématique : elle passe plus intrinsèquement par l’écriture. Celle-ci joue de la langue ordinaire pour suggérer une parenté insidieuse entre les deux guerres. Si l’emploi fonctionnel des mots la rend imperceptible, il appartient à leur usage romanesque de faire atteindre à la langue un ordre de justesse par un art paradoxal du flottement. Modiano travaille alors à une certaine matité du style qu’il perfectionnera dans les romans ultérieurs. Le blanchiment de la langue permet de caler l’écriture sur l’effacement des souvenirs dans les consciences, d’écrire depuis un phénomène d’oubli en cours et simultanément d’agir de façon subliminale sur la mémoire, de la stimuler. La parenté suggérée des différentes guerres tient ainsi de la proximité de certains mots qui, appliqués à l’une, réveillent automatiquement la mémoire de l’autre. « J’avais fui Paris avec l’idée que cette ville devenait dangereuse pour des gens comme moi » écrit le narrateur dans les premières pages du récit. « Il y régnait une ambiance policière déplaisante. Beaucoup trop de rafles à mon goût. Des bombes éclataient. » (VT 14) L’usage du mot « rafle » fait à lui seul office de lien consanguin d’une guerre à l’autre. Le jeu s’étend aussi du mot au motif. Villa Triste actualise en simultané les différentes connotations historiques de la valise, qui évoque comme dans les autres romans la figure clandestine du juif traqué, sur laquelle s’achève le roman, mais qui appelle aussi l’image des « porteurs de valise » implicitement convoquée dans l’avant-dernier chapitre. Ailleurs c’est la description minimale d’une palissade et de ses inscriptions – « Libérez Henri Martin… Ridgway go home… Algérie française… » – non loin d’un garage avec son panneau – « Pièces détachées pour véhicules américains » (VT 117-118). S’entrecroisent littéralement – mais sans plus – les références aux guerres d’Indochine et d’Algérie et à la Libération. Autre type de jeu, l’intrusion par métaphore interposée d’un registre tantôt belliciste tantôt germanique dans une description d’apparence on ne peut plus pacifique et rigoureusement franco-française : ainsi de cette « odeur » qui « envahissait » la terrasse cependant que, sous l’effet d’une lanterne « des formes douloureuses, quelques-unes d’apparence humaine, couraient sur les murs » (VT 40), image comme emblématique de cet art nouveau, fait de projection d’ombres en clair-obscur, que Modiano esquisse et qu’il développera par la suite pour dire sans la nommer, depuis sa perte de conscience, la prégnance psychique de l’Occupation. Ainsi du personnage le plus intriguant du roman, ce chien neurasthénique à l’apparence de sphinx dont il est incidemment précisé vers le milieu du récit qu’il s’agit d’un dogue allemand. Les vivants et les objets, les lieux et les mots semblent ainsi se déréaliser en entrant dans un espace de signification ambivalent, dans un processus d’allégorisation auquel s’apparente la fiction. Tous portent en eux le poids de l’Histoire, mais à la différence des premiers romans tous aussi l’ont assimilé et le dérivent, le traînent et le trahissent. Cette traîtrise en acte de la mémoire, nul ne l’incarne mieux que le personnage de Meinthe, à même le caractère qui lui est attribué – à la fois gouape et folle –, à même aussi l’onomastique si son nom, entre « feinte » et « mentir », peut se lire comme un… mot-valise.

  • 17 On se reportera à l’article de Catherine Douzou, « Du blanc de la mémoire aux blancs de l’écriture  (...)

7Villa Triste confirme ainsi la valeur paradigmatique accordée à la période de l’Occupation dans la vision du monde et le projet littéraire de Modiano, mais en réoriente le traitement. D’entrée de jeu l’anecdote fictionnelle, trop lacunaire pour s’auto-suffire, et la séquence historique, trop allusive pour tenir lieu d’objet de représentation, tendent à se confondre dans une structure allégorique flottante. Cette structure expose la déréliction de l’homme balloté de guerre en guerre comme de terre en terre, tantôt parce qu’il en a éprouvé les vicissitudes, tantôt parce qu’il en a mémorisé les traces à même l’inconscient des générations. Ces deux types d’empreintes, celles assignées à l’expérience, celles transmises comme autant de cicatrices familiales, sont indistinctes tant, récits à la première personne oblige, la ligne événementielle se découpe en permanence sur un fond fantasmatique qui réactualise, indépendamment des situations, la scène primitive de la traque. Ce lien suffit à convertir un tragique de type historique, lié à la nature des événements, en un tragique de type allégorique, lié à une fatalité qui se transmet de génération en génération indépendamment du contexte historique initial. Cette fatalité oppressive et oppressante, si elle creuse le roman en sa profondeur (l’abyme des guerres, de l’Algérie à Vichy), élargit aussi avec amplitude son horizon (du temps réel du récit à la Première Guerre mondiale : première phrase du premier chapitre, « Ils ont détruit l’hôtel de Verdun » ; dernière phrase du dernier chapitre, « Un soldat de plomb »). Une présence en creux (Verdun) ou une modélisation (le jouet) : pour être imperceptibles, les signes de la persécution guerrière n’en occupent pas moins l’espace géographique et mental dévolu à une humanité en deuil de tout humanisme. Dans cette vision du monde, ou de l’être au monde, proposée dans Villa Triste, la guerre d’Algérie constitue une réplique, au sens sismique du terme, de la Seconde Guerre mondiale, épicentre d’un séisme dont les ondes se propagent comme autant de chocs générationnels seconds. Le seul titre du roman suffit à en convaincre, qui reconduit l’histoire des années 1960 (nom de la maison de Meinthe) vers celle des années 1940 (la Villa Chagrin, sise à Bayonne, lieu d’incarcération de résistants17). La réplique algérienne entre dans ce processus de décomposition convulsif d’une civilisation européenne marquée par l’extermination de sa propre histoire, ainsi que le suggère dans les premières pages du livre le narrateur (mais qui parle vraiment en lui ?) : « Nous aurons été les derniers témoins d’un monde » (VT 10).

Notes

1 On se reportera à Vestiaire de l’enfance (Gallimard, 1989, p. 40) ou à L’Horizon (Gallimard, 2010, p. 11) pour la formule. Quant au motif, il traverse plusieurs ouvrages dont Dora Bruder (Gallimard, 1997), Éphéméride (Mercure de France, 2002), Un pedigree (Gallimard, 2005).

2 Villa Triste, Gallimard, 1975.

3 La Ronde de nuit, Gallimard, 1969.

4 Op. cit., p. 84.

5 Livret de famille, Gallimard, 1977.

6 Les Boulevards de ceinture, Gallimard, 1972.

7 Rue des Boutiques obscures, Gallimard, 1978. Dimanches d’août, Gallimard, 1986. La Petite Bijou, Gallimard, 2001. Du plus loin de l’oubli, Gallimard, 1996.

8 Je renvoie à l’article de Jacques Lecarme, « Nimier-Modiano-Drieu » dans Roger Nimier. Quarante ans après Le Hussard bleu, textes réunis et présentés par Marc Dambre, Association des Cahiers Roger Nimier/Bibliothèque Nationale de France, 1995, p. 111-140, ainsi qu’à mon article, « Nimier dans le rétroviseur (sur La Place de l’Étoile de Patrick Modiano) » dans Marc Dambre [dir.], Roger Nimier, Cahier de l’Herne n° 99, L’Herne, 2012, 384 p., p. 117-122.

9 Op. cit. – Nos références seront marquées entre parenthèses par les initiales VT, suivies du folio.

10 On se reportera aux dernières séquences du chapitre 11 et à la scène de la reptation.

11 Le narrateur du roman et le personnage de Meinthe, son meilleur ami, s’insurgent violemment contre cette ville, « sale petit village français de merde » (chapitre 7) selon le premier. Quant au second, il enfreint les règles de convenance en se présentant comme « Astrid, la Reine des Belges » (fin du chapitre 1).

12 On est bien loin d’un roman à la mode rétro, même s’il bénéficie lors de sa parution du succès de la mode rétro : c’est d’ailleurs ce qui distingue les romans de Modiano de ceux que son rival auprès d’Emmanuel Berl – quand l’un et l’autre fréquentaient le philosophe – publie à la même époque, peu de temps avant de se reconvertir, par grâce élyséenne, dans l’animation d’émissions de variété elles-mêmes rétro, Pascal Sevran (Le Passé supplémentaire, Prix Roger-Nimier, Éditions Olivier Orban, 1979 ; Vichy-Dancing, Éditions Olivier Orban, 1980).

13 Pierre Guyotat, Formation, Mercure de France, 2007.

14 Pascal Jardin, Le Nain jaune, Julliard, 1978. Alexandre Jardin, Des gens très bien, Grasset, 2010. – Sur ce roman, voir l’étude de Claire Gorrara, infra.

15 Dominique Fernandez, Ramon, Grasset, 2009.

16 Marie Chaix, Les Lauriers du lac de Constance. Chronique d’une collaboration, Seuil, 1974.

17 On se reportera à l’article de Catherine Douzou, « Du blanc de la mémoire aux blancs de l’écriture », dans Modiano ou les intermittences de la mémoire, Anne-Yvonne Julien [éd.], Hermann, 2010, p. 295-312.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540