Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Hantises et recompositions

On peut guérir de ses blessures

Bardèche, Balzac et la Seconde Guerre mondiale

Anne Simonin

Texte intégral

  • 1 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, Les Sept Couleurs, 1960, p. 47. Les travaux concernant Mauri (...)
  • 2 Alice Kaplan, Intelligence avec l’ennemi. Le procès Brasillach, Gallimard, 2001.
  • 3 Henri Bardèche, le frère préféré de Maurice Bardèche, a été le secrétaire du conseil d’administrati (...)
  • 4 Ibid., p. 227.

1Maurice Bardèche (1907-1998) jouit d’un étrange statut dans la République des lettres. Ce grand spécialiste de Balzac ne doit pas sa « réputation considérable1 » à ses travaux littéraires mais au fait d’avoir été le beau-frère de Robert Brasillach, l’un des écrivains collaborationnistes les plus célèbres de son temps, condamné à mort et exécuté le 6 février 19452. D’un strict point de vue judiciaire, pour Maurice Bardèche, l’« épuration » a été clémente : non-lieu, le 26 mai 1945. D’un point de vue personnel, c’est une catastrophe tellurique, qui emporte avec elle l’Ami d’abord, le Frère ensuite3 : « Je savais maintenant que je ne sortirais plus de la caverne dans laquelle le destin m’avait enfermé4. »

2Co-auteur, avec Brasillach, d’une Histoire du cinéma (1935) qui fit date, et d’une Histoire de la guerre d’Espagne (1939) sans grand intérêt autre que politique, Bardèche conquiert durant les années de guerre un statut, celui de premier spécialiste de l’œuvre de Balzac. Il publie, en 1941, chez Plon, un ouvrage majeur, aujourd’hui encore incontournable : Balzac romancier. La formation de l’art du roman chez Balzac jusqu’à la publication du Père Goriot (1820-1835) ; puis un ouvrage de vulgarisation, Balzac romancier, chez le même éditeur, en 1943.

  • 5 Sur Georges Ascoli (1882-1944), voir Gustave Charlier, « Nécrologie », Revue belge de philosophie e (...)

3Pendant ces années de guerre, Maurice Bardèche fait carrière : il quitte un poste de professeur de lycée pour la Faculté, la Sorbonne d’abord, où il supplée Georges Ascoli5, alors prisonnier de guerre (1940-1941). Puis, à partir du 16 mai 1942, on le retrouve « professeur à titre provisoire de langue et de littérature française » à la Faculté de Lille. Cette trajectoire universitaire, pour laquelle il avait certes les titres requis (normalien agrégé), n’eût pas été si fulgurante sans les sympathies politiques que Bardèche éprouve, et manifeste en faveur des vaincus qui sont alors les triomphateurs de l’heure. Maurice Bardèche n’est pas « collaborationniste » comme Brasillach, farouche défenseur d’une politique d’entente avec l’Allemagne nazie, mais « pétainiste », favorable à une politique de collaboration antisémite, entretenant l’illusion que cette politique peut rester française. Les événements de la Libération viennent donc pour lui interrompre des années qui, hormis les privations, ont été somme toute confortables.

  • 6 Maurice Bardèche obtiendra l’annulation, par le tribunal administratif de Rouen, de l’arrêté du 13  (...)

4Quoiqu’ayant obtenu un non-lieu devant la cour de justice de la Seine, Bardèche est rattrapé et sanctionné par l’épuration professionnelle : le 13 avril 1946, il est révoqué sans pension avec interdiction d’enseignement public et privé par arrêté ministériel6. Il bascule alors dans l’arène politique. À partir de 1947, le polygraphe pro-fasciste et antisémite semble anéantir chez lui le balzacien de premier plan. D’un Bardèche l’autre, l’écart est si grand, creusé de façon irrémédiable et si rapide, que l’on pourrait presque penser avoir affaire à deux homonymes. Or, l’interprète de Balzac et le pamphlétaire fasciste sont bien le même écrivain.

  • 7 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, op. cit., p. 47.
  • 8 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy [1987], Seuil, 1990, p. 176-183. Les références majeures concern (...)

5À partir de 1947, année marquée par la publication d’une Lettre à François Mauriac (La Pensée libre), suivie, en 1948, de Nuremberg ou la Terre promise (Les Sept Couleurs), ses pamphlets valent à Bardèche, selon Pol Vandromme, « autant de lecteurs qu’un romancier à gros tirage7 ». Ces deux titres font surtout de lui le théoricien du « révisionnisme ». Et avec Nuremberg II ou les faux monnayeurs (André Martel, 1950), il ajoute une branche à sa couronne, et rejoint le « négationnisme8 ».

  • 9 Florent Brayard, Comment l’idée vint à M. Rassinier, op. cit., p. 230-231.

6Le « révisionnisme » – que j’écrirai désormais sans guillemets et qui seul m’intéresse ici – s’attaque à la réécriture de l’histoire de la Libération, en particulier de ce qu’il est convenu d’appeler l’épuration, et déplore le soi-disant triomphe du communisme en France et en Europe ; le négationnisme, indissociable de la lecture par Maurice Bardèche du Mensonge d’Ulysse (1950) de Paul Rassinier9, promeut une narration de la Seconde Guerre mondiale qui met en doute la réalité de l’entreprise génocidaire de l’Allemagne nazie. Ainsi, l’entreprise d’écriture fallacieuse (et non pas de critique de l’histoire) qu’est le révisionnisme de l’épuration a, vis-à-vis du négationnisme, sa fonction propre ou son autonomie.

  • 10 André Chamson, « L’homme contre l’histoire », Écrits, Grasset, 1927, p. 70.

7Ce révisionnisme s’inscrit, et c’est fondamental, dans une tradition littéraire. Dès les années vingt, la réécriture de l’histoire en fonction d’objectifs politiques, inspirée des théories de Maurras, avait été dénoncée par André Chamson sous le nom de « système uchronique maurassien10 ». Dans les années trente, Bardèche a été maurrassien, mais contrairement à Brasillach, il n’a jamais été un maurrassien de stricte obédience. À la Libération, il se réapproprie l’uchronie maurrassienne, la centrant autour d’une dénonciation qui se veut implacable de l’épuration :

  • 11 Maurice Bardèche, « Principes et résultats de l’épuration », Défense de l’Occident, 1957, p. 154-15 (...)

Le régime considère aujourd’hui ce qu’on a appelé « l’épuration » comme une période révolue [...]. Non, l’épuration n’est pas terminée [...] l’épuration n’est pas terminée parce que l’épuration, c’est le régime lui-même, c’est sa substance, son âme, son essence [...] elle lui a fourni sa puissance, son personnel, ses principes, son armature. Le régime est aussi inséparable de l’épuration que la plante l’est de sa graine [...] ainsi l’épuration ne sera terminée [...] que le jour où le régime aura disparu11.

8C’est au nom de la vérité (méconnue), de la liberté d’expression (bâillonnée), et des droits (bafoués) des collaborateurs vaincus sanctionnés par l’épuration, que Bardèche prend la parole. Et cela en mobilisant un intertexte littéraire nouveau : une relecture politique de Balzac.

9Opposer des contre-arguments rationnels au discours de mauvaise foi de Bardèche est voué à l’échec. Seule la fiction permet de prendre l’uchronie révisionniste à son propre piège, en dévoilant l’inanité de son ambition : imposer une lecture stendhalienne de Balzac allant jusqu’à faire de Stendhal l’auteur de La Comédie humaine.

Maurice Bardèche et l’épuration : un « martyr ignoré »

  • 12 Honoré de Balzac, La Comédie humaine, André Martel éditeur, 1946, t. ii, p. iv. Les mentions à cett (...)

10Entre 1946 et 1951, Maurice Bardèche n’écrit pas que des pamphlets, loin de là : il publie « sa » Comédie Humaine. Cette édition en trente et un volumes illustrés, parut chez un éditeur de province, André Martel, plus familier des best-sellers et de Conan Doyle que des classiques. Mais Balzac, selon Bardèche, n’a-t-il pas eu « deux descendances : celle de Zola et celle de Conan Doyle12 » ? Si cette édition iconoclaste publiée chez un éditeur de province n’a jamais été une édition de référence, elle n’en est pas moins capitale pour la compréhension de l’uchronie révisionniste.

11Réordonnant Balzac, le commentant avec une liberté de ton, une intimité du texte et une franchise politique que l’on ne retrouve dans aucun autre de ses écrits, Bardèche transforme La Comédie humaine en un laboratoire d’expériences historiques. Non sans accroc, et sans ratés, ainsi qu’il l’explique dans l’une de ses « introductions » :

Dès le début de l’introduction […] je me sens tenu de répondre à diverses objections de lecteurs […]. Ces réflexions de lecteurs ont une grande importance lorsqu’il s’agit d’une entreprise analogue à celle que nous poursuivons ici, car ces introductions n’ont de sens que si elles sont une sorte de lecture en commun de Balzac. Dans ces conditions, les lettres des lecteurs ont la même valeur que les objections qui peuvent être faites par les étudiants à la sortie des cours de Faculté, et qui expriment des divergences d’interprétation dont il est juste de tenir compte ou, tout au moins, des difficultés […].

  • 13 CH, 1949, t. xiii, p. i-ii.

Il faut malheureusement que je commence par quelques reproches à mon éditeur […]. Il paraît que j’étais en retard […] et on imprima tout vif mon manuscrit […]. Balzac a maintes fois fait des scènes terribles, et même des procès à ses éditeurs pour beaucoup moins : lui exigeait dix ou douze épreuves et ne donnait le bon à tirer qu’à la treizième. Mais il était Balzac : je suis moins exigeant. J’aurais aimé tout de même qu’on me laissât le droit de me corriger […] j’aurais sans doute enlevé à ma pensée ce caractère un peu crû d’actualité que le premier jet lui avait donné […]13

12Grâces soient rendues à André Martel pour les conditions inhumaines imposées à Maurice Bardèche. S’est ainsi conservée intacte, dans trente textes introductifs, une lecture à fleur de peau de La Comédie humaine, au creux de laquelle Bardèche se recrée un public universitaire. Lui qui n’a plus d’étudiants, a des lecteurs – témoin ces « lettres » –, auxquels il s’abandonne, et livre sans fard une lecture de Balzac révolutionnaire en ce sens qu’elle redonne une actualité politique à La Comédie humaine, en faisant la clef de la compréhension de l’époque moderne et de l’histoire de la France au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

  • 14 CH, 1948, t.ix, p. v.
  • 15 Maurice Bardèche, Une interprétation de Balzac, André Martel éditeur, 1951, p. 2. Cet essai de ving (...)
  • 16 CH, 1950, t. xix, p. x.

13« Il faut défendre Balzac en bloc. Tout se tient dans son système14. » : c’est la grande idée de Bardèche, qu’il emprunte à Ernst-Robert Curtius « un grand critique allemand15 », qu’il systématise et impose dans le champ français. Davantage qu’un écrivain, mieux qu’un historien, Balzac est ainsi considéré comme « le philosophe de son temps16 ».

  • 17 Pierre-Georges Castex, « Où en sont les études balzaciennes ? », L’Information littéraire, 1955, vo (...)

14Établissant, en 1955, un premier état des études balzaciennes, Pierre-Georges Castex, peu suspect de sympathies politiques avec Bardèche, insistera sur l’apport fondamental de ce dernier : avoir imposé La Comédie humaine comme un cosmos, un univers porteur d’une philosophie cohérente17, et non un ensemble de textes hâtivement rapprochés les uns des autres pour répondre à des impératifs éditoriaux ou satisfaire aux besoins financiers de Balzac.

  • 18 CH, 1946, t. i, p. xvi.

15Selon cette logique, Bardèche, nouveau grand ordonnateur de l’œuvre balzacienne, ouvre « sa » Comédie Humaine par Les Études philosophiques, et la clôt avec un texte inachevé, auquel il accorde une importance décisive, le considérant comme « la conclusion philosophique projetée18 » de La Comédie humaine : Les Martyrs ignorés.

  • 19 Ibid., p. xx.
  • 20 CH, 1947, t. iv, p. xi.
  • 21 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, op. cit., p. 54-55.
  • 22 Maurice Bardèche, Souvenirs, op. cit., p. 226-227.

16« Levier secret » de toute l’œuvre de Balzac19, Les Martyrs ignorés sont ceux dont la vie est anéantie par l’histoire, victimes innocentes qui ne sont justiciables devant aucun tribunal, tel ce vieillard royaliste foudroyé lorsqu’il apprend la mort du roi ou tel Birotteau réhabilité, « tué par l’idée-probité comme par un coup de pistolet » écrit Balzac. Cette « mort subite causée par une révolution brutale affectant un sentiment ou une pensée qui soutient toute une vie20 » Bardèche l’a éprouvée deux fois au moins : à l’annonce de l’exécution de son ami Brasillach21 ; à l’annonce du décès accidentel de son frère, Henri Bardèche22. Et si Les Martyrs ignorés revêtent une telle importance, n’est-ce pas parce que pour Bardèche, ce texte est incandescent en 1946 ?

  • 23 « Un immense défaut dans les lois humaines, une lacune effroyable, celle des crimes purement moraux (...)

17En effet, Les Martyrs ignorés n’établissent pas seulement un lien entre l’Histoire et la vie privée des individus, ils permettent aussi de concevoir l’existence d’une nature particulière de crimes, ceux que Bardèche appellent les « crimes moraux23 » et dont les vaincus de la Libération, les collaborateurs, ont été, d’après lui, les principales victimes.

Le processus de réactualisation : Balzac en 1945

  • 24 Balzac, L’Envers de l’histoire contemporaine [1848], Gallimard, « Folio », p. 64-65.

18Si Balzac peut être investi par une lecture identificatoire, reste à comprendre comment Bardèche peut faire de La Comédie humaine le directeur d’un destin collectif, et étendre ses enseignements à l’ensemble de la communauté des collaborateurs. La Comédie humaine telle que la conçoit Bardèche est l’équivalent homologique de L’Imitation de Jésus Christ que Madame de La Chanterie donne à lire à l’ex-dandy Godefroid venu chercher refuge chez elle : bien davantage qu’un livre, La Comédie humaine relue par Bardèche est un acte, une lecture initiatique permettant de fonder une communauté de lecteurs et d’atteindre L’Envers de l’histoire contemporaine24.

  • 25 Pour le déploiement de cette uchronie, voir Anne Simonin, « 1815 en 1945 : les formes littéraires d (...)

19Pour cela, il faut et il suffit de passer La Comédie humaine au double tamis : 1. d’une lecture stendhalienne ; 2. d’une manipulation qui fait de la Restauration l’équivalent historique de la Libération – de 1945 un nouveau 1815, pour dire vite25.

  • 26 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, op. cit., p. 50.
  • 27 Maurice Bardèche, Souvenirs, op. cit., p. 207.

20Bardèche raconte s’être intéressé à Stendhal pour des raisons économiques, à une date qu’il ne précise pas, mais probablement pendant la guerre. Cette désinvolture trahit davantage le normalien d’excellence que la réalité historique : sa correspondance avec Brasillach l’atteste, Bardèche n’a jamais éprouvé de passion que pour deux écrivains, Balzac et Stendhal, et ce depuis plus de vingt ans26. Balzac l’intéresse plus : il lui consacre sa thèse, et un livre, mais il s’attelle, à partir de 1942-1943, à un Stendhal romancier appelé à faire pendant à son Balzac romancier (1943). Dans l’optique universitaire qui est alors la sienne, Bardèche se construit une position imprenable en littérature française. En 1945 il a, en « bon père de famille », « la moitié d’un bon volume sur Stendhal » dans son  « garde-manger27 ». Stendhal romancier ne paraîtra qu’en 1947. Et c’est un tout autre livre que celui initialement envisagé. Bardèche est lui-même un autre homme, et surtout, ce qui importe ici, un tout autre lecteur.

  • 28 Lettre de Robert Brasillach à Maurice Bardèche, le 16 décembre 1944. Cité par Alice Kaplan, Intelli (...)

21La seconde partie du Stendhal est rédigée à l’ombre d’un souvenir – celui de Brasillach arborant pâle et digne, le jour de son procès, une écharpe rouge, clin d’œil « à l’esprit de nos dix-sept ans et à Julien Sorel28 » –, et sous le coup d’une révélation : il y eut chez Stendhal, comme chez tous les partisans de Napoléon Bonaparte après l’épisode des Cent jours, une « crise de 1817 », exposée en ces termes dans un chapitre du Stendhal romancier intitulé « L’épuration en 1816 » :

  • 29 Maurice Bardèche, Stendhal romancier, La Table Ronde, 1947, p. 93.

L’ordre nouveau que la défaite mit dans ses pensées changea tout [...]. Il sut d’abord ce qu’il voulait dire. Sa peinture de la société contemporaine sera passionnée et tendancieuse : il y aura désormais des bons et des méchants [...] et son œuvre servira à exalter une qualité humaine, une qualité de vie sur laquelle il est maintenant fixé. [...] il écrit pour tout ce qui a vingt ans dans cette époque de malheur et qui est dégoûté comme lui de l’avilissement et du conformisme. Il écrit pour les vaincus29.

  • 30 Ibid., p. 415.

22De cet état d’esprit attribué à Stendhal en 1817, qui fait écho au sien en 1945, Bardèche déduit un « parallélisme » historique entre les débuts de la Restauration et la Libération illustré par l’œuvre de Balzac. Autrement dit, en 1947, Stendhal intéresse Bardèche dans la mesure où il lui fournit la preuve imaginaire (donc intangible) de la justesse de sa nouvelle lecture de Balzac. Car si Balzac, dont on sait qu’il fut le premier grand lecteur de La Chartreuse de Parme, « n’a pas compris du tout Stendhal30 », en revanche, Stendhal lecteur de Balzac selon Bardèche conduit à cette surprenante réécriture des Scènes de la vie parisienne :

  • 31 CH, 1948, t. xi, p. v.

Ce sont des transpositions des Rothschild, des Boussac, d’Hugenberg, de Partenôtre qui lui fourniraient sa matière, ou sur le plan des aventuriers de Basil Zaharoff, de Zographos, de Stavisky, du colonel Passy, de Joanovici, ou dans les affaires ou la politique de Prouvost, de Béghin, de Lazareff, de Raoul Natan ; on y verrait des destins étranges, incroyables et tout crottés, tout couvert des algues et des coquillages de leurs traversées ou de leur naufrages, le petit crétin Bidault avec sa grosse tête devenant Président du conseil et Francisque Gay, ahuri et fouineur finissant dans la peau d’un homme d’état, et nos Maritain, et nos Wladimir d’Ormesson, nos Pierre Bourdan et d’aimables fripouilles plus ou moins parfumées, et qui ressembleraient étrangement à Palewski ou à Jeanson […]31.

  • 32 CH, 1949, t. xiii, p. ii.

23Passy, Bidault, Palewski : gaullistes dès l’origine ; Joanovici : trafiquant du marché noir, et l’un des grands scandales de l’épuration ; Bourdan : l’une des voix de la France Libre à la BBC ; Maritain : l’un des soutiens décisifs du général De Gaulle pendant la Guerre… Chaque nom ici mentionné mériterait une note en bas de page, pour ne rien dire des patronymes juifs sélectionnés. Bardèche se reprochera son imprudence. Il invoque, on l’a vu, comme circonstances atténuantes, la hâte imposée par son éditeur. Il fera tactiquement machine arrière – « J’aurais enlevé certains noms propres qui ont choqué32 ». Mais ne cède pas sur ce qu’est pour lui désormais la thèse essentielle : le « parallélisme » que La Comédie humaine permet d’établir entre la Restauration et la Libération :

  • 33 Ibid., p. iv.

Il y eut des « brigands de la Loire » qui faisaient à peu près autant d’horreur à l’opinion que les miliciens et les combattants de la LVF ; il y eut des clandestins, il y eut des condamnés des tribunaux d’exception […] ; il y eut des demi-soldes qui correspondaient à peu près à nos « indignes nationaux », il y eut surtout une infinité de disgraciés et de mécontents, et d’autre part un grand nombre de « bons serviteurs », des espèces de « résistants » à qui on ouvrit largement les places, et cette structure nouvelle de la vie politique et sociale amena souvent des phénomènes qui ont dans nos esprits une profonde résonance. Ces diverses particularités de l’histoire de la Restauration n’ont pas toujours été bien comprises et il vaut la peine qu’on y insiste […]33.

  • 34 Maurice Bardèche, Lettre à François Mauriac, La Pensée Libre, 1947, p. 10.

24Bardèche ouvre sa Lettre à François Mauriac sur une question : « Reconnaissez-vous maintenant que vous avez eu tort ?34 » Tort d’initier une épuration qui n’est pas un préalable à une régénération de la communauté politique républicaine, mais une manière détournée de favoriser la prise de pouvoir à tous les échelons de la société française des communistes : c’est la thèse de Bardèche. Face à cette attaque, la seule réponse qui vaille tient en une autre question : « Maurice Bardèche, avez-vous davantage souffert que Véronique Graslin ? »

Le Curé de village ou comment guérir de ses blessures

  • 35 Albert Béguin, « Le Curé de village », Balzac lu et relu, Seuil, 1965, p. 195 : « J’ai longtemps te (...)
  • 36 Maurice Bardèche, Balzac romancier, Plon, 1943, p. 386 et Balzac romancier. La formation de l’art d (...)

25Faire référence à Véronique Graslin, c’est faire référence à une œuvre atypique de Balzac35. Ce texte, composé entre 1838 et 1839, publié en 1841, qui fait une entrée tardive dans La Comédie humaine, Bardèche le connaît bien, et en reconnaît la formidable novation : « Le romancier a l’air d’un voyant qui ne peut pas aller jusqu’au bout de son effort, qui ne perçoit pas tout. C’est un des secrets de Balzac, un des plus rares, un des plus saisissants que de conter ainsi dans les ténèbres de l’inspiration36. » Or, chose stupéfiante, dans l’introduction au volume de l’édition André Martel, le tome xxvii, où il publie Le Curé de village et Le Médecin de campagne, Maurice Bardèche ne lui consacre pas une ligne, pas un mot, commentant le seul Médecin de campagne. J’avancerai ici l’hypothèse que si Bardèche se tait en 1951 sur Le Curé de village c’est parce que ce texte rend intenable sa position de « martyr ignoré » et disqualifie sa critique des juges de l’épuration.

  • 37 Balzac, Le Curé de village, Gallimard, « Folio », p. 102.

26Figure centrale du Curé de village de Balzac, Véronique Graslin est une femme du peuple, mariée à un banquier limousin, qui tombe amoureuse et devient enceinte d’un jeune ouvrier porcelainier confié à sa garde. Ce dernier, Jean-François Tascheron, pour des raisons jamais dévoilées, et qui font de ce roman un archétype de la modernité, l’intrigue principale étant jusqu’au bout dérobée au lecteur, vole et assassine un vieillard et sa servante. Il sera condamné à mort sur les réquisitions de l’avocat général, le vicomte de Grandville, amoureux platonique de Véronique Graslin. Cette dernière intervient auprès de lui en faveur de Tascheron. Le vicomte de Grandville refuse – « Puis-je réformer le Code ? dit l’Avocat général37 ». Jean-François Tascheron sera guillotiné. Quant à Véronique Graslin, adultère et complice d’un assassin, elle convertit le mal en bien. Non en expiant – sa confession publique n’intervient qu’aux dernières pages du livre, sur son lit de mort –, mais en devenant la bienfaitrice éclairée du village de Montégnac. C’est elle qui assure le développement économique de ce village oublié de la civilisation moderne, avec l’aide du curé Bonnet, de l’ingénieur Grégoire Gérard, auquel est confiée la construction d’un barrage qui permettra de mettre en valeur des terres arides, et de l’ancien forçat Farrabesche, qu’elle parvient à faire rétablir dans ses droits civiques.

  • 38 Pierre Barbéris, « Préface ». Dans Balzac, Le Curé de village, Le Livre de poche, 1972, p. xxxiv-xx (...)
  • 39 Pierre Barbéris, « Mythes balzaciens (ii) Le Curé de village », La Nouvelle Critique, n° 170, novem (...)

27Pierre Barbéris, communiste, qui a fait, à partir de 1965, une entrée remarquée dans les études balzaciennes avec deux articles de La Nouvelle Critique consacrés l’un au Médecin de campagne, l’autre au Curé de village, voit dans ce dernier texte « le dépassement des drames de la vie privée par le passage à l’œuvre de transformation d’une collectivité » et souligne l’« élaboration d’un positif et d’un constructif aux résonances étrangement prométhéennes38. » Et ce, d’autant plus que Balzac admet la profondeur et les ravages de la blessure. Véronique Graslin, malgré les succès éclatants qu’elle a rencontrés dans son action sociale, n’oublie jamais, et s’inflige à elle-même, et à elle seule, des mortifications, tels le port d’une chemise de crin et un jeûne qui finira par la tuer. « Le merveilleux, écrit Barbéris, est que la vie sourde quand même de tout ceci. Il faudrait dire, peut-être, sourde justement de tout ceci39. » La vie, et l’indulgence aussi puisque c’est à l’homme qui a condamné à mort son amant que Véronique Graslin, sur son lit de mort, se confesse et confie la tutelle de son fils adultère, Francis, né le jour de l’exécution de son père.

  • 40 Marcel Rousselet (1894-1983), premier président de la Cour d’appel de Paris, membre de l’Institut, (...)
  • 41 Marcel Rousselet, Les Cas de conscience du magistrat, Librairie Académique Perrin, 1967, p. 28.

28Le vicomte de Grandville a certes été un avocat général impitoyable, mais il a été un magistrat intègre, celui dont Marcel Rousselet40, dans son livre sur Les Cas de conscience du magistrat, tient à rappeler l’exemple permettant aux magistrats de trancher les cas les plus douloureux en faveur du droit, de la loi dure peut-être mais qui est la loi41.

  • 42 Alice Kaplan, Intelligence avec l’ennemi, op. cit., p. 123-137.

29Le vicomte de Grandville était-il si différent de ce magistrat intègre, Marcel Reboul42, qui condamna à mort Robert Brasillach ? MIsorni rapporte l’échange suivant, avec Brasillach, le jour de son exécution, le 6 février 1945 :

  • 43 Jacques Isorni, Le Procès de Robert Brasillach, Flammarion, 1946, p. 25.

[Robert Brasillach] Ma famille a été très éprouvée, mon beau-frère [Maurice Bardèche] est en prison sans raison depuis six mois. Ma sœur a besoin de lui. Je vous demande de faire tout ce que vous pourrez pour qu’il soit libéré. Il a été aussi le compagnon de toute ma jeunesse...
Le Commissaire du gouvernement lui répond :
Je vous le promets43.

  • 44 Anne Simonin, L’Honneur dans la République. Une histoire de l’indignité 1791-1958, Grasset, 2008, p (...)

30Et Marcel Reboul a tenu promesse. Comment expliquer autrement le non-lieu obtenu par Maurice Bardèche en mai 1945, après huit mois de prison ? Au regard de la jurisprudence de l’époque, la non-condamnation en indignité nationale de Maurice Bardèche demeure, sinon, inexplicable44.

  • 45 Pierre Barbéris ne dit pas que Rossellini a lu et adapté Le Curé de Village avec Europe 51 (voir «  (...)

31Pour un balzacien aussi féru et habité par l’œuvre de Balzac que l’était Maurice Bardèche en 1945, Le Curé de village offrait ainsi la possibilité de ne désespérer ni des hommes, ni des juges. Si, au lieu d’enfermer Balzac dans une uchronie, et de faire tourner La Comédie humaine dans le cercle infernal de 1815 en 1945, en prenant Stendhal en otage, si seulement Bardèche avait voulu comprendre que Le Curé de village était ce « livre d’une particulière éloquence et d’une particulière efficacité » dont le cinéaste Rossellini, avec Europe 1951, venait de faire le conte moderne de la rédemption45… alors, peut-être, Bardèche eût-il admis sa défaite. Et plutôt que de prophétiser le danger communiste partout où il n’était pas, il eût paré l’attaque : dans quel autre domaine, en effet, les communistes ont-ils réussi à faire pleinement triompher une vision alternative, sinon dans les études balzaciennes ?

32Balzac, on le sait, avait au xixe siècle, la réputation d’être un écrivain de droite. Au xxe siècle, Maurice Bardèche a ambitionné de faire de l’auteur de La Comédie humaine un écrivain d’extrême-droite. Il n’y est pas parvenu. Passées les polémiques de circonstances, c’est dans cette ambition désavouée que réside l’échec le plus cinglant du révisionnisme.

Notes

1 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, Les Sept Couleurs, 1960, p. 47. Les travaux concernant Maurice Bardèche sont rares. Consulter : Ghislaine Desbuissons, Itinéraire d’un intellectuel fasciste : Maurice Bardèche, Thèse d’histoire de l’iep de Paris, sous la direction du professeur Pierre Milza, 1990, 2 vol. Le vol. ii est « définitivement perdu » à Sciences Po : voir la microfiche. Francis Bergeron a récemment publié un Bardèche, Pardès, coll. « Qui suis-je », 2012. Voir aussi : Ghislaine Desbuissons, « Maurice Bardèche : un précurseur du “révisionnisme” », Relations internationales, n° 65, printemps 1991, p. 23-37.

2 Alice Kaplan, Intelligence avec l’ennemi. Le procès Brasillach, Gallimard, 2001.

3 Henri Bardèche, le frère préféré de Maurice Bardèche, a été le secrétaire du conseil d’administration de la librairie « Rive Gauche », haut lieu de la collaboration intellectuelle. Il a été condamné à cinq ans de travaux forcés et dix ans de dégradation nationale, par la cour de justice de la Seine le 1er juin 1945. Alors qu’il purge sa peine, il se porte volontaire pour des travaux d’utilité publique, et décède, à la suite d’un accident de montagne, le 26 janvier 1948. Voir Maurice Bardèche, Souvenirs, Buchet-Chastel, 1993, p. 207.

4 Ibid., p. 227.

5 Sur Georges Ascoli (1882-1944), voir Gustave Charlier, « Nécrologie », Revue belge de philosophie et d’histoire, vol. 25, 1946, p. 465-466.

6 Maurice Bardèche obtiendra l’annulation, par le tribunal administratif de Rouen, de l’arrêté du 13 avril 1946, le 1er mars 1957. Source : Archives départementales de Lille. Cote : 1897 W 2380. Les renseignements concernant la carrière universitaire de Maurice Bardèche proviennent de ce dossier.

7 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, op. cit., p. 47.

8 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy [1987], Seuil, 1990, p. 176-183. Les références majeures concernant l’histoire du négationnisme sont : Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire, Éditions La Découverte, 1987 ; Florent Brayard, Comment l’idée vint à M. Rassinier. Naissance du révisionnisme, Fayard, 1996 et Valérie Higounet, Histoire du négationnisme en France, Seuil, 2000.

9 Florent Brayard, Comment l’idée vint à M. Rassinier, op. cit., p. 230-231.

10 André Chamson, « L’homme contre l’histoire », Écrits, Grasset, 1927, p. 70.

11 Maurice Bardèche, « Principes et résultats de l’épuration », Défense de l’Occident, 1957, p. 154-158.

12 Honoré de Balzac, La Comédie humaine, André Martel éditeur, 1946, t. ii, p. iv. Les mentions à cette édition seront faites, dans la suite du texte, sous la forme : CH, suivi de la date et de la tomaison.

13 CH, 1949, t. xiii, p. i-ii.

14 CH, 1948, t.ix, p. v.

15 Maurice Bardèche, Une interprétation de Balzac, André Martel éditeur, 1951, p. 2. Cet essai de vingt-huit pages est présenté comme un « supplément » aux trente volumes de La Comédie humaine.

16 CH, 1950, t. xix, p. x.

17 Pierre-Georges Castex, « Où en sont les études balzaciennes ? », L’Information littéraire, 1955, vol. vii, p. 174.

18 CH, 1946, t. i, p. xvi.

19 Ibid., p. xx.

20 CH, 1947, t. iv, p. xi.

21 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, op. cit., p. 54-55.

22 Maurice Bardèche, Souvenirs, op. cit., p. 226-227.

23 « Un immense défaut dans les lois humaines, une lacune effroyable, celle des crimes purement moraux, contre lesquels il n’existe aucune répression, qui ne laissent point de traces, insaisissables comme la pensée […] ». In CH, 1946, t. i, p. xvi.

24 Balzac, L’Envers de l’histoire contemporaine [1848], Gallimard, « Folio », p. 64-65.

25 Pour le déploiement de cette uchronie, voir Anne Simonin, « 1815 en 1945 : les formes littéraires de la défaite », Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 59, 1998, p. 48-61 et « Le droit à l’innocence. Le discours littéraire face à l’épuration », Sociétés et Représentations, n° 11, mars 2001, p. 121-143.

26 Pol Vandromme, La Droite buissonnière, op. cit., p. 50.

27 Maurice Bardèche, Souvenirs, op. cit., p. 207.

28 Lettre de Robert Brasillach à Maurice Bardèche, le 16 décembre 1944. Cité par Alice Kaplan, Intelligence avec l’ennemi, op. cit., p. 282, note 13.

29 Maurice Bardèche, Stendhal romancier, La Table Ronde, 1947, p. 93.

30 Ibid., p. 415.

31 CH, 1948, t. xi, p. v.

32 CH, 1949, t. xiii, p. ii.

33 Ibid., p. iv.

34 Maurice Bardèche, Lettre à François Mauriac, La Pensée Libre, 1947, p. 10.

35 Albert Béguin, « Le Curé de village », Balzac lu et relu, Seuil, 1965, p. 195 : « J’ai longtemps tenu Le Curé de village pour le chef-d’œuvre de Balzac, ou tout au moins pour le meilleur de ses romans non balzaciens. »

36 Maurice Bardèche, Balzac romancier, Plon, 1943, p. 386 et Balzac romancier. La formation de l’art du roman chez Balzac jusqu’à la publication du Père Goriot (1820-1835), Plon, 1941, p. 600 : « Il y a peut-être des instants où Balzac ne suit plus qu’une implacable vision, des instants où il est sur son trépied. On peut croire à ces “états seconds” du romancier. On peut en sourire aussi. Mais quelle admiration ne faut-il pas avoir alors pour l’habileté ou l’instinct de l’artiste qui arrive à nous faire croire à ses moments de transe ! ».

37 Balzac, Le Curé de village, Gallimard, « Folio », p. 102.

38 Pierre Barbéris, « Préface ». Dans Balzac, Le Curé de village, Le Livre de poche, 1972, p. xxxiv-xxxv.

39 Pierre Barbéris, « Mythes balzaciens (ii) Le Curé de village », La Nouvelle Critique, n° 170, novembre 1965, p. 110.

40 Marcel Rousselet (1894-1983), premier président de la Cour d’appel de Paris, membre de l’Institut, fut l’un des collaborateurs de la deuxième édition annotée du Code Pénal d’Émile Garçon. Magistrat jouissant d’un grand respect de la part de ses confrères, son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique lui valut une mise à la retraite anticipée au moment du procès Salan en 1962. Marcel Rousselet est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire de la magistrature française des origines à nos jours (Plon, 1957). Voir Jean Chazal, « Nécrologie », Bulletin de la société de législation comparée, vol. 36, n° I, 1984, p. 161-162.

41 Marcel Rousselet, Les Cas de conscience du magistrat, Librairie Académique Perrin, 1967, p. 28.

42 Alice Kaplan, Intelligence avec l’ennemi, op. cit., p. 123-137.

43 Jacques Isorni, Le Procès de Robert Brasillach, Flammarion, 1946, p. 25.

44 Anne Simonin, L’Honneur dans la République. Une histoire de l’indignité 1791-1958, Grasset, 2008, p. 429-508.

45 Pierre Barbéris ne dit pas que Rossellini a lu et adapté Le Curé de Village avec Europe 51 (voir « Préface », dans Balzac, Le Curé de village, Le Livre de poche, 1972, p. xlii) mais que les œuvres se font écho, et que pour qui connaît Véronique Graslin, le personnage d’Ingrid Bergman est encore plus saisissant.

Auteur

Maison française d’Oxford (Royaume-Uni)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540