Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’exception et la France contemporaine

 | 
Marc Dambre
, 
Richard J Golsan

Avant-propos

Marc Dambre et Richard J. Golsan

Texte intégral

  • 1 « French Exception (part 1) », Guest co-editors R. J. Golsan and M. Dambre, Contemporary French & F (...)
  • 2 Pierre Lepape, Le Pays de la littérature. Des serments de Strasbourg à l’enterrement de Sartre, Seu (...)

1Depuis quelque temps déjà, exception fait corps tant bien que mal avec française. Les chercheurs de l’Université Texas A&M ont donc décidé d’en faire en 2007 le sujet de la rencontre annuelle des Études françaises sur les xxe et xxie siècles, en collaboration avec l’équipe Écritures de la modernité, de la Sorbonne Nouvelle. De ces exposés et débats est déjà sorti, en deux livraisons de revue, French Exception1. Voici le second ensemble, dont le titre diffère : il signifie un déplacement d’accent. Car, si le présent volume prend en compte l’exception française comme représentation empreinte de culture, il est davantage axé sur les formes et visions que l’exception en tant que telle produit dans les œuvres littéraires. Est-ce un paradoxe d’écrire que cette approche distante de « l’exception française » en est une autre manifestation ? Assez récemment, un essayiste croyait pouvoir intituler son livre Le Pays de la littérature2, sans autre précision.

2La perspective générale du volume fait d’ailleurs apparaître deux orientations dominantes. Une première partie privilégie la relation entre histoire et société, exception nationale et culture. La seconde partie s’attache aux œuvres modernes et contemporaines qui jouent de la référence, nationale ou non, résistent aux classifications, voire, par hybridation, en recréent.

3Dans le volet « Histoire, imaginaire », il revenait à un historien, Henry Rousso, de proposer une mise au point sur ladite exception, de suggérer à la fois les implications et les apories de la notion, tant dans le métier d’historien que dans les pratiques actuelles du pays. Le contrechamp de la fiction, face au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale et face à notre aujourd’hui, est apporté par deux romanciers qui ont beaucoup provoqué, Jonathan Littell et Michel Houellebecq. La singularité des Bienveillantes inspire à Susan Suleiman une réflexion élaborée sur le bourreau témoin, à partir des positions de l’écrivain américain français ; et Richard J. Golsan, étudiant comment le livre a été reçu en France, dégage les implicites de cet accueil spécifique. Quant à l’œuvre de Houellebecq, elle offre l’intérêt, selon Maud Granger Remy, d’éclairer comment la globalisation bat en brèche l’exception française. Enfin, de l’histoire à l’essai, à partir de Nous autres, modernes d’Alain Finkielkraut et de La Tyrannie de la pénitence de Pascal Bruckner, Nathan Bracher décrit une France tendue face à l’impératif moderne et au scandale du passé. Bruckner enfonce le clou quand il voit dans « le narcissisme de l’échec » une spécialité hexagonale.

4Pour tenter de comprendre les phénomènes de « l’exception » dans notre aujourd’hui, il convient de se placer aussi dans le temps plus long des modernités, car s’il est bien vrai que la modernité ne se résume pas à la conception baudelairienne à laquelle on revient toujours, il faut l’interroger dans sa pluralité, et en observer les avatars idéologiques, moraux et imaginaires. C’est ainsi que, mettant en regard classicisme et modernité à travers l’héroïsme cornélien, Hélène Merlin-Kajman présente le théâtre « classique » comme genre de la différence et y voit « l’anti-exception française ». Ralph Schoolcraft propose, de Maupassant à Beigbeder, la continuité logique d’un sous-genre, une généalogie de romans familiaux du libéralisme. Melanie Hawthorne examine comment, du début de siècle au second demi-siècle, l’homosexualité a induit des stratégies de l’autocensure chez Mireille Havet et Laure Charpentier, et comment elles tendaient ainsi à s’exclure de leur exception. Questions de genre, sur lesquelles achoppe la prétention d’un universalisme… Question de peau, aussi. Michel Leiris a beau ne pas céder à ce que le racisme a produit de pire à l’époque où il écrivait L’Afrique fantôme : il n’échappe pas, comme l’explique Ruth Larson, à certaine emprise du colonialisme de son temps, préjugés raciaux inclus ; mais la lecture critique qu’il s’impose fait tout le prix du parcours accompli. Questions de texte, questions de sexe… L’étude d’Aurélia Paris de Marguerite Duras par Anaïs Frantz, celle d’Ombre sultane d’Assia Djebar par Mireille Calle-Gruber démontrent à leur manière que les études de genre, d’un côté de l’Océan à l’autre, ne sont pas forcément du même genre.

5Le deuxième volet accorde une place plus restreinte à la dimension strictement comparatiste ou culturelle attendue. Elle est illustrée par Pierre Assouline, dans un face-à-face de la biographie à la française et de la biographie à l’anglo-saxonne, mais aussi par Anne Mairesse, qui expose la démarche translinguistique adoptée par la Japonaise Ryoko Sekiguchi. De même, Sabrinelle Bedrane étudie chez Antoine Volodine un « communisme de la parole », Laurent Fourcaut, chez Esther Tellermann, une parole qui subsume tous les discours et Johan Faerber, chez Laurent Mauvignier, une « exception démocratique de l’écriture ».

6Mais toutes ces études sont focalisées sur l’objet littéraire, et, dans un premier sous-ensemble, sur les poétiques à l’œuvre. Si Pierre Assouline compare les modèles biographiques, il en esquisse les particularités de genre. Philippe Vilain ne procède pas autrement pour l’autofiction, qui flirte avec l’exception (l’aporie ?) théorique. En ce début de xxie siècle, les textes drôles de Pierre Senges, drôles de textes, s’ordonnent selon Audrey Camus autour de l’idiot littéraire, seule figure capable de problématiser l’idiotie du réel ; et, logiquement, l’œuvre se moque des classifications, elle les gomme ou les croise. Cette hybridité générique, Antoine Volodine la pratique en multipliant les narrateurs, les hétéronymes, les types de textes, ou en associant littérature et arts. Quant à la poétique de la poésie contemporaine, elle ne cesse de se ressourcer dans le défi qu’elle lance elle aussi à la règle. Anne Mairesse, Dominique Rincé et Laurent Fourcaut l’attestent en abordant certains recueils de poètes aussi divers que Sekiguchi, Fourcade et Tellermann. En partage : une quête du renouvellement formel qui regarde vers l’absolu.

7Loin du roman qui monopolise l’institution littéraire, la plupart de ces auteurs mènent, pourrait-on dire, le combat de la littérature comme création. Intérioriser la norme du roman, n’est-ce pas s’exposer à répéter ?

  • 3 Tzvetan Todorov, La Littérature en péril, Flammarion, coll. « Café Voltaire », 2007. Il est questio (...)

8Le dernier sous-ensemble répond à la question en abordant le roman de ces soixante dernières années. Sur cette production, il existe un lieu commun selon lequel toute l’invention fut du côté du Nouveau Roman et, depuis, condamné par Todorov, le formalisme serait l’une des perversions qui mettraient la littérature contemporaine en danger3. Or de nombreux exemples font douter du bien-fondé de ce sentiment général. Dans les années cinquante, des écrivains ont cultivé le romanesque tant décrié par les novateurs, et ce ne sont pas les moindres. Jean Giono a réinventé son esthétique, et André Dhôtel s’est créé un univers bien à lui : Alain Schaffner le montre avec Le Hussard sur le toit, et Marie-Hélène Boblet avec Les Chemins du long voyage. La littérature considérée comme art appelle l’exception ; encore faut-il s’entendre sur la formule. Ainsi Bernard Frank, après avoir écrit un roman et un récit à la française, est resté sans nouveau roman… Mais cet écrivain épris de romanesque, explique Marc Dambre, a finalement trouvé dans la chronique son exception. Dans l’immédiat contemporain, Jean-Philippe Toussaint et Laurent Mauvignier se soucient de recherche stylistique, langagière et formelle, ils ne fuient pas pour autant le romanesque. Ces deux romanciers des Éditions de Minuit nous montrent des sujets qui affrontent « les gens », les lieux, un monde reconnaissable. Mais comme pour Giono et Dhôtel, cette réalité n’a rien à voir avec la longue descendance du naturalisme qui a longtemps fait les beaux jours de l’académie Goncourt. Dans Fuir de Toussaint, la surprise serait, selon Aurélien Pigeat, le principe esthétique à l’œuvre. Dans Loin d’eux de Mauvignier, le personnage meurt de ne pouvoir parler, nous dit Faerber ; il meurt d’une phrase non dite, parce que le langage ne dit rien et se dérobe aux hommes. Au romancier de redonner à la langue la force dont la communauté est exceptée.

  • 4 Antoine Compagnon, Leçon inaugurale, Chaire de littérature française moderne et contemporaine : his (...)

9Antoine Compagnon a observé que, depuis le xixe siècle, tradition historique et tradition théorique alternent dans les études littéraires en France : la première considère l’œuvre comme autre, dans la distance de son temps et de son lieu ; la seconde envisage l’œuvre comme même, valeur éternelle et universelle4. Le diptyque constitué par le présent volume reflète en partie cette distinction, mais sur le mode de la tendance.

  • 5 Pourquoi la France ? Des historiens américains racontent leur passion pour l’Hexagone, Laura Lee Do (...)

10Ces exposés sont le fruit de rencontres entre écrivains et chercheurs issus de plusieurs générations, exerçant leur métier sur l’un des deux rivages de l’Atlantique. Le quart d’entre nous est constitué d’Américains qui ont fait de la France un sujet de réflexion et d’étude. Les Français se répartissent à peu près également entre ceux qui ont enseigné ou cherché assez longtemps aux États-Unis ou en Amérique du Nord, ceux qui y ont séjourné pour des conférences ou des visites, ceux enfin, les plus jeunes, qui voudraient connaître mieux. À sa façon, chacun a choisi l’autre rivage, l’autre pays. La liste des auteurs, en fin de volume, donne une idée de cette diversité, même si les statistiques ne signifient pas grand-chose. Pour certains d’entre nous, le rapport à l’espace géographique et culturel n’apparaît pas directement dans notre contribution ; le sujet et l’approche ne le permettaient pas toujours. Et s’il existe un équilibre en dépit des différences de situation, il n’a pas été fixé à priori. La question de l’exception française aurait pu colorer le projet d’un espoir de représentativité. S’il y avait eu cette intention, il eût fallu mener le projet autrement, prendre par exemple à proportions égales ceux qui ont « choisi » la France  et ceux qui ont « choisi » les États-Unis, dans l’esprit qui a déterminé une telle entreprise du côté des historiens5. Beau sujet, en tout cas. Mais sans doute reste-t-il dans ce volume autre chose que les liens noués, quelque chose comme le génie du lieu.

11D’une contribution à l’autre, il n’est pas rare que le registre change. De l’exception, il faut tout attendre. Certains textes marquent une part personnelle plus affirmée. C’est que, en général, il s’agit des conférences dites plénières, celles d’Henry Rousso, Susan Suleiman, Pascal Bruckner, Pierre Assouline et Philippe Vilain : le ton en a été conservé. Mais l’engagement est commun à tous.

12Nous tenons à remercier tout particulièrement Sylvie Grousset de sa collaboration experte à la mise au point éditoriale des textes.

13Enfin, nous sommes reconnaissants de l’écoute attentive des institutions qui ont soutenu financièrement et moralement cette initiative dans la durée : d’une part, l’Université Texas A&M et son Département d’Études européennes classiques et modernes, d’autre part, le Conseil scientifique de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et l’équipe de recherche « Écritures de la modernité » (Paris 3 / CNRS).

Notes

1 « French Exception (part 1) », Guest co-editors R. J. Golsan and M. Dambre, Contemporary French & Francophone Studies : Sites, 12-3, august 2008 ; « French Exception (part 2) », Guest co-editor R. Schoolcraft, 12-4, october 2008.

2 Pierre Lepape, Le Pays de la littérature. Des serments de Strasbourg à l’enterrement de Sartre, Seuil, 2003 ; repris en coll. « Points », 2007.

3 Tzvetan Todorov, La Littérature en péril, Flammarion, coll. « Café Voltaire », 2007. Il est question d’un formalisme que complètent solipsisme et narcissisme, p. 36.

4 Antoine Compagnon, Leçon inaugurale, Chaire de littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie, Collège de France, 23 novembre 2006.

5 Pourquoi la France ? Des historiens américains racontent leur passion pour l’Hexagone, Laura Lee Downs et Stéphane Gerson [dir.], Seuil, coll. « L’univers historique », 2007. Voir Alain Corbin, « Le choix de la France. Seize historiens américains témoignent du lien qu’ils ont noué avec leur sujet d’étude », Le Monde, 14 septembre 2007, p. 8.

Auteurs

Marc Dambre, professeur de littérature française à la Sorbonne Nouvelle, dirige le Centre d’études sur le roman des années cinquante au contemporain (ceracc, Écritures de la modernité). Codirections : L’Éclatement des genres au xxe siècle, 2001 ; Le Roman français au tournant du xxie siècle, 2004 ; Henri Thomas, l’écriture du secret, 2007 ; Jean Genet, Rituels de l’exhibition, 2009. Éditions : Morand, Nimier.

Richard J. Golsan, Distinguished Professor à Texas A&M University, est l’auteur de Vichy’s Afterlife: History and Counter-History in Postwar France (Nebraska, 2000) et French Writers and the Politics of Complicity (Johns Hopkins, 2006). Il dirige la South Central Review.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540