Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’exception et la France contemporaine

 | 
Marc Dambre
, 
Richard J Golsan

Modernités

Exclues de l’exception : Mireille Havet et Laure Charpentier

Melanie C. Hawthorne

Texte intégral

1On pourrait imaginer qu’une connaissance de la dynamique de l’exception (française ou autre) nous rendrait plus conscients de l’exclusion en général. L’histoire de l’exception française en particulier pourrait au moins rendre la société et la culture françaises plus aptes à reconnaître la façon dont l’exception peut être perçue, de façon soit négative (celui qui se trouve écarté), soit positive (celui dont les mérites le font remarquer parmi la foule). Il existe plusieurs sortes d’exceptions, plusieurs moyens de ne pas être « comme les autres », mais aussi plusieurs pratiques de l’exception. Parmi elles, la singularité morale et la censure de la presse. Dans cette perspective nous allons étudier deux œuvres « romanesques » restées un peu en marge, qui ont en commun la représentation de l’homosexualité féminine, mais affrontent différemment la censure : Carnaval (1923), marqué par l’autocensure, et Gigola (1972), dont la censure interdit la diffusion. L’écart d’un demi-siècle qui les sépare nous permettra de mieux comprendre ce qu’exclure veut dire.

Mireille Havet et son roman Carnaval (1923)

  • 1 Sur Mireille Havet, voir Emmanuelle Retaillaud-Bajac, Mireille Havet. L’enfant terrible, Grasset, 2 (...)
  • 2 Mireille Havet, Journal, 1918-1919, éd. Claire Paulhan, 2003, p. 10.

2Mireille Havet, née en 1898, grandit dans les années qui ont vu le passage d’une période d’insouciance, la Belle Époque, aux cataclysmes de la Première Guerre mondiale, qui a emporté nombre de ses amis, tel Guillaume Apollinaire1. Dans les années vingt, on s’adonne au plaisir autant pour se réjouir de ne pas être mort que pour occulter la culpabilité d’avoir survécu. Havet grandit dans une ambiance libérale : et la maladie de son père, peintre post-impressionniste, eut pour effet qu’enfant, elle fut peu surveillée. En marge de la scolarisation normale, Havet se trouvait dans un phalanstère bohème, lieu de rencontre pour des philosophes et des intellectuels comme Georges Izambard, le célèbre professeur de Rimbaud, et des auteurs femmes, comme George de Peyrebrune, cousine de l’écrivain décadent Rachilde. Très jeune, Havet avait pris conscience de son « inversion », et elle ne faisait aucun effort pour la cacher. Son journal intime révèle que son premier amour date de 1914, et qu’elle n’en éprouvait aucune culpabilité. Elle écrivit même à son amante : « ce que nous faisons [...] n’a rien de ce vice dont nos mères parlaient », remarque suivie un peu plus tard de cette réflexion espiègle : « Au fond, j’aurais bien voulu savoir ce qu’était l’autre chose dont nos mères parlaient2. » La famille n’était pas aisée. Mireille Havet était très sensible à ses propres difficultés économiques, mais elle côtoyait des gens d’une couche rare de la société qui ne manquaient pas de moyens. Parmi ces artistes et ces aristocrates, les goûts de Havet ne suscitaient aucun commentaire. Pour autant elle ne pouvait oublier sa position marginale. On la tolérait sans l’intégrer, et elle ressentait vivement son statut précaire. Atteinte de la tuberculose, toxicomane invétérée (morphine, cocaïne, héroïne et opium), elle mourut en 1932.

3Elle n’a laissé qu’un roman, Carnaval, roman à clef assez transparent où elle raconte sa première liaison, qui lui apprend la différence entre l’amour et le bonheur. Havet s’était liée avec Madeleine de Limur (qui venait de se marier à l’époque), au premier printemps suivant la guerre, en 1919. Havet a commencé à écrire le récit de cette histoire d’amour un an après, alors qu’elle avait rencontré quelqu’un d’autre, Marcelle Garros, veuve de l’illustre aviateur. Carnaval fut écrit au printemps de 1920, à Villefranche-sur-Mer sur la Côte d’Azur, et publié à deux reprises : d’abord dans Les Œuvres Libres en novembre 1922, puis en librairie par les éditions Albin Michel, en septembre 1923.

  • 3 Havet n’est pas mentionnée, par exemple, dans l’étude par ailleurs admirable de Jennifer E. Milliga (...)
  • 4 Outre le Journal déjà cité, ont paru aux Éditions Claire Paulhan : Journal, 1919-1924 (2005) ; Jour (...)

4Le roman a ensuite disparu sans laisser de trace3, avant de réapparaître récemment grâce à un heureux hasard. Avant sa mort en 1932, Havet avait confié ses papiers, qui comprenaient non seulement ses œuvres fictives mais aussi son journal et sa correspondance, à une amie et conseillère, Ludmilla Savitzky, actrice qui avait aussi le talent de repérer et traduire en français des écrivains de la dimension de James Joyce et Virginia Woolf. Savitzky a tout conservé dans une valise, mais a oublié, semble-t-il, de signaler l’importance de la valise à qui que ce soit avant sa mort. La valise fut donc reléguée au grenier, et elle y serait restée sans la menace d’une inondation dans la maison de la petite-fille de Savitsky. Une fuite d’eau ayant obligé cette dernière à fouiller dans ce coin oublié, elle a redécouvert la valise et son contenu, ce qui a attiré de nouveau l’attention sur Mireille Havet. Non seulement le roman Carnaval a revu le jour, mais trois volumes du journal inédit ont été édités par Claire Paulhan, avec d’autres volumes annoncés et la promesse de la publication de la correspondance avec Apollinaire4. Les volumes du journal déjà édités, couvrant la période décrite dans Carnaval, procurent une narration en parallèle avec le roman et donnent une perspective sur l’histoire romancée.

5Carnaval est un roman à clef, et tous ceux qui côtoyaient Havet connaissaient l’identité réelle des personnages. Havet changea tout de même le nom de ses protagonistes pour la publication, si bien que Madeleine de Limur devint Germaine, son mari Jean devint Jérôme, et ainsi de suite. Mais le plus grand compromis accepté par Havet pour assurer la publication de son roman ne fut pas le changement de nom, mais le changement de sexe de son personnage central. Au lieu de raconter l’amour de Mireille pour Madeleine, Carnaval présente la liaison d’un jeune homme, Daniel, avec une femme, Germaine, qui vient de se marier. Au commencement du roman, Daniel et Germaine dînent ensemble, et Daniel constate qu’il est en train de tomber amoureux de sa compagne. Au cours du récit, elle flirtera avec lui, l’encourageant puis l’écartant, le laissant sans nouvelles pendant des mois, jusqu’à ce que tous deux réunis, ils découvrent que Daniel n’est plus amoureux d’elle. L’œuvre de Havet offre des parallèles frappants avec celle de son contemporain Raymond Radiguet : Carnaval suit les pensées et les émotions de Daniel, et tente d’analyser la psychologie de l’amour.

  • 5 Carnaval, op. cit., 2005, p. 33. Toutes les références de pages sont tirées de cette réédition. Nou (...)
  • 6 Selon Marie-Jo Bonnet, beaucoup croient que les relations entre les femmes ne sont pas l’équivalent (...)

6Bien que la véritable identité des personnages soit transparente, du moins dans certains milieux, le déguisement des noms et la transformation du sexe avaient rendu le livre publiable. Ces changements n’ont pas eu d’incidence esthétique positive. Un grand nombre de scènes sont peu crédibles dès lors qu’elles se déroulent entre un homme et une femme. Par exemple, quand Germaine et Daniel en sont toujours au stade du flirt, Germaine reçoit Daniel chez sa couturière pendant un essayage, et la présence de cet homme qui n’est pas son mari ne provoque pas de commentaire. Une femme (Madeleine) accompagnée d’une amie (Mireille) n’aurait pas suscité de commentaires, en effet, mais Havet change le sexe de l’amie sans penser aux conséquences pour la scène. Les questions de pudeur sont absentes : l’homme n’étant pas son mari, comment cette intimité peut-elle être interprétée sinon comme celle de deux amants5 ? Havet constate que « Germaine lui donne rendez-vous chez tous ses fournisseurs, le traitant comme une amie dont on n’est point jalouse ou comme une femme de chambre » (34), ce qui passe facilement quand il s’agit « d’une amie » qui pourrait ressembler à « une femme de chambre », mais non quand il s’agit de faire croire qu’un ami (masculin) n’est qu’une femme de chambre. Daniel finit par bien connaître Thérèse, la vraie femme de chambre (fictive) de Germaine, puisqu’il est tout le temps à faire les cent pas chez Germaine en attendant qu’elle rentre de soirées mondaines où il n’est pas invité. Il attend parfois pendant longtemps, et parfois en vain. Là encore, l’accès aux endroits intimes de la maison suscite peu de commentaires quand la personne passe pour une jeune amie de la maîtresse de maison, mais on a peine à croire que l’attention du mari ne soit pas attirée par cette intrusion. Bien évidemment, le mari Jérôme se met à douter après un certain temps, et ce sont les réactions de ce mari trompé qui fourniront le troisième et dernier exemple de la façon dont Carnaval se trouve déformé par les compromis opérés en vue de la publication. La première réaction de Jérôme, c’est de trouver que la liaison de sa femme avec Daniel est excitante. En réalité, il apparaît que le sexe de sa rivale est capital pour sa tolérance. Pour Jean de Limur (le vrai Jérôme), il était plus facile de neutraliser la menace et même d’intégrer l’infidélité de sa femme dans leurs rapports sexuels (comme le suggère Havet, voir Carnaval, 39), « l’autre » étant une jeune femme de vingt ans6. Sa jalousie se pondèrera lorsqu’il tombera amoureux d’une autre femme ; il délaissera progressivement sa propre femme, qu’il quittera d’ailleurs pour cette tierce personne. Jérôme, l’analogue fictif de Jean, reste tolérant et amical pendant une longue période. Après un petit contretemps entre Daniel et Germaine, les trois se rejoignent pour prendre des cocktails au Meurice. Germaine propose que les deux hommes l’accompagnent pour acheter un chapeau, mais son mari résiste : « On va nous prendre pour le mari et l’amant » (46)… L’expression « prendre pour » laisse supposer une erreur, une méconnaissance ; la vérité est plus simple : c’est celle d’un prélèvement textuel sur la vie vécue. Dans le roman, ce n’est pas Jérôme et Daniel qui « passent pour », mais Havet qui se fait passer pour un homme dans une œuvre autobiographique. Ce travestissement – dans les deux sens du terme, le sens littéral d’un déguisement et le sens figuratif d’une déformation – résume le travail entrepris par Havet pour rendre son récit exceptionnel (un récit qui se fait remarquer…) sans qu’il soit exclu (… remarqué pour ses qualités littéraires et non pour outrage aux bonnes mœurs).

  • 7 Claire Paulhan, « Introduction », Carnaval : roman autobiographique, op. cit., p. 10.

7Cette transformation est évoquée dans le titre du livre. Comme le note Claire Paulhan dans son introduction à l’édition de 2005, le mot évoque « l’arlequinade, le travestissement, la fête foraine, les masques, les pantins7 ». Ce sont tous des éléments importants, certes, mais il faut aller plus loin. La période nommée carnaval est connue non seulement pour tous les déguisements qu’elle encourage, mais aussi pour les inversions de rôles sociaux qu’elle autorise : les domestiques deviennent les maîtres et les maîtres servent. C’est aussi le moment où les lois contre le travestissement – lois encore en vigueur dans les années vingt – étaient suspendues, moment où les femmes pouvaient légitimement se travestir en homme (et vice versa), et des Mireille se travestir en Daniel. Le carnaval, donc, est le moment où l’exception devient la norme, où tout ce qui est habituellement exclu, tout ce qui reste sur les marges, devient central. Le titre du roman nous signale donc clairement l’inversion sexuelle que Havet a réprimée dans son alter ego narratif, et en même temps le travestissement sexuel qui a transformé Mireille en Daniel.

Laure Charpentier et son roman Gigola (1972)

  • 8 Laure Charpentier, Gigola, Jean-Jacques Pauvert, 1972.

8Mireille Havet était prête à faire ces concessions pour assurer la publication de son roman, bien que les traces de ces changements soient encore lisibles dans son titre. Cinquante ans plus tard, Laure Charpentier n’accepte de faire aucun de ces compromis. Son roman Gigola fut publié par Pauvert en 1972 sous son nom de jeune fille, Laure Foucher, et tout de suite il se trouva interdit par la censure qui défendait non sa publication mais sa vente, jugement qui condamna le roman aux limbes de la non-lecture8.

9Écrit à la première personne, le roman de Charpentier se présente comme autobiographique : par exemple, l’héroïne porte le prénom de l’auteure. Comme Mireille Havet (la personne, pas la romancière), Gigola ne cache pas qu’elle préfère les femmes. D’autre part, Gigola n’est pas sans rappeler Carnaval, mais Laure décide de devenir, comme le titre le suggère, une « gigola », c’est-à-dire l’équivalent féminin d’un gigolo. Comme son frère, la gigola propose un échange d’attentions sexuelles contre des considérations financières (et autres) ; mais alors que la femme qui couche avec des hommes s’appelle une prostituée ou une courtisane selon le prix de ses services, la gigola (comme le gigolo) est plus ambiguë et vise les femmes d’une certaine classe. L’héroïne du roman de Charpentier, « le plus équivoque des gigolos » selon le ruban rouge publicitaire de la première édition, n’est pas forcément sympathique dans la façon dont elle manipule son image et exploite les autres (y compris une grue dont le nom Danielle n’est pas sans évoquer l’alter ego de Mireille Havet). Laure/Gigola ne s’excuse pas et ne demande pas à ses lecteurs et lectrices d’être sentimentaux. Gigola est une marginale qui ne cherche pas à s’intégrer, mais le roman finit par suggérer que ces exclus de la bonne société sont plus admirables que les gens ordinaires : leur perspective honnête nous révèle l’hypocrisie de la société quotidienne.

10Charpentier, tout comme Havet, aurait pu changer le sexe de sa protagoniste pour rendre son roman plus acceptable. L’histoire d’un homme qui exploite affectivement et économiquement des femmes aurait facilement contourné la censure, mais Charpentier ne l’a pas voulu. Elle n’a fait aucun effort pour duper les censeurs, qui déjà surveillaient Pauvert. Les censeurs n’ont pas interdit la publication du roman, seulement sa diffusion, et donc Gigola est resté hors circulation pendant trente ans, jusqu’à sa réédition récente par Fayard en 2002.

  • 9 Toutes les citations sont tirées de l’édition : Laure Charpentier, Gigola, Arthème Fayard, 2002.
  • 10 Pour ceux qui sont tentés de voir un rapport avec Proust dans ce nom si évocateur, Charpentier nie (...)
  • 11 Judith Halberstam, Female Masculinity, Durham, Duke University Press, 1998.

11Le résultat de ce choix de la part de Charpentier est un roman piquant. Au lieu de proposer un érotisme entre femmes, doux et peu troublant, qui ne menace pas la société, Charpentier nous révèle une aventurière endurcie : « Instinctivement, j’allais vers le luxe, et le luxe m’aimait. Très jeune, je n’appréciais que le platine, la soie, les objets rares, les matières dites introuvables9. » (27) Havet aurait pu en dire autant, fascinée qu’elle était par le luxe qu’elle voyait miroiter autour d’elle. Selon son journal, n’avait-elle pas pensé, à un certain moment, prendre une maîtresse qui consentirait à l’entretenir ? De même, Gigola y pense et passe à l’action, cherchant un « sugar-daddy », un papa doux mais dans la personne d’une femme capable de lui donner les bonnes choses qui l’attirent « instinctivement ». Gigola trouve ce patron – on ne peut guère l’appeler une matrone – quand elle rencontre une veuve richissime, Odette, qui offre à Gigola, dès la première rencontre, les clés d’une voiture de sport Lotus accompagnées d’un chèque généreux10. En retour, Gigola doit faire l’amour avec sa bienfaitrice, bien que l’acte la dégoûte à cause de la décrépitude de cette femme déjà âgée : ses rides, ses seins pendants, ses stries, tout est fait pour déplaire à l’esthète Gigola. Dans une scène mémorable qui a dû enlever au roman toute chance d’échapper aux censeurs, Gigola, pour satisfaire son amante vorace, se sert de sa canne à pommeau en tête de python sertie d’yeux verts en bijoux comme godemiché improvisé. Gigola est une fière garçonne qui a besoin d’une vraie femme pour sentir pleinement sa virilité, tout en restant femme elle-même, exemple de ce que Judith Halberstam appelle la « masculinité féminine11 ».

  • 12 Laure Charpentier, Père, impair et passe, Denoël, 1998.

12La garçonne est un personnage qui revient avec insistance dans l’œuvre de Charpentier. Le personnage de George (ainsi nommée en hommage à Sand) dans Père, impair et passe12 fait écho à Gigola, malgré les années qui les séparent (et pas seulement parce que George se fait re-baptiser Laure – parce qu’elle vaut de « l’or » – par son mari Guy Charpentier). Les deux Laure abandonnent les études de médecine pour hanter les quartiers mal famés comme Pigalle, entourées de prostituées et de proxénètes. Toutes deux racontent à la première personne leurs aventures la nuit en compagnie de ces marginaux qui font cause commune avec la garçonne, partout éconduite. Mais ces garçonnes, souvent prises pour des hommes, éprouvent un grand besoin d’être mères. Comme l’explique George :

  • 13 Ibid., p. 134.

Porter et enfanter un petit, cela m’a toujours semblé le comble du bonheur pour une femme. Inès [l’équivalent d’Odette dans cette histoire] m’avait fait comprendre que je pouvais tenter l’expérience, à condition que ce ne soit pas une histoire d’amour entre l’homme et moi. Un étalon, en quelque sorte ! Pas facile à dénicher, celui-là ! Surtout lorsqu’on s’habille en homme, qu’on s’appelle George, qu’on fréquente les bars de femme et qu’on est vierge à vingt et un ans et demi, une vraie tare13 !

13Gigola et George ont chacune recours à un maquereau pour réaliser ce rêve. Si la maternité lesbienne est plus ou moins reconnue et acceptée dans les années quatre-vingt-dix qui voient la publication de Père, impair et passe, on ne peut pas en dire autant pour les années soixante-dix, l’époque de Gigola. Ainsi, Gigola (ou George) choque non seulement à cause de son comportement sexuel (la prostitution entre femmes), mais aussi par son refus de rester dans les catégories, car même les marginaux doivent suivre les règles.

14C’est ce désir maternel qui rend les personnages de Charpentier intéressants. L’exception qui revendique sa situation de hors-la-loi tout en suggérant une certaine supériorité par rapport aux gens « normaux », c’est un stéréotype du romantisme. Mais même de cette catégorie à part, les Laure sont écartées. Pour autant, ces romans n’en revendiquent pas moins pour les exclus leurs propres points aveugles. Une garçonne, c’est déjà troublant, mais une garçonne mère brouille vraiment les pistes, et même ceux qui ont l’habitude de les suivre s’y perdent.

15Gigola la garçonne présente une image masculine conforme aux normes sociales pour ce qui concerne sa façon de séparer amour et plaisir physique, et elle remet en question le présupposé selon lequel, pour les femmes (surtout entre elles), l’expression sexuelle est désintéressée et diffuse. À plusieurs reprises, Odette fait profession de son amour pour « Gigi », comme elle l’appelle (son chéquier lui en donne le droit) ; et le sobriquet n’est pas sans évoquer une comparaison ironique avec le personnage de Colette qui sait, elle aussi, comment s’y prendre pour avoir ce qu’elle désire. À la suite de ces déclarations, Gigola lui répond vertement de ne pas dire de bêtises : ce sont « des histoires de cul » et autant le dire. Mais Gigola refuse de rester « homme » en voulant poursuivre son rôle de mère, et évite ainsi une étiquette trop simple.

16La Gigola, écartée de la bonne société, peut fréquenter d’autres créatures de la nuit à la sexualité équivoque, tandis que Laure, qui se veut aussi mère, va se trouver doublement exclue : par la bonne société et par les autres exclus. Le dénouement de Gigola arrive quand Odette meurt subitement, léguant tout à sa chère Gigola. Pour celle-ci, c’est le moment de rompre avec le passé, car elle fait désormais partie « d’une race différente, privilégiée » (174), dont les membres peuvent faire ce qu’ils veulent, protégés par la richesse... Laure, elle, n’arrive pas à maintenir son statut, elle est condamnée à rester une exclue. Puisqu’elle n’est plus une gigola, elle ne réussit plus à maintenir la différence entre amour et plaisir. Erreur capitale, car elle tombe amoureuse de sa psychiatre, Alice, et tue son mari à cause de sa jalousie. À la fin du roman, donc, Laure rejoint un autre groupe d’exclus : elle est maintenant criminelle.

17Les personnages de Daniel et de Gigola représentent, on l’a vu, une situation d’exclusion influencée par l’expérience de la censure vécue par leurs créatrices. Les deux auteures acceptent de l’autocensure, mais sous des formes différentes. Pour Mireille Havet, changer le sexe du personnage principal a rendu son roman publiable, mais en le déformant. Pour Charpentier, l’autocensure veut dire accepter le jugement de 1972 et un sursis indéfini pour la diffusion d’un livre non autocensuré.

18Plusieurs décennies plus tard, le climat a changé et Gigola peut enfin circuler librement ; il serait même question actuellement d’en tirer un film. Grâce à d’autres « guerriers du genre » (gender warriors) – tels Leslie Feinberg, dont le roman d’inspiration autobiographique Stone Butch Blues (1993) a attiré l’attention sur le phénomène de la garçonne –, l’œuvre de Charpentier peut s’adresser à des lecteurs avertis. Sa garçonne maternelle reste unique, et le temps qui passe fait de la romancière une pionnière.

19Tous ces personnages, les fictifs comme les réels, se sentent à l’écart de la société en quelque sorte. D’un côté, un demi-siècle sépare le Carnaval de Havet et la Gigola de Charpentier, mais de l’autre, des parallèles frappants demeurent. En particulier, un détail relie l’auteur Havet au personnage Gigola, puisque Havet elle-même devait vivre un peu en gigola ; elle était une femme entretenue, nous l’avons vu… Dans les années qui suivent la publication de Carnaval, « [elle] – écrit Claire Paulhan – [...] n’a aucun tabou, aucune prudence. […] [Elle] a coupé ses cheveux, porte des vestes d’homme, une cravate » et, dernier détail, « [elle] manie une canne de jonc » (Carnaval, Introduction, 7-8). Bien sûr, cette canne n’est pas surmontée d’une tête de python aux yeux incrustés de bijoux, à ce que l’on sache du moins, mais comment ne pas tirer la conclusion que, déjà dans les années vingt, Havet menait la vie d’une gigola ? Elle n’a pas réussi à résister aux drogues avant de succomber à une tuberculose, comme Gigola qui s’adonne à l’alcool. Laure Charpentier aurait pu suivre elle aussi le chemin de son héroïne en proie aux excès alcooliques, mais elle a su quitter ce chemin. Elle est aujourd’hui pionnière dans les mouvements de femmes contre l’alcoolisme. Finalement, les exclus de l’exception finissent par former une tradition dans leur propre exception.

Notes

1 Sur Mireille Havet, voir Emmanuelle Retaillaud-Bajac, Mireille Havet. L’enfant terrible, Grasset, 2008.

2 Mireille Havet, Journal, 1918-1919, éd. Claire Paulhan, 2003, p. 10.

3 Havet n’est pas mentionnée, par exemple, dans l’étude par ailleurs admirable de Jennifer E. Milligan, The Forgotten Generation French Women Writers of the Inter-war Period, Oxford et New York, Berg, 1996.

4 Outre le Journal déjà cité, ont paru aux Éditions Claire Paulhan : Journal, 1919-1924 (2005) ; Journal, 1924-1927 (2008) ; Journal, 1928-1929 (2010), Carnaval : roman autobiographique, suivi de 37 extraits du journal de l’auteur, 2 poèmes, 54 lettres & 50 articles (2005).

5 Carnaval, op. cit., 2005, p. 33. Toutes les références de pages sont tirées de cette réédition. Nous mentionnerons désormais les folios entre parenthèses, dans le corps du texte.

6 Selon Marie-Jo Bonnet, beaucoup croient que les relations entre les femmes ne sont pas l’équivalent de vrais rapports sexuels, et donc ne posent pas de problème pour les rapports hétérosexuels. Voir Un Choix sans équivoque : recherches historiques sur les relations amoureuses entre les femmes xvie-xxe siècles, Denoël, 1981, p. 48.

7 Claire Paulhan, « Introduction », Carnaval : roman autobiographique, op. cit., p. 10.

8 Laure Charpentier, Gigola, Jean-Jacques Pauvert, 1972.

9 Toutes les citations sont tirées de l’édition : Laure Charpentier, Gigola, Arthème Fayard, 2002.

10 Pour ceux qui sont tentés de voir un rapport avec Proust dans ce nom si évocateur, Charpentier nie cette influence (communication personnelle de l’auteur). Le nom fait pourtant écho : Odette, c’est aussi le prénom de la comtesse lesbienne qui veut séduire l’héroïne du Roman de Violette (par la marquise de Mannoury d’Ectot ; 1883), un « récit d’initiation dans la tradition libertine » selon Laure Murat ; voir sa discussion du roman dans La Loi du genre : une histoire culturelle du « troisième sexe », Fayard, 2006, p. 100-102

11 Judith Halberstam, Female Masculinity, Durham, Duke University Press, 1998.

12 Laure Charpentier, Père, impair et passe, Denoël, 1998.

13 Ibid., p. 134.

Auteur

Melanie Hawthorne, professeure de français à Texas A&M University, est notamment spécialiste de Rachilde : elle a publié deux de ses romans en traduction et une biographie critique, Rachilde and French Women’s Authorship. Elle travaille actuellement sur Gisèle d’Estoc.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540