Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Perspectives critiques et propositions littéraires

(Ré)générations. Rythmer le contemporain

Laurent Demanze

Texte intégral

Historiciser le présent

  • 1 Jean-Pierre Richard, 1996, Terrains de lectures, Paris, Gallimard. Le colloque Vers une cartographi (...)

1Qui tente de fixer les limites de la littérature contemporaine est souvent amené à la décrire comme une séquence ou une période ouvertes depuis les années 1980. Le contemporain est en effet fréquemment saisi comme un infléchissement ou une rupture avec une veine expérimentale, issue des avant-gardes. Le terme même de contemporain n’est pas sans risque : s’il est hospitalier aux interprétations plurielles, son imprécision menace pourtant de susciter un surcroît d’homogénéité, qui écrase les durées internes et estompe les inflexions intérieures. C’est ce risque que l’on perçoit dans l’usage critique des métaphores spatiales. Cette spatialisation d’une période permet en effet de saisir une séquence sous couvert de cartographie ou de terrain d’enquêtes, au risque de neutraliser l’historicité interne de la notion : l’on songe notamment aux Terrains de lecture d’un Jean-Pierre Richard1, si soucieux de paysages critiques, comme au colloque organisé à l’Université Paris 3, intitulé alors Vers une cartographie du roman français contemporain. L’usage de la métaphore spatiale n’est pas sans pouvoir heuristique, puisqu’elle permet de pluraliser les solutions esthétiques présentes au même moment et de mettre en évidence dans un cadre souple l’hétérochronicité des rythmes, l’entrecroisement des émergences, la stratification des générations. La spatialisation est un outil critique qui permet de penser la période comme une stratification d’esthétiques, une coexistence de pratiques et d’écritures : écritures blanches, minimalistes ou maximalistes, impassibles, etc.

  • 2 Voir notamment Mathilde Barraband (dir.), 2013, Tangence n° 102 : L’Histoire littéraire du contempo (...)

2Mais voilà désormais plus de trente ans que l’on est entré dans cette ère – sinon cette esthétique – contemporaine et plus de quinze ans que la critique universitaire a fait du contemporain une nomination distinctive ou une délimitation de champ, si l’on songe à la série « Écritures contemporaines » dont Dominique Viart a lancé le premier numéro en 1998. L’unité et l’homogénéité de cette séquence sont de plus en plus discutées. Les critiques sont vigilants à distinguer de nouvelles écritures, de nouveaux infléchissements : il y a là une invitation à repenser le contemporain même, à envisager la caducité du terme ou, plus simplement, à introduire à l’intérieur même de cette période des inflexions ou des périodisations internes. Telle est notamment l’ambition de nombreux projets critiques, qui s’emparent depuis peu du contemporain avec les outils et les perspectives de l’historiographie littéraire2.

  • 3 Sur ce point, je renvoie au très stimulant dossier « Quand finit le xxsiècle ? » de la revue ELFe (...)
  • 4 On songe ainsi au colloque précédemment cité : Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre ( (...)
  • 5 Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft, 2012, « Préface », in Bruno Blanckeman et Barbara Havercrof (...)

3Il existe notamment, on le sait, trois outils de périodisation : mouvement, siècle et génération. Mais pour penser une historicisation au sein même du contemporain, la notion de mouvement est peu efficace : la littérature contemporaine est sans manifeste, ou presque. Non qu’elle ne se livre pas de temps à autre à la théorisation, qu’elle ne produise pas des textes à haute teneur critique, mais elle se définit davantage comme une communauté des solitaires, en refus des coalescences trop homogènes. Il n’y a en effet pas d’adhésion à une théorie qui aurait valeur de mot d’ordre, et risquerait de restreindre ou d’annuler les écarts esthétiques sensibles dans tout regroupement. La notion de siècle, quant à elle, est souvent critiquée pour l’arbitraire de sa partition3, elle demeure pourtant souvent convoquée dans les intitulés de colloques et de journée d’études4. Elle recouvre en effet une exigence de connaissance pratique et un pouvoir heuristique, car fin de siècle et fin de millénaire ont une efficace imaginaire dans les esthétiques mêmes des écrivains. C’est ainsi que Bruno Blanckeman soulignait, en introduction de Narrations d’un nouveau siècle, « la puissance décisive que recouvrent dans les consciences les notions de fin, de tournant, de début, lorsqu’elles s’appliquent et à un siècle et à un millénaire5. » La périodisation arithmétique est davantage retenue pour sa commodité méthodologique et sa lisibilité symbolique.

  • 6 Comme le note Alain Vaillant, la génération n’est pas d’usage arithmétique : pour appartenir à la m (...)
  • 7 Pierre Nora, 1997 [1984-1992], « La génération », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. I (...)

4Reste pour finir la notion de génération. C’est sans doute selon Alain Vaillant, dans L’Histoire littéraire, la notion la moins contestable des trois6. Et pourtant elle est très faiblement employée aujourd’hui au nom de son indétermination et de sa plurivocité : elle puise non seulement à une métaphore organique et sa traîne idéologique mais rencontre aussi bien des contestations du côté de la sociologie du champ. De plus, c’était un outil fort employé dans l’historiographie française du premier xxe siècle, à la suite de la Grande Guerre, mais qui perd en efficacité à mesure que l’on avance dans le siècle. Enfin, c’est une notion usée à force d’usages hétérogènes comme le note Pierre Nora dans Les Lieux de mémoire, où il égrène la litanie des générations : le mot est devenu effet de marque ou signature d’époque plus qu’outil historiographique7. La génération n’en reste pas moins un outil commode pour passer du singulier au collectif, et demeure particulièrement efficace quand aucun groupe ne s’est constitué, quand personne ne se réclame d’un manifeste : il y a là un effet de cristallisation qui maintient l’espace commun d’une expérience historique partageable tout en préservant un écart de différenciation. C’est un outil moyen qui permet de pluraliser une période, de la tuiler, en même temps de pouvoir déceler à l’œuvre des émergences et des points d’apparition.

5Cependant, les usages de cet outil dans le champ contemporain sont rares et circonspects, sans doute aussi parce que le terme est paradoxalement au fondement même de la notion : revendiquer un usage de la génération, alors que le contemporain dure depuis trente ans, c’est risquer à terme d’en briser l’homogénéité. S’il est tenu à distance en dépit d’une certaine efficacité, s’il fait presque partie du magasin des outils désuets, c’est que son usage risque de pointer l’unité factice du contemporain. Et si l’on est parfois si réticent devant cet outil, si une certaine résistance se perçoit, c’est sans doute que la légitimité du contemporain s’y met en question.

  • 8 Voir Pierre et Gabriel Bergounioux, 2002, Pierre Bergounioux. L’Héritage, Paris, Flohic, « Les Sing (...)

6Pour illustrer cette réflexion, je voudrais partir d’une expérience personnelle. Jusqu’alors, j’étais peu attentif à une notion que je n’estimais pas beaucoup, même si certains auteurs, comme Pierre Bergounioux, l’emploient pour dire des apprentissages horizontaux, alors que la verticalité des figures parentales est désinvestie d’une capacité de transmission8. Pourtant lors du colloque de Cerisy, consacré aux récits du nouveau siècle, c’est cette notion que je rencontrais sous la plume d’Aurélie Adler. Il ne s’agissait pas seulement pour elle de délimiter un corpus renouvelé, car la notion de génération lui permettait un travail de différenciation entre des constellations distinctes d’écrivains, des humeurs ou plutôt des pensées du temps différenciées et des outils méthodologiques opposés – la communauté opposée à la filiation.

  • 9 Aurélie Adler, 2012, « Fictions de la communauté : effraction, reconstitution, altération », in Bru (...)

On mesure l’écart qui sépare cette littérature « inculte » des écrivains de la génération précédente. L’altération paraît décrire aussi le rapport qu’entretiennent ces jeunes auteurs à l’héritage littéraire récent. Car les récits de Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Annie Ernaux, François Bon, ou Pascal Quignard questionnent la communauté, ils montrent à quel point celle-ci ne peut se vivre que sur le mode du déchirement, du seul-ensemble, de la séparation. Ce manque au fondement du commun a pu sécréter ce que Laurent Demanze a nommé ces « encres orphelines » (2008), encres qui n’envisagent le deuil de la communauté des origines qu’avec mélancolie. Les figures inventées par Bertina, Rohe et Larnaudie regardent encore le passé mais pour mieux éprouver la joie qui consiste à s’en extraire et à s’en défaire. Entre les uns et les autres se crée une nette différence de genre et de registre. Loin de valoriser la réflexivité mélancolique et (auto)sarcastique, Rohe, Bertina et Larnaudie défendent une littérature tournée vers le « dehors », représenté dans ses aspects les plus tragiques et les plus grotesques. Si Rohe, Bertina, Larnaudie peuvent prendre leur distance avec la génération précédente repliée sur un territoire romanesque plus contraignant, c’est, semble-t-il, parce qu’ils n’ont eu ni à négocier avec le surmoi du Nouveau Roman ni avec l’échec des utopies révolutionnaires9.

7Cette analyse d’Aurélie Adler suscitait chez moi un sentiment de bascule : cela même qui était dans mon travail de chercheur sur le contemporain l’espace du présent, un esprit d’époque que j’avais peu ou prou en partage avec les auteurs étudiés devenait histoire, c’est-à-dire moment révolu dans un devenir. Quelque chose comme mon expérience critique était brusquement forclose, en d’autres termes situé, daté, mais aussi caduc ou vieilli. Il y avait là un usage de la génération comme accentuation d’une inflexion, comme marqueur d’historicité. Ce sont ces usages dans le champ contemporain, que je voudrais à mon tour déplier, puisque précisément s’y joue aujourd’hui, comme je l’écrivais, une gêne technique à l’égard de la génération.

La génération : une fabrique de la distinction

8Dans le volume collectif que dirige Lionel Ruffel, Qu’est-ce que le contemporain ?, il donne à la génération une place cardinale dans l’enquête lexicographique qui ouvre son introduction. Dans l’archéologie du terme et de la notion qu’il entame, il rappelle qu’avant tout être contemporain, c’est appartenir à la même génération. Tout se passe comme si l’expérience générationnelle ou le sentiment d’avoir une génération en partage avait fixé les emplois de l’adjectif contemporain. Mais, plus profondément, l’émergence du contemporain, comme notion esthétique et historiographique aux contours complexes, doit certainement beaucoup à l’émergence sociologique d’une nouvelle génération. Le terme critique et esthétique cristalliserait en somme une certaine synchronie imaginaire des individus avec leur époque. Le contemporain est, en d’autres termes, également une notion critique, qui vaut comme marqueur différentiel, comme puissance de distinction avec les époques antérieures : elle relève d’une pression démographique et d’une logique symbolique de renouvellement. Le « contemporain » ne serait presque rien d’autre qu’un effet-génération :

  • 10 Lionel Ruffel, 2010, « Introduction », Qu’est-ce que le contemporain ?, Nantes, Éditions Cécile Def (...)

Une nouvelle génération, extrêmement nombreuse en raison du boom démographique qui suit la deuxième guerre mondiale, accède brutalement à l’université et aux lieux de distinction sociale, comme les lieux culturels. Cette génération brise la cyclicité de renouvellement des générations qui faisait que les fils et les filles avaient le même horizon que les pères et les mères. Elle rompt ainsi un rapport à la tradition10.

  • 11 Ibid., p. 25.

Car il ne faut pas oublier que cette génération, plus vite qu’aucune autre et dans des proportions tout à fait considérables, passe de l’autre côté du bureau, de l’estrade et du siège de décision et entend bien renouveler elle-même les principes de cette démocratisation de l’accès au savoir et à la culture. Pour y parvenir, il faut s’auto-consacrer et pour s’auto-consacrer, il faut marquer une différence. Le mot contemporain joue ce rôle de marqueur différentiel11.

9Pourtant, Lionel Ruffel n’en manifeste pas moins une forte opposition envers la notion de génération, qui reconduit des pensées biomorphiques voire évolutionnistes de l’histoire des arts. Dans le sillage de la pensée d’Aby Warburg et des travaux de Georges Didi-Hubermann, il tient à distance les histoires de l’art qui empruntent aux paradigmes biologiques, pour être attentif aux effets de survivances et de hantises. Toute la tension du geste critique de Lionel Ruffel est aussi une question de métaphores : la génération comme puissance de renouvellement et de différenciation est en effet adossée à des imaginaires biologiques très forts, à une linéarité du devenir historique qui fonctionne sur un rythme saccadé d’influx, alors même que le critique défend par ailleurs une réécriture critique des histoires artistiques pour congédier la tentation du biologique ou de l’organique. Le critique du contemporain est conduit à manifester une ambivalence profonde envers la notion : fondatrice car cristallisant un imaginaire synchronique, incarnant une poussée démographique et un désir de distinction sociologique, elle serait en même temps caduque car ancrée dans des pratiques historiographiques du début du xxe siècle, sinon du xixe siècle.

La génération : pluraliser la période, diviser les temporalités

  • 12 Dominique Viart et Bruno Vercier, 2008 [2005], La Littérature française au présent, Paris, Bordas, (...)
  • 13 Ibid., p. 8.

10Dans La Littérature au présent, Dominique Viart souligne en ouverture que son essai embrasse l’espace d’une génération : c’est dire que la génération est une séquence privilégiée pour dessiner un inventaire de pistes formelles, d’enjeux problématiques et de bouleversements génériques. Mais cet essai ne se donne pas pour ambition de procéder à des périodisations internes : la génération est davantage une borne externe de différenciation avec les avant-gardes et le Nouveau Roman. Les auteurs et les œuvres analysés délimitent davantage un espace cartographié comme un territoire problématique, parcouru d’enjeux critiques et de métamorphoses génériques et non selon le prisme du temps. Ou plutôt l’historicité des formes et des enjeux est mobilisée comme différenciation du contemporain avec les époques qui le précèdent, plutôt qu’à l’intérieur même de cette séquence. Au reste, la notion de génération est rapidement écartée – « Mais que valent les “générations” dans le domaine littéraire12 ? » –, pour lui préférer la notion d’ère ou de période littéraire – « ce n’est pas seulement une génération nouvelle qui s’avance, c’est bien une nouvelle période esthétique qui commence à se dessiner, et implique plusieurs générations d’écrivains13. » On devine à quelle nécessité historiographique répond cette substitution de la période à la génération. Il s’agit d’éviter d’encadrer une durée d’histoire littéraire forclose – l’espace d’une génération –, pour préférer ouvrir un espace encore inachevé : la durée d’une génération est en effet bien plus courte et circonscrite qu’une période ou une ère.

11Ce n’est plus le même geste critique qu’accomplit Dominique Viart en publiant presque dix ans plus tard son Anthologie de la littérature française contemporaine. Car même si le découpage de l’anthologie en trois parties ne relève pas à strictement parler d’une périodisation générationnelle, il dessine néanmoins cependant des infléchissements esthétiques, étayés pas des convergences générationnelles : sans survaloriser les dates de naissance dans l’identification des générations, un rapide survol des auteurs retenus permet de remarquer des effets de convergence. Malgré cette convergence, Dominique Viart se montre rétif à employer la génération comme structuration de l’anthologie :

  • 14 Dominique Viart, 2013, Anthologie de la littérature française contemporaine, Paris, Armand Colin, p (...)

Cependant, la période contemporaine, étendue sur plus de trois décennies, connaît plusieurs temps. Il n’est pas inutile que le livre les fasse apparaître. Si bien qu’il se présente en trois grandes sections, non pas réparties par dizaines d’années, mais selon la situation des écrivains envers une certaine « représentation » de la littérature14.

12Se manifeste une réticence envers la notion : il s’agit moins de cerner une génération qu’un effet-génération, qui ne cède pas à l’illusion arithmétique.

  • 15 Ibid., p. 20.

Il n’y va cependant pas d’une même « génération » : entre Claude Simon, né en 1912 et Christian Prigent, né en 1945, il y a plus de trente ans d’écart. Ou alors, c’est de génération esthétique dont il faudrait parler : celle qui dans l’effervescence intellectuelle d’après-guerre s’est emparée des formes littéraires pour les interroger, en explorer les possibles, en transgresser les limites15.

13Dominique Viart congédie ainsi la génération comme synchronie démographique, pour privilégier comme on le fait souvent la dimension symbolique de la notion. Mais là où réside l’originalité de son geste, c’est que la génération n’est pas tant le mouvement qui change ou métamorphose les représentations de ce qu’est la littérature, qu’à l’inverse l’évolution de ces représentations qui cristallise un effet-génération.

14Les essais de Dominique Viart sont ainsi tendus entre la reconnaissance d’un moment contemporain qui s’étend sur l’espace d’une génération et le refus d’y voir déjà à l’œuvre une succession de générations. Maintenir l’unité de la génération, c’est maintenir en quelque sorte l’unité de la notion même de contemporain, son assise définitionnelle et institutionnelle. Cette ambivalence dans les usages du concept de génération est donc double, d’une part elle privilégie la génération comme délimitation externe sur la génération comme périodisation interne, mais surtout elle permet d’utiliser la génération comme séquence, comme unité chronologique susceptible d’entrer dans des phénomènes de classicisation, tout en tenant à distance la succession de générations comme vecteur de vieillissement.

La génération : marqueur de collectivité

15Le colloque Fins de la littérature tâchait de mettre à l’épreuve des faits les prédictions déclinistes sur le dépérissement de la littérature ; il interrogeait ce faisant l’origine de ces discours. Poser la question critique « Qui parle ? », c’était tenter de retrouver bien souvent dans ces discours de la fin quelque chose comme des symptômes humoraux : on serait en effet tenté de lire une fatigue ou un épuisement derrière cette incapacité à qualifier une métamorphose des fonctions et des fonctionnements de la littérature autrement que comme décadence ou mort. En un mot, il y avait là quelque chose que l’on pouvait appeler le syndrome de Sardanapale, et lire un ethos derrière un anathème. Lors d’un entretien avec Arno Bertina, Pierre Senges et Tanguy Viel, j’ai tenté de procéder à fronts renversés, en leur demandant s’ils avaient le sentiment d’appartenir à cette génération mélancolique qui annonçait le déclin des lettres. Manière de montrer qu’une autre tonalité se faisait jour dans la littérature, plus ludique aussi, qui congédiait de si moroses prédictions.

16Pourtant si Arno Bertina, Pierre Senges et Tanguy Viel s’accordaient sur l’émergence d’une autre tonalité qui portait leurs œuvres, Pierre Senges n’en manifestait pas moins une certaine réticence envers l’usage que je faisais de la notion de génération : c’était pour lui un outil qui écrase des singularités et agglomère le dissemblable.

  • 16 Pierre Senges, 2011, « Faim de littérature », in Dominique Viart et Laurent Demanze (dir.), Fins de (...)

Je voudrais revenir sur ces questions de générations qui nous gênent toujours un peu – c’est un détail, mais je suis personnellement embarrassé par ces questions. Je ne suis pas absolument convaincu par le principe de génération considéré comme point de convergence entre des personnes qui sont en fait séparées par des expériences, une géographie, des lectures et des origines sociales radicalement différentes. Il existe évidemment des traits de génération, mais ils ne doivent pas nous priver d’une autre interprétation. On ne devrait pas non plus, sous prétexte de « génération », élaborer des catégories fixes, un peu paresseusement16.

17Comme on le devine à la réticence de Pierre Senges, la génération est sans doute à intégrer dans un vaste faisceau de traits et de caractérisations, mais surtout ce qui se joue, c’est une façon que chacun a de s’inscrire dans un jeu complexe entre déterminisme et liberté, c’est-à-dire aussi entre confusion dans un espace du semblable et revendication de singularité.

  • 17 François Bégaudeau, Arno Bertina, Oliver Rohe, 2007, Une année en France. Référendum/banlieues/CPE, (...)

18Pourtant la notion de génération est à l’arrière-plan des publications du collectif Inculte, et figure en bonne place dans le dispositif d’Une année en France et de Devenirs du roman17 : dans ces textes souvent liminaires, la génération est bien sûr la conscience d’un déterminisme, mais aussi une forme d’acceptation d’un impersonnel en soi et d’une présence de l’histoire en partage. Il s’agit en effet pour bien des auteurs du collectif, comme Arno Bertina, François Bégaudeau, Oliver Rohe, d’écrire depuis le lieu commun de la génération, au risque de biffer les signatures ou de raturer les noms propres. S’invente alors une voix multiple et impersonnelle, aux locuteurs mobiles et indiscernables comme dans Une année en France, essai écrit à trois mains, mais sans que le partage des voix ne soit jamais strictement délimité. Sans doute, à terme, s’envisage la possibilité d’élargir hors du collectif cet outil d’appréhension de la part de multitude en chacun, pour tenir à distance le cloisonnement individuel dans un mouvement d’essor où réinventer les formes inédites d’un nouvel engagement. La conscience acceptée d’une synchronie générationnelle au sein du collectif Inculte fait une grande part de sa pertinence conceptuelle, comme pour les usages du siècle : les auteurs du collectif s’en saisissent en effet dans ce cas non pas comme un enfermement, mais comme un ferment démocratique qui en souligne la puissance identificatoire.

  • 18 Pierre Nora, 1997 [1984-1992], « La génération », art. cit., p. 2983.
  • 19 Ibid., p. 2984.

19Dans le bel article qu’il consacre à la génération, Pierre Nora note bien ce battement contemporain, qui est l’aporie même de la démocratie, tiraillée entre désir de cohésion égalitaire et revendication de liberté individuelle. Elle est « un phénomène purement individuel qui n’a cependant de sens que collectif18 » : tantôt l’on peut y voir une assignation sociale qui enferme et limite la liberté individuelle, tantôt on la privilégie pour « l’incroyable potentiel identificatoire19 » qu’elle ouvre dans une démocratie pleinement acceptée. Si la génération est souvent d’usage en histoire littéraire lorsque les groupes et les manifestes se font rares, elle devrait être dans la littérature contemporaine une notion particulièrement sollicitée : elle reste pourtant d’usage rare parmi les écrivains. Signe sans doute qu’au-delà de la dissolution des groupes et des appartenances, l’époque reste marquée par une tension entre un désir de faire entendre le « nous » en chacun et le souci de revendiquer la littérature comme un laboratoire de singularités.

20Ici, puissance de distinction, dynamique de renouvellement, constitution d’une expérience démocratique partagée ; là, résurgence biologique, réduction mathématique, écrasement des singularités : les usages de la génération au contemporain sont marqués par l’ambivalence. Ces quelques remarques n’ont pas pour ambition de réhabiliter la notion de génération dans l’historiographie de la littérature contemporaine. Elle est peut-être tombée à bon droit dans le bric-à-brac des outils désuets. Il s’agit davantage pour moi de souligner que les usages et les réticences envers un concept d’histoire culturelle et littéraire disent beaucoup sur la façon d’écrire l’histoire et d’en proposer le récit. Les manières et les usages d’un outil font symptôme non seulement dans les devenirs de l’histoire littéraire – comment on écrit l’histoire –, mais aussi dans les représentations d’un moment littéraire. Maintenant que trente ans sont passés depuis l’émergence du contemporain, la notion de génération est d’usage difficile : elle continue de porter en elle sa potentialité de rupture et de renouvellement, mais porte également en germe une menace de vieillissement voire de dépassement. Dynamique de renouvellement, elle est aussi mouvement de désuétude. Sans doute s’explique là la réticence à employer la notion de génération au sein de la littérature contemporaine : en faire usage, c’est sans doute proposer une historicité interne à la période contemporaine, mais c’est aussi marquer que les conditions, esthétiques et sociales, de l’émergence du contemporain ont profondément changé. Il y a là au moins un enseignement historiographique ou une leçon modeste à manier une telle notion : prendre conscience que les objets, les auteurs voire les moments littéraires sur lesquels repose la légitimité du critique sont fragiles, sinon éphémères, et qu’il faut essayer d’être attentif aux marques de vieillissement et d’usure, au risque de faire du contemporain une période homogène et stable ou d’hypostasier la notion. En un mot, qu’en travaillant sur la littérature au présent, on étudie une littérature en train de passer, et que ce mouvement-là, qui fragilise les légitimités, est peut-être une des marques mêmes de l’étude du contemporain.

Notes

1 Jean-Pierre Richard, 1996, Terrains de lectures, Paris, Gallimard. Le colloque Vers une cartographie du roman français contemporain a depuis été publié sous un autre titre : Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre (dir.), 2004, Le Roman français au tournant du xxisiècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

2 Voir notamment Mathilde Barraband (dir.), 2013, Tangence n° 102 : L’Histoire littéraire du contemporain, Université du Québec à Rimouski/Université du Québec à Trois-Rivières et Bruno Curatolo, Jean-Yves Debreuille, Sabrina Parent et Michèle Touret (dir.), 2012, ELFe xx-xxi n° 2 : Quand finit le xxsiècle ?

3 Sur ce point, je renvoie au très stimulant dossier « Quand finit le xxsiècle ? » de la revue ELFe xx-xxi, op. cit.

4 On songe ainsi au colloque précédemment cité : Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre (dir.), 2004, Le Roman français au tournant du xxisiècle, op. cit. Il faut également mentionner le colloque qui s’est tenu à Cerisy en 2011 (Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft (dir.), 2012, Narrations d’un nouveau siècle. Romans et récits français (2001-2010), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle), ainsi que la journée d’études organisée dans le cadre du congrès de l’Association internationale d’études françaises de 2014 (Mathilde Barraband et Laurent Demanze (dir.), 2015, CAIEF no 67 : La Littérature du xxisiècle).

5 Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft, 2012, « Préface », in Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft (dir.), Narrations d’un nouveau siècle. Romans et récits français (2001-2010), op. cit., p. 7.

6 Comme le note Alain Vaillant, la génération n’est pas d’usage arithmétique : pour appartenir à la même génération, il n’est pas nécessaire d’être né dans les mêmes années, et l’écart qui sépare les générations entre elles n’est pas régulier. Cette notion « prend seulement acte que, à certains moments, l’activité littéraire paraît s’intensifier et se cristallise autour de groupes qui, une fois constitués, seront amenés à exercer une influence durable, jusqu’à l’émergence d’une nouvelle génération. » (Alain Vaillant, 2010, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, « U », p. 122-123.)

7 Pierre Nora, 1997 [1984-1992], « La génération », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. II, Paris, Gallimard, « Quarto », p. 2975-3015.

8 Voir Pierre et Gabriel Bergounioux, 2002, Pierre Bergounioux. L’Héritage, Paris, Flohic, « Les Singuliers ».

9 Aurélie Adler, 2012, « Fictions de la communauté : effraction, reconstitution, altération », in Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft (dir.), Narrations d’un nouveau siècle, op. cit., p. 92-93.

10 Lionel Ruffel, 2010, « Introduction », Qu’est-ce que le contemporain ?, Nantes, Éditions Cécile Defaut, p. 23.

11 Ibid., p. 25.

12 Dominique Viart et Bruno Vercier, 2008 [2005], La Littérature française au présent, Paris, Bordas, p. 7.

13 Ibid., p. 8.

14 Dominique Viart, 2013, Anthologie de la littérature française contemporaine, Paris, Armand Colin, p. 15.

15 Ibid., p. 20.

16 Pierre Senges, 2011, « Faim de littérature », in Dominique Viart et Laurent Demanze (dir.), Fins de la littérature, esthétiques et discours de la fin, t. I, Paris, Armand Colin, p. 254-255.

17 François Bégaudeau, Arno Bertina, Oliver Rohe, 2007, Une année en France. Référendum/banlieues/CPE, Paris, Gallimard. Voir aussi : Collectif, 2007, Devenirs du roman, Paris, Naïve, « Naïve/Inculte ».

18 Pierre Nora, 1997 [1984-1992], « La génération », art. cit., p. 2983.

19 Ibid., p. 2984.

Auteur

Laurent Demanze, maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon, est spécialiste de littérature contemporaine, à laquelle il a consacré une soixantaine d’articles et des collectifs autour de Pierre Michon ou Emmanuel Carrère. Il est également l’auteur de plusieurs essais chez Corti : Encres orphelines. Pierre Bergounioux, Gérard Macé et Pierre Michon (2008), Gérard Macé : l’invention de la mémoire (2009), et Les Fictions encyclopédiques, de Gustave Flaubert à Pierre Senges (2015).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540