Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Médiations éditoriales et critiques

La valse de l’entre-deux

Les temporalités anachroniques de la revue Liberté

Julien Lefort-Favreau

Texte intégral

  • 1 Michel Lacroix, 2013, « Les revues et la littérature in flagrante : de Valery Larbaud à la littérat (...)

1Les revues littéraires s’avèrent un objet d’étude intéressant pour observer la formation d’un canon de la littérature contemporaine. Leur périodicité leur confère une temporalité propre, temporalité qui leur assure une proximité avec les œuvres les plus récentes, sans pour autant leur assigner comme objectif premier de constituer ces œuvres en objets historiques ; le jugement évaluatif du revuiste ne saurait se confondre avec celui de l’universitaire qui inscrit les œuvres dans la longue durée de l’histoire littéraire. Toutefois cette opposition schématique entre critique universitaire et critique littéraire semble moins prégnante qu’elle n’a pu l’être, notamment au Québec. Le double phénomène de la démocratisation des institutions universitaires et du déclin de la presse culturelle vient brouiller cette frontière jadis rigide entre l’université et son dehors, entre la formation d’un canon dans et par l’appareil scolaire et les médiations propres au « milieu littéraire ». Dans le numéro de la revue Tangence consacré à l’histoire littéraire du contemporain, Michel Lacroix tente de penser le rôle spécifique des revues dans la construction d’une histoire de la littérature contemporaine, en particulier parce qu’elles obligent à considérer nombre de notions primordiales (le groupe, l’avant-garde, la génération) lorsque vient le temps de soumettre à examen les modalités de la rencontre entre la littérature contemporaine et l’université : « Les revues servent-elles toujours de rampe de lancement pour les œuvres nouvelles, de catalyseur esthétique pour les regroupements d’écrivains, de lieu de confrontation entre les écritures d’une même époque, voire de vecteur de “contemporanéité1” ? » Lacroix met en évidence à la fois la temporalité propre des revues et le type de communauté qu’elles fondent. Si elles sont des « vecteurs de contemporanéité », c’est grâce à leur périodicité et à la cohésion des auteurs et des contributeurs qu’elles mettent en avant. Et si elles sont des instances singulières de légitimation, une réflexion ici s’impose sur leur place et leur rôle dans la réception de la littérature contemporaine.

  • 2 Un colloque organisé par le Centre international d’études francophones de l’Université Paris-IV a t (...)

2La revue québécoise Liberté présente plusieurs particularités qui en font un objet d’études tout désigné : cette revue littéraire, fondée en 1959, a subi une profonde refonte en 2012. Par conséquent, sa contemporanéité est porteuse de diverses temporalités : la revue est aujourd’hui consciente de son importance dans l’histoire de la littérature québécoise, tout en étant soucieuse de son action dans le présent. Si cette revue est à peu près inconnue en France2, elle constitue un cas intéressant dont l’étude possède une portée méthodologique plus large. Notre analyse portera plus précisément sur le cahier critique de Liberté, qui accorde une large part à la littérature contemporaine québécoise mais aussi française, et dont j’ai l’honneur d’être le directeur depuis septembre 2012. Ce cahier occupe environ le tiers de la revue, soit une vingtaine de pages sur une moyenne de soixante. La majorité des textes y est consacrée à la littérature, suivant la division suivante : fiction, poésie, essai. Plusieurs articles sont également dédiés au théâtre et au cinéma. Notre article se situera ainsi à la rencontre de deux questions, qui sont respectivement des questions d’histoire littéraire et de sociologie de la littérature : 1) Quelles sont les modalités de réception de la littérature contemporaine dans une revue qui semble écartelée entre diverses temporalités ? 2) Quelle est la place dans le champ littéraire d’une revue qui entretient une distance à l’égard de l’institution universitaire (tout en permettant une circulation des discours et des collaborateurs) mais qui n’appartient pas pour autant à la sphère médiatique ? La première partie de cet article proposera une histoire de la revue Liberté, qui sera l’occasion d’identifier avec précision son inscription dans l’histoire littéraire québécoise ainsi que sa place dans le champ littéraire actuel. Cette mise en place permettra d’observer, dans un second temps, de quelle manière la catégorie de « revue littéraire » agit comme une médiation entre l’université et le pôle médiatique. Dans un dernier temps, nous identifierons le propre d’une saisie critique de la littérature contemporaine dans ce pôle intermédiaire et les implications politiques d’une telle position dans la constitution d’un « canon » du contemporain. Ainsi, aux partages trop simplistes entre la fonction patrimonialisante de l’université et une critique médiatique amnésique, nous préférerons ici décliner plusieurs voies critiques qui nous semblent à même de déjouer les aveuglements de la contemporanéité. En dernière instance, il s’agit pour nous d’observer la politisation de la littérature contemporaine qui émerge de la rencontre de deux décentrements : temporalité écartelée entre passé et présent ; place dans le champ tiraillée entre marginalité dans le champ médiatique et ambivalence constitutive par rapport à la sphère universitaire.

Cinquante ans d’histoire

  • 3 Ce sous-titre apparaît à la refonte de 2012. Il signe la volonté de renouer avec l’esprit des début (...)

3La revue Liberté a une longue histoire, notamment à l’échelle de l’histoire de la littérature québécoise. Elle a été fondée en 1959 et depuis 2006, Pierre Lefebvre en est le rédacteur en chef. Liberté naît quand meurt Maurice Duplessis, qui fut premier ministre du Québec pendant près de vingt ans, imposant un régime quasi-dictatorial caractérisé par un virulent anti-syndicalisme, ainsi que par une puissante connivence avec le pouvoir ecclésiastique. Liberté naît ainsi au début de la Révolution tranquille, phénomène politique et culturel qui a visé une profonde réforme de l’ensemble des institutions publiques, et notamment leur laïcisation et leur francisation. Depuis sa fondation, la revue est ainsi guidée par des réflexions sur la société et sur l’art, comme en témoigne le sous-titre actuel de la revue : « Art et politique3 ». Ces deux pôles ont toujours été au centre des considérations de la revue, même si les préoccupations de l’époque ont infléchi l’importance accordée à l’un ou l’autre. Ces rapports entre art et politique ne sont toutefois pas à penser selon les modalités d’un engagement conforme à une doxa sartrienne. Déjà, en 1961, Hubert Aquin, qui fut directeur de la revue de novembre 1961 à juillet 1962, répondant à la question « Liberté est-elle une revue engagée ? », réaffirmait l’autonomie de la littérature à l’égard de tout pouvoir mais, dans le même temps, réitérait sa confiance en la puissance politique des mots :

  • 4 Hubert Aquin, 1961, « Comprendre dangereusement », Liberté nº 17, p. 680.

En fait, étant donné le mot de liberté que nous invoquons, il serait indécent que je parle au nom de mes collègues qui ne m’ont pas mandaté pour résumer leur pensée. À la limite, je peux toutefois me hasarder jusqu’à dire que Lafcadio n’est pas notre super ego et que la publication d’une revue mensuelle est l’antithèse de l’acte gratuit. Notre titre même, qui est aussi la traduction d’un idéal, nous interdit de réduire sa promesse en une alliance précise et de confondre mobilisation et engagement. En trois ans, nous avons eu des amis généreux mais pas de commanditaires. Nous sommes engagés, par notre inquiétude et notre désir de le comprendre et de l’exprimer, à l’égard du Canada français. Rien de ce qui est canadien-français ne nous est étranger. Voilà notre choix global qui ne nous interdit ni les refus particuliers ni même, à l’extrême, un refus global4.

  • 5 Manifeste artistique, publié le 9 août 1948, signé par le peintre Paul-Émile Borduas et contre-sign (...)
  • 6 Jean-François Hamel, 2005, « Hubert Aquin et la perspective des singes », Contre-jour : cahiers lit (...)

4Si la référence au manifeste du « Refus Global5 » indique la revendication d’une filiation de contestation artistique et politique, un certain flou persiste autour du syntagme « engagement » qu’Aquin semble vouloir mettre à distance, notamment en le distinguant de l’expression « mobilisation ». Comme le remarque Jean-François Hamel, les rapports entre esthétique et politique chez Aquin oscillent entre affirmation du pouvoir de la littérature et aveu d’une pure vanité de l’art et de « l’impossibilité d’une résolution esthétique des conflits politiques du présent6 ». Ce positionnement ambigu, qui se rejouera avec force sur la scène de son œuvre romanesque, entamée en 1965 avec la parution de Prochain épisode, est déjà celui de l’essayiste engagé dans le projet collectif d’une revue. D’une part, le directeur de Liberté, qui désire que sa revue reste autonome dans l’espace politique, ou même sur un strict plan institutionnel, réaffirme l’autonomie de la littérature. Mais d’autre part, il semble ne pas douter des effets directs de la littérature sur le réel et il accorde à cette dernière une place centrale dans sa revue :

  • 7 Hubert Aquin, « Comprendre dangereusement », art. cit.

Nous avons un [...] vice, à LIBERTÉ. Nous estimons la parole, lyrique ou raisonnante, magique ou calme, et tout ce que les hommes dits d’action méprisent sous le nom de littérature et de poésie. La parole est une forme de vie et, par ce biais magnifique, un mode d’action. Chose certaine, il n’y a pas plus de vanité à écrire qu’à agir, d’autant que ce qui relève de l’action émane d’un ordre créé par la pensée7.

  • 8 Liberté vol. 5, nº 2 (26) : Jeune Littérature... jeune révolution, mars-avril 1963, p. 3-175. André (...)
  • 9 Voir Jacques Pelletier, 2013, « Parti pris (1963-1968) : un météore dans le ciel du Québec », Parti (...)

5La coïncidence entre parole et action affirmée par Aquin place très tôt la revue sous l’égide du mythe fondateur de l’écrivain engagé dans la cité, mais dont l’art n’est pas asservi au politique. Les hésitations du discours d’Hubert Aquin peuvent par ailleurs être interprétées comme le symptôme des prises de position politiques prudentes de Liberté dans les années 1960 ; alors, les auteurs de la revue s’engagent, mais seuls, ou très rarement au sein d'un mouvement collectif. La revue Parti Pris, qui publie son numéro zéro dans Liberté8, prendra tout au contraire le train de la décolonisation et du marxisme, sous l’influence mêlée de Sartre et d’Althusser, et incarnera durant cinq ans une certaine radicalité politique dans le champ intellectuel. Parti Pris est née contre Liberté, adoptant une tangente plus révolutionnaire que réformiste9. Cet équilibre précaire entre esthétique et politique dans lequel se tenait Liberté à ses débuts, et qu’Aquin a incarné à la perfection, est encore sensible dans le cahier critique actuel où a lieu l’essentiel de la réception de la littérature contemporaine. Il est clair que la revue renoue, depuis 2006, avec un héritage aquinien.

  • 10 Jacques Pelletier, 1995, Le Poids de l’histoire. Littérature, idéologies, société du Québec moderne (...)
  • 11 Gaston Miron, 1963, « La vie agonique », Liberté n° 27, mai-juin, p. 210-221.

6Les artistes qui ont fondé Liberté faisaient partie des principaux artisans du volet culturel de la Révolution tranquille : Jean-Guy Pilon, André Belleau, Michel van Schendel, Gilles Héneault, Jacques Godbout, Gilles Carle, Paul-Marie Lapointe, Fernand Ouellette, Jean Filiatrault et Lucien Véronneau. Tous les membres du premier comité de rédaction ont eu des carrières importantes comme écrivains ou cinéastes, tout en œuvrant dans des institutions publiques culturelles comme l’Office national du Film, le Mouvement laïc Français (fondé par Godbout) et Radio-Canada. L’histoire de Liberté épouse donc, au moins en partie, l’histoire du Québec moderne. La revue défendra l’idée que la fondation et le devenir d’une littérature moderne spécifiquement québécoise (et non plus canadienne-française) est intimement liée au projet d’indépendance du Québec, même si Liberté s’engage dans le nationalisme de manière plus pondérée que sa petite sœur Parti Pris. Tous les membres de la revue ne sont d’ailleurs pas indépendantistes. Dans Le Poids de l’histoire, Jacques Pelletier soumet l’idée que les écrivains québécois des années 1960 n’ont pas reproduit le discours social dans leurs textes mais l’ont construit. Autrement dit, à cette époque, ils sont agents de l’histoire, « “facteurs dynamiques” d’une culture vivante donc il sont devenus une partie constitutive ; ils sont devenus tout à la fois des “expressions” et des “maillons” forts du discours social dans lequel ils sont pris et qu’ils “travaillent” de l’intérieur10 ». C’est donc sans surprise que la question nationale et la question de la langue occupent une place importante dans le premier Liberté. Les vingt premières années sont marquées par la publication d’essais sur diverses questions politiques et esthétiques, mais aussi de plusieurs des poèmes les plus importants de la littérature québécoise – un exemple parmi d’autres : « La vie agonique » de Gaston Miron11. La littérature, alors, ne s’inscrit pas seulement dans les débats sociaux, elle en est la condition même d’existence.

  • 12 « À partir des années 1980, la critique savante est progressivement orientée vers la “recherche”, t (...)
  • 13 François Cusset, 2006, La Décennie. Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte.
  • 14 Jean Larose, 1985, « La Barre du jour : une modernité bien de chez nous », Liberté no 159, p. 44.

7À la fin des années 1970, une nouvelle génération prend possession de la revue. Les membres du comité de rédaction (François Ricard, René Lapierre, Yvon Rivard, François Hébert, Jean Larose) signeront des essais importants, prenant un tour clairement plus polémique. Il est important de signaler que si la première génération des fondateurs n’appartient pas au monde universitaire (à l’exception d’André Belleau, qui n’obtiendra un poste à l’Université du Québec à Montréal qu’onze ans après la fondation de la revue), tous les essayistes phares de la revue des années 1980 sont également professeurs d’université. Liberté devient alors en quelque sorte un refuge pour des professeurs qui tentent de s’inscrire en marge du système de la recherche subventionnée et de développer une pensée essayistique hors des paramètres « savants12 ». Si ces années sont certes fertiles du point de vue du développement d’un éthos d’écrivain à la fois érudit et indépendant, force est d’admettre, que chez certains auteurs, cette méfiance à l’égard de toute théorie littéraire se double d’un d’élitisme ; leur critique de l’industrie culturelle fait souvent mouche mais elle se transforme graduellement en haine réactionnaire du présent et en une forme retorse d’anti-intellectualisme. L’article « La Barre du jour : une modernité bien de chez nous » de Jean Larose offre un exemple paradigmatique de l’esprit de la revue des années 1980, dans lequel le lecteur non-québécois reconnaîtra aisément les traits idéologiques du « grand cauchemar des années quatre-vingt13 », selon l’expression de François Cusset. Dans ce texte, Larose s’en prend avec virulence à une revue d’avant-garde alors bien connue, identifiant au passage avec justesse quelques impostures intellectuelles, mais prenant une pente idéologiquement suspecte lorsqu’il remarque par exemple que « chez ce qui reste de théoriciens hommes à la [Barre du jour], la modernité menace de tourner à l’hystérisation, c’est-à-dire de confondre ses effets avec ceux de l’identification aux femmes14 ».

  • 15 Sa pièce Lortie a été montée en 2008 à l’Espace Libre, à Montréal. Il est également co-auteur de la (...)
  • 16 Sur les questions de filiations intellectuelles et sur la construction de la figure de l’héritier d (...)
  • 17 Liberté no 285 : Mythes, 1959-2009, septembre 2009 ; Liberté no 286 : Littérature, 1959-2009, décem (...)
  • 18 Olivier Kemeid, Pierre Lefebvre et Robert Richard (dir.), 2011, Anthologie Liberté. 1959-2009. L’éc (...)

8Après une décennie 1990 plutôt creuse, la revue trouve un nouveau souffle au milieu des années 2000 sous l’impulsion de Pierre Lefebvre, qui est également auteur de théâtre15. La revue renoue alors avec l’héritage des années 1960, retrouvant une tradition explicitement politique et privilégiant à nouveau les textes de réflexion sur ceux de création qui avaient gagné beaucoup de place dans la décennie précédente16. Cette période culmine avec la parution, en 2009 et 2010, de quatre numéros célébrant le cinquantième anniversaire de la revue17, ainsi que la publication, en 2011, d’une volumineuse anthologie colligée par le comité de rédaction de l’époque18. On le comprend, le Liberté contemporain tente de saisir les problèmes de son temps tout en étant préoccupé par la question de son héritage. Constatant une rupture dans la transmission, Liberté se tourne vers le passé, le réévalue, tente d’en comprendre les moments glorieux et les failles, afin de se doter des outils analytiques et stratégiques pour mieux saisir les enjeux actuels de l’art et du politique. Le texte de présentation de cette anthologie est sans équivoque :

  • 19 Olivier Kemeid, Pierre Lefebvre et Robert Richard, 2011, « L’écrivain dans la cité », Anthologie Li (...)

Ce qui a guidé [nos choix], c’est que le présent comité de la revue se trouve à être l’héritier de ce vaste fonds. Nous avons donc tracé notre chemin en tentant de rendre compte de l’ensemble de cette aventure éditoriale, en suivant patiemment la continuité et l’évolution de Liberté, mais aussi, forcément, les raisons implicites qui nous ont amenés à faire partie de son comité de rédaction19.

9Ce désir de filiation est également sensible dans la manière d’envisager la littérature contemporaine. Le cahier critique fait partie d’une vaste refonte qui table sur une (re)politisation de la revue mais vise aussi à s’adjoindre un nouveau public. La revue fait en effet peau neuve avec une nouvelle maquette et une nouvelle équipe de jeunes collaborateurs qui intervient aussi bien dans le cahier critique que dans les chroniques régulières et les textes du dossier principal.

Position dans le champ

  • 20 Au moment d’écrire ces lignes, les quotidiens La Presse et Le Journal de Montréal n’ont pas de cahi (...)
  • 21 Olivier Kemeid, Pierre Lefebvre et Robert Richard, 2011, « L’écrivain dans la cité », art. cit., p. (...)
  • 22 André Belleau, 1983, « La démarche sociocritique au Québec », Voix et images vol. 8, no 2, p. 299-3 (...)

10Chaque livraison du cahier critique de Liberté consacre une douzaine de textes à la littérature, à raison de quatre livraisons par année. Des textes de deux pages ouvrent chacune des sections, suivis d’un article d’une page et de deux courts textes d’une demi-page. Aucun de ces formats ne correspond donc à la longueur d’un article scientifique standard. Toutefois, même les textes les plus brefs dépassent la longueur moyenne de ce qu’on peut retrouver dans les cahiers littéraires des quotidiens montréalais20. Même en adoptant des formats plus concis que dans le passé, le cahier critique impose une forme de résistance à l’égard de la logique médiatique, conformément à l’énoncé de principe exprimé dans la présentation de l’anthologie : « Liberté se veut une véritable agora, en dehors de toute sphère d’influence, un lieu de débats aiguillonné par une urgence : la nécessité de faire acte de résistance, de s’opposer tant au bavardage médiatique qu’au murmure marchand ambiant21. » Les critiques prennent la forme de courtes analyses qui visent souvent à mettre en relief les enjeux politiques sous-jacents aux questions esthétiques. La plupart des auteurs du cahier critique de Liberté inscrivent fortement leur réflexion dans une perspective sociocritique, parfois même sociologique, c’est-à-dire qu’ils se fixent d’abord comme mission de dire la manière dont les textes contemporains entretiennent un rapport de distance ou de proximité avec le discours social. Cette forme de critique n’est d’ailleurs pas étrangère au travail d’André Belleau, qui fait partie des principaux théoriciens de la sociocritique au Québec, et qui a signé un grand nombre d’articles d’importance dans Liberté entre la fondation de la revue et sa mort, au milieu des années 198022. La figure de Belleau préfigure en quelque sorte la position du cahier critique actuel. Ses recherches universitaires sur la sociologie de la littérature, qui visaient à importer (et adapter) en sol québécois les avancées théoriques alors récentes de Claude Duchet, Renée Balibar et Pierre Macherey, ainsi que son utilisation riche de la notion du carnavalesque bakhtinien, lui ont permis de poursuivre une œuvre essayistique qui se mesurait à la littérature, à la vie intellectuelle et aux phénomènes de culture populaire de son temps. En somme, Belleau a tenté – avec succès aurions-nous envie d’ajouter – de réconcilier une posture critique universitaire et un rayonnement auprès d’un public plus large.

  • 23 Judy Quinn, 2012, Hunter s’est laissé couler, Montréal, L’Hexagone.
  • 24 Éric Dupont, 2012, La Fiancée américaine, Montréal, Le Marchand de Feuilles.

11Aujourd’hui, les auteurs réguliers du cahier critique tentent également de comprendre les textes dans une économie plus générale, c’est-à-dire que les critiques de livres ne sont pas incompatibles notamment avec une analyse plus générale de la marchandisation de l’art. Par exemple, Marie Parent, qui est doctorante à l’Université du Québec à Montréal, a signé à l’automne 2013 une critique de deux romans historiques québécois : Hunter s’est laissé couler de Judy Quinn23 et La Fiancée américaine d’Éric Dupont24. Sans être trop sévère avec La Fiancée américaine, qui a été un important succès médiatique et commercial, Parent s’est inscrite en faux contre le concert de louanges, en montrant les failles du « succès fabriqué » du livre, tout en mettant au jour la faiblesse de la conception de l’histoire sous-tendue par le livre.

  • 25 Marie Parent, 2013, « La revanche du roman historique », Liberté no 301, automne, p. 40.

Ceux qui ont vu dans ce roman, péjorativement, le digne descendant de grands romans populaires à la Arlette Cousture n’ont sans doute pas mesuré la liberté que prend l’auteur avec les conventions du genre. Ceux qui, au contraire, présentent Dupont comme l’émule d’un Gabriel Garcia Marquez prennent leurs rêves pour la réalité. La principale faiblesse de La fiancée américaine, ce qui le rapproche le plus du best-seller à recette, est précisément sa manière d’aborder l’histoire comme un puzzle dont il suffirait de remettre les pièces en ordre pour en avoir une vue totale et nette25.

12Parent parvient dans sa critique de deux pages à identifier la faiblesse narrative du livre de Dupont tout en mettant en relief les enjeux idéologiques qui ont pu rendre possible son succès populaire. Dans le processus de tri des romans les plus significatifs de l’année 2012, elle se positionne contre la logique consensuelle des grands médias et rejette le livre qui a eu le plus grand succès populaire et critique, pour privilégier le roman de Quinn, plus conforme selon elle, à une écriture de l’histoire qui tiendrait compte des aléas de la construction mémorielle. Sans pour autant affirmer que le roman de Quinn devrait faire partie d’un « canon de la littérature québécoise contemporaine », elle met tout de même à distance une première réception critique, en quelque sorte « aveuglée » par un enthousiasme démesuré, qui consiste à prendre Dupont pour un « émule de Gabriel Garcia Marquez ».

  • 26 Robert Dion a soumis à examen l’ouverture de la revue Liberté à la culture allemande. La culture fr (...)

13Le choix des textes vient certainement caractériser le cahier critique. Il est évident qu’à raison de quatre textes sur la fiction, deux textes sur la poésie, et trois textes sur l’essai par numéro, Liberté ne prétend à aucune exhaustivité et ne peut aspirer à remplir les mêmes objectifs que les cahiers culturels des grands quotidiens. Les ouvrages québécois et français prédominent, tout en laissant une place de choix à la littérature américaine ou britannique26. Parmi les écrivains français qui ont fait l’objet d’une critique dans les numéros 297 à 305 (automne 2012 à automne 2014), on trouve Annie Ernaux, Pierre Bergounioux, Henri Deluy, Liliane Giraudon, Patrick Deville, Christian Prigent, Nathalie Quintane, Nicole Caligaris, Charles Pennequin, Chloé Delaume, Céline Minard, Marie NDiaye, Leslie Kaplan et Maylis de Kerengal. La plupart de ces auteurs jouissent d’une certaine fortune académique. Cela est indéniable pour Ernaux, Bergounioux ou encore NDiaye, comme en témoignent les nombreuses publications scientifiques qui paraissent chaque année sur ces auteurs. D’autres, toutefois, comme Nathalie Quintane ou Henri Deluy, ne font pas (encore) partie du canon universitaire. On retrouve aussi dans le cahier critique des œuvres plus jeunes que celle de Bergounioux, comme celles de Céline Minard ou Charles Pennequin, qui ne font pas l’objet d’études universitaires approfondies, leur place dans le champ n’étant peut-être pas encore suffisamment stabilisée. Dans tous les cas, ces auteurs sont virtuellement invisibles dans les médias québécois.

14Il est nécessaire de rappeler qu’en France, Le Monde des livres, Le Magazine littéraire, France culture, ou encore Les Inrocks, pour prendre des médias de plus large audience, assurent encore la diffusion d’œuvres du pôle restreint. Au Québec, il y a encore vingt ans, certains organes de presses assuraient cette tâche, ce qui n’est plus le cas maintenant. La fermeture de la Chaîne Culturelle de Radio-Canada en 2004 apparaît en quelque sorte comme un point de bascule dans la déroute des institutions culturelles québécoises. Liberté se donne comme mission de faire connaître à un public moins confidentiel des œuvres exigeantes qui trouvent souvent des échos favorables dans la sphère universitaire, sans réellement parvenir à sortir du pôle de diffusion restreinte. La revue adopte donc une posture intermédiaire. Si elle n’obéit à aucun des critères de scientificité propres à l’université, il est évident que son cahier critique a des orientations critiques et théoriques qui ont droit de cité dans l’institution universitaire québécoise. Nombre de collaborateurs du cahier critique ont d’ailleurs un double statut : ils sont étudiants ou professeurs de lettres et n’ont pas pour occupation principale d’être critique littéraire, pas plus qu’ils n’investissement le champ médiatique qui, on l’a vu, accorde une place dérisoire à la littérature. Cette position doublement marginale crée une zone intermédiaire où les corpus contemporains peuvent faire l’objet d’une réception critique préliminaire dans un lieu à peu près exempt des impératifs productivistes et des effets parfois réifiants de la recherche scientifique comme des lois contraignantes du monde médiatique.

Temporalités anachroniques

15Le Liberté des années 1960 était marqué par une temporalité largement orientée vers l’avenir, non pas vers les lendemains qui chantent communistes, mais parfois vers l’indépendance du Québec, et toujours vers une valorisation de la culture, de l’éducation, de la reconnaissance de l’intellectuel. Les écrivains québécois étaient mis à contribution dans la mesure où ils participaient à la construction d’une société qui exigeait encore qu’on la nomme. Les années 1980, elles, ont été caractérisées par une critique du présent qui s’est graduellement transformée en détestation du présent. En conséquence, la littérature contemporaine y a été en disgrâce – à l’exception de quelques auteurs échappant à l’opprobre, canon formé essentiellement par Peter Handke, Gabrielle Roy et Milan Kundera. Cette haine du présent s’est parfois manifestée dans une forme de critique, fertile, des institutions. Toutefois, force est d’admettre qu’elle ne traduisait pas une grande acuité critique par rapport à ce que la littérature du présent pouvait offrir. Cet éloignement de la littérature contemporaine a correspondu à une dépolitisation de la littérature : et en effet on peut croire qu’en confinant l’art à un statut d’exception, on a de fortes chances de ne trouver que peu d’œuvres signifiantes dans le bassin des nouvelles parutions.

16La plus récente mouture de Liberté semble adopter une posture qui vise à réconcilier passé, présent et avenir, conjuguant regard posé sur l’héritage, tentative de lire les événements de l’actualité et espérance quant aux possibilités du futur. En termes littéraires, il s’agit d’observer les corpus contemporains, mais sans se soumettre à l’aveuglement médiatique qui procède d’une forme d’amnésie. Il est certes possible de s’enthousiasmer pour certaines recherches formelles, mais encore faut-il connaître minimalement l’histoire des formes et des avant-gardes. Cette attention à l’historicité des formes littéraires ne signifie pas pour autant que Liberté se livre à une histoire littéraire du contemporain. La volonté de saisir le présent s’inscrit plutôt dans une posture critique singulière, où la littérature contemporaine n’est pas envisagée comme un objet historique (même s’il s’inscrit dans une histoire dont il faut tenir compte) mais bien comme un objet du présent qui nous informe sur l’état de la société. Toutefois, la temporalité propre à Liberté permet également d’envisager les œuvres dans un rapport anachronique ; parfois, les œuvres du présent nous apprennent quelque chose du passé, et inversement, ces dernières peuvent permettre de mesurer l’apport de la littérature dans la constitution de notre mémoire culturelle.

  • 27 Yves Citton, 2007, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Édition (...)

17Le cahier critique a été augmenté depuis le numéro 301 (automne 2013) d’une courte section intitulée « Le rétroviseur », où des écrivains et intellectuels reviennent sur des « classiques québécois » (qui n’ont d’ailleurs pas tous le même statut institutionnel : d’Anne Hébert à la poète des avant-gardes trash Josée Yvon), en tentant l’exercice d’en produire une lecture émancipée des ornières scolaires, une lecture, surtout, qui éclaire le présent. Cette lecture actualisante, pour reprendre les termes d’Yves Citton27, vise à comprendre le présent à travers les représentations que nous offre la littérature passée, à conjuguer les enjeux du passé au présent. Mais plus encore, il s’agit de mettre, dans un cahier en principe consacré à l’actualité littéraire, un objet déjà saisi par l’histoire littéraire. Le cahier critique se fixe ainsi un triple objectif : faire de l’actualité littéraire mais à un rythme saisonnier qui déjoue forcément la rapidité médiatique ; tenter de saisir le présent de la littérature tout en embrassant une mémoire de la littérature ; éviter le sclérose de la classicisation des œuvres du passé et les ramener au présent.

18Dans le numéro de Tangence sur l’histoire littéraire du contemporain préparé par Mathilde Barraband et cité plus haut, la question de la distance revient avec insistance, comme s’il était trop souvent impossible pour les universitaires d’avoir suffisamment de distance pour historiciser des objets trop récents. La critique littéraire, quant à elle, doit faire face au danger d’un aveuglement encore plus grand. Si la littérature « contemporaine » à laquelle se confronte l’université est plus largement celle des trente dernières années, celle à laquelle se frotte une revue comme Liberté a paru tout au plus dans la dernière année. Ainsi, le risque d’aveuglement est considérable : aveuglement dans le choix de textes (à la fois d’un point de vue évaluatif et normatif – comment être sûr qu’un texte est véritablement intéressant ou qu’il passera à l’histoire ?), mais aussi dans la posture critique. Ce risque est pourtant le point d’appui d’un engagement, où la subjectivité du critique est mise à contribution.

19En bref, comment caractériser la place de la littérature contemporaine dans Liberté ? D’une part, le cahier critique de Liberté vient combler une lacune médiatique. La littérature contemporaine du pôle restreint trouve peu, voire aucun écho dans les médias québécois, d’où l’importance de faire connaître ces œuvres exigeantes – et peut-être surtout les œuvres non québécoises qui trouvent encore plus difficilement leur public. Si, en France, ces œuvres peuvent intéresser quelques milliers de personnes, au Québec elles rejoignent à peine une centaine de lecteurs. Paradoxalement, la littérature contemporaine, qu’elle soit québécoise ou non, a une place très importante dans l’université québécoise, notamment à l’Université du Québec à Montréal, ce qui permet une classicisation sans aucun doute plus rapide qu’en France. Liberté se donne donc comme mission de faire connaître des œuvres qui circulent peu hors du cercle des lecteurs spécialisés, mais aussi parfois d’offrir une première réception à de jeunes auteurs. Liberté se trouve ainsi à la fois en marge du monde médiatique (ses tirages ne lui permettant pas d’en faire tout à fait partie) et dans les marges de l’université, fonctionnant selon une économie symbolique parallèle. Une zone de dialogue y prend forme, où le discours critique sur la littérature contemporaine s’établit en toute conscience des enjeux propres à l’histoire du contemporain, mais en visant un public élargi.

Notes

1 Michel Lacroix, 2013, « Les revues et la littérature in flagrante : de Valery Larbaud à la littérature québécoise contemporaine », in Mathilde Barraband (dir.), Tangence nº 102 : L’Histoire littéraire du contemporain, Université du Québec à Rimouski/Université du Québec à Trois-Rivières, p. 56.

2 Un colloque organisé par le Centre international d’études francophones de l’Université Paris-IV a tout de même eu lieu le 18 novembre 1987. Cette présence timide ne saurait toutefois dissimuler le fait que la revue Liberté est un phénomène strictement québécois. Voir Madeleine Ducrocq-Poirier (dir.), 1990, La Revue Liberté, Montréal, L’Hexagone.

3 Ce sous-titre apparaît à la refonte de 2012. Il signe la volonté de renouer avec l’esprit des débuts de la revue. Le choix du mot « art » plutôt que « littérature » manifeste un désir de tenir compte de l’ensemble des disciplines artistiques dans la réflexion sur la place de la culture dans la société. La revue a également choisi comme devise « Comprendre dangereusement », en hommage à Hubert Aquin.

4 Hubert Aquin, 1961, « Comprendre dangereusement », Liberté nº 17, p. 680.

5 Manifeste artistique, publié le 9 août 1948, signé par le peintre Paul-Émile Borduas et contre-signé par quinze artistes, qui conteste avec virulence Maurice Duplessis, premier ministre de la province de Québec, et le pouvoir clérical.

6 Jean-François Hamel, 2005, « Hubert Aquin et la perspective des singes », Contre-jour : cahiers littéraires nº 8, p. 112.

7 Hubert Aquin, « Comprendre dangereusement », art. cit.

8 Liberté vol. 5, nº 2 (26) : Jeune Littérature... jeune révolution, mars-avril 1963, p. 3-175. André Belleau indique bien les divergences entre les jeunes et les aînés de Liberté : « Dans la section spéciale qui suit, Liberté et ses collaborateurs habituels s’effacent et font place à plus jeune qu’eux. Voilà donc des essais, poèmes et nouvelles dont les auteurs ont moins de vingt-cinq ans. Entre ces derniers et Liberté, il y a d’abord ceci : dix ans. On entend souvent dire que les générations se succèdent ici plus rapidement qu’ailleurs. Le lecteur pourra juger. […] Je sais que l’équipe de Liberté ne voit pas les choses de la même façon que [Paul] Chamberland et [André] Major. Ne pas le dire équivaudrait à prendre l’engagement de ceux-ci à la légère. » André Belleau, « La littérature est un combat », 1963, Liberté, vol. 5, n° 2 (26), op. cit., p. 82.

9 Voir Jacques Pelletier, 2013, « Parti pris (1963-1968) : un météore dans le ciel du Québec », Parti pris : une anthologie, textes choisis et présentés par Jacques Pelletier, Montréal, Lux, p. 9-31.

10 Jacques Pelletier, 1995, Le Poids de l’histoire. Littérature, idéologies, société du Québec moderne, Québec, Nuit Blanche éditeur, « Essais critiques », p. 11.

11 Gaston Miron, 1963, « La vie agonique », Liberté n° 27, mai-juin, p. 210-221.

12 « À partir des années 1980, la critique savante est progressivement orientée vers la “recherche”, tandis que s’impose dans les universités un système de financement issus des disciplines scientifiques, fondé sur les subventions qu’obtiennent les chercheurs. […] Souvent présentée comme une preuve de la vitalité de la littérature québécoise, la recherche suscite aussi la méfiance, et un autre pan de la critique trouve une place dans l’essai. Ces deux pratiques définissent deux conceptions de la littérature qui se distinguent, voire s’opposent, surtout par le type de rapport que le critique entretient avec son objet, observation objective et application de grilles méthodologiques dans un cas, mise à l’épreuve d’une subjectivité dans l’autre. » Michel Biron, François Dumont, Élisabeth Nardout-Lafarge (dir.), 2007, Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, p. 597-598.

13 François Cusset, 2006, La Décennie. Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte.

14 Jean Larose, 1985, « La Barre du jour : une modernité bien de chez nous », Liberté no 159, p. 44.

15 Sa pièce Lortie a été montée en 2008 à l’Espace Libre, à Montréal. Il est également co-auteur de la pièce Tout ça m’asssassine (2011) avec Dominic Champagne et Patrice Desbiens, publiée aux éditions Somme toute, en 2013.

16 Sur les questions de filiations intellectuelles et sur la construction de la figure de l’héritier dans le Liberté des années 2000, voir Rachel Nadon, 2014, La Résistance en héritage : le discours culturel des essayistes de Liberté (2006-2011), Mémoire de maîtrise en études littéraires, Université du Québec à Montréal.

17 Liberté no 285 : Mythes, 1959-2009, septembre 2009 ; Liberté no 286 : Littérature, 1959-2009, décembre 2009 ; Liberté no 287 : Théâtre, 1959-2009, février 2010 ; Liberté, no 288 : Institution, 1959-2009, juin 2010.

18 Olivier Kemeid, Pierre Lefebvre et Robert Richard (dir.), 2011, Anthologie Liberté. 1959-2009. L’écrivain dans la cité, 50 ans d’essais, Montréal, Le Quartanier, « Série QR ».

19 Olivier Kemeid, Pierre Lefebvre et Robert Richard, 2011, « L’écrivain dans la cité », Anthologie Liberté, op. cit., p. 12.

20 Au moment d’écrire ces lignes, les quotidiens La Presse et Le Journal de Montréal n’ont pas de cahier exclusivement consacré à la littérature. Seul Le Devoir, quotidien montréalais dont le tirage est plus confidentiel (circulation de moins de 45 000 exemplaires le samedi, journée de parution du cahier Livres), maintient vivante cette tradition.

21 Olivier Kemeid, Pierre Lefebvre et Robert Richard, 2011, « L’écrivain dans la cité », art. cit., p. 11.

22 André Belleau, 1983, « La démarche sociocritique au Québec », Voix et images vol. 8, no 2, p. 299-310.

23 Judy Quinn, 2012, Hunter s’est laissé couler, Montréal, L’Hexagone.

24 Éric Dupont, 2012, La Fiancée américaine, Montréal, Le Marchand de Feuilles.

25 Marie Parent, 2013, « La revanche du roman historique », Liberté no 301, automne, p. 40.

26 Robert Dion a soumis à examen l’ouverture de la revue Liberté à la culture allemande. La culture française n’est pas un horizon indépassable pour la revue Liberté, même si elle y occupe une place de choix. Voir Robert Dion, 2007, L’Allemagne de Liberté. Sur la germanophilie des intellectuels québécois, Ottawa/Würzbourg, Les Presses de l’Université d’Ottawa/Könighauser & Neumann. Signalons aussi un article de François Dumont qui questionne l’autorité de la référence européenne dans les revues Liberté, Contre-jour et L’Inconvénient au tournant des années 2000. Selon lui, « l’appel aux maîtres étrangers est une façon de se délivrer de l’horizon québécois, car c’est bien cette référence qui est écartée en tant qu’ensemble » (François Dumont, 2006, « Un nouveau conflit de références. Trois revues littéraires québécoises contemporaines : Liberté, L’Inconvénient et Contre-jour », Cahiers de l’Association internationale des études françaises no 58 : Les littératures du Québec face à la France, p. 204.) Le constat de Dumont nous apparaît judicieux ; la refonte de Liberté semble toutefois avoir changé la donne, présentant un équilibre pacifié entre littérature québécoise et influences étrangères.

27 Yves Citton, 2007, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam.

Auteur

Julien Lefortd-Favreau est docteur en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse, réalisée sous la direction de Jean-François Hamel, portait sur les politiques de la littérature dans l’œuvre autobiographique de Pierre Guyotat et sera publiée en 2016 chez Lux éditeur. Il est chercheur postdoctoral (CRSH) au Département d’Études françaises de l’Université de Toronto, où il travaille sur les récits autobiographiques français traitant du militantisme gauchiste. Il est également boursier Bader de l’Université Queen’s à Kingston (Canada). Il est membre associé du centre Figura (UQAM) et du Groupe de recherche et d’étude sur la littérature française d’aujourd’hui (GRELFA) de Toronto. Il est également directeur des pages littéraires du cahier critique de la revue Liberté.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540