Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiativité, polyphonie et modalité en français

 | 
Jean-Claude Anscombre
, 
Evelyne Oppermann-Marsaux
, 
Amalia Rodriguez Somolinos

Présentation

Jean-Claude Anscombre

Note de l’auteur

Ce volume monographique a été conçu et réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI2010-15158/FILO du Ministerio de Economía y Competitividad (Espagne), portant sur « Dialogue et marques d’oralité en pragmatique historique du français ». Plusieurs des contributeurs du volume appartiennent à ce groupe de recherche.

Texte intégral

  • 1 Certains auteurs travaillant sur la polyphonie l’ont parfois rapprochée de la médiativité. En revan (...)

1Pourquoi réunir dans un même volume des travaux se situant à la croisée de trois domaines habituellement séparés1 – la médiativité, la polyphonie et la modalité ? C’est qu’il nous a semblé distinguer des problématiques récurrentes dans le champ de la sémantique énonciative, concernant en particulier le placement du locuteur dans la constitution du sens de l’énoncé. L’auteur déclaré d’un énoncé peut ne pas être à l’origine de toutes les valeurs sémantiques qui s’y côtoient, comme par exemple dans les cas de mention ou de style indirect. Plus généralement, la polyphonie voit tout énoncé comme mettant en jeu une multiplicité de voix éventuellement autres que celles du locuteur. Par ailleurs, la plupart des travaux sur la médiativité font intervenir les sources qui sont à l’origine du savoir du locuteur. Si, avec certains auteurs, l’on inclut dans la médiativité une certaine position du locuteur vis-à-vis des différentes sources qu’il signale, on voit alors apparaître une intersection non vide entre médiativité, modalité et polyphonie. Considérons par exemple :

(1) Selon des sources bien informées, l’économie européenne est en train de se redresser.

2Une interprétation largement intuitive voit un tel énoncé comme communiquant une information ‘l’économie européenne est en train de se redresser’, information : a) qui est attribuée à une source qui n’est pas le locuteur ; b) de laquelle le locuteur se distancie : il la présente tout en déclarant ne pas en être la source. Le point a) renvoie à la polyphonie (présence d’une voix qui n’est pas celle du locuteur) ainsi qu’à la médiativité (mention de la source de l’information), le point b) relève de la modalité (positionnement du locuteur vis-à-vis de l’information véhiculée).

3Ces quelques indications, bien sûr grossières et fragmentaires, nous permettront cependant de justifier la mise en œuvre dans ce collectif de ces trois thématiques, habituellement séparées, avons-nous dit. Arrêtons-nous un moment sur cette affirmation : après tout, elle ne présente aucun caractère d’évidence.

  • 2 On aurait tort de croire que cette tâche est plus aisée que la précédente. Il n’en est rien, car il (...)

4Nous commencerons par définir une plateforme commune minimale pour ce qui est de la description sémantique d’énoncés. La plupart des approches sémantiques décomposent un énoncé en une série de contenus abstraits et éventuellement de relations entre ces contenus, destinés à expliquer les propriétés de cet énoncé, ainsi qu’à prédire son comportement en contexte. L’état actuel de la formalisation en linguistique ne permet pas de se situer à ce niveau, aussi nous contenterons-nous de gloser ces contenus abstraits par des énoncés effectifs. Appelons structure profonde le niveau abstrait, signification (de l’énoncé) l’ensemble des contenus abstraits attachés à un énoncé et des relations entre eux ; structure de surface une certaine interprétation en énoncés de ces contenus et des relations qui les unissent ; sens (de l’énoncé) le réseau formé par les énoncés précédents et leurs relations. Nous nous situerons uniquement au niveau du sens, que nous voyons donc comme les relations qui unissent l’énoncé étudié à d’autres énoncés2. Considérons l’exemple suivant, qui nous servira tout au long de cet exposé :

(2) Max a cessé de fumer.

  • 3 Ce que l’on appelle habituellement un ON-locuteur.
  • 4 Ou si l’on préfère, le sens de (2) est représenté grosso modo par la paraphrase : (2c) Alors que Ma (...)

5Une théorie usuelle de la présupposition relierait (2) aux contenus représentés par : (2a) Max fumait avant et : (2b) Max ne fume pas maintenant. L’optique polyphonique va plus loin, et voit (2a) et (2b) comme de véritables énoncés, dont les sources respectives sont, dans les cas les plus usuels, le locuteur de (2) pour (2b), et une communauté linguistique3 à laquelle appartient ce locuteur pour (2a). La relation entre les deux est que (2a) sert en quelque sorte de « cadre » à (2b)4. Autre exemple, bien connu celui-là, celui de la négation. Dans un énoncé comme :

(3) Max n’est pas venu

6l’analyse polyphonique met en évidence deux voix : une première voix, de source généralement indéterminée, affirme que Max est venu. Une seconde voix, ayant le locuteur comme source dans les cas les plus usuels, s’oppose à cette affirmation. Là encore, l’énoncé de départ est mis en relation avec deux énoncés, par exemple : (3a) Max est venu, et (3b) Max est absent, (3b) étant à considérer ‘dans le cadre’ de (3a). Résumons : la polyphonie voit le sens d’un énoncé comme son rapport à d’autres énoncés issus de différentes sources, les voix.

  • 5 Lazard (1956) fait référence au tadjik et les auteurs américains à des langues amérindiennes comme (...)
  • 6 Nous laisserons de côté ici l’admiratif, ou accès par l’étonnement / la surprise.
  • 7 On peut contester le statut lexical de telles expressions, mais le problème reste inchangé.

7Passons maintenant à la notion – ou plutôt aux notions – de médiativité. Le terme général de médiativité recouvre en effet plusieurs approches qui, si elles ont des points communs, ne sauraient cependant être confondues. On peut distinguer trois grandes ‘écoles’, compte non tenu de certaines nuances à l’intérieur d’une même école. Au sens strict, en suivant une idée de Lazard (1956), reprise et développée par Guentchéva (1994, 1996), la médiativité est toute catégorie grammaticale (ou médiatif) dont la valeur spécifique est de caractériser la distance prise par le locuteur vis-à-vis des situations envisagées dans l’énoncé. Ces deux conditions – catégoricité grammaticale et spécificité – font que la médiativité en ce sens est rare dans nos langues si elle est banale dans d’autres5. Bien entendu, il existe des cas fréquents où est indiquée une distance prise par le locuteur sans que le procédé soit une catégorie grammaticale ou que la valeur médiative soit spécifique. À ces procédés, Guentchéva (1994) réserve le nom de médiatisé. Les deux autres écoles consistent alors en un élargissement plus ou moins accentué du médiatif à du médiatisé. En effet, la plupart des travaux sur ces phénomènes s’accordent à considérer que cette distance prise par le locuteur consiste en un certain accès à la connaissance issue de la source dont il se distancie. Et ces accès sont fondamentalement au nombre de trois : le mode direct (accès de type sensoriel, par perception) ; le mode indirect, lui-même divisé en accès par inférence / raisonnement, et accès par ouï-dire6. On comprend alors comment peut se faire l’ampliation de la notion : soit en abandonnant la catégoricité grammaticale, soit en abandonnant l’aspect spécifique du marqueur, soit en ajoutant d’autres modes d’accès. Le fait qu’on veuille classer cet élargissement parmi les procédés médiatifs n’est pas gênant en soi tant qu’il n’y a pas confusion au niveau de ce que représente la catégorie (élargie) choisie. L’abandon du trait ‘catégorie grammaticale’ en particulier au profit du trait ‘catégorie lexicale’ semble être une spécialité européenne, si l’on en juge par l’abondance de travaux sur des marqueurs soit particularisants comme pour x (Coltier et Dendale 2004), selon x (Marque-Pucheu 1999), soit génériques, ainsi les marqueurs en comme + dire (Gómez-Jordana 2009, Anscombre 2010a)7. Notons cependant que Chafe (1986) classe certains adverbes comme évidemment parmi les marqueurs médiatifs.

8Ce qui n’empêche pas les recherches parallèles sur certaines catégories verbales (mais non spécifiques) comme le conditionnel épistémique (Kronning 2005, entre autres), ou encore les aspects médiatifs de devoir épistémique (Dendale 1994). Dans ces deux derniers cas, il s’agit bien d’une catégorie grammaticale, mais il n’y a spécificité ni de l’un ni de l’autre de cette valeur médiative, au contraire par exemple du parfait bulgare étudié par Guentchéva (1996). Parmi les modes d’accès, un certain nombre d’auteurs se cantonnent aux trois aspects cités plus haut, comme Anderson (1986), Bybee (1985), Willett (1988), etc. De nombreux autres travaux – essentiellement d’inspiration américaine – ont inclus les modalités épistémiques dans le mode d’accès, ainsi Chafe (1986) et Willett (1988), parmi les plus connus. Un auteur comme Willett (1988) considère même que toute indication de l’attitude du locuteur par rapport à la situation décrite dans son propre énoncé relève de plein droit de la médiativité : « […] evidentiality as a semantic domain is primarily modal. It participates in the expression of the speaker’s attitude toward the situation his/her utterance describes… » (p. 52).

9Une fois brossé à grands traits ce panorama de la médiativité, deux questions se posent alors. La première concerne le lien de la médiativité (au sens le plus général) avec la polyphonie. Prenons par exemple le cas de l’énoncé (1) ci-dessus. Il voit son sens défini par une certaine relation avec l’énoncé

(1a) L’économie européenne est en train de se redresser

10en conformité avec ce qui a été dit supra sur le sens d’un énoncé. Par ailleurs, le locuteur de (1), au travers du marqueur selon, a accès à la situation décrite en (1a), dont il n’est pas la source, son mode d’accès à cette situation étant réglé par selon des sources bien informées. Il semblerait donc que d’une façon très générale, la médiativité puisse être considérée comme une sous-classe de la polyphonie. L’inverse semble cependant plus difficile à soutenir, ou du moins largement dépendre de la théorie adoptée. Ainsi pour (2), qui comporte un présupposé. Dans une optique lexicale de ce présupposé qui le voit attaché au verbe cesser, il s’agit d’une polyphonie qu’on voit mal comment rattacher à la médiativité, sauf par exemple à voir le présupposé comme résultant d’un jeu d’inférences, position adoptée par De Mulder (1994) pour l’article défini le et son présupposé existentiel. Dans un tel cadre théorique, le présupposé réintègre alors la médiativité.

  • 8 Sur ce point, voir Gosselin (2010).
  • 9 Nous laisserons ici de côté le problème de la source de ces ‘situations’. Pour certains, ainsi Chaf (...)

11La seconde question découle des choix faits par les tenants de l’attitude du locuteur par rapport à la situation décrite dans l’énoncé quant à ce qui relève de la problématique médiative, car elle concerne le troisième et dernier volet des travaux réunis ici. Il s’agit de la notion de modalité. Encore faut-il s’entendre sur ce qu’on appelle modalité, l’unanimité étant loin d’être acquise à ce sujet. Évoquer l’attitude du locuteur vis-à-vis de son propre énoncé est risqué, car réintroduisant un psychologisme qui n’a pas lieu d’être en lieu et place d’un système linguistique tel que celui présidant au fonctionnement de modalités épistémiques comme croire ou savoir8. Notre position est plus proche de celle par exemple de Portner (2008 : 1), pour qui « […] Modality is the linguistic phenomenon whereby grammar allows one to say things about, or on the basis of, situations which need not be real… » Or d’une certaine façon, voir dans les modalités – épistémiques ou autres – une manifestation de médiativité nous propose une solution qui va dans le sens de Portner, et qui n’est pas sans intérêt. Il s’agit de les voir comme un paramétrage spécifique de la distance et des possibilités d’accès à certaines entités que nous appellerons représentations faute de mieux, ce terme ayant au moins l’avantage de ne pas imposer une description en termes d’attitude vis-à-vis d’un contenu descriptif et objectif. Les locuteurs respectifs de Je crois qu’il fera beau demain et Je suis sûr qu’il fera beau demain seront vus, sous l’angle de la médiativité, comme n’ayant pas le même accès à ni n’étant situés à la même distance de la situation Il fera beau demain9.

12Voici, tracée à grands traits, l’approche qui préside à cet ouvrage et qui voit comme non vide l’intersection entre les trois thèmes évoqués.

13Une première série de trois études se penchent sur le fonctionnement du français contemporain, et constituent ainsi une approche synchronique des thèmes esquissés plus haut.

14S’intéressant à l’intersection du dialogisme et de la médiativité, Jacques Bres explore les comportements différents du futur et du conditionnel dans les tours médiatifs de ouï-dire et de conjecture. Cette divergence provient selon lui du fait qu’alors que le conditionnel a une structure dialogique, le futur n’a qu’une possibilité de fonctionnement dialogique.

15Zlatka Guentchéva interroge les fondements même des notions de médiatif et de médiativité, ainsi que leurs liens éventuels d’une part avec evidential et evidentiality, et d’autre part avec certaines notions comme marqueur polyphonique, marqueur dialogique ou encore marqueur épistémique, qui les recoupent sans se confondre avec elles. Au terme d’une réflexion épistémologique détaillée, elle met en évidence les diverses positions théoriques sous-jacentes à l’emploi de ces différents termes, et souligne la difficulté de parvenir à un consensus stable quant aux définitions à mettre en jeu dans l’analyse des données. Dans une seconde partie, l’examen de diverses unités linguistiques analysées comme marqueurs ‘évidentiels’ ou ‘médiatifs’ en français fait ressortir les principales difficultés à les traiter en termes de source de l’information.

16Pierre Patrick Haillet se fonde sur les travaux de Ducrot sur la polyphonie et d’Anscombre sur les stratégies discursives. Il se propose de montrer que la modalisation met en relation deux points de vue, dont l’un constitue la manifestation d’un positionnement du locuteur-origine de l’énoncé à l’égard de l’autre point de vue. La médiativité, quant à elle, met en relation deux points de vue, dont l’un représente l’autre comme attribué à une instance distincte du locuteur-origine de l’énoncé.

17Une seconde série de quatre études s’attache à l’analyse de tournures et locutions que, dans une optique lexicaliste de la médiativité, on nomme marqueurs médiatifs.

18C’est ainsi qu’Agnès Steuckardt se penche sur les valeurs sémantiques du marqueur émergent on va dire, dans les emplois du type on va dire ça comme ça, en s’appuyant sur une enquête partant de ses premières attestations (milieu du xxe siècle en corpus oral) et d’un corpus de presse de 2012. L’étude du fonctionnement de cette locution montre que ce qui est en jeu n’est pas tant la question de la source d’information qu’une dérobade énonciative ; la notion de médiativité paraît dès lors moins pertinente dans la description sémantique de ce marqueur que celle de polyphonie.

19Laurence Rouanne montre que la séquence si on peut dire se forge en dehors de tout cadre hypothétique au xviie siècle, et se fixe sous sa forme actuelle dans la deuxième moitié du xixe siècle. L’emploi en incise est prototypique de la lexie, et le on n’y est plus une marque fléchie de personne, mais la désignation d’un ON-locuteur. Deux cas de figure doivent être distingués, un si on peut dire stéréotypique et un si on peut dire pragmatique, selon la nature de la relation entre les deux termes X et Y mis en correspondance.

20Sonia Gómez-Jordana s’inspire à la fois de la théorie des stéréotypes (Anscombre : à partir de 1990), des thèses sur la médiativité de Guentchéva (1996), et de la théorie de la polyphonie (Ducrot 1984). Elle montre l’intrication des trois phénomènes dans le fonctionnement de la structure phrastique Qui dit X, dit Y. Cette construction fonctionne pour elle comme un marqueur médiatif, dénotant une certaine modalité, faisant écho à une phrase générique, et donc à un stéréotype introduisant une composante polyphonique.

21Christiane Marque-Pucheu, enfin, analyse la locution Les gens disent que P par le biais du concept de ON-locuteur, i.e. une voix collective et anonyme. Ce marqueur les gens disent que P fait d’abord référence à des tiers, qu’il inclut et, sauf mention particulière dans le contexte, le locuteur est a priori exclu. Cette exclusion a priori et l’incompatibilité avec une désignation spécifique émanant d’une autorité entraînent des contraintes sur le statut de P.

  • 10 Voir Anscombre & alii (2009).

22Il nous a semblé pertinent d’inclure un certain nombre de travaux se réclamant cette fois d’une optique diachronique. Tous ceux qui ont par exemple travaillé sur des connecteurs ou des marqueurs de discours savent à quel point la perspective diachronique peut éclairer un comportement en synchronie qui paraît illogique, et même suggérer certaines pistes invisibles au seul examen des faits. On pourra s’en convaincre en lisant l’étude à la fois synchronique et diachronique que nous avons menée sur apparemment10.

23Jean-Claude Anscombre se propose de retracer l’évolution diachronique des marqueurs médiatifs génériques depuis l’ancien français, en partant du français contemporain comme on dit. Ce marqueur et ses variantes nous sont familiers parce qu’ils sont les introducteurs par excellence de formes sentencieuses : (Comme on dit + comme dit le proverbe + comme on dit chez moi), il n’y a pas de sots métiers… Ils représentent donc un critère précieux parmi d’autres pour identifier des formes sentencieuses dont le statut proverbial n’est pas toujours évident. Il devient alors tentant de repérer les proverbes en diachronie en cherchant quels étaient à chaque époque les marqueurs médiatifs génériques correspondants. Après avoir établi pour chaque étape, depuis l’ancien français, la liste des principaux marqueurs de ce type, l’étude s’attache plus précisément à l’ancien français et à ses divers marqueurs médiatifs génériques – dont le fameux ce dist li vilains.

24Amalia Rodríguez Somolinos nous convie à l’étude du fonctionnement sémantique d’une unité lexicale de l’ancien français – il m’est avis / ce m’est avis – qui relève à la fois du domaine de la modalité et de celui de la médiativité. Ces deux constructions sont des modalités épistémiques exprimant la croyance du locuteur en la vérité d’une assertion. En fait, elles sont polysémiques et, en fonction du contexte, sont susceptibles d’exprimer aussi bien la croyance (je crois, je pense) que la connaissance (je sais, je me rends compte, je vois, je suis sûr). Elles ont donc aussi bien une valeur médiative qu’une valeur modale. Du fait de leur valeur étymologique, elles montrent une prédilection marquée pour la perception visuelle directe, l’information pouvant être soit directement perçue, soit inférée à partir d’une telle perception visuelle.

25Evelyne Oppermann-Marsaux s’intéresse aux différents emplois du marqueur discursif dea, depuis son apparition au xve siècle jusqu’au xviie siècle, où la présence de la forme réduite da tend à se limiter à la séquence bien connue oui (nenni) da. Elle montre que dea renforce une intervention réactive, tout en marquant une modalité assertive. En moyen français et en français préclassique, il peut toutefois aussi exprimer une valeur incitative dans des contextes non assertifs. Dans des contextes conflictuels où dea + P réagit négativement à un premier point de vue, il devient polyphonique. Ces emplois sont amenés à disparaître, dea se spécialisant, à partir du xviie siècle, dans le renforcement d’un énoncé-réponse minimal, majoritairement l’expression d’un accord de son locuteur (oui da).

26María Luisa Donaire revisite l’histoire de puisque, que la tradition voit comme l’évolution d’un sens temporel, dérivé de l’origine étymologique, vers un sens causal, en passant par une longue coexistence des deux valeurs. L’absence de critères linguistiques clairs rend cependant difficile l’identification du sens de certaines occurrences. Le présent travail vise à mettre en place un ensemble de critères propres à établir les propriétés formelles et sémantico-pragmatiques caractérisant puis que au long de son parcours, et conduisent à distinguer quatre emplois médiévaux de cette unité. L’étude d’un vaste corpus permet de conclure que l’évolution de puisque ne va pas exactement du temporel au causal, mais plutôt d’une modélisation polyphonique fondée sur une relation temporelle au départ, à une polyphonie s’appuyant sur un ON-locuteur en français actuel.

27Juliette Delahaie rouvre le dossier des constructions en adverbe que p (adv. que p), du type heureusement/évidemment/probablement/peut-être que tu es là, pour poser la question de leur homogénéité : peuvent-elles être regroupées autour de critères syntaxiques et sémantiques communs, ou bien s’agit-il de simples variantes de la construction sans que ? Elle penche vers la première interprétation, et justifie ce choix à la lumière de la diachronie. L’étude diachronique montre en effet qu’il s’agit d’une tournure productive, dotée d’un sémantisme propre, et qui exploite certains adverbes à un moment de leur évolution sémantique. Ainsi, l’étude de l’adverbe heureusement permet de rattacher la tournure heureusement que p, qui apparaît au cours du xviiie siècle, à l’évolution générale et classique de l’adverbe heureusement. L’étude s’élargit aux adverbes certes et apparemment, entrés dans la construction en adv. que p à un moment donné de leur évolution sémantique, et tente d’expliquer pourquoi cette tournure a disparu de nos jours.

28Patrick Dendale ouvre le dossier diachronique du conditionnel de reprise, appelé souvent conditionnel journalistique. Une première partie examine comment et quand les grammairiens ont relevé et analysé cet emploi, de Maupas (1607), comme premier grammairien à en donner un exemple, à Brunot (1887) et Clédat (1889), qui sont les premiers à le décrire de façon précise et détaillée, en passant par bien d’autres. Ainsi Brunot (1922), qui donne l’occurrence la plus ancienne jamais citée par une grammaire, et Damourette & Pichon (1936), qui citent les exemples les plus anciens connus des spécialistes du conditionnel de reprise (1541). Une seconde partie examine les différentes dates d’apparition du conditionnel de reprise dans différents genres textuels.

Bibliographie

Anderson, L. B., 1986, « Evidentials, paths of change, and mental maps: Typologically regular asymmetries », in Chafe, W., Nichols, J. (eds), Evidentiality: The Linguistic Coding of Epistemology, Norwood NJ, Ablex Publishing Corp., p. 273-312.

Anscombre, J.-C., 2009, « La comédie de la polyphonie et ses personnages », Langue française n° 164, p. 11-31.

Anscombre, J.-C., 2010a, « Lexique et médiativité : les marqueurs pour le dire », Cahiers de lexicologie n° 1, 96, p. 5-33.

Anscombre, J.-C., 2010b, « Autour d’une définition linguistique des notions de voix collective et de ON-locuteur », in Colas-Blaise, M., Kara, M., Perrin, L. & PetitJean, A. (éds), La question polyphonique ou dialogique en sciences du langage, Recherches linguistiques n° 31, p. 39-64.

Anscombre, J.-C., Arroyo, Á., Foullioux, C., Gómez-Jordana, S., Rodríguez Somolinos, A., Rouanne, L., Saló, M. J., 2009, « Apparences, indices et attitude énonciative : le cas de apparemment », Langue française n° 161, p. 39-58.

Bybee, J. L., 1985, Morphology: A Study of the Relation between Meaning and Form, Amsterdam, John Benjamins.

Chafe, W., 1986, « Evidentiality in English conversation and academic writing », in Chafe, W., Nichols, J. (eds), Evidentiality: The Linguistic Coding of Epistemology, Norwood NJ, Ablex Publishing Corp., p. 261-272.

Coltier, D., Dendale, P., 2004, « La modalisation du discours de soi : éléments de description sémantique des expressions pour moi, selon moi, et à mon avis », Langue française n° 142, p. 41-57.

De Mulder, W., 1994, « La ‘création du monde’ par l’article défini le, marqueur évidentiel ? », Langue française n° 102, p. 108-120.

Dendale, P., 1994, « Devoir épistémique : marqueur modal ou évidentiel », Langue française n° 102, p. 24-40.

Dendale, P., Coltier, D., 2011 (éds), La Prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques, Bruxelles, De Boeck – Duculot.

Ducrot, O., 1984, Le Dire et le dit, Paris, Minuit.

Gómez-Jordana, S. 2009, « Comparaison hypothétique, mise à distance, et reformulation : étude diachronique et polyphonique du marqueur comme qui dirait », Cahiers de lexicologie n° 95, p. 83-114.

Gosselin, L., 2010, Les Modalités en français, Amsterdam – New York, Rodopi.

Guentchéva, Z., 1994, « Manifestations de la catégorie du médiatif dans les temps du français », Langue française n° 102, p. 8-23.

Guentchéva, Z., 1996, L’Énonciation médiatisée, Louvain – Paris, Peeters.

Kronning, H., 2005, « Polyphonie, médiation et modalisation : le cas du conditionnel épistémique », in Bres, J., Haillet, P. P., Mellet, S., Nølke ,H., Rosier, L. (éds), Actes du Colloque de Cerisy (2-8 septembre 2004) Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques’, Bruxelles, De Boeck – Duculot, p. 297-312.

Lazard, G., 1956, « Caractères distinctifs de la langue tadjik », Bulletin de la Société de linguistique de Paris n° 52, p. 117-186.

Marque-Pucheu, Ch., 1999, « Source, inférence et position du locuteur dans les énoncés comportant selon », Revue de Sémantique et Pragmatique 6, p. 111-121.

Nølke, H., 2006, « Pour une théorie linguistique de la polyphonie : problèmes, avantages, perspectives », in Perrin, L. (éd.), Le Sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Recherches linguistiques n° 28, Metz, Université Paul Verlaine, p. 243-269.

Portner, P., 2008, Modality, Oxford – New York, Oxford University Press, Oxford Surveys in Semantics and Pragmatics.

Rodríguez Somolinos, A., 2010, « L’évolution de apparemment en français : la formation d’un marqueur d’attitude énonciative », in Combettes, B. et al. (éds), Le Changement en français. Études de linguistique diachronique, Berne, Peter Lang, p. 345-361.

Willett, T., 1988, « A cross-linguistic survey of the grammaticization of evidentiality », Studies in Language n° 12-1, p. 51-97.

Notes

1 Certains auteurs travaillant sur la polyphonie l’ont parfois rapprochée de la médiativité. En revanche, les études sur la médiativité ne mentionnent que rarement une éventuelle parenté avec la polyphonie : il est vrai qu’elles ne prennent bien souvent en compte que les recherches américaines sur le sujet. Enfin, si la médiativité inclut pour certains la modalité (en particulier épistémique), les études sur la modalité présentent plus rarement en revanche une perspective médiative. En dernier ressort, seule la notion de prise en charge semble être une problématique commune aux trois approches (voir Dendale-Coltier 2011).

2 On aurait tort de croire que cette tâche est plus aisée que la précédente. Il n’en est rien, car il faut éviter plusieurs écueils à ce niveau. En particulier, éviter de mettre l’énoncé en relation avec lui-même, sous peine d’une circularité qui n’est alors plus explicative.

3 Ce que l’on appelle habituellement un ON-locuteur.

4 Ou si l’on préfère, le sens de (2) est représenté grosso modo par la paraphrase : (2c) Alors que Max fumait avant, il ne fume pas maintenant. Pour une problématique générale de la présupposition, voir S. Deloor, « Bref aperçu historique des travaux sur la présupposition », Langages, 2012, 186, p. 3-20.

5 Lazard (1956) fait référence au tadjik et les auteurs américains à des langues amérindiennes comme le wakash ou le kiowa. Pour l’indo-européen, signalons les travaux de Guentchéva sur le bulgare.

6 Nous laisserons de côté ici l’admiratif, ou accès par l’étonnement / la surprise.

7 On peut contester le statut lexical de telles expressions, mais le problème reste inchangé.

8 Sur ce point, voir Gosselin (2010).

9 Nous laisserons ici de côté le problème de la source de ces ‘situations’. Pour certains, ainsi Chafe (1986), il n’y a pas de source pour les modalités comme la croyance.

10 Voir Anscombre & alii (2009).

Auteur

CNRS-LDI, Université Paris 13

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540