Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Processus de classicisation

Les paradoxes de la reconnaissance au présent

Les poètes contemporains de langue française à l’Université

Aline Marchand

Texte intégral

Au seuil de ce jour indécis : le poète avec son maigre paquet. Mis à nu en ce désert. Et nu à crier et désert à en perdre le sens. Qui l’entendra dans l’atelier des poussières inusables ?

  • 1 Lorand Gaspar, 1982, « Approche de la parole », Sol absolu et autres textes, Paris, Gallimard, « Po (...)

Lorand Gaspar, « Approche de la parole1 »

  • 2 Le monde des poètes français contemporains est souvent décrit comme restreint et autotélique : « In (...)

1Qu’en est-il de la prétendue homologie entre l’Université française, suspecte d’enfermer la littérature dans un écrin figé, et le monde poétique, dont les sociologues soulignent la relative clôture2 ? Des relations homogames ou narcissiques reconduiraient-elles le cliché du poète et du chercheur retranchés dans leur tour d’ivoire, l’un se reflétant amoureusement en l’autre ? Ce soupçon, répandu parmi les détracteurs comme les défenseurs les plus virulents de la poésie contemporaine, invite à interroger la potentielle singularité du genre poétique dans les études doctorales qu’encadre l’institution universitaire. Autrement dit, les poètes contemporains seraient-ils captés, élus et consacrés par l’Université, au mépris de ceux qui sont lus et connus plus largement aujourd’hui ? Ou, au contraire, l’Université ne serait-elle qu’un relais institutionnel tardif dans la consolidation d’une carrière poétique ? Enfin, est-il possible d’établir le portrait-type du poète contemporain tel qu’il est esquissé par les doctorants français ou bien ce dernier s’évanouit-il en un kaléidoscope de visages pluriels et fuyants ?

  • 3 Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bedrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, (...)
  • 4 Ce moteur de recherche des thèses de doctorat françaises (en cours ou soutenues) héberge, depuis se (...)
  • 5 Il s’agissait d’établir un palmarès le plus large possible en considérant le « contemporain » d’une (...)
  • 6 Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat (dir.), 2004, La Traversée des thè (...)
  • 7 Sont exclues les thèses déposées après le décès de l’auteur (même vivant après 1993) pour respecter (...)

2Pour réfléchir au positionnement de l’Université vis-à-vis de la poésie contemporaine, cet article propose de prolonger un travail collectif mené sur les auteurs contemporains de langue française à l’aune des études doctorales3. Cette étude reposait sur le recensement systématique des sujets de thèse déposés entre 1993 et 2008 au Fichier central des thèses (remplacé depuis 2011 par theses.fr4) et consacrés à la littérature française publiée depuis 1980. Elle soumettait ainsi une première cartographie du « contemporain5 » dans le prolongement du « bilan de la recherche doctorale en littérature française du xxe siècle » réalisé par la Société d’étude de la littérature française du xxe siècle en 20026. Le palmarès des auteurs étudiés par les doctorants s’inscrivait dans cette volonté de vérifier quels écrivains, quelles œuvres et quels genres étaient prisés ou délaissés par les recherches doctorales, déjà consacrés ou en cours d’institutionnalisation. C’est à partir des données collectées en 2008 et retravaillées aujourd’hui selon l’angle générique de la poésie que se fondent les analyses qui suivent. Ici, l’objet est plus resserré à deux niveaux : le « contemporain » sera compris selon une acception plus restrictive (selon la simultanéité de la production de l’auteur avec l’étude du doctorant7) ; parmi ces auteurs vivants (entre 1993 et 2008), seuls les « poètes » retiendront l’attention. Quelques biais méthodologiques, sans invalider l’orientation générale, justifient néanmoins une certaine prudence. D’une part, il est difficile de mesurer l’activité d’un auteur – une publication de son vivant n’étant qu’un indice probable d’une création contemporaine. D’autre part, bon nombre d’écrivains sont adeptes d’une traversée des genres et ne sauraient se ranger sagement derrière l’étendard pur de la « poésie » ; ceci dit, une pré-catégorisation générique s’opère dans la perception d’une œuvre et dans la définition du sujet doctoral, sur laquelle je m’appuierai dans une optique pragmatique. En effet, l’enjeu ne consiste pas à apposer une étiquette qualitative (générique) pour en induire des données purement quantitatives (statistiques) mais d’analyser le positionnement tendanciel des études doctorales par rapport à ce qu’elles appréhendent comme des poètes contemporains de langue française.

La poésie contemporaine à l’Université : un genre incarné

  • 8 Cela se vérifie dans des sujets comparatifs (« Les figures de sujet lyrique dans la poésie contempo (...)
  • 9 Tous trois apparaissent comme « les poètes contemporains les plus canoniques » dans les anthologies (...)
  • 10 Ces deux fonctions s’observent dans les pratiques des acteurs constituant le monde poétique en le d (...)

3L’étude de la poésie reste avant tout celle des poètes. En effet, les sujets doctoraux mentionnent presque systématiquement ce genre avec les noms des écrivains sélectionnés, quand bien même d’autres termes génériques (à l’instar du « lyrisme ») viennent préciser leur orientation esthétique8. Le nom d’auteur assure à lui seul une fonction institutionnelle en se substituant aux mouvements et aux revues qui pourraient remplir un rôle de classification de l’espace littéraire. La prééminence de Bonnefoy, Jaccottet et Dupin dans les thèses consacrées à la poésie contemporaine9 masque deux catégories latentes : l’une esthétique (le « lyrisme »), l’autre éditoriale (le magazine Ephémère). En cela, des deux logiques, associative et catégorielle, qu’isolent Sébastien Dubois et Pierre François dans l’émergence institutionnelle des poètes français contemporains10, seule la première est opératoire dans le champ des recherches doctorales : les poètes sont combinés et associés entre pairs (l’un pouvant légitimer l’ensemble d’un groupe) mais ne se rangent pas derrière une étiquette impersonnelle et collective.

  • 11 En raison d’un corpus d’étude non précisé, ces thèses transversales sont exclues du palmarès des au (...)
  • 12 Cinq intitulés juxtaposent poésie et contemporain sans préciser la période étudiée (à une exception (...)
  • 13 Deux intitulés préfèrent la notion a priori plus extensive de modernité : « Figures de la modernité (...)
  • 14 Trois titres précisent leur période d’étude sans la qualifier : « Du poème au recueil : le recueil (...)
  • 15 Pour ne pas projeter une définition préconçue de la poésie, je n’ai retenu que les écrivain(e)s ass (...)
  • 16 Le titre de la thèse prend le genre des poétesses comme critère définitoire : « Le kaléidoscope à t (...)
  • 17 C’est l’un des traits de la « fonction auteur » (Michel Foucault, 1969, « Qu’est-ce qu’un auteur ?  (...)

4Les recherches doctorales privilégient des sujets incarnés et non anonymes dès lors qu’il s’agit de poésie. Si l’on se penche sur les sujets des thèses transversales qui ne mentionnent pas de noms d’auteurs11, très peu concernent le genre poétique : sur 127 sujets recensés, seuls 11 titres gravitent autour de la notion de poésie dont 5 en association avec la mention « contemporain[e]12 », 2 avec les termes plus larges et néanmoins concurrents de « moderne »/« modernité13 » et les autres avec une périodisation neutre14. L’analyse de pratiques avant-gardistes guide souvent le programme doctoral (atelier d’écriture, ready-made, slam) et déplace l’accent de l’auteur vers la praxis pour cerner les limites du corpus poétique. Cependant cette orientation critique est minoritaire au sein des travaux transversaux d’une part et parmi les recherches doctorales centrées sur la poésie d’autre part. Sur 324 auteur(e)s contemporain(e)s de langue française, 71 sont associé(e) s explicitement au genre poétique15 dans le titre d’une thèse déposée de leur vivant, parmi lesquels 8 femmes : Andrée Chedid (5 thèses), Anne-Marie Albiach (2), Michèle Metail (2), Nathalie Quintane (2), Gabrielle Althen (1), Marie-Claire Bancquart (1), Valérie Rouzeau (1), Esther Tellermann (1) dont la plupart sont étudiées dans un unique travail comparatif16. La poésie relève majoritairement du genre masculin et reste intimement liée à la personne du poète – la réception doctorale construit un principe originel unifiant l’œuvre à partir du nom de l’auteur17.

  • 18 Sur 23 auteurs étudiés chacun dans plus de 10 thèses, 10 sont associés à la poésie (Yves Bonnefoy, (...)
  • 19 Sur 81 auteurs présents dans le corpus de 2 à 4 recherches doctorales, 25 sont étudiés comme poètes (...)
  • 20 Parmi les 197 auteurs mentionnés une seule fois dans un sujet de thèse, seuls 27 sont associés à la (...)

5Au-delà, le palmarès des poètes contemporains élus par les doctorants fait apparaître une répartition très inégale. Très bien représentés au sein des auteurs les plus étudiés (dont ils constituent près de la moitié18), ils le sont moins en milieu de palmarès (un tiers19) pour se raréfier très visiblement dans la cohorte des écrivains mentionnés une seule fois dans le sujet d’une thèse (un septième20). Autrement dit, la poésie serait un genre a priori plus discriminant que d’autres, puisque quelques figures tutélaires concentrent l’attention des doctorants portés sur les auteurs qui leur sont contemporains, mais les jeunes chercheurs seraient plus frileux à s’aventurer dans l’étude de poètes contemporains encore inconnus de l’Université (ou, a minima, les thésards seraient plus prudents quant à la pré-catégorisation générique d’un écrivain comme poète dès lors que sa reconnaissance institutionnelle est en cours).

Le mirage du contemporain ?

  • 21 Les 13 auteurs contemporains de langue française figurant dans plus de 10 thèses déposées de leur v (...)
  • 22 Il s’agit d’une thèse transversale, intitulée « Fonctions de la répétition dans la poésie contempor (...)

6Ce constat conduit à relativiser le rôle de légitimation que pourrait assurer l’Université à l’égard de la poésie. En effet, les poètes sont tendanciellement plus vieux que leurs homologues romanciers et dramaturges en tête et en milieu de palmarès : leur date de naissance ainsi que leur entrée en écriture tendent à les renvoyer à une génération antérieure. Concernant les écrivains contemporains mentionnés dans plus de 10 thèses, les poètes sont en moyenne nés en 1923 (contre 1938 pour les romanciers et dramaturges21) et ont publié à partir de 1949 (contre 1969 pour leurs pairs). Cet écart serait encore plus sensible si la définition pragmatique du « poète », retenue dans cette étude, était moins extensive : en effet, parmi les plus jeunes des écrivains au programme de plus de 10 thèses, Valère Novarina (né en 1947 et publié depuis 1974) rajeunit l’âge moyen des poètes alors qu’un seul sujet mentionne explicitement son œuvre poétique22. Les critères choisis ici minorent les différences de traitement doctoral entre poètes et autres auteurs : leurs divergences sont donc signifiantes.

  • 23 Le terme de « génération » n’est pas entendu au sens d’une période fixe, encadrée par des dates de (...)

7Ce décalage générationnel entre poètes d’une part et romanciers ou dramaturges d’autre part persiste mais s’estompe en milieu de palmarès : en moyenne, les poètes sont nés en 1931 (contre 1938 pour les autres auteurs faisant l’objet de 5 à 8 thèses) et sont entrés en écriture en 1962 (contre 1971 pour les non-poètes). D’une manière significative, ce décalage disparaît totalement en descendant dans le palmarès : parmi les écrivains mentionnés dans 2 à 4 sujets, la date de naissance des poètes gravite autour de 1940 (contre 1938 pour les autres) et l’entrée en écriture se situe vers 1969 (contre 1971 pour leurs pairs) ; quant aux écrivains mentionnés une seule fois, les poètes sont nés autour de 1943 (contre 1941 en moyenne pour les autres auteurs) et entrés en écriture en 1974 (tout comme leurs collègues). Deux phénomènes attirent l’attention : tout d’abord, les poètes (comme les autres écrivains) rajeunissent à mesure qu’ils sont peu étudiés par les doctorant(e)s au point que le « contemporain » apparaît en queue de palmarès ; ensuite, la maturité à la fois biographique et littéraire semble plus nécessaire au poète encore qu’au romancier ou au dramaturge pour asseoir une certaine légitimité universitaire puisque son âge (civique et auctorial) est plus avancé que celui des autres écrivains pour figurer, en bonne place, dans plusieurs travaux doctoraux. Paradoxalement, le (poète) contemporain supposerait un vieillissement préalable à son entrée dans les études doctorales si bien que le poète étudié de son vivant n’appartiendrait pas à la génération23 du chercheur qui l’étudie et lui serait moins contemporain qu’un romancier ou un dramaturge.

L’Université : prescripteur ou relais ?

  • 24 Les poètes eux-mêmes peuvent participer à la légitimation universitaire de la poésie au présent, en (...)
  • 25 Sébastien Dubois envisage ainsi l’Université comme un lieu de transmission forgeant l’histoire litt (...)

8Les sujets de doctorat ne sont évidemment qu’une des composantes de l’institution universitaire et il importerait, dans le cadre d’une étude plus ample, de prendre en considération les séminaires, les journées d’études, les colloques et les publications de toute la communauté scientifique pour évaluer le poids et l’incidence de l’Université sur la légitimation de la poésie contemporaine24. Les recherches doctorales seront donc considérées comme un symptôme du fonctionnement plus complexe de l’Université. Néanmoins, l’âge (biographique et littéraire) plus avancé des poètes les plus étudiés par les doctorants laisse supposer que leur légitimité est antérieure à l’action propre du chercheur. L’institution universitaire fonctionnerait alors moins comme un prescripteur innovant que comme un relais poétique : elle serait une étape dans la consécration définitive du poète25.

  • 26 Cette analogie entre la poésie et les genres « mineurs » ou émergents, relevant d’un profil de légi (...)
  • 27 L’approche monographique est encore plus minoritaire en fin de palmarès ; sur les 27 poètes (parmi (...)
  • 28 Les travaux comparatifs font apparaître ces duos ou triplets de poètes (« De l’héritage d’un lexiqu (...)
  • 29 La démarche historique se couple à des approches thématiques et génériques : « La question du lieu (...)
  • 30 Les thèses sont déposées dans les Universités suivantes : Montpellier 3 (4) ; Paris 3 (3) ; Nancy 2 (...)
  • 31 Seuls deux professeurs dirigent deux thèses sur Bonnefoy (Jean-Michel Maulpoix et Paule Plouvier), (...)

9Dans cette optique, la répartition des travaux doctoraux sur l’œuvre d’Yves Bonnefoy est particulièrement éclairante. Ce dernier compte 23 sujets de thèse, ce qui le place au second rang des auteurs contemporains les plus étudiés tous genres littéraires confondus (à égalité avec Pascal Quignard et après Jean Marie Gustave Le Clézio, objet de 38 thèses déposées de son vivant de 1993 à 2008). Au-delà du classement propre à un palmarès, c’est le profil des travaux doctoraux qui semble instructif quant à la construction de corpus ; en effet, des tendances se dessinent en fonction du genre littéraire associé à l’écrivain dès que l’on affine l’analyse des sujets déposés sur ces trois auteurs contemporains les plus étudiés. Jean Marie Gustave Le Clézio inspire 27 thèses monographiques, 6 comparatives et 5 transversales, quand Pascal Quignard en suscite 14 monographiques, 4 comparatives et 5 transversales. Tous deux, jamais associés à la poésie dans ces travaux, présentent donc un profil essentiellement monographique, leur œuvre (et leur nom) suffisant pour fonder un sujet de recherches doctorales. En revanche, Yves Bonnefoy inspire 10 thèses monographiques (sans restriction à l’œuvre extra-poétique), 7 thèses comparatives (avec 6 mentions de la « poésie » dans le titre du sujet) et 6 transversales (avec 5 mentions de la « poésie » dans le titre de la thèse). Deux éléments sont à commenter : d’une part, la mention générique apparaît plus systématiquement dans les titres de thèse portant sur la poésie que sur le roman, le théâtre ou encore les essais ; d’autre part, le profil des études portant sur les poètes est moins monographique que celui des romanciers, dramaturges ou essayistes. Les projets doctoraux misent ainsi, de manière privilégiée, sur la légitimation collective de leur corpus dès lors qu’il s’agit d’œuvres poétiques : le nom de l’auteur, quand il désigne un poète (même consacré comme Bonnefoy), serait donc moins efficace sur le plan universitaire pour légitimer un travail monographique. En cela, la poésie est analogue aux genres émergents ou en quête d’assise institutionnelle (fantasy, littérature de voyage)26 : les approches comparative et transversale dominent nettement, ce qui suppose que, dans une perspective doctorale, une constellation d’écrivains s’inscrit mieux dans ces territoires génériques que l’œuvre d’un seul auteur (pas assez représentatif du genre ou bien au degré de reconnaissance moindre)27. Dans le cas d’Yves Bonnefoy, un double effet de levier s’observe dans la construction et la légitimation d’un programme de recherche doctorale. Le premier consiste en la mention concomitante de deux ou plusieurs poètes vivants en tête de palmarès : 5 sujets font figurer à ses côtés Philippe Jaccottet (20 thèses déposées de son vivant), 3 Jacques Dupin (11 thèses)28. De plus, cette légitimation avant tout collective d’un corpus poétique peut redoubler une assise institutionnelle s’inscrivant moins dans le contemporain que dans la filiation historique du genre puisque 4 thèses portant sur Yves Bonnefoy envisagent également l’étude de poètes décédés et consacrés (Celan, Ponge, Mallarmé, Valéry)29. L’hypothèse de l’Université fonctionnant comme relais et non comme prescripteur poétique, se confirme ainsi lors de l’analyse plus fine des thèses portant sur la tête du palmarès, où se remarque la multiplicité des pôles de recherche et non leur concentration autour d’un potentiel prescripteur (directeur de thèse, centre ou laboratoire). En reprenant l’exemple d’Yves Bonnefoy, les 23 sujets doctoraux le concernant sont déposés dans 14 universités30 et encadrés par 20 professeur(e)s31, ce qui manifeste à la fois la centralité du poète et la décentralisation de son étude. Non seulement le centralisme parisien semble peu efficient (6 thèses sur 23 sont déposées dans des universités d’Île de France) mais l’ancrage régional paraît également peu déterminant, dans la mesure où 2 thèses seulement sont inscrites à l’Université François Rabelais malgré le fonds Bonnefoy conservé à la bibliothèque municipale de Tours.

10Si l’Université ne semble présenter (a maxima) qu’un réseau diffus et éclaté de prescripteurs de recherches en poésie, c’est dire son ouverture et sa perméabilité à d’autres institutions jouant un rôle de légitimation des poètes en tant que possible sujet d’étude. Il importe dès lors de s’interroger sur la chaîne des acteurs de prescription dans laquelle s’insère le monde universitaire.

  • 32 Les thèses déposées du vivant du poète, entre 1993 et 2008, se répartissent ainsi : Bonnefoy (1993, (...)
  • 33 Le hasard reste possible quant à Jacques Chessex (Prix Goncourt contemporain de l’unique sujet de t (...)

11En premier lieu, les programmes doctoraux peuvent relayer la reconnaissance poétique conférée par les prix littéraires (dont les plus prestigieux, le Grand Prix de poésie de l’Académie française fondé en 1957 et le Goncourt de la poésie créé en 1985). En tête et milieu de palmarès, Yves Bonnefoy a été couronné par ces derniers (respectivement en 1981 et 1987), de même que Philippe Jaccottet (en 1992 et 2003) ou Jacques Réda (en 1997 et 1999), quand Lorand Gaspar s’est vu attribuer le Goncourt de la poésie en 1998. Néanmoins, cet apparent lien de causalité mérite d’être nuancé. L’Université peut en effet anticiper sur le décernement d’un prix : en atteste le cas de Jacques Dupin, qui fait l’objet de 11 thèses déposées entre 1993 et 2008 et sera distingué plus tardivement par l’Académie française en 2010. En outre, ces prix n’octroient pas toujours une légitimité universitaire aux poètes : Marc Alyn est par exemple inconnu des thèses déposées entre 1993 et 2008, malgré l’obtention des deux prix en 1994 et 2007 ; inversement, des poètes contemporains bien étudiés par les doctorants ne sont pas lauréats de l’Académie ou du Goncourt (notamment Aimé Césaire avec huit thèses ou encore James Sacré avec six thèses). Bien plus, les lauriers académiques n’exercent pas nécessairement un effet de levier sur les recherches doctorales : les poètes les plus étudiés le sont continument, sans pic après l’attribution d’un prix32 ; parallèlement, les écrivains moins régulièrement présents dans les sujets de thèse semblent assez exceptionnellement bénéficier de cette visibilité extra-universitaire (seuls Andrée Chedid et Jacques Chessex, lauréats du Prix Goncourt en 2002 et 2004, connaissent alors un engouement accru des doctorants33).

  • 34 Il s’agit d’une thèse, déposée en 1999, intitulée « Le malaise chez l’homme du xxe siècle dans l’œu (...)
  • 35 Respectivement « Enfance, perte et salut dans l’œuvre de Claude Vigée » (sujet déposé en 1994) et « (...)

12Non seulement l’accélération de la légitimité d’un poète par les prix reste, semble-t-il, marginale, mais, de manière plus générale, les choix des doctorants s’écartent des listes consacrées par les jurys littéraires. Le décalage temporel entre date d’un prix et dépôt d’une thèse laisse sceptique quant aux liens de causalité entre la vitrine médiatique dont bénéficie un poète et sa légitimité universitaire : Lionel Ray et André Velter, lauréats du Goncourt de la poésie en 1995 et 1996, sont chacun l’objet lors de notre période d’un seul travail doctoral (inscrit respectivement en 2005 et 2001) ; qui plus est, bon nombre de thèses sont déposées avant l’attribution d’un prix (Michel Deguy, couronné par l’Académie française en 2004, apparaît dans six sujets antérieurs de 1993 à 2002 puis disparaît jusqu’à la fin de notre période en 2008 au point où l’on peut s’interroger quant à l’éventuel contre-effet institutionnel d’un prix sur les recherches doctorales). Enfin, le statut générique d’un écrivain ne converge pas toujours entre jurys littéraires et recherches universitaires, puisqu’un auteur peut être couronné pour son œuvre poétique sans être qualifié de poète par l’Université : Robert Sabatier (lauréat du Grand Prix de poésie de l’Académie française en 1969) est étudié pour son œuvre exclusivement romanesque34 ; Claude Vigée (lauréat 1996) et René Depestre (lauréat 1998) apparaissent chacun dans un seul sujet ne mentionnant pas la poésie35. En somme, les quelques poètes les plus reconnus (par les prix et l’Université) tendent à masquer des logiques souterraines de légitimation peu convergentes : les jurys de l’Académie et du Goncourt divergent doublement avec le monde universitaire (exemplifié par les doctorants), à la fois sur la qualification de l’écrivain comme poète et sur la légitimité institutionnelle du poète – ces deux phénomènes expliquant des listes de noms peu redondantes.

  • 36 Les anthologies du contemporain misent souvent sur un dispositif de modalisation important pour con (...)
  • 37 Selon la présentation de la Collection, URL : http://www.gallimard.fr/Divers/Plus-sur-la-collection (...)
  • 38 Pour établir une comparaison équitable, la liste des écrivains parus dans la collection Poésie/Gall (...)
  • 39 Par ordre chronologique de réédition dans la collection : Guillevic (depuis 1968 ; 1 thèse de son v (...)
  • 40 Il s’agit de Butor et de Sabatier, étudiés pour leur œuvre extra-poétique par les doctorants qui on (...)

13En amont de l’Université, un autre prescripteur des poètes à connaître et à reconnaître est à considérer : le monde éditorial, qui assure la pré-sélection de ce qui peut être lu et œuvre à la diffusion de ce qui doit être lu. Le propre du contemporain est sans aucun doute de résister aux œuvres complètes (signifiant le recul dans le temps et la clôture des publications) et, partiellement, aux anthologies (supposant elles aussi une certaine distance temporelle et axiologique36). Pour autant, la collection Poésie/Gallimard offre un angle d’étude privilégié en ce qu’elle occupe une position intermédiaire dans le champ éditorial de la poésie. En effet, elle cumule deux modes d’action de l’éditeur : à la fois la publication de volumes (toujours dans le fonds Gallimard, les collections « Métamorphoses », « Le Chemin », « Jeune Poésie » diffusent des recueils inédits) et la consécration d’auteurs en rééditant en format poche des œuvres poétiques déjà parues (en augmentant ainsi leur diffusion et en les légitimant à travers un appareil critique). Cette double action se manifeste à travers une stratégie bicéphale : la parution d’anthologies (d’hier à l’ailleurs contemporain) parallèlement à celle d’auteurs massivement modernes (« 68 % des poètes édités dans la collection, hors anthologies, ont publié le principal de leur œuvre au xxe siècle »37). Collection de réédition, Poésie/Gallimard suppose une diffusion antérieure et mise sur une (re)lecture critique (par un spécialiste ou un pair) qui participe à la transformation d’un écrivain en référence classique. La comparaison entre les auteurs publiés de leur vivant dans cette collection (qui les range d’emblée dans le répertoire poétique) et celle des poètes étudiés de leur vivant à l’Université38 est plus surprenante qu’attendue : seuls 25 auteurs de langue française (sur 36) réédités par Gallimard figurent également dans le Fichier central des thèses restreint au contemporain39, parmi lesquels 2 ne sont pas associés à la poésie pour les doctorants40. Certes la tête du palmarès recoupe largement la liste de ces réédités, mais la cause première en revient à un effet d’âge déjà observé plus tôt (et non à un effet de collection sur les études doctorales) : plus l’âge littéraire (et de réédition) est grand, plus le poète est choisi par les doctorants. Plus étonnamment, des auteurs réédités par Gallimard n’apparaissent jamais dans les sujets de thèse : Daniel Boulanger, publié dans la collection « Blanche » dès 1969, lauréat du Prix Max Jacob en 1970, membre de l’Académie Goncourt de 1983 à 2008 et réédité dans la collection Poésie/Gallimard à plusieurs reprises dès 1987, multiplie les critères de légitimité mais reste pourtant boudé par les doctorants. De même, le Prix Max Jacob et la réédition en Poésie/Gallimard échouent à conférer une visibilité et une valeur universitaires à Pierre Torreilles qui se traduisent par des travaux de thèse. Il importe ainsi de relativiser le poids de la collection pour prescrire les noms des poètes contemporains à lire et à commenter.

  • 41 L’exemple de Philippe Jaccottet suggère qu’un autre facteur de classicisation du poète, à savoir sa (...)
  • 42 Voir supra p. 61-74, l’article de Cécile Rabot intitulé « La bibliothèque universitaire et la valeu (...)

14D’autres lieux de prescription, plus immédiatement en lien avec l’Université, paraissent exercer un effet tout aussi marginal sur les recherches doctorales concernant les poètes contemporains. Tel est le cas de l’enseignement, dont le concours de l’agrégation de Lettres Modernes ménage peu de place à la poésie du présent, et qui semble peu influencer les doctorants travaillant sur les poètes vivants. Certes Philippe Jaccottet figure au programme en 2004, un an après son Prix Goncourt – avant de voir paraître ses œuvres complètes dans la Bibliothèque de La Pléiade en 2014 – mais le rythme des thèses qui lui sont dédiées reste inchangé au cours de cette période. Ce phénomène suppose que les projets doctoraux sont relativement indépendants de ce facteur de classicisation41 que constitue la prescription par les enseignants-chercheurs de la lecture de son œuvre à toute une promotion de futurs professeurs du secondaire. De même, Cécile Rabot le montre, les bibliothèques (universitaires comme municipales) ne choisissent dans leur catalogue que les poètes contemporains déjà consacrés par une réédition en poche42 ou, selon l’analyse menée ici, relativement anciens sur la scène littéraire. Cette sélection patrimoniale converge avec la liste des auteurs les plus étudiés par les doctorants ; pour autant, elle n’épouse pas le mouvement de découverte et de légitimation assurée par la majorité des thèses déposées sur la poésie au présent (en milieu et fin de palmarès).

Conclusion

15En somme, les recherches doctorales ne fonctionnent ni comme un prescripteur (en œuvrant sur le choix des poètes contemporains à lire) ni comme un reflet fidèle d’autres lieux de prescription, mais elles agissent comme un relais entre les lieux de légitimation (festivals, presse, édition) quant aux poètes les moins visibles (en fin de palmarès) et les instances de classicisation (concours de l’enseignement, prix littéraires, bibliothèques, réédition en poche, manuels et anthologie) pour les plus (re)connus (en tête de palmarès). Cette logique duelle de l’institution universitaire invite donc à nuancer son positionnement à l’égard de l’écriture poétique qui lui est contemporaine. Si l’Université reste globalement timide quant à l’étude des poètes d’aujourd’hui (comparativement à celle des romanciers ou des dramaturges), elle ne reproduit pas non plus la liste des primés ou des réédités (certes très visibles en tête de palmarès), puisqu’elle propose un espace interstitiel entre la prescription et la consécration. Aussi la poésie apparaît-elle au croisement de tensions paradoxales dans les recherches doctorales. Centrale et marginale (respectivement en tête et fin de palmarès des auteurs contemporains étudiés), elle est construite comme un genre incarné mais pluriel, personnel mais collectif : les thèses, rarement monographiques, jouent sur deux fonctions concurrentes du nom d’auteur, à la fois principe unificateur d’une œuvre (subsumée par le poète comme pure origine) et principe fédérateur se substituant aux catégorisations sub-génériques (telles que le lyrisme critique, très représenté) pour cerner une orientation esthétique par association de pairs. Ce phénomène manifeste sans doute le geste exploratoire des recherches universitaires quant à l’écriture poétique, qui oscillent entre la reconnaissance du poète des anthologies (à venir) et la connaissance de la poésie (au présent).

Notes

1 Lorand Gaspar, 1982, « Approche de la parole », Sol absolu et autres textes, Paris, Gallimard, « Poésie », p. 30.

2 Le monde des poètes français contemporains est souvent décrit comme restreint et autotélique : « In this small, self-referential, highly specialized and innovation-based social world, poets are at the same time producers, consumers […] and critics » (Sébastien Dubois et Pierre François, 2013, « Seeing the World through Common Lenses ? The Case of French Contemporary Poetry », in Jens Beckert et Christine Musselin (dir.), Constructing Quality : The Classification of Goods in Markets, Oxford, Oxford University Press, p. 174-175).

3 Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bedrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 111, n° 3, Paris, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 695-716.

4 Ce moteur de recherche des thèses de doctorat françaises (en cours ou soutenues) héberge, depuis septembre 2011, les données issues du Fichier central des thèses, à savoir « plus de 66 000 thèses en préparation dans les universités, principalement en lettres, sciences humaines et sociales » (URL : http://www.theses.fr/apropos.html).

5 Il s’agissait d’établir un palmarès le plus large possible en considérant le « contemporain » d’une manière extensive, comme période : « a été sélectionnée toute recherche portant totalement ou partiellement sur un phénomène littéraire en France, apparu depuis le 1er janvier 1980 ou se prolongeant pendant cette période » (Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bedrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses », art. cit, p. 697).

6 Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat (dir.), 2004, La Traversée des thèses, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

7 Sont exclues les thèses déposées après le décès de l’auteur (même vivant après 1993) pour respecter la définition du contemporain selon un critère de simultanéité temporelle (entre les recherches du doctorant(e) et l’activité poétique de l’écrivain). Le « contemporain » est donc réévalué chronologiquement au cas par cas et non en fonction d’une période aux bornes strictement figées. Cette définition plus restreinte du contemporain (« étudié du vivant de l’auteur ») avait d’ailleurs été envisagée au moment de l’étude de 2008.

8 Cela se vérifie dans des sujets comparatifs (« Les figures de sujet lyrique dans la poésie contemporaine : Jacques Dupin, Philippe Jaccottet, Jacques Réda ») et monographiques (« Lyrisme et romantisme dans l’œuvre de Jean-Michel Maulpoix », « Problèmes du sujet lyrique dans la poésie et l’écriture de Gérard Titus-Carmel »).

9 Tous trois apparaissent comme « les poètes contemporains les plus canoniques » dans les anthologies (Sébastien Dubois et Pierre François, 2013, « Seeing the World through Common Lenses? The Case of French Contemporary Poetry », art. cit, p. 181).

10 Ces deux fonctions s’observent dans les pratiques des acteurs constituant le monde poétique en le décrivant et en s’y mouvant : « cartographers mobilize three distinct tools to map out the poetry world : generic categories and magazines (wich both function as categorization, that is, drawers in which poets can be put together) and poets’ names, which can be used to classify other poets through a logic of association » (Ibid., p. 177).

11 En raison d’un corpus d’étude non précisé, ces thèses transversales sont exclues du palmarès des auteurs dans l’article collectif déjà cité (Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bedrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, « La littérature française contemporaine à l’épreuve du central des thèses ») et la suite de cette analyse.

12 Cinq intitulés juxtaposent poésie et contemporain sans préciser la période étudiée (à une exception près) ni les auteurs : « La poésie en langue française dans la littérature de jeunesse contemporaine », « Parallèles contemporains en poésie », « Du réalisme magique à la mémoire dans la poésie française contemporaine depuis 1980 », « Poésie : du texte à l’oral, problèmes et limites dans la production poétique contemporaine », « Le fragment dans la poésie contemporaine ».

13 Deux intitulés préfèrent la notion a priori plus extensive de modernité : « Figures de la modernité, la poésie française en musique depuis 1950 », « La poésie moderne : le slam ».

14 Trois titres précisent leur période d’étude sans la qualifier : « Du poème au recueil : le recueil dans la poésie française de 1945 à nos jours », « Typographie : matérialité de la poésie (1897-1997) », « Poésies ready-made aux vingtième et vingt et unième siècles ». Un dernier intitulé implique un corpus contemporain à travers la démarche méthodologique fondant son sujet : « À l’écoute du poète : étude des réactions à l’écoute et à l’écriture de la poésie en milieu psychiatrique au sein d’ateliers d’écriture ».

15 Pour ne pas projeter une définition préconçue de la poésie, je n’ai retenu que les écrivain(e)s associé(e)s au moins une fois aux vocables « poésie », « poème » ou « poète » dans les sujets de thèse concernant des auteurs étudiés de leur vivant (1993-2008). Est retenu l’adjectif « poétique » (par exemple dans « les œuvres poétiques »), mais exclu le substantif « poétique », trop large et ambivalent.

16 Le titre de la thèse prend le genre des poétesses comme critère définitoire : « Le kaléidoscope à travers l’écriture de quatre poètes femmes : Anne-Marie Albiach, Gabrielle Althen, Marie-Claire Bancquart et Esther Tellermann ».

17 C’est l’un des traits de la « fonction auteur » (Michel Foucault, 1969, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie t. LXIV, p. 73-104).

18 Sur 23 auteurs étudiés chacun dans plus de 10 thèses, 10 sont associés à la poésie (Yves Bonnefoy, Maurice Blanchot, Claude Simon, Philippe Jaccottet, Julien Gracq, Lorand Gaspar, Édouard Glissant, Valère Novarina, Jacques Dupin et Jacques Roubaud) ; sur 23 auteurs apparaissant dans 5 à 9 sujets, 9 sont appréhendés en tant que poètes (Jacques Réda, Aimé Césaire, Jean-Philippe Toussaint, Henry Bauchau, Michel Deguy, James Sacré, Andrée Chedid, Michel Houellebecq, Bernard Noël).

19 Sur 81 auteurs présents dans le corpus de 2 à 4 recherches doctorales, 25 sont étudiés comme poètes : Christian Bobin, Olivier Cadiot, Salah Stétié, François Cheng, André Du Bouchet, Guy Goffette, Jude Stéfan, Anne-Marie Albiach, Claude Esteban, Armand Gatti, Pierre Guyotat, Robert Heidsieck, Gérard Macé, Jean-Michel Maulpoix, Henri Meschonnic, Michèle Metail, Roger Munier, Pierre Oster, Jean-Luc Parant, Serge Pey, Christian Prigent, Nathalie Quintane, Renaud, Denis Roche, Gérard Titus-Carmel.

20 Parmi les 197 auteurs mentionnés une seule fois dans un sujet de thèse, seuls 27 sont associés à la poésie : Gabrielle Althen, Pierre Bachelet, Marie-Claire Bancquart, Philippe Beck, Mathieu Bénézet, Jacques Bertin, Julien Blaine, Jacques Chessex, Henri Chopin, Benoît Conort, Bertrand Dorny, Jacques Garelli, Eugène Guillevic, Emmanuel Hocquard, Joël Hubaut, Isidore Isou, Jean-Pierre Lemaire, Dominique Pagnier, Charles Pennequin, Georges Raillard, Lionel Ray, Valérie Rouzeau, Dominique Sampiero, Eugène Savitzkaya, Philippe Squarzoni, Esther Tellermann, André Velter. Notons que les critères choisis pour sélectionner les auteurs contemporains amènent à sous-représenter les écrivains morts relativement tôt entre nos deux bornes (1993-2008) et qui ont donc une probabilité moindre d’être l’objet d’une thèse déposée de leur vivant : c’est le cas notamment d’Eugène Guillevic, décédé en 1997, dont la plupart des recherches doctorales sont postérieures à sa mort.

21 Les 13 auteurs contemporains de langue française figurant dans plus de 10 thèses déposées de leur vivant sans qu’aucun sujet ne les associe à la poésie sont respectivement : Jean Marie Gustave Le Clézio, Pascal Quignard, Patrick Modiano, Annie Ernaux, Michel Butor, Jean Echenoz, Pierre Michon, Patrick Chamoiseau, Milan Kundera, Alain Robbe-Grillet, Marguerite Duras, Hélène Cixous, Sylvie Germain. Dans la constellation du Nouveau Roman, bien représentée en tête de palmarès, seul Claude Simon est étudié selon le prisme de la poésie et non Michel Butor, par exemple, qui a abandonné les écrits romanesques en 1957 après le Prix Renaudot obtenu pour La Modification pour une écriture qu’il qualifie volontiers de poétique.

22 Il s’agit d’une thèse transversale, intitulée « Fonctions de la répétition dans la poésie contemporaine », portant sur Olivier Cadiot, Valère Novarina, Charles Pennequin et Nathalie Quintane. Outre six sujets consacrés à l’œuvre dramatique de Valère Novarina, ce dernier inspire en majorité des études transgénériques.

23 Le terme de « génération » n’est pas entendu au sens d’une période fixe, encadrée par des dates de naissance (les doctorants étant de fait plus jeunes d’au moins trente ans par rapport aux auteurs qu’ils étudient) mais au sens d’une « génération esthétique » qui appose une même interrogation sur le monde et les formes pour le dire (Voir à ce sujet : Dominique Viart, 2013, Anthologie de la littérature française contemporaine, Paris, Armand Colin, p. 20 sq.).

24 Les poètes eux-mêmes peuvent participer à la légitimation universitaire de la poésie au présent, en tant que professeurs au Collège de France (Yves Bonnefoy), à l’École normale supérieure de Lyon (Jean-Marie Gleize), au CNRS (Martine Broda), dans les universités de Paris (Marie-Claire Bancquart, Michel Collot, Michel Deguy, Jean-Michel Maulpoix, etc.) ou de New York (Édouard Glissant). Mais cette légitimation n’est pas égocentrée dans la mesure où les poètes les plus centraux dans les institutions universitaires ne sont pas nécessairement les plus étudiés par les doctorants et réciproquement des poètes très souvent présents dans les sujets de thèse développent une œuvre à (une relative) distance de l’Université (Philippe Jaccottet, Lorand Gaspar, etc.).

25 Sébastien Dubois envisage ainsi l’Université comme un lieu de transmission forgeant l’histoire littéraire dans un dernier moment de consécration sociale du poète (passant de la reconnaissance, antérieure, à la renommée) ; voir Sébastien Dubois, 2009, « Entrer au panthéon littéraire : consécration des poètes contemporains », Revue française de sociologie vol. 50, n° 1, p. 3-29.

26 Cette analogie entre la poésie et les genres « mineurs » ou émergents, relevant d’un profil de légitimation universitaire davantage transversal, était l’un des résultats de l’étude collective « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses », art. cit., p. 706.

27 L’approche monographique est encore plus minoritaire en fin de palmarès ; sur les 27 poètes (parmi les 197 auteurs contemporains) mentionnés dans un seul sujet, 4 seulement sont l’objet d’une monographie : Jacques Bertin, Jacques Garelli, Lionel Ray et André Velter.

28 Les travaux comparatifs font apparaître ces duos ou triplets de poètes (« De l’héritage d’un lexique à une expérience paradoxale : le sacré dans la poésie de Dupin, Bonnefoy et Jaccottet » ; « Yves Bonnefoy et Philippe Jaccottet. Approches parallèles » ; « Bonnefoy, Guillevic, Jaccottet : du statut problématique de l’image (1942-1984) ») alors que les thèses transversales précisent le corpus dans le résumé programmatique mais l’oblitèrent dans le titre (« Didactique de la poésie : l’efficacité et les enjeux des démarches d’appropriation du poème par le lecteur [Y. Bonnefoy, Ph. Jaccottet, S. Stétié] » ; « Le vide comme espace en peinture et poésie [Bouchet André du, Dupin Jacques, Bonnefoy Yves] » ; « La déstructuration de la syntaxe dans la poésie contemporaine [Aimé Césaire, Jacques Dupin, Philippe Jaccottet, Pierre Oster, Jacques Roubaud, James Sacré, Yves Bonnefoy] »).

29 La démarche historique se couple à des approches thématiques et génériques : « La question du lieu chez Stéphane Mallarmé, Paul Valéry, Francis Ponge, Yves Bonnefoy et Wallace Stevens » ; « Poétique/apoétique de Paul Valéry. Échos valéryens dans la poésie du xxsiècle : Bonnefoy, Deguy... » ; « Traduction littéraire et création poétique : Yves Bonnefoy, Paul Celan ».

30 Les thèses sont déposées dans les Universités suivantes : Montpellier 3 (4) ; Paris 3 (3) ; Nancy 2 (2) ; Paris 7 (2) ; Tours (2) ; Bordeaux 3 (1) ; Bourgogne (1) ; Caen-Basse Normandie (1) ; Haute-Alsace (1) ; Lyon 2 (1) ; Paris 10 (1) ; Picardie-Jules Verne (1) ; Rennes 2 (1) ; Toulouse 2 (1) et 1 thèse dont le lieu de dépôt n’est pas renseigné.

31 Seuls deux professeurs dirigent deux thèses sur Bonnefoy (Jean-Michel Maulpoix et Paule Plouvier), quand les doctorants, dans leur majorité, sont encadrés par des directeurs différents (Louis Baladier, Serge Bourjea, Anne Chevalier, Anne-Marie Christin, Michel Collot, Dominique Combe, Elisabeth Coss-Humbert, Jean-Yves Debreuille, Marie-Claire Dumas, Jacques Durrenmatt, Michel Erman, Pierre Gille, Michel Jarrety, Daniel Leuwers, Annie Rouxel, Peter Schnyder, Françoise Susini-Anastopoulos, Renée Ventresque et un non renseigné).

32 Les thèses déposées du vivant du poète, entre 1993 et 2008, se répartissent ainsi : Bonnefoy (1993, 1994, 1995, 5 en 1998, 4 en 2001, 4 en 2002, 2 en 2003, 2004, 4 en 2005) ; Jaccottet (1994, 1995, 1996, 1997, 2 en 1998, 2 en 1999, 2000, 4 en 2001, 2002, 2003, 2 en 2005, 2006, 2007, 2008) ; Gaspar (3 en 1996, 1999, 2 en 2000, 2 en 2001, 2003, 2005, 2006, 2007, 2008) ; Réda (2 en 1996, 1998, 2001, 2002, 2005, 2006, 2 en 2008).

33 Le hasard reste possible quant à Jacques Chessex (Prix Goncourt contemporain de l’unique sujet de thèse déposé), mais pas pour Andrée Chedid (dont le cas est exceptionnel) : couronnée du Goncourt de la Poésie en 2002 et jamais étudiée par les doctorants, elle apparaît dans le sujet de 3 thèses en 2002 puis de 2 autres sujets en 2003, pour à nouveau être délaissée par les projets doctoraux (sur notre période, soit jusqu’à 2008).

34 Il s’agit d’une thèse, déposée en 1999, intitulée « Le malaise chez l’homme du xxe siècle dans l’œuvre romanesque de Robert Sabatier ».

35 Respectivement « Enfance, perte et salut dans l’œuvre de Claude Vigée » (sujet déposé en 1994) et « Le temps mythique dans les œuvres d’Édouard Glissant, René Depestre et Patrick Chamoiseau » (thèse inscrite en 2000).

36 Les anthologies du contemporain misent souvent sur un dispositif de modalisation important pour contrecarrer les effets normatifs et prescriptifs : l’enjeu relève davantage de l’invitation à lire et à découvrir que du recensement fermé de ce qui doit être lu (voir Michael Brophy, 2012, « Fin(s) de la poésie ? », ELFe xx-xxi n° 2 : Quand finit le xxe siècle ?, Paris, Classiques Garnier, p. 141-154).

37 Selon la présentation de la Collection, URL : http://www.gallimard.fr/Divers/Plus-sur-la-collection/Poesie-Gallimard/%28sourcenode%29/116235.

38 Pour établir une comparaison équitable, la liste des écrivains parus dans la collection Poésie/Gallimard est restreinte ici à notre période (1993-2008 d’où l’exclusion de Michel Houellebecq, édité en 2014) et au critère de la langue de publication (hors traductions).

39 Par ordre chronologique de réédition dans la collection : Guillevic (depuis 1968 ; 1 thèse de son vivant de 1993 à 2008), Bonnefoy (depuis 1970 ; 23), Césaire (1970 ; 8), Dupin (depuis 1971 ; 11), Jaccottet (depuis 1971 ; 20), Deguy (depuis 1973 ; 6), Gaspar (depuis 1982 ; 13), Réda (depuis 1988 ; 9), Roubaud (depuis 1988 ; 11), Du Bouchet (depuis 1991 ; 3), Glissant (depuis 1993 ; 12), Noël (depuis 1993 ; 5), Stéfan (1993 ; 3), Goffette (depuis 2000 ; 3 thèses en 1994, 2002, 2003), Oster (2000 ; 2 thèses en1999 et 2005), Bobin (2001 ; 4 thèses :1994, 2003, 2 en 2005), Roche (2001 ; 2 thèses : 1998, 2003), Velter (depuis 2001 ; 1 thèse en 2001), Macé (2002 ; 2 thèses en 2001 et 2004), Novarina (2003 ; 12 thèses dont 1 seule centrée sur la poésie en 2005), Ray (2004 ; 1 thèse en 2005), Cheng (2005 ; 3 thèses en 2004, 2005 et 2006), Maulpoix (2005 ; 2 thèses en 1996 et 2006).

40 Il s’agit de Butor et de Sabatier, étudiés pour leur œuvre extra-poétique par les doctorants qui ont déposé leur sujet de thèse entre 1993 et 2008.

41 L’exemple de Philippe Jaccottet suggère qu’un autre facteur de classicisation du poète, à savoir sa consécration éditoriale (par la réédition dans la Bibliothèque de la Pléiade), influence relativement peu les doctorants définissant leur sujet de thèse.

42 Voir supra p. 61-74, l’article de Cécile Rabot intitulé « La bibliothèque universitaire et la valeur littéraire du contemporain ».

Auteur

Aline Marchand, docteure en littérature française, est professeure agrégée à la Sorbonne nouvelle-Paris 3 et membre associée du Champ d’étude du récit actuel et contemporain (CERACC-UMR THALIM). Ses recherches portent sur le Nouveau Roman et les écrivains contemporains dans une approche croisant sociopoétique, stylistique et analyse du discours. Dans la continuité d’une thèse consacrée à l’ethos poétique et néo-romanesque de Robert Pinget, ses travaux actuels analysent les modalités de présentation de soi auctoriale dans les textes et les paratextes.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540