Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Processus de classicisation

La bibliothèque universitaire et la valeur littéraire du contemporain

Cécile Rabot

Texte intégral

  • 1 Voir Jacques Dubois, 1978, L’Institution de la littérature : introduction à une sociologie, Paris/B (...)
  • 2 On emprunte à Antoine Hennion cet usage extensif du concept de médiation. Voir Antoine Hennion, 200 (...)
  • 3 Wenceslas Lizé, Delphine Naudier et Olivier Roueff ont souligné leur rôle dans d’autres univers art (...)

1La bibliothèque universitaire participe-t-elle, à un titre ou un autre, à produire la valeur littéraire du contemporain ? Un des postulats sous-jacents à cette interrogation est que, quelle que soit la qualité propre des textes, ils ne sont susceptibles d’arriver entre les mains de lecteurs et a fortiori de s’inscrire dans l’histoire littéraire que par le travail d’institutions1 qui participent à leur repérage, à leur sélection, à leur diffusion, à la construction de leur visibilité, voire de leur sens même. Il s’agit donc de sortir d’une approche exclusivement tournée vers la production ou même la réception des textes et qui néglige l’épaisseur des médiations qui s’intercalent entre l’une et l’autre, médiations matérielles, humaines, institutionnelles2 : on ne peut analyser les usages des consommateurs, en l’occurrence des lecteurs, sans considérer d’abord l’offre qui est pour eux disponible et perceptible et donc les médiations par lesquelles elle leur est accessible. Des intermédiaires3, professionnels et institutions, avec leur histoire et leur position, participent en particulier, par leur travail de sélection et de valorisation, à rendre accessible une certaine partie de l’offre éditoriale, mais aussi, partant, à produire des catégories, des hiérarchies, des normes, en d’autres termes des valeurs.

  • 4 Nathalie Heinich, 1995, « Façons d’être écrivain : l’identité professionnelle en régime de singular (...)
  • 5 Alain Viala, 1993, « Qu’est-ce qu’un classique ? », Littératures classiques nº 19, p. 13-31.

2Nathalie Heinich propose d’envisager un continuum de l’auteur dont un seul texte a été publié par un petit éditeur au grand écrivain reconnu et enseigné à l’école4 mais s’intéresse aux perceptions des auteurs plus qu’au travail des instances productrices de valeur. Alain Viala, s’interrogeant sur la définition d’un « classique » et surtout sur la production des classiques, c’est-à-dire sur le processus au terme duquel un auteur ou une œuvre est admis comme classique, insiste davantage sur le travail des institutions et propose d’identifier quatre phases successives dans ce processus de classicisation, qu’il appelle légitimation, émergence, consécration et perpétuation5 : il faut que des instances autorisées décrètent la valeur d’une œuvre, que plusieurs se rejoignent dans cette attention portée à cette œuvre ou à cet auteur, que celle-ci ou celui-ci obtienne des marques de reconnaissance à la fois nombreuses et élevées, et qu’enfin d’autres institutions s’en emparent pour l’inscrire dans un patrimoine commun constitué sur la durée.

3L’enjeu est ici de tenter d’analyser comment une institution comme la bibliothèque universitaire est susceptible de participer à ce travail, à quel titre et à quelle(s) phase(s). Institution liée à l’université, la bibliothèque universitaire est en effet destinée à accompagner les enseignements et les recherches, mais aussi à exercer d’autres fonctions, notamment d’accompagnement des étudiants, en les aidant dans leur travail tout en leur ouvrant des horizons et en participant à enrichir leur culture. Il s’agit donc de considérer cette institution à la fois comme outil possible d’une politique de démocratisation culturelle et comme pièce de l’institution littéraire.

  • 6 Dominique Viart, 2013, « Histoire littéraire et littérature contemporaine », Tangence nº 102 : L'Hi (...)
  • 7 Id.

4Dominique Viart note que l’université « s’est longtemps convaincue que ce n’était pas [...] son rôle [de se pencher sur la littérature du jour, sur cette littérature “non triée” dont parle Thibaudet], considérant que ni sa culture, ni sa vocation, plus patrimoniale qu’exploratrice, ne l’invitaient à se pencher sur le présent de la littérature, abandonnant ipso facto à d’autres et notamment à la presse la tâche de dire ce qu’il en était6 ». Si l’université se voue ainsi « à la transmission des savoirs constitués et à la conservation, plutôt qu’à la constitution, du patrimoine littéraire7 », ses bibliothèques font-elles autre chose ? Le volume de leurs collections leur donne-t-il une marge de manœuvre que l’étroitesse du curriculum des œuvres étudiées ne permet pas ? Dans les quatre étapes distinguées par Alain Viala, à quel(s) stade(s) interviennent-elles ? Ont-elles un simple rôle de conservation/perpétuation ou consécration supérieure décalée par rapport à l’actualité de la production ? Que font-elles avec les productions les plus immédiatement contemporaines, celles qui relèvent de l’actualité éditoriale ? Participent-elles à renforcer une consécration construite ailleurs ou interviennent-elles en amont dans le repérage et la légitimation des nouveaux talents, en particulier sur des segments de la production que la lecture publique laisse de côté ? Ou privilégient-elles d’autres fonctions, qui les rapprocheraient davantage de la lecture publique dans son traitement de la littérature contemporaine, à l’image des collections de littérature française contemporaine du Haut-de-Jardin de la Bibliothèque nationale de France dont Christine Genin explique la réorientation progressive dans cette optique :

  • 8 Christine Genin, 2001, « La littérature contemporaine en bibliothèque d’étude : l’exemple de la lit (...)

Au-delà des considérations de genres, une bibliothèque peut choisir soit de privilégier les auteurs dont la notoriété intellectuelle laisse penser qu’ils marqueront l’histoire littéraire, ou constitue à tout le moins une bonne raison de s’y intéresser en tant que témoins d’une période, soit au contraire tenter de réparer les injustices de la médiatisation, élire des écrivains moins connus ou méconnus, à l’écriture considérée comme plus difficile, moins accessible au grand public. L’une des options retenues lors de la constitution des collections à la Bibliothèque nationale de France était de proposer en libre accès surtout ce qui ne l’est pas ailleurs. Il est en effet assez aisé de se procurer, dans les bibliothèques municipales ou en librairie, pour un coût relativement modique dès lors qu’ils existent en collection de poche, les ouvrages très médiatisés ou « grand-public ». Or il est assez rapidement apparu, à partir des questions et remarques orales recueillies en salle de lecture, ainsi que des demandes d’acquisition écrites, que ce sont justement ces ouvrages qu’une majorité de lecteurs auraient souhaité trouver en matière d’œuvres contemporaines. Il avait ainsi dans un premier temps été décidé de représenter Pierre Alféri ou Mehdi Belhaj Kacem plutôt que Jean d’Ormesson ou Henri Troyat ; dans un second temps, cette politique d’acquisition a été infléchie vers un équilibre plus nuancé, un échantillonnage plutôt qu’un juste milieu, une « cohérence plurielle » [selon l’expression de Dominique Lahary]8.

  • 9 Cette méthode a en particulier été mise en œuvre par Anne Simonin et par Hervé Serry dans leur étud (...)

5Pour explorer de manière globale la politique des bibliothèques universitaires en matière de littérature contemporaine, les outils mobilisés seront ceux de la sociologie de la littérature et notamment l’analyse de catalogue9. Il s’agira ainsi de mesurer la place de tel ou tel segment éditorial (titres, auteurs, maisons d’édition, genres) dans les bibliothèques universitaires et de tenter d’interpréter ces choix en les rapportant aux positions de ces institutions à l’intersection du champ littéraire et de l’espace des politiques culturelles, et aux missions qu’elles se donnent.

  • 10 Cécile Rabot, 2011, Les Choix des bibliothécaires ou la fabrication des valeurs littéraires en bibl (...)

6Cette étude exploratoire prend appui sur une précédente enquête menée sur un réseau de bibliothèques municipales10. Plus complète, cette enquête croisait les analyses de catalogues avec des entretiens, des observations de réunions et de séances de travail et des analyses de discours (notamment de critiques produites sur certains livres). L’enquête faisait apparaître un triple rôle de ce type de bibliothèques en matière de littérature contemporaine, rôle qui était à la fois de repérage, de renforcement de la consécration, et d’inscription dans une durée plus ou moins longue : repérage-légitimation de primo-romanciers encore inconnus, renforcement d’une consécration sanctionnée notamment par des prix littéraires, inscription dans la durée de « Coups de cœur » relevant d’une temporalité intermédiaire entre l’actualité immédiate et le temps long du canon, enfin perpétuation des classiques et textes de référence. Les bibliothèques municipales interviennent donc aux différentes étapes du processus de légitimation/consécration/perpétuation mises en évidence par Alain Viala et jouent à cet égard un rôle non négligeable dans la construction de la valeur et de la visibilité de la littérature contemporaine, même si ce rôle ne leur est qu’assez peu reconnu par les autres acteurs du champ littéraire. Qu’en est-il donc des bibliothèques universitaires ? Il s’agira de comparer les fonctions des deux types d’institutions à travers le traitement, différencié ou similaire, qu’elles font de la littérature contemporaine.

7L’hypothèse de départ était celle d’une division du travail entre deux institutions qui occupent des positions bien distinctes au sein de l’espace des bibliothèques : au-delà d’une commune fonction de mise à disposition d’œuvres de référence, la perspective de la lecture publique consisterait à proposer une offre accessible au plus grand nombre tandis que les bibliothèques universitaires pourraient s’attacher à la partie de la production éditoriale la plus exigeante, qui est globalement écartée des bibliothèques des collectivités locales pour son élitisme. Par exemple, ces dernières s’intéressent globalement très peu à toute la partie la plus littéraire de la production éditoriale, c’est-à-dire aux écritures d’avant-garde et à des genres comme la poésie et le théâtre dans leurs productions actuelles les plus contemporaines : les bibliothécaires de lecture publique invoquent, pour justifier ce relatif rejet, le fait qu’il s’agit là de livres destinés à un public très retreint, trop minoritaire (« pas assez grand-public » est l’expression consacrée) pour justifier des acquisitions censées servir la collectivité dans son ensemble. Ce type de productions littéraires se retrouve-t-il donc en bibliothèque universitaire ? Tel est le point de départ de cette petite enquête exploratoire qui vise à produire des questionnements et à esquisser des hypothèses susceptibles de donner lieu à une étude ultérieure plus approfondie et plus nuancée.

8L’outil utilisé est ici le catalogue mutualisé des bibliothèques d’étude connu par ses usagers sous le nom de Sudoc. Il s’agit d’un catalogue commun en ligne qui fédère les différents services de documentation des universités et qui, avec les dix millions de références bibliographiques qu’il rassemble, donne une vision assez complète de leurs collections, malgré des erreurs de saisie ou d’indexation des documents qui peuvent rendre certains d’entre eux invisibles. Cet outil communément utilisé dans le monde académique pour vérifier des références bibliographiques ou localiser des documents dans des bibliothèques d’étude est aussi susceptible de constituer un précieux outil de recherche pour une première appréhension générale des fonds des bibliothèques universitaires. Son envergure pose cependant un problème concret de recherche, déjà rencontré dans l’analyse du catalogue des bibliothèques de la ville de Paris et qui est le pendant de sa richesse : l’abondance des données et le mode de présentation du catalogue rendent impossibles des manipulations portant sur l’ensemble des références, sur le modèle des tris à plat ou des tris croisés (que l’on peut faire sur un catalogue d’éditeur ou une revue, en cherchant par exemple la part de tel ou tel type de documents – ou de la production de tel éditeur – dans tel ensemble ou sous-ensemble). Il s’agissait donc ici de procéder par coups de sonde, non pas au hasard mais à partir d’indicateurs pertinents et maniables construits de manière à tester différentes hypothèses. Il faudrait dans un second temps poursuivre l’investigation en la systématisant et en menant une série d’entretiens approfondis avec des personnels de ces établissements de manière à saisir les politiques mises en œuvre, le sens que les acteurs donnent à leurs pratiques et les contraintes auxquelles ils font face (notamment budgétaires mais aussi cognitives). Cette première enquête sur le Sudoc permet néanmoins d’esquisser quelques réflexions autour de trois fonctions possibles des bibliothèques universitaires, la première liée à l’histoire littéraire et à la patrimonialisation (classiciser), la seconde inscrite dans des politiques publiques d’encouragement de la lecture et de démocratisation (faire lire), la troisième orientée vers la construction de la valeur littéraire (légitimer).

Classiciser

  • 11 Voir Michel Foucault, 1969, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philo (...)

9La première fonction possible de la bibliothèque universitaire serait de participer à constituer un nombre réduit d’auteurs en classiques en jouant un rôle de caisse de résonance d’une consécration construite dans d’autres espaces et de perpétuation de cette valeur, en l’occurrence pour la littérature contemporaine d’inscription dans la durée d’auteurs qui ont émergé il y a quelques décennies, qui ont peu à peu été reconnus par les différentes instances du champ littéraire et sur lesquels commencent à se multiplier les travaux, en particulier les thèses… Ce faisant, la bibliothèque universitaire rejoindrait ici la fonction de l’université dans son ensemble, telle qu’elle est majoritairement conçue, en intervenant postérieurement aux autres instances, sur des œuvres déjà repérées et consacrées par la critique et les professionnels du livre et en les constituant précisément en œuvres c’est-à-dire en ensembles cohérents unifiés sous un nom d’auteur11.

  • 12 Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, (...)

10Cette hypothèse peut être testée à partir de la liste des auteurs contemporains sur lesquels ont été réalisées des thèses. Cette liste a en effet été dressée par le groupe Histoire Littéraire du Contemporain12 : elle répertorie les recherches portant sur « au moins une œuvre littéraire publiée en langue française originale depuis le 1er janvier 1980 ». Les auteurs sont classés en fonction du nombre de thèses dont ils ont fait l’objet. Si l’on ne retient que les auteurs ayant fait l’objet d’au moins huit thèses et encore vivants, on obtient une liste de 19 auteurs, qui de fait sont massivement présents dans les bibliothèques universitaires, avec une moyenne de 85 exemplaires répertoriés dans le Sudoc pour un de leurs écrits les plus connus (voir tableau 1). Ces chiffres ne sont pas signifiants au regard des 3400 centres de documentation dont les ressources sont recensées par le Sudoc, mais prennent sens de manière comparative et relationnelle (une présence moyenne à 85 exemplaires dans le catalogue commun est très importante en comparaison de titres de poésie ou de bande dessinée analysés plus loin et présents à quelques exemplaires seulement sur l’ensemble de ces centres de documentation français).

11On peut se demander quelle partie de l’œuvre des auteurs est effectivement présente dans les bibliothèques. La recherche sur les 19 auteurs en tête du palmarès a en effet été menée à partir d’un des titres les plus connus. Il resterait à examiner la présence des titres moins connus de ces auteurs ou qui incarnent une autre face de l’auteur. Quelques coups de sonde donnent l’impression que les auteurs sont globalement suivis, même si tous leurs titres ne sont pas aussi massivement présents. Par exemple, si La Place d’Annie Ernaux est présent à 142 exemplaires dans le Sudoc, La Honte l’est à 58 exemplaires, Passion simple à 60 exemplaires, Journal du dehors à 43 exemplaires. Jours de colère de Sylvie Germain est présent à 47 exemplaires, Magnus à 69, les Petites scènes capitales publiées à l’automne 2013 à 33 exemplaires... Des volumes qui demeurent assez importants.

  • 13 Voir Dominique Viart et Bruno Vercier, 2008 [2005], La Littérature française au présent : héritage, (...)

12Une des fonctions de la bibliothèque universitaire est donc de mettre à disposition les auteurs du contemporain qui commencent à faire l’objet d’études, thèses ou colloques, ou d’enseignement : les auteurs recensés par Dominique Viart comme significatifs et constitutifs de la littérature contemporaine13 sont ainsi bien présents dans les services de documentation des universités, comme ils le sont en lecture publique. Il resterait bien sûr à examiner ce qu’il en est pour les auteurs qui concentrent un nombre de thèses moindre, notamment les 238 auteurs sur lesquels une seule thèse a été réalisée, pour voir si les bibliothèques universitaires se concentrent sur un canon contemporain relativement resserré ou au contraire tendent à l’élargir.

13Cette fonction de classicisation des bibliothèques universitaires étant acquise, une autre question est de savoir ce que font ces bibliothèques avec l’immédiat contemporain et en particulier dans cette « littérature non triée » dont parlait Thibaudet. Il s’agit donc d’explorer à présent deux autres fonctions possibles de la bibliothèque universitaire, une qui viserait à encourager la lecture gratuite des étudiants, notamment des non spécialistes de littérature, l’autre qui viserait à exercer dans le champ littéraire une fonction critique en s’attachant à repérer les nouveaux auteurs.

Tableau 1 : Les auteurs contemporains objets de thèses dans les bibliothèques universitaires

Nom d'auteur

Titre du livre primé

Nombre d'exemplaires dans le Sudoc

M.G. Le Clézio

Désert

135

Yves Bonnefoy

Les Planches courbes

68

Pascal Quignard

Terrasse à Rome

81

Philippe Jaccottet

À la lumière d’hiver

102

Patrick Modiano

Rue des boutiques obscures

87

Annie Ernaux

La Place

142

Michel Butor

La Modification

152

Jean Echenoz

Je m’en vais

118

Pierre Michon

Vies minuscules

99

Patrick Chamoiseau

Texaco

106

Gaspar Lorand

Le Quatrième État de la matière

41

Milan Kundera

L’Insoutenable légèreté de l’être

114

Valère Novarina

Le Drame de la vie

48

Hélène Cixous

Dedans

23

Sylvie Germain

Jours de colère

47

Jacques Roubaud

La Belle Hortense

50

Jacques Réda

Les Ruines de Paris

58

Maryse Condé

Segou, La terre en miettes

52

Jean-Philippe Toussaint

La Salle de bain

56

Moyenne

85

Faire lire

14Qu’en est-il d’abord de la présence en bibliothèque universitaire de l’actualité éditoriale visible ailleurs, dans les médias, sur les tables des libraires, sur les présentoirs des bibliothèques de lecture publique ? L’offre d’une telle littérature s’inscrirait dans une perspective de démocratisation culturelle entendue non comme la mise à disposition des grands auteurs mais comme un accès facilité à une production diversifiée dans laquelle chacun est susceptible de trouver ce qui lui convient et, ainsi, d’élargir ses horizons, de s’instruire et se construire tout en se divertissant.

  • 14 Olivier Tacheau, 2009, « Politique culturelle et bibliothèques universitaires : pourquoi faire plus (...)

15Une telle fonction entre officiellement dans les attributions des services de documentation des universités. La loi Pécresse n° 2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités édicte « la diffusion de la culture » comme la quatrième mission de l’enseignement supérieur. La loi Faure n° 68-978 du 12 novembre 1968 prévoyait déjà que « les universités facilitent les activités culturelles » et « doivent s’attacher à porter au plus haut niveau et au meilleur rythme de progrès les formes supérieures de la culture et de la recherche et à en procurer l’accès à tous ceux qui en ont la vocation et la capacité ». La loi Savary n° 84-52 du 26 janvier 1984 énonçait plus largement que « le service public de l’enseignement supérieur contribue [...] à la réduction des inégalités sociales et culturelles ». Concrètement, les instructions de 1962 qui fondent les bibliothèques interuniversitaires recommandent le développement d’une documentation à part tournée vers la lecture publique et les loisirs (romans, presse généraliste, BD...). Cette politique se révèle très prégnante au point de constituer l’essentiel de l’action culturelle de certaines bibliothèques universitaires, comme le note Olivier Tacheau14. L’organisation d’une programmation théâtrale, d’un atelier d’écriture, d’un concours de nouvelles, d’un prix littéraire ou d’une lecture de poésie, c’est-à-dire d’actions culturelles tournées vers la création, reste au contraire très marginale.

  • 15 Ronan Vourc’h, 2010, « Les étudiants, le livre et les bibliothèques universitaires », Bulletin des (...)
  • 16 Olivier Tacheau, 2009, « Politique culturelle et bibliothèques universitaires : pourquoi faire plus (...)

16L’orientation des services de documentation des universités vers la politique culturelle part du constat que toute une partie de la population étudiante ne fréquente pas les institutions culturelles mais fréquente les bibliothèques universitaires : 49,9 % des étudiants interrogés en 2006 par l’Observatoire de la vie étudiante disaient ainsi les fréquenter chaque semaine, tandis que seuls 13,6 % reconnaissaient n’y aller jamais15. « D’où l’idée, note Olivier Tacheau, d’importer in situ, dans l’environnement quotidien des membres de la communauté universitaire, ce qu’ils ne vont pas chercher à l’extérieur pour créer une imprégnation dans un lieu familier, (re)connu, et une acculturation douce permettant une désymbolisation (désacralisation ?) forte de la culture et une sensibilisation plus facile tant de l’usager-spectateur que de l’usager-acteur, car non prescriptive ou captive, à l’instar de l’ensemble de l’offre de la bibliothèque16. »

  • 17 Pierre Bourdieu, 1992, Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éd. du (...)

17Pour explorer la présence dans les bibliothèques universitaires de cette littérature grand public visible ailleurs et susceptible de servir une politique d’encouragement à la lecture, il est possible d’examiner la présence dans le Sudoc des lauréats de plusieurs grands prix littéraires, tous importants dans l’espace des prix et dans le champ littéraire mais correspondant aussi à des perspectives différentes. Ont ainsi été retenues la liste des lauréats des quinze dernières années à trois grands prix d’automne (le Goncourt, le Renaudot et le Prix Décembre) et la liste des lauréats du prix du meilleur album au festival d’Angoulême, dédié à la bande dessinée. L’enquête dans le Sudoc fait apparaître que les lauréats de ces grands prix sont globalement bien représentés dans les collections des bibliothèques universitaires : les lauréats du Goncourt sont les plus massivement présents avec une moyenne de 89 exemplaires répertoriés dans le Sudoc pour chaque titre récompensé (voir tableau 2) ; les livres lauréats du Renaudot sont aussi très fréquemment acquis, quoique de manière un peu moins massive, avec une moyenne de 72 volumes par titre (voir tableau 3). Ce qui vaut pour ces grands prix très médiatisés vaut aussi, mais dans une moindre mesure, pour le Prix du meilleur album du festival d’Angoulême (voir tableau 5), qui récompense un titre relevant d’un genre à la légitimité académique un peu moins acquise, et pour le prix Décembre (voir tableau 4), qui récompense une œuvre où priment qualités formelles et préoccupations esthétiques et située par conséquent plus près du pôle de production restreinte du champ littéraire tel que l’identifie Pierre Bourdieu17.

18Les différences observées dans le traitement des prix considérés se justifient ainsi par le type d’œuvre primée, les lauréats de genres un peu moins légitimes ou au contraire les textes trop manifestement « littéraires » étant un peu moins acquis par les bibliothèques universitaires, pour des raisons opposées. Il reste que les lauréats des prix ont une présence en bibliothèque universitaire plus massive que d’autres titres de bande dessinée ou de littérature du pôle de production restreinte non encore classicisée. Ceci tend donc à justifier l’existence d’un effet « prix littéraire », qui peut jouer à double titre.

Tableau 2 : Les lauréats du Goncourt (2000-2013) dans les bibliothèques universitaires

Année

Nom d'auteur

Titre du livre primé

Éditeur

Nombre d'exemplaires dans le Sudoc

2000

Jean-Jacques Schuhl

Ingrid Craven

Gallimard

44

2001

Jean-Christophe Rufin

Rouge Brésil

Gallimard

80

2002

Pascal Quignard

Les Ombres errantes

Grasset

78

2003

Jean-Pierre Amette

La Maîtresse de Brecht

Albin Michel

43

2004

Laurent Gaudé

Le Soleil des Scorta

Actes Sud

87

2005

François Weyergans

Trois jours chez ma mère

Grasset

72

2006

Jonathan Littell

Les Bienveillantes

Gallimard

136

2007

Gilles Leroy

Alabama song

Mercure de France

73

2008

Atiq Rahimi

Syngué sabour : pierre de patience

P.O.L

100

2009

Marie NDiaye

Trois Femmes puissantes

Gallimard

132

2010

Michel Houellebecq

La Carte et le territoire

Flammarion

127

2011

Alexis Jenni

L'Art français de la guerre

Gallimard

92

2012

Jerôme Ferrari

Le sermon sur la chute de Rome

Actes Sud

99

2013

Pierre Lemaître

Au revoir là-haut

Albin Michel

87

Moyenne

89

Tableau 3 : Les lauréats du Renaudot (2000-2013) dans les bibliothèques universitaires

Année

Nom d'auteur

Titre du livre primé

Éditeur

Nombre d'exemplaires dans le Sudoc

2000

Ahmadou Kourouma

Allah n’est pas obligé

Seuil

111

2001

Martine Le Coz

Céleste

Éd. du Rocher

14

2002

Gérard de Cortanze

Assam

Albin Michel

20

2003

Philippe Claudel

Les Âmes grises

Stock

97

2004

Irène Némirovsky

Suite française

Denoël

103

2005

Nina Bouraoui

Mes Mauvaises Pensées

Stock

53

2006

Alain Mabanckou

Mémoires de porc-épic

Seuil

66

2007

Daniel Pennac

Chagrin d’école

Gallimard

167

2008

Tierno Monénembo

Le Roi de Kahel

Seuil

57

2009

Frédéric Beigbeder

Un Roman français

Grasset

73

2010

Virginie Despentes

Apocalypse bébé

Grasset

67

2011

Emmanuel Carrère

Limonov

P.O.L.

100

2012

Scholastique Mukasonga

Notre-Dame-du-Nil

Gallimard

51

2013

Yann Moix

Naissance

Grasset

33

Moyenne

72

Tableau 4 : Les lauréats du Prix Décembre (2000-2013) dans les bibliothèques universitaires

Année

Nom d'auteur

Titre du livre primé

Éditeur

Nombre d'exemplaires dans le Sudoc

2000

Anthony Palou

Camille

Christian de Bartillat

4

2001

Chloé Delaume

Le Cri du sablier

Léo Scheer

16

2002

Pierre Michon

Corps du roi

Verdier

47

2003

Régis Jauffret

Univers, univers

Verticales

26

2004

Philippe Forest

Sarinagara

Gallimard

31

2005

Charles Dantzig

Dictionnaire égoïste de la littérature française

Grasset

68

2006

Pierre Guyotat

Coma

Mercure de France

42

2007

Yannick Haenel

Cercle

Gallimard

30

2008

Mathias Enard

Zone

Actes Sud

44

2009

Jean-Philippe Toussaint

La Vérité sur Marie

Minuit

60

2010

Frédéric Schiffter

Philosophie sentimentale

Flammarion

12

2011
(ex-aequo)

Jean-Christophe Bailly
Olivier Frébourg

Le Dépaysement :voyages en France
Gaston et Gustave


Seuil
Mercure de France

46

9

2012

Mathieu Riboulet

Les Œuvres de miséricorde

Verdier

12

2013

Maël Renouard

La Réforme de l’opéra de Pékin

Payot & Rivages

7

Moyenne

30

Tableau 5 : Les lauréats du Fauve d’or (Prix du meilleur album d’Angoulême) (2004-2013) dans les bibliothèques universitaires

Année

Nom d'auteur

Titre du livre primé

Éditeur

Nombre d'exemplaires dans le Sudoc

2004

Manu Larcenet

Le Combat ordinaire (t. 1)

Dargaud

74

2005

Marjane Satrapi

Poulet aux prunes

L’association

59

2006

Gipi

Notes pour une histoire de guerre

Actes Sud

31

2007

Shigeru Mizuki

NonNonBâ

Cornélius

42

2008

Shaun Tan

Là où vont nos pères

Dargaud

77

2009

Winshluss

Pinocchio

Les requins marteaux

40

2010

Riad Sattouf

Pascal Brutal (t. 3)

Audie

25

2011

Manuele Fior

Cinq Mille Kilomètres par seconde

Atrabile

40

2012

Guy Delisle

Chroniques de Jérusalem

Delcourt

76

2013

Christophe Blain& Abel Lanzac

Quai d’Orsay (t. 2)

Dargaud

73

Moyenne

30

  • 18 Cécile Rabot, 2011, « Les “coups de cœur” d'une bibliothèque de lecture publique : valeurs et enjeu (...)

19Soit la visibilité médiatique relative dont bénéficient les livres récompensés est considérée par les bibliothécaires comme créant une « demande » ou en tout cas un intérêt des usagers. L’acquisition de ces ouvrages miserait donc sur un effet d’écho avec une visibilité construite par les médias et le bouche-à-oreille : les usagers ont plus de chance d’avoir déjà entendu parler de ces titres et donc de les chercher sur les rayonnages des bibliothèques ou d’être interpellés par leur présence sur des présentoirs. Ce mécanisme a pu être observé en bibliothèque municipale à travers des « Coups de cœur » dont le succès auprès du public semblait largement reposer sur une connaissance préalable des titres ou des auteurs par les usagers, donc sur leur succès ou leur médiatisation passée18.

20Soit le prix est perçu par les bibliothécaires non pas seulement comme une source de visibilité mais comme une forme de légitimation par des instances compétentes, donc comme une forme de garantie de valeur dans un domaine, la littérature contemporaine, où ils ne sont pas nécessairement experts eux-mêmes (et qu’ils n’ont pas forcément les moyens d’appréhender). Acquérir les titres récompensés reviendrait alors à s’en remettre à des instances considérées comme compétentes plutôt que de chercher à produire un jugement propre fondé sur des analyses de première main, dont ils n’ont pas les moyens (accès à l’offre, personnel compétent dans ce domaine et en nombre suffisant), et pour lesquelles ils ne se sentent par conséquent pas particulièrement compétents et donc légitimes.

  • 19 Ce raisonnement a été fréquemment rencontré chez les bibliothécaires de lecture publique.

21Quoi qu’il en soit, alors même que les logiques sous-jacentes aux prix littéraires sont régulièrement critiquées, force est de constater que les bibliothèques, non seulement municipales et départementales mais aussi universitaires, suivent très largement ces œuvres, au moins parce qu’elles vont faire l’objet d’une demande de la part des usagers et qu’elles peuvent servir d’outils d’encouragement de la lecture (dans une logique où il vaut mieux lire les prix littéraires plutôt que rien), voire d’appâts (dans l’idée que les lecteurs, une fois cette première demande satisfaite, pourront être menés vers d’autres productions plus exigeantes19). Les bibliothèques universitaires redoublent sur ce plan le travail des bibliothèques municipales en s’appuyant sur la diversité du répertoire mais aussi sur sa visibilité déjà construite. Cette redondance se justifie cependant par la capacité des bibliothèques universitaires à toucher un public d’étudiants qui ne fréquentent pas les établissements de lecture publique, et réciproquement.

Légitimer ? Le cas de la poésie contemporaine et de la BD

  • 20 Voir Cécile Rabot, 2011, Les Choix des bibliothécaires ou la fabrication des valeurs littéraires en (...)

22Une troisième fonction possible de la bibliothèque universitaire ferait d’elle une instance critique aux prises avec l’actualité éditoriale « non triée » et en particulier avec la partie de celle-ci qui revendique le plus de créativité, voire une position d’avant-garde. Cette part de la production littéraire d’aujourd’hui est peu considérée par les bibliothèques de lecture publique qui soit n’ont pas les personnels qui s’y intéressent et s’y connaissent, soit (ce sont les arguments avancés pour justifier cette politique) considèrent que le public des bibliothèques des collectivités locales n’est pas ce public lettré susceptible de s’intéresser à ce genre de productions. Les bibliothécaires de lecture publique opposent ainsi volontiers ce qu’ils-elles qualifient de « grand public » et ce qu’ils-elles estiment d’un « niveau universitaire ». Cette opposition semble supposer une division du travail entre bibliothèques municipales et universitaires sur certains créneaux, notamment sur cette littérature de création. Qu’en est-il donc de la présence de cette dernière dans les bibliothèques d’universités qui concentrent a priori le public lettré plus encore que leurs consœurs des collectivités locales ? De nouveaux indicateurs ont été conçus de manière à explorer cette hypothèse d’une division du travail entre les deux types d’institution. Deux cas très différents seront successivement analysés : ils correspondent tous deux à des productions globalement exclues des bibliothèques municipales20 mais reconnues dans l’espace critique spécifique dont elles relèvent. L’un concerne la bande dessinée d’avant-garde (soit un genre en voie de légitimation mais dans sa frange la plus esthète), l’autre la poésie contemporaine (c’est-à-dire un genre fortement légitime mais dans ses productions les moins garanties).

23Un premier temps de l’enquête a consisté à évaluer la présence en bibliothèque universitaire d’un éditeur de bande dessinée réputé alternatif et avant-gardiste, à savoir la maison L’association. Une requête dans le Sudoc portant sur la collection « Esperluette » des éditions L’association donne seulement trois réponses : l’album de Rita Mercédès Les Incrustacés (2013) et les deux albums collectifs L’Association au Mexique (2000) et L’Association en Inde (2006), présents respectivement à 6, 2 et 4 exemplaires sur l’ensemble du réseau français fédéré par le Sudoc.

  • 21 Liste d’ouvrages cités par Thierry Groensteen (2007, La Bande dessinée mode d’emploi, Bruxelles, Le (...)

Tableau 6 : Bandes dessinées sans texte21 dans les bibliothèques universitaires

Auteur, Titre

Éditeur

Nombre d'exemplaires dans le Sudoc

Nombre d'exemplaires dans le réseau municipal parisie

Moebius, Arzach

Les Humanoïdes associés, 1991

14

13

Crepax Guido, La lanterne magique

Glénat, 1980

0

0

Blanquet Stéphane, La nouvelle aux pis

Cornelius,2001

1

3

Lécroart Étienne, Et c'est comme ça que je me suis enrhumée

Seuil, 1998

0

6

Coché Frédéric, Hortus sanitatis

Freon éditions, 2002

0

0

Harder Jens, Leviathan

L’an 2, 2005

5

4

Jason, Attends

Atrabile, 2002

1

1

Kuper Peter, Le Système

L’an 2, 2004

1

8

  • 22 Ibid.

24Un autre angle d’attaque consiste à partir d’un corpus établi par un spécialiste du genre comme significatif et intéressant, en l’occurrence les bandes dessinées sans texte recensées par Thierry Groensteen dans La Bande dessinée mode d’emploi22 comme « exemples témoignant chacun dans son registre particulier, d’une haute ambition » (voir tableau 6).

25Parmi les huit titres recensés dans cette rubrique, un seul est présent à 14 exemplaires dans le Sudoc : un album de Moebius, qui est un des auteurs de bande dessinée les plus reconnus aujourd’hui. Un autre est présent à 5 exemplaires : il s’agit d’un album qui revisite à la fois MobyDick et le Leviathan et qui a reçu le prix Max et Moritz de la meilleure bande dessinée allemande en 2004. La légitimité de l’intertexte classique s’ajoute donc vraisemblablement ici à celle conférée par le prix. Les autres albums de la liste sont soit absents (dans 3 cas sur 8), soit présents dans une bibliothèque (dans 3 cas sur 8), qui n’est du reste pas toujours la même.

26On peut donc dire que la bande dessinée de création, reconnue par les spécialistes de cet espace, est à peu près étrangère à l’univers des bibliothèques universitaires, comme elle l’est globalement à celui de la lecture publique et alors même que le processus de légitimation du genre passe par son entrée dans l’université. On peut du reste noter que la bande dessinée dans son ensemble semble encore relativement peu présente à l’université, y compris dans ses bibliothèques. Une requête dans le Sudoc portant sur les ouvrages de la collection « Écriture » des éditions Casterman (collection de romans graphiques qui constitue le volet a priori le plus littéraire de ce grand éditeur de bande dessinée) donne en effet 98 références, présentes avec une moyenne de moins de 9 exemplaires par titre. Seuls six titres sont présents dans au moins 30 bibliothèques universitaires : les deux tomes du manga très légitime de Jirô Taniguchi Quartier Lointain, les biographies de Kiki de Montparnasse et d’Olympe de Gouges par José-Louis Bocquet, la bande dessinée hors norme (660 pages) de Craig Thompson Habibi et la bande dessinée de reportage engagé de Charles Masson Droit du sol, à laquelle le magazine Télérama avait décerné la note maximale TTT. Les bibliothèques universitaires se concentrent donc dans leurs acquisitions de bandes dessinées moins sur des créations peu connues que sur des titres fortement consacrés par d’autres instances et soit considérés comme marquant pour l’histoire littéraire soit susceptibles de participer à la démocratisation des savoirs.

27Le dernier cas étudié concerne le traitement par les bibliothèques universitaires de la poésie contemporaine la plus actuelle. Le point de comparaison choisi a été le corpus des 111 titres de poésie recensés dans les pages poésie du Matricule des anges sur l’ensemble des numéros de 2007 et 2008. Se revendiquant comme le mensuel de la littérature contemporaine, ce périodique indépendant constitue de fait un espace critique de premier ordre pour une littérature exigeante souvent peu visible ailleurs. Il représente donc un utile point de comparaison pour évaluer la présence des ouvrages de poésie publiés aujourd’hui dans d’autres espaces. Il a été utilisé précédemment pour établir la présence de ce genre dans le réseau des bibliothèques municipales parisiennes, qui pourront donc servir d’aune de comparaison de manière à tester l’hypothèse d’une division du travail entre les deux types d’institution, universitaire et de lecture publique.

  • 23 Voir Cécile Rabot, 2011, Les Choix des bibliothécaires, op. cit., p. 382-388.

28Le constat qui ressort de la recherche dans le Sudoc est peu ou prou le même que celui fait à propos de la bande dessinée sans texte : les titres sont très peu présents dès lors qu’il ne s’agit pas d’un auteur déjà fortement reconnu, en voie de classicisation et dont une republication (par exemple dans la collection « Poésie » de Gallimard) donne lieu à une critique. Si l’on ne considère dans le corpus que les 75 % qui s’étaient révélés absents des bibliothèques de la ville de Paris ou présents dans une seule bibliothèque du réseau (toujours la même, une petite bibliothèque qui s’est spécialisée dans la poésie contemporaine)23, les titres sont présents à 5 exemplaires en moyenne dans l’ensemble des bibliothèques universitaires (418 exemplaires au total pour 78 titres) : ce n’est pas tout à fait rien, mais c’est peu rapporté au nombre d’établissements, surtout si l’on considère que la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg possède souvent un exemplaire des titres considérés, peut-être au titre du dépôt légal imprimeur, dont elle est dépositaire pour la région Alsace (à moins qu’il ne s’agisse d’une volonté politique particulière).

29Pour le reste, on note une forte dispersion, c’est-à-dire qu’on ne voit pas émerger d’établissements qui suivraient particulièrement la poésie contemporaine, comme c’était le cas dans le réseau municipal parisien. On peut noter toutefois que la bibliothèque de l’Université Paris Ouest Nanterre tire son épingle du jeu avec à son catalogue 22 des 78 titres, tandis que celle de l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle n’en a que 3 : il s’agit donc moins d’un effet de filières (les deux universités ont d’importants départements de littérature) que d’un différentiel lié à une attention particulière d’un bibliothécaire ou à la prescription particulièrement suivie d’un enseignant-chercheur... Il resterait à affiner les différences entre établissements par un comptage systématique par bibliothèque et surtout à croiser ces informations avec d’autres données, notamment des entretiens avec les bibliothécaires, susceptibles d’aider à comprendre les raisons d’être des réalités observées.

  • 24 Voir Bertrand Leclair et Christophe Kantcheff, 2006, « La critique impossible  ? », Lignes vol. 20, (...)

30Il faudrait donc poursuivre et approfondir cette enquête très embryonnaire. Mais elle tend à montrer que les bibliothèques universitaires se distinguent moins de leurs consœurs de lecture publique qu’on aurait pu le penser : elles jouent un rôle de classicisation et de perpétuation, que Dominique Viart avait identifié comme celui de l’université, et, comme les bibliothèques des collectivités locales, elles se sentent un des acteurs d’une politique d’encouragement de la lecture auprès d’un public élargi, non spécialiste de littérature. Il s’agit sans doute là pour les bibliothèques universitaires d’une fonction privilégiée depuis peu, liée à la massification de l’enseignement supérieur et à une volonté de répondre aux demandes d’un public étudiant qui ne fréquente pas par ailleurs les établissements de lecture publique. En revanche, les bibliothèques universitaires ne semblent jouer qu’assez peu la fonction critique qu’on pouvait leur imaginer : quand elles sont aux prises avec l’actualité éditoriale, c’est plus en lien avec leurs deux premières missions, d’auctorialisation/classicisation et d’encouragement de la lecture, que comme instance aux prises avec la création en train de se faire, en quête des talents de demain. La fonction critique pourtant nécessaire à la construction des hiérarchies de valeur et, partant, de l’histoire littéraire, semble laissée à d’autres, notamment à la critique de presse, ce qui n’est pas sans poser question quand la presse se trouve elle-même dans une situation économique délicate rendant de plus en plus difficile, voire impossible une critique qui soit autre chose que le repérage des livres les plus susceptibles de toucher une large audience24.

Notes

1 Voir Jacques Dubois, 1978, L’Institution de la littérature : introduction à une sociologie, Paris/Brussels, F. Nathan/Éd. Labor, « Collection Dossiers media ; nº 3 ».

2 On emprunte à Antoine Hennion cet usage extensif du concept de médiation. Voir Antoine Hennion, 2007, La Passion musicale : une sociologie de la médiation, édition revue et corrigée, Paris, Éd. Métailié.

3 Wenceslas Lizé, Delphine Naudier et Olivier Roueff ont souligné leur rôle dans d’autres univers artistiques. Voir Wenceslas Lizé, Delphine Naudier et Olivier Roueff, 2011, Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce, Paris, Département des études, de la prospective et des statistiques, « Questions de culture ».

4 Nathalie Heinich, 1995, « Façons d’être écrivain : l’identité professionnelle en régime de singularité », Revue française de sociologie vol. 36, nº 3, p. 499-524.

5 Alain Viala, 1993, « Qu’est-ce qu’un classique ? », Littératures classiques nº 19, p. 13-31.

6 Dominique Viart, 2013, « Histoire littéraire et littérature contemporaine », Tangence nº 102 : L'Histoire littéraire du contemporain, Université du Québec à Rimouski / Université du Québec à Trois-Rivières, p. 113-130, ici p. 114.

7 Id.

8 Christine Genin, 2001, « La littérature contemporaine en bibliothèque d’étude : l’exemple de la littérature française à la Bibliothèque nationale de France », in Martine Poulain (dir.), Littérature contemporaine en bibliothèque, Paris, Éd. du Cercle de la librairie, p. 149-158, ici p. 155.

9 Cette méthode a en particulier été mise en œuvre par Anne Simonin et par Hervé Serry dans leur étude respective des éditions de Minuit et des éditions du Seuil. Voir Anne Simonin, 2004, « Le catalogue de l’éditeur, un outil pour l’histoire », Vingtième siècle : revue d’histoire vol. 81, n° 1, p. 119-129 ; Hervé Serry, 2002, « Constituer un catalogue littéraire : la place des traductions dans l’histoire des Éditions du Seuil », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, p. 70-79.

10 Cécile Rabot, 2011, Les Choix des bibliothécaires ou la fabrication des valeurs littéraires en bibliothèque de lecture publique, thèse de doctorat de littérature et sociologie, Université Paris 3-Sorbonne nouvelle.

11 Voir Michel Foucault, 1969, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie vol. 63, nº 3, repris dans 1994, Dits et écrits I. 1954-1975, Paris, Gallimard, « Quarto », p. 73-104.

12 Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 111, n° 3, Paris, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 695-716.

13 Voir Dominique Viart et Bruno Vercier, 2008 [2005], La Littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, 2e éd. augmentée, Paris, Bordas.

14 Olivier Tacheau, 2009, « Politique culturelle et bibliothèques universitaires : pourquoi faire plus ? Comment faire mieux ? », in Carine Elbekri-Dinoird (dir.), Favoriser la réussite des étudiants, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, p. 117-125, ici p. 118-119.

15 Ronan Vourc’h, 2010, « Les étudiants, le livre et les bibliothèques universitaires », Bulletin des Bibliothèques de France vol. 55, nº 5, p. 13-17.

16 Olivier Tacheau, 2009, « Politique culturelle et bibliothèques universitaires : pourquoi faire plus ? Comment faire mieux ? », art. cit., p. 121.

17 Pierre Bourdieu, 1992, Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éd. du Seuil.

18 Cécile Rabot, 2011, « Les “coups de cœur” d'une bibliothèque de lecture publique : valeurs et enjeux professionnels d'une sélection littéraire », Culture & Musées n° 17, p. 63-84.

19 Ce raisonnement a été fréquemment rencontré chez les bibliothécaires de lecture publique.

20 Voir Cécile Rabot, 2011, Les Choix des bibliothécaires ou la fabrication des valeurs littéraires en bibliothèque de lecture publique, op. cit.

21 Liste d’ouvrages cités par Thierry Groensteen (2007, La Bande dessinée mode d’emploi, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, « Réflexions faites », p. 71).

22 Ibid.

23 Voir Cécile Rabot, 2011, Les Choix des bibliothécaires, op. cit., p. 382-388.

24 Voir Bertrand Leclair et Christophe Kantcheff, 2006, « La critique impossible  ? », Lignes vol. 20, nº 2, p. 99-108.

Auteur

Docteure en littérature, est sociologue, membre du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP) et maîtresse de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense où elle enseigne dans le master métiers du livre de Saint-Cloud. Ses recherches portent sur les bibliothèques et sur la construction de la valeur littéraire. Elles mettent en avant le rôle des intermédiaires entre auteurs et lecteurs et des institutions qui participent à construire hiérarchies et catégories de perception. Après une thèse étudiant les politiques documentaires des bibliothèques municipales parisiennes (acquisitions et valorisation), Cécile Rabot a travaillé sur des dispositifs de légitimation du premier roman (notamment le prix Emmanuel Roblès) et sur les politiques des bibliothèques en direction des adolescents. Elle est actuellement engagée dans une enquête collective portant sur la reconnaissance des écrivains. Elle a notamment publié La Construction de la visibilité littéraire en bibliothèque aux Presses de l’enssib en 2015.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540