Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Usages du contemporain

Entretien avec Michel Biron, François Dumont, Martine-Emmanuelle Lapointe et Élisabeth Nardout-Lafarge

Mathilde Barraband

Note de l’auteur

Ce texte est la transcription relue et corrigée par Michel Biron, François Dumont, Martine-Emmanuelle Lapointe et Élisabeth Nardout-Lafarge d'un entretien qui a eu lieu en janvier 2015.

Texte intégral

Michel Biron est professeur au Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill depuis 2002. Il a auparavant été professeur à l’Université du Québec à Montréal (1996-2002) et à l’Université d’Ottawa (1992-1996). Il a reçu son Ph.D. de l’Université de Liège (Belgique) en 1991. Il a publié notamment La Modernité belge. Littérature et société (Labor/Presses de l’Université de Montréal, 1994) ; Le Roman célibataire. D’À rebours à Paludes (avec Jean-Pierre Bertrand, Jacques Dubois et Jeannine Paque ; José Corti, 1996) ; L’Absence du maître. Saint-Denys Garneau, Ferron, Ducharme (Presses de l’Université de Montréal, 2000) ; Histoire de la littérature québécoise (avec François Dumont, Élisabeth Nardout-Lafarge et Martine-Emmanuelle Lapointe ; Boréal, 2007) ; La Conscience du désert. Essais sur la littérature au Québec et ailleurs (Boréal, 2010) ; Le Roman québécois (Boréal, 2012) et De Saint-Denys Garneau. Biographie (Boréal, 2015).

François Dumont est professeur titulaire au Département des littératures de l’Université Laval (Québec) depuis 1995. Il a auparavant enseigné la philosophie dans plusieurs collèges (cégeps de Jonquière, de Chicoutimi et de Limoilou), de 1979 à 1984, et la littérature au Département de français de l’Université du Québec à Trois-Rivières, de 1992 à 1995. Coauteur avec Michel Biron, Élisabeth Nardout-Lafarge et Martine-Emmanuelle Lapointe d’Histoire de la littérature québécoise (Boréal, 2007), il a publié des études portant principalement sur la poésie (dont L’Éclat de l’origine, l’Hexagone, 1989 ; Usages de la poésie, Presses de l’Université Laval, 1993 ; La Poésie québécoise, Boréal, 1999, et Le Poème en recueil, Nota bene, 2010) ainsi que des poèmes (dont Brisures, Le Noroît, 2005). Il a été membre régulier du Centre de recherche sur la littérature québécoise (CRELIQ), devenu en 2002 le Centre de recherche inter-universitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), de 1995 à 2014. Il y a dirigé de nombreux projets de recherche subventionnés, portant notamment sur le genre de l’essai et sur la forme du recueil.

Martine-Emmanuelle Lapointe est professeure agrégée au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et directrice du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ)-site Université de Montréal. Elle a publié chez Fides en 2008 Emblèmes d’une littérature. Le libraire, Prochain épisode et L’avalée des avalés (Prix Jean Éthier-Blais 2009). Elle a également collaboré à l’Histoire de la littérature québécoise, corédigé par Michel Biron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, paru aux Éditions du Boréal en 2007, codirigé Transmission et héritages de la littérature québécoise (PUM, 2011) et Le Printemps québécois. Une anthologie (Écosociété, 2013). Elle s’intéresse plus particulièrement aux rapports entre histoire et mémoire dans les œuvres littéraires contemporaines, à la réception critique ainsi qu’à la question des filiations et des héritages intellectuels dans le roman anglophone et francophone du Québec.

Élisabeth Nardout-Lafarge est professeure titulaire au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal depuis 1990 et membre du Centre de recherche inter-universitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) ; après un doctorat à l’Université McGill en 1987 et des charges de cours à McGill, l’Université du Québec à Montréal et l’Université de Montréal, elle a enseigné deux ans à Bennington Collège (Vermont). Elle dirige actuellement la revue Études françaises. Parmi ses publications : Réjean Ducharme. Une poétique du débris (2001) ; Constructions de la modernité au Québec (2004) en collaboration avec Ginette Michaud ; Histoire de la littérature québécoise (2007) avec Michel Biron, François Dumont et Martine-Emmanuelle Lapointe ; Interférences. Autour de Pierre L’Hérault (2010) avec Alessandra Ferraro ; Nom propre et écriture de soi (2011) avec Yves Baudelle et L’Hiver de force à pas perdus (2013) avec Gilles Lapointe et Sylvie Readman. Elle est membre de l’équipe de recherche « Porosité des pratiques narratives contemporaines au Québec. Enjeux poétiques et historiques ».

  • 1 Fondés en 1967, les cégeps sont des établissements d’enseignement public postsecondaires qui offren (...)
  • 2 Joseph Melançon, Clément Moisan, Max Roy, Robert Dion, François Dumont, Frances Fortier, Linda Fort (...)

Mathilde Barraband : J’aimerais débuter cet entretien par quelques questions qui permettront d’esquisser un état des lieux de la présence de la littérature contemporaine dans l’enseignement postsecondaire au Québec. Pour cela, je voudrais vous inviter à revenir sur vos parcours, en tant qu’enseignants mais aussi en tant qu’étudiants. Je me tournerais vers vous, pour commencer, François Dumont. Vous avez enseigné au cégep (collège d’enseignement général et professionnel1), au tournant des années 1980, comme professeur de philosophie, puis à l’université, dès 1992, en tant que professeur de littérature, à l’Université du Québec à Trois-Rivières puis à l’Université Laval. Enseignait-on à l’époque la littérature contemporaine ? Si oui, était-ce un phénomène nouveau et diriez-vous qu’il y avait là un enjeu ? Le statut de la littérature dans l’enseignement vous a tôt préoccupé si j’en crois votre collaboration en 1993 au volume La Littérature au cégep (1968-1978). Le statut de la littérature dans l’enseignement collégial2 ?

François Dumont : J’étais alors assistant pour un projet de recherche dirigé par Clément Moisan et Joseph Melançon. J’étais allé rencontrer des professeurs de plusieurs cégeps pour recueillir leurs avis sur la place de la littérature dans l’enseignement collégial. J’avais pu constater que l’histoire littéraire avait dans la plupart des cas cédé la place à une approche plus immanente des textes. Plusieurs professeurs soulignaient par ailleurs que la littérature québécoise était plus souvent au programme qu’auparavant. Une question qu’avaient soulevée Gilles Marcotte et Jean Larose à l’époque donnait lieu à de multiples débats : est-ce qu’on accorde trop de place à la littérature québécoise par rapport à la littérature française ? Cela recoupait partiellement le rapport entre le contemporain et les classiques, mais c’était surtout une conception nationaliste, près du « vécu » des étudiants, qui était mise en cause. Dans mon souvenir, les œuvres contemporaines enseignées, au cégep comme à l’université, étaient encore à cette époque validées par une sorte de consensus critique (c’était le cas, par exemple, pour Volkswagen Blues de Jacques Poulin paru en 1984).

M. Ba. : Martine-Emmanuelle Lapointe, avez-vous la même impression ? Vous arrivez, pour votre part, au cégep au début des années 1990, ensuite vous faites vos études universitaires à l’Université Laval puis à l’Université de Montréal.

Martine-Emmanuelle Lapointe : Au cégep, il me semble que nous avions vu des auteurs contemporains, surtout dans les cours de littérature québécoise. J’ai l’impression que c’était la même chose à l’Université Laval, mais c’est peut-être parce que j’ai suivi plus de cours en littérature québécoise qu’en littérature française. Je me souviens justement d’avoir suivi un cours avec Chantal Théry qui portait sur les romancières des années 1980-1990, des auteures qui écrivent toujours aujourd’hui : Monique LaRue, entre autres. Mais, dans les grands cours panoramiques, en général, les œuvres littéraires contemporaines étaient enseignées à la toute fin et on leur consacrait peu de temps. Et souvent, comme le disait François Dumont, ces œuvres avaient été validées par le consensus critique. Par exemple, nous avions étudié L’Obéissance (1991) de Suzanne Jacob qui avait quand même fait mouche au moment de sa parution ou encore Volkswagen Blues. Nous avions aussi vu une pièce de Daniel Danis.

M. Ba. : Michel Biron, vous avez, quant à vous, fait votre cégep puis votre premier cycle universitaire au début des années 1980. Avez-vous eu la même expérience ?

M. Bi. : Oui, cela se ressemble beaucoup. Quand j’étais au cégep, on lisait les classiques de la littérature québécoise. À l’université, on s’intéressait à l’histoire littéraire, à la Révolution tranquille, parfois, mais assez rarement, aux œuvres ou aux revues d’avant-garde, durant les années 1970. Nous nous voulions « modernes », « hyper contemporains » surtout par les théories : avec un arsenal de concepts nouveaux, nous pouvions réinterpréter la littérature d’avant, que ce soit les classiques français, les écrits de la Nouvelle-France ou les relations des Jésuites. La sociocritique marchait très fort, la narratologie aussi.

F. D. : Au début des années 1990, lorsqu’on était engagé comme professeur, il fallait vraiment faire la preuve qu’on était théoricien. Les plus vieux professeurs se reprochaient souvent de ne pas l’être assez…

M. Ba. : Et la théorie que vous lisiez, était-elle française, québécoise ou états-unienne ?

F. D. : Essentiellement française. Il y avait encore beaucoup d’applications de théories françaises au corpus québécois. Pour ma part, je m’intéressais aussi aux travaux de certains théoriciens québécois, en particulier Marc Angenot et André Belleau, à partir de qui je découvrais plusieurs autres théoriciens étrangers, comme Lukács et Bakhtine.

M. Bi. : Les professeurs de cette époque, du moins les plus ouverts, ont rapidement intégré les nouvelles théories venues surtout d’Europe. La théorie états-unienne, on ne la connaissait à peu près pas.

M. Ba. : Élisabeth Nardout-Lafarge, vous avez commencé vos études à l’Université de Limoges puis vous êtes venue au Québec pour mener un doctorat à McGill sur les échanges culturels entre le Québec et la France. Qu’est-ce qui vous avait incité à poursuivre vos études au Québec ? En tant qu’étudiante, aviez-vous noté des différences entre les enseignements français et québécois, particulièrement quant au rapport au corpus contemporain ?

Élisabeth Nardout-Lafarge : Je crois me souvenir que la littérature contemporaine n’était pas très présente dans mes études secondaires en France. J’ai fait mon mémoire de maîtrise sur le personnage du « Survenant » à l’Université de Limoges, mais j’étais déjà étudiante en échange à McGill où j’ai fait ma thèse sur les relations littéraires entre le Québec et la France pendant la Deuxième Guerre mondiale. J’ai eu, à McGill, des cours sur le corpus contemporain : Réjean Ducharme, Pierre Vadeboncœur, Gaston Miron notamment, qui écrivaient dans les années 1981-1987 quand on les étudiait. Sur le plan de la théorie, la différence la plus perceptible pour moi se situait à la fois dans la prédominance de la perspective sociologique et sociocritique et dans ce que j’interprétais alors comme une espèce de souplesse à l’égard des approches. L’amalgame méthodologique n’était pas proscrit, l’effet de chapelle était moindre. Il faut dire que l’autorité de la théorie dans les études littéraires commençait alors à diminuer.

M. Ba. : Avez-vous le souvenir d’avoir croisé pendant votre formation des œuvres littéraires françaises contemporaines ?

M.-E. L. : Je me souviens d’avoir travaillé sur Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, mais c’était toujours inscrit dans le prolongement des avant-gardes françaises, lié au Nouveau Roman. Si on nous a fait lire des textes des années 1980, c’était des œuvres qui étaient consacrées, autour desquelles se construisait une sorte d’histoire.

M. Bi. : Je me souviens que nous lisions avec passion Jacques Derrida et Roland Barthes. Mais le corpus littéraire français, en dehors des théoriciens, s’arrêtait à peu près au Nouveau Roman.

F. D. : À mon avis, il faut faire une différence entre le roman et la poésie. En poésie, c’est comme si, après les surréalistes français, la poésie québécoise avait pris presque toute la place. Chez les étudiants, c’est très frappant qu’à partir des années 1950, la poésie québécoise domine vraiment, comme si la maison d’édition l’Hexagone avait réussi son projet de nationalisation de la littérature québécoise, mais dans un seul genre... Ces dernières années, quelques jeunes collègues abordent plus volontiers la poésie française immédiatement contemporaine, mais pendant longtemps, ceux et celles qui le faisaient, comme Lucie Bourassa, étaient des exceptions, alors que du côté du roman, le contemporain français était mieux connu.

M. Ba. : Le programme d’études littéraires de l’Université du Québec à Trois-Rivières, où je suis professeur, propose depuis 1998 un cours optionnel qui s’intitule « Littérature actuelle ». Y a-t-il aussi dans vos programmes des cours et séminaires dédiés à la littérature contemporaine ? L’enjeu me paraît important : la présence de la littérature contemporaine à l’université ne dépend plus alors de la seule volonté d’un professeur, c’est un choix institutionnel et il signifie que la connaissance de la littérature du présent fait partie des attendus de la formation des étudiants.

M.-E. L. : À l’Université de Montréal, nous avons des cours de premier cycle qui portent, par exemple, les titres « Poétique moderne et contemporaine », « Roman moderne et contemporain », « Poésie moderne et contemporaine ». J’ai donné « Roman moderne et contemporain » pendant quelques années en m’intéressant aux romans des années 1960 à nos jours. Il n’y a aucun cours obligatoire de littérature contemporaine dans le programme de premier cycle universitaire. Nous demandons cependant aux professeurs qui donnent les grands cours en amphithéâtre et même dans le cours « Analyse de texte », qui rassemble généralement 25 étudiants, de consacrer une partie du trimestre à la littérature contemporaine. Mais dans un cours comme « Histoire de la littérature », c’est parfois très difficile d’y parvenir. Alors, la littérature québécoise et la littérature contemporaine sont parfois négligées.

F. D. : À l’Université Laval, la littérature contemporaine est présente dans certains cours obligatoires (« Lire le roman », « Lire la poésie et l’essai » et, depuis quelques années, « Approche de la culture numérique »). Et il arrive souvent que des cours optionnels portent sur des œuvres récentes, parce que plusieurs professeurs du département travaillent spécifiquement sur la littérature contemporaine. Ces années-ci, nos étudiants analysent sans doute plus d’œuvres contemporaines que d’œuvres classiques (qui sont davantage abordées dans des cours panoramiques).

M. Bi. : Chez nous aussi, à l’Université McGill, il existe depuis déjà longtemps des cours de littérature contemporaine, intitulés par exemple « Roman québécois contemporain » ou « Littérature française contemporaine ». C’est clair qu’il y a une tendance visant à inclure de plus en plus le corpus contemporain dans le cursus général. La demande en ce sens de la part des étudiants est très forte.

M. Ba. : En tant que directeurs et directrices de mémoires et de thèses, avez-vous pu observer que la littérature contemporaine était un objet d’étude électif des étudiants ?

M.-E. L. : En tant que responsable des cycles supérieurs, j’ai pu faire des statistiques. À la maîtrise, sur environ 35 mémoires déposés tous les ans, le tiers, si ce n’est plus, portait sur la littérature québécoise et, en général, sur la littérature québécoise contemporaine. Et je ne me suis même pas penchée sur les sujets des mémoires en recherche-création, que je rangeais dans une catégorie à part. Dans les mémoires en recherche-création, la littérature québécoise et la littérature contemporaine sont aussi très présentes. Au doctorat, dans notre département du moins, nous avons connu une période de disette pendant laquelle il y avait très peu de sujets de thèse en littérature québécoise. J’ai l’impression que cela revient. Certains étudiants s’y intéressent de nouveau, mais les étudiants que je dirige en ce moment ont tendance à s’intéresser davantage à la littérature des années 1960 ou des années 1970-1980. Ce n’est pas tout à fait ce qu’on appelle le contemporain. Alors qu’à la maîtrise, le contemporain ou même l’extrême contemporain dominent largement.

F. D. : L’une des raisons qui expliquent l’importance de la littérature contemporaine dans les études avancées est à mon avis l’émergence de la spécialisation en création littéraire. Chez nous, cela s’est beaucoup développé ces dernières années, et plusieurs étudiants choisissent de faire des maîtrises ou des thèses en création avec une partie critique qui porte sur un corpus contemporain. Ce qui me frappe aussi, depuis plusieurs années, surtout dans les thèses de doctorat, c’est que la catégorie « contemporain » devient plus importante que la catégorie « québécois ». Dans le corpus d’analyse, il va y avoir par exemple deux auteurs français et un auteur québécois contemporains. Dans la plupart des cas, il n’y a pas de perspective comparatiste : les thèses font abstraction du fait que l’auteur québécois est absolument absent de l’horizon français, alors que les auteurs français sont présents dans l’horizon québécois.

M. Bi. : Ce qui me semble frappant, c’est que les étudiants cherchent de nouveaux corpus. Les œuvres canoniques, celles qui ont fait l’objet d’innombrables travaux critiques, les effraient ou leur semblent avoir été déjà analysées. C’est sans doute ce qui explique que les étudiants de deuxième et troisième cycles, du moins chez nous, choisissent moins qu’avant les corpus d’Ancien Régime. Même impression de saturation vis-à-vis du xixe siècle et, jusqu’à un certain point également, de la première moitié du xxe siècle. Le contemporain est un réservoir tout indiqué pour qui veut sortir des œuvres trop connues. Comme, au Québec, le corpus contemporain est très vite légitimé, et ne suscite donc aucune résistance institutionnelle, il est normal que les étudiants se tournent de plus en plus vers ces textes qui attendent d’être lus et analysés. Cela me semble aussi vrai du corpus français contemporain, également objet de nombreux mémoires et thèses en ce moment. C’est vrai que la catégorie du contemporain l’emporte souvent sur la catégorie nationale. Le contemporain permet de sortir du carcan national pour aller vers l’international.

É. N.-L. : J’ai le même sentiment et la même expérience : le corpus contemporain québécois est présent dans les cours et les sujets des étudiants de deuxième et troisième cycles, mais sans doute plus au titre de « contemporain » que de québécois, et souvent sans que se pose la question du cadre national. À l’exception, cependant, des études en théâtre où il me semble que les travaux continuent d’affirmer l’existence distincte d’un « théâtre québécois contemporain ». L’autre aspect qui me frappe, c’est la relative absence de perspective historique sur ce « contemporain » qui est souvent, dans les mémoires et les thèses en tout cas, associé à « l’actuel ».

M. Ba. : Vos parcours vous ont amenés à travailler dans différentes institutions au Québec, mais aussi dans le reste du Canada, en Europe et aux États-Unis. Avez-vous observé des décalages entre les cultures institutionnelles ?

M. Bi. : C’est très frappant. En Belgique, où j’ai fait mes études de doctorat, le contemporain était à peu près absent des cursus, et seuls de rares chercheurs se spécialisent encore aujourd’hui dans ce domaine, comme Laurent Demoulin à Liège. À l’inverse, au Québec, on vient de le dire, la littérature contemporaine est très présente depuis déjà un certain temps dans l’ensemble du réseau universitaire.

M.-E. L. : Les étudiants auxquels j’ai enseigné en Colombie-Britannique n’avaient pas le français comme langue maternelle. Leur formation comprenait aussi un processus d’apprentissage de la langue. Dans les cours de langue, la littérature française contemporaine était très présente, mais elle se constituait le plus souvent de romans grand public (comme des best-sellers), pour encourager les étudiants à lire, pour qu’ils se reconnaissent. Dans les cours de littérature, c’était assez variable. Cela dépendait du professeur. On avait bien sûr des cours avec perspectives historiques dans lesquels on enseignait les classiques.

F. D. : Par rapport à la France, il y a une différence qui me semble vraiment déterminante : il n’y a pas l’équivalent des concours. Chacun enseigne ce qu’il veut : il n’a de comptes à rendre à personne. Cela donne beaucoup de liberté, mais cela ne favorise pas le débat sur l’importance relative des œuvres.

É. N.-L. : Cette absence de « tronc commun » est un sujet de débat régulièrement relancé comme c’est le cas actuellement à l’émission « Plus on est de fous plus on lit » à Radio-Canada à laquelle certains de nos collègues participent. L’inclusion relativement évidente du contemporain dans l’étude de la littérature est facilitée au Québec par ce refus d’établir un canon littéraire. Tout se passe comme si une surconscience de l’historicité et de la précarité de ce canon empêchait de le fixer, impression nuancée cependant par le recours à des textes qui ont bénéficié d’un consensus critique comme vous l’avez rappelé. Mais rien ne vient fixer ce consensus. En France au contraire, des collections spécialisées, destinées au public scolaire, intègrent le contemporain dans le canon (je pense à Annie Ernaux, Pierre Michon notamment). La question est moins celle de la rapidité avec laquelle des auteurs qui écrivent encore deviennent ainsi des « classiques » que le geste lui-même, et le rôle ainsi implicitement dévolu, au moins théoriquement, à l’enseignement dans la construction du patrimoine.

M. Ba. : La littérature québécoise s’est longtemps conçue comme une littérature en train de se faire. N’y a-t-il pas là une des raisons pour lesquelles les études littéraires québécoises ont, dès l’abord, été orientées vers la production qui leur était contemporaine ?

M. Bi. : Ce qui est clair, c’est que les études québécoises sont nées de l’étude du contemporain. Elles sont apparues à la fin des années 1960 et aux débuts des années 1970, au moment où les textes littéraires contemporains paraissaient dignes d’intérêt. Tout de suite, les Georges-André Vachon, Gilles Marcotte ou Laurent Mailhot ont intégré ce corpus-là. Ils ont parlé des œuvres qui dataient de moins d’une ou deux décennies. De ce point de vue, les études québécoises sont habituées à traiter le contemporain.

É. N.-L. : Vachon et ses contemporains ont aussi parlé des écrits de la Nouvelle-France, il me semble que, plus encore, les études québécoises sont nées, à la fin des années 1960, à partir de l’idée contemporaine de littérature et dans un horizon théorique particulier. Mais je suis d’accord : la littérature au Québec a toujours eu affaire avec le contemporain. Dès le Répertoire de James Huston et encore, sans doute, dans les premiers cours de Camille Roy sur la littérature canadienne-française, dans les années 1920-1930, où le contemporain était un enjeu important (Maria Chapdelaine, érigé en modèle, avait été publié en 1916).

M.-E. L. : Il est intéressant de constater qu’en 1967, par exemple, Michel Van Schendel a écrit Ducharme l’inquiétant, même chose en 1966 pour Jacques Brault qui écrit Miron le magnifique quatre ans avant la publication de L’Homme rapaillé – et même avant en fait. Ces textes sont toujours lus et considérés comme des textes critiques éclairants. On a pourtant du mal encore aujourd’hui à se prononcer sur les années 1980 au Québec, comme si la distance temporelle n’était pas suffisamment manifeste.

F. D. : Il faut dire que nous sommes dans une situation nouvelle par rapport à la constitution de la littérature québécoise. Pour plusieurs générations, la littérature nationale était à venir. Durant les années 1960 et 1970, il y a deux générations pour lesquelles elle est en train de se faire. Notre génération et celle de Martine-Emmanuelle Lapointe sont les premières générations de l’après.

M. Ba. : Martine-Emmanuelle Lapointe, vous avez consacré votre thèse à la classicisation de trois textes de la littérature québécoise des années 1960. Actuellement, vous menez plusieurs projets de recherche sur la littérature immédiatement contemporaine. Diriez-vous que le cycle de la classicisation s’est accéléré aujourd’hui ?

M.-E. L. : Si nous nous fions au procès de classicisation qu’a décrit Viala dans ses travaux, nous pouvons dire que le canon québécois des années 1960 s’est constitué de manière accélérée. On peut avoir l’impression que toutes les étapes de la classicisation s’y présentent quasi simultanément : on passe de la phase de la légitimation à celle de la perpétuation en quinze ans à peine. À l’époque contemporaine, j’ai l’impression que cela ne fonctionne pas du tout de la même manière. Il y a une importante diffusion médiatique des œuvres. Ces dernières peuvent être enseignées, mais j’ai l’impression qu’il n’y a pas de récit qui se fige autour d’une œuvre, d’où la difficulté de créer une sorte de canon.

  • 3 Manon Auger et Marie-Pascale Huglo, 2012, « Un siècle, deux littératures : le xxe siècle français » (...)

M. Ba. : À propos de la déconstruction du canon, je voudrais revenir sur une hypothèse de Manon Auger et Marie-Pascale Huglo. Dans le bilan qu’elles ont proposé sur les études littéraires québécoises consacrées à la littérature française du xxe siècle, elles remarquent que les choix d’objets et de méthodes des chercheurs ont tendance à se modifier selon qu’ils s’intéressent à la littérature française publiée avant ou après 1980. Dans le second cas, la recherche québécoise revendique davantage son « américanité », expliquent-elles, en privilégiant l’interdisciplinarité, en décloisonnant les corpus nationaux et en ouvrant la définition de « la » littérature3. Diriez-vous que les études culturelles (ou cultural studies) ont joué un rôle dans la légitimation du corpus contemporain au Québec et ont influencé la façon de travailler sur ce corpus ?

M.-E. L. : Pendant longtemps, peut-être est-ce moins vrai aujourd’hui, une sorte de soupçon a été jeté sur les études culturelles au Québec, notamment sur les lectures postcoloniales. De nombreux amalgames ont été commis. On confondait volontiers « postmoderne », « postcolonial » et « écriture migrante ». Très peu de travaux font le ménage, historicisent la notion. J’ai une étudiante qui prépare une thèse sur le sujet. Le seul fait de constituer un corpus cohérent est complexe. En études féministes, par contre, il y a tout un courant qui s’inspire des études culturelles.

F. D. : Je pense que la remise en question fondamentale du canon n’est pas venue des études culturelles : elle est plutôt venue de la sociologie de Pierre Bourdieu. C’est peut-être plus vrai à l’Université Laval qu’ailleurs. Il y a beaucoup d’étudiants pour qui Bourdieu est devenu une sorte de surmoi : ils sont entrés en littérature parce que telle ou telle œuvre les intéressait et ils en arrivent à se dire que la valeur qu’ils accordaient à la littérature était arbitraire, qu’elle était même la manifestation d’un pouvoir dont ils étaient complices sans le savoir. Tandis que les études culturelles ajoutent plutôt que d’opposer, me semble-t-il. C’est du moins ce que j’observe dans mon département, où les études culturelles sont quand même restées plutôt effacées, même si elles contribuent elles aussi à la relativisation des hiérarchies culturelles.

É. N.-L. : Je crois aussi qu’il y a eu une sorte d’évitement, de non-rencontre, entre les études québécoises et les cultural studies à l’Université de Montréal. Il me semble que c’est l’intermédialité et le numérique qui prennent ici le relais et opèrent maintenant le décloisonnement à la fois national et disciplinaire que vous évoquez. La théorie de Bourdieu est moins prégnante à l’Université de Montréal, en partie parce que la sociocritique de Pierre Popovic en propose la critique et situe l’interaction sociale dans le texte. Et c’est bien cette primauté du texte qui a longtemps défini l’approche de la littérature dans notre département. Mais les hypothèses de Bourdieu ont eu, en effet, un impact considérable pour la perspective historique sur la littérature québécoise et il faudrait un jour étudier pourquoi, essayer d’expliquer à quelle idée de la littérature et à quelles méfiances à son égard elle a fourni des réponses, alors même qu’elle s’élabore dans un contexte aussi différent du nôtre.

  • 4 Benoît Melançon, 2012, 
Les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, « Bi (...)

M. Bi. : À McGill, il y a un département d’anglais très important où les cultural studies sont un des piliers. Des professeurs spécialistes dans ce domaine y ont été engagés récemment. Mais au département de langue et littérature françaises, personne ne s’y intéresse vraiment. Nous venons d’embaucher un spécialiste des littératures francophones, comme cela a été fait plus tôt dans la plupart des universités québécoises, mais aucun spécialiste des cultural studies. À l’Université de Montréal, Benoît Melançon a fait une étude sur le joueur de hockey Maurice Richard qui s’inscrit dans le domaine apparenté de l’histoire culturelle4. Mais de tels travaux restent assez marginaux. Simple alignement sur la tradition critique française ? Peut-être, mais mon hypothèse est que pour que les cultural studies fonctionnent, il faut que l’idée de littérature soit déjà solide. Or le mot « littérature » est tellement problématique au Québec, on y a tellement mis l’accent sur l’adjectif « québécoise », que si on va à côté du littéraire, ou si on l’ouvre dans une direction qui n’est pas celle de la question nationale, on a l’impression que cela se dilue et ne veut plus rien dire. Il y a une espèce de fragilité du concept même de littérature qui est aggravée par le contexte contemporain où le concept de littérature est partout remis en question. Au Québec, je pense qu’on est « en avance » de ce point de vue sur le reste du monde : on a intériorisé cette fragilité depuis longtemps et on la vit intensément, ce qui fait que la façon d’étudier la littérature est déterminée par cette fragilité.

M. Ba. : Alors que la France propose encore peu de programmes et de diplômes en création littéraire, le Québec en offre depuis longtemps. Quelle est la place historiquement de la création dans les départements de lettres au Québec ?

F. D. : À l’Université du Québec à Trois-Rivières, le poète Gatien Lapointe a été engagé pour être professeur de création littéraire, à la fondation de l’université, en 1969. Mais à l’époque, c’était une exception. À l’Université Laval, ce sont des gens qui étaient spécialistes d’autres domaines qui se sont mis sur le tard à enseigner la création. Aujourd’hui, la plupart des professeurs de création ont été engagés à ce titre, comme c’est le cas dans les autres universités québécoises. Quand je terminais ma thèse, au début des années 1990, il y avait déjà quelques étudiants qui choisissaient la voie de la création à la maîtrise ou au doctorat. La proportion est devenue de plus en plus importante, à la maîtrise, surtout. Je dirais que le domaine de la création est toujours en croissance, contrairement aux autres domaines des études littéraires.

M. Bi. : À l’Université McGill, Yvon Rivard a été embauché en 1973 comme spécialiste de la littérature française et a, par la suite, réorienté ses cours du côté de la création. Par comparaison, son successeur, Alain Farah, a été engagé en 2009 d’abord comme professeur de création mais doit aussi aller du côté de la recherche. Ces deux trajectoires inversées ont cependant en commun de ne jamais opposer « création » et « recherche », ce qui se reflète dans les mémoires de création qui comportent tous, chez nous, un important volet critique. Comme partout, depuis vingt ans, la création n’a pas cessé d’attirer de plus en plus d’étudiants. Tout département de littérature qui veut aujourd’hui recruter des étudiants a tendance à développer le secteur de la création, comme on le voit par exemple à l’Université du Québec à Rimouski.

M.-E. L. : À l’Université de Montréal, Monique Bosco donnait déjà des cours de création, dans les années 1970-1980. Nous parlons désormais de « recherche-création » puisque nous accordons autant d’importance à la recherche qu’à la création. Nous avons réaffirmé récemment la nécessité pour les étudiants en création de suivre le même séminaire de méthodologie que les autres. Il s’agit là d’un parti pris du département des littératures de langue française. Nous avons même fait un sondage sur le sujet auprès des étudiants l’an dernier et ils ne veulent pas non plus avoir des cours séparés.

É. N.-L : Oui, c’est un secteur en plein développement et l’un des signes de cette implantation institutionnelle est que des professeurs qui n’ont pas été engagés pour ce type d’enseignement et qui ne sont pas eux-mêmes des écrivains commencent à diriger des mémoires de création. Je l’ai fait moi-même pour un mémoire de maîtrise. Pour Monique Bosco, dès les années 1960, c’était un combat, pour nous, aujourd’hui, c’est une sorte d’évidence. Depuis quelque temps, on note un intérêt de plus en plus grand de la part de l’administration, et sans doute d’abord pour des raisons économiques, pour associer la dimension de la création à la recherche et en faire la promotion. Comme département de littérature, nous en bénéficions.

M. Ba. : J’aurais une dernière question concernant les raisons de l’intérêt des études littéraires québécoises pour le contemporain. Est-ce qu’une modification de la fonction de l’université, de moins en moins patrimonialisante, de plus en plus sollicitée pour commenter la société de son temps et y participer, vous semble aussi en jeu ? Avez-vous l’impression que les orientations fixées plus ou moins explicitement par les grands organismes subventionnaires, au niveau fédéral comme provincial, ont notamment pu jouer un rôle en ce sens ?

F. D. : Il me semble que les tensions entre recherche, conservation et intervention ont toujours été présentes dans les universités québécoises depuis la Révolution tranquille. Ce qui me paraît nouveau, du moins en études littéraires, c’est l’importance grandissante accordée à la dimension pratique. Que vont faire concrètement plus tard les étudiants de lettres ? Quel emploi peuvent-ils obtenir ? Quelles sont leurs compétences ? Même les cours de création doivent avoir des vertus techniques. Le côté efficace, le côté « école » est beaucoup mis en avant actuellement.

M. Bi. : À mon avis, le poids que les systèmes de subvention peuvent avoir oriente certaines recherches. La logique de ces systèmes vise à créer des experts et nous sommes donc condamnés, qu’on le veuille ou non, à devenir des spécialistes. La génération avant nous n’avait pas à suivre la même logique. Un même professeur pouvait passer de Stendhal à Montaigne et peut-être même de Balzac à Miron. Il y avait des « généralistes » et ils n’étaient pas déconsidérés, au contraire. Aujourd’hui, chacun occupe un « créneau » et il est difficile d’en sortir une fois qu’on y est identifié. Même la littérature contemporaine est devenue l’affaire de quelques « spécialistes ».

M. Ba. : Vous avez travaillé à une Histoire de la littérature québécoise, publiée en 2007 et éditée en poche en 2010, qui englobe quatre siècles et demi de production littéraire, depuis les écrits de la Nouvelle-France jusqu’à la littérature immédiatement contemporaine. J’aimerais vous demander de revenir sur cette expérience et, pour commencer, vous interroger sur la façon dont vous avez travaillé : quelle a été l’origine du projet, sa durée, mais aussi comment fonctionnait cette écriture collective ? Plus précisément, comment se sont construites les deux dernières parties, consacrées à la littérature de 1945 à 2005 ?

M. Bi. : À l’origine du projet il y a eu une commande. C’est François Ricard des éditions du Boréal qui m’avait approché. Après cela, j’ai contacté Élisabeth Nardout-Lafarge et François Dumont. Martine-Emmanuelle Lapointe est entrée dans le projet dès le début, en 1999, comme assistante de recherche. Le tout a duré plus de sept ans. Au début, nous avons consacré beaucoup de temps à élaborer le plan du livre. Nous l’avons construit, déconstruit, reconstruit, plusieurs fois. Nous sommes arrivés à un plan en cinq grandes parties, puis nous avons testé différentes subdivisions, toujours au terme de discussions très libres qui exigeaient de fréquentes réunions. Martine-Emmanuelle Lapointe rédigeait des procès-verbaux détaillés pour que nous nous souvenions de tout ce que nous avions dit. Nous nous sommes divisé le travail, mais nous nous sommes entendus assez tôt sur le fait que chacun pouvait intervenir dans l’écriture de chaque chapitre de sorte que la rédaction a pris une tournure collective. Nous avons vraiment travaillé ensemble pour réécrire chacune des sections. Autre principe général : nous nous sommes vite mis d’accord sur le fait qu’il fallait relire les œuvres dont nous parlions et ne pas nous contenter des commentaires et travaux critiques existants. Avec toujours la même question : qu’est-ce que tel texte signifie aujourd’hui ? Enfin, règle d’or : le test de l’enseignement. Il fallait mettre le plan et les chapitres rédigés à l’épreuve dans nos cours. Je me souviens que j’essayais de voir avec les étudiants ce qui fonctionnait bien ou moins bien. Il y avait des divisions qui paraissaient très claires, naturelles, alors que d’autres divisions semblaient forcées, arbitraires. Nous en avons tenu compte tout au long de la rédaction.

  • 5 La troisième partie, « Le conflit entre l’ici et l’ailleurs (1895-1945) », est divisée en deux sous (...)

F. D. : Nous développions une écriture commune. Nous n’écrivions pas tout à fait de la même façon que lorsque nous écrivions autre chose par ailleurs. Notre écriture relevait à la fois de l’essai critique et du récit. Nous n’avons jamais considéré notre projet comme une histoire scientifique. Nous voulions que ce soit fondé, rigoureux, bien entendu, mais c’était d’abord une relecture. Nous avons eu du mal avec la période 1930-1980. Nous ne voulions pas reproduire la coupure de 1960, car nous avions bien conscience qu’il y avait plusieurs choses essentielles qui s’étaient passées plutôt avant. En même temps, il fallait montrer que c’était une date significative. Nous avons beaucoup discuté à ce propos, jusqu’à choisir de faire deux grandes parties subdivisées en sections5. Il nous semblait que cela fonctionnait bien. L’année 1960 marquait un changement, mais ce n’était pas franchement une rupture. Dans mon souvenir, la coupure de 1980 s’est, elle, imposée d’elle-même. La grande différence avec les chapitres antérieurs est qu’il n’y a pas de chapitre réservé à un écrivain, alors que dans tous les autres chapitres il y en a. C’est une différence assez importante, puisque notre projet reposait sur la préséance des œuvres. Nous nous interrogions sur ce qui avait changé depuis 1980, mais pas sur la date. Il me semble aussi que nous avons très tôt décidé de rester plus réservés à l’égard de cette période à cause de l’absence de recul.

É. N.-L : Nous avons réfléchi dès le début à la période contemporaine, nous y avons même consacré un colloque. Notre question était : qu’est-ce qui a vraiment changé et donc quand peut-on situer ce changement ?

M. Ba. : Qu’est-ce qui faisait que l’année 1980 était évidente pour vous tous ?

M. Bi. : Beaucoup de choses. Il y a des phénomènes qui sautent aux yeux. Par exemple, les premiers best-sellers, ceux de Michel Tremblay, Francine Noël et Yves Beauchemin. Les industries culturelles aussi se mettent en place. Autre évidence : le référendum sur la souveraineté-association, le 20 mai 1980, et le déplacement de la question nationale. Il y a les écritures migrantes aussi et le théâtre, avec l’émergence de la figure du metteur en scène. Sur tous les plans, il y a des changements majeurs. Il n’y a pas de texte de rupture qui incarne tout cela mais, justement, l’absence de rupture forte nous est apparue comme une des grandes nouveautés de la période. On glisse vers autre chose, mais cette autre chose ne se définit pas de façon claire et nette, et refuse même de se définir, de devenir une catégorie esthétique. C’est cette idée de glissement, de déplacement et, plus généralement, de décentrement, qui nous a semblé la plus parlante.

F. D. : Il y a bien sûr le référendum de 1980, mais chez plusieurs écrivains majeurs, comme Réjean Ducharme, Jacques Brault ou Pierre Vadeboncœur, la prise de distance à l’égard de la période précédente est antérieure, de sorte que l’explication politique n’est pas satisfaisante.

É. N.-L : Je ne sais pas si c’était aussi clair à l’époque de l’écriture de cette section, mais, à partir de 1980, la « spécificité » québécoise est un peu en crise, ce par quoi on essaie de la décrire s’observe aussi ailleurs, le « contexte » québécois, tant institutionnel que sociologique, n’a plus la même fonction explicative.

M. Ba. : Il est étonnant de voir que la dernière césure sur laquelle la critique s’accorde dans l’histoire littéraire québécoise et dans l’histoire littéraire française est la même : 1980.

M. Bi. : Le titre que nous avons donné à la dernière partie n’est pas « Le décentrement de la littérature québécoise », mais bien « Le décentrement de la littérature ». C’est plus général, car ce n’est pas seulement au Québec que l’on observe ce phénomène de décentrement. On peut facilement trouver une synchronie par rapport à ce qui se passe en Europe.

  • 6 Pierre Nepveu, 1988, L’Écologie du réel. Mort et naissance de la littérature québécoise contemporai (...)

M.-E. L. : Cela me fait penser au texte de Pierre Nepveu sur la littérature postquébécoise6. Plusieurs des éloges funèbres présentés dans son texte pourraient s’appliquer à d’autres lieux que le Québec, à la littérature occidentale de manière générale. Le décentrement par rapport à la question nationale s’ajoute aux autres décentrements.

F. D. : Au fond, la précarité de la littérature dont nous avions parlé avant, qui était peut-être plus spécifiquement québécoise jusqu’à 1980, est celle que l’on retrouve ailleurs à partir de 1980. Il n’y a plus de distinction aussi forte.

M. Ba. : Depuis dix ans environ, les chercheurs français comme québécois se sont mis à travailler en grand nombre sur le contemporain. Les échanges se sont multipliés, des chercheurs français travaillant sur le contemporain québécois, des chercheurs québécois sur le contemporain français, les uns et les autres menant des études croisées. Je me demande dans quelle mesure cela n’a pas conforté la césure de 1980.

M. Bi. : Oui, peut-être. Au début, les travaux français se vendaient un petit peu au Québec, mais pas autant qu’aujourd’hui. Depuis quinze ans, les collaborations se sont multipliées. Quand nous avons commencé à travailler sur cette partie-là, autour de 2004-2005, la recherche n’était pas très avancée. Nous avons introduit une demande de subvention portant spécifiquement sur la période depuis 1980 (intitulée « La littérature québécoise contemporaine dans l’histoire littéraire »). À ce moment-là, il n’y avait à peu près personne qui travaillait sur ce corpus de façon systématique. Nous avions l’impression d’ouvrir la voie.

F. D. : Il y avait des gens qui travaillaient sur des œuvres de cette période, mais pas sur la situation de cette période par rapport à l’histoire littéraire. Avec notre projet, nous étions à contre-courant : des généralistes plutôt que des spécialistes. Dans le colloque, c’était d’ailleurs frappant : pour plusieurs collègues qui travaillaient sur la littérature contemporaine, la littérature québécoise antérieure n’était carrément pas leur domaine.

M. Ba. : Est-ce que vos méthodes de travail ont changé au moment d’aborder la littérature la plus immédiatement contemporaine ?

F. D. : C’est plus morcelé, du fait que la littérature l’est elle-même. Mais nous avons essayé de résister autant que possible à l’énumération. Si on parle de tout, cela n’a plus de sens. Je dirais aussi que nous avons évité d’imposer une interprétation fermée de la période.

M.- M. Bi. : Toute la rédaction de l’Histoire de la littérature québécoise s’appuyait sur des jugements de valeur et nous tenions à opérer des sélections pour guider le lecteur. C’était la même chose pour la période contemporaine, mais c’était plus difficile. Ce qui nous retenait était souvent qu’on ne peut pas commencer à faire le portrait global d’une œuvre qui est inachevée. Pour ma part, j’avais conscience que cette partie-là risquait de vieillir très vite, que les jugements sur les œuvres étaient forcément plus fragiles. Je suis assez d’accord pour dire que cette partie-là est aussi plus morcelée. Mais cela reflète bien la réalité : il y a vraiment plus d’auteurs et de textes à partir de 1980 et ils ne forment pas des groupes structurés, identifiables comme tels. Sur le plan strictement pédagogique, cette partie est peut-être moins facile à utiliser à cause de ce pluralisme qui conduit à faire des listes d’écrivains plutôt que des synthèses.

E. L. : La dernière partie est plus morcelée en effet. Je m’étais amusée à lire le chapitre sur les années 1945-1980 et à comparer la rhétorique qui s’y déployait à celle de la période qui suit. Dans le chapitre sur la période contemporaine, s’imposent plusieurs comparaisons avec la période qui précède. Le récit se construit beaucoup dans le prolongement de celui de la Révolution tranquille. Cette période sert vraiment de canon, de référence. Le vocabulaire utilisé pour décrire les œuvres et les personnages de la période contemporaine est fort éloquent : on parle d’un roman en mode mineur, d’une logique de l’effacement, de la perte de soi, d’une spécialisation des genres qui tend vers une multiplication des barrières et des frontières, d’un morcèlement de la critique.

M. Ba. : Est-ce que vous vous êtes beaucoup appuyés sur la réception immédiate ?

M. Bi. : Pas beaucoup. Pour Nelly Arcan, oui, afin de mesurer par exemple sa réception en France. Parfois, c’était pertinent, mais c’était vraiment un usage modéré. Il faut dire que nous avons fait nous-mêmes beaucoup de réception immédiate avant et pendant la rédaction de l’Histoire de la littérature québécoise. François Dumont avait fait la chronique de la poésie et de l’essai. Moi j’ai fait la chronique « Romans » de 2003 à 2009 à Voix et Images. C’était une façon pour moi de préparer le dernier chapitre. Pendant ces années, j’ai pu suivre l’actualité romanesque d’assez près, et cela me permettait de faire un tri en connaissance de cause. L’expérience personnelle de la critique immédiate a été très utile pour faire l’histoire littéraire du contemporain, plus peut-être que la lecture des comptes rendus paraissant dans les journaux et les revues littéraires.

F. D. : Mais il n’y en avait pas tant que cela non plus à cause du nombre de parutions. Les œuvres, aujourd’hui, donnent lieu à beaucoup moins de commentaires que celles qui paraissaient dans les années 1960 ou 1970.

É. N.-L : J’ai les mêmes souvenirs de l’écriture de cette section et des problèmes qu’elle soulevait. Mais j’assume encore totalement les risques que nous avons pris. Les « remords », ce que, aujourd’hui, je retrancherais et ce que j’ajouterais, témoignent à mes yeux de la position dans laquelle nous avons choisi de nous placer.

M. Ba. : J’ai cru remarquer que le terme « contemporain » n’apparaissait pas beaucoup dans la dernière partie. Il ne figure pas, en tout cas, dans la table des matières, qui évoque la littérature « depuis 1980 ». Vous méfiiez-vous des étiquettes ?

F. D. : Le mot « contemporain » n’était pas pour nous un terme chargé. Au moment de la rédaction, le terme chargé était plutôt « postmodernité ». Je crois que nous ne faisons référence qu’une fois à la postmodernité : nous ne voulions pas en faire une réponse toute prête, et d’ailleurs, le mot commençait déjà à être beaucoup critiqué. Il me semble que nous n’avions pas de mot-fétiche et que nous n’en cherchions pas.

M. Bi. : J’ai fait une recherche sur notre manuscrit et j’ai trouvé 69 occurrences du mot « contemporain », dont douze dans les quatre pages d’introduction. Peut-être qu’elles ne sont pas toutes restées dans la version finale, mais il y en a quand même quelques-unes. Donc, je ne crois pas qu’on ait évité le mot. Mais il est vrai qu’en parlant de la littérature « depuis 1980 » plutôt que de littérature « contemporaine », cela permet d’éviter certains problèmes, de s’en tenir à la chronologie sans entrer dans le concept « contemporain ». C’est aussi parce que le mot « contemporain » varie forcément. Aujourd’hui, « contemporain » veut peut-être dire « depuis les années 1990 » plutôt que « depuis 1980 ».

  • 7 Michel Biron, François Dumont, Élisabeth Nardout-Lafarge, 2007, Histoire de la littérature québécoi (...)

M. Ba. : Dans l’introduction générale, vous expliquez que vous avez accordé un « statut central aux œuvres » et tenté de diviser le continuum temporel en faisant apparaître des « transitions proprement littéraires ». Mais vous rappelez aussi que « La périodisation de l’histoire de la littérature ne peut être indépendante de l’histoire sociale et politique7 ». La chronologie finale, qui contient deux colonnes, « Vie politique et culturelle » et « Œuvres », met en regard histoire littéraire et histoire sociale et politique. Est-ce que cet exercice se complique à mesure que l’on s’approche du temps que l’on a vécu ?

F. D. : Dans la chronologie finale, ce dont nous avons le plus discuté, je crois, c’est le choix des œuvres à indiquer comme points de repère. Nous n’avons pas accordé tant d’importance à la colonne « Vie politique et culturelle ». Je me souviens que nous nous disions que ce serait utile comme aide-mémoire, sans plus. Nous avons inscrit les référendums sur la souveraineté, évidemment, le World Trade Center, mais il y a des choses de nature politique qui ne se traduisent pas dans une chronologie. On ne peut pas dire, par exemple, qu’en telle année se répand l’expression « industries culturelles »... Et puis, il nous vient plus facilement des dates qui concernent l’histoire politique et culturelle avant 1980 : fondation de ceci ou cela, événements politiques qui peuvent être facilement liés à des textes littéraires. Depuis 1980, c’est assez difficile. Le projet de réforme constitutionnelle du lac Meech et tout, on se dit que cela n’a pas d’importance.

É. N.-L : Je crois que nous nous sommes tenus aussi à distance que possible de toute équivalence entre la temporalité de la littérature et celle de l’histoire politique, et la liste de « dates importantes », comme aide-mémoire, fait partie des concessions que nous avons accepté de faire au « genre » d’une histoire de la littérature. Nous n’avons pas essayé d’être originaux dans la forme, dans le titre, dans le paratexte. Ce sont nos principes qui distinguent notre travail : placer les textes en premier et en proposer une lecture à partir du présent, donc en incluant les traditions de lecture dont ils avaient déjà fait l’objet ou l’absence de ces lectures, et s’attacher à des changements dans les textes eux-mêmes, dans les œuvres, et non à ceux du contexte politique ou institutionnel.

M. Ba. : Le volume a paru il y a quelques années maintenant et la dernière période « depuis 1980 » s’est étirée. Est-ce que vous avez l’impression que de nouvelles césures pourraient y être décrites ?

F. D. : De 1980 jusqu’à aujourd’hui, cela commence à être une période assez longue… Mais depuis les années 1980, c’est comme si nous demeurions dans un temps arrêté, en suspension. Il est certain que quand on vit une période, c’est plus difficile de voir les transformations historiques importantes. Mais par rapport aux années qui précèdent, l’époque contemporaine reste particulière : on peut assez facilement voir la différence entre les années 1950, les années 1960 et les années 1970 (en simplifiant un peu les choses, bien sûr…), mais après cela, les décennies ne semblent plus avoir de sens particulier.

M. Bi. : Parce qu’il n’y a ni continuité claire, ni discontinuité affirmée. Il n’y a pas de positions franches. Il y a des filiations, mais elles sont tellement personnelles qu’elles ne se ramènent pas à une sorte de modèle ou de grand récit. Il est difficile de nommer les œuvres marquantes des années 1990. Nous en avons évoqué quelques-unes qui sont certes importantes. Mais on sent bien que tout est relatif. Il n’y a pas de mémoire commune autour de cela, contrairement aux années 1960, et même aux années 1970. Dans les années 1980, cela se brouille beaucoup : on a quelques repères, mais plusieurs des écrivains majeurs ont commencé à écrire avant, comme Jacques Poulin.

M.-E. L. : Même l’œuvre de Marie Uguay, écrite dans les années 1970-1980, est lointaine pour les étudiants qui sont inscrits à nos cours. « Lointaine » parce que pour eux les années 1980 ne font pas partie de la période contemporaine. Je pense par ailleurs qu’il y a des changements qui ont eu lieu au début des années 2000, dont nous ne pouvions pas encore mesurer l’importance en 2007.

M. Ba. : Avez-vous envisagé d’écrire une suite ou de réactualiser l’Histoire dans quelques années ?

M. Bi. : C’est drôle, car la question commence à être posée. J’ai l’impression qu’il vaudrait mieux que ce soit repensé par quelqu’un qui prendrait les choses depuis la littérature contemporaine, laquelle devient un objet considérable, et de penser ce qui précède à partir de cela. Il serait beaucoup plus intéressant de tout revoir au complet plutôt que de faire un petit ajout de quelques auteurs depuis 2007.

F. D. : Oui, il y a de nouvelles générations, de nouveaux éditeurs, des perspectives qui se développent (comme la littérature amérindienne), mais s’agit-il pour autant d’une nouvelle période ? Ce serait embêtant d’identifier une date – et absurde d’écrire arbitrairement « depuis 2007 » parce que notre livre est paru cette année-là... Je serais plutôt partisan d’un autre regard qui ne soit pas déterminé par ce qu’on a déjà fait.

M.-E. L. : J’ai commencé à réfléchir à un projet qui viserait la rédaction d’une synthèse sur la littérature québécoise contemporaine. Il s’agirait de tenter de penser de nouvelles manières d’aborder la littérature, de renoncer aux catégories, aux mouvements canoniques en essayant de comprendre ce qui se joue dans les œuvres mêmes. Il faudra peut-être aussi interroger la périodisation établie autour de bornes temporelles trop figées. Pourquoi 1980 ? Pourquoi pas 1995 ? Ou 2003, année de la fondation de la maison d’édition Le Quartanier ?

É. N.-L : Je crois aussi qu’il vaut mieux que d’autres chercheurs s’attaquent à leur manière à la question s’ils le jugent opportun. Je me méfierais d’une mise à jour, parce qu’à mes yeux, cela signifierait que nous tenons notre récit pour définitif et que nous pouvons y inclure « le nouveau » sans en changer le plan général. Nous ne l’avons pas conçu ainsi. Comme vous l’avez dit, par un effet de séquence inévitable, la période contemporaine que nous présentons apparaît dans un cadre construit qui la surdétermine forcément en partie, malgré nos précautions. Aussi les projets sur la littérature contemporaine auxquels je participe, celui de l’équipe d’Andrée Mercier et celui de Martine-Emmanuelle Lapointe, ne sont pas pour moi des suites qui prendraient les choses là où nous les avons laissées. Ils définissent d’autres bases et se placent dans une autre perspective que celle d’un récit de l’histoire de la littérature. Comme le dit bien Martine-Emmanuelle Lapointe, il s’agit de penser autrement le contemporain.

Notes

1 Fondés en 1967, les cégeps sont des établissements d’enseignement public postsecondaires qui offrent des formations techniques et préuniversitaires.

2 Joseph Melançon, Clément Moisan, Max Roy, Robert Dion, François Dumont, Frances Fortier, Linda Fortin et Nicole Fortin, 1993, La Littérature au cégep (1968-1978). Le statut de la littérature dans l’enseignement collégial, Québec, Nuit Blanche.

3 Manon Auger et Marie-Pascale Huglo, 2012, « Un siècle, deux littératures : le xxe siècle français », Tangence nº 100 : Bilan de l’apport
 de la recherche québécoise aux études littéraires des dernières décennies, Université du Québec à Rimouski/Université de Québec à Trois-Rivières, p. 97.

4 Benoît Melançon, 2012, 
Les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, « Biblio-Fides ».

5 La troisième partie, « Le conflit entre l’ici et l’ailleurs (1895-1945) », est divisée en deux sous-parties : « A. L’attrait de Paris ; 1895-1930 » et « B. Un monde en crise : 1930-1945 ». La quatrième partie, « L’invention de la littérature québécoise (1945-1980) », est divisée en trois sous-parties : « A. L’autonomie de la littérature : 1945-1960 » ; « L’exposition de la littérature québécoise : 1960-1970 » et « C. Avant-gardes et ruptures : 1970-1980 ». La cinquième et dernière partie, enfin, s’intitule : « Le décentrement de la littérature (depuis 1980) ».

6 Pierre Nepveu, 1988, L’Écologie du réel. Mort et naissance de la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Éd. du Boréal, p. 14.

7 Michel Biron, François Dumont, Élisabeth Nardout-Lafarge, 2007, Histoire de la littérature québécoise, avec la collab. de Martine-Emmanuelle Lapointe, Montréal, Éd. du Boréal, p. 15.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540