Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Usages du contemporain

Configuration(s) du « contemporain »

Marie-Odile André

Texte intégral

  • 1 Dans le domaine de l’art contemporain, voir en particulier : Christian Ruby, 2007, Devenir contempo (...)
  • 2 Voir à ce sujet les ouvrages qui se sont multipliés au tout début des années 2000 et qui traitaient (...)

1De nombreux titres d’ouvrages parus ces dernières années en témoignent1, la question du « contemporain » est débattue aujourd’hui de manière insistante, tant dans le domaine artistique que dans le domaine littéraire. Il semble que sourde à son sujet une forme d’inquiétude qui n’est pas sans faire penser à l’inquiétude qui hantait naguère les titres d’ouvrages traitant de la notion de « littérature2 ». Comme si une même question se déplaçait, se reformulait, faisant par là même symptôme. Aussi peut-on former l’hypothèse – et d’autres l’ont suggéré à leur manière avant moi – que nous serions à la fin d’un cycle ou, du moins, à un moment de basculement propice à des questionnements réflexifs dans lesquels a vocation à s’inscrire en particulier une série d’interrogations sur la réception de la littérature contemporaine par l’université.

  • 3 Lionel Ruffel, 2010, « Introduction », Qu’est-ce que le contemporain ?, op. cit., p. 9.
  • 4 Sur la base d’une définition a minima dans laquelle le « contemporain »se définit de manière glissa (...)

2Comme l’a écrit à juste titre Lionel Ruffel, la notion de « contemporain » est ou a été longtemps une notion « de faible intensité » sur le plan théorique3. Et c’est sans doute cette faible intensité qui lui a conféré en grande partie son efficacité pragmatique, permettant au mot, mais aussi à la chose qu’elle est censée désigner, de se faire une place non négligeable dans le champ des études littéraires à l’université depuis les années 19904.

  • 5 Voir par exemple les chiffres fournis dans le tableau récapitulatif qui figure à la fin de l’articl (...)
  • 6 Voir Pierre-Louis Rey, 2013, « Les classiques de demain », Revue d’histoire littéraire de la France(...)
  • 7 Et la plupart du temps en leur présence.

3Le combat n’était pas gagné d’avance. On connaît les réticences qui furent à affronter, au nom en particulier de ce partage traditionnel des tâches qui prétend réserver au scalpel sagace des universitaires les seuls écrivains morts. On connaît aussi les noms de ceux qui, les premiers durant cette période, ont défendu l’étude d’un certain nombre d’écrivains vivants dont l’œuvre avait commencé à se développer et à s’imposer à l’attention de la critique au fil des années 1980. Aujourd’hui la cause semble largement acquise : on en veut pour preuve la part des thèses consacrées à des écrivains encore vivants et actifs au moment du dépôt du sujet5 ; ou la part des articles sur le contemporain dans la recension 2011 de la bibliographie de la Revue d’histoire littéraire de la France6 ; ou encore les nombreux colloques et journées d’étude consacrés à des écrivains d’aujourd’hui7 ou à des problématiques littéraires directement liées au contemporain.

  • 8 René Audet, 2009, « Le contemporain. Autopsie d’un mort-né », art. cit., p. 7.

4Mais c’est justement parce que la « littérature contemporaine » a désormais largement droit de cité à l’université, tant en matière de recherche que d’enseignement, que la question de ce que veulent dire « contemporain » et « littérature contemporaine » peut aujourd’hui occuper le centre des débats. D’où le souci de se pencher au chevet d’un « contemporain » que René Audet a pu récemment qualifier de « mort-né8 », entre un mot désormais concurrencé par d’autres vocables et une chose que certains cherchent à définir de façon plus rigoureuse, en distinguant mieux usage pragmatique et approche théorique, acception chronologique et caractérisation esthétique, et en s’interrogeant sur des « configurations du contemporain » qui, parce qu’elles entrent en concurrence les unes avec les autres, suscitent sinon la suspicion, du moins toute une série d’interrogations on ne peut plus légitimes. Ce sont ces frottements ou frictions que je voudrais évoquer ici en guise d’introduction au volume.

Configuration 1 : la concurrence des vocables comme symptôme

5Quelques remarques pour commencer sur la concurrence des vocables puisque, comme souvent, le malaise est d’abord sémantique et que les ambiguïtés de la chose s’expriment à travers la fortune des mots. Au point que les problèmes que pose la notion de « contemporain » s’éclairent à travers ce que les termes concurrents s’efforcent de contourner en en contournant l’emploi.

  • 9 Non plus que les critiques que l’expression a pu susciter, certains soulignant son flou définitionn (...)
  • 10 Voir Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », Revue d’histoire littéraire (...)
  • 11 Plutôt que l’idée d’un contemporain qui serait porté à son plus haut degré d’intensité esthétique.
  • 12 Dominique Viart propose la découpe 1975-1984 comme moment où s’opère, dans la production littéraire (...)

6On assiste à la résurgence régulière de l’expression « extrême contemporain », dont je ne referai pas l’historique ici9. Comme « immédiat contemporain10 », il sert à désigner, dans son usage banalisé11, une fraction chronologiquement réduite d’un contemporain dont l’extension semble dès lors perçue comme trop large. Et sans doute est-ce le symptôme que ce que nous avons reconnu, à un moment donné du temps, comme notre contemporain en matière littéraire, soit la littérature vivante qui a émergé au tournant des années 1980 à travers à la fois l’entrée de nouveaux écrivains et une série d’inflexions esthétiques et thématiques12, appelle désormais des découpages chronologiques internes.

  • 13 « Champ d’étude du récit actuel et contemporain », anciennement « Centre d’études sur le roman des (...)
  • 14 Par opposition à « moderne ».
  • 15 Le tout sans qu’il soit certain que l’usage du mot « actuel » n’en vienne pas très vite à susciter (...)

7De son côté, l’usage concurrent d’« actuel » (dont témoigne par exemple le nouvel intitulé du CERACC13) tend à reconfigurer le « contemporain » sur la base d’une complémentarité entre les deux termes, avec, d’un côté, une acception chronologique et, de l’autre, une acception plus théorique, qui, sur le modèle du champ artistique, viserait à une définition esthétique de ce même « contemporain14 ». Soit aussi les deux dimensions qui caractérisent l’emploi du mot, entre une définition en extension et une définition restrictive, à dimension axiologique15.

  • 16 Voir Dominique Viart et Bruno Vercier, 2008 [2005], La Littérature française au présent : héritage, (...)

8D’une façon assez semblable, l’expression « littérature au présent », récemment utilisée, en particulier, par Dominique Viart16, vient, elle aussi, concurrencer le terme de « contemporain » en suggérant qu’il y aurait, ici encore, quelque chose qui serait partiellement mais non totalement superposable au « contemporain », soit faute d’en recouper exactement les caractéristiques esthétiques (auquel cas, il y aurait du « contemporain » qui ne serait pas du « contemporain »), soit faute d’en recouper totalement les découpages chronologiques (auquel cas, il y aurait du présent qui serait, si cela est possible, plus contemporain que le contemporain…), démontrant par là, me semble-t-il, l’impossibilité pratique – même si l’impératif théorique n’en est pas moins prégnant – de séparer radicalement l’une de l’autre les deux dimensions (chronologique et axiologique) en quoi réside l’ambiguïté constitutive de ce que nous désignons et étudions comme « littérature contemporaine ».

  • 17 Pour un rappel de l’étymologie du mot siècle comme pour le problème des décalages entre siècles his (...)
  • 18 Voir Marie Galvez, 2013, « Comment traiter la littérature contemporaine dans une bibliographie d’hi (...)

9À cela s’ajoute encore – pour brouiller ou rebattre les cartes, on ne sait – l’émergence institutionnelle récente de la dénomination « littérature du xxie siècle » qui, même s’il faut, bien évidemment, se méfier de toute fétichisation des découpes séculaires17 produit de fait, et par son existence même, une organisation temporelle nouvelle qui amène à reconsidérer autrement la période jusque là désignée comme « contemporaine », ne serait-ce que parce qu’enjambant désormais le tournant du siècle, elle confronte à des problèmes nouveaux de découpe ceux qui ont en charge le traitement bibliographique de la recherche sur la période la plus récente18.

Configuration 2 : périodisations du contemporain

  • 19 Un travail à travers lequel notre contemporain, en tant que réalité mouvante et labile que le temps (...)

10Dans la mesure en effet où – comme on l’a souvent dit – la périodisation est indéfendable en théorie mais incontournable en pratique, surtout quand il s’agit de jouer, dans le cadre universitaire, notre rôle d’enseignant en même temps que de chercheur, ce qui est désigné comme « littérature contemporaine » est lié – quoi qu’on en ait et fût-ce de manière paradoxale – au travail de périodisation et aux difficultés qui lui sont propres19.

  • 20 10 ans, 30 ans, 50 ans, voire 100 ans (voir à ce sujet : Mathilde Barraband et Julien Bougie, « Un (...)
  • 21 Voir Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », art. cit., p. 567. Bruno Bla (...)
  • 22 Soit, en quelque sorte, une période par défaut.
  • 23 De sorte que, pour l’histoire littéraire, comme l’écrit Dominique Viart, « la littérature contempor (...)
  • 24 Mathilde Barraband, 2013, « Liminaire », Tangence n° 102, op. cit., p. 7.

11Pour le terminus a quo, les usages du mot continuent, on le sait, à varier au sein de l’université, quand il s’agit de déterminer la profondeur chronologique de ce qui est désigné comme « contemporain20 », même si prévaut aujourd’hui un large consensus concernant la période qui s’ouvre au tournant des années 198021. Quant à la question du terminus ad quem, elle est intimement liée à la définition d’un contemporain qui se caractérise tout autant par son absence que par la contemporanéité entre le commentateur et son objet ; une absence qui tend à faire du contemporain un « reste », dans la mesure où il ne saurait qu’imparfaitement être une période22 au sens où peut l’entendre l’histoire littéraire, faute de fin qui fasse pendant à son début23. De ce point de vue, il se caractériserait donc par une historicisation contrariée ou du moins partiellement suspendue en raison de son inscription dans une temporalité privée de l’avenir à partir duquel saisir le présent comme le passé que cet avenir fera de lui ; une temporalité qui, de ce fait, met à l’épreuve l’historien de la littérature en tant qu’il se veut, comme le rappelle Mathilde Barraband, un « spécialiste de la dimension temporelle des phénomènes littéraires à travers lesquels il tend à les comprendre24 ».

  • 25 Alain Vaillant, 2013, « L’histoire littéraire du contemporain : l’éternel retour », Tangence 102 (...)
  • 26 De sorte qu’en réalité la saisie du « contemporain » dans et par l’histoire littéraire suppose, con (...)

12D’où peut-être une « littérature contemporaine » qui pourrait se définir par la résistance qu’elle oppose aux processus d’historicisation, dans la mesure où, comme le souligne Alain Vaillant25, l’histoire littéraire s’écrit plus en fonction du futur que du passé26. De sorte que la possibilité même de commencer à historiciser le « contemporain » marquerait son « vieillissement » relatif, c’est-à-dire la sortie des phénomènes analysés hors d’une relation de stricte contemporanéité. Ce dont témoignent d’ailleurs a contrario ces approches de la littérature immédiatement contemporaine qui tendent à privilégier un vocabulaire emprunté à la géographie (« panorama », « paysages », « territoires », « cartographie »…), constituant par là même un mode spécifique de configuration.

  • 27 Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », art. cit., p. 567.
  • 28 Soit « le » contemporain vs « notre » contemporain.
  • 29 On pense en particulier aux inflexions repérables dans le domaine des écritures de l’histoire ou du (...)

13C’est pourquoi poser à propos de l’ « immédiat contemporain », comme récemment Bruno Blanckeman, la question de savoir « quand commence et quand cesse la mesure de cet immédiat – le quand se comprenant aussi comme un pourquoi27 » ouvre, dans les termes mêmes où elle est formulée, la perspective d’un « contemporain » en train de sortir de lui-même par un effet de vieillissement relatif, ou en train, du moins, de donner à voir des inflexions suffisamment significatives pour qu’émerge l’hypothèse que ce qui a été identifié comme tel à partir des années 1990 ne serait déjà plus aujourd’hui tout à fait « notre » contemporain28. Ce qui suppose, sans qu’il s’agisse pour autant de proclamer prématurément la clôture définitive de ladite période tant sur le plan chronologique que formel, de chercher à rendre compte des phénomènes à travers lesquels les fils du présent peuvent se nouer avec ce qui se dessine comme un possible futur, étant donné, en particulier, l’émergence progressive d’écrivains pour qui la production des années 1980-1990 constitue désormais un point de départ pour un dialogue placé sous le signe de la référence mais aussi du démarcage voire du rejet. Ainsi le « contemporain » « vieillit-il » en fonction de la logique des positions que les acteurs occupent au fil du temps les uns par rapport aux autres et lorsque ces positions relatives, en se modifiant, tendent à le donner à voir comme en train de devenir le « temps d’avant29 ».

  • 30 On pense en particulier à certaines prises de position publiques d’un François Bégaudeau ou d’un Ca (...)

14D’où les questionnements réflexifs que j’ai évoqués au début de mon propos et auxquels invitent également à leur manière certains appels pressants – voire provocateurs – à une forme d’aggiornamento de la littérature française, lancés par plusieurs jeunes écrivains30 qui, parlant depuis leur propre présent, remettent en question des représentations et des hiérarchies de valeurs qu’ils jugent pour leur part discutables.

Configuration 3 : processus de sélection et de classicisation

15Il apparaît ainsi que les processus par lesquels se configure la « littérature contemporaine » à l’université soulèvent en même temps toute une série de questions liées aux mécanismes de sélection à travers lesquels se délimite son périmètre.

  • 31 Sur ce point, voir Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Al (...)
  • 32 Outre les anciens reproches que lui adressait Barthes (voir Gianfranco Rubino, 2013, « Problèmes d’ (...)
  • 33 La probabilité de figurer en haut du palmarès est fortement corrélée au profil monographique (voir (...)
  • 34 Selon la formule utilisée par Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft dans la préface de Narrations (...)

16Le travail critique développé depuis les années 1990 sur la littérature des années 1980 et suivantes s’est accompagné en effet d’un processus de valorisation différenciée qui a imposé au premier plan un certain nombre d’écrivains dont l’œuvre, encore en cours, a d’ores et déjà acquis une forte légitimité au sein de la sphère universitaire. Ce sont les noms de ces écrivains que l’on retrouve massivement dans les publications universitaires consacrées au « contemporain » ou dans les sujets de thèse déposés, au risque de voir se transformer des pratiques vivantes en palmarès figés et en ordres de préséance discutables, même si la forte visibilité de ces auteurs dans la recherche doctorale ne doit pas non plus occulter trop vite la part d’ouverture dont cette dernière témoigne quand on considère le palmarès dans sa totalité et en prenant en compte les approches transversales31. Il n’en demeure pas moins que, tout autant que l’approche monographique continue à prévaloir, elle fonctionne32 comme un mécanisme de valorisation supplémentaire des écrivains déjà les plus légitimes puisque le mode d’approche le plus généralement choisi pour les auteurs pleinement légitimés est l’étude monographique, laquelle contribue à son tour à renforcer ladite légitimité33. Le risque est ainsi de produire une photographie excessivement restreinte, voire restrictive du « contemporain », par la pratique d’un double « réductionnisme » qui menacerait de « vitrifier34 » ce dernier à travers une logique axiologique qui, produisant des « classiques contemporains », finirait par déboucher sur une forme de « contemporanéité restreinte ».

  • 35 Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », art. cit., p. 566.
  • 36 Les « “majores de notre temps” étant eux-mêmes menacés par le discours qui les exhausse » (Ibid., p (...)

17Ce risque de réduction est d’abord lié « à la limitation des œuvres posées comme représentatives de leur temps et qui acquièrent une valeur canonique au détriment de la pluralité toujours complexe de la littérature35 » ainsi qu’à la menace toujours présente de figement des corpus et des catégories critiques, qu’il convient en conséquence de travailler sans cesse à redéfinir. Il est lié aussi à la menace de figement du discours sur ces mêmes œuvres36, la recherche universitaire ayant dès lors pour rôle principal d’accompagner l’œuvre en cours dans ses évolutions et ses renouvellements ou même ses ruptures, dans la mesure même où l’inachèvement des œuvres fait partie intégrante de ce qui caractérise le « contemporain ».

  • 37 Soit, comme l’écrit Lionel Ruffel, un palmarès qui tendrait à se caractériser par une « écrasante m (...)
  • 38 Avec aussi, en France, le poids institutionnel des concours de recrutement de l’enseignement second (...)
  • 39 Par opposition au domaine de l’art.

18Cette logique réductionniste, en tant que processus de sélection, voire de « classicisation », pose problème tant par ce qui est sélectionné (ou rejeté) que par les critères utilisés pour ces sélections, au point que certains ont pu en déplorer et en dénoncer les effets : production d’un palmarès finalement très convenu ou attendu37 et rôle normatif de la recherche en littérature avec, peut-être ici, les effets induits par l’articulation institutionnelle étroite entre recherche et enseignement dans une discipline qui, en tant qu’elle est aussi discipline du secondaire38, est vouée à produire de la valeur en même temps que des œuvres de référence39.

19Mais elle pose également problème parce qu’elle risque d’empêcher de saisir pleinement certains phénomènes de fond liés à des mutations dont l’un des enjeux est la remise en question des catégories avec lesquelles nous avons l’habitude de penser et de recevoir la littérature d’un point de vue institutionnel : développement des écritures migrantes qui conduisent à réinterroger les notions de « littérature française » mais aussi de « littérature francophone » ; transformations, au-delà même de l’irruption du numérique, des conditions de production et de réception de la littérature ; évolutions de la relation entre littérature et livre ; pratiques nouvelles d’écrivains dont l’activité relève aussi des arts visuels et plastiques.

Configuration 4 : une question de pratiques ?

20Ainsi me paraît-il pertinent de poser la question de la « littérature contemporaine » d’une autre manière encore : en interrogeant l’évolution des pratiques au sein de l’université et les évolutions institutionnelles qui se sont fait jour dans la façon dont celle-ci accueille, analyse, légitime le contemporain puisque ce sont aussi ces pratiques qui contribuent à configurer ce qui est désigné comme tel. Il s’agirait en quelque sorte d’observer l’observateur, et de faire une histoire de l’institution universitaire de ces vingt-cinq dernières années dans ses rapports avec la littérature de son temps.

21Cela reviendrait à développer et approfondir l’analyse de toute une série de phénomènes :

  • suivre, au plus près qu’il est possible, le processus par lequel la part de la littérature la plus récente a pu s’accroître quantitativement dans les pratiques canoniques (cours, séminaires, directions de thèse, etc.) tout en contribuant à les transformer au moins partiellement ;

    • 40 Voir par exemple : Dominique Rabaté, 2007, « Récit ou roman ? Réflexions actuelles sur un débat fra (...)

    évaluer l’influence de certaines approches théoriques et méthodologiques (la poétique, la génétique des textes40) dans l’accueil réservé à la littérature contemporaine ;

    • 41 Selon des formes de partenariat divers qu’il conviendrait de répertorier et d’analyser.

    voir comment se sont progressivement mises en place des pratiques nouvelles au sein de l’institution universitaire, à travers le développement des invitations d’écrivains dans les séminaires ou les colloques, mais aussi à travers leur participation à des ateliers d’écriture ou le développement de résidences d’auteurs ; à quoi il faut ajouter certaines formes de sortie de l’université hors de ses murs41 ;

  • travailler sur le personnel universitaire lui-même et sur son mode de relation à la littérature vivante (implication des universitaires dans la création ou l’édition littéraire ; place et rôle des revues, universitaires ou non, dans lesquels ils interviennent, etc.)

  • 42 Pour les difficultés ou les pièges auxquels ils peuvent se trouver confrontés, voir en particulier (...)

22Autant d’aspects à travers lesquels peut s’opérer une mise en perspective du rôle nouveau que l’université a été amenée à jouer, et de la façon dont les universitaires ont pu faire le choix d’être à leur manière des acteurs de la vie littéraire d’aujourd’hui, avec tout le questionnement réflexif que cela implique42. Il reste enfin à s’efforcer d’inscrire ces évolutions au sein d’une histoire plus générale, incluant la transformation du champ littéraire pendant la période considérée, l’évolution des politiques culturelles et des attentes des différents acteurs de la vie littéraire, sans oublier bien sûr la prise en compte de l’évolution de la demande sociale adressée à l’université.

Notes

1 Dans le domaine de l’art contemporain, voir en particulier : Christian Ruby, 2007, Devenir contemporain ? La Couleur du temps au prisme de l’art ? Paris, Éditions Le Félin et Catherine Naugrette, 2011, Qu’est-ce que le contemporain ?, Paris, L’Harmattan, t. 1, « Arts et médias » ; dans le domaine littéraire, qui nous concerne plus directement, voir René Audet (dir.), 2009, Enjeux du contemporain. Études sur la littérature actuelle, Québec, Nota bene, « Contemporanéité », Mathilde Barraband (dir.), 2013, Tangence nº 102 : L’Histoire littéraire du contemporain, Université du Québec à Rimouski/Université du Québec à Trois-Rivières, et Lionel Ruffel, 2010, Qu’est-ce que le contemporain ?, Nantes, Éd. Cécile Defaut ; auxquels viennent s’adjoindre des intitulés tels que : L’inactualité. La littérature est-elle de son temps ? (Gilles Bonnet (dir.), 2013, Paris, Hermann) ou Vous avez dit contemporain ? Enseigner les écritures d’aujourd’hui (Jean-Luc Bayard et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.), 2007, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne). Voir aussi Laurent Demanze, s. d., « Le contemporain à l’université » [En ligne], consulté le 10 janvier 2014, URL : http://ecrit-cont.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique27 et Dominique Viart, « De la littérature contemporaine à l’université : une question critique » [En ligne], consulté le 10 janvier 2014, URL : http://www.fabula.org/atelier.php?De_la_litt%26eacute%3Brature_contemporaine_%26agrave%3B_l’universit%26eacute%3B%3A_une_question_critique.

2 Voir à ce sujet les ouvrages qui se sont multipliés au tout début des années 2000 et qui traitaient de la situation et des pouvoirs de la littérature.

3 Lionel Ruffel, 2010, « Introduction », Qu’est-ce que le contemporain ?, op. cit., p. 9.

4 Sur la base d’une définition a minima dans laquelle le « contemporain » se définit de manière glissante en fonction du point de vue depuis lequel on le saisit – le contemporain comme notre contemporain – et se délimite comme un « âge » (voir à ce sujet : Vincent Descombes, 1998, « Une question de chronologie », in Jacques Poulain, Penser le présent, Paris, L’Harmattan, p. 21) dont l’extrémité n’existe que par défaut (voir : René Audet, « Le contemporain. Autopsie d’un mort-né », in René Audet (dir.), Enjeux du contemporain, op. cit., p. 8) puisque son terminus ad quem reste en suspens.

5 Voir par exemple les chiffres fournis dans le tableau récapitulatif qui figure à la fin de l’article « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses » (Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, Revue d’histoire littéraire de la France vol. 111, nº 3, Paris, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 709-716) : 273 auteurs encore vivants et actifs sont présents dans les intitulés de sujets de thèse en juin 2008 dans le Fichier central des thèses pour la rubrique « Littérature et Civilisation Françaises ».

6 Voir Pierre-Louis Rey, 2013, « Les classiques de demain », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 113, nº 3 : L’Histoire littéraire face à la création contemporaine, Paris, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 523.

7 Et la plupart du temps en leur présence.

8 René Audet, 2009, « Le contemporain. Autopsie d’un mort-né », art. cit., p. 7.

9 Non plus que les critiques que l’expression a pu susciter, certains soulignant son flou définitionnel ainsi que ses usages sujets à variations. Pour l’émergence de l’expression, on se reportera au numéro 41 de la revue Po&sie (L’extrême contemporain, 2e semestre, 1987).

10 Voir Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 113, nº 3, op. cit., p. 567.

11 Plutôt que l’idée d’un contemporain qui serait porté à son plus haut degré d’intensité esthétique.

12 Dominique Viart propose la découpe 1975-1984 comme moment où s’opère, dans la production littéraire, cette mutation significative (voir, par exemple, Dominique Viart, 2013, « Histoire littéraire et littérature contemporaine », Tangence n° 102, op. cit., p. 123-125).

13 « Champ d’étude du récit actuel et contemporain », anciennement « Centre d’études sur le roman des années cinquante au contemporain ». Il s'inscrit au sein de l'UMR 7172 THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité), Université Paris 3-Sorbonne nouvelle /CNRS / École normale supérieure.

14 Par opposition à « moderne ».

15 Le tout sans qu’il soit certain que l’usage du mot « actuel » n’en vienne pas très vite à susciter à son tour autant de difficultés qu’il tente d’en résoudre (voir les débats actuels sur l’inactualité de la littérature).

16 Voir Dominique Viart et Bruno Vercier, 2008 [2005], La Littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas ; et aussi Gianfranco Rubino et Dominique Viart (dir.), 2012, Écrire le présent, Paris, Armand Colin, « Recherches ». Rappelons que le groupe de recherche créé à l’Université Paris 7 par Francis Marmande utilisait déjà l’intitulé « littérature au présent », aujourd’hui largement employé pour désigner la littérature de la période immédiatement contemporaine.

17 Pour un rappel de l’étymologie du mot siècle comme pour le problème des décalages entre siècles historiques et siècles littéraires, voir Pierre-Louis Rey, 2013, « Les classiques de demain », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 113, n° 3, op. cit., p. 514-515.

18 Voir Marie Galvez, 2013, « Comment traiter la littérature contemporaine dans une bibliographie d’histoire littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 113, n° 3, op. cit., p. 597-605.

19 Un travail à travers lequel notre contemporain, en tant que réalité mouvante et labile que le temps décale et déclasse en permanence, tente de s’objectiver, non sans les difficultés spécifiques que posent dans son cas les modalités de son entrée possible dans la perspective longue de l’histoire littéraire et de son historicisation.

20 10 ans, 30 ans, 50 ans, voire 100 ans (voir à ce sujet : Mathilde Barraband et Julien Bougie, « Un projet contrarié. L’histoire de la littérature contemporaine française au tournant du xxsiècle », Tangence n° 102, op. cit., p. 37). Se pose aussi, de manière plus générale, la question de savoir dans quelle mesure il est possible de fixer à chaud avec un minimum de fiabilité la limite où s’arrêterait la période précédant ce contemporain, dotant ainsi ce dernier d’une identité qui ne serait pas simplement réductible à la seule contemporanéité des phénomènes et de leurs commentateurs.

21 Voir Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », art. cit., p. 567. Bruno Blanckeman y rappelle aussi comment l’article de Kibedi Varga (« Le récit post-moderne », 1990, Littérature n° 77, février) est le premier en 1990 à pointer ce tournant des années 1980 (Ibid., p. 563).

22 Soit, en quelque sorte, une période par défaut.

23 De sorte que, pour l’histoire littéraire, comme l’écrit Dominique Viart, « la littérature contemporaine d’une époque donnée n’y est jamais que le point de fuite d’une histoire qui continue » (Dominique Viart 2013, « Histoire littéraire et littérature contemporaine », art. cit., p. 113).

24 Mathilde Barraband, 2013, « Liminaire », Tangence n° 102, op. cit., p. 7.

25 Alain Vaillant, 2013, « L’histoire littéraire du contemporain : l’éternel retour », Tangence 102, op. cit., p. 16.

26 De sorte qu’en réalité la saisie du « contemporain » dans et par l’histoire littéraire suppose, contre l’illusion de la contemporanéité parfaite entre les deux, une série de décalages entre production et réception des textes. Et cela, même si cette volonté de saisie du « contemporain » apparaît directement liée au raccourcissement des circuits et des temporalités entre production et réception des œuvres.

27 Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », art. cit., p. 567.

28 Soit « le » contemporain vs « notre » contemporain.

29 On pense en particulier aux inflexions repérables dans le domaine des écritures de l’histoire ou du travail, mais aussi dans les formes de l’engagement et du rapport à la communauté (voir Aurélie Adler, 2012, « Fictions de la communauté : effraction, reconstitution, altération », in Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft (dir.), Narrations d’un nouveau siècle. Romans et récits français (2001-2010), Paris, Presses Sorbonne nouvelle, p. 83-93). Voir aussi, à propos de l’autofiction, l’article d’Yves Baudelle, « L’autofiction des années 2000 : un changement de régime ? » (Ibid., p. 145-157). De même, des inflexions sont lisibles lorsque certains écrivains (par exemple Jean Rolin, Jean Rouaud ou Annie Ernaux) procèdent, selon des modalités au demeurant diverses, à un travail de reprise à travers lequel ils déplacent leur position énonciative pour ressaisir autrement le présent qui a été le leur et qu’ils regardent désormais en tant que passé. Ou encore quand des textes des années 2000 qui s’inscrivent dans la démarche même de ressaisie du xxe siècle le font depuis une position qui tend désormais à construire ce dernier comme « le temps d’avant » (voir à ce sujet : Marie-Odile André, 2012, « Le xxe siècle ou le temps d’avant », ELFe xx-xxi n° 2 : Quand finit le xxe siècle ?, Paris, Classiques Garnier, p. 127-139), en particulier lorsqu’ils fondent leur démarche même d’écriture non plus sur une proximité douloureuse et une sortie non moins douloureuse du silence mais sur le sentiment d’une surabondance de discours et d’images doublé d’une approche largement renouvelée des questions liées à la transmission (par exemple chez Olivia Rosenthal).

30 On pense en particulier à certaines prises de position publiques d’un François Bégaudeau ou d’un Camille de Toledo ou celles encore du collectif Inculte.

31 Sur ce point, voir Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses », art. cit., en particulier p. 701-706.

32 Outre les anciens reproches que lui adressait Barthes (voir Gianfranco Rubino, 2013, « Problèmes d’approche : auteurs, typologie, chronologie », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 113, nº 3, op. cit., p. 583).

33 La probabilité de figurer en haut du palmarès est fortement corrélée au profil monographique (voir Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses », art. cit., en particulier p. 702).

34 Selon la formule utilisée par Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft dans la préface de Narrations d’un nouveau siècle, op. cit., p. 7.

35 Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », art. cit., p. 566.

36 Les « “majores de notre temps” étant eux-mêmes menacés par le discours qui les exhausse » (Ibid., p. 567).

37 Soit, comme l’écrit Lionel Ruffel, un palmarès qui tendrait à se caractériser par une « écrasante majorité d’œuvres narratives écrites par des hommes non-immigrés de plus de 55 ans (ou disons nés avant 1955, c’est-à-dire avant la fin du baby-boom) », Lionel Ruffel, 2013, « Inactualité du contemporanéisme littéraire », in Gilles Bonnet (dir.), L’inactualité. La littérature est-elle de son temps ?, op. cit., p. 200.

38 Avec aussi, en France, le poids institutionnel des concours de recrutement de l’enseignement secondaire.

39 Par opposition au domaine de l’art.

40 Voir par exemple : Dominique Rabaté, 2007, « Récit ou roman ? Réflexions actuelles sur un débat français », in Jean-Luc Bayard et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.), Vous avez dit contemporain ? Enseigner les écritures d’aujourd’hui, op. cit., p. 19.

41 Selon des formes de partenariat divers qu’il conviendrait de répertorier et d’analyser.

42 Pour les difficultés ou les pièges auxquels ils peuvent se trouver confrontés, voir en particulier Michèle Touret, 2013, « Les morts sont sans défense », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 113, no 3, op. cit., p. 607-619.

Auteur

Marie-Odile André est maître de conférences HDR à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre du Champ d’étude du récit actuel et contemporain (CERACC) au sein de l’UMR 7172 THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité), Université Paris 3-Sorbonne nouvelle/CNRS/École normale supérieure. Elle travaille plus particulièrement sur les formes du récit contemporain, sur les figures de l’écrivain, sur les processus de réception de la littérature et de construction de la valeur. Elle a fait paraître en 2015 aux Éditions Honoré Champion (coll. « Littérature de notre siècle ») Pour une sociopoétique du vieillissement littéraire. Figures du vieil escargot.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540