Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le récit minimal

 | 
Sabrinelle Bedrane
, 
Françoise Revaz
, 
Michel Viegnes

Dimensions et critères du récit minimal

La brève comme récit minimal

Les « Nouvelles en trois lignes » de Félix Fénéon (Le Matin, 1906)

Jean-Michel Adam

À Gerald Prince (Tel Aviv 1979 – Fribourg 2009)

Texte intégral

  • 1 Jean-Michel Adam, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris (...)

1L’argumentaire du colloque nous incitait à réfléchir sur un corpus de « récits minimaux » issus de la littérature et d’autres champs, tels que cinéma, bande dessinée et presse écrite. Les études littéraires inscrites au programme étant assez nombreuses, j’ai choisi d’analyser un corpus de presse écrite qui me permettra d’aborder la question des critères de définition du récit minimal en procédant à une analyse textuelle1 d’un genre narratif du discours journalistique.

  • 2 Daniel Grojnowski, « Félix Fénéon ou l’art de la dépêche », in Critique 524-525, Paris, Minuit, 199 (...)

2En 1905, le quotidien parisien Le Matin introduit la rubrique des NOUVELLES EN TROIS LIGNES, des brèves de 110 à 130 signes sur trois lignes, sur une colonne de la page 3. De mai à novembre 1906, Félix Fénéon a collaboré anonymement à cette rubrique. Si l’on considère le cas du journal du 30 juillet 1906, sur 19 brèves réparties en rubriques (« Banlieue parisienne », « Départements » et « étranger »), 5 seulement lui sont attribuables au vu des « Nouvelles » retrouvées dans un cahier des archives Fénéon, collées en vrac, sans mention de dates de publication. D’un point de vue linguistique, l’avantage d’un tel corpus est de présenter un ensemble variationnel de près de 1200 textes écrits sous une triple contrainte : générique (genre de la brève journalistique), sémantique (un genre de l’information soumis à la vériconditionnalité), syntaxique et textuelle (brièveté). Fénéon s’est livré à un travail sur un genre de l’information journalistique, sans chercher à faire œuvre d’écrivain. Ses textes manifestent « ce que d’ordinaire l’écrit de presse réprime : une obédience scripturale qui en fait des objets construits, saturés d’effets de toutes sortes, rhétoriques, prosodiques, stylistiques2. » À cela, il faut ajouter le fait que ces textes interrogent, avec l’agir humain, la narrativité de l’écriture de presse.

  • 3 Ibid., p. 97.
  • 4 Ibid.
  • 5 Nicole Bilous, « Journalisme ou littérature ? Les Nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon », in M (...)
  • 6 Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Félix le Bref. Echos fugaces & lumière brève : le compendieux est (...)

3Regroupées et éditées après la mort de Fénéon, les « nouvelles en trois lignes » ont subi un retraitement éditorial. En 1948, Jean Paulhan les regroupe dans la troisième partie des Œuvres complètes (Gallimard). L’édition des seules Nouvelles en trois lignes, présentée par Patrick et Roman Wald Lasowski, avec des illustrations de Félix Vallotton (Macula 1990) reprend les Œuvres plus que complètes éditées par Joan U. Halperin (Droz 1970). Après plusieurs éditions partielles, l’édition du Livre de poche de 1998 ajoute quelques textes courts de Fénéon (notes et présentation d’Hélène Védrine). Cette « œuvre involontaire3 » fait discursivement sens dans ce nouveau cadre éditorial qui la décontextualise et l’auctorialise au point de la littérariser (c’est la position de commentateurs comme Grojnowski4, Bilous5 et Saint-Gérand6).

Première approche de la narrativité des brèves

4Comme Gerald Prince le dit ici même, je ne pense pas qu’une seule phrase contenant une assertion, un sujet et un verbe d’action suffise à constituer une forme minimale de récit. Ainsi, les trois brèves tirées de la page 3 du Matin du 30 juillet 1906, non attribuées à Fénéon :

À Constantinople, les douaniers ont été avertis que l’augmentation des droits de 3 % sera appliquée à partir du 1er septembre. (Laf.)
Le roi et la reine d’Espagne quitteront Santander aujourd’hui à 3h. de l’après-midi pour l’Angleterre, à bord de la Giralda. (Havas)
Victor-Emmanuel III et la reine douairière Marguerite ont assisté à Rome à une cérémonie à la mémoire d’Humbert Ier. (Laffan)

5Ces simples « nouvelles », au sens journalistique informatif premier du terme, répondent aux questions rhétoriques : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? voire même Pourquoi ? et Comment ? Elles n’engagent toutefois pas, en elles-mêmes, un processus de narrativisation. Elles décrivent une action et des acteurs situés dans un lieu et un temps, mais sans la jonction temporellement ordonnée d’une suite minimale de deux propositions liées, condition rappelée ici même par Gerald Prince et Dominique Combe.

6Ces trois brèves, limitant la représentation à un moment ponctuel d’un procès, ne possèdent qu’une narrativité potentielle. Elles peuvent être lues comme ces tableaux, photographies ou images qui présentent, en une sorte d’arrêt sur image, une scène biblique ou historique, ou un script d’actions stéréotypées. Ces énoncés pourraient figurer en position de simples légendes de photographies de presse. S’il s’engage dans un processus de narrativisation, le lecteur-interprétant est obligé d’imaginer un moment antérieur et/ou un moment postérieur à l’instant du procès représenté. Il est possible de narrativiser ce qu’on lit (ou voit), sans que le texte considéré soit pour autant structuré comme un « récit ».

7Au lieu de se limiter à la mention d’un fait isolé, Fénéon mêle souvent deux et même trois ou quatre faits divers. Cette surenchère de brièveté est manifeste dans (1) :

8(1) Mme Fournier, M. Vouin, M. Septeuil, de Sucy, Tripleval, Septeuil, se sont pendus : neurasthénie, cancer, chômage.

9La réunion, autour du noyau verbal au pluriel (« se sont pendus »), de trois faits divers se conclut, après la connexion marquée par les deux points, sur une accumulation de causes psychiques, physiques et sociales génératrices d’une vague de suicides sur la banlieue parisienne. La brève (2) est différente, mais également cumulative, elle réunit l’accidentel et l’intentionnel sous l’action d’un même agent/instrument du destin :

  • 7 Sauf indication contraire, c’est moi qui souligne.

10(2) Un suicide et un accident7 : des trains ont écrasé le berger Pichon, de Simandre (Ain), et un cantonnier à Famechon (Somme). (Havas)

11Le parallélisme fondé sur le prédicat « des trains ont écrasé » brouille la différence, pourtant significative, entre événement accidentel (la mort d’un cantonnier) et action intentionnelle (le suicide d’un berger). La plupart des brèves opèrent une narrativisation par adjonction d’une causalité et par construction textuelle d’un parallélisme qui se met à faire sens. Ainsi, en (3) :

12(3) Négociant parisien ruiné, Nicolas Darmont s’est pendu à Châtillon ; jaloux, quitté par sa femme, Gineys, de Deuil, s’est asphyxié.

13Les constituants syntaxiques en apposition, détachés à gauche (« Négociant parisien ruiné » et « jaloux, quitté par sa femme ») deviennent des prédicats ressemblant à des titres d’articles énonçant la cause des suicides des personnes nommées et localisées ensuite conformément aux lois de l’information journalistique : « Nicolas Darmont [Qui ?] s’est pendu [Quoi ?] à Châtillon [Où ?] » et « Gineys [Qui ?], de Deuil [Où ?], s’est asphyxié [Quoi ?] ». Les causes (réponses à la question Pourquoi ?) sont énoncées avant les faits (3) ou après (1). Les deux points [ : ] jouent le rôle de démarqueurs de sortes d’énoncés-titres. Les choses se compliquent avec l’articulation de deux faits comme en (4) :

14(4) La folle Bruguet, d’Asnières, tire à l’eau Petit qui lui tend sa gaffe : repêchés vifs ; mais à Alfortville, Kovopodski se noie.

15Le mais de (4) suffit à créer entre deux faits divers indépendants un lien qui semble seulement dire les hasards de la vie (à Asnières) et de la mort (à Alfortville) et l’ironie du sauvetage de celle qui voulait mourir et de la mort de celui qui ne le voulait probablement pas. Notons que le fait de placer le fait divers qui se termine mal en seconde position, après le mais argumentatif, oriente le texte ainsi créé dans le sens tragique. Dire que Kovopodski s’est noyé n’enclenche pas un récit. En revanche, la première partie de (4) ouvre sur une narrativité en enchaînant une suite d’actions. Le liage par mais transforme la noyade de Kovopodski en tragédie solitaire, comparativement aux sauveteurs explicites (Petit) et implicites (agent(s) de la participiale de clôture).

16En (5) et (6), en revanche, la connexion est absente. On est en présence de deux faits divers textuellement disjoints au point que P2 n’apparaît en aucune manière comme une suite possible de P1 (absence de connecteurs, d’anaphores et autres formes de reprises) :

17(5) [P1] Entre Deuil et Epinay on a volé 1 840 mètres de fils téléphoniques. [P2] à Carrières-sur-Seine, M. Bresnu s’est pendu à un fil de fer.

18(6) [P1] Un inconnu peignait d’ocre les murs du cimetière de Pantin. [P2] Dujardin errait nu par Saint-Ouen-l’Aumône. [P3] Des fous paraît-il.

19On observe ici un double déficit : déficit de textualité et déficit de narrativité. En (6), la troisième et dernière phrase opère le liage rétrospectif de P1 et P2, mais « paraît-il » est un marqueur de point de vue, d’un cadre médiatif par lequel une interprétation anonyme relie les deux faits divers. Sans prendre en charge énonciativement ce lien, l’énonciateur-narrateur les attribue à un « on dit », un locuteur anonyme dont il se dissocie. Il donne l’impression de laisser à la bonne conscience commune l’interprétation de la qualification des actes.

20Quand ce n’est pas à l’intérieur d’une même brève, c’est entre une suite de brèves que Fénéon invente un feuilleton. Un véritable feuilleton du vol de fils téléphoniques se développe par accumulation de quatre faits divers en (7) et de deux en (8). Ils sont de surcroît reliés par encore à une suite de faits divers analogues, supposés connus des lecteurs :

21(7) On a encore volé du fil téléphonique : à Paray, Athis-Mons et Morangis, 12 200 mètres ; à Long-jumeau, 17 kilomètres.

22(8) Des gens ont la passion des fils téléphoniques. Ils en ont encore pris 900 mètres à Gargan et 1 500 entre Epinay et Argenteuil.

23Alors que la première phrase de (8) « Des gens ont la passion des fils téléphoniques » introduit ironiquement un mobile passionnel de collectionneurs fous, celle de (9) :

24(9) On commençait à croire surnaturels les voleurs de fils télégraphiques. En voici un de pris pourtant : Eug. Matifos, de Boulogne.

25laisse entendre que la multiplication de ces vols a fait croire, un temps, à une manifestation d’êtres surnaturels. Cette ironie, qui touche à la fois le statut des agents et leurs mobiles, nous éloigne singulièrement de l’information journalistique. L’humour et l’ironie prennent le pas sur l’information, modifiant le genre en y imprimant la marque de l’opinion du journaliste qui transforme l’information brute d’agence de presse en schématisation déclarée, possédant une visée argumentative et traduisant une vision du monde.

Les fondements intentionnels de l’action narrative

26À ce stade de l’exploration du corpus, nous avons besoin d’affiner notre approche de la causalité narrative. En 1926, dans La Pensée et la langue, Ferdinand Brunot, tout en distinguant causes, motifs et raisons, soulignait l’impossibilité d’une description simplement syntaxique :

  • 8 Ferdinand Brunot, La Pensée et la langue, Paris, Masson, 1926, p. 803.

Causes, motifs, raisons. – La cause fait naître, le motif pousse à vouloir : la cause de vos ennuis, le motif de votre démarche ; les raisons sont des motifs éclairés. […] Le langage ne confond pas tout cela, mais il n’y a pas de syntaxes qui diffèrent d’une catégorie à l’autre. Causes, raisons, motifs vont ensemble, de sorte que nous pouvons et devons mener de front l’étude de tout ce qui est causalité8.

  • 9 Bertrand Gervais, Récits et actions, Québec, Le Préambule, 1990.
  • 10 Jean-Michel Adam et Françoise Revaz, L’analyse des récits, Paris, Seuil, coll. « Mémo », 1996.
  • 11 Ibid. p. 18.

27Avec Bertrand Gervais9, nous dirons des causes qu’elles sont suivies d’effets indépendants de l’intention d’agents. Ce qui les distingue des motifs et des raisons d’agir ou mobiles. Les récits à causalité diffuse se distinguent des récits où l’intentionnalité de l’action humaine est interrogée. Dans Adam & Revaz10, nous écrivions : « L’action se caractérise par le fait qu’elle implique une raison d’agir, un mobile, chez celui qui agit, ce qui entraîne, en outre, la responsabilité de l’agent quant aux conséquences de ses actes11 ». Gervais distingue utilement les motifs et les mobiles : les mobiles, rétrospectifs, sont les raisons qui incitent un personnage ou une personne à agir ; les motifs, prospectifs, rendent compte du but visé par un agent, de son projet intentionnel. Gervais distingue, par ailleurs, les moyens et le but : les moyens sont utilisés afin d’atteindre un but. La réponse à la question Pourquoi ? porte soit sur le mobile rétrospectif et les raisons d’agir ( = parce que explicatif), soit sur le motif prospectif et le but visé ( = pour).

Examinons en ce sens d’autres histoires de fils téléphoniques :

28(10) Lefloch, Bataille et Besnard n’avaient encore recueilli que 2 kilomètres de fil téléphonique quand, près d’Athis, on les arrêta.

29Ce texte se présente comme un simple liage verbo-temporel (suite PqP > PS) de faits renforcé par l’organisateur temporel « quand ». Cette temporalité dissimule les raisons et mobiles, pour « on » (organe policier dilué dans le corps social), d’arrêter Lefloch et Bataille : parce qu’ils volaient deux kilomètres de fils téléphoniques. « ne…que » laisse entendre qu’ils risquaient d’en « recueillir » (comme dit euphémistiquement le texte) beaucoup plus que deux kilomètres. Rien n’est dit du motif et du but visé par cette arrestation : les empêcher de commettre des attentats à la bombe ? Rien n’est dit non plus des intentions de Lefloch et Bataille. La narrativisation est ici réelle, mais qualitativement elliptique et donc minimale. Il en va de même en (11) :

30(11) X s’était coiffé d’une casquette administrative. Il put à loisir couper 2 900 m de fil téléphonique sur la route nationale 19.

31Les raisons des vols restent dans l’ombre, à moins d’admettre la motivation alléguée ironiquement en (8) d’une « passion » de tous ces gens pour les fils de téléphone. Une réponse pointe en (12) :

32(12) Au seuil du presbytère de Suippes (Marne), une boîte inoffensive émut pourtant, vu sa mèche allumée et ses fils de fer. (Dép. part.)

33Le connecteur concessif pourtant permet de revenir sur l’incompatibilité logique entre la propriété descriptive de la « boîte inoffensive » et l’émotion qu’elle déclenche. Si la boîte inoffensive fait peur, c’est qu’elle a l’air d’une bombe. Avec le motif non-dit de la bombe anarchiste, les vols de fils téléphoniques et télégraphiques prennent sens et se distinguent des simples fils de fer qui ne permettent pas de déclencher une explosion à distance. La brève (12) permet d’ironiser sur la peur engendrée par un objet inoffensif et de dénoncer ainsi la psychose du corps social.

34D’autres brèves mettent laconiquement en avant des motifs et mobiles des agents, engageant ainsi un processus minimal de narrativisation de ce qui ne serait, sans cela, que l’énoncé d’un fait isolé et donnant ainsi rétroactivement sens aux faits relatés :

35(13) Jules Marty, courtier en mercerie, 56 ans, et sa femme, 38 ans, se sont asphyxiés à Saint-Ouen. La misère.

36(14) Parce qu’il était trop pauvre (une femme, trois enfants), le cantonnier Pellevoisin, de Melle, s’est pendu.

37Les segments soulignés énoncent les déterminations socio-économiques (13) et (14) ou les raisons psychologiques (15) à (20) qui poussent autant de personnes au suicide. L’explication est soit donnée rétrospectivement – (13) et (15) –, soit prospectivement – (14) et (16) :

38(15) Louis Tiratoïvsky a mortellement blessé, à Aubervilliers, Madame Brécourt, et s’est suicidé. L’amour.

39(16) L’amour. À Mirecourt, Colos, tisseur, logea une balle dans la tête de Mlle Fleckenger et se traita avec une rigueur pareille.

40En raison de la non-actualisation du procès, l’énonciateur semble absent des phrases nominales que j’ai soulignées, mais cet effacement énonciatif n’est qu’un moyen d’énoncer polyphoniquement une vérité d’évidence ayant valeur de preuve, c’est-à-dire possédant argumentativement encore plus de poids. C’est d’ailleurs ce que souligne l’adverbe modalisateur de la phrase nominale qui conclut (17) :

41(17) À Oyonax, Mlle Cottet, 18 ans, a vitriolé M. Besnard, 25 ans. L’amour, naturellement. (Havas)

42Rien ne nous est dit des méandres de la passion (adultère, jalousie, folie), tout est syntaxiquement réduit à une simple causalité d’évidence, énoncée par des phrases nominales. Modalisateur d’assertion, syntaxiquement exophrastique, l’adverbe épistémique « naturellement » apparaît ici dans une suspension de l’énoncé. Une incise modale présente le point de vue de l’énonciateur comme ne relevant pas tant de sa subjectivité que de la norme naturelle ou logique posée comme instance garante de la vérité de la causalité assertée.

La narrativisation de la succession des énoncés de (18), avec sa chute explicative, est aussi intéressante qu’étonnante :

43(18) Sur le pont de Saint-Cyr, le peintre Maurice attendait son amie. Elle tardait. D’une balle, il se tua : ivresse et neurasthénie.

44La succession brute des phrases induit une suite factuelle dans laquelle le retard de l’amie du pauvre Maurice apparaît comme le mobile premier de son suicide. L’étrangeté de cet enchaînement causal est corrigée par une explication qui remonte plus loin dans la recherche des raisons de l’acte, en additionnant le mobile psychologique de la dépression et la cause factuelle de l’ivresse. Le « et » qui relie « ivresse et neurasthénie » les confond en même temps : le peintre boit-il par neurasthénie ? Le récit n’en dit rien, privilégiant en surface l’impression d’un suicide pour cause de retard à un rendez-vous.

45Avec (19) et (20), la causalité de (15), (16) et (17) est ironiquement dédramatisée :

46(19) Les jeux de l’amour à Béziers : Corniod, qui avait vécu sept ans avec Rosalie Petit, l’a percée de deux balles et s’est poignardé. (Havas)

47(20) L’amour ne veut décidément pas rester tranquille. Émile Comtet, 25, rue Davy, a percé de son couteau le sein de sa femme.

48La première phrase de (20) opère même une métamorphose du réel en faisant de « l’amour » non seulement un « jeu », comme en (19), mais un agent personnifié, en convoquant allusivement le petit dieu mythologique dont Andersen a dénoncé les méfaits, dans « Le méchant gamin ». Dans ce conte écrit en 1835, Andersen parle de ce « méchant Amor » qui poursuit tout le monde et décoche sa flèche fatale. Les hommes deviennent, en (20), les victimes d’une passion personnifiée. Le cumul des crimes passionnels trouve une explication mythologisante qui projette sur (19) un autre sens : les « jeux de l’amour » invoqués sont d’une part des jeux tragiques et, d’autre part, les jeux d’un petit dieu farceur un peu sadique.

49Une brève comme (21) ne nous laisse toutefois pas entrer dans cette dérive mythologique :

50(21) Il n’y a même plus de Dieu pour les ivrognes : Kersilie, de Saint-Germain, qui avait pris la fenêtre pour la porte, est mort.

51Le connecteur « même » présuppose qu’il n’y a plus de Dieu en ce monde. L’absence de « Dieu pour les ivrognes », conformément à l’expression populaire, est une preuve supplémentaire de cette absence. Le récit devient expression d’une vision du monde.

52La causalité se complique avec le mobile onomastique allégué en (22) :

53(22) Prenant au mot son état civil, Mlle Bourreau a voulu exécuter Henri Bomborger. Il survivra aux trois coups de couteau de son amie.

54Le verbe « vouloir » énonce le lien causal, plus exactement intentionnel, entre la construction détachée au participe présent et le noyau syntaxique de P1. Une distance humoristique découle de cette causalité différente des causalités affectives et sociales alléguées dans les autres exemples. La modalisation autonymique qui résulte de cet arrêt sur le patronyme de Mlle Bourreau tranche avec la priorité informative du genre de la brève journalistique. Au lieu d’oublier les mots au profit de l’information, (22) introduit un arrêt sur mot, mécanisme qui nous engage à relire des brèves comme (6) et à tirer du nom de lieu « Deuil » de P1 un lien avec le suicide par pendaison de P2. Oubliant alors les mobiles anarchistes de fabrication de bombes commandées à distance, les 1840 mètres de fils téléphoniques dérobés ouvrent la perspective de suicides massifs décimant la population.

55On est loin du constat de double ignorance des raisons d’agir que l’on trouve en (23) ou de l’identité des agents, comme en (24) :

56(23) Un cultivateur des environs de Meaux, Hipp. Deshayes, marié, père de quatre enfants, s’est pendu, on ne sait pourquoi.

57(24) Au hameau de la Boutaresse (Puy-de-Dôme) la veuve Giron a été étranglée, volée et pendue, on ignore complètement par qui. (Havas)

58La brève (25) prolonge cette ignorance sans la thématiser, mais en la faisant porter par une anaphore pronominale (« ils ») qui reste aussi opaque que les raisons d’agir des agresseurs :

59(25) Ayant terrassé l’afficheur Achille, ils le tirèrent sur toute la longueur de la passerelle d’Alfortville, puis le précipitèrent.

60Cette succession chronologique d’actions ne fournit que le noyau événementiel d’une histoire qui semble sans début ni fin.

Entre causalités événementielles et actions intentionnelles : les désordres du récit

61Ce dernier point va me permettre de revenir sur la distinction entre causalité événementielle, actions non-intentionnelles et actions intentionnelles. La suite des événements que dessine la seconde phrase de (26) est tragique en raison d’une causalité accidentelle qui apparaît comme entièrement externe à la malheureuse victime :

62(26) Dormir en wagon fut mortel [é1] à M. Émile Moutin, de Marseille. Il était appuyé contre la portière [é2] ; elle s’ouvrit [é3], il tomba [é4].

63[é2] cause > [é3] conséquence >> cause > [é4] conséquence >> cause > [é1].

64Les passés simples accentuent la brutalité de cette succession de causes non intentionnelles et de conséquences. Il en va de même en (27) et (28), selon une ligne plus chronologique :

65(27) M. Chevreuil, de Cabourg, sauta d’un tramway en marche [é1], se cogna contre un arbre [é2], roula sous son tram [é3] et mourut là [é4].

66(28) Comme son train stoppait [é1], Mme Parlucy, de Nanterre, ouvrit [é2], se pencha [é3]. Passa un express qui brisa la tête et la portière [é4].

  • 12 Jean-Michel Adam, Le Texte narratif, Paris, Nathan, coll. « Fac », 2e éd. revue et corrigée, 1994, (...)
  • 13 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard, 1966, p. 241.

67Dans ces deux brèves, la mise en série d’une suite de passés simples donne l’impression d’une chaîne inéluctable de causes et de conséquences. Le passé simple a la propriété linguistique de transformer une suite temporelle de faits en une chaîne causale. Avec cette accumulation de passés simples, les intentions, motifs et mobiles disparaissent12. La causalité ne semble plus prise en charge et la célèbre assertion de Benveniste s’applique totalement : « […] il n’y a même plus alors de narrateur. Les événements sont posés comme ils se sont produits à mesure qu’ils apparaissent à l’horizon de l’histoire. Personne ne parle ici ; les événements semblent se raconter eux-mêmes13. » Benveniste ajoute que le passé simple « est le temps de l’événement hors de la personne d’un narrateur ». Cet effacement énonciatif n’est bien sûr qu’une stratégie discursive.

68Malgré cela, une différence entre les actions subies et les actions volontaires est perceptible dans (29) et (30) :

69(29) Un bijoutier en faux du 3e arrondissement (nom inconnu) et sa femme pêchaient en bateau, à Mézy. Elle tomba. Il plongea. Disparus.

70(30) Dans le lac d’Annecy, trois jeunes gens nageaient. L’un, Janinetti, disparut. Plongeon des autres. Ils le ramenèrent, mais mort.

71Un personnage subit l’événement (« Elle tomba », « Janinetti disparut ») alors que la réaction des autres personnages (« Il plongea », « Plongeon des autres ») apparaît comme une réaction intentionnelle. Le lecteur peut rétablir lui-même les motifs et raisons d’agir supposés : se porter au secours de sa femme ou d’un compagnon de baignade. En (29), un long énoncé introductif à l’imparfait : « Un bijoutier en faux du 3e arrondissement (nom inconnu) et sa femme pêchaient en bateau, à Mézy » contraste avec la suite brutale de segments brefs au passé simple, au participe ou simple proposition nominale : « Elle tomba. Il plongea. Disparus. ». Le parallélisme morpho-syntaxique des phrases P2 et P3 met sur le même plan « elle » et « il », l’action non-intentionnelle (accident) et l’action intentionnelle (sauvetage tenté). Même contraste entre la première phrase de (30) et les suivantes : « Dans le lac d’Annecy, trois jeunes gens nageaient. L’un, Janinetti, disparut. Plongeon des autres. Ils le ramenèrent, mais mort ». L’alexandrin (deux fois six syllabes) de P1 contraste avec la chute monosyllabique du dernier mot (« mort »), tout aussi inéluctable et tragique que la phrase d’un mot qui établit le simple constat « Disparus » sur lequel (38) s’achève. Dans ces deux textes, le récit surgit sur le fond d’un cadre paisible, préalablement posé et minimalement décrit.

72Pour qu’une complétude narrative se dégage, il faut, dans le sens de la Poétique d’Aristote, la représentation d’une action une et un déroulement temporel. Pour définir cette unité de l’action, j’en retiens surtout une idée : « les parties que constituent les faits doivent être agencées de telle sorte que, si l’une d’elles est déplacée ou supprimée, le tout soit troublé et bouleversé. Car ce dont l’adjonction ou la suppression n’a aucune conséquence visible n’est pas une partie du tout » (51a30). Appliquons cela à (31) :

73(31) Son képi de forestier s’étant envolé, Christian, qui dévalait en char la pente de Vologne (Vosges), sauta et, tombant, se tua. (Dép. part.)

74Si le forestier Christian n’avait pas cherché à rattraper son képi envolé (é3), l’histoire aurait été différente. C’est parce qu’il saute (é3) qu’il tombe (é4) et qu’il se tue (é5).

75J’ai proposé de relire la proposition ternaire de la Poétique d’Aristote : « […] Les histoires doivent être agencées en forme de drame, autour d’une action une, formant un tout et menée jusqu’à son terme, avec un commencement, un milieu et une fin, […] » (59a17). À la lumière de la notion de procès et des cinq moments (m) constitutifs de l’aspect, on dispose d’un modèle qui peut expliquer la double structure ternaire du récit : Avant le procès, Procès, Après le procès, d’une part, et, d’autre part, par décomposition du procès lui-même : Début, Déroulement, Fin.

  • m1 = AVANT le procès (action imminente) = Pn1

  • m2 = Début du procès (commencer à, se mettre à) = Pn2

  • m3 = Pendant le procès (continuer à) = Pn3

  • m4 = Fin du procès (finir de) = Pn4

  • m5 = APRES le procès (accomplissement récent) = Pn5

76La complétude d’une suite d’actions unifiées – ce que j’appelle pour ma part une séquence narrative – est une transformation d’un certain nombre d’actions en une unité englobante, leur conférant sémantiquement valeur de m1, de m2, de m3, de m4 ou de m5. C’est cette transformation que j’appelle macro-propositions narratives (Pn) en renommant m1 = Situation initiale-Pn1, m2 = Nœud-Pn2, m3 = Ré-action ou Évaluation-Pn3, m4 = Dénouement-Pn4 et m5 = Situation finale-Pn5.

77Les premières phrases à l’imparfait de (29) et de (30) constituent un moment m1-Pn1 sur lequel survient un Nœud, déclencheur du récit, m2-Pn2 : (29) « Elle tomba » ; (30) « L’un, Janinetti, disparut ». Ouvrant le procès, le Nœud met en route la fable. C’est la clé de la mise en intrigue. C’est pour cette raison qu’il est mis en tête des récits (31) : « Son képi de forestier s’étant envolé » et (32) : « À peine humée sa prise », tandis que les relatives à l’imparfait introduisent rétroactivement la situation initiale Pn1 :

78(32) À peine humé sa prise, A. Chervel éternua et, tombant du char à foin qu’il ramenait de Pervenchères (Orne), expira. (Dép. part.)

79Dans la forme la plus complète de réalisation textuelle de cette structure, le noyau actionnel m3 est une (ré)Action-Pn3 : « Il plongea » en (29), « Plongeon des autres » en (30). Dans les autres cas, il est difficile de distinguer le début du procès (Pn2) de son déroulement (Pn3), en raison d’une faible distinction et hiérarchisation des moments.

80La complexité de la mise en intrigue que peut atteindre un récit minimal à très fort degré de narrativité est sensible en (29) : « Un bijoutier en faux du 3e arrondissement (nom inconnu) et sa femme pêchaient en bateau, à Mézy [Pn1]. Elle tomba [Pn2]. Il plongea [Pn3]. [ellipse Pn4] Disparus [Pn5] ». Le dénouement disparaît au profit de la seule mise en évidence de la tragique Situation finale-Pn5. Cette ellipse renforce l’idée d’absence de résolution. La brève (30) est, comparativement, plus complète : « Dans le lac d’Annecy, trois jeunes gens nageaient [Pn1]. L’un, Janinetti, disparut [Pn2]. Plongeon des autres [Pn3]. Ils le ramenèrent [Pn4], mais mort [Pn5] ».

81Les structures de (31) : « Son képi de forestier s’étant envolé [Pn2], Christian, qui dévalait en char la pente de Vologne (Vosges) [Pn1], sauta [Pn3] et, tombant [Pn4], se tua [Pn5] » et de (32) semblent aussi complètes : « À peine humée sa prise [Pn2], A. Chervel éternua [Pn3] et, tombant du char à foin [Pn4] qu’il ramenait de Pervenchères (Orne) [Pn1], expira [Pn5] ». Le Nœud-Pn2 de (31) n’est pas constitué par l’action de Christian, mais par un coup de vent, c’est-à-dire un événement dépourvu d’intentionnalité, réduit à l’état de cause factuelle. Le personnage réagit (Pn3) en sautant et cette intentionnalité réduite transforme le récit en fatalité funeste. En (27) et (33), aucune action ne se dégage vraiment pour constituer un Nœud-Pn2 ou un Dénouement-Pn4, ce qui a pour effet une suite mise à plat d’énoncés au passé simple :

82(27) M. Chevreuil, de Cabourg, sauta d’un tramway en marche [é1], se cogna contre un arbre [é2], roula sous son tram [é3] et mourut là [é4].

83(33) Foringer dit Rothschild, chiffonnier pantinois, rentra ivre, vida un litre de vin malgré son fils et le lui brisa sur la tête.

84Tout ce que j’ai dit de l’intentionnalité qui caractérise l’action narrative est inséparable d’un déroulement temporel qui engage des intérêts humains ou au moins une intentionnalité. La présence d’au moins un personnage, individuel ou collectif, sujet d’état (patient subissant) ou sujet agissant (agent) est un facteur unifiant des actions. C’est pourquoi l’inanimé mécanique subit parfois une transformation :

85(34) Une auto, qui vite décampa, a renversé une voiture, à Neuilly. Le cocher, Ch. Jacques, crâne fracturé ; M. Dumot, jambes rompues.

86(35) Boulevard Carnot au Vésinet, une automobile a attaqué à toute vitesse un troupeau de moutons. Trois moururent.

87Le verbe « décamper » et l’adverbe adjoint « vite » (34) induisent une intentionnalité et donc une anthropomorphisation de la voiture qui cherche à échapper à la loi. Le verbe « attaquer » utilisé en (35) transforme la voiture en prédateur animal, animé d’une intention de tuer, selon le script métaphoriquement transposé de l’attaque d’un troupeau par un loup. La différence entre la longueur de la phrase P1 chargée, dans les deux cas, d’établir la métaphoricité tranche avec le laconisme du rapport du résultat factuel : phrases nominales pour les hommes blessés et phrase verbale minimale pour (35). Avec l’hypallage de (36), le schéma s’inverse puisque la métamorphose n’apparaît que dans le tout dernier mot :

88(36) Les Blonquet suaient l’alcool. Un cabaretier de Saint-Maur osa leur refuser à boire. Ils le frappèrent d’un poignard indigné.

89La qualification décalée qui consiste à « attribuer à certains mots d’une phrase ce qui appartient à d’autres mots » (Littré) brouille la causalité. L’épithète « indigné », placée en position rhématique, est appliquée au substantif « poignard » alors que l’objet « poignard » ne peut pas être un support possible de sentiment humain. L’adjectif « indigné » présuppose un sentiment de colère qui heurte la conscience morale, le sens de la justice et ne s’applique donc pas à un objet inanimé. Il ne peut donc référer qu’au pronom « ils ». L’instrument (moyen) du meurtre est ainsi transformé en agent. La construction narrative est d’ailleurs très précise. P1 décrit un fait (l’état d’ébriété plus qu’avancé du couple Blonquet) qui devient le mobile pour le cabaretier introduit en P2 de refuser de leur servir à boire. L’ajout du verbe « oser » (avoir l’audace ou le courage de, comme dit Littré) introduit une claire intentionnalité du cabaretier. P2 est bien la conséquence de l’état du couple d’alcooliques décrit dans P1. P3 décompose l’acte du meurtre : en apparence, la succession des passés simples fait de l’assassinat la conséquence du refus, mais l’introduction décalée de l’indignation devient le mobile, résultant de P2 (refus de leur donner à boire). L’instrument de l’action devient alors agent pourvu d’une motivation et c’est son indignation qui semble le pousser à accompagner le geste meurtrier des ivrognes indignés. L’humour de cette brève réside dans le fait que l’agression à l’arme blanche d’un cabaretier par un couple d’ivrognes est élevée, de façon décalée, au niveau moral d’une réparation d’un sentiment d’injustice. Soulignons, pour conclure cette rapide analyse, que Fénéon préfère produire cette hypallage perturbatrice que nous renseigner sur l’état du courageux et téméraire cabaretier blessé ou tué à l’arme blanche. L’information ne semble pas sa priorité.

Conclusion

  • 14 Cette étude reprend partiellement un chapitre d’un livre consacré aux Genres de récits. Narrativité (...)

90Pour ne m’en tenir qu’aux questions que ce colloque nous proposait de soulever, je dirai que les brèves de Félix Fénéon m’apparaissent comme des variations sur le récit minimal. Depuis sa forme embryonnaire de récit potentiel jusqu’à sa forme minimale complète de séquence narrative. Cet exercice formel est cependant l’occasion d’une interrogation sur le sens de l’agir humain ; questionnement qu’une vision anarchiste ironique transforme en vaste fresque quotidienne de la folie humaine et des institutions. Une quarantaine d’exemples nous ont permis d’illustrer l’interrogation au centre du colloque, mais d’effleurer seulement le style et la vision du monde d’un écrivain-journaliste inimitable14.

Notes

1 Jean-Michel Adam, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, A. Colin, coll. « Cursus », 2e éd. revue et corrigée, 2011.

2 Daniel Grojnowski, « Félix Fénéon ou l’art de la dépêche », in Critique 524-525, Paris, Minuit, 1991, p. 98.

3 Ibid., p. 97.

4 Ibid.

5 Nicole Bilous, « Journalisme ou littérature ? Les Nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon », in Mélanges André Daspre, Publications de la Faculté des Lettres de Nice n°15, Nice, 1993, p. 207-226.

6 Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Félix le Bref. Echos fugaces & lumière brève : le compendieux est Fénéon », De la brièveté en littérature. Les Cahiers FORELL n°1, Université de Poitiers, 1993, p. 63-90.

7 Sauf indication contraire, c’est moi qui souligne.

8 Ferdinand Brunot, La Pensée et la langue, Paris, Masson, 1926, p. 803.

9 Bertrand Gervais, Récits et actions, Québec, Le Préambule, 1990.

10 Jean-Michel Adam et Françoise Revaz, L’analyse des récits, Paris, Seuil, coll. « Mémo », 1996.

11 Ibid. p. 18.

12 Jean-Michel Adam, Le Texte narratif, Paris, Nathan, coll. « Fac », 2e éd. revue et corrigée, 1994, p. 233-257.

13 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard, 1966, p. 241.

14 Cette étude reprend partiellement un chapitre d’un livre consacré aux Genres de récits. Narrativité et généricité des textes (Louvain-la-Neuve, Academia, 2011).

Auteur

Jean-Michel Adam est professeur de linguistique française à l’Université de Lausanne depuis 1984. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, traduits dans plusieurs langues, sur la linguistique textuelle, la description, l’analyse du discours littéraire et l’argumentation publicitaire. Après avoir publié, avec Ute Heidmann, deux livres qui accordent une grande importance à la question des genres de discours et des contes : Le texte littéraire, Pour une approche interdisciplinaire (Academia-Bruylant, 2009) et Textualité et intertextualité des contes (Classiques Garnier, 2010), il vient de publier Genres de récits, Narrativité et généricité des textes (Academia-L’Harmattan, 2011).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540