Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Annie Ernaux

 | 
Pierre-Louis Fort
, 
Violaine Houdart-Merot

L'engagement du lecteur

Regarde l’auteure mon amour : engagement et célébrité

Lyn Thomas

Texte intégral

  • 1 Annie Ernaux, 2014, Regarde les Lumières mon amour, Paris, Seuil.

1Si cet ouvrage semble confirmer que chaque texte d’Annie Ernaux constitue un nouvel engagement politique, c’est peut-être dans ses journaux extérieurs, dont le dernier – Regarde les lumières mon amour1 – est le sujet principal de ce texte, qu’Annie Ernaux exprime des avis politiques de la manière la plus directe, la forme du journal se prêtant à l’expression d’avis et de réflexions personnelles, et son caractère extime invitant à des commentaires sur l’expérience tout à la fois vécue et quotidienne de l’ordre social. Dans Regarde les lumières mon amour le choix du sujet n’est évidemment pas neutre – il permet des observations sur la construction sociale du genre, sur le fonctionnement du pouvoir à travers la consommation, ainsi que sur la présence et l’interaction de différences sociales fortes, de classe et d’ethnie, dans un seul et immense espace. La participation même au projet « Raconter la vie » lancé par Pierre Rosanvallon aux éditions du Seuil, qui a pour but d’ouvrir l’espace littéraire à des voix qui sinon n’y seraient pas entendues, est en lui-même un acte politique. Qu’elle le veuille ou non, en y participant, Annie Ernaux lui confère de la valeur, apporte avec elle sa célébrité, les connotations liées à son nom, en tant qu’auteure consacrée, mais en même temps sujette à controverses. Son livre attire ainsi l’attention des médias sur le projet de la série. En même temps, sa présence dans une série publiée en partie en ligne et exploitant efficacement les médias sociaux apporte une nouvelle médiatisation de l’œuvre ernausienne, publiée jusque-là avec quelques exceptions chez Gallimard, maison d’édition qui s’est montrée relativement réticente par rapport à l’Internet, n’ayant créé un compte Twitter qu’en 2009 et une page sur Facebook qu’en 2011. Déjà donc, on constate l’intersection de l’engagement et de la célébrité par rapport à ce livre.

2Je voudrais analyser de plus près le personnage de l’auteure engagée et observatrice de la société contemporaine qui se construit dans Regarde les lumières mon amour, ainsi que la réception du texte et de ce personnage par la presse. Dans son article sur le rôle des photographies dans la représentation de soi des écrivains, Jérôme Meizoz suggère que chaque entrée en scène littéraire – que ce soit en donnant un entretien à la presse, en passant à la télévision ou en participant à un salon littéraire – fait partie du travail de construction de l’image de l’auteur, qu’il nomme « la posture » et dont il donne une définition qui ne se limite pas à la médiatisation contemporaine :

  • 2 Jérôme Meizoz (2014), « Cendrars, Houellebecq : Portrait photographique et présentation de soi », C (...)

Sur la scène d’énonciation de la littérature, l’auteur ne peut se présenter et s’exprimer que muni de sa persona, sa posture. Ainsi la posture est-elle constitutive de toute apparition sur la scène littéraire. Elle ne concerne pas seulement les artistes qui se composent sciemment une identité publique pour des raisons de publicité. Les postures ne sont donc pas des créations de l’ère médiatique, mais inhérentes à la dimension publique de l’activité littéraire2.

  • 3 Lyn Thomas, 2005, Annie Ernaux, Écrire à la première personne, Paris, Stock.
  • 4 Isabelle Charpentier, 1999, Une Intellectuelle déplacée : enjeux et usages sociaux et politiques de (...)

3Selon Meizoz, la posture n’est pas la création du seul écrivain, mais un « phénomène interactionnel, résultant d’une co-construction d’éléments par l’auteur et tous ses médiateurs (biographes, journalistes, critiques, lecteurs, etc.) ». Si l’on accepte cette définition, l’engagement serait non seulement un acte politique sur le plan personnel, mais une partie de la « posture » de tel ou tel écrivain ; il serait donc constitué non seulement des actes, des apparences et des paroles de l’auteur, mais aussi de la réponse à ceux-ci par d’autres acteurs, la réception devenant ainsi un sujet d’étude important si on veut parler de l’engagement d’un écrivain. Je ferai donc ici un « retour sur les lieux » de ma première étude de la réception de l’œuvre d’Annie Ernaux3 et de celles d’autres chercheurs, notamment Isabelle Charpentier (sans prétendre à l’étendue et à la rigueur de ses travaux4 menés dans le cadre d’une thèse universitaire).

  • 5 Annie Ernaux, 1984, La Place, Paris, Gallimard.

4Inévitablement l’engagement est juxtaposé à d’autres éléments de la posture qui résultent autant du contexte du champ littéraire et du champ culturel plus large, que de l’activité des acteurs mentionnés, ce que Meizoz nomme « le répertoire ». La culture de la célébrité est un élément important de ce contexte et donc du personnage public de l’écrivaine Annie Ernaux, ce qui peut créer des tensions avec l’engagement politique de celle-ci. Je considérerai ces tensions dans la posture de l’écrivaine non seulement dans les termes proposés par Meizoz, c’est-à-dire par rapport à tout ce qui est externe à l’écriture, mais aussi dans le texte lui-même, car c’est ici qu’on est au cœur de l’engagement d’Annie Ernaux. Le mot « posture » a donc, dans mon propos, un double sens – la place prise par l’auteure dans le texte, qu’on peut appeler la posture interne, et sa place dans le monde, ou posture externe. Dans le premier sens, la posture comme place assumée dans le texte, se retrouve dès La Place5 ainsi que l’auteure le précise dans son entretien avec Frédéric-Yves Jeannet :

  • 6 Annie Ernaux avec Frédéric-Yves Jeannet, 2003, L’Écriture comme un couteau, Paris, Stock, p. 36.

Tout ce que je sais, c’est que ce livre a inauguré comme je l’ai dit une posture d’écriture, que j’ai toujours, exploration de la réalité extérieure ou intérieure, de l’intime et du social dans le même mouvement, en dehors de la fiction6.

  • 7 Lyn Thomas, op. cit., p.191.

5Évidemment les deux aspects de la posture, externe et interne aux textes, sont entremêlés plutôt que séparés dans la réception par des lecteurs – ce qui crée une posture globale, où on mélange l’écriture et les apparences publiques de l’écrivain, tendance que j’ai notée dans mon étude des lettres de lecteurs reçues par Annie Ernaux7.

  • 8 Pierre Bourdieu, 1991, “Le champ littéraire”, Actes de recherche en sciences sociales, vol. 89, sep (...)
  • 9 Grâce à Fabrice Thumerel et au colloque qu’il a organisé à Arras, ce terme est bien installé dans l (...)
  • 10 Isabelle Charpentier, 2007, «Des passions critiques pas si simples: Réceptions critiques de Passion (...)
  • 11 Pierre Bourdieu, 1992, Les Règles de l’Art : Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.
  • 12 Joe Moran, 2000, Star Authors: Literary Celebrity in America, Londres et Sterling Virginia, Pluto P (...)

6Un deuxième point de départ important pour cette discussion est l’analyse faite par Pierre Bourdieu des deux sous-champs de la production littéraire, celui de la production restreinte et consacrée, et celui de la grande production commerciale8. Annie Ernaux semble depuis longtemps occuper un entre-deux entre les deux sous-champs9. Dans la réception de ses livres, on voit tous les signes de la lutte du sous-champ de la production consacrée pour garder son statut et se différencier de la grande production commerciale. Comme Isabelle Charpentier l’a démontré, c’est particulièrement au moment de la publication de Passion simple que la réception d’un texte d’Annie Ernaux devient le champ de cette bataille. La brièveté et le sujet de ce texte relient culture populaire et féminité, et, pour cette raison, disqualifient l’œuvre et mettent en danger la consécration d’Annie Ernaux qui avait pris de l’élan lors de l’attribution du Prix Renaudot pour La Place en 198410. En France, ces luttes et conflits semblent particulièrement aigus, la littérature jouissant encore d’une place culturelle relativement centrale, mais en même temps étant sujette aux mêmes forces économiques qu’ailleurs. Bourdieu explique que le personnage charismatique de l’auteur joue un rôle clé dans le fonctionnement du champ de la production pure ou restreinte, garantissant, par la croyance que l’auteur est un génie et un être extraordinaire, la valeur de l’œuvre11. Dans son analyse de la célébrité littéraire aux États-Unis, Joe Moran relie « l’illusio charismatique » de Bourdieu aux études récentes de la célébrité, en faisant le lien entre le système des stars du cinéma hollywoodien et le fonctionnement des maisons d’édition12. Selon Moran, les auteurs « star » sont représentés en même temps comme des êtres extraordinaires et comme nos proches, leur vie privée étant pillée par la recherche d’histoires dont « l’intérêt humain » attirera les lecteurs. En France, on n’en est peut-être pas encore là, néanmoins la culture contemporaine des célébrités s’ajoute à « l’illusio charismatique » dont parle Bourdieu. La plupart des écrivains contemporains se trouvent contraints de participer de manière de plus en plus active au marketing de leurs livres : signatures, radio, télévision, site Internet etc. Dans sa thèse, Marie-Laure Rossi constate :

  • 13 Marie-Laure Rossi, 2013, Écrire en régime médiatique: Marguerite Duras et Annie Ernaux, thèse soute (...)

Dans la pratique de son métier d’auteur, il est amené très fréquemment à entretenir la proximité avec ses lecteurs dans le cadre de lectures pour des institutions culturelles, de séances de signatures pour toutes sortes de salons, marchés ou foires, de résidences en région, etc. Cette simplicité nouvelle dans le jeu social se reflète aussi dans le contenu des textes publiés, qui relèvent souvent d’une écriture intime, non pas seulement parce qu’ils évoquent des aspects cachés, voire tabous, de l’expérience d’un auteur, mais parce qu’ils donnent de lui une représentation dans le cadre de sa vie quotidienne, au point d’en faire un personnage banal, dont la façon d’être semble très proche de celle du lecteur13.

7Jérôme Meizoz souligne aussi les nouvelles dimensions de l’illusio qui nous donnent l’impression de connaître l’auteur :

  • 14 Jérôme Meizoz, 2014, op. cit.

Ne plus seulement rencontrer un auteur à travers son texte, mais pouvoir l’identifier, reconnaître son visage et son corps, posséder ses images, chercher derrière les reproductions la personne réelle (avec la collection d’autographes, la demande de dédicaces), tout cela contribue à transformer le rapport du lecteur à l’œuvre14.

8Contradictions et tensions donc dans notre rapport aux écrivains adorés comme « stars » et imaginés comme nos meilleurs amis.

9Pour Annie Ernaux ce contexte est particulièrement paradoxal : la culture de la célébrité voudrait mettre l’accent sur le personnage de l’écrivain, ses qualités et dons extraordinaires, alors que l’auteure elle-même souligne continuellement que si l’expérience vécue est la source de son écriture, son engagement est d’atteindre des vérités au-delà d’elle-même, et notamment des réalités sociales et politiques au sens large. Dans sa plus récente publication, Le Vrai Lieu, elle explique encore une fois comment son désir d’écrire naît de son expérience de l’inégalité sociale, comment celle-ci l’oblige à écrire :

  • 15 Annie Ernaux, 2014, Le Vrai Lieu, Paris, Gallimard, p. 65.

L’image qui me vient toujours pour l’écriture, c’est celle d’une immersion. De l’immersion dans une réalité qui n’est pas moi. Mais qui est passée en moi. Mon expérience est celle d’un passage et d’une séparation sociale. […]. Il y a une homologie entre la séparation du monde social et celle qui a traversé mon existence, une forme de coïncidence qui fait qu’écrire pour moi ce n’est pas m’intéresser à ma vie mais saisir les mécanismes de cette séparation15.

  • 16 Communication personnelle à Lyn Thomas, le 22 mars 2014.
  • 17 RL, p. 42. Pour une discussion plus longue de la représentation des différences de race et d’ethnie (...)

10Le projet de Regarde les lumières mon amour est tout à fait compatible avec cette explication de la motivation d’écrire : il s’agit justement de mettre en question une séparation habituelle entre la littérature et un espace quotidien dévalorisé. Annie Ernaux l’explique elle-même: « je crois que ce qui m’a intéressée dans le sujet, c’est effectivement la possibilité de faire un écrit politique, sachant que systématiquement toute une partie de l’intelligentsia méprise ces lieux, ce qui est une façon de mépriser les classes populaires16 ». Le mépris de ce qui appartient à la féminité, aux femmes est un thème tout aussi important de ce texte où on trouve une analyse soutenue de la participation de l’hypermarché à la construction sociale du genre dans la nature et la présentation des marchandises, notamment les jouets fortement différenciés pour filles et garçons, et le fonctionnement du marché de l’emploi dans ce contexte – les femmes qui y travaillent comme caissières, les vendeurs masculins dans la section « nouvelles techniques, connectique ». Ici, encore plus que dans les deux autres journaux extimes, Annie Ernaux reconnaît aussi les différences de race et d’ethnie, et sa propre place à cet égard du côté des dominants, se rendant compte que le regard d’une femme blanche photographiant un enfant noir n’est peut-être pas exempt d’un désir de « pittoresque colonial17 ».

  • 18 RL, p. 12.
  • 19 Élise Hugueny-Léger, 2009, Annie Ernaux, une poétique de la transgression, Peter Lang, Oxford, Bern (...)
  • 20 RL, p. 21.
  • 21 RL, p. 19.
  • 22 Annie Ernaux, 1996 « Vers un je transpersonnel », Autofictions et Cie, Cahiers RTM, n° 6, Universit (...)

11En peignant ce tableau de la société française dans Regarde les lumières mon amour, l’auteure crée une posture « interne » où les tensions entre l’engagement politique et la célébrité sont en jeu. Premièrement, elle met l’accent sur sa ressemblance avec les autres personnes qui vont faire leurs courses dans cet endroit, faisant partie, comme eux, d’une « communauté de désirs », étant « pareille à tous ceux qui vont faire un tour au centre commercial pour se distraire ou échapper à la solitude18 ». Elle explique qu’elle ne pose que peu de questions, ne veut point contacter la direction de l’hypermarché pour avoir l’autorisation de prendre des photos, car sa condition de cliente anonyme lui est précieuse : « Je veux rester dans mon rôle habituel, celui de cliente, ne pas attirer l’attention à ma présence ». Mais en même temps, comme dans presque chaque livre depuis La Place, Annie Ernaux s’interroge sur sa manière d’écrire ce qu’elle observe ou vit, les choix auxquels elle fait face. Comme l’observe Élise Hugueny-Léger, « la démarche d’Ernaux ressemble à un va-et-vient incessant entre soi et soi, une remise en question des frontières quant à la place que doit occuper le scripteur dans le travail d’écriture19 ». Son identité d’écrivain est donc au premier plan dès le début, et c’est précisément son engagement politique qui nécessite cette mise en question de sa posture dans le texte, ici comme dans La Place : « Dilemme : vais-je ou non écrire “une femme noire’’, “une Africaine’’ – pas sûr qu’elle le soit – ou seulement “une femme’’ ? Je suis devant un choix qui, singulièrement aujourd’hui, engage la lecture qui sera faite de ce journal20 ». Visibilité textuelle inévitable aussi du personnage de l’écrivaine dans le commentaire sur le caractère commercial de ce que propose l’espace librairie de l’hypermarché dont elle sort « triste et découragée » ce qui l’oblige à expliquer que ce n’est point l’absence de ses propres livres qui la décourage : « Non que mes livres en soient absents – quelques-uns sont là, dans le rayon « Poche », mais à quelques exceptions près, le choix proposé obéit à un seul critère, le best-seller21 ». La posture externe dans le sens de Meizoz devient donc un des thèmes du texte dans cette tension entre le désir d’anonymat (être une cliente comme les autres) et son impossibilité en raison de la réalité de l’identité d’écrivaine connue. Cette rencontre des deux aspects de la posture dans Regarde les lumières mon amour est ainsi suscitée en partie par l’engagement de l’auteure. Si la tension entre le je « transpersonnel22 » (et donc engagé) et le « je » de l’auteure célèbre semble plus aiguë ici que dans d’autres textes d’Annie Ernaux, même les deux autres journaux extimes, cela provient peut-être du fait que c’est bien la première fois qu’Annie Ernaux entre dans un espace public afin de réaliser un projet littéraire, projet qui survient en partie en réponse à la série « Raconter la vie », et non pas juste de la vie elle-même, projet donc plus « extérieur » que d’habitude. Comme nous le verrons, ce projet l’oblige à écrire la confrontation avec sa posture externe.

  • 23 RL, p. 40.
  • 24 JDD, p. 69.
  • 25 PS, p. 70.

12Contradiction apparente aussi entre l’acte d’écrire et la passivité que l’auteure a l’impression de partager avec les autres clients de l’hypermarché, bien que le processus de préparation à l’écriture du journal exige de s’abandonner au rythme et à l’ambiance du lieu : « À certains moments ici, il me semble être une surface lisse sur laquelle se projettent les gens, les panneaux suspendus au-dessus des têtes23 ». Ernaux met l’accent ici sur l’enregistrement passif des scènes comme dans un autre journal extime, Journal du dehors, où la narratrice se disait « traversée par les gens, leur existence, comme une putain24 ». « Comme une putain », mais en même temps ayant besoin d’un isolement quasi monacal pour écrire, on le sait encore mieux depuis la publication de ses réponses aux questions de Michelle Porte dans Le Vrai Lieu. Annie Ernaux n’écrit que chez elle, dans une maison à l’extérieur de Paris, un peu à l’extérieur même de Cergy, sur une hauteur qui lui permet de voir loin, sans être vue de personne. Lorsque l’auteure est reconnue chez Auchan c’est donc une nouvelle scène primitive dans le sens d’une scène fondatrice, et en même temps insupportable pour une auteure qui imagine la publication de son texte comme le moment où « mon innocence sera finie25 ». Cette scène survient deux fois dans Regarde les lumières mon amour, la première obligeant l’auteure à descendre au niveau 1 pour retrouver « sa tranquillité de cliente anonyme », et la deuxième inspirant un malaise encore plus fort :

  • 26 RL, p. 57.

À la caisse, où il y a pas mal d’attente, une cliente avec un panier à roulettes m’offre sa place. Comme je décline vigoureusement – ai-je l’air si fatiguée ? si vieille ? – elle me sourit en disant qu’elle me connaît comme écrivain. Nous échangeons des propos sur le magasin, sur les enfants qui y sont nombreux le mercredi. En déposant mes articles sur le tapis, je pense avec un peu de malaise qu’elle va regarder ce que j’ai acheté. Chaque produit prend soudain un sens lourd, révèle mon mode de vie. Une bouteille de champagne, deux bouteilles de vin, du lait frais et de l’emmenthal bio, du pain de mie sans croûte, des yaourts Sveltesse, des croquettes pour chats stérilisés, de la confiture anglaise au gingembre. À mon tour je suis observée, je suis objet26.

  • 27 Claire Devarrieux, Libération, 26 mars 2014, page consultée le 3 septembre, 2014. Url : http://www. (...)

13Dans cette scène la narratrice est prise à son propre piège, les rôles sont renversés. Au lieu d’observer les autres en tant qu’anonyme, c’est elle qui est observée par les autres anonymes. Comme le remarque Claire Devarrieux dans Libération : « Craint-on qu’elle reste discrète sur ses propres acquisitions ? Là encore, nulle dérobade27 ». L’admiration exprimée par Claire Devarrieux montre que ce renversement des rôles est nécessaire au projet politique du livre, où il s’agit non de faire une analyse depuis une position extérieure et supérieure de ces pauvres dupes de l’hypermarché, mais au contraire de dévoiler la participation de l’auteure elle-même aux plaisirs et aux peines de cet espace quotidien. Mais en même temps, évidemment, la scène révèle aussi sa différence par rapport aux autres, car Annie Ernaux est reconnue et peut-être même observée en tant qu’écrivaine célèbre. On pourrait dire que ce qui est révélé par ce texte, et en particulier par cette scène primitive, est le mélange d’ordinaire et d’extraordinaire dans le personnage « Annie Ernaux », comme chez les stars du cinéma hollywoodien et les auteurs américains étudiés par Joe Moran. Comme Marie-Laure Rossi le suggère, l’écriture de l’expérience personnelle, même si dans ce cas c’est dans un but politique et collectif, donne aux lecteurs l’impression qu’Annie Ernaux est comme eux, qu’elle partage leur quotidien, tandis que sa célébrité et, évidemment, son écriture même, la rendent exceptionnelle et d’autant plus désirée.

  • 28 Voir Lyn Thomas, 2005, Annie Ernaux, l’écriture à la première personne, op. cit., p. 187.
  • 29 La plupart des articles de la presse sont rassemblés sur le site de l’éditeur : Raconter la Vie, pa (...)

14Ces deux courants – l’auteure-amie partageant notre quotidien et l’auteure-célébrité, présents depuis longtemps dans la réception de l’œuvre ernausienne28 – sont particulièrement marqués dans celle de Regarde les lumières mon amour en raison peut-être du traitement d’un sujet on ne peut-plus quotidien, et de la célébrité croissante de notre auteure. Les deux courants, bien que contradictoires, répondent à l’engagement politique du texte. Pour Nathalie Crom, dans Télérama29, Annie Ernaux est « fondue dans la foule » donc comme nous, en se préparant à écrire ce « relevé empathique et politique ». Selon Marie-Claude Martin dans Le Temps, « l’autre manière de respecter cette foule réunie dans « la même communauté de désirs » c’est d’en faire partie, d’être une parmi d’autres ». Éléonore Sulser écrit aussi dans Le Temps : « Au contraire de Zola qui surplombe en narrateur omniscient les allées du Bonheur des Dames, Annie Ernaux est dans la foule, sa liste de courses à la main ». Pour Tiphaine Samoyault dans La Quinzaine littéraire c’est encore le regard « compréhensif, tendre, participatif et attentif » de l’auteure qui donne son caractère littéraire au texte et au lieu où « on se sent participer à la même humanité parce qu’on est comme tout le monde ».

15Si donc pour certains critiques Annie Ernaux est une femme ordinaire qui fait ses courses comme nous, l’empathie qui résulte de cette situation partagée constituant à leur avis une grande part de son engagement politique, pour d’autres c’est précisément parce qu’elle sort de l’ordinaire que ce qu’elle écrit nous permet de voir l’hypermarché avec de nouveaux yeux. Le regard d’Annie Ernaux – on pourrait dire, de manière générale, le regard de l’écrivain charismatique— ne ressemblerait donc en rien à celui des autres, étant doté, dans ce discours, de pouvoirs exceptionnels. Marie-Claude Martin encore observe que « sur une réalité que je connais pourtant bien, ce livre m’a ouvert les yeux ». Pour Le Courrier Cauchois, « la prochaine fois que vous ferez vos courses, pour sûr vous ne verrez plus tout à fait les choses de la même manière ». Jean Birnbaum dans Le Monde va encore plus loin, semblant presque s’étonner : « Depuis les marges d’un hypermarché de banlieue, elle éclaire le cœur de nos vies ». Il s’agit non seulement d’un regard exceptionnel mais aussi d’une sensibilité particulière pour certains critiques de la presse, sensibilité littéraire et, il faut le dire, féminine. Pour Patrice Trapier, dans Le Journal du Dimanche, Annie Ernaux écrit avec « une plume à la beauté noire et à la stupéfiante intelligence », le livre bénéficiant d’« intuitions de sociologue et de fulgurances de romancière ». Il faut certainement être romancière – terme rejeté, d’ailleurs, par Annie Ernaux – pour éprouver des fulgurances.

16Patrice Trapier n’est pas seul à trouver que ce texte a un caractère sociologique, ni à y voir une sociologie adoucie ou améliorée par la sensibilité exceptionnelle de l’écrivain : ainsi, pour Serge Bressan dans Le Quotidien du Luxembourg, il s’agit d’une « belle littérature sociologique ». L’Hebdo Suisse donne à son article le titre « Quand la sociologie devient littérature », et Le Courrier de l’Eure remarque que « l’écrivain engagé se mue en sociologue », pour faire de l’hypermarché « un sujet littéraire d’intérêt et de qualité ». Jean-Marie Gavalda dans Le Midi Libre trouve que « son regard acéré, clinique et critique n’est pas que sociologique » et Sabine Audrerie dans La Croix trouve son approche sociologique et parfois sociale, mais « son regard s’attendrit aussi ». Si Annie Ernaux explique au début du livre que son but n’est point de faire une enquête, le désir de faire entrer ce sujet défavorisé en littérature ne lui est pas étranger. Ces commentaires semblent donc sensibles au projet littéraire et politique de l’auteure, mais révélateurs aussi d’une image de la sociologie comme science froide que la littérature peut rendre plus humaine à travers le regard et surtout l’émotion de l’écrivain et peut-être encore plus de l’écrivaine, être plus sensible que les gens ordinaires.

  • 30 Camille Plaisance, page consultée le 26 octobre 2014. Url: http://www.fnac.com/Regarde-les-lumieres (...)
  • 31 Voir Lyn Thomas (2005) Annie Ernaux, l’écriture à la première personne, Paris, Stock, p. 186-7.
  • 32 Marion Vernoux, page consultée le 1er novembre 2014. Url: http://www.telerama.fr/livre/la-cineaste- (...)

17Jusque-là les articles de la presse analysés reconnaissent à la fois l’engagement politique de ce livre et la réputation littéraire d’Annie Ernaux. Ailleurs c’est le discours de l’admiration de l’auteure-célébrité qui domine. Sur le site Internet de la FNAC, Camille Plaisance représente l’auteure comme une sorte de gourou contemporain : « Ses mots guident nos errances pour nous ramener réjouis, encore une fois, dans le chemin de la vie30 » tandis que Marion Vernoux dans Télérama exprime de manière très claire le genre de désirs que peut inspirer une écrivaine connue, désirs de la connaître, que je reconnais depuis ma première étude des lettres reçues par Annie Ernaux en 199731 : « Bref, quand je lis Annie Ernaux, à chaque fois c’est la même chose, de la première à la dernière page, j’aimerais habiter son cerveau. « Dans la peau d’Annie Ernaux » en quelque sorte. Penser comme elle pense, mais aussi savoir où elle habite, connaître ses fils, ses amants, ses élèves, ses amis, sa Normandie, son Grenoble, son Cergy-Pontoise32 ».

  • 33 Gilles-Martin Chauffier, 2014, « Annie Ernaux Hyper Rasoir », Paris-Match, le 28 avril, 2014, page (...)
  • 34 Le Masque et la Plume, le 11 mai 2014, France Inter.
  • 35 RL, p. 43.

18Si la célébrité et la culture des « fans » exprimée ici vont ensemble, celle-là inspire aussi des sentiments moins chaleureux. La réception de Regarde les lumières mon amour est très positive dans la grande majorité des cas, mais la minorité de réactions négatives s’exprime d’une manière très extrême, comme d’ailleurs pour Passion Simple il y a plus de 20 ans. Gilles-Martin Chauffier dans Paris-Match accuse l’auteure de manquer d’humour et « d’intransigeance » dans son souci de la vérité. Il profite du sujet du livre pour décrire l’écriture d’Annie Ernaux comme «écriture grande surface », manifestant tout son dédain non seulement pour l’auteure, mais aussi pour ce domaine de la vie quotidienne de la population, et soulignant ainsi involontairement l’importance politique du livre33. Dans Le Figaro, Anthony Palou ose écrire un article critique tout en déclarant qu’il ne sait pas s’il lira le livre, et néanmoins s’amusant à faire de l’ironie : « A priori rien de bien excitant mais détrompez-vous, c’est qu’il s’en passe des choses dans les rayons. Il n’y a pas de mauvais sujets en littérature et il n’y a pas, taratata !, d’écrivains méprisables ». Mais c’est peut-être à la radio, dans l’émission Le Masque et la Plume que se déchaîne le plus la colère de ceux qui veulent défendre une version exclusive et masculine du champ de production littéraire consacrée34. Une série de plaisanteries sur les courses en grande surface, où on achète son muesli etc., fournit autant de preuves de la thèse d’Annie Ernaux dans ce livre : « Or ce qui relève du champ d’activité plus ou moins spécifique des femmes est traditionnellement invisible, non pris en compte, comme d’ailleurs le travail domestique qu’elles effectuent35 ». On pourrait ajouter, non seulement invisible, mais dédaigné. On voit aussi dans ce programme, et dans certains commentaires des lecteurs en ligne un discours relativement récent et émanant de la célébrité, qu’on pourrait caractériser comme son autre face, son côté obscur, c’est à dire : « Normalement j’aime bien Annie Ernaux, mais là, je suis déçu »… Évolution des discours critiques peut-être inévitable dans le cas d’une auteure qui relie un engagement politique soutenu au cours des années, et une réputation littéraire de plus en plus solide, cette dernière rendant encore plus furieux ses détracteurs.

19Cette analyse de la posture d’Annie Ernaux telle qu’elle est représentée dans Regarde les lumières mon amour et dans les commentaires des critiques professionnels sur ce texte nous permet d’identifier le paradoxe entre la célébrité croissante de l’auteure, et son engagement politique, la première construisant un être extraordinaire, hyper-visible, et la deuxième un je collectif et « transpersonnel », une femme ordinaire qui fait ses courses chez Auchan. Ce paradoxe semble au cœur de la fidélité d’un grand nombre de lecteurs (professionnels ou non) qui s’identifient avec l’auteure, voient dans son écriture leurs propres histoires, leur propre quotidien, et en même temps lui accordent des capacités presque magiques. Pour d’autres, la célébrité et la réputation littéraire de l’auteure semblent rendre encore plus choquante l’inclusion d’un quotidien partagé par tous ou presque tous dans son œuvre, comme si elle avait « trahi » le champ de la littérature consacrée. La célébrité d’Annie Ernaux lui permet de s’engager dans et en dehors de ses textes, et d’être lue et écoutée, mais ne la protège pas de la colère de ceux qui sont en profond désaccord avec sa vision du monde. Vulnérabilité donc, et courage. Comme le remarque Claire Devarrieux dans Libération : « Si on pense qu’Annie Ernaux va oublier en chemin le café-épicerie de son enfance, c’est une ultime erreur ».

Notes

1 Annie Ernaux, 2014, Regarde les Lumières mon amour, Paris, Seuil.

2 Jérôme Meizoz (2014), « Cendrars, Houellebecq : Portrait photographique et présentation de soi », Contextes 14, 2014, page consultée le 3 février, 2015. Url : http://contextes.revues.org/5908.

3 Lyn Thomas, 2005, Annie Ernaux, Écrire à la première personne, Paris, Stock.

4 Isabelle Charpentier, 1999, Une Intellectuelle déplacée : enjeux et usages sociaux et politiques de l’œuvre d’Annie Ernaux (1974-1998), thèse soutenue à l’Université de Picardie, Amiens.

5 Annie Ernaux, 1984, La Place, Paris, Gallimard.

6 Annie Ernaux avec Frédéric-Yves Jeannet, 2003, L’Écriture comme un couteau, Paris, Stock, p. 36.

7 Lyn Thomas, op. cit., p.191.

8 Pierre Bourdieu, 1991, “Le champ littéraire”, Actes de recherche en sciences sociales, vol. 89, septembre 1991, p. 3-46.

9 Grâce à Fabrice Thumerel et au colloque qu’il a organisé à Arras, ce terme est bien installé dans la critique ernausienne ; voir F. Thumerel (éd), 2004, Annie Ernaux : Une Œuvre de l’Entre-deux, Arras, Artois-Presses.

10 Isabelle Charpentier, 2007, «Des passions critiques pas si simples: Réceptions critiques de Passion Simple d’Annie Ernaux», in Juliette Dor et Marie-Elisabeth Henneau (éds), 2007, Femmes et Livres, Paris, L’Harmattan, p. 231-242.

11 Pierre Bourdieu, 1992, Les Règles de l’Art : Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

12 Joe Moran, 2000, Star Authors: Literary Celebrity in America, Londres et Sterling Virginia, Pluto Press.

13 Marie-Laure Rossi, 2013, Écrire en régime médiatique: Marguerite Duras et Annie Ernaux, thèse soutenue le 8 novembre 2013 à l’Université Paris-Diderot (Paris 7), p. 89.

14 Jérôme Meizoz, 2014, op. cit.

15 Annie Ernaux, 2014, Le Vrai Lieu, Paris, Gallimard, p. 65.

16 Communication personnelle à Lyn Thomas, le 22 mars 2014.

17 RL, p. 42. Pour une discussion plus longue de la représentation des différences de race et d’ethnie chez Annie Ernaux, voir Lyn Thomas, 2006, « Annie Ernaux, class, gender and whiteness : finding a place in the French feminist canon? » Future of Feminism, Future of Fiction issue, Gender Studies, Vol. 15, No. 2, juillet 2006, p. 159-168 et Lyn Thomas, 2015, « Voix blanche : Annie Ernaux and the challenge of Intersectionality », Women in French Conference, mai 2015, in D. Holmes, A. Fell, M. Atack, I. Long (éds), French Feminisms and their legacies 1975-2015 : making waves (soumis à Liverpool University Press).

18 RL, p. 12.

19 Élise Hugueny-Léger, 2009, Annie Ernaux, une poétique de la transgression, Peter Lang, Oxford, Bern, p. 25.

20 RL, p. 21.

21 RL, p. 19.

22 Annie Ernaux, 1996 « Vers un je transpersonnel », Autofictions et Cie, Cahiers RTM, n° 6, Université de Paris X-Nanterre, p. 218-221.

23 RL, p. 40.

24 JDD, p. 69.

25 PS, p. 70.

26 RL, p. 57.

27 Claire Devarrieux, Libération, 26 mars 2014, page consultée le 3 septembre, 2014. Url : http://www.liberation.fr/livres/2014/03/26/annie-ernaux-vigie-chez-auchan_990474

28 Voir Lyn Thomas, 2005, Annie Ernaux, l’écriture à la première personne, op. cit., p. 187.

29 La plupart des articles de la presse sont rassemblés sur le site de l’éditeur : Raconter la Vie, page consultée le 1er octobre 2014. Url : http://raconterlavie.fr/collection/regarde-les-lumieres-mon-amour/presse. Pour ceux qui ne sont pas présents sur ce site, l’adresse url est fournie dans une note en bas de la page.

30 Camille Plaisance, page consultée le 26 octobre 2014. Url: http://www.fnac.com/Regarde-les-lumieres-mon-amour-la-vie-Auchan-d-Annie-Ernaux/cp23348/w-

31 Voir Lyn Thomas (2005) Annie Ernaux, l’écriture à la première personne, Paris, Stock, p. 186-7.

32 Marion Vernoux, page consultée le 1er novembre 2014. Url: http://www.telerama.fr/livre/la-cineaste-marion-vernoux-a-lu-pour-nous-le-dernier-livre-d-annie-ernaux,111572.php

33 Gilles-Martin Chauffier, 2014, « Annie Ernaux Hyper Rasoir », Paris-Match, le 28 avril, 2014, page consultée le 1er novembre 2014. Url : http://www.parismatch.com/Chroniques/LIVRESQUE/Hyper-rasoir-560588

34 Le Masque et la Plume, le 11 mai 2014, France Inter.

35 RL, p. 43.

Auteur

Lyn Thomas est professeure de Cultural Studies à temps partiel à l’université de Sussex et Professeure Émérite à la London Metropolitan University. Elle est l’auteure de nombreux articles et chapitres et de deux ouvrages sur Annie Ernaux : Annie Ernaux : An Introduction to the Writer and her Audience (Berg, 1999) et Annie Ernaux, à la première personne (Stock, 2005). Elle a publié des livres et des articles sur les médias, dont les plus récents concernent la représentation télévisuelle de la religion, et la construction de communautés « suspectes » (irlandaises et musulmanes) dans la presse britannique. Elle espère publier bientôt sa propre autobiographie : Clothes Pegs : A Woman's Life in 30 Outfits.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540