Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Légitimités

Avant-propos

Texte intégral

1Dans des domaines romanesques perçus comme nouveaux, la critique a remarqué certains retours depuis les années quatre-vingts, au sujet par exemple. C’est à partir de Jacques Rivière et sur l’ensemble du siècle que Franc Schuerewegen, au risque de déplaire, porte un diagnostic inquiétant. L’art contemporain, proclamant le privilège absolu de l’expression personnelle, la pratiquerait aux dépens de l’exigence artistique même. « C’est dire que d’une certaine manière le courant passe entre Tzara, Picabia… et Madonna. » L’omnipotence du moi va de pair avec la divinisation de l’artiste. Cette attitude religieuse ne peut susciter que le scepticisme.

2Mais si, à rebours, on rappelait que dès le XIXe siècle le roman moderne sait qu’il ne peut dire la vérité, et que depuis les grottes de la préhistoire « le sujet ne laisse de lui-même dans son art que des traces énigmatiques » ? À partir de ce que Lacan appelle « l’extériorité intime » ou l’extimité, Beryl Schlossman désigne dans certaine fiction contemporaine un Je léger (narrateur, auteur ou personnage) mettant en scène la dissolution du sujet, des sujets dans la langue. « Ce vide, ce flottement de son identité, facilite le transfert de ceux qu’il guide dans la navigation du monde, des mondes. »

3La légitimité même de l’auteur s’interroge parfois au cœur de l’écriture, au seuil de la littérature, observe Marie-Odile André, qui étudie ce qui s’élabore autour de l’accession au statut d’écrivain dans plusieurs textes de Pierre Michon et Richard Millet. L’expérience de l’illégitimité s’y actualise en des identités narratives qui, à travers imposture ou insuffisance, explorent les voies de l’échec dans la construction d’une identité d’écrivain, pour les exorciser ou les dépasser.

4Le réel et le social n’ont pas cessé de préoccuper les romanciers. Des légitimités anciennes résistent. La fonction de la littérature telle que la conçoit Michel Houellebecq, selon Rita Schober, « se situe à l’opposé de l’autosuffisance fonctionnelle de l’avant-garde, du Nouveau Roman, et de l’écriture postmoderne ». La forte cohérence de ses livres réside dans leur analyse des transformations socio-historiques et mentales que connaît l’Occident dans le second demi-siècle. Quelque cent ans après « la banqueroute du naturalisme » (Brunetière), faut-il parler d’un néo-naturalisme provocateur, où l’on compterait aussi par exemple Ravalec, Beigbeder et Darrieussecq ?

5Conformisme pas mort, dit de son côté Matteo Majorano, qui examine trois romans du printemps 2002, caractéristiques de… « l’âge du plastique ». La production actuelle ne souffrirait pas d’un hybridisme formel général, mais d’une confortable tiédeur, d’une inféodation à la culture industrialisée qui l’invite à reproduire des stéréotypes, celui surtout de l’injustice sociale, camouflée en inconfort de la personne. Une « politique du malaise » en somme.

6Mais le malaise ne vient-il pas de plus loin ? par exemple, d’une absence de réflexion sur les héritages de l’avant-garde ? Un vaste secteur du roman contemporain peut s’envisager, selon Jean-Bernard Vray, à la lumière de la confrontation lyrisme/réalisme, telle que Jean Rouaud la développe en 2001 dans La Désincarnation. « Poétique, mais aussi physiologie de l’incarnation : incarné se dit d’un ongle dont le bord pénètre douloureusement dans les chairs. Cette douleur du lyrisme incarné anime le roman contemporain, né de la ‘grande bagarre entre le réalisme et le lyrisme’ ».

7Le roman a des comptes à régler avec le sacré, selon Alain Schaffner, qui voit dans Tobie des marais de Sylvie Germain, un mouvement de réenchantement du monde. L’entreprise consiste à « interroger inlassablement et simultanément le réel et les textes, qu’ils soient sacrés ou profanes, à la sombre lumière de l’Histoire humaine ». L’œuvre choisit le narratif pour lire le monde d’aujourd’hui et renoue avec les mythes.

8Pas plus que le réel, ses envers ne sauraient donc s’effacer de la fiction. C’est ainsi que les histoires de famille, une des composantes du retour au récit, relèvent d’un fantastique renouvelé que Dominique Rabaté a observé dans plusieurs œuvres. En témoigne par exemple celle de Marie NDiaye, capitale selon lui et hautement capable de susciter l’émotion. Tout y est marqué par la « violente étrangeté ». « Chaque roman raconte comment on retrouve et on ne retrouve pas sa famille, sans pouvoir échapper à l’ambivalence de ce suspens ».

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540