Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Espaces, limites, bougés

Le Corps à l’œuvre des femmes écrivains : autour de Christine Angot, Marie Darrieussecq, Virginie Despentes et Catherine Millet

Guillaume Bridet

Texte intégral

1Un certain nombre de femmes écrivains publient depuis quelques années des récits rencontrant un réel succès et laissant une large place à la sexualité et, plus largement, au corps. Les scandales et leurs relais dans la presse, ainsi que les chiffres de vente élevés qui les accompagnent, se succèdent régulièrement depuis la fin de l’année 1994. Baise-moi se vend à plus de 40 000 exemplaires après un passage de Virginie Despentes à Canal Plus au mois de décembre de cette année-là. Truismes, que fait paraître Marie Darrieussecq à la rentrée littéraire 1996, se vend à 300 000 exemplaires avant d’être traduit dans trente-quatre pays un an et demi plus tard. L’Inceste de Christine Angot, paru à la fin du mois d’août 1999, se vend finalement à 48 000 exemplaires. La Vie sexuelle de Catherine M. de Catherine Millet, publié en avril 2001, est proche d’atteindre les 100 000 exemplaires un mois plus tard. Illustré exemplairement par ces quatre écrivains, mais aussi par d’autres, comme Clélie Aster, Cécile de la Baume, Karin Bernfeld, Catherine Breillat, Claire Castillon, Catherine Clémenson, Catherine Cusset, Chloé Delaume, Annie Ernaux, Clotilde Escalle, Rochelle Fack, Claire Legendre, Alice Massat, Marie Nimier, Lorette Nobécourt, Alina Reyes, Anna Rozen ou Vanesse Zochetti, ce phénomène est d’autant plus important qu’il rassemble des femmes appartenant à des générations différentes, qu’il n’est pas seulement français et qu’il ne touche pas seulement la littérature mais aussi le cinéma ou les arts plastiques. Il est cependant largement construit, voire amplifié par la presse elle-même et, plus largement, par des médias qui semblent fascinés.

  • 1 Bertrand DE SAINT VINCENT, « Ces Dames aiment la chair fraîche », Le Figaro Magazine, 04/09/99, p. (...)
  • 2 Dorothée WERNER, « Le Sexe vu par les femmes », Elle, 29/02/99, p. 71-72.
  • 3 Fabrice GAIGNAULT, « Alice au pays des tuyaux », Elle, 19/04/99, p. 52.
  • 4 Luc LE VAILLANT, « Très chair », Libération, 28-29/03/98.

2La part que ces œuvres représentent dans la totalité de la production littéraire féminine n’est d’abord jamais mesurée alors que de très nombreux articles leur sont consacrés et contribuent ainsi à surévaluer leur importance relative. Ces articles ont aussi souvent pour caractéristique de rassembler plusieurs femmes dans une même recension, ce qui contribue à créer un effet de groupe. L’un d’entre eux évoque « ces dames [qui] aiment la chair fraîche1 », un autre, plus sobrement, « le sexe vu par les femmes2 ». Pour créer ce même effet, on mentionne enfin au détour d’un article consacré à l’une d’entre elles son appartenance au mouvement plus large d’une littérature féminine. Avec son roman Le Ministère de l’intérieur, Alice Massat est ainsi présentée comme « un spécimen typique de sa génération, une jeune fille qui parle de ses tourments et de ses fantasmes, de son sexe et de son œsophage avec le détachement d’un médecin légiste et le phrasé sans filet d’une styliste hardcore appelant un chat un chat3 ». Il n’est pas rare que des noms soient joints à ce type de regroupement allusif. Lorette Nobécourt se trouve ainsi rattachée à « un phénomène littéraire qu’on pourrait appeler « génération Darrieussecq » […]. Dans les parages, on croise […] Christine Angot, Catherine Cusset, Virginie Despentes, d’autres […]. Points communs : il s’agit de femmes, plutôt jeunes, qui mettent leurs corps et ses métamorphoses au centre de leur propos4 ». Rares sont les rentrées littéraires, depuis quelques années, sans qu’un journal ou un magazine fasse allusion à ce phénomène.

  • 5 D. WERNER, « Le Sexe vu par les femmes », art. cit.
  • 6 Bernard PIVOT, « Elles ont du culot ! », Le Nouvel Observateur, 03-09/09/98, p. 87.

3Certes, l’effet de génération est parfois étendu à la littérature masculine. Mais on souligne alors souvent, sans aucun chiffre à l’appui, la part prépondérante que prendraient les œuvres féminines dans l’écriture contemporaine du corps et de la sexualité. Dorothée Werner affirme ainsi que « […] les romans les plus crus, les plus fous et les plus lus du moment sont écrits par des femmes5 » ; Bernard Pivot prétend de son côté que « […] les femmes d’aujourd’hui écrivent des histoires que les hommes, plus réservés, plus guindés, n’écriraient jamais6 ». Les écrivains masculins ne sont cependant pas en reste, que l’on pense, pour n’en citer que quelques-uns, à Renaud Camus, Guillaume Dustan, Benoît Duteurtre, Michel Houellebecq, Dominique Noguez ou Stéphane Zagdanski. Or, à l’exception notable de Michel Houellebecq dont la réputation sulfureuse est par ailleurs davantage fondée sur des déclarations politiques que sexuelles, leurs publications ne suscitent pas le même scandale et ne sont pas rassemblées dans des articles sous le même chapeau d’une littérature masculine. Il peut arriver que des écrivains de sexe féminin soient mêlés à des écrivains de sexe masculin à propos de l’invasion du sexuel dans le récit français contemporain, mais jamais les hommes ne se voient consacrer des dossiers séparés comme ceux auxquels donnent lieu les publications féminines.

4Tout porte à croire qu’on assiste en fait à la construction d’un événement littéraire et médiatique dont on peut explorer les motivations fort diverses à la lumière des jugements portés par une presse rarement neutre sur le sujet, et qui engage même des polémiques violentes au nom de critères de jugement parmi lesquels le critère esthétique est loin d’être le plus important.

  • 7 D. WERNER, « Le Sexe vu par les femmes », art. cit.

5Le premier argument des défenseurs de cette littérature est à la fois moral et social. La presse affirme qu’elle témoigne d’abord d’une capacité nouvelle des femmes à assumer leur sexualité et à poursuivre ainsi le vaste mouvement de libération engagé avec mai 1968. On ne s’étonnera pas de trouver ce type de propos dans la presse féminine. Le magazine Elle se félicite ainsi que les divers aspects de la sexualité ne constituent plus « des thèmes exclusivement masculins » et constate avec regret qu’« hormis quelques tentatives isolées […], il aura fallu attendre la fin du XXe siècle pour que les femmes osent les variations sexuelles7 ». Ces femmes écrivains, et essentiellement Catherine Millet, sont ainsi louées pour être entrées en guerre contre le conformisme moral et offrir une nouvelle image d’un sexe faible enfin apte à affirmer ses désirs. Le compliment au nom du critère social de la libération des mœurs se mélange ici avec le compliment moral d’une affirmation de courage. Un certain nombre de quotidiens mettent aussi en avant la nouveauté esthétique de ces récits écrits par des femmes. C’est sans aucun doute Christine Angot et, de nouveau, Catherine Millet qui, de ce point de vue, recueillent le plus de suffrages. Les journalistes, suivant en cela le schéma de l’avant-gardisme, accordent finalement la découverte d’une nouvelle réalité, la libération morale et la nouveauté de l’écriture. À la révélation de la sexualité des femmes et, plus largement, de leur vécu corporel, correspondent de nouvelles revendications et un usage nouveau de la langue. L’avancée se fait sur les trois fronts du réalisme, des mœurs et de la littérature.

  • 8 Sébastien LAPAQUE, « Le dégoût du corps », Le Figaro, 02/09/99.
  • 9 Valérie LEJEUNE et Étienne DE MONTÉTY, « Et voici les spice girls de l’écriture ! », Le Figaro Mag (...)
  • 10 Sébastien LE FOL, « La Littérature malade du marketing », Le Figaro, 24/10/99.
  • 11 François NOURISSIER, « Contre les hommes », Le Figaro Magazine, 13/11/00, p. 25.

6Si l’on se tourne à présent du côté des réprobateurs, on trouve des positions exactement symétriques. Certains journaux prétendent d’abord que ces œuvres ne présentent aucune qualité littéraire et malmènent outrageusement la langue française. Portées au pinacle par certains journaux pour la nouveauté stylistique du traitement de l’intime qu’occasionne leur œuvre, Christine Angot et Catherine Millet ne sont pas épargnées par les publications du Figaro. Le propos peut se faire général. Un journaliste juge ainsi que « dire la fin des corps, leur humiliation, c’est aussi, c’est surtout signifier celle du langage8 ». On touche ici au deuxième argument, non plus esthétique, mais moral, de la réprobation. Si la langue est mise à mal, c’est que la réalité que ces femmes envisagent est elle-même indigne et les pousse à un usage dépravé de la langue. Les journalistes qui défendent ce point de vue, au moins dans les journaux et magazines que nous avons dépouillés, ne se font pas ouvertement les sectateurs d’un ordre des familles qu’il s’agirait de préserver. Ils jugent moins au nom de la morale traditionnelle qu’au nom d’une morale du plaisir. La sexualité est exposée avec une crudité qui ne sait plus faire la part de l’enchantement et de la pudeur et se trouve réduite à une mécanique des corps profondément dépressive. Quand un journaliste met en cause « ces romans gais comme la gare de Romilly-sur-Seine en novembre9 », on retrouve les arguments traditionnels opposés, depuis le XIXe siècle, au réalisme littéraire, accusé de reproduire le monde dans toute sa vulgarité et toute sa tristesse et de porter ainsi atteinte au moral de lecteurs dégoûtés de l’être humain et de la société dans laquelle ils vivent. La presse hostile à cette littérature présente enfin un troisième argument, économique celui-là. Lors de la sortie de L’Inceste, Sébastien Le Fol dénonce ainsi dans Le Figaro « la littérature malade du marketing » et condamne « le numéro d’Angot10 » à base de scandales savamment orchestrés dans ses livres et sur les plateaux de télévision. Pour ces journalistes, ces jeunes femmes écrivains ne sont pas capables de faire véritablement œuvre littéraire et, proposant des récits proches du témoignage, tournés vers la basse physiologie et en quête d’un succès facile de scandale, ne font que suivre « le conformisme du cul, du sexe, de la provocation11 ».

  • 12 J.-L. D. [Jean-Luc DOUIN], « Lorette Nobécourt dans la chair des mots », Le Monde, 09/11/01.
  • 13 L. LE VAILLANT, « Très chair », art. cit.

7Que la presse fasse l’apologie de ces femmes écrivains ou qu’elle les dénigre, il n’en reste pas moins qu’on assiste à l’identification d’un phénomène tendant à faire croire que les femmes écrivains, peu aptes au changement de but et au changement d’objet de la pulsion, resteraient prisonnières de leur corps, écriraient au plus près de leurs humeurs et auraient tendance à confondre le plan de l’imaginaire et celui de la réalité. Le lien du corps et de l’écriture féminine n’est certes pas nouveau et ne fait que réactualiser un certain nombre de lieux communs que certaines d’entre elles, comme Christine Angot, Lorette Nobécourt ou Alina Reyes, peuvent reprendre à leur compte, mais dont elles demeurent plus ou moins les victimes. Alors que les hommes auraient le monopole de la raison, du contrôle d’eux-mêmes et de l’élévation spirituelle, les femmes seraient du côté de l’émotion, de l’instinct et éprouveraient quelque difficulté à mettre à distance leur réalité physique. Il est ainsi tout à fait curieux de voir la critique, même lorsqu’elle est bienveillante, étendre l’animalisation de la femme jusque dans son activité d’écriture et inverser de ce fait le long processus d’élévation que constitue, dans l’imaginaire collectif et peut-être dans la réalité, la sublimation. À propos de Lorette Nobécourt, Le Monde met ainsi en avant « un langage organique » et « une poétique de la sage-femme illuminée12 », tandis que Libération parle d’un « méli-mélo du corps réel et des corps écrits13 ». Une évidence s’impose, qui n’est pas discutée : ces femmes n’écrivent pas avec leur tête, pas même avec leur cœur, elles écrivent sur et avec leur corps.

8Plusieurs hypothèses peuvent être invoquées pour expliquer la présence, le plus souvent implicite, de cette anthropologie datée définissant l’identité de la femme et, plus spécialement, de ces femmes écrivains.

9Une première hypothèse, politique, consiste à opposer une presse progressiste et une presse plus conservatrice, la première valorisant l’émancipation sexuelle dont témoignent ces récits, la seconde s’efforçant au contraire de la condamner. Sans surprise, Libération et Le Monde, qu’on peut classer parmi les journaux progressistes, prennent ainsi fréquemment la défense de ces auteurs, tandis que Le Figaro et ses suppléments du week-end, qui incarnent le pôle plus conservateur, les pourfendent le plus souvent. Mais si Christine Angot et Catherine Millet subissent bien ce traitement contrasté, d’autres auteurs suscitent ici et là des prises de position surprenantes.

  • 14 Éric NEUHOFF, « Des Petits Riens de la vie, elles font un roman », Le Figaro Madame, 09/10/98, p. (...)
  • 15 Patrick BESSON, « Didier Van Cauwelaert, Tintin au porno », Le Figaro, 04/04/02.
  • 16 Cf. Christian CHARRIÈRE, « A Corps perdu », Le Figaro, 13/06/96 et Frédéric BEIGBEDER, « Le style (...)
  • 17 Philippe MARCEL, « Au boulot, les filles ! », Libération, 17/09/98.
  • 18 Aude LANCELIN, « Despentes à sang pour sang », Le Nouvel Observateur, 22-28/06/00, p. 118.

10Le cas de Virginie Despentes est le plus troublant de ce point de vue dans la mesure où il brouille clairement les positions attendues. Certes, dans Le Figaro Madame, Éric Neuhoff critique Les Jolies choses14 et, dans Le Figaro, Patrick Besson fait de Virginie Despentes un repoussoir en reprochant à Didier Van Cauwelaert qui se lance « dans le porno », d’être « sur la mauvaise Despentes15 », tandis qu’au contraire ses romans sont très largement soutenus, et dès ses premières publications, par Libération. Mais les rédactions sont en fait profondément divisées. Virginie Despentes a des admirateurs au Figaro, avec des journalistes comme Christian Charrière ou Frédéric Beigbeder16. Inversement, l’auteur trouve en la personne de Pierre Marcelle un critique virulent dans Libération17. Mieux encore, Le Nouvel Observateur, qu’on peut classer du côté des publications progressistes, prend violemment à partie Virginie Despentes à l’occasion de la sortie du film Baise-moi et l’affuble du titre de « Pol Pot féministe18 ». Alors qu’il avait accueilli la publication de Truismes avec une certaine admiration, le magazine va même jusqu’à mettre en cause Marie Darrieussecq et récuse globalement toute cette nouvelle littérature féminine qu’il juge racoleuse. « Au grand bal des romancières débutantes de début septembre, se scandalise la journaliste, mieux vaut désormais arriver costumée en dominatrice sado-maso ou en esthéticienne nymphomane, sous peine de faire banquette (ibid.) ». La presse d’une certaine gauche, qu’on peut appeler la gauche morale, ne se reconnaît pas dans les récits que proposent ces femmes écrivains et tend à rejoindre la presse conservatrice sur des positions de rejet.

  • 19 Fabrice GAIGNAULT, « Lorette Nobécourt, la toquée du troquet », Elle, 30/03/98, p. 55.
  • 20 B. DE SAINT-VINCENT, « Ces Dames aiment la chair fraîche », art. cit.
  • 21 Étienne DE MONTÉTY, « Christine Angot : celle par qui le tapage arrive », Le Figaro Magazine, 21/0 (...)
  • 22 Anthony PALOU, « Les Chasses nocturnes de Catherine Millet », Le Figaro, 12/04/01.
  • 23 S. LAPAQUE, « Le Dégoût du corps », art. cit.
  • 24 Il n’est que de voir les compliments adressés unanimement à certains autres écrivains femmes, comm (...)

11Une seconde hypothèse, au croisement du social et du politique, pourrait laisser penser que les médias relaient ici l’imaginaire social, essentiellement masculin, d’un pouvoir menacé par la montée en puissance des femmes dans le monde littéraire comme dans le reste de la société et refoulant, en réaction, la possibilité d’une véritable sublimation féminine. La thématique de la guerre des sexes apparaît d’ailleurs clairement dans certains articles. Dans le magazine féminin Elle, un journaliste s’emporte vivement à l’occasion d’un article sur Lorette Nobécourt. « Il était une fois des filles qui maniaient l’encre comme de la nitroglycérine […]. Si ces filles jouent avec le feu, c’est pour carboniser la maison des écrivains19 ». Cette ode à la nouvelle femme guerrière en lutte contre le pouvoir masculin n’est cependant pas communément partagée par la presse. Regrettant le passé, Bertrand de Saint Vincent constate ainsi les dégâts d’un féminisme exacerbé sur la jeune génération. « Autrefois, les jeunes romancières avaient les hommes dans la peau ; aujourd’hui, elles leur font la peau. Ce n’est plus de la littérature, c’est de la boucherie20 ». Les thuriféraires de ces jeunes romancières mettent directement en cause leur identité sexuelle pour expliquer la médiocrité, voire l’aberration de leur production littéraire. Toute une série de lieux communs sont alors revisités. Ici, Christine Angot est « cri-cri imprécatrice » et l’on suggère sa frigidité21 ; là, un journaliste finit un article moqueur et dénigrant consacré à La Vie sexuelle de Catherine M. par cette phrase : « Que Catherine Millet me pardonne de lui avoir donné une petite fessée : elle aime tellement ça22 ». Quand la femme qui écrit n’est pas une célibataire frigide, elle est obsédée par le sexe et jamais assouvie. Au point extrême, une femme qui prétend entrer en littérature ou qui, pire encore, se risque sur le terrain d’une sexualité assumée, ne peut être qu’une névrosée. Pour Sébastien Lapaque, du Figaro, « à défaut de retenir l’attention des historiens de la littérature […], ces romans intéresseront les cliniciens, les psychanalystes, les chercheurs23 ». Un certain imaginaire masculin cherche ainsi à écarter ces jeunes femmes insatiables du terrain de la haute littérature pour, mi-effrayé mi-réjoui, les remettre à leur place d’objet sexuel potentiel, de folle ayant perdu tout contrôle d’elle-même ou de femme, peut-être caustique, mais dans le fond toujours sentimentale et tendre24.

  • 25 Constance CHAILLET, « Je suis une fille tordue », Le Figaro Madame·, 18/05/01, p. 7.
  • 26 Josyane SAVIGNEAU, « Catherine Millet se raconte comme personne », Le Monde, 07/04/01.
  • 27 Cf. Philippe DAGEN, « L’Intimité mise à nu par les artistes mêmes », Le Monde, 07/04/01 ; Philippe (...)

12Cette hypothèse d’une guerre des sexes est certes rarement revendiquée par les femmes écrivains elles-mêmes et ne concerne explicitement que Catherine Breillat et Virginie Despentes. Elle ne produit en outre pas un effet perceptible dans la réception selon que le critique est un homme ou une femme. Pour ne prendre qu’un seul exemple, si à propos de La Vie sexuelle de Catherine M., une critique de sexe féminin comme Constance Chaillet peut prendre une position conservatrice et critiquer le récit au nom de la tendresse et de l’amour en expliquant que « la fesse [la] fatigue […] » et qu’elle « aime un seul homme, le [sien]25 », d’autres, comme Josyane Savigneau26, prennent au contraire sa défense. Quant aux hommes, s’ils peuvent être défavorables au récit de Catherine Millet, comme le montrent les articles d’Anthony Palou ou de Stéphane Denis, ils sont globalement favorables, comme le montrent ceux de Gilles Verdiani, Philippe Di Meo, Philippe Dagen, Philippe Sollers ou Patrick Kéchichian27. Ce ne sont ainsi pas nécessairement les femmes journalistes qui se posent en défenseurs de ces écrivains, et pas nécessairement les hommes qui les pourfendent. Il n’en reste pas moins que les propos les plus violents tenus sur cette nouvelle littérature féminine sont le fait de journalistes de sexe masculin et que la misogynie, ici comme ailleurs, n’a jamais été le fait des seuls hommes et concerne bien, à l’occasion, les journalistes des deux sexes.

13Si on observe autour de ce phénomène un trouble partiel des repères habituels en matière de réception, cela ne doit pas empêcher de formuler une troisième et dernière hypothèse, cette fois au croisement du social et du psychologique. L’accroissement de la thématique corporelle dans le récit français contemporain, qui ne concerne pas seulement la littérature des femmes mais aussi, à rebours de sa publicisation sélective, celle des hommes, témoigne d’une fascination, à laquelle notre société laisse une large place, pour la régression et la transparence, pour la régression en toute transparence. On aspire à montrer la simple mécanique des corps comme si on ne la montrait pas, c’est-à-dire comme si elle était elle-même présente sous les yeux du lecteur et permettait de saisir la réalité humaine au plus près, au plus originel et, croiton, au plus vrai – dans le battement de la vie. On comprend donc qu’elle soit mise en scène dans des œuvres le plus souvent largement autobiographiques et occasionnant ainsi un trouble des partages génériques traditionnels entre récit fictif et document. Volonté, pour ne pas s’en faire accroire, de réduire l’ensemble des phénomènes humains à leur origine pulsionnelle, rejet parfois revendiqué de la fiction comme d’un mensonge dissimulant la réalité, croyance en la possibilité d’accéder immédiatement à la chose elle-même en faisant l’économie de la représentation – toutes ces tendances sont marquées par la méfiance à l’encontre de l’élaboration symbolique dans une société qui tend à reconduire l’individu contemporain, entre dépréciation de soi et aspiration à la toute-puissance, vers l’illusion d’un corps et d’une langue qui ne feraient qu’un et manifestent finalement la nostalgie de la fusion primaire et la quête de son retour. Si les femmes écrivains incarnent aux yeux des médias cette tentation régressive, c’est peut-être qu’on les identifie, plus aisément que leurs homologues masculins, aux figures, d’une part, d’une mère archaïque faisant faussement disparaître toutes les tensions propres à l’individuation et, d’autre part, d’une mère séductrice qui empêche la maturation de l’idéal culturel du sujet et détourne son énergie vers différentes formes de perversions – littéraires.

14Dans cette publicisation de l’intimité organique et sexuelle effaçant la frontière entre la sphère publique et la sphère privée se conjugue l’aboutissement d’une exigence de vérité individuelle inassignable et donc plus ou moins transgressive, mais aussi d’une marchandisation de soi qui ôte une grande partie de leur potentiel de révolte à l’ensemble de ces textes en les incluant dans la vaste entreprise du spectacle. Le corps n’a plus honte, il se montre – et il se vend. La pratique habituelle du champ littéraire comme institution de la révolution permanente rejoint ici la nouvelle institutionnalisation des mœurs comme absence d’institution et quête obligatoire d’authenticité. Le mouvement de l’avant-garde et l’exigence de singularité qu’il implique rejoignent la nouvelle nécessité morale, pour chaque individu, de choisir sa propre vie. La subversion devient une marchandise comme une autre.

15Il est de ce point de vue tout à fait remarquable que, parmi les femmes écrivains que nous avons citées, nombreuses sont celles qui, dès leur première publication, se tournent vers une littérature fortement marquée par le corps et le sexe. Il faut moins voir ici l’effet d’un simple calcul qu’une disposition créée par le champ littéraire lui-même et, plus largement, par la société dans son ensemble, qui délèguent à ces femmes le soin de révolutionner les moeurs et, du même coup, limitent la reconnaissance dont elles peuvent jouir en les cantonnant dans un domaine de l’intime, certes marqué nouvellement par la sexualité aux dépens des sentiments, mais qui demeure traditionnellement le leur. Dans le processus de marchandisation intégrale de la vie, sur le vaste marché de la chair et des émotions, les femmes écrivains sont les grandes pourvoyeuses de littérature scandaleuse, non pas seulement parce qu’elles écrivent, comme les hommes, sur le commerce sexuel, mais parce que c’est ainsi qu’elles parviennent à faire parler d’elles et à prendre place dans le commerce des livres. Elles sont ainsi à la fois les bénéficiaires et les victimes d’une économie des biens symboliques prompte à acheter et à vendre la vie privée des individus, se nourrissant du scandale qu’elles provoquent elles-mêmes et garantissant les plus grands succès immédiats à qui se conforme obligeamment à ses demandes. Elles apparaissent encore comme des boucs émissaires de nos sociétés consommatrices de vie privée et ogresses dévoreuses de l’intimité, chargées de révéler toujours plus d’elles-mêmes et de susciter toujours plus de réprobation, en même temps que leur reste fermé l’accès à une reconnaissance plus noble dans le cadre de ce qu’il faut bien nommer une division sexuée du travail littéraire.

Notes

1 Bertrand DE SAINT VINCENT, « Ces Dames aiment la chair fraîche », Le Figaro Magazine, 04/09/99, p. 78-79.

2 Dorothée WERNER, « Le Sexe vu par les femmes », Elle, 29/02/99, p. 71-72.

3 Fabrice GAIGNAULT, « Alice au pays des tuyaux », Elle, 19/04/99, p. 52.

4 Luc LE VAILLANT, « Très chair », Libération, 28-29/03/98.

5 D. WERNER, « Le Sexe vu par les femmes », art. cit.

6 Bernard PIVOT, « Elles ont du culot ! », Le Nouvel Observateur, 03-09/09/98, p. 87.

7 D. WERNER, « Le Sexe vu par les femmes », art. cit.

8 Sébastien LAPAQUE, « Le dégoût du corps », Le Figaro, 02/09/99.

9 Valérie LEJEUNE et Étienne DE MONTÉTY, « Et voici les spice girls de l’écriture ! », Le Figaro Magazine, 12/09/98, p. 81.

10 Sébastien LE FOL, « La Littérature malade du marketing », Le Figaro, 24/10/99.

11 François NOURISSIER, « Contre les hommes », Le Figaro Magazine, 13/11/00, p. 25.

12 J.-L. D. [Jean-Luc DOUIN], « Lorette Nobécourt dans la chair des mots », Le Monde, 09/11/01.

13 L. LE VAILLANT, « Très chair », art. cit.

14 Éric NEUHOFF, « Des Petits Riens de la vie, elles font un roman », Le Figaro Madame, 09/10/98, p. 43.

15 Patrick BESSON, « Didier Van Cauwelaert, Tintin au porno », Le Figaro, 04/04/02.

16 Cf. Christian CHARRIÈRE, « A Corps perdu », Le Figaro, 13/06/96 et Frédéric BEIGBEDER, « Le style rock », Le Figaro, 17/09/98.

17 Philippe MARCEL, « Au boulot, les filles ! », Libération, 17/09/98.

18 Aude LANCELIN, « Despentes à sang pour sang », Le Nouvel Observateur, 22-28/06/00, p. 118.

19 Fabrice GAIGNAULT, « Lorette Nobécourt, la toquée du troquet », Elle, 30/03/98, p. 55.

20 B. DE SAINT-VINCENT, « Ces Dames aiment la chair fraîche », art. cit.

21 Étienne DE MONTÉTY, « Christine Angot : celle par qui le tapage arrive », Le Figaro Magazine, 21/07/01, p. 62.

22 Anthony PALOU, « Les Chasses nocturnes de Catherine Millet », Le Figaro, 12/04/01.

23 S. LAPAQUE, « Le Dégoût du corps », art. cit.

24 Il n’est que de voir les compliments adressés unanimement à certains autres écrivains femmes, comme Élisabeth Barillé, Anna Gavalda ou Camille Laurens, quand la critique estime qu’elles se tiennent à l’écart de ces revendications féministes. La femme écrivain est à sa place lorsqu’elle écrit des romans éventuellement ironiques, mais qui sont surtout des leçons de tendresse et d’énergie positive davantage tournées vers les sentiments que vers le sexe.

25 Constance CHAILLET, « Je suis une fille tordue », Le Figaro Madame·, 18/05/01, p. 7.

26 Josyane SAVIGNEAU, « Catherine Millet se raconte comme personne », Le Monde, 07/04/01.

27 Cf. Philippe DAGEN, « L’Intimité mise à nu par les artistes mêmes », Le Monde, 07/04/01 ; Philippe SOLLERS, « Le Regard sur soi d’une femme libre », Le Monde, 07/04/01 ; A. PALOU, « Les Chasses nocturnes de Catherine Millet », art. cit. ; Gilles VERDIANI, « Catherine Millet est-elle scandaleuse ? », Elle, 23/04/01, p. 29 ; Patrick KÉCHICHIAN, « Catherine Millet, l’envers du succès », Le Monde, 10/05/01 ; Philippe DI MEO, « La légende d’un corps », Magazine littéraire, n° 398, mai 2001, p. 72-74 ; Stéphane DENIS, « Les sans-culottes », Le Figaro Madame, 09/06/01, p. 42.

Auteur

E.N.S. Lyon

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540