Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Histoire

Art de la guerre : représentation de la marginalité urbaine dans La Clôture de Jean Rolin et Loin des forêts de Michel Braudeau

Harri Veivo

Texte intégral

  • 1 Voir Ruth EATON, Cités idéales. L’Utopisme et l’environnement (non) bâti, Anvers, Fonds Mercator, (...)

1La relation entre la marginalité urbaine contemporaine – qu’elle soit architecturale ou sociale – et la littérature est problématique. D’une part, par sa référence à des valeurs fondamentales, hiérarchies conceptuelles, stereotypies culturelles et intertextes architecturaux, urbanistiques, politiques et littéraires, la marginalité offre aux textes un riche faisceau de significations potentielles. L’architecture et l’urbanisme moderne de l’après-guerre voulaient faire table rase, oublier le passé et implanter partout des modèles d’habitation prétendument rationnels, universels et démocratiques1. Aujourd’hui, cette conception de la ville a été mise en question par de sérieux problèmes sociaux, économiques et politiques. Les cités et les banlieues sont devenues « sensibles », « dangereuses » et « de non-droit », et cette fin de l’utopie urbanistique est accompagnée par la réapparition dans l’espace public de la marginalité sociale qui nous contraint à réfléchir sur les conceptions de dignité, solidarité, égalité et droit qui fondent une société. D’autre part, une œuvre littéraire appartient toujours à une sphère de production et de consommation esthétique qui est hautement appréciée dans la culture. La structure du texte et la communication littéraire suivent des principes qui sont étrangers à la marginalité. Il n’est pas certain que la marginalité puisse garder son caractère intrinsèque, sa marginalité, lorsqu’elle est amenée dans la sphère de représentation et de consommation propres à la littérature.

2La question de la représentation littéraire de la marginalité a donc plusieurs aspects étroitement liés. Il s’agit de l’image de la marginalité que le texte construit ainsi que des valeurs, hiérarchies conceptuelles et relations intertextuelles qui accompagnent cette image. Mais il s’agit également de la relation entre le texte et son sujet, de la façon dont le texte réduit la marginalité au statut d’un thème intégré à ses propres structures narratives et rhétoriques, ou déconstruit son propre statut pour sauvegarder l’altérité et l’étrangeté de la marginalité.

3Dans cet article, j’analyserai de ce point de vue deux romans français contemporains, La Clôture de Jean Rolin (2002) et Loin des forêts de Michel Braudeau (1997). Je vais me concentrer sur deux aspects. Premièrement : l’utilisation du thème de la guerre ou de la bataille. L’idée de la « guerre sociale » est explicite ou sous-jacente dans une grande partie des descriptions des relations sociales du monde urbain contemporain. On la retrouve dans les journaux, les discours politiques, les bandes dessinées, et, bien évidemment, dans les romans. Jean Rolin et Michel Braudeau l’utilisent d’une manière subtile et originale qui, au lieu de polariser la situation en un affrontement, met en relief la complexité de la situation. Deuxièmement : les personnages qui négocient les rapports entre la marginalité et l’art dans les textes. La rencontre avec les figures de la marginalité est avant tout une expérience personnelle. Elle met en relief les certitudes, présuppositions, conceptions et croyances qui soutiennent l’identité culturelle et sociale du sujet. Selon Marc Augé, la figure du mendiant représente l’altérité sociale d’une manière radicale :

  • 2 Marc AUGÉ, Un ethnologue dans le métro, Hachette, Pluriel, 2001, p. 86.

Dans ces silhouettes anonymes […] nous reconnaissons les limites et les marques de notre identité collective : ces mendiants sont ce que nous ne sommes pas, […] ils symbolisent par la négation et jusqu’au vertige le tout du social, terriblement concrets, terriblement complets – trous noirs dans notre galaxie quotidienne2.

4Chez Rolin et Braudeau, l’expérience de la rencontre et les sensations qu’elle évoque sont reliées à l’art : les personnages (ou le narrateur homodiégétique) qui entrent en contact avec les figures de marginalité sont des artistes ou des écrivains, et la rencontre affecte leur travail. Ces personnages ouvrent ainsi une perspective sur les relations entre l’art, l’identité et la marginalité ainsi que sur la question de la représentation littéraire.

La Clôture de Jean Rolin : métaphore de la bataille et question du sujet

  • 3 Jean ROLIN, La Clôture, P.O.L., 2002, p. 12.

5La guerre est omniprésente dans le roman de Jean Rolin. Le livre s’ouvre par une vue panoramique sur les quartiers Nord de Paris et le périphérique. Un homme observe la ville d’un balcon élevé dans une situation qui rappelle de nombreuses scènes semblables dans la littérature, sauf que le narrateur note que, de sa position sur le balcon, l’homme pouvait « abattre le conducteur de n’importe quel véhicule circulant sur le périphérique3 ». Un peu plus loin, c’est le meurtre d’une prostituée bulgare qui amène la première mention de Rue de la Clôture qui donne son nom au livre. Disputes, agressions et menaces sont présents dans le livre du début jusqu’à la fin.

6Il serait pourtant erroné de voir en La Clôture un texte dystopique. Le texte n’exhibe pas la violence. La guerre est omniprésente dans le livre d’une manière beaucoup plus subtile et fondamentale. Le narrateur dit que son projet était « d’écrire sur le maréchal Ney du point de vue du boulevard qui porte son nom » ou l’inverse, sur le boulevard du point de vue du maréchal. Le narrateur note que ce projet est « assez vaste et confus » (ibid., p. 17). Une vague référence à un projet, ou une opération, plus ou moins confus ou réussi semble être une constante dans l’œuvre de Rolin. Au lieu de s’interroger sur la pertinence en soi d’un tel projet, il vaut mieux s’intéresser à ce qu’il permet au texte de faire.

7L’indication rhétorique du projet ouvre une possibilité d’ironie : la différence entre l’intention du projet et son résultat montre les limites du contrôle du narrateur sur son travail. En même temps, elle fait ressortir l’autonomie du sujet. Le texte raconte l’échec du projet : le sujet n’est pas uniquement du matériau pour la représentation, mais il possède sa propre dynamique qui échappe à une prise de possession complète par le texte. Dans La Clôture, il est encore important de noter le caractère métaphorique du projet. Il offre au texte la possibilité de faire un rapprochement entre deux domaines éloignés, l’histoire des guerres de Napoléon et l’état actuel du Boulevard Ney. Il peut être considéré comme l’acte intentionnel qui établit la base même du projet d’écriture et détermine la relation entre le narrateur et le sujet de la narration, reliant ainsi la question de la représentation au personnage – le narrateur homodiégétique – qui négocie et commente la relation entre l’art et la marginalité dans le récit. Il permet aussi au narrateur d’utiliser un vocabulaire et une série de stratégies descriptives motivées par la guerre dans l’évocation de la marginalité urbaine. Procédons à une analyse plus précise de ces aspects du roman.

Travail de la métaphore

8Le projet d’écrire sur le maréchal Ney et le boulevard qui porte son nom crée un parallélisme entre deux domaines historiques, les grandes guerres de Napoléon et la banlieue Nord de Paris à la fin du XXe siècle. Le narrateur du texte s’intéresse à la vie du maréchal Ney, à son origine modeste, ses succès militaires et sa fin, qu’il retrace à travers une lecture de livres d’histoire militaire et de visites aux lieux qui portent une trace du maréchal, une statue dans la banlieue parisienne et un tableau dans un musée anglais plus précisément. En même temps, il observe et décrit la vie des marginaux qu’il rencontre aux abords du Boulevard Ney et de la Rue de la Clôture. Deux époques fort différentes, les guerres de Napoléon, avec leurs succès et défaites, et l’état actuel de la zone périphérique, avec sa déréliction urbaine et ses prostitués, drogués et S.D.F., se trouvent ainsi mises en contact.

  • 4 Paul RICŒUR, La Métaphore vive, Seuil, Points Essais, 1997, p. 221-272.
  • 5 Jean BESSIÈRE, Quel statut pour la littérature ?, PUF, L’interrogation philosophique, 2001, p. 178 (...)

9Le narrateur pousse ce rapprochement très loin, jusqu’à les faire fusionner dans une série de descriptions qui représentent les abords du Boulevard Ney le jour de la bataille de Waterloo en l’an 2000 comme s il s’agissait effectivement du vrai champ de bataille. Avec une certaine dose d’ironie et d’humour, le narrateur prend le bruit des voitures pour le grondement de la guerre et les grands sacs de poubelle noirs pour des chevaux morts. Une des pistes d’interprétation que ce parallélisme semble ouvrir est la guerre sociale comme une répétition de la défaite de Napoléon. Il est difficile pour le lecteur, me semble-t-il, de ne pas établir un rapprochement entre Waterloo et les défaites des idées progressistes dans les années 90. D’autre part, le rapprochement fait évidemment ressortir la différence entre la gloire qu’on associe facilement à l’époque de Napoléon et la misère qui marque les abords du Boulevard Ney aujourd’hui. Le projet de Rolin montre ainsi le caractère indécidable inhérent au fonctionnement de la métaphore. La banlieue est et n’est pas Waterloo. Nous avons ici une réponse partielle à la question de la représentation de la marginalité : le « moment iconique4 » de la métaphore fait voir le semblable dans le dissemblable et offre ainsi une possibilité de concevoir la marginalité à travers une comparaison. En même temps, elle s’oppose à une réduction de la marginalité urbaine au terme comparant, la guerre. La métaphore n’établit pas de relation logiquement ou épistémologiquement valable entre ces termes : elle rend toute généralisation ou conclusion non valide et joue ainsi « sur une reconnaissance de chacun des termes pour lui-même5 ». La marginalité reste marginale.

Structure, position, vocabulaire

  • 6 J. ROLIN, La Clôture, op. cit., p. 17.

10Le développement narratif du texte résiste également aux conclusions géneralisatrices. Il s’intéresse plutôt aux vies individuelles qu’aux questions politiques ou sociales. Au début du texte, le narrateur décrit l’enfance modeste de Ney et son ascension dans la hiérarchie militaire, mais il dit que ce qui l’intéresse est plutôt ce qui dans son caractère « tient de la midinette et de l’artiste de variété6 ». Le destin de Ney est ainsi mis entre parenthèses au profit du caractère qui convient mal à l’idée que l’on se fait du grand homme et ressemble plutôt aux marginaux qui habitent aux abords du Boulevard. Si le texte commence par une description des origines modestes de Ney, il finit par l’évocation de l’enfance tout aussi modeste des principales figures de marginaux. La structure temporelle du texte s’approprie ainsi le rapprochement métaphorique qui est la base même du projet de l’écriture, mais elle le construit en chiasme : le début décrit l’enfance de Ney et la rencontre du narrateur avec les personnages qui habitent aujourd’hui aux abords du Boulevard ; la fin raconte la mort de Ney et l’origine des autres personnages. Cette structure montre la ressemblance des trajets individuels tout en conservant les différences d’époque et de contexte historique. Par une évocation subtile, elle nous fait voir un peu de Ney chez les marginaux, mais laisse entendre en même temps que tout discours glorifiant ou misérabiliste serait déplacé.

  • 7 J. BESSIÈRE, Quel statut pour la littérature ?, op. cit., p. 221.

11Le rapprochement métaphorique entre le maréchal Ney et le boulevard fonde le projet de l’écriture de Rolin. Selon Jean Bessière, la métaphore a pour condition un jeu anaphorique qui « fait un acte, qui suppose un agent, une faculté et la question de cet acte selon le jeu de perspective qu’établit l’anaphore7 ». Dans La Clôture, cette position qu’établit la métaphore est explicitement prise en charge par le narrateur : il en reçoit à la fois un vocabulaire et une stratégie pour le traitement de son sujet. La négociation des relations entre la marginalité sociale, l’art et l’identité dans le travail et l’expérience du narrateur est ainsi intimement liée à la métaphore sous-jacente de la guerre. Cette métaphore peut donc être considérée comme constitutive non pas uniquement de la narration, mais également de la réflexion métatextuelle sur la condition de la représentation que le texte offre au lecteur.

  • 8 J. ROLIN, La Clôture, op. cit., p. 25.

12Le vocabulaire que le narrateur utilise est souvent un vocabulaire militaire : par exemple, les abords du boulevard sont décrits comme « le territoire » où le narrateur intervient et les limites de cet espace sont appelées « aile gauche » et « droite8 ». La métaphore offre ainsi un moyen lexical pour la prise en possession du sujet. En même temps, elle permet l’usage d’une ironie qui distancie le narrateur de son objet. La conception du boulevard comme champ de bataille est évidemment idiomatique, valable uniquement dans les limites du projet que le narrateur s’est donné. C’est ainsi que le narrateur peut noter qu’un promeneur solitaire qu’il a rencontré la nuit a eu peur de lui et s’est enfui, même s’il ignorait « qu’il s’agissait en fait du champ de bataille de Waterloo (ibid., p. 117-118) ».

  • 9 Catherine MILKOVITCH-ROUX, « Le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace », La géocriti (...)

13Le vocabulaire et le langage « militaires » permettent aussi une approche du sujet de la représentation. En définissant son travail comme un projet et son objet comme un terrain où intervenir, le narrateur donne une certaine indépendance à la marginalité urbaine que son texte décrit. Il se pose comme un observateur qui effectue certaines opérations et interventions dont le but est de faire surgir de petits événements, de permettre la connaissance des marginaux et de voir leur vie, d’entendre leurs histoires. Ces événements, connaissances et histoires échappent au contrôle du narrateur : ils surviennent, et son travail est uniquement de les choisir et de les arranger dans le texte. La métaphore de la guerre et le vocabulaire ainsi que la position de narration qu4elle offre fait ressortir « une perception de l’espace en mutation9 » propre à la littérature de guerre, mais développe en même temps une distance ironique et une ambiguïté épistémologique qui empêchent de structurer la situation en simple confrontation.

Le sujet

  • 10 Par là, le texte de Rolin rejoint des travaux récents menés dans les autres arts, notamment la pho (...)

14Le narrateur dans La Clôture n’est donc plus d’une manière univoque un créateur d’un monde fictif ni un manipulateur du langage et des conventions de la littérature. Son travail est plutôt un travail de découverte. Il reste certes l’agent qui donne la forme au texte et crée ainsi sa structure signifiante. Néanmoins, son approche laisse une certaine autonomie au sujet et nous permet de l’entendre peut-être dans l’autre sens du mot, non pas uniquement comme le thème de la représentation, mais également comme l’acteur, celui qui agit. La marginalité peut ainsi garder une partie de son étrangeté et altérité, de sa situation à la limite, dans la zone où les structures et les hiérarchies de la société commencent à se désagréger, même si elle devient un élément subordonné, le sujet, dans un texte littéraire10.

Loin des forêts de Michel Braudeau : peindre la marginalité

15Le personnage principal du roman Loin des forêts de Braudeau est Louis, peintre et père de famille. Il veut être un peintre de batailles. Pourquoi ? Parce que

  • 11 Michel BRAUDEAU, Loin des forêts, Gallimard, 1997, p. 95-96.

cela correspond à son goût des grandes organisations et des actions compliquées, parce qu’un tableau de bataille doit, pour bien faire, donner l’histoire de l’engagement jusqu’au dénouement, avec au besoin le rappel parfois symbolique des causes directes ou indirectes de la bataille, le territoire disputé, les ambassadeurs humiliés, les femmes enlevées ou contraintes, comme des conséquences, la prison, la tête tranchée, la couronne tombée, être en quelque sorte un récit de l’événement et l’illustration d’un moment exemplaire11.

16Le désir de peindre des batailles désigne un phantasme de pouvoir et de contrôle qui n’est pas sans rappeler les aspirations du roman réaliste traditionnel, comme nous allons le voir plus loin. D’autre part, le sujet que Louis choisit pour son tableau de bataille l’amène à rencontrer le monde des marginaux, ce qui fait ressortir la relation complexe entre l’art et la marginalité et affecte son identité. Louis est ainsi l’élément qui, par son travail à la fois social et personnel, noue ensemble la guerre, la marginalité et l’identité ainsi que la question de la représentation artistique.

L’œuvre et le modèle

  • 12 Michèle RIOT-SARCEY, « Utopie du politique (l’) », Dictionnaire des Utopies, Michèle Riot-Sarcey, (...)

17Le sujet que Louis décide de peindre est le champ de bataille de Grandson d’où l’armée de Charles le Téméraire a dû se replier et qui est envahi par des pilleurs qui se disputent le butin. Le sujet marque la fin de la volonté de créer un empire bourguignon en pleine Europe, c’est-à-dire la fin d’un autre phantasme de pouvoir et de contrôle lié à la guerre. Le choix du sujet met Louis en contact avec le milieu des marginaux. Il a besoin d’un modèle et il le trouve parmi les clients du restaurant caritatif où il travaille de temps en temps. À la surprise de Louis, et du lecteur peut-être, les SDF et autres figures marginales dont Louis fait la connaissance ne sont pas malheureux. Ils sont fiers, se sentent libres et ne regrettent pas leur vie antérieure. Ils ont leur propre réseau de communication et d’aide qui regroupe des personnages d’origines variées, sans distinction de race, qui ont perdu leur fortune ou le niveau d’éducation jadis atteint. Il s’agit d’une communauté utopique, « un gouvernement des bas-fonds » (ibid, p. 135), fondée sur les principes de liberté et d’égalité, mais cette fois sans les contraintes de hiérarchie et de contrôle qui marquent la société ordinaire. Et cette communauté est puissante. Lorsque la police est incapable de résoudre le meurtre d’un clochard, c’est le réseau de ses semblables qui cherche les coupables et les punit. Ainsi, par une réflexion spéculaire propre à l’utopie, la communauté des marginaux provoque « la prise en compte de l’écart, entre ce qui est et ce qui est censé être12 » et souligne les lacunes de la société où Louis et ses amis vivent.

18Le chef de cette communauté utopique devient le modèle de Louis, qui lui donne le nom de « Judas », parce que ses traits correspondent à l’idée que Louis se fait du traître dans la Bible. Judas offre ses traits à trois voleurs qui s’emparent du butin laissé sur le champ de bataille. La scène de pillage que Louis peint est violente, elle ne donne aucune lueur d’espoir. Ainsi, dans le tableau de Louis, Judas, représentant exemplaire de la communauté utopique des marginaux, devient un voleur qui s’empare des objets de valeur que laisse derrière lui le Duc de Bourgogne, cet homme dont le destin, la volonté de puissance et l’échec, ressemblent, selon Louis, à notre vie.

19Que pouvons-nous conclure sur ce point ? Il me semble que le texte pointe ici un problème fondamental de l’art qui s’intéresse à la marginalité. Une œuvre d’art appartient toujours à la sphère de production et consommation esthétique hautement valorisée dans la culture, tandis que la marginalité en est exclue par définition. Le passage de l’un à l’autre ne peut être que déformant. Le tableau de Louis ne contient pas de traces de la communauté utopique des marginaux. Il emprunte les aspects d’un visage et d’un corps humain pour donner une forme aux pilleurs qui arrivent lorsque le rêve d’empire de Charles le Téméraire est fini. Le leader des SDF, Joseph de son vrai nom, devient Judas, le traître, la menace, une figure de l’angoisse de Louis. L’art ne retient de la marginalité que l’aspect extérieur susceptible de se plier aux exigences de l’esthétique et aux phantasmes de l’artiste ; il jette dans l’ombre toute altérité positive.

Rencontre et identité

  • 13 Philippe HAMON, « Pour un statut sémiologique du personnage », in Poétique du récit, Gérard GENETT (...)

20Le tableau que Louis peint peut ainsi être lu comme une parabole sur l’art et la marginalité. Cette interprétation doit encore être reliée à l’ensemble du roman et avant tout à « la totalité de la trajectoire13 » du personnage. De ce point de vue, la situation de Louis à la charnière entre l’art et la marginalité s’étend à la question de l’identité et avant tout à la façon dont l’altérité sociale représentée par les clochards et les SDF affecte la construction d’une identité culturelle et la réflexion métatextuelle sur le statut de la littérature.

  • 14 M. BRAUDEAU, Loin des forêts, op. cit., p. 50.

21Initialement, les marginaux sont pour Louis une source d’angoisse, mais aussi un objet de curiosité. Il sent qu’une hiérarchie a changé, celui qui fait la charité ne se sent plus supérieur à celui qui la reçoit. Les mendiants ne demandent plus et ne remercient plus, mais transmettent leur honte de mendier à tous ceux qui les regardent et lisent leurs pancartes, les obligeant ainsi à donner dans un acte qui ne confirme pas une hiérarchie, mais creuse plutôt les assurances sur lesquelles la société repose. Louis imagine même que les mendiants, présents partout, membres d’un « réseau underground non déclaré14 », en savent beaucoup plus que la police sur les bas-fonds de la société, une hypothèse qui se confirme lorsque le réseau des SDF prend la justice en main.

22En même temps, Louis observe attentivement les visages des marginaux, cherchant des expressions et des gestes qui pourraient servir dans son travail. Cette curiosité est égoïste, de « la curiosité inhumaine de l’artiste pour ses semblables, qu’il est tout à fait prêt à cannibaliser jusqu’au trognon, à dévorer tout cru en recrachant juste les pépins » (ibid., p. 105). Ce thème de l’anthropophagie ou de la destruction du corps revient dans une scène qui relie le questionnement de l’identité et de l’art à l’intertexte historique sur la mort de Charles le Téméraire. En addition au tableau de Grandson, Louis dessine aussi la scène du duc mort sur le champ de bataille de Nancy. Selon les chroniques de l’époque, mentionnées dans le texte, le corps de Charles le Téméraire a été trouvé sur le sol, le visage contre la terre, une joue mordue par les loups. Louis montre son dessin à ses amis et raconte la scène :

Des Bourguignons s’approchent du corps qui gît face contre la terre dans la boue gelée […]. C’est le dernier moment où il est encore lui-même, tout en n’étant plus. Parce que dès qu’on le retourne, la peau de sa figure prisonnière de la glace est arrachée et reste dans le sol. Il n’a plus de visage, (ibid.,.p. 193)

23Le moment de la perte de l’identité n’est donc pas la mort, mais la mutilation du visage lorsque le corps est retourné. Louis fait un rapprochement entre l’histoire et sa propre expérience, ce qui donne une signification positive à la perte de l’intégrité du corps. Il dit s’être souvenu de la mort de Charles le Téméraire lorsqu’il se trouvait seul et blessé dans une forêt à la suite d’un accident de moto. Dans la description de cette expérience, la destruction du corps est une possibilité positive : « dans la forêt, j’avais connu l’envie de me laisser aller à saigner, à mourir […] je voyais mon corps comme dans un film accéléré s’affaisser, changer de couleur, tourner au vieux pain mouillé et se dissoudre dans l’herbe, quittant mes bottes et ma ceinture, mon jean et mon blouson, qui dureraient un peu plus que moi, quel repos magnifique » (ibid., p. 195-196).

24Cette perte positive du corps et de l’identité anticipe la fin du récit où Louis arrive à un état qui ressemble à une dérive, une perte de repères professionnels et sociaux, mais qui est plutôt la première découverte d’une nouvelle forme d’identité diffuse et fragmentaire, un pas sur la voie « qui n’a pas de fin, aucun terme, […] où l’on est immergé dans l’instant, dans un oubli complet de soi, un pur ravissement, où le corps se défait, perd ses limites, se fond en un éclair dans le tout environnant » (ibid., p. 333). Le phantasme de la destruction du corps et l’émiettement de l’identité structurée participent donc du même mouvement. La perte des limites de soi est une expérience désirable. Curiosité et angoisse ressenties à la rencontre de la marginalité au début de l’histoire donnent ainsi lieu à une autre possibilité, une identité fondée sur une nouvelle relation à l’autre, une relation mouvante, instable, et par là même à la fois fertile et oublieuse des assurances, divisions et hiérarchies qui dominent la constitution d’une identité traditionnelle.

Structure et sujet

25Il faut encore noter que, vers la fin du livre, cette ouverture d’une nouvelle possibilité pour l’identité est parallèle à un changement dans la structure du texte. Les deux premières parties du livre déploient une action romanesque avec une trame narrative, plusieurs personnages et des dialogues ; en revanche, la troisième et dernière partie consiste uniquement en un discours du narrateur qui abandonne le récit au profit d’un développement dominé par des digressions thématiques. Lorsque Louis découvre vers fin du récit un nouveau type d’identité et abandonne son travail et le phantasme de contrôle qu’il révélait, le texte abandonne sa galerie de personnages, sa multiplicité de voix et sa série d’actions romanesques, comme si la fin du phantasme de contrôle en peinture était parallèle à la fin du phantasme de contrôle romanesque, cette aspiration à créer et faire vivre un monde fictif dans une structure narrative bien ordonnée.

26Ou bien, en d’autres termes, tout se passe comme si la rencontre avec la marginalité menait aussi à un questionnement de la représentation littéraire elle-même. La fin du texte rompt l’unité structurale et narrative de l’œuvre. Cette faille empêche le texte de se constituer en un ensemble fermé, contrôlé, sémantiquement clôturé. De cette manière, le texte ouvre aussi une possibilité pour une représentation non-réductrice de la marginalité. La faille dans la structure de la représentation travaille au maintien du statut du sujet représenté – la marginalité de la marginalité – tout en permettant en même temps le développement des thèmes philosophiques du texte, l’identité, l’art et la rencontre avec l’altérité sociale.

La faille et la valeur de la représentation

  • 15 Michel HOUELLEBECQ, Les Particules élémentaires, Flammarion, 1998 et Plateforme, Flammarion, 2001  (...)

27D’une certaine manière, il est impossible pour une œuvre littéraire d’accéder à la sphère de la marginalité. La marginalité est, par définition, étrangère à la littérature : une œuvre ne peut pas ne pas être une construction artistique qui appartient à une chaîne de communication esthétique à forte valeur culturelle. Très souvent la littérature qui s’intéresse à la marginalité se contente de la représenter selon des modèles littéraires qui reproduisent des schémas esthétiques, poétiques et logiques traditionnels. C’est le cas, par exemple, de la vision dystopique des banlieues chez Michel Houellebecq, Didier Daeninckx et Christine Spianti : le seul point que ces écrivains partagent est la conception de la marginalité urbaine comme un lieu autre où les structures sociales et culturelles perdent leur consistance. Chez Houellebecq, ce fait évoque de la peur et de l’angoisse ; chez Daeninckx et Spianti, il est ressenti plutôt comme la possibilité d’un autre type de communauté et de partage. Tous les trois maintiennent pourtant la logique binaire inhérente au discours utopique qui oppose l’état actuel de la société à un autre état possible. Ils ne mettent pas en question la pertinence d’une telle représentation15.

28Un texte peut néanmoins rendre problématique sa propre structure représentative et amorcer ainsi la déconstruction de son propre statut. De cette manière, il peut essayer de déjouer le risque de la réduction de la marginalité au thème littéraire et les illusions de transparence, connaissance et contrôle qu’elle produit. Dans ce sens, les romans de Rolin et de Braudeau me semblent très importants. La structure métaphorique du projet de l’écriture chez le premier et la désagrégation de la structure narrative chez le second mettent en question la représentation et offrent ainsi une possibilité de développer une réflexion sur la marginalité sans pour autant la réduire au statut d’un sujet littéraire contrôlé par des modèles esthétiques et poétiques.

29Pour me défendre contre l’accusation de pousser l’interprétation de la valeur de ces procédures plus loin que les textes ne le permettent, je finirai par une citation de Jean Rolin. À la fin de son livre, il observe une femme africaine qui fait la queue devant le Centre de réception pour immigrés :

  • 16 J. ROLIN, La Clôture, op. cit., p. 246-247.

Ses lunettes sur le nez, elle était plongée dans un livre, et, même en faisant la part des choses – et même en tenant compte de la nécessité, pour la lectrice, de se composer une attitude susceptible de tenir à distance les emmerdeurs –, on aurait aimé savoir quel était ce livre, et ce qu’il avait pour mériter d’être lu dans des conditions si précaires16.

Notes

1 Voir Ruth EATON, Cités idéales. L’Utopisme et l’environnement (non) bâti, Anvers, Fonds Mercator, Bibliothèque des Amis du Fonds Mercator, 2001, p. 217-8 ; Yves NACHER et Françoise ZAMOUR, « Eyes that do not see », Suburban Discipline, Peter Lang et Tam Miller (dir.), New York, Princeton Architectural Press, Store-Front Books, 1997, p. 113-119.

2 Marc AUGÉ, Un ethnologue dans le métro, Hachette, Pluriel, 2001, p. 86.

3 Jean ROLIN, La Clôture, P.O.L., 2002, p. 12.

4 Paul RICŒUR, La Métaphore vive, Seuil, Points Essais, 1997, p. 221-272.

5 Jean BESSIÈRE, Quel statut pour la littérature ?, PUF, L’interrogation philosophique, 2001, p. 178. Voir aussi Paul DE MAN, Blindness and Insight. Essays in the Rhetoric of Contemporary Criticism, London, Routledge, 2e édition, 1983 et The Resistance to Theory, Manchester, Manchester University Press, Theory and History of Literature, 1986.

6 J. ROLIN, La Clôture, op. cit., p. 17.

7 J. BESSIÈRE, Quel statut pour la littérature ?, op. cit., p. 221.

8 J. ROLIN, La Clôture, op. cit., p. 25.

9 Catherine MILKOVITCH-ROUX, « Le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace », La géocritique mode d’emploi, Bertrand Westphal (dir.), Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2000, p. 60.

10 Par là, le texte de Rolin rejoint des travaux récents menés dans les autres arts, notamment la photographie. Voir Élisabeth MILON, « More Reality », Art Press, n° 279, mai 2002, p. 46-51.

11 Michel BRAUDEAU, Loin des forêts, Gallimard, 1997, p. 95-96.

12 Michèle RIOT-SARCEY, « Utopie du politique (l’) », Dictionnaire des Utopies, Michèle Riot-Sarcey, Thomas Bouchet et Antoine Pico (dir.), Larousse, Les référents, 2002, p. 239.

13 Philippe HAMON, « Pour un statut sémiologique du personnage », in Poétique du récit, Gérard GENETTE et Tzvetan TODOROV (dir.), Seuil, Points, 1988.

14 M. BRAUDEAU, Loin des forêts, op. cit., p. 50.

15 Michel HOUELLEBECQ, Les Particules élémentaires, Flammarion, 1998 et Plateforme, Flammarion, 2001 ; Didier DAENINCKX, Zapping, Denoël, 1992, Hors limites, Julliard, 1992 et Autres lieux, Verdier, 1993 ; Christine SPIANTI, Comme ils vivent, Maurice Nadeau, 1998 et Éden Zone, Maurice Nadeau, 2000.

16 J. ROLIN, La Clôture, op. cit., p. 246-247.

Auteur

Université de Helsinki (Finlande)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540