Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Histoire

Histoires d’enquête : quand le récit déclare forfait (Daeninckx, Del Castillo, Modiano)

Catherine Douzou

Texte intégral

  • 1 Didier DAENINCKX, Un château en Bohême, Denoël, Folio-policier, 1994 ; Michel DEL CASTILLO, La Nui (...)

1Une cartographie du roman contemporain ne peut manquer de s’attacher à la multiplication des récits d’enquête dans le dernier quart du XXe siècle, dont beaucoup mêlent investigation policière, événements historiques et destin individuel des protagonistes. Trois romans1 sont représentatifs de cette tendance. Dans Un château en Bohême (1994) de Didier Daeninckx, le narrateur-personnage, un ancien journaliste d’investigation devenu détective privé, se rend à Prague sur les traces d’un écrivain français disparu lors d’un voyage de repérage. Son enquête sur le passé récent du pays et sur les méthodes de l’ex-U.R.S.S. croise sa propre histoire, celle d’un père résistant sous l’Occupation nazie, puis footballeur de haut niveau, qui s’exile en France sous une fausse identité, lors des procès staliniens. Dans La Nuit du décret (1981) de Michel Del Castillo, un jeune inspecteur nouvellement nommé à Huesca raconte ses recherches sur la personnalité du commissaire profranquiste de cette ville. Il retrouve ainsi des traces de la guerre civile, et un secret de sa propre enfance. Enfin, dans Rue des Boutiques Obscures (1978) de Patrick Modiano, un détective amnésique enquête sur son passé et son identité perdus, qui le ramènent à la période de l’Occupation allemande en France. Il reconstitue peu à peu quelques données de son ancienne vie, parmi lesquelles l’événement responsable de son amnésie.

  • 2 Ce dernier, qui naît en tant que genre simultanément à la légitimation littéraire du roman au cour (...)

2La fréquence de cet avatar du roman policier2 dans le dernier quart du XXe siècle, qui repose sur la recherche de traces et se construit par définition autour d’un vide central – le mystère à résoudre –, est liée à la conscience d’une cassure historique résultant des événements de la Seconde Guerre mondiale, qui eux-mêmes réactivent les remises en cause provoquées par les massacres des champs de bataille de 1914-1918. L’interrogation devant l’humain, déjà suscitée au début du XXe siècle notamment par les théories de l’inconscient, s’accentue. Ces ruptures trouvent leur résonance dans la littérature où, par exemple, le Nouveau Roman soupçonne des modèles décrétés inutilisables, sapant la fiction traditionnelle. Triple écho de ces interrogations, notre trio romanesque reconstitue des crimes : ces récits dont certains « déclarent forfait », enquêtent par là sur l’Histoire, l’identité du sujet et la littérature.

De la polyvalence au détournement de l’enquête

  • 3 Y. REUTER, Le Roman policier, op. cit., p. 9. Boiieau-Narcejac fournit aussi un descriptif intéres (...)
  • 4 Ibid., p. 39. Certaines études insistent sur la modernité des modèles policiers : Jacques DUBOIS, (...)

3Les enquêtes policières de ces romanciers élargissent les objectifs traditionnels du polar : combler une rupture dans le savoir concernant un « délit grave, judiciairement répréhensible (ou qui devrait l’être)3 ». Les structures narratives et les thèmes assemblent l’enquête policière, l’écriture, l’Histoire et l’identité des protagonistes. Ils mettent en jeu des données historiques essentielles à la résolution des énigmes (les manipulations du régime totalitaire rendent compte du meurtre chez Daeninckx). Ils se confondent avec une quête identitaire (l’enquêteur de Del Castillo sent très vite la fascination spéculaire qui s’établit entre lui et le commissaire d’Huesca sur lequel il enquête). Enfin, ils tirent parti de la structure duelle4, propre à toute enquête, pour mettre en scène, dans la meilleure tradition de la modernité romanesque du XXe siècle, un récit en train de se faire et parallèlement les modalités de lecture du monde et du moi : un premier récit raconte l’investigation, le second relate les événements cachés que l’on tente de reconstituer. L’enquêteur devient à la fois la métaphore de l’écrivain, de l’historien, du moi penché sur son passé et celle du lecteur.

4Si Daeninckx reste proche des classiques du genre, Del Castillo et Modiano déconstruisent, à des degrés divers, les modèles du polar. Certes, ils organisent leur récit grâce au schéma basique de l’enquête, mettant en particulier en place un suspense concernant la révélation d’un mystère. Mais le narrateur de Del Castillo, un policier, raconte essentiellement son enquête officieuse sur la personnalité d’un supérieur, Pared, qui ne peut être accusé que de crimes « légaux », commis autrefois pendant la guerre civile pour la sauvegarde du Franquisme. L’enquête classique portant sur un meurtrier a découvrir reste secondaire : elle ne commence qu’à la fin de l’ouvrage et, vite résolue, elle sert surtout le portrait psychologique de Pared. Retournement atypique du polar : le narrateur devient le meurtrier de celui sur lequel il enquête et il achève son récit sur un épilogue opaque, signifiant au lecteur qu’il n’en saura pas davantage sur sa nouvelle vie de meurtrier exilé et sur ses motivations. Modiano raconte l’écriture irréalisable d’un récit, celui d’événements passés impossibles à reconstituer. Son narrateur n’accède qu’à des révélations partielles et même, il s’en désintéresse pour rechercher son ami d’enfance, dans une sorte de fuite en avant finale du personnage et du récit. De plus, comme dans le roman de Del Castillo, les topoï et les figures typiques du polar sont banalisés ou parodiés au lieu de servir une action palpitante. Chez Modiano, certains lieux (bars) et milieux (les courses) renvoient à l’atmosphère du roman noir ; et des personnages (le jockey, la belle gosse mannequin) s’affichent comme des clichés parodiques et déceptifs.

5Si Del Castillo déconstruit le modèle du polar au profit de la dimension romanesque d’un récit qui traque les mystères de la nature humaine, Modiano accentue le processus de perversion en s’attaquant au romanesque même, déjà déstabilisé par le caractère paralittéraire du modèle policier. Dans le sillage du Nouveau Roman, il ébranle les conventions d’écriture de la fiction traditionnelle. Aucune instance ne garantit l’identité de l’enquêteur amnésique. Le « je » narrant renvoie d’abord à une identité fausse, inventée, celle de Guy Roland, puis le narrateur pense être le personnage qui se trouvera être Freddie Howard de Luz, un ami d’enfance, puis apparaît un nouveau nom, Pedro Mc Evoy, qui se révèle être faux lui aussi. Enfin, une dernière identité est suggérée comme étant la plus probable sans que la narration l’authentifie de façon formelle : Jimmy Pedro Stern. L’énonciation fait même l’objet d’une rupture incompréhensible lorsque au chapitre XXVI, la narration adopte un régime hétérodiégétique puisqu’elle évoque un personnage et ses pensées que le narrateur ne peut pas connaître. L’histoire partiellement reconstituée reste assez banale pour l’époque concernée, les topoï romanesques sont ici peu exploités si ce n’est sous un angle déceptif : l’histoire d’amour avec Denise, disparue pendant le passage de la frontière suisse, reste inexploitée. L’effet de fiction se trouve lui-même remis en cause par les fiches de renseignement livrées telles quelles, matériau brut, incapable d’amorcer le romanesque.

6Ainsi, à côté du polar classique de Daeninckx, Del Castillo raconte une enquête atypique, construite à rebours et Modiano livre un récit qui aspire à combler les « trous » du savoir, mais qui consacre une littérature de la trace lacunaire, incapable d’échapper à la fragmentation.

Enquête sur l’Histoire

7Tous ces récits d’enquête figurent, de façon indirecte, une période toujours filtrée par la conscience des témoins qui l’ont vécue, bien éloignée des grandes fresques historiques à la Walter Scott. Dans cette perspective de l’Histoire subjectiviste, vue et vécue par des hommes se pose le problème essentiel des traces qui en conservent la mémoire. En effet, les narrations reposent sur des récits de témoins qui dégagent une sorte de quintessence existentielle du passé. Pourtant, les romanciers n’ignorent pas les traces objectives : bottins, fiches policières, photos reviennent chez Modiano et Del Castillo comme des liens essentiels avec le passé. Mais les traces ne sont porteuses de sens dans les enquêtes que si elles transmettent encore aux hommes du présent la vérité existentielle des êtres dont elles témoignent.

8L’obsession des indices dans le récit d’enquête – qui ne s’écrit qu’à la condition de les retrouver et de les faire parler – traduit l’angoisse de romanciers sensibles au caractère volatil des traces historiques, comme aux contresens possibles. Détruites par le temps, rendues muettes à la suite de la disparition des témoins, les traces peuvent être travesties. L’enquête de Del Castillo, située au moment où le régime franquiste se démocratise, souligne l’amnésie brutale d’un peuple et d’un état volontairement oublieux des luttes passées. Daeninckx dénonce les manipulations des traces par un pouvoir qui déboulonne cyniquement les statues. Chez Modiano, l’inscription cryptographique de la Shoah dans une histoire relatée par un narrateur amnésique qui ne retrouve plus ses traces comme disparues dans la neige où il a été abandonné par un passeur véreux, rappelle l’obsession des Nazis à faire disparaître toute trace du génocide.

9L’oubli de l’Histoire a des suites négatives, même si l’amnésie de la population espagnole chez Del Castillo et celle du narrateur de Modiano s’expliquent par une tentative d’échapper aux traumatismes pour renouer avec la vie. Le narrateur des Boutiques perd son identité en même temps que sa mémoire. L’Espagne de Del Castillo reste marquée au moins de façon inconsciente par les atrocités des guerres civiles passées : le nain, qu’elles ont rendu fou, assassine en chaîne dans une cave, lieu symbolique du refoulement, des chats et un ancien républicain lui-même revenu sur les lieux de ses crimes pour obtenir l’apaisement du pardon. Daeninckx montre que le passe tue encore puisque le crime sur lequel enquête son narrateur s’explique par des manipulations historiques que le nouveau régime veut effacer.

10De fait, ces mises en scène des traces qui concernent des régimes totalitaires – Franquisme, Nazisme, Pétainisme, Stalinisme – donnent des visions sombres d’une Histoire, décapée de tout romantisme romanesque. Tissu de forfaits la désignant pour figurer dans un récit policier, elle repose sur des violences arbitraires et injustes, consacrant la suppression des libertés, le règne de la terreur et de la mort. Del Castillo évoque le silence épouvanté des Espagnols dénoncés comme républicains, arrêtés à la nuit, parqués dans l’attente d’un jugement où un seul homme décide en trois minutes de leur vie ou de leur mort. Le récit de Modiano distille un sentiment de terreur, d’autant plus fortement ressenti par le lecteur que la cause n’en est pas absolument connue au moins au début du récit. L’espace de la France d’alors se scinde en lieux clos, autant d’étouffantes cachettes où les gens se terrent, travestissant leur identité, suffoquant de silence. Ce monde « décolorisé » par l’angoisse rappelle les films en noir et blanc de cette époque et multiplie les décors sombres, nocturnes, brumeux, caractéristiques des lourdes atmosphères du roman noir, littérature où, par définition, les pulsions sont déchaînées. Les romans d’enquête, proposant un jeu intellectuel au lecteur, analysent parfois le totalitarisme. Daeninckx démonte la logique stalinienne. Del Castillo réfléchit sur la nature du Franquisme à travers l’investigation sur un brillant fonctionnaire de police de Franco : les crimes officiels qu’il commet, en toute bonne conscience, lui semblent justifiés par son profond mépris des hommes et sa dévotion à l’ordre, valeur suprême de la société, bien plus que la compassion, selon lui.

Enquête sur l’identité du sujet

11Au centre de ces textes d’enquête existe une interrogation sur l’identité problématique d’un protagoniste, cette interrogation s’élargissant, surtout chez Del Castillo à la nature humaine, dont le caractère, toujours douteux et même suspect en fin de compte, oriente son écriture vers la forme d’un récit d’enquête malaisé, plus ou moins déceptif.

  • 5 Thierry LAURENT, L’Œuvre de Patrick Modiano : une autofiction, Presses universitaires de Lyon, 199 (...)

12Les récits posent la question de l’identité en lien avec le passé individuel et collectif de la personne et du travail de mémoire dans laquelle elle se constitue : le narrateur de Modiano tente d’écrire le récit de son propre passé, tandis que celui de Del Castillo reconstitue la biographie de Pared. Daeninckx met en évidence une idée que Modiano, fasciné par l’Occupation qu’il n’a pas personnellement vécue, fait sienne5 : le passé du sujet remonte bien au-delà de sa seule date de naissance puisqu’il reçoit un héritage culturel familial et collectif très ancien qui constitue son identité. En témoigne la déstabilisation du narrateur, lorsqu’il découvre son vrai patronyme modifié avant sa venue au monde.

13Les enquêtes identitaires insistent aussi sur la présence, à côté des données objectives propres à singulariser un être (noms, dates, lieux, données qui sont figurées dans Rue des Boutiques Obscures par les renseignements policiers, restitués sous forme de fiche dans la narration), de données plus irrationnelles, telles les émotions et les sensations, les fantasmes du sujet sur lui et le passé, ses rêves d’avenir. Ainsi, l’amnésique de Modiano renoue partiellement avec son moi ancien à la faveur de réminiscences sensorielles : l’odeur poivrée de Denise, des musiques, des lumières blafardes constituent le fil profond qui tisse la permanence et les profondeurs intimes de l’identité du sujet. Le narrateur ne se reconnaît pas vraiment sur les photos ou s’identifie à un personnage qui se révèle n’être pas lui. Les traces objectives du passé, pour importantes qu’elles soient – leur perte prive le sujet d’informations, l’amputant ainsi d’une partie de son histoire – ne peuvent se passer des données irrationnelles pour être actives ; elles n’ont de sens que si elles sont réinvesties par la vie intérieure du sujet.

  • 6 Il s’en explique dans Mon frère l’idiot, Fayard, 1995.

14Même si les données objectives de l’identité sont reconstituées, l’individu reste un mystère dès lors que les enquêtes privilégient la vie intérieure du sujet. Si Daeninckx, plus concentré sur les données factuelles de l’énigme identitaire, perce les secrets de l’identité, Modiano et Del Castillo les laissent partiellement irrésolus. Dans leurs romans, l’identité intérieure renvoie à la conception moderniste d’un sujet éclaté, sapant la conception d’un individu unifié, doté d’une psychologie, d’un passé et d’une identité clairs. Si cette opacité s’accroît chez Modiano par les mutilations que l’Histoire impose à l’identité du sujet, Del Castillo met en évidence l’obscurité des êtres à eux-mêmes, la force de leurs contradictions et de leurs pulsions : le narrateur ne comprend pas les fantasmes qui l’envahissent au début du roman. Conformément à une vision dostoïevskienne, fondamentale pour lui6, il insiste sur la dimension pulsionnelle et sur l’attirance trouble pour le mal des sujets, éternels suspects. L’être se révèle à travers un acte qui signe son identité, la « décrète », plus qu’à travers l’enquête factuelle ou l’analyse psychologique.

15Enfin ces enquêtes s’interrogent sur la capacité du sujet à s’affranchir du poids du passé. Elles recoupent des problématiques oedipiennes, ce qui n’a rien d’étonnant pour des récits de meurtre et d’énigme qui s’interrogent sur l’humain. La figure paternelle revient sous différentes formes dans chacun de ces récits et son traitement coïncide avec leurs issues identitaires respectives. Le narrateur de Daeninckx, qui apprend son véritable patronyme en découvrant le passé paternel, décide de garder celui que son père s’était choisi en venant en France : il affirme sa propre liberté. Le narrateur de Del Castillo tue le père symbolique mais ce meurtre, ultime piège, « décrète » pour lui l’exil du criminel. Quant au narrateur de Modiano, son identité reste flottante car il ne peut se reconnaître dans un père, dont il retrouve à peine un vague souvenir.

16Ainsi, les fantasmes identitaires que le sujet construit sur sa propre identité et son passé sont bien plus importants que les faits objectifs. La fiction reste alors une façon de refonder une identité aliénée par l’Histoire et le passe, qui sont toujours l’objet d’un récit intime que les hommes se racontent, un passé recomposé, lourd de fantasmes, sur lequel se posent néanmoins le présent et les rêves d’avenir.

Enquêtes sur la littérature

17Ces récits d’enquête mettent en scène la littérature et critiquent certains de ses aspects. Un château en Bohême en dénonce l’utilisation politique et la figure de l’auteur. Objet et outil de forfaits, la littérature, manipulée par l’argent et les pouvoirs, devient un instrument de pression, de propagande politique, propre à aliéner peuples et auteurs. Moins sociologique, l’approche de Del Castillo et de Modiano réprouve l’usage d’un langage littéraire dépassé, qui ne dit plus la vérité moderne du monde. Cette critique passe par un jeu de réécriture avec un lecteur complice où les auteurs s’en prennent à des stéréotypes qui ne sont plus appropriés ou qui masquent le réel qu’ils prétendent cerner. Ainsi Del Castillo et surtout Modiano parodient des modèles littéraires : polar, récit d’enfance, traces d’une littérature d’avant qui ne parvient pas à totaliser l’histoire recherchée, condamnée à rester des traces en lambeaux tant ces modèles sont désormais incapables de recomposer une histoire continue. Ceux-ci restent tendus vers la transmission de leur impossible signifiance.

  • 7 À la page 58 par exemple.
  • 8 Del Castillo développe ce point dans la préface du Crime des pères, Seuil, Points, 1993.

18Surtout chez Del Castillo et Daeninckx, la littérature s’affirme comme une investigation sur les êtres et le sens de la vie. La forme du récit d’enquête répond à cet objectif essentiel de comprendre ce qui rapproche le romancier du policier, comme le souligne plusieurs fois Del Castillo dans son roman7. Cependant, le rapport policier qui est une approche objective et extérieure, sinon factuelle, d’un être ne rend pas compte des mystères et des vérités humaines. Le littérateur et surtout le poète détiennent ce pouvoir car ils accèdent aux rêves des hommes qui pour Del Castillo définissent l’identité de chacun. Or, ces rêves résultent, plus que du monde réel, de l’art : la littérature crée les hommes8.

19À travers ces trois romans, la littérature dénonce des scandales qui frappent l’esprit de leur auteur. Selon Daeninckx, le rôle de l’écrivain, que sa déontologie devrait conduire à défendre sa liberté face aux pressions financières et politiques, est de démystifier les fictions fausses dont vivent les régimes non démocratiques. Tout roman se doit d’être une enquête informant les lecteurs, affûtant leur esprit critique, dénonçant les scandales présents et passés contre l’humain et la démocratie, pour faire progresser l’humanité. Sa fiction défend une littérature engagée qui vise un grand public par son côté plus traditionnel et plus accessible que les deux autres romans.

  • 9 Voir Maurice BLANCHOT, L’Écriture du désastre, Gallimard, 1980 ; Julia KRISTEVA, Pouvoirs de l’hor (...)

20Chez Modiano, la dénonciation des scandales et l’engagement de l’écrivain empruntent des voix plus détournées. Dans Rue des Boutiques obscures, l’enquête s’attache d’abord à évoquer, car l’écriture sert un devoir de mémoire. Les modèles littéraires utilisés, bien que « dépassés », manifestent la persistance d’un passé, voire une volonté de renouer avec lui, puisque toute identité nécessite sa prise en compte. À l’instar de l’histoire que veut reconstituer le narrateur amnésique, obligé de s’appuyer sur les récits parcellaires des témoins interrogés, le roman de Modiano s’écrit grâce à des traces littéraires qui lui préexistent. À partir d’elles et de leur critique, il s’inscrit dans une continuité littéraire et construit des formes innovantes, susceptibles de contourner les difficultés éthiques et esthétiques9 posées par ces écritures de l’Histoire et du moi.

21Le recours à des codes connus du public, ici pervertis, suggère une double enquête, oil le lecteur cherche à reconstituer l’histoire du narrateur en parallèle avec lui et tente aussi, à un autre niveau, de déchiffrer le jeu parodique sur les codes littéraires. Ainsi, il lit l’impossibilité de Modiano à mener un récit. Cette écriture de la prétérition et de la parodie, où la littérature renie certaines définitions d’elle-même, brouille les limites entre réalité et fiction, appelant le lecteur à conserver ses distances avec ce qui n’est qu’une représentation du réel et non le réel lui-même. L’écriture de Modiano, jouant de l’indécidable entre fiction et réalité, tente ainsi d’adhérer davantage au monde réel et de dépasser les problèmes éthiques et esthétiques liés à l’écriture du moi tel qu’il la conçoit et à celle des drames de l’Histoire.

  • 10 Voir Baptiste ROUX, Figures de l’Occupation dans l’œuvre de Patrick Modiano, L’Harmattan, 1999.
  • 11 P. MODIANO, Dora Bruder, Gallimard, Folio, 1997.

22Par cette écriture qui déclare ainsi « forfait », le lecteur est incité à déchiffrer le récit, signe d’autres histoires indicibles comme celle de l’extermination10. Rue des Boutiques obscures – le titre désigne une rue du ghetto juif de Rome – évoque la traque des Juifs sous l’Occupation. Ainsi, Pedro Mc Evoy pourrait bien être Jimmy Pedro Stern, Juif menacé, ce qui expliquerait sa terreur des contrôles d’identité, ses faux papiers, son désir de passer en Suisse. Le brouillard qui joue un rôle important dans le décor modianien n’est pas seulement la concrétisation d’un cliché de langage, « être dans le brouillard » renvoyant à l’amnésie du narrateur, mais peut être aussi une représentation allégorique de la Shoah, métaphoriquement désignée par l’expression « nuit et brouillard » (« Nacht und Nebel »). La littérature, jouant un rôle essentiel face à l’Histoire, conserve les fragiles traces du passé, « répare » les morts, et porte témoignage. Le roman produit des fictions qui comblent les lacunes dues au temps, à l’oubli, à l’extermination, tout en restant dans un esprit de vérité, de fidélité aux disparus et à leur vie (c’est ce que fait Modiano avec Dora Bruder11 encore plus nettement). Le réalisme comme la littérature romanesque traditionnelle sont impuissants à exprimer certaines expériences indicibles. Reste la représentation allégorique, indirecte, fragmentaire d’un vécu que le lecteur déchiffre dans des récits d’énigme où tout est trace, indice d’autre chose, où tout est déplacement dans une représentation forfaite.

23De même, l’écriture du sujet selon Modiano doit adopter une figuration fragmentaire car le moi passé subsiste par des bribes de souvenirs ou de sensations, que l’imagination seule peut recomposer. Le roman de Modiano tente de concilier la dimension d’une ligne à peu près continue, expression de l’enquête – qui constitue l’approche objective de l’identité –, et la résurgence mémorielle, incomplète du moi passé du personnage-narrateur. L’écriture est alors liée à l’instant fugitif, car la fragmentation dans ce roman n’est pas uniquement due à l’amnésie mais aussi à la volonté de capter des moments précis où le moi semble se réunifier à l’occasion de flashes. L’écriture de Modiano valorise ainsi (comme celle de Del Castillo) l’imagination tant dans l’écriture de l’Histoire que dans celle du sujet.

24Ces interrogations qui partent d’une démarche orientée vers le passé sont aussi des réflexions plus ou moins orientées vers l’avenir de la littérature, de la société et de l’homme. Nos trois enquêtes, quel que soit leur degré de remise en cause des modèles littéraires, sont des actes de foi dans la littérature et ses pouvoirs, même si leurs perceptions de l’homme et de la marche du monde restent plus mitigées. Ces écrivains suggèrent que la littérature et les outils qui lui sont propres cernent mieux les vérités humaines, toujours flottantes, que les psychologues ou les historiens prisonniers de leur tension vers une écriture objective. Le réel, l’Histoire, l’identité, sont avant tout des représentations, voire des fictions, que seule la littérature ou l’art atteignent. À ce titre, Del Castillo et Modiano insistent sur une poétique de l’imagination, que favorise une écriture lacunaire. Refondation, mémoire, désaliénation, dénonciation, la littérature se vit comme un acte de vérité et de liberté.

Notes

1 Didier DAENINCKX, Un château en Bohême, Denoël, Folio-policier, 1994 ; Michel DEL CASTILLO, La Nuit du décret, Seuil, Points, 1981 ; Patrick MODIANO, Rue des Boutiques Obscures, Gallimard, Folio, 1978.

2 Ce dernier, qui naît en tant que genre simultanément à la légitimation littéraire du roman au cours du XIXe siècle comme le rappelle Yves Reuter (Le Roman policier, Nathan Université, 1997), s’est développé autour de trois tendances définies par Todorov : le récit d’enquête, le roman noir, le récit à suspense (Voir « Typologie du roman policier », Poétique de la prose, Seuil, 1971).

3 Y. REUTER, Le Roman policier, op. cit., p. 9. Boiieau-Narcejac fournit aussi un descriptif intéressant des normes du récit policier (Le Roman policier, Payot, 1964).

4 Ibid., p. 39. Certaines études insistent sur la modernité des modèles policiers : Jacques DUBOIS, Le Roman policier ou la modernité, Nathan, 1992 ; Uri EISENZWEIG, Le Récit impossible, Paris, Christian Bourgois, 1986.

5 Thierry LAURENT, L’Œuvre de Patrick Modiano : une autofiction, Presses universitaires de Lyon, 1997, p. 45-52.

6 Il s’en explique dans Mon frère l’idiot, Fayard, 1995.

7 À la page 58 par exemple.

8 Del Castillo développe ce point dans la préface du Crime des pères, Seuil, Points, 1993.

9 Voir Maurice BLANCHOT, L’Écriture du désastre, Gallimard, 1980 ; Julia KRISTEVA, Pouvoirs de l’horreur : essai sur l’abjection, Seuil, 1980.

10 Voir Baptiste ROUX, Figures de l’Occupation dans l’œuvre de Patrick Modiano, L’Harmattan, 1999.

11 P. MODIANO, Dora Bruder, Gallimard, Folio, 1997.

Auteur

Université Lille III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540