Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Autofictions

Des narrations en quête d’identité La Place, Annie Ernaux L’Amant, L’Amant de la Chine du Nord, Marguerite Duras

Marie-Anne Macé

Texte intégral

  • 1 Luc FERRY, Alain RENAUT, La Pensée 68. Essai sur l’anti-humanisme contemporain, Gallimard, « Le Mo (...)
  • 2 Ibid., p. 38 ; Gallimard, Folio/essais, p. 52.
  • 3 Cf. Jean PIERROT, Marguerite Duras, José Corti, 1986, p. 331.

1Après la remise en cause du sujet via Le Nouveau Roman, toute une littérature de recherche et un courant philosophique, les années quatre-vingts le voient resurgir. Luc Ferry et Alain Renaut déclarent, en 1985, que « l’esprit du temps […] se plaît à redécouvrir les vertus de la ‘subjectivité’1 » ; un néo-humanisme se dessine après l’anti-humanisme dérivé de la pensée 68, marqué par des effets d’écriture complexes, « une fascination pour l’indicible », un « discours refusant l’épreuve de l’élucidation2 ». La littérature a suivi aussi cette voie. En adoptant une simplicité apparente, certains écrivains, comme Annie Ernaux avec La Place (1983) et Marguerite Duras avec L’Amant (1984) et L’Amant de la Chine du Nord (1991), ne renouent pas pour autant avec des formes narratives passéistes. Le sujet, certes présent, reste en même temps tenu à distance par l’écriture fragmentaire, le jeu de la désignation, des pronoms personnels, par une « écriture plate » chez Annie Ernaux et la pulvérisation de l’histoire chez Marguerite Duras. Toutefois, ces récits incarnent pour leur auteur un tournant dans leur travail : Annie Ernaux se trouve une nouvelle manière d’écrire qu’elle continue aujourd’hui encore d’exploiter et Marguerite Duras devient un auteur populaire, obtient la reconnaissance du monde littéraire par le Prix Goncourt3. On a le sentiment d’être à une époque charnière.

« Écriture ethnologique »

  • 4 Écritures blanches, colloque sous la direction de Dominique RABATÉ et Dominique VIART, 7-9 mars 20 (...)

2Lors du récent colloque intitulé Écritures blanches4, Annie Ernaux est revenue sur cette période de La Place. Pour percevoir sa démarche, elle note que retenir la simple phrase sur l’écriture plate est trop vague si elle est privée de son contexte. D’où la nécessité impérieuse, selon elle, de s’orienter vers cette séquence explicite dont la figure centrale est le père :

  • 5 Annie ERNAUX, La Place, Gallimard, 1983, p. 23-24.

Par la suite, j’ai commencé un roman dont il était le personnage principal. Sensation de dégoût au milieu du récit.
Depuis peu, je sais que le roman est impossible. Pour rendre compte d’une vie soumise à la nécessité, je n’ai pas le droit de prendre d’abord le parti de l’art, ni de chercher à faire quelque chose de « passionnant » ou d’« émouvant ». Je rassemblerai les paroles, les gestes, les goûts de mon père, les faits marquants de sa vie, tous les signes objectifs d’une existence que j’ai aussi partagée.
Aucune poésie du souvenir, pas de dérision jubilante. L’écriture plate me vient naturellement, celle-là même que j’utilisais en écrivant autrefois à mes parents pour leur dire les nouvelles essentielles5.

3C’est le sujet même, dans la double acception : personne/personnage (son père) et fabula (raconter la vie de son père), qui détermine un mode d’écriture « vrai », véridique fondé sur une adéquation totale entre les mots, le discours et la mimesis.

4Il s’agit pour la narratrice, qui a étudié la littérature et l’a enseignée selon les conventions imposées par l’État (à preuve la séquence édifiante du C.A.P.E.S. qui ouvre le récit), d’admettre que les œuvres connues ne lui seront d’aucun secours, qu’elle se situe dans un décalage socioculturel irréductible :

Il se trouve des gens pour apprécier le « pittoresque du patois » et du français populaire. Ainsi Proust relevait avec ravissement les incorrections et les mots anciens de Françoise. Seule l’esthétique lui importe parce que Françoise est sa bonne et non sa mère. Que lui-même n’a jamais senti ces tournures lui venir aux lèvres spontanément (ibid. p. 62).

  • 6 Jean-Paul Sartre, dans le texte consacré au roman de Nathalie Sarraute, Portrait d’un inconnu, sou (...)

5Pour appréhender ce monde, pour y revenir douloureusement, il lui faut reprendre toutes ces expressions, ces clichés qui couraient dans le discours quotidien et qui parfois incarnaient, par leur caractère définitif, une vision du monde6.

Naturellement aucun bonheur d’écrire, dans cette entreprise où je me tiens au plus près des mots et des phrases entendues, les soulignant parfois par des italiques. Non pour indiquer un double sens au lecteur et lui offrir le plaisir d’une complicité, que je refuse sous toutes ses formes, nostalgie, pathétique ou dérision (ibid., p. 46).

6Mots figés, vérité figée. Monde clos, sans interstice pour un pacte avec soi-même ou avec le lecteur. Pas de marge. La narratrice poursuit sûre d’elle :

Simplement parce que ces mots et ces phrases disent les limites et la couleur du monde où vécut mon père, où j’ai vécu aussi. Et l’on n’y prenait jamais un mot pour un autre (ibid).

  • 7 A. ERNAUX, texte communiqué au colloque Écritures blanches.

7C’est ainsi que se met en place l’écriture plate. Pour Annie Ernaux, « c’est l’écriture ethnologique, livrant les faits dans leur nudité, n’offrant aucun signe de la subjectivité, de l’émotion qui pourtant – comment en serait-il autrement – les a suscités à la mémoire7 ».

  • 8 A. ERNAUX, L’Occupation, Gallimard, 2002, p. 59.

8Ce type d’écriture demeure dans les livres suivants, y compris les textes qui relatent une passion. Au bout du chemin, la quête, honnête intellectuellement, est quelque peu amère. Dans le récit L’Occupation, publié en 2002, une parenthèse en rend compte : « Ce qu’il me semble avoir obtenu de mieux jusqu’ici, c’est la lucidité, une espèce de vision subitement simple et désentimentalisée du monde8 ».

Duras et Ernaux : deux écritures du sujet

9Cet aspect « désentimentalisé » du monde ne paraît-il pas dériver de l’univers de M. Duras, dans L’Amant, L’Amant de la Chine du Nord, livres du désir, de la jouissance qui renouent avec les textes mythiques de la passion amoureuse ? Avec L’Amant, Marguerite Duras rencontre le grand public ou plus exactement tous les publics. Pourtant la conception du texte n’obéit pas aux conventions romanesques établies (linéarité, psychologie…).

10On note des similitudes dans l’écriture des deux auteurs, mais le parcours et les finalités diffèrent quelquefois aussi. Les fragments construisent les textes ; les séquences se succèdent ; les arrêts sur l’écriture confortent l’image du livre en train de se faire ; et toutes les trouées n’empêchent aucunement la réception, comme si chaque lecteur les acceptait ou les remplissait de ses échos personnels. Mais là où Annie Ernaux trouve un nouveau mode scriptural, Marguerite Duras s’inscrit dans la continuité de sa recherche littéraire.

  • 9 Mireille CALLE-GRUBER, « Pourquoi n’a-t-on plus peur de Marguerite Duras ? », Littérature, n° 63, (...)
  • 10 Alain GOULET, « La Mort dans L’Amant », dans Marguerite Duras. Rencontres de Cerisy, sous la direc (...)

11Dans l’écriture des scènes, A. Ernaux s’arrête définitivement sur une version, la seule possible, alors que M. Duras les ressasse et l’on sait que cette répétition a souvent été considérée comme un obstacle. Dans L’Amant, elle se transforme en leitmotiv suscitant la rêverie sur les bords du Mékong ou, comme le signale Mireille Calle-Gruber, elle emporte vers un « temps mental, obsessionnel, celui de l’imaginaire9 ». Elle prendra une toute autre ampleur avec L’Amant de la Chine du Nord qui, selon Alain Goulet, « déploie une écriture plus analytique, plus narrative que celle de L’Amant10 ».

  • 11 M. CALLE-GRUBER, « Pourquoi n’a-t-on plus peur de Marguerite Duras ? », art. cit., p. 110.

12En ce qui concerne la désignation des personnages, l’état civil s’éloigne définitivement pour ne laisser que les signes familiaux, relationnels, passionnels, ce que remarque M. Calle-Gruber à propos de L’Amant : « le roman inscrit peu de noms : seuls des rapports sont désignés, mère, fille, sœur, frère, amant qui supposent des relations codifiées, que les réseaux du texte s’emploient à pervertir11 ». On note une désignation équivalente dans La Place : mari, père, mère – remarquons l’absence de désignation affective : papa/maman –.

  • 12 A. ERNAUX, L’Occupation, op. cit., p. 52.
  • 13 A. ERNAUX, La Place, op. cit. p. 61.

13Le poids social est là et Annie Ernaux dans L’Occupation en trace le bilan expéditif : « ayant traversé le temps des études et du travail acharné, du mariage et de la reproduction, payé en somme mon tribut à la société12 ». Le pronom personnel « je » mène le récit de La Place, jusqu’à ce que revienne, presque accidentellement le « nous », pronom à retrouver, pronom retrouvé : « Je dis souvent ‘nous’ maintenant, parce que j’ai longtemps pensé de cette façon et je ne sais pas quand j’ai cessé de le faire13 ». Il en va autrement pour L’Amant. « Elle », « l’enfant », « la jeune fille », « la petite » dominent un récit où le ‘je’ s’estompe. Dans L’Amant de la Chine du Nord c’est « l’enfant » qui assure la désignation la plus fréquente. Est-ce pour accentuer le retour vers l’enfance, renforcer la subversion, fragiliser l’ensemble ?

L’identité matière romanesque chez Duras

14Et si l’identité n’était qu’une matière romanesque ? Et si la vie réelle ou fantasmée ne servait qu’à écrire des textes ? M. Duras reste sceptique face à l’histoire personnelle, la nie, la renie au nom de la narration : comment raconter sa vie ? Presque un non-sens :

  • 14 Marguerite DURAS, La Vie matérielle, P.O.L., 1987 ; Gallimard, Folio, p. 99.

Je n’ai pas d’histoire. De la même façon que je n’ai pas de vie. Mon histoire est pulvérisée chaque jour […]. J’ai toujours vécu comme si je n’avais aucune possibilité de m’approcher d’un modèle quelconque de l’existence. Je me demande sur quoi les gens se basent pour raconter leur vie14.

15Il reste les histoires d’amour ou les histoires d’écriture, réversibles :

  • 15 Ibid., p. 89 ; Gallimard, Folio, p. 101.

Ce que je veux raconter, c’est une histoire d’amour qui est toujours possible même lorsqu’elle se présente comme impossible aux yeux des gens qui sont loin de l’écriture – l’écriture n’étant pas concernée par ce genre du possible ou non de l’histoire15.

  • 16 M. DURAS, Un barrage contre le Pacifique, Gallimard, 1950.

16Il reste ce retour inéluctable vers l’enfance, vers l’Indochine. Et L’Amant ramène au livre oublié délibérément par son auteur, au nom d’une certaine conception de la littérature, Un barrage contre le Pacifique16 ; puis, L’Amant de la Chine du Nord, telle une variation, reprend à la fois l’histoire sans cesse revue et l’écriture de L’Amant.

  • 17 Michel DAVID, Marguerite Duras : une écriture de la jouissance, Desclée de Brouwer, 1996, p. 241.

17Entre vérité et fiction se dessine ce que Michel David a nommé la « vérifiction17 ».

Destin fictif mais vrai de la jeune fille de L’Amant bannie par la mère, récupérée par la jouissance, fille blanche de la colonie jaune, mise au pilori du scandale social, […], lieu d’une jouissance sans nom et cause de l’écriture durassienne (ibid., p. 247).

  • 18 Marianne ALPHANT, « Duras dans le parc à amants », Libération, entretien, 13 juin 1997, p. 26.

18À la sortie de L’Amant de la Chine du Nord, Marianne Alphant pose presque timidement la question qu’elle sait incongrue pour ceux qui connaissent l’auteur : « Est-ce qu’on peut poser la question de la part de réalité et de la part de la fiction ? ». M. Duras, avant de revenir sur diverses composantes des deux textes, déclare : « Dans L’Amant de la Chine du Nord, c’est moins inventé que dans L’Amant18 ». C’est ainsi que s’actualise le « mentir-vrai » dans l’écriture. La différence essentielle entre les deux auteurs est là. Annie Ernaux sera toujours en quête d’une vérité clinique. Et si M. Duras joue avec l’identité, Annie Ernaux se met à la périphérie, sans doute pour mieux comprendre, laissant le premier rôle au personnage du père. Le paradoxe se situe là : chez Annie Ernaux, la narratrice qui emploie le pronom « je » est le réceptacle ; chez M. Duras, un « je » est en retrait et l’identité, à facettes, fluctuante, refaite. Une certitude pour les deux auteurs : Que faire de la vie ou de ce qu’il en reste ? : ÉCRIRE.

Famille, exils

  • 19 Marie-France SAVÉAN, La Place et Une femme d’Annie Ernaux, Gallimard, Foliothèque, p. 16.

19Le retour vers le sujet passe par l’histoire de la famille. Celle-ci est ressentie comme une pesanteur historique, idéologique. Annie Ernaux avait envisagé comme premier titre « Éléments pour une ethnologie familiale ». Tout au long du récit est soulignée la prise de conscience des disparités entre les classes sociales et ce, depuis l’école. Alors que le père tente une ascension sociale, la narratrice, dans la mouvance des idéologies des années soixante, voit la mainmise de la bourgeoisie qui impose son idéologie. Passée elle-même de ce côté par ses études et son mariage, elle en mesurera la trahison. « Apte à prendre la parole et à s’interroger, grâce à sa formation intellectuelle, elle fait partie de ces immigrés de la culture bourgeoise pour qui l’observation sociologique du peuple est aussi quête d’identité » souligne Marie-France Savéan19.

  • 20 Frédérique LEBELLEY, Duras ou le poids d’une plume, Grasset, 1994, p. 49.

20La famille, chez M. Duras, est relue dans la perspective politique, marxiste, pourrait-on dire. Son histoire, inséparable du colonialisme, part d’un rêve prometteur pour tomber dans une désillusion sans fond. L’Amant et L’Amant de la Chine du Nord renvoient l’image de ce que Frédérique Lebelley qualifie de « grand vampirisme colonial20 ». Double exclusion pour la famille : du monde des colons en raison de leur pauvreté, de l’administration coloniale par l’histoire scandaleuse de la concession inondable.

  • 21 A. ERNAUX, La Place, op. cit., p. 72 ; DURAS Marguerite, L’Amant, Minuit, 1984, p. 69.
  • 22 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 74-75.
  • 23 A. ERNAUX, La Place, op cit., p. 59.
  • 24 A. ERNAUX, La Honte, Gallimard, 1997.

21Honte et sauvagerie s’imposent. « Sauvagerie originelle » pour Annie Ernaux ; c’est-à-dire comme marque d’un conditionnement familial, social. Sauvagerie partagée dans les deux univers par l’absence de rituels socialisés à l’intérieur de la famille : politesse inexistante, aucun souci des convenances21 ; batailles frénétiques des frères22. Une violence pure et dure chez Duras, protéiforme. Honte pour la narratrice dans La Place d’autant plus cruelle que le père terrorisé par « la peur d’être déplacé, d’avoir honte23 » ne cessera de la lui éviter : « Un jour, avec un regard fier : ‘Je ne jamais fait honte’ » (ibid., p. 93). Honte d’appartenir à un milieu, objet de raillerie et d’humiliation. La Honte, titre d’un récit postérieur24.

  • 25 M. DURAS, L’Amant de la Chine du Nord, Gallimard, 1991, p. 13.

22Honte et sauvagerie chez M. Duras, comme une anarchie, un pied de nez à ceux qui les ont condamnés à cet état. D’ailleurs la culture populaire qui ouvre le récit L’Amant de la Chine du Nord, avec les chansons Ramona, Nuits de Chine, est à l’origine d’une des rares joies familiales25.

Brève illusion

  • 26 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 69.

Toute communauté, qu’elle soit familiale ou autre, nous est haïssable, dégradante. Nous sommes ensemble dans une honte de principe d’avoir à vivre la vie. C’est là que nous sommes au plus profond de notre histoire commune, celle d’être tous les trois des enfants de cette personne de bonne foi, notre mère, que la société a assassinée. Nous sommes du côté de cette société qui a réduit ma mère au désespoir. À cause de ce qu’on a fait à notre mère si aimable, si confiante, nous haïssons la vie, nous nous haïssons26.

  • 27 M. DURAS, L’Amant de la Chine du Nord, op. cit., p. 152-158.
  • 28 M. DURAS, La Vie matérielle, op. cit., p. 26.

23Cette négation sociale replace les individus en dehors de la dite civilisation, en un aspect primitif dont la scène du restaurant représente un des paroxysmes27. Mais elle n’efface pas la honte : « Pour des raisons diverses, la honte recouvre ma vie28 ».

  • 29 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 75 : « je crois que du seul enfant aîné ma mère disait : mon enfan (...)

24Parmi ces raisons, il faut ajouter pour M. Duras comme pour A. Ernaux, la pauvreté. Ou plus exactement le sentiment d’être pauvre. Ce n’est pas la misère totale. Mais la pauvreté (des soldes soldés chez M. Duras, la peur de manquer d’argent dans La Place) est vécue comme une injustice totale, indélébile et accentuée par le désintérêt des mères pour les objets, signes d’une maîtrise sociale, d’un bon goût. De l’Indochine au pays de Flaubert surgissent les velléités de changement et court la même désespérance. Chez M. Duras, en achetant la concession, la mère rêve d’une autre vie. Puis se succèdent les crises d’abandon total. Dans La Place, le père n’aura de cesse d’échapper au déterminisme social ; la mère jouera le jeu de la modernité,-voudra s’adapter au nouveau mode de vie de sa fille. Mais en vain. Au bout des mutations obtenues de haute lutte : l’incommunicabilité pour A. Ernaux et l’incompréhension pour M. Duras face à cette mère rivée au fils aîné29.

25Qu’en est-il de la famille ? Elle est ce contre quoi s’exerce la rébellion. Celle-ci se manifeste socialement, presque d’une manière convenue dans La Place lorsque la narratrice refuse la voie tracée de l’École Normale et dans une totale subversion chez M. Duras avec l’amant chinois. Celui-ci permet de transgresser toutes les institutions : la famille (occidentale et chinoise), l’école, avec cependant un étonnant silence, voire une étrange permissivité de leur part. La sexualité, la jouissance, le désir se substituent à toute loi. L’enfant se retrouve dans un univers libre qu’on peut comparer aux paysages dans lesquels elle jouait avant l’école. Cette liberté essentielle, qui est aussi un abandon par les autres et en soi-même, devient la marque même de l’enfant, de l’adulte et de cette histoire. Mais l’acte rebelle par excellence reste l’appropriation du langage, de la littérature. L’identité se forge en résistant violemment par les mots, par l’écriture. Pour M. Duras, l’écriture s’élabore contre sa mère qui a rêvé d’un destin plus sérieux pour sa fille. Pour Annie Ernaux, tout ce qui relève du langage marque définitivement la rupture. Il lui faudra parcourir le chemin à l’envers.

  • 30 A. ERNAUX, Une femme, Gallimard, 1987.

26Pourtant toute l’œuvre littéraire va récupérer l’irrécupérable. La famille propose des figures autour desquelles l’écriture se construit, se décline à l’infini, inépuisable dans ses variations. La famille, toujours recommencée. La mère, le frère aîné, (entre fascination et répulsion), le petit frère (infiniment adoré) pour Marguerite Duras ; le père et la mère (sujet du récit suivant : Une femme30) pour Annie Ernaux.

  • 31 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 34-35. Note : on comprend alors l’intérêt des critiques psychanaly (...)

27L’identité chez M. Duras se construit et se détruit dans un amour et une haine incommensurables31. La famille est comme une anomalie inévitable :

  • 32 M. DURAS, « L’Inconnue de la rue Catinat », entretien avec Marguerite Duras, Le Nouvel Observateur (...)

Il y a toujours dans la relation familiale une dimension haïssable. Nous, elle était à découvert. Elle se présente comme une loi de l’espèce… La vocation directe, native, de la famille, est une vocation animale, effrayante. On n’est pas destiné à vivre ensemble32.

  • 33 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 22.
  • 34 Christiane BLOT-LABARRÈRE, Marguerite Duras, Le Seuil, Les contemporains, 1992, p. 39.
  • 35 A. ERNAUX, La Place, op. cit., p. 84.
  • 36 Denis FERNANDEZ-RECATALA, Annie Ernaux, Éditions du Rocher, 1994, p. 114.

28Mais les livres ne seront-ils pas, finalement, l’entreprise de réconciliation ? Écrire, c’est voir la famille, lui donner, paradoxe, une place dans la littérature. Les exclus rentrent dans le sérail. Pour M. Duras, il s’agit d’écrire sur les ruines, (« J’ai eu cette chance d’avoir une mère désespérée, d’un désespoir si pur33 »), et aussi parce que, comme le souligne Christiane Blot-Labarrère, « l’union avec le clan dépasse les déchirures par lui provoquées […] à travers lui s’est formée une personnalité d’écrivain34 ». Pour Annie Ernaux, il s’agit de partir du silence installé : « J’écris peut-être parce qu’on n’avait plus rien à se dire35 ». Denis Fernandez-Recatala lit La Place comme « un essai de réparation, une tentative de récupération, de compréhension enfin36 ».

  • 37 C. BLOT-LABARRÈRE, Marguerite Duras, op. cit., p. 253.

29« Elle retrouve l’humanité contre son histoire et l’écriture contre la littérature», déclare Christiane Blot-Labarrère à propos de Marguerite Duras37 et on pourrait aussi le dire de Annie Ernaux. Il s’agit bien d’une bataille livrée mot à mot qui prend le lecteur à témoin et remet l’identité au premier plan. À travers leurs récits se dessine un retour évident vers les histoires personnelles, mais précautionneusement, avec les reliquats d’une littérature réflexive, spéculaire, et s’estompent les clivages entre roman, autobiographie par des effets de brouillage qui les transforment en œuvres ouvertes, universelles. Derrière ce consensus se cachent des différences notables. L’aventure durassienne, tant biographique que littéraire, épouse les soubresauts et les incertitudes criantes du XXe siècle. Le trajet d’Annie Ernaux, dans lequel s’est reconnue toute une génération reliée aux mêmes origines et à un parcours identique, suscite aujourd’hui un intérêt ethnographique et littéraire au-delà des frontières.

Notes

1 Luc FERRY, Alain RENAUT, La Pensée 68. Essai sur l’anti-humanisme contemporain, Gallimard, « Le Monde actuel », 1985, p. 16 ; Gallimard, Folio/essais, 1988, p. 26.

2 Ibid., p. 38 ; Gallimard, Folio/essais, p. 52.

3 Cf. Jean PIERROT, Marguerite Duras, José Corti, 1986, p. 331.

4 Écritures blanches, colloque sous la direction de Dominique RABATÉ et Dominique VIART, 7-9 mars 2002.

5 Annie ERNAUX, La Place, Gallimard, 1983, p. 23-24.

6 Jean-Paul Sartre, dans le texte consacré au roman de Nathalie Sarraute, Portrait d’un inconnu, souligne l’apport du lieu commun comme signe social. Pour lui, « il désigne sans doute les pensées les plus rebattues mais c’est que ces pensées sont devenues le lieu de rencontre de la communauté. Chacun s’y retrouve, y retrouve les autres. » (dans Nathalie SARRAUTE, Œuvres complètes, Gallimard, 1996, Bibliothèque de la Pléiade, p. 36 ; texte de 1947). Chez Annie Ernaux, les clichés évoqués ne renvoient pas à l’universel mais à une classe sociale dévalorisée. La bourgeoisie, elle, représentée par le mari et sa famille, possède d’autres clichés, issus de la culture livresque.

7 A. ERNAUX, texte communiqué au colloque Écritures blanches.

8 A. ERNAUX, L’Occupation, Gallimard, 2002, p. 59.

9 Mireille CALLE-GRUBER, « Pourquoi n’a-t-on plus peur de Marguerite Duras ? », Littérature, n° 63, octobre 1986, p. 104-119, p. 110.

10 Alain GOULET, « La Mort dans L’Amant », dans Marguerite Duras. Rencontres de Cerisy, sous la direction de Alain VIRCONDELET, « Écriture », 1994, p. 25-46, p. 29.

11 M. CALLE-GRUBER, « Pourquoi n’a-t-on plus peur de Marguerite Duras ? », art. cit., p. 110.

12 A. ERNAUX, L’Occupation, op. cit., p. 52.

13 A. ERNAUX, La Place, op. cit. p. 61.

14 Marguerite DURAS, La Vie matérielle, P.O.L., 1987 ; Gallimard, Folio, p. 99.

15 Ibid., p. 89 ; Gallimard, Folio, p. 101.

16 M. DURAS, Un barrage contre le Pacifique, Gallimard, 1950.

17 Michel DAVID, Marguerite Duras : une écriture de la jouissance, Desclée de Brouwer, 1996, p. 241.

18 Marianne ALPHANT, « Duras dans le parc à amants », Libération, entretien, 13 juin 1997, p. 26.

19 Marie-France SAVÉAN, La Place et Une femme d’Annie Ernaux, Gallimard, Foliothèque, p. 16.

20 Frédérique LEBELLEY, Duras ou le poids d’une plume, Grasset, 1994, p. 49.

21 A. ERNAUX, La Place, op. cit., p. 72 ; DURAS Marguerite, L’Amant, Minuit, 1984, p. 69.

22 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 74-75.

23 A. ERNAUX, La Place, op cit., p. 59.

24 A. ERNAUX, La Honte, Gallimard, 1997.

25 M. DURAS, L’Amant de la Chine du Nord, Gallimard, 1991, p. 13.

26 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 69.

27 M. DURAS, L’Amant de la Chine du Nord, op. cit., p. 152-158.

28 M. DURAS, La Vie matérielle, op. cit., p. 26.

29 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 75 : « je crois que du seul enfant aîné ma mère disait : mon enfant. (…) Des deux autres elle disait : les plus jeunes ».

30 A. ERNAUX, Une femme, Gallimard, 1987.

31 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 34-35. Note : on comprend alors l’intérêt des critiques psychanalytiques comme Lia VAN DE BIEZENBOS, Fantasmes maternels dans l’œuvre de Marguerite Duras, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1995 ; Suzanne FERRIÈRES-PESTUREAU, Une étude psychanalytique de la figure du ravissement dans l’œuvre de M. Duras. Naissance d’une œuvre, origine d’un style, L’Harmattan, 1997.

32 M. DURAS, « L’Inconnue de la rue Catinat », entretien avec Marguerite Duras, Le Nouvel Observateur, n° 1038, 28 septembre-4 octobre 1984, p. 52.

33 M. DURAS, L’Amant, op. cit., p. 22.

34 Christiane BLOT-LABARRÈRE, Marguerite Duras, Le Seuil, Les contemporains, 1992, p. 39.

35 A. ERNAUX, La Place, op. cit., p. 84.

36 Denis FERNANDEZ-RECATALA, Annie Ernaux, Éditions du Rocher, 1994, p. 114.

37 C. BLOT-LABARRÈRE, Marguerite Duras, op. cit., p. 253.

Auteur

Université de Bretagne Sud

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540