Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Autofictions

Origines et évolution de la notion d’autofiction

Jacques Lecarme

Texte intégral

  • 1 Jacques LACAN, Écrits, Seuil, 1966, p. 94.
  • 2 Dorrit COHN, Le Propre de la fiction, trad. de l’anglais par Claude Hary-Schaeffer, Seuil, Poétiqu (...)

1Il devait, en ouverture, vous être traité de la notion de fiction. J’ai préféré lui substituer celle d’autofiction, non sans soupçonner que les deux termes sont antagonistes, et qu’il entre beaucoup moins de « -fiction » que d’« auto- » dans ce néologisme si controversé et si invasif. Mais, même avec cette prudente substitution de titre, il reste une gêne à traiter de l’immédiat contemporain en cette Sorbonne qui, avant 1968, interdisait le dépôt de thèse sur des écrivains vivants. Pour ce qui me concerne, longtemps préposé à la cartographie littéraire du contemporain, autant par passion propre que par commande d’éditeurs divers, j’ai suivi jusqu’en 1989 le cours des lettres nouvelles, mais ensuite, vigie fatiguée, je me suis replongé dans le cours du premier demi-siècle qui fut à la fois l’âge d’or et l’entrée en perversion du roman. En revanche, j’ai suivi de près et même soutenu la pratique de l’autobiographie, du journal, des mémoires. Mais, avec mon éminent ami Philippe Lejeune (que je me permets de convoquer in absentia au risque de me voir désavoué par lui dans le prochain numéro de La Faute à Rousseau), nous sommes devenus minoritaires dans notre résistance à l’empire et à l’emprise de la fiction. Nous avons en effet obstinément défendu le territoire d’une écriture véridictionnelle, et par conséquent non-fictionnelle. Mais nous avons contre nous la grande majorité des chercheurs – surtout des plus jeunes – qui penchent soit pour l’impossibilité de l’autobiographie (Maurice Blanchot), soit pour son indécidabilité (Jacques Derrida), soit pour son erreur narcissique (Jacques Lacan), soit pour son intégration inévitable dans la fiction, qui en ferait alors une fiction inférieure, inconsciente de son statut de fiction, postulant puérilement une visée de vérité du moi. Or il y a un acquis (à vrai dire mal acquis) de la pensée française depuis Lacan1 : le moi, dès lors que les leurres du miroir auraient été dénoncés, se situerait à jamais sur une ligne de fiction. On ne s’avise plus qu’il y a là un complet déni de Freud… Sur un plan plus littéraire, alors que l’on s’accorde sur l’éclatement des genres comme trait de la modernité, jamais le sous-titre péritextuel roman n’a été autant affiché, sauf aux vertueuses Éditions de Minuit. Le terme générique « roman » perd ses frontières sémantiques. On a vu, au mépris de toute déontologie littéraire, Jean d’Ormesson dénoncer le prétendu antisémitisme de François Mitterrand dans un roman intitulé Le Rapport Gabriel. Mis au pied du mur, sommé de choisir entre le témoignage et la fable, l’enfant chéri des beaux quartiers a invoqué sa probité de témoin vertueux, et sa fantaisie imprescriptible de romancier, exempté de toute obligation par rapport à la vérité historique. Nul n’a dénoncé ce mode aberrant d’énonciation. Les rares gardiens du sanctuaire autobiographique n’ont pas non plus de leur côté la majorité des écrivains. Peu d’entre eux assument une vocation autobiographique sans revendiquer d’écrire, par surcroît, un roman : Annie Ernaux, Charles Juliet, François Nourissier, Jacques Borel… On ne renonce pas aisément à la gloire du romancier pour les modestes vertus de l’autobiographe ou, plus encore, du mémorialiste. La fiction, dans le paysage de l’édition littéraire, a pris la place que la poésie occupait jadis : elle tend à coïncider avec le champ de la littérature effectuée. Ainsi un poète de vocation comme Jacques Roubaud réintroduit-il la fiction dans ses « proses de mémoire », dans un insistant métatexte qui récuse l’appartenance à l’autobiographique… Mais sur le plan des études littéraires, un coup de frein à l’irrésistible extension du champ de la fiction s’est produit avec le maître ouvrage de Dorrit Cohn, Le Propre de la fiction2. On peut désormais sans rougir de honte concevoir un récit littéraire référentiel.

  • 3 Revue des sciences humaines, n° 263, mars 2001, Paradoxes du biographique, textes réunis par Domin (...)
  • 4 Serge DOUBROVSKY, Jacques LECARME, Philippe LEJEUNE (dir.), Autofictions et Cie, RITM, 6, Universi (...)

2L’autofiction, dans les années soixante-dix – quatre-vingts a été une variante libérée selon les uns, enchaînée selon les autres, de l’autobiographie ; elle semble dans l’usage qu’en font depuis 1990 critiques et écrivains, une tendance majeure de la fiction romanesque. J’ai longtemps plaide pour l’homonymat des trois instances narratives comme critère du sous-genre romanesque désigné comme autofiction, ce qui exposait au reproche d’une superstition du nom d’auteur et à la mythologie du grand écrivain. En ce temps-là, après Dieu, selon Nietzsche, après l’Homme, selon Malraux, c’était l’auteur qui était mort : Barthes et Foucault l’avaient magistralement déclaré. Mais l’auteur ne s’est jamais mieux porté que depuis sa disparition. L’image romanesque de l’auteur – et a contrario son absence radicale – restent les meilleurs appâts pour la lecture des romans. L’Université, depuis qu’elle s’autorise l’étude des textes contemporains, ne cesse d’élire et de distinguer des auteurs déterminés. Ce tri et cette focalisation sont essentiels à la vie littéraire d’aujourd’hui, dont le public traditionnel s est raréfié. On s’en avise avec le remarquable recueil Paradoxes du biographique, dont le maître d’œuvre a été Dominique Viart3. On s’en réjouit car la fiction s’exprimera dans la série des apparitions qui la manifestent : Pierre Bergounioux, Richard Millet, Christian Oster, Patrick Modiano, François Bon, Jean Echenoz, Philippe Sollers, Michel Houellebecq, Pierre Michon, Annie Ernaux, Marguerite Duras, Jean-Bertrand Pontalis, Jean Rouaud, Paul Smaïl, Hervé Guibert, Linda Le, Julia Kristeva, Hélène Cixous, Michel Le Bris, Pascal Quignard, Jorge Semprun, Marie NDiaye. Il serait intéressant de voir comment certains sont restés longtemps en attente de reconnaissance, parfois dépréciés en raison d’un trop large succès, comment certains ont conquis d’emblée l’attention des chercheurs, comment certains qui continuent à produire sans démériter ont disparu du champ des études, combien les genres populaires, suspects d’une faible teneur en littérarité, sont tenus à distance… La plupart des chercheurs, dans le libellé de leur intervention, accolent le terme fiction à celui d’autobiographie ou de biographie. Le terme autofiction est imposé à des textes où règne le plus parfait hétéronymat entre l’auteur avoué et le narrateur – protagoniste. C’est que la notion d’autofiction a bien changé depuis vingt-cinq ans. Jadis brocardée à l’Université, la voilà consacrée et déployée dans tout l’éventail de la presse spécialisée. L’autofiction, telle que la présentaient Philippe Lejeune et moi-même4, accentuait le préfixe auto- et se donnait un objet référentiel : le vécu personnel du narrateur ; l’autofiction d’aujourd’hui majore le substantif -fiction, en donnant à auto- une valeur spéculaire et autotélique : c’est le récit de la genèse d’une fiction par elle-même. Je ne puis d’ailleurs ici me conférer aucun privilège d’autorité. Comme Josyane Savigneau m’avait demandé de faire pour Le Monde des livres un panorama sur l’autofiction, j’y fis figurer, très sûr de moi, Le Grand Incendie de Londres et La Boucle de Jacques Roubaud. Celui-ci sortit de son - silence épistolaire pour m’adresser un fort volume au titre long, L’Abominable Tisonnier de John Mc Taggart Ellis Taggart et autres vies plus ou moins brèves (Éd. du Seuil, 1997), avec cet avertissement manuscrit « un essai d’autofiction (c’est bien celui-là, pas les autres), amitié ». Or ce recueil de vies brèves où Jacques Roubaud se crée un double, Mr Goodman, auteur lui-même « d’une espèce de fiction autobiographique », ne répondait à aucune définition connue de l’autofiction. Jacques Roubaud s’exaspère quand il apprend que je le loue comme un grand autobiographe, mais m’adresse un cadeau courtois, quoique rectificatif, quand je le situe dans l’autofiction. Ce mot, jadis mauvais, gagne bien des cœurs.

  • 5 Marie DARRIEUSSECQ, Moments critiques dans l’autobiographie contemporaine : l’ironie trafique et l (...)

3Voici un autre exemple de la nébulisation du terme d’autofiction : Marie Darrieussecq a écrit une belle thèse sur l’autofiction, qu’elle n’a pas désiré publier, mais dont elle a extrait un article pénétrant paru dans Poétique5. Elle publie cette année, chez P.O.L., un cahier de maternité intitulé Le Bébé. Le critique du Point, Jacques-Pierre Amette, piétine comme un forcené le livre et le bébé avec : comment peut-on publier de pareilles niaiseries, et en plus la jeune mère a le front d’appeler « autofiction » son babil. Or, si on veut bien lire ce livre remarquable, qui décrit les intermittences de l’élevage du nourrisson et de l’écriture, journal personnel des plus précieux, on ne trouvera aucune mention du terme d’autofiction, qui ne s’appliquerait pas d’ailleurs aux quatre romans publiés à ce jour par l’auteur. À un moment donné, la narratrice, qu’on peut supposer être Marie Darrieussecq, regarde des bavoirs en éponge que sa mère lui avait brodés vingt-cinq ans plus tôt. « Mon nom est brodé dessus. Je les tourne et retourne entre mes mains. La fiction, elle est là. » L’apposition du nom de personne au bébé baveux est en effet une fiction d’origine sociale, sur laquelle reposeront l’identité, la permanence, la responsabilité, – autant de fictions éthiques inévitables. Et il est bien vrai que le socle de l’identité nominale, sur lequel certains d’entre nous ont bâti le corpus autobiographique, n’est que la prescription arbitraire du corps social pour éviter l’inquiétante indifférenciation. Avant que son bébé (jamais prénommé) atteigne deux ans, la journalière dit « n’adhérer pas encore totalement à cette fiction qu’est le bébé », ce qui montre que la réalité et la fiction dépendent avant tout de l’adhésion et de la croyance. La fiction, c’est ce à quoi on ne croit pas, mais à quoi on feint de croire, l’instant d’un devoir de puériculture, l’espace de temps d’une lecture. Le phantasme freudien, c’est ce à quoi l’on ne croit que jusqu’à un certain point, avec les ruses de la mauvaise foi et avec les compromis de l’inconscient. On remarquera ici que les vraies fictions de paysage, que Marie Darrieussecq a composées dans Le Mal de mer, sont aussi impérieuses que déstabilisantes, surtout pour qui en connaît la référence géographique…

4Au commencement, l’autofiction, c’est un néologisme introduit avec force dans une quatrième de couverture, Fils (un enfant ou un réseau) de Serge Doubrovsky. On ne se souvient pas, en 1977, d’un accueil considérable à cette innovation. Serge Doubrovsky, en terrain universitaire, était alors un professeur célèbre connu par ses travaux sur Corneille, Proust et Sartre, et par un livre sur la nouvelle critique, où il penchait plus du côté de l’ancien d alors (Sartre) que du nouveau (Barthes). Un professeur cherchant à s’imposer comme écrivain, c’est assez fréquent, mais plus difficile quand on a été d’abord un conférencier glorieux. Les collègues, c’est-à-dire les contemporains, de Doubrovsky ont grincé des dents, aussi bien devant le concept d’autofiction (inutile, aberrant, monstrueux) que devant son roman, lequel, ne respectant pas les codes touchant aux noms de personne, compromettait tous les proches et collègues de Doubrovsky. Mais, peu à peu, et malgré une mauvaise humeur générale, le mot et la mode de l’autofiction ont commencé à pointer, pour une raison négative. Le mot d’autobiographie était si dissuasif pour l’élite que l’idée d’une « nouvelle autobiographie », furtivement énoncée par Robbe Grillet, n’eut pas d’échos, vers 1984, et que celui-ci, dans le troisième volet de son triptyque se ralliera, au terme de son collègue de N.Y.U., Doubrovsky. Le terme de « roman autobiographique » était fortement dévalué bien que Philippe Lejeune ne l’ait pas formellement écarté. Quant à celui de « roman personnel », soutenu dans une thèse très ancienne, il n’avait jamais pris sa place : quel roman (fût-ce un policier de Simenon) ne provient pas pour partie d’une expérience vécue ? Quel récit autodiégétique n’est pas « personnel », aux yeux du lecteur ordinaire ?

  • 6 Philippe LEJEUNE, Le Pacte autobiographique, Seuil, Poétique, 1975 – nouvelle édition augmentée, P (...)

5C’est le schéma structural à double entrée, figurant dans Le Pacte autobiographique6 de Philippe Lejeune qui a convaincu le rédacteur de Fils de choisir et de lancer la rubrique « autofiction ». Il ressentit en effet comme un défi la case aveugle que le poéticien avait figurée, celle d’un récit qui aurait été un roman, sous-titré tel, ou allégué tel dans le péritexte et l’épitexte, et dont l’auteur, le narrateur, le protagoniste auraient été rassemblés en une seule personne, réduits à l’identité nominale. Philippe Lejeune y voyait un mode virtuel. Doubrovsky voulut l’accomplir en état et en gloire.

  • 7 J. LECARME, É. LECARME-TABONE, L’Autobiographie, op. cit.

6Je suis obligé ici de mentionner mes modestes contributions à la défense et à l’illustration du terme « autofiction », qui faisait alors s’esclaffer l’Université et la presse littéraire. Je faisais remarquer à Philippe Lejeune que le schéma doubrovskyen avait été pratiqué, sinon théorisé, par Pierre Loti (Le Roman d’un enfant), par Colette (La Naissance du jour), par Céline (la trilogie allemande), par Léautaud (Le Petit Ami). En 1982, je jouais le rôle de cartographe littéraire ne s’autorisant que de lui-même, ou de préposé aux panoramas à finalité pédagogique, pour un espace nommé Indécidables et autofictions, où je rassemblais Monsieur Jadis (1970) d’Antoine Blondin, Fils de Serge Doubrovsky, tout en mentionnant La Vie rêvée de François-Régis Bastide et Biographie d’Yves Navarre. Philippe Lejeune était moins militant que moi, parce qu’il pensait que dans l’œuvre de Doubrovsky, le pacte autobiographique était intégralement respecté et programmé, alors que l’autofiction impliquerait un pacte ambivalent et contradictoire, autobiographique et fictionnel, que la poétique du récit a du mal à homologuer. Quant à moi, je récidivais en 1984 pour l’Universalia annuel. Le titre « L’Autofiction » parut barbare à l’éditeur qui le remplaça par une périphrase : « Fiction romanesque et autobiographie ». Se voyaient convoqués Roland Barthes (R.B. par R.B.), Patrick Modiano (Livret de famille, De si braves garçons), Dominique Rolin (Le Gâteau des morts), Emile Ajar (Pseudo), Doubrovsky derechef (pour Un amour de soi), Philippe Sollers (pour Femmes). En relisant ce long article, je m’étonne de n’y avoir pas fait figurer W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec (peut-être ai-je pensé que l’alternance et la discrimination des séquences fictionnelles et des séquences autobiographiques étaient trop opposées à une dynamique de la fusion et de la confusion qui caractérisait les autofictions du type Blondin ou Modiano)… D’une manière plus précise, pour l’histoire littéraire comme pour la théorie littéraire, j’ai proposé une vue d’ensemble de la pratique dans l’article « L’Autofiction, un mauvais genre ? » qu’on peut lire dans le collectif Autofictions et Cie, premier ensemble sur l’autofiction qui devait être suivi de plusieurs autres. Ce texte de 1994 n’a pas été vraiment refondu dans le volume conjugalement signé sur L’Autobiographie (1997, 1999)7. J’ai extrait de la dernière édition une liste d’ouvrages, à double entrée. Mais il est évident que les matériaux datent ici des années soixante-dix – quatre-vingts, Hervé Guibert figurant parmi les dernières captures, et que les années quatre-vingts – quatre-vingt-dix sont assez peu représentées. Il faut peu d’années pour qu’un observateur de la littérature contemporaine devienne un archéologue de la préhistoire d’un genre, un géologue des couches profondes, où maint joyau dort enseveli dans les ténèbres. La rotation des modernités s’est accélérée. Nous avons, comme Zazie, vieilli et passé en un tournemain de l’avant-garde à l’arrière-garde, sinon au conservatoire des hautes valeurs de la génération précédente. Autant dire que nous sommes en admiration devant les richesses de la fiction qui vont être ci-après déployées, mais aussi, un peu intimidés et décalés : la faim de la fiction romanesque s’émousse avec l’âge, et les maîtres de notre jeunesse – Doubrovsky, Robbe-Grillet, Nourissier – sont aujourd’hui plus que septuagénaires. D’autre part le terme d’autofiction, pendant vingt ans ponctuel, pointu et impopulaire est devenu extensif, vague et séduisant chez les auteurs et chez les critiques. Cette évolution a été notée par Philippe Lejeune dans son entretien récent du Magazine Littéraire (mai 2002) : autofiction désignerait tout l’intervalle, assez mal défini, entre roman et autobiographie, il en viendrait même à fournir un euphémisme séduisant au mot bien ingrat d’autobiographie, parce qu’il rajoute l’idée de création et d’imaginaire. Quand Philippe Lejeune estime en revanche qu’aucun autofictionneur ne prend à la lettre la définition de Doubrovsky, je penche pour l’opinion contraire : avant même cette définition, Modiano, et Blondin, s’y conformaient dans l’usage très précis du nom propre, c’est-à-dire du patronyme. Récemment, Marc Weitzmann a écrit dans Chaos (1997) à la fois contre le discours de Doubrovsky et selon la maquette onomastique de Doubrovsky. Il ne change pas les noms, il écrit le sien, il dédouble son prénom, et il allègue le statut du roman. Certes, on peut trouver des systèmes d’équivalences au nom d’auteur, par exemple des initiales que va identifier la prise en charge des livres indiqués du même auteur dans une rubrique initiale ou finale. En revanche, l’anonymat et l’hétéronymat nous semblent assez étrangers à l’autofiction et relever de la fiction romanesque générale.

  • 8 Régine ROBIN, Le Golem de l’écriture. De l’autofiction au cybersoi, Montréal, XYZ éditeur, 1998.

7Dans le colloque de 1992, des avis très différents s’étaient fait jour. Déjà Serge Doubrovsky prenait ses distances avec l’autofiction : il ne se voulait plus autobiographe et revendiquait pleinement le statut de grand romancier, à l’exemple de Dostoïevski ou de Joyce. Mais la fiction même, détachée de la diégèse, se réfugiait dans la mise en récit, dans des jeux de condensation et de déplacement, et dans un travail du langage plus proche de la poésie ou de la psychanalyse. L’événement tragique qui vient briser le projet du Livre brisé révèle la fragilité de la fiction face à l’irréversible de la mort et de la perte. Certains, comme Régine Robin, cherchaient à définir une perspective de l’autofiction et un style d’écriture qui correspondraient à leur visée d’écrivain. Ou plutôt ils refusaient toute définition, et justifiaient l’autofiction par l’impossibilité de l’adéquation du sujet de l’énonciation et du sujet de l’énoncé. Mais ils prennent pour argent comptant la formule d’Ajar dans Pseudo : « je savais que j’étais fictif » sans voir qu’Ajar n’est fictif que par l’élaboration cachée qu’en a disposée Gary. Si je comprends bien le périple de Régine Robin, d’après ses textes8, l’autofiction serait une issue aléatoire à l’impossibilité de l’autobiographie et à l’illusion d’y trouver une identité narrative forte. Quant à moi, assez opposé à ce discours de l’impossibilité, qui n’empêche pas l’existence et le succès, je m’étais rabattu sur une définition minimale de l’autofiction puisque j’y voyais des critères seulement onomastiques et péritextuels, sans espérer trouver un style de l’autofiction, pas plus qu’on n’avait pu trouver un style de l’autobiographie. Avec le recul, cette position peut paraître rigide et discutable, et je voudrais en donner les implications et les prolongements.

8Si fiction il y a, si autofiction il peut y avoir, c’est que tout récit n’est pas de fiction. On peut certes donner la fiction comme coextensive à toute la littérature, comme jadis on préférait le faire de la poésie. C’est la tendance générale du goût moderne, qui tend au tout-fiction et au monopole du roman sur la littérature vivante. Mais dans ce cas, il faudrait multiplier les sous-ensembles de la fiction, et dénier l’existence d’un hors-fiction dans la littérature, ce qui serait logique dans une vision autotélique de la littérature, qui a pris force de loi dans la littérature, du moins dans l’Université depuis la fin des années soixante. Pour la minorité des chercheurs qui s’intéressait à l’autobiographie alors, et qui se refusait au discours sur l’impossibilité du genre (si constant de Blanchot à Derrida), il apparaissait soutenable d’envisager un récit de non-fiction, autre que le récit historique, lequel emprunte tant au roman. Que l’autobiographie soit clairement discernable du roman, comme un récit visant à la véracité d’un passé personnel empirique s’oppose à un récit fondé sur l’hypothèse de simulation « comme si c’était vrai », impliquant un « ni vrai ni faux », mais un imaginaire au conditionnel – c’était une position très minoritaire commune à Philippe Lejeune et moi-même, et que j’ai sans doute poussée à l’intégrisme. Philipe Lejeune admettait, du bout des lèvres, la notion de « roman autobiographique », quand le roman induisait une image tenue pour réelle de la personne de l’auteur. Je l’ai, quant à moi, vivement refusée, car l’histoire littéraire montre que depuis 1920 la littérature et le roman ont eu pour objectif principal de créer un mythe personnel de l’auteur en tant que héros de roman et d’épopée, ce qui est moins une fiction qu’une mystification. C’est une certaine demande du public à un certain moment qui aura induit cette mythification de l’auteur, auquel celui-ci ne s’est que trop volontiers plié. Et si l’autofiction, comme le vieux « roman autobiographique », n’avait pour but, en régime « auto- », que de produire une image attractive de la personne de l’auteur, elle ne vaudrait pas une heure de peine. Mieux vaudrait relire Julien Gracq et Nathalie Sarraute, qui ont su si bien effacer leur identité personnelle dans le tissu de leurs textes.

9Dans Fiction et diction (1992), Gérard Genette semble avoir négligé une troisième voie qui correspondrait à l’autobiographie. Celle-ci ne peut être intégrée à la diction, puisque Genette y voit, en accord avec Goethe une accentuation du signifiant qui la rapproche de la poésie. On pourrait appeler cette troisième voie (qui est aussi une voix) véridiction, sans préjuger de ses résultats, mais pour décrire son intentionnalité, elle serait à la fois non-fiction et non-diction. On pourrait opposer aussi au fictif l’effectif. Cela se fait d’ailleurs tous les jours sur les ondes de France-culture, où un énoncé de conversation sur deux est précédé de l’adverbe « effectivement », à tel point que l’auditeur est tenté de le décoder en « fictivement », tant le martèlement de l’assertion inspire le soupçon. On pourrait quand même appeler effectivation ce refus de la fiction, qu’il est trop facile de tenir pour illusion naïve. Un récent récit d’Annie Ernaux s’intitule L’Événement (2000), et ce titre pourrait s’étendre à toute cette écriture véridictionnelle, qui s’attache aux traumatismes individuels ou collectifs.

  • 9 Louis-René DES FORETS, Ostinato, Mercure de France, 1997. Jean-Benoît PUECH, Louis-René des Forêts (...)

10L’actualité m’amènera à réviser le tableau qui a été reproduit de l’autofiction, et qui avait été conçu au début des années quatre-vingt-dix. Les derniers livres de Jacques Roubaud (La Bibliothèque de Warburg) et de Marcel Bénabou (Écrire sur Tamara) proposent des variantes à un dispositif qu’on avait peut-être trop simplifié. Il y avait des omissions que n’excusaient pas les positions hostiles de tels écrivains pour l’autobiographie : ainsi L’Instant de ma mort de Maurice Blanchot, et les Confessions de Jacques Derrida, où la fictionnalisation prend le détour d’une intertextualisation avec les Confessions d’Augustin. La publication très attendue d’Ostinato (1997) de Louis-René des Forêts, l’essai qui lui est consacré par Jean-Benoît Puech, en 2000, avec le sous-titre « roman » exigeraient une nouvelle approche et une nouvelle organisation9. Mais l’historien de l’extrême contemporain ne saurait se plaindre de la vitalité effervescente de son sujet, qui prend en défaut classifications et recensements. La liste, si incomplète qu’elle apparaisse, procure des repères.

  • 10 J. LECARME, É. LECARME-TABONE, L’Autobiographie, op. cit.
  • 11 Henri BERGSON, Les Deux Sources de la morale et de la religion, repris dans H. BERGSON, Œuvres, P. (...)

11Dans ma tentative de bipartition10, je n’avais pris en compte que des critères formels, tel l’affichage du nom de personne, le nom propre étant postulé comme le propre de l’autobiographie. Mais, s’il s’agit du contenu, de la visée, et de l’aimantation du récit, j’ai eu tort de situer l’autofiction de Robbe-Grillet du côté de celle de Doubrovsky (c’est-à-dire sur la colonne de gauche). Serge Doubrovsky, en dépit de sa revendication romancière, reste rivé au geste autobiographique ; Alain Robbe-Grillet, lui, fuit par tous les moyens, et les plus rusés, le réalisme référentiel. Dans toute la saga doubrovskyenne, il n’y a pas un seul personnage fictif ; la trilogie robbe-grilletienne, elle, s’organise structurellement autour de l’ostensiblement fictif Henri de Corinthe. Comme dans une fiction, tout devient fictif, y compris Brest, Paris, le S.T.O., le nom même d’Alain Robbe-Grillet, devenu fictif, figure comme un répliquant, au pays de la fiction, du Alain Robbe-Grillet socialement identifié : il en devient en régime « pseudo- », le pseudonyme – homonyme. Certes on pourrait s’interroger sur la réussite de cette visée : le romancier des Romanesques a-t-il su vraiment faire passer du côté de la fiction ce désignateur rigide qu’est le nom de personne ? Ici compte le seul projet, qui était de fictionnaliser jusqu’à son état civil et d’exclure toute information d’ordre historique ou génétique. Si Doubrovsky-le-vrai ne parvient pas à devenir un Doubrovsky fictif, la personne réelle de Robbe-Grillet se dissout et se métamorphose dans la fausseté corinthienne. Ici s’impose le recours à la catégorie bergsonienne de la fabulation11 – les mythes, les superstitions, les fables, les fictions auraient, selon Bergson, pour fonction essentielle de nous prémunir contre les intolérables vérités de la raison et de la science. Contre ces vérités, l’élan vital doit produire des croyances magiques et absurdes. Bergson a peut-être tort d’assimiler des fictions qui se donnent pour telles a des mythes ou dogmes qui se donnent pour vérités transcendantes. Mais l’histoire qui s’accepte fausse entraîne mieux la croyance que le mystère de la Sainte Trinité ou celui de l’Eucharistie. Freud lui-même a montré l’efficacité de la fonction de la méconnaissance. Et Robbe-Grillet a donné un beau départ à cette métamorphose du vieux récit de vie en un opéra fabuleux.

  • 12 Version revue et augmentée du tableau publié dans Jacques LECARME et Éliane LECARME-TABONE, L’Auto (...)

Autofiction12

Récit vrai

Définition stricte (Doubrovsky)

Définition large

Roman

Autobiographie = Récit vrai

Stricte homonymie

Homonymie et dée ou atténuée

Roman Fiction 1re ou 3e personne

GUIBERT :
Mes Parents
ERNAUX :
La Place
Une femme
Passion simple
JULIET :
L’Année de l’éveil
Lambeaux
LÉAUTAUD :
In memoriam
SEMPRUN :
L’Écriture
ou la Vie
Etc.

BARTHES :
Roland Barthes
par Roland Barthes
BASTIDE :
La Vie rivée
L’Enchanteur
et nous...
BLONDIN :
Monsieur Jadis
BOSQUET :
Une mère russe
L’enfant que
tu étais
CÉLINE :
D’un château l’autre
Nord
Rigodon
COLETTE :
La Naissance du jour
DEJON :
La Honte
DJIAN :
Zone érogène
DOUBROVSKY :
Fils
Un amour de soi
Le Livre brisé
L’Après-vivre
GUIBERT :
À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie
Le Protocole compassionnel
L’Homme au chapeau rouge
LANZMANN :
Le Têtard
NIMIER :
L’Étrangère
NOURISSIER :
Bleu comme la nuit
La Fête des pères
REZVANI :
Les Années lumière
SOUPAULT :
Le Bon Apôtre
TREMBLAY :
Vues animées

AJAR :
PseudoARAGON :
Le Roman inachevé
CAMUS :
Le Premier Homme
CARDINAL :
Les Mots pour le dire
CENDRARS :
Moravagine
DEBRAY :
Les Masques
DRIEU :
État Civil
La Comédie de Charleroi
DURAS :
La Douleur
FRANCK :
La Séparation
GENET :
Le Journal du voleur
ISHERWOOD :
Kathleen et Franck
KHATIBI :
La Mémoire tatouée
LÉAUTAUD :
Le Petit ami
LOTI :
Le Roman d’un enfant
Prime jeunesse
MAILER :
Les Armées de la nuit
MALRAUX :
Antimémoires
Lazare
(Le Miroir des limbes)
MEMMI :
Le Scorpion
MODIANO :
Livret de famille
De si braves garçonsRemise de peine
Fleurs de ruine

NAVARRE :Biographie
NIZON :
L’Année de l’amour
NOURISSIER :
Une Histoire
française
Bratislava
PEREC :
W ou le Souvenir d’enfance
PERROS :
Une vie ordinaire
QUENEAU :
Chêne et chien
ROBBE-GRILLET :
Le Miroir qui revient Angélique
Les Derniers Jours de Corinthe
ROUBAUD :
La Boucle
Le Grand Incendie de Londres
SIMENON :
Pedigree
Les Trois Crimes de mes amis

CAMUS :
La Chute
CÉLINE :
Mort à crédit
Casse-pipe
Voyage au bout de la nuitPROUST :
A la recherche du temps perdu
SARTRE :
La Nausée
Etc.

12Il faudrait donc, plus modestement, redistribuer les deux colonnes du tableau reproduit plus haut, en déplaçant de la gauche à la droite Antoine Blondin et Hervé Guibert, de la droite à la gauche, François Nourissier et Jacques Roubaud (Puissent les auteurs ainsi jumelés ne pas se révolter contre de tels rassemblements génériques !). L’autofiction selon Doubrovsky deviendra de plus en plus un sous-ensemble de l’autobiographie : la corne du taureau s’y fait moins dangereuse, la responsabilité de l’écrivain y est atténuée, et les autofictionneurs ont toujours échappé aux procès qu’ils se plaisent pourtant à susciter. L’autofiction selon Blondin et Robbe-Grillet (le plus talentueux n’étant peut-être pas celui qu’on croit) sera, elle, la plus fictive des fictions, puisqu’elle étend le jeu de la fiction jusqu’à l’instance du nom, seule garantie de la présence réelle de l’auteur. Le vertige pourrait ici mener à une folie – schizophrène ou paranoïaque – que la littérature a toujours eu l’ambition de formuler dans la poésie des signes.

13Comme il faut rejoindre l’actualité extrême, on évoquera le cinquième volume de la série que Jacques Roubaud avait inaugurée avec Le Grand Incendie de Londres, en 1989 : La Bibliothèque de Warburg, Version mixte, 2002, réactualise, certes, un pacte autobiographique, mais la transmission autobiographique fonctionne d’autant mieux, à l’abri des dénégations classiques, et de l’invocation d’une fiction – fantôme, dont seule la genèse est indiquée. L’insertion des billets d’un jeune frère jadis disparu est le geste le plus fort, quant à une autobiographie ; il serait le plus incongru et le plus inhibiteur dans la visée d’un roman. Le lecteur a affaire ici au Jacques Roubaud de la réalité empirique, qui ne laisse pas d’être tragique. En revanche, Écrire sur Tamara (2002) de Marcel Bénabou, au profit de l’infime différence Manuel/Marcel, parvient à la parfaite autonomie de la fiction, avec tous les redoublements spéculaires qui en font une fiction multidimensionnelle. En jouiront le mieux ceux qui ne connaissent rien de la carrière de Marcel Bénabou et de son appartenance à l’Oulipo. Dans ce roman romanesque, il n’y a rien à vérifier. Comme dans L’Éducation sentimentale, les biographèmes ont disparu, et cette abolition s’appelle roman.

  • 13 Jacques DERRIDA, Demeure – Maurice Blanchot, Galilée, 1998. Il s’agit d’une réflexion sur L’Instan (...)

14Peut-être l’autofiction disparaîtra-t-elle par scission, rejoignant les deux pôles opposés de la véridiction et de la fiction, se reversant partie dans l’autobiographie, partie dans le roman. Alors, dans l’intervalle, rien n’aura eu lieu que le lieu, et un texte, historiquement circonscrit. Mais peut-être, à l’inverse comme l’arc et la lyre selon Héraclite, la tension des forces contraires rendra-t-elle le son le plus troublant, le jet le plus puissant ! Hervé Guibert, avec Le Mausolée des amants, qui permet de relire les écrits antérieurs, Marguerite Duras, avec le montage de textes intitulé La Douleur, en ont donné de grandes preuves. Si une nouvelle autofiction peut naître et croître (ce qui n’est pas assuré, car il existe aussi des ersatz d’autofiction…), elle pourrait s’inspirer d’une récente déclaration de Jacques Derrida, dans le quotidien Libération : « Plus j’avançais, plus je me suis autorisé à me mettre en scène, mais de façon fictive. C’est à la fois irréductiblement singulier, mais exemplaire de situation universelle ». Jacques Derrida, à propos de Maurice Blanchot, avait d’ailleurs dessiné cette fiction de soi, qui va jusqu’au vertige fixé13. La fictionnalisation radicale de soi risque alors d’approcher ce qu’on pourrait appeler une folie - fiction, où le moi risque sa destruction ou son aliénation. Jean Cocteau n’a pas fini de nous troubler avec sa formule emblématique : « Victor Hugo était un fou qui se prenait pour Victor Hugo ».

Notes

1 Jacques LACAN, Écrits, Seuil, 1966, p. 94.

2 Dorrit COHN, Le Propre de la fiction, trad. de l’anglais par Claude Hary-Schaeffer, Seuil, Poétique, 2001.

3 Revue des sciences humaines, n° 263, mars 2001, Paradoxes du biographique, textes réunis par Dominique VIART.

4 Serge DOUBROVSKY, Jacques LECARME, Philippe LEJEUNE (dir.), Autofictions et Cie, RITM, 6, Université de Paris X, 1993.

5 Marie DARRIEUSSECQ, Moments critiques dans l’autobiographie contemporaine : l’ironie trafique et l’autofiction chez Serge Doubrovsky, Hervé Guibert, Michel Leiris et Georges Perec, thèse de doctorat, sous la direction de Francis Marmande, 1997, 392p. ; « L’autofiction, un genre pas sérieux », Poétique, n° 107, septembre 1996.

6 Philippe LEJEUNE, Le Pacte autobiographique, Seuil, Poétique, 1975 – nouvelle édition augmentée, Points/essais, 1996.

7 J. LECARME, É. LECARME-TABONE, L’Autobiographie, op. cit.

8 Régine ROBIN, Le Golem de l’écriture. De l’autofiction au cybersoi, Montréal, XYZ éditeur, 1998.

9 Louis-René DES FORETS, Ostinato, Mercure de France, 1997. Jean-Benoît PUECH, Louis-René des Forêts, roman, Farrago, 2000.

10 J. LECARME, É. LECARME-TABONE, L’Autobiographie, op. cit.

11 Henri BERGSON, Les Deux Sources de la morale et de la religion, repris dans H. BERGSON, Œuvres, P.U.F., 1959, p. 1066-1069, p. 1140-1145, « Fonction fabulatrice et littérature ».

12 Version revue et augmentée du tableau publié dans Jacques LECARME et Éliane LECARME-TABONE, L’Autobiographie, Armand Colin, « U », 1997, réédition corrigée, 1999, p. 274-275.

13 Jacques DERRIDA, Demeure – Maurice Blanchot, Galilée, 1998. Il s’agit d’une réflexion sur L’Instant de ma mort, bref récit indécidable de Maurice Blanchot.

Auteur

Université Paris ΙΙΙ-Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540