Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Autofictions

Avant-propos

Texte intégral

1Comment évoquer la notion d’autofiction sans tomber dans deux pièges contraires également vains : un usage spontané, qui impose souvent une uniformité théorique à des œuvres on ne peut plus différentes ; un refus de principe, qui condamne généralement à ne pas nommer les orientations majeures d’une littérature du sujet dont le développement caractérise pourtant le dernier quart du vingtième siècle ? Si l’autofiction, vers la fin des années 1970, au moment où elle se nommait et théorisait, « accentuait le préfixe auto- et se donnait un objet référentiel : le vécu personnel du narrateur, l’autofiction d’aujourd’hui majore le substantif -fiction, en donnant à auto- une valeur spéculaire et autotélique » : Jacques Lecarme rappelle ainsi l’historique, la filiation, les ramifications et les métamorphoses de cette notion qu’il inscrit dans une mémoire critique du genre autobiographique.

2Armine Kotin Mortimer en étudie un premier exemple, Le Secret de Philippe Sollers, dans lequel l’écrivain, « agent secret de sa propre existence » et « observateur clandestin de notre société en souffrance », superpose une histoire d’espionnage et le récit d’un deuil personnel. L’autofiction constitue dans ce cas un exercice romanesque de cryptage biographique à des fins de connaissance approfondie, pour un sujet qui, éprouvant sa propre complexité, entend ainsi formuler ses inconnues. Le rapport à la langue écrite enracine de fait l’identité subjective dans une étrangeté foncière à soi. Marie-Anne Macé en étudie les effets chez Marguerite Duras, qui cultive une « identité à facettes », et chez Annie Ernaux qui, loin de toute fiction intime, expose une identité « réceptacle » ouverte aux autres et au pouvoir d’autoconnaissance différé qu’ils offrent. Cette porosité se comprend aussi en termes d’identité générique : les récits d’inspiration autobiographique de Pierre Michon et Gérard Macé, évoqués par Karine Gros, incluent des formes étrangères proches de l’essai ou de la fiction romanesque. Impliqué « dans l’acte même d’énonciation à partir de ses hantises », le sujet « ne propose pas une véritable autobiographie mais des éléments autobiographiques à travers l’Autre » dont la figure devient tour à tour, dans le même texte, un référent intime, un objet de fiction, un support de méditation. Béatrice Bloch retrouve ces caractéristiques dans certaines pratiques de narration alternatives comme les ateliers d’écriture ou les récits de compagnonnage. Elle propose d’appeler « allo-autobiographie » des réalisations placées sous le signe de l’échange intersubjectif, constitutives d’une conscience de soi liée au « croisement des regards et des expériences ». Sa propre énonciation permet au sujet de prendre corps hors de toute visée substantialiste, au travers des seuls actes de langage par lesquels il engage sa relation aux autres. L’extrême mobilité des postures d’énonciation et les multiples effets d’interférences génériques semblent donc les conditions nécessaires à l’expression d’une identité subjective définie comme plurielle, mouvante et prismatique. Nicole Mozet en analyse le processus dans un roman de J.-B. Pontalis : la métaphore des limbes y désigne la part inassignable de l’être proche du monde de l’enfance, des rêves, de l’inconscient, en laquelle fusionnent tous les sujets imaginaires fondateurs de la personnalité intime, celle « qui se faufile subrepticement de chapitre en chapitre » et « ne se met jamais au centre ».

3Il appartient au récit, défini dans sa coextension à des pratiques typologiques autres que la stricte narration autant qu’à des espaces textuels excédant la seule littérature, de rendre possible une telle « conversion à soi ». Laurent Dubreuil montre comment ce travail sous-tend l’écriture d’Hervé Guibert dans À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie et participe d’une réflexion plus générale sur le statut philosophique du sujet envisagé par Michel Foucault, quand celui-ci insiste sur la nécessité de s’accomplir soi-même en s’émancipant des contraintes éprouvées dans la vie réelle. Par le transfert de soi et des autres en personnages d’une authentique fiction psychique, Hervé Guibert « réélabore une singularité, sans individualité ni sujet, dans la singularité de son œuvre ». Sans doute peut-on considérer cette invention de soi, depuis des états de vie personnels librement remaniés, comme une tension inhérente à toute écriture autofictionnelle, quelles que soient les modalités rhétoriques auxquelles elle recourt et les finalités existentielles qu’elle recouvre.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540