Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Vers une cartographie du roman français depuis 1980

Aline Mura-Brunel, Bruno Blanckeman et Marc Dambre

Texte intégral

1La critique de l’immédiatement contemporain est guettée par la myopie et l’erreur. Il ne suffisait pas d’en prendre acte pour réussir à aller « vers » une carte du roman français depuis 1980. Mais le critique littéraire doit poser des actes qui engagent sans pour autant porter une épée au côté. Et les risques courus ont pour possible contrepartie des questionnements stimulants. C’est dire que l’entreprise ne misait pas moins sur le talent et la liberté du lecteur.

2À en juger par l’afflux des propositions et la diversité des approches, le défi a bien été relevé. Les quelque cinquante contributions se sont constituées en photographies in vivo de ces vingt dernières années grâce à la multiplicité des points de vue. L’intervention de spécialistes de tous statuts et de tous horizons a privilégié l’instantanéité du cliché, et contribué à légitimer le projet cartographique. En effet, la métaphore spatiale ne pouvait imposer de baliser tous les chemins ni de hiérarchiser les œuvres. Le but n’était ni un palmarès (en fonction de quels critères ? !) ni un panorama complet des tendances présentes. Après tout, il existe déjà des prix, des synthèses et des dictionnaires.

3Le volume ainsi conçu offre un état des lieux du roman depuis 1980, lacunaire on l’a dit, complexe et diversifié on l’espère. Il s’articule autour de problématiques consubstantielles à l’acte d’écrire aujourd’hui, comme la question des genres, la redéfinition de la fiction, les filiations, les représentations du sujet, les nouvelles socialités. Une double préoccupation animait à l’origine la tentative : ouvrir des voies et découper des territoires ; voir comment les analyses peuvent rendre compte des questions d’ordre ontologique et théorique qui agitent notre époque – le souci de soi, la posture de l’écrivain, la légitimité de l’acte d’écrire, l’expérience de l’altérité. Le problème de la quête identitaire a d’ailleurs été au centre des débats sous la double forme de procédures herméneutiques pour capter des identités narratives (fluctuations du sujet, recherches généalogiques) – tout particulièrement dans les sections « Autofictions » et « Généalogies » – et pour examiner les identités du narratif (retour du romanesque, nouveau statut de la fiction, modulations génériques) – dans les sections « Fiction(s) en question » et « Espaces, limites, bougés ». Enfin un dispositif cartographique aurait manqué de pertinence s’il n’avait pas pris en compte les perceptions nouvelles du passé, les récits de mémoire – notamment dans la partie « Histoire ». Le roman ne saurait se réduire désormais à un repli autarcique et il ne s’interdit plus de dire quelque chose du monde. Comme le suggère la dernière section, il se reconnaît plusieurs « légitimités ». Privilège de bâtard ?

4Autant d’enjeux théoriques qui ont ici trouvé leur écho, par le biais de l’attention monographique ou de la réflexion de portée plus générale.

5Discours neuf ? Du moins se propose-t-il comme objet l’extrême contemporain tout en maintenant le cap entre des exigences contradictoires telles que : inventorier des familles littéraires et inventer des recoupements convaincants, mais insister sur la singularité de la voix ; introduire des périodisations (le retour du sujet des années quatre-vingts, l’émergence des récits de filiation après 1990), mais ne pas figer des œuvres et des trajectoires à l’évidence inachevées ; mettre en corrélation œuvres de fiction et problématiques dominantes – comme l’écriture de l’intime, la pensée du dehors, la conscience de la cassure sociale et de la fêlure ontologique, la fluctuation des genres et des domaines – tout en préservant la lecture précise des textes, l’identification de leurs choix esthétiques et de leurs pratiques d’écriture, souvent indécidables, toujours singulières. Créer c’est sertir, si l’on en croit Balzac, ajuster le diamant dans le chaton de la bague. Cartographier le fictif contemporain, c’est intégrer des éléments disparates pour donner au paysage et à l’horizon littéraires une meilleure visibilité.

Auteurs

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Université de Haute-Bretagne (Rennes II)

Université Paris ΙΙΙ-Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540