Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Annie Ernaux

 | 
Pierre-Louis Fort
, 
Violaine Houdart-Merot

Présence au monde : présence du monde ?

Annie Ernaux : une écriture impliquée

Bruno Blanckeman

Texte intégral

  • 1 Pour une étude plus détaillée, je me permets de renvoyer à mon article « De l’écrivain engagé à l’é (...)
  • 2 Annie Ernaux, 2014, Regarde les lumières mon amour, Paris, Seuil, p. 12.

1Le geste fondateur de l’écriture est intrinsèquement politique dans l’œuvre d’Annie Ernaux. Ecrire depuis l’expérience d’un déclassement – détailler ses circonstances premières, fussent-elles par le haut – et dans la conscience d’un déplacement – exprimer ses manifestations récurrentes, tout au long d’une vie –, c’est situer l’écriture dans un rapport à la politique, telle qu’elle agit dans la vie ordinaire, la rue, le RER, l’hypermarché, dans ce quotidien aux évidences fallacieuses que le journal ne cesse de consigner et ramener à la raison. C’est aussi situer cette écriture dans un rapport plus décisif au politique, à cet ordre des choses qui correspond à une organisation de la Cité, avec ses pratiques de classe et ses lignes idéologiques, et confère à l’œuvre s’en faisant l’écho un pouvoir de résonance – une éthique appliquée, référée à une expérience de la vie commune, une éthique impliquée, fondée sur le constat d’être partie prenante d’un tout, d’une collectivité, de ses événements et de ses années de vie commune, dont tout un chacun est à la fois agent et objet, en partie responsable, en partie contraint. On est loin de l’idée d’engagement qui, par sa superbe militaire, la même qu’on trouve dans celle de l’avant-garde, désigne un choix délibéré, un acte volontaire par lequel l’écrivain, l’intellectuel français, de Zola à Sartre, décidèrent en toute souveraineté, depuis le sacre que leur octroyait d’emblée la société, de rejoindre un combat politique, un certain terrain social dont ils auraient pu comme tant d’autres s’abstraire parce que par essence il n’était pas le leur. Dans un ouvrage qui aborde l’idée de l’engagement, la remise en question théorique de son usage appliqué à la littérature en cours ne relève pas de la maniaquerie terminologique mais du souci heuristique : elle engage, si l’on peut dire, la compréhension de ce que devient la littérature – son incompréhension, aussi, peut-être. Dans une société où la place culturelle de la littérature, traditionnellement surdéterminée en France depuis la Renaissance, s’est considérablement relativisée à partir des années 1980, la mesure de la création littéraire, l’aire de résonance qui est celle de la parole des écrivains aujourd’hui, sont encore trop souvent indexées sur des représentations et des modèles historiques qui les antidatent. C’est l’écart ainsi creusé entre ses conditions de possibilité actuelles – la reconnaissance des auteurs – et des modèles historiques gratifiants – les imageries de la littérature – qui crée le sentiment, erroné, d’une disparition de cette littérature et du mutisme des écrivains. C’est donc la volonté de prendre la mesure des nouvelles formes éthiques et politiques de leur responsabilité qui appelle, de la part des critiques et des historiens de la littérature, un semblable effort de renouvellement des notions par lesquelles ils tentent communément de les penser. C’est aussi la meilleure façon de contrer le discours ambiant des déclinologues et de montrer, preuves à l’appui, comment cette littérature accomplit une mue culturelle et se régénère à côté de ses anciennes peaux, de ses ancestrales vêtures1. Si l’engagement de l’écrivain confortait jadis son aristocratie de statut, son bon vouloir autant que sa bonne volonté, l’implication de l’écrivain participe aujourd’hui d’un travail de proximité, d’une démocratie de terrain, dont les banlieues et les hypermarchés constituent à la fois le lieu-type et l’espace emblématique. Le lieu-type s’il est vrai, comme le note Annie Ernaux que les « femmes et les hommes politiques, les journalistes, les « experts », tous ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans un hypermarché ne connaissent pas la réalité sociale de la France d’aujourd’hui2 ». L’espace emblématique pour peu qu’on admette que la littérature, si elle n’a pas disparu, s’est décentrée et a progressivement glissé du centre de la vie culturelle à sa périphérie, perdant en visibilité mais entretenant sa vitalité. L’intérêt manifesté par plusieurs écrivains, de Jean Echenoz à Jean-Christophe Bailly via François Bon, pour des lieux urbains incertains abonde en ce sens.

2La capitale et la province : tels furent pendant des siècles les lieux porteurs, les lieux structurants de l’imaginaire de la littérature en France, lorsque le roman parisien et le roman régionaliste se dressaient l’un face à l’autre, dans l’exaltation de l’un et l’exécration de l’autre, au nom d’un idéal de civilisation et d’un impératif d’humanité résolument contraires, donc, sur un plan idéologique national, rigoureusement complémentaires (puissance ironique d’un titre : Le Paysan de Paris). La banlieue, la ville nouvelle constituent-elles aujourd’hui un nouveau lieu, un nouveau topos pour appréhender les mutations de la littérature et ses pratiques ? À lire l’œuvre d’Annie Ernaux, la réponse s’impose. C’est ce lieu littéraire que je souhaiterais étudier en m’intéressant à Regarde les lumières mon amour, tout particulièrement aux caractéristiques d’une écriture impliquée : le droit de regard exercé en situation par l’écrivain sur un espace qui est moins un environnement qu’un milieu dont elle fait partie intégrante ; une interaction avec ce milieu qui agit sur elle mais sur lequel elle intervient en retour par une écriture qui le force à la représentation, le rend lisible, et par là même en modifie la perception.

De quels usages, quels rituels, quelles valeurs, quels modes nouveaux ou répétés d’aliénation mais aussi, resitués dans le temps long de l’histoire, d’émancipation, l’Hypermarché sert-il de révélateur ? Cette question est sous-jacente au texte de l’auteure, impliquée dans un lieu, un cycle et un système où elle s’expose tout à la fois comme celle qui, parmi d’autres, en est l’objet mais aussi la bénéficiaire et sait en jouir à différents degrés.

  • 3 RL, p. 64.
  • 4 Ce que sa confrontation avec d’autres objets – caddies, caisses automatiques – rend sensible.
  • 5 RL, p. 31.

3Quittant « l’espace de la rentrée des classes » où elle décrypte à même les cartables « la promesse de bonheur » qui constitue l’injonction la plus habile à faire prévaloir dès l’enfance « la valeur du nouveau, tout beau on le sait, au détriment de la valeur d’usage3 » Annie Ernaux conclut : « En quittant le rayon, je m’aperçois de l’étrange plaisir que j’y ai pris4 ». L’écriture impliquée est celle qui, par les effets de montage, les variations de plans et les nuances de registres, détaille cette simultanéité et cette réversibilité des postures. Bonne et mauvaise conscience s’abstenir5 : l’écrivain n’est ni le procureur, ni le juge, mais l’usager, le scribe en situation et l’œil, mi réfracteur mi réfractaire.

  • 6 RL, 32, p. 61-62.
  • 7 RL, p. 43.
  • 8 RL, p. 62.
  • 9 Annie Ernaux, 1991, Passion simple, Paris, Gallimard, p. 31-32.

4Cette écriture participe d’un plan expérimental et axiologique. Plan expérimental : comment écrire l’hypermarché depuis l’hypermarché. Cela passe par la révocation explicite d’un modèle littéraire et la démarcation implicite d’un modèle médiatique. À ce qu’on appelle communément, et non sans morgue, une littérature de supermarché, aussi plate qu’une grande surface, Annie Ernaux semble opposer une pratique plus élaborée qu’on pourrait nommer littérature d’hypermarché, aussi architecturée qu’un centre commercial. La littérature de supermarché trouve des échos dans le livre : ainsi de ces ouvrages de grande consommation qui voisinent, dans le rayon Livres et avec la plus parfaite indifférenciation, avec les textes sacrés6. La littérature de l’hypermarché revêtirait un sens autre, proche du génitif subjectif : une littérature générée par l’hypermarché et ses contraintes, une vie mode d’emploi, en quelque sorte, qui cale sa composition, ses niveaux, ses réseaux sur ceux du lieu lui-même – structure contre structure. Une littérature expérimentale en cela, qui génère son propre auteur et son propre lecteur en transformant progressivement et provisoirement, le temps d’un livre, le consommateur en producteur et l’hypermarché en hypertexte. Cette singularité littéraire, ce double marquage de l’auteur par le lieu et du lieu par l’auteur, Annie Ernaux les revendique et pour elle et pour ses livres. Pour elle-même, en qualité d’écrivain, quand elle évoque (entre parenthèses comme il se doit) d’autres écrivains dont le nom jure, la figure dissone avec le lieu lui-même, créant ainsi comme un effet d’incongruité loufoque : « (Je ne vois pas Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute ou Françoise Sagan faisant des courses dans un supermarché, Georges Perec si, mais je me trompe peut-être)7 ». Tout aussi bien, pour mettre en perspective engagement et implication, pourrait-on substituer sur un mode oulipien une autre phrase à celle-ci : « (Je ne vois pas André Malraux, Simone de Beauvoir ou Pierre Guyotat faisant des courses dans un supermarché, Marguerite Duras, si, mais je me trompe peut-être) ». Même marquage singulier évoqué pour ses livres, quand l’auteur les projette, au sens propre comme au sens figuré, sur le tapis roulant de la caisse, les identifiant par là même à ces produits de grande consommation, ces usuels du corps et de la vie courante avec lesquels ils interagissent – « Après tout, déposer un livre sur le tapis de la caisse me gêne toujours, comme un sacrilège. Je serais pourtant heureuse d’y voir un des miens, extirpé d’un caddie, glisser entre une plaquette de beurre et des collants8. » – parfaite métonymie, par livre interposé, d’une implication de l’auteur dans quelque milieu ambiant où seule l’indistinction rend pleinement possible un degré de conscience éprouvé des choses, donc, aussi, leur juste mesure critique. C’est aussi une alternative littéraire qui est réfutée, telle qu’elle oblige à choisir un camp – celui, aristocratique, de la grande littérature, ou celui, consumériste, de la littérature de supermarché – au risque de s’y aliéner soi-même – on peut après tout imaginer, sans trop se tromper, que même Nathalie Sarraute dans sa vie un jour consomma de la nourriture, et réciproquement, avec certes une marge d’erreur plus conséquente, que Guillaume Musso un jour écrira, et non produira, un livre. Nouvelle formulation d’un principe politique fondamental pour l’auteure : revendiquer un métissage des sources d’inspiration culturelles. Phèdre et Piaf déterminent entre autres l’imaginaire de la passion qui s’énonce dans Passion simple9. Ce principe double comme son ombre l’élaboration d’une œuvre qui se sait par ailleurs exigeante en cela que sa démarche suppose un rapport expérimental, et non pas servile, à l’écriture et à la question de la forme, ce qui suffit à la démarquer de nombreuses écritures que l’on appelait naguère engagées.

  • 10 RL, p. 42.

5Mais un autre modèle, médiatique, semble aussi tenu à distance : celui de l’enquête informative menée par des journalistes de télévision, très souvent dans des hypermarchés dont ils visent à dénoncer, mais de l’extérieur, en intrus et non pas en consommateurs, des conduites ponctuellement répréhensibles. La perspective qu’ils adoptent, à la différence de l’auteure, est celle de l’exploration d’un lieu qui leur demeure étranger, caméra en bandoulière ou microcaméra cachée dans le col du manteau, selon les standards des reportages dits de société où le journaliste se pare de la plume de Rouletabille pour démasquer la malhonnêteté d’une firme, souvent limitée à la date de péremption de quatre pots de yaourt, et déciller la conscience de la ménagère ou du bon père de famille. L’axiologie en jeu dans Regarde les lumières mon amour n’est pas celle du chevalier blanc – l’enquêteur de terrain – pourfendant le système pour mieux en alimenter un autre, d’ordre médiatique, qui n’a rien à lui envier, au risque de cautionner un manichéisme de surface qui détourne des réalités de terrain dont la firme elle-même est le foyer. Le « reportage » revendiqué par l’auteure est d’un autre ordre : « Je veux rester dans mon rôle habituel, celui de cliente, ne pas attirer l’attention sur ma présence10. »

  • 11 RL, p. 54.
  • 12 RL, p. 17.
  • 13 RL, p. 64.
  • 14 RL, p. 52.

6Cette question axiologique me semble recouvrir l’une des postures majeures de l’implication littéraire. Si la métaphore de l’engagement conservait une connotation militaire qui faisait symboliquement de l’écrivain un soldat montant au front pour mener un combat de valeurs, le terme d’implication comporte une connotation judiciaire qui formule à nouveaux frais la question de sa responsabilité en termes de connivence, de complicité individuelle. L’écrivain est membre d’une collectivité dont il dénonce certains dysfonctionnements avec une acuité d’autant plus efficace qu’il s’interroge aussi sur sa participation à leur dynamique. Affirmant ce qu’elle pense être son bon droit de cliente face à une caissière qui « la rappelle vivement à l’ordre » puis, face à sa réaction, lui explique sommairement les raisons de son comportement – « Vous comprenez, s’il y a un contrôle, c’est moi qui vais prendre. On se fait de plus en plus remonter les bretelles, c’est de pire en pire » –, Annie Ernaux commente : « Je viens d’être remise à ma place pour ne pas avoir pensé à la sienne. Son “pire en pire” me poursuit. Parmi les 7 millions de travailleurs pauvres en France, beaucoup sont des caissières11 ». Nouvelle scène de caissière, dans la lignée de celle du Journal du dehors, mais différente en ce que la situation bourdieusienne de l’humiliation est ici réversible. Nouvelle occurrence de « la place » : quelle est au juste celle de l’écrivain impliqué ? C’est être partie prenante d’une situation, mais aussi en être partie poreuse, se savoir vulnérable, donc virtuellement coresponsable de ce qu’il dénonce, ne pas s’exempter de certains phénomènes, certains enjeux intolérables dont il saisit les non dits et dénonce les effets pervers, mais, en l’occurrence, faire avec sa propre complicité, sa propre fascination, fussent-elles involontaires, pour un système d’autant plus captieux que séduisant. C’est l’insistance récurrente sur cette « espèce de mouvement de plaisir tout à l’heure à l’idée d’aller au Trois-Fontaines12 », « cet étrange plaisir13 » éprouvé dans tel rayon de l’hypermarché, ce « plaisir d’être enveloppée par la chaleur sitôt franchie la porte 2 du centre commercial », qui font écho à « l’excitation secrète d’être au cœur même d’une hypermodernité14 », ressentie dès les années 1970 quand l’auteure découvre les supermarchés. C’est ne pas s’absoudre de cette séduction du lieu, être conscient de sa complicité partielle avec l’ordre qu’il recouvre, écrire dans l’entre-deux de ses effets ressentis – leur euphorie – et de ses effets réprouvés – l’indignation. L’une constitue comme la doublure de l’autre dans une même phénoménologie de la conscience impliquée en situation de société.

  • 15 RL, p. 18.
  • 16 RL, p. 62.

7Si Annie Ernaux garantit l’ambivalence de ces affects par une écriture de la notation, du trait d’humeur spécifiquement diariste, elle sait aussi les convertir en une écriture de la pensée critique, laquelle établit les termes soigneusement pesés de la contestation d’un système depuis le récit laconique d’une expérience ponctuelle. Ainsi du statut de la femme tel que « l’hyper » le perpétue tant dans la prédisposition de l’identité féminine à la seule maternité (le rayon des jouets) que dans la sollicitation constante, d’un rayon l’autre, de ses fonctions nourricières et séductrices. Face à cet état de fait, l’indignation s’exprime par l’appel à une manifestation-type de notre temps, le happening militant : « Publicité pour une Barbie au volant d’une Volkswagen, 29,90 euros. Je suis agitée de colère et d’impuissance. Je pense aux Femen, c’est ici qu’il vous faut venir, à la source du façonnement de nos inconscients, faire un beau saccage de ces objets de transmission. J’en serai15 .» La pensée critique lui succède, quelques pages plus tard, dans un flash anthropologique qui superpose, à l’image des mères dispersées ici « avec leurs caddies et leurs enfants », la « vision préhistorique » des femmes « arrimées à la subsistance et à l’élevage16 ». Autant que la permanence multiséculaire d’un statut, c’est la responsabilité littéralement réactionnaire de l’hypermarché, et du type de société dont il est l’emblème, qui est ici mise en cause puisqu’il reconduit, sur ce plan-là, la France du xxisiècle à l’âge des cavernes.

  • 17 RL, p. 65.
  • 18 RL, p. 22.
  • 19 Avec la « canette de Red Bull entamée à la main », cette figure rappelle celle du texte de Laurent (...)
  • 20 RL, p. 39.
  • 21 RL, p. 26.

8D’une situation à un principe, comme d’un degré d’implication situationnel à un degré d’implication réflexif, ce type de scène s’intègre dans une structure bivalente par laquelle la pensée critique du lieu développe sa propre cohérence et son propre nuancier. Être engagé, c’est lutter contre un ennemi, le pourfendre jusqu’à terre. Être impliqué, c’est cibler un adversaire dont on mesure d’autant mieux la puissance qu’on acquiesce soi-même à certains de ses aspects, non seulement sur un plan sensible – le principe de plaisir – mais aussi dans le cadre d’une réflexion politique. « Indifférent aux peurs xénophobes d’une partie de la société, l’hyper s’adapte à la diversité culturelle de la clientèle, suit scrupuleusement ses fêtes. Aucune éthique là-dedans, juste du “marketing ethnique”. Les tenants du libéralisme auraient cependant beau jeu de vanter cette réelle fonction égalitaire et intégratrice du Marché17. » Éprouver à même sa pratique, à même la vie ordinaire les effets pervers d’un système, c’est aussi être sensible à ses effets d’aubaine et les rendre intelligibles. C’est ainsi une structure bivalente qui régit l’organisation des annotations prises au quotidien selon qu’elles sont le signe tantôt de la puissance de ségrégation, tantôt de la capacité d’agrégation de l’hypermarché, véritable machine à formater et à sérier le social. Sa puissance de ségrégation se mesure dans deux types de fragments qui saisissent sur le vif, in absentia les mécanismes de l’exclusion (les catégories qui n’y sont pas admises), in presentia ceux de la discrimination (la reconduction dans son enceinte des logiques de sélection). De même que Journal du dehors était l’un des premiers textes littéraires à consigner l’émergence d’une nouvelle figure d’exclu, le SDF, de même Regarde les lumières mon amour relève les signes de l’exclusion au carré dont ils sont aujourd’hui l’objet. Le phénomène de l’exclusion sociale est en effet doublé par celui de l’exclusion spatiale dont deux scènes se font écho : l’une, circonstancielle et individualisante, décrit la présence d’un homme « vacillant légèrement18 » et la crainte de la cliente-narratrice qu’il ne soit immédiatement repéré par les caméras de surveillance19 ; l’autre, descriptive et généralisante, identifie les endroits de repli des SDF, aux abords, et en tire une conclusion sous forme d’antithèse sans appel : « Il y a de plus en plus de SDF dans l’ensemble de la société mais de moins en moins autour du centre commercial20 ». De l’art axiomatique de mettre un sérieux bémol à la fausse évidence selon laquelle le centre commercial serait par principe un lieu populaire, à l’image de la société (s’il l’est, du moins est-ce aussi en systématisant sa tendance à la crispation sociale). Quant à la discrimination, elle s’inscrit matériellement dans le lieu en recoupant la distribution quantitative, qualitative et temporelle de l’espace – ainsi « le super discount occupe une surface cinq fois plus grande » parce « il y a plus de très pauvres que de très riches21 » mais est « relégué » au fond du niveau 2 « dans une enclave qu’il partage avec les produits pour les animaux », lesquels semblent plus attractifs, sinon appétissants, que ceux dévolus aux bouches inutiles. À cette distribution discriminatoire de l’espace correspond celle des objets de consommation dont certains recyclent des archétypes pourtant contestés par l’histoire, entre autres tout ce qui réifie la femme.

  • 22 RL, p. 12.
  • 23 RL, p. 12.
  • 24 RL, p. 53.

9Mais la logique qui commande cette ségrégation des personnes – trier, cibler, cerner le consommateur selon des impératifs de stricte rentabilité marchande – est la même qui opère leur agrégation à partir du moment où ils ont franchi les deux premiers cercles de cet espace mythologique (l’entrée dans le Centre, l’entrée dans l’Hyper, avec sa grande hache). L’auteur décline différents modules de cette fédération de hasard – les rencontres que l’on y fait – et de nécessité – les contraintes qui y conduisent. C’est avant tout « l’hypermarché comme grand rendez-vous humain22 », la dimension de la coprésence, de la proximité sans lendemain avec des inconnus qui satisfait l’atavique pulsion de divertissement, l’hypermarché comme lieu pascalien, où l’on va « faire un tour […] pour se distraire ou échapper à la solitude23 ». C’est aussi l’hypermarché « comme spectacle, « spectacle de la fête24 ». Le texte ne cesse de varier autour de cette image première, faisant de l’Hyper une scène qui tient à la fois du ballet, de la comédie et du happening. L’auteure en suggère ainsi la séduction tout en en désignant l’artifice, l’illusionnisme, lieu d’un simulacre qui surjoue l’idée d’une communion par un partage des biens tenant de la multiplication de petits pains. C’est encore l’hypermarché comme éducateur que révèlent les scènes de confrontation à l’autre, à l’étranger via les besoins élémentaires comme la nourriture. Ainsi dans la file d’attente d’une caisse :

  • 25 RL, p. 49.

10Les quatre enfants s’amusent ensemble, les mères bavardent, évoquent le Nouvel An chinois avec excitation (elles ne sont pas asiatiques) : « À l’école ils ont mangé chinois ! » Est-ce l’école ou l’hyper qui éduque ? Peut-être les deux25

  • 26 On se reportera aux pages 53 et 65.

11C’est enfin l’hypermarché comme intégrateur, les bienfaits collatéraux de ce que l’écrivain nomme « le marketing ethnique » qui brasse les individus quelles que soient leurs origines, les femmes, quels que soient leurs modes de vie, les voiles qu’elles portent ou ne portent pas, et sont de fait incluses dans un espace qui leur fait violence mais aussi peut-être les initie26. On reconnaît ici les peaux neuves d’un système, le capitalisme, qui, pour satisfaire un impératif productiviste, est tenu de s’assurer une demande suffisamment conséquente pour agir en retour sur l’offre.

  • 27 J’emprunte cette formule à Barbara Havercroft, dans sa contribution à cet ouvrage, « Lorsque le suj (...)

12La question de la forme est, L’Atelier noir en atteste, déterminante dans la genèse de chaque livre d’Annie Ernaux. C’est aussi ce qui distingue, me semble-t-il, une écriture engagée d’une écriture impliquée. Il fut certes de grandes écritures engagées (celle d’un Genet, d’un Guyotat) mais ce ne sont pas nécessairement à elles que l’on songe quand on évoque l’engagement, qui subordonne souvent le travail de la langue au combat des idées. Le souci de la juste forme commence avec et par le choix des mots. C’est à même la langue ordinaire, ses usages trompeurs et ses degrés de sens tronqués, sa « sémiotique du quotidien27 », la nécessité d’une transparence qui suppose le contournement de ses obstacles qu’Annie Ernaux s’implique :

  • 28 RL, p. 21.

Vais-je ou non écrire « une femme noire », une Africaine » – pas sûr qu’elle le soit – ou seulement « une femme » ? » N’est-ce pas la « blanchir », lui « refuser textuellement la visibilité28 » ?

13La suite du texte est éloquente. Annie Ernaux assume la notion d’engagement, mais l’extrait de son modèle culturel conventionnel de telle sorte qu’elle la détourne.

  • 29 RL, p. 22.

Exactement l’inverse de ce que je veux faire, de ce qui est mon engagement d’écriture […] Non pas faire un manifeste en faveur de la diversité ethnique, seulement donner à ceux qui hantent le même espace que moi l’existence et la visibilité auxquelles ils ont droit29.

Dans cette réfutation d’une forme avant-gardiste illustre de l’engagement – le manifeste –, dans cette relativisation du projet qui tient lieu d’éthique appliquée – « seulement donner à ceux » , éthique du partage et de la réparation fondée sur un principe d’équité, se tient l’une des formulations de cette implication caractéristique de plusieurs œuvres actuelles.

Notes

1 Pour une étude plus détaillée, je me permets de renvoyer à mon article « De l’écrivain engagé à l’écrivain impliqué : figures de la responsabilité littéraire au tournant du xxie siècle », dans Des écritures engagées aux écritures impliquées…, Catherine Brun et Alain Schaffner (éds), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2015.

2 Annie Ernaux, 2014, Regarde les lumières mon amour, Paris, Seuil, p. 12.

3 RL, p. 64.

4 Ce que sa confrontation avec d’autres objets – caddies, caisses automatiques – rend sensible.

5 RL, p. 31.

6 RL, 32, p. 61-62.

7 RL, p. 43.

8 RL, p. 62.

9 Annie Ernaux, 1991, Passion simple, Paris, Gallimard, p. 31-32.

10 RL, p. 42.

11 RL, p. 54.

12 RL, p. 17.

13 RL, p. 64.

14 RL, p. 52.

15 RL, p. 18.

16 RL, p. 62.

17 RL, p. 65.

18 RL, p. 22.

19 Avec la « canette de Red Bull entamée à la main », cette figure rappelle celle du texte de Laurent Mauvignier, Ce que j’appelle oubli, inspiré d’un fait divers qui s’est déroulé en 2009 : un marginal, qui avait bu une cannette de bière dans un rayon d’un centre commercial de Lyon, périt sous les coups des vigiles.

20 RL, p. 39.

21 RL, p. 26.

22 RL, p. 12.

23 RL, p. 12.

24 RL, p. 53.

25 RL, p. 49.

26 On se reportera aux pages 53 et 65.

27 J’emprunte cette formule à Barbara Havercroft, dans sa contribution à cet ouvrage, « Lorsque le sujet devient agent : écriture et engagement chez Annie Ernaux », p. 81.

28 RL, p. 21.

29 RL, p. 22.

Auteur

Bruno Blanckeman est professeur de littérature xx-xxie siècles à la Sorbonne Nouvelle Paris 3. Il est l’auteur des essais Les Récits indécidables (Septentrion, 2000), Les Fictions singulières (Prétexte, 2002), Lire Patrick Modiano (Armand Colin, 2009), Le Roman depuis la Révolution Française (PUF, 2011). Il a participé à des publications collectives (Pour Éric Chevillard, Minuit, 2014) et dirigé ou co-dirigé une dizaine d’ouvrages collectifs dont Narrations d’un nouveau siècle (romans et récits français, 2001-2010) en collaboration avec Barbara Havercroft (Presses Sorbonne Nouvelle, 2012), L’Œuvre d’Annie Ernaux, Le Temps et La Mémoire en collaboration avec Francine Dugast et Francine Best (Stock).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540