Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métissage culturel en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

L'identité culturelle catalane sous le franquisme. Le rôle de l'Institut Français de Barcelone (1945-1953)

Claire Pallas

Texte intégral

  • 1 ABOU, Sélim, L'identité culturelle, Paris, Editions Anthropos, 1981.

1Le philosophe et anthropologue Sélim Abou1 rappelle que le concept d'identité culturelle est, à l'origine, un concept scientifique largement utilisé par les anthropologues anglo-saxons, dont l'usage lui semble cependant « frappé d'ambiguïté » :

  • 2 Id, p. XII.

La cultural identity était le plus souvent définie par référence au « patrimoine culturel », c'est-à-dire au passé de la culture, et rarement au présent, c'est-à-dire à la culture en gestation et en action2.

  • 3 Id, p. 44.

2L'identité culturelle se référait donc au patrimoine culturel censé fonder la nation ou le groupe. Or, Sélim Abou rend au concept sa valeur opératoire. L'identité culturelle ne se réfère pas seulement au patrimoine, mais aussi et surtout à la culture qui l'a produit, à une culture vivante. Il s'agit davantage d'une « dialectique vivante du même et de l'autre ou le même est d'autant plus lui-même qu'il est ouvert à l'autre »3.

3C'est donc sous l'angle des « mécanismes d'échanges et d'interactions » entre la culture française et espagnole que je souhaiterais placer cette réflexion.

4Le franquisme est fondé sur le rejet brutal de l'Autre, de l'étranger et de sa culture. L'identité culturelle espagnole recouvre par ailleurs à l'époque des réalités multiples. Une des priorités du pouvoir franquiste consiste, en effet, à reconstituer une identité nationale qui hisserait les valeurs du nouveau régime en occultant la mémoire récente. Cette identité est, de fait, principalement fondée sur le rejet de la République et des régionalismes. Bannis au nom de l'unité nationale menacée, ces derniers sont désormais proscrits, comme l'affirme Franco dès 1938 :

  • 4 BENET, Josep, prologue in SAMSÓ, Jordi, La cultura catalana entre la clandestinitat i la represa, (...)

España se organiza en un amplio concepto de estado totalitario, por medio de instituciones nacionales que aseguren su totalidad, su unidad y su continuidad. El carácter de cada región será respetado, pero sin perjuicio para la unidad nacional, que la queremos absoluta, con una sola lengua, el castellano, y una sola personalidad española4.

  • 5 La peinture de paysage abonde certes bien avant la dictature. Dans les années 20, l'œuvre de Benja (...)

5Sur le plan culturel, le « retour à l'ordre » sous la bannière du « Nouvel Etat » s'accompagne de la promotion d'une culture « nationale ». On assiste ainsi, par exemple, à la prolifération d'une peinture de paysage dont l'identité semble marquée par la présence de la terre castillane5 dans un mouvement d'assimilation de l'identité espagnole à la Castille.

6Parallèlement, une nouvelle génération d'artistes va tenter de retrouver, notamment à Barcelone —à partir de 1945 et à travers le contact avec la France— une identité culturelle bafouée. Je veux parler du rôle qu'a joué une institution culturelle française, l'Institut Français de Barcelone, de 1945 à 1953 environ.

  • 6 L'Ordre du 10 août 1938 du délégué à l'Ordre Public de Lérida stipule :
    "Respecto al uso del dialec (...)
  • 7 JULIÁN, Inmaculada, TÀPIES, Antoni, Diálogo sobre Arte, Cultura y Sociedad, Barcelone, Icaria, p. (...)
  • 8 Id. p.35.

7Loin d'échapper à la répression, la Catalogne, fortement républicaine et traditionnellement régionaliste est, en effet, doublement frappée dans son identité politique et culturelle : dès 1938, les franquistes proclament l'interdiction du catalan6 et l'abrogation du statut d'Autonomie accordé sous la République. L'exil prive la Catalogne de bon nombre de ses artistes et de ses intellectuels. En matière d'enseignement, l'Histoire et la littérature catalanes sont désormais occultées7. L'avant-garde artistique est passée sous silence ou présentée comme une conspiration internationale du communisme, de juifs et de francs-maçons contre l'art espagnol. On peut lire ainsi dans La Vanguardia española sous la plume de l'écrivain et poète Josep Junoy (qui avait précédemment appartenu à l'avant-garde...) : « Volvamos al Museo del Prado, a las esencias españolas »8.

  • 9 TÀPIES, Antoni, Memoria personal, Barcelone, Seix Barrai, 1983, p. 189.

8Dans ses Mémoires, Tàpies n'hésite pas à employer le terme de « génocide »9 pour stigmatiser l'attitude des franquistes en Catalogne et rappelle la méfiance des autorités envers l'art moderne, considéré par ailleurs comme « el arte de las podridas democracias occidentales ». Le peintre se souvient de l'époque où fleurissait dans les endroits publics le célèbre « Hable usted cristiano la lengua del Imperio » et évoque, outre l'interdiction du catalan dans la presse, à la radio, jusque dans la correspondance privée, l'impossibilité de publier, la fermeture des institutions culturelles (Ateneos, Casas del Pueblo, etc.), en bref la volonté d'anéantir une culture pourtant foisonnante sous la République. La fin de la Seconde Guerre Mondiale va cependant signifier un espoir pour les Catalans. Des publications commencent à arriver clandestinement de l'étranger. Des maisons d'édition latino-américaines telles que Losada, Sudamericana et Fondo de Cultura Económica prendront par la suite une importance grandissante. Enfin, l'influence de Picasso et de Miró vont être décisives pour la génération d'artistes contemporains de Tàpies :

  • 10 Id. p.46.

[A Picasso] le vi cuando estuve en París con la beca. Picasso era para mí una especie de símbolo que en el aspecto político me explicaba lo que había pasado en este país, lo cual no estaba nada claro para los jóvenes, porque los vencedores lo tergiversaban todo. Tanto Miró como Picasso fueron quienes nos pusieron alerta e hicieron que empezásemos a preguntarnos algunas cosas10.

9Picasso et Miró figurent à l'époque, aux yeux de la nouvelle génération de peintres catalans, parmi les rares survivants des conquêtes de l'avant-garde opérant de surcroît comme des modèles de réconciliation entre l'éthique et l'esthétique. Les principaux représentants de l'avant-garde, espagnole se trouvent par ailleurs en France, d'où l'urgence pour la génération de l'après-guerre civile de définir un langage inédit ancré dans une tradition catalane.

10Dans ce contexte, l'Institut Français de Barcelone représente, à partir de 1945, un îlot de culture, un refuge pour les artistes et les intellectuels. Créé en 1919 par l'Université de Toulouse, sous le patronage conjoint des Affaires Etrangères et du Ministère de l'Education Nationale, l'Institut apparaît d'abord comme un foyer de culture française. Des cours de langue y sont dispensés et des conférences ont lieu régulièrement. Plus tard, sous la République, des liens étroits sont tissés avec les intellectuels et les artistes, ainsi qu'avec les institutions politiques et culturelles catalanes. Après la guerre civile, les Catalans, privés de leur culture, vont tout naturellement y chercher asile. La vie culturelle ne reprendra qu'après la Libération, au terme des années de guerre et d'occupation. L'Institut Français de Barcelone annonce ainsi dans son programme de l'année 1945-46 :

  • 11 Archives de l'Institut Français de Barcelone.

...avec le rétablissement de la paix et la reprise des rapports normaux avec les nations, notamment entre l'Espagne et la France, le travail de l'Institut Français de Barcelone prendra une nouvelle vigueur. Nous pourrons ainsi recevoir la visite de conférenciers et de spécialistes. Le gouvernement offrira des bourses d'études à de jeunes Espagnols [...]. L'Institut Français souhaite représenter à Barcelone la pensée et la vie françaises, qui ont pu reprendre toute leur vitalité et faire connaître au public français les aspects si variés de la vie intellectuelle espagnole11.

11C'est en 1945 que les Cercles d'animations culturelles de l'Institut Français voient le jour. Ces Cercles naissent sous l'impulsion de Pierre Deffontaines, directeur de 1939 à 1964, également grâce à des personnalités présentes à l'époque à l'Institut telles que l'historien Pierre Vilar, et drainent l'essentiel de la vie artistique et intellectuelle. Ils joueront également un rôle de catalyseur dans la formation et l'éclosion d'une génération de créateurs qui constituent le patrimoine catalan actuel.

12De nombreux cercles sont ainsi créés. Le plus célèbre et fécond d'entre eux, le Cercle Maillol, regroupe de jeunes peintres et sculpteurs. Le choix du sculpteur Maillol est emblématique de l'unité de la Catalogne au-delà des frontières. En 1946, la première exposition du Cercle Maillol, qui lui rend d'ailleurs hommage, commémore la sculpture catalane et présente la relève encore inconnue. L'un des futurs animateurs du Cercle Littéraire, Jordi Sarsanedas, souligne à l'époque dans la revue Ariel la portée symbolique de l'événement :

  • 12 SARSANEDAS, Jordi, "Els Cercles de l'Institut Francès", Ariel, Barcelone, n° 9, Avril 1947.

Sota el patronatge del gran estatuari, l'obra del qual estava representada per un broza de petita grandària, s'hi aplegaven obres de Pau Gargallo, Dunyac, Manolo, Casanova, Clarà, Pierrette Gargallo, Collet, Vives, Busquets, Gusils, Vallès, Boadella... Personalitats diverses, fitxades ja per la mort ο prou definides al nostre esperit per una llarga obra, ο sols encara en una joventud insegura, forta tanmateix. I no en una llista exhaustiva, ni de molt, dels valors de la nostra escultura. Però, de les obres exhibides, des de la seguretat de Gargallo en el seu Arlequí flautista, sota la púdica paradoxa, a la força arquitectònica de Maillol ο fins dels joves, corn Gusils ο Busquets, se'n desprenia l'evidència d'un fet : la persistent i poderosa vocació escultòrica de Catalunya12.

  • 13 SAMSÓ, J., La cultura catalana..., pp. 293-294.
  • 14 TÀPIES, Antoni, Memoria..., p.273.

13Les Conférences et les débats traduisent la volonté des participants de s'informer sur la vie mondiale de l'art. En 1945, le monde libre est en proie à une véritable euphorie alors que la plupart des artistes sont encore en exil. La France fait cependant figure d'exception. L'art moderne y est particulièrement vivant et la modernité synonyme de liberté et de résistance au fascisme. Braque, Matisse, Léger et Picasso sont les grandes figures du panorama artistique de l'époque. Les Surréalistes rentrent d'exil. La Grande Exposition Surréaliste, organisée par Breton et Duchamps, a lieu à Paris en 1947. La période est marquée par de longues discussions autour de la pertinence politique du mouvement. Ce second Surréalisme ne fonctionnera pas, mais le groupe dissous continue pourtant d'inspirer des artistes comme Tàpies, sans oublier Miró dont l'influence et la présence vont être décisives pour les jeunes peintres catalans. L'abstraction géométrique est à nouveau présente au Salon des Réalités Nouvelles en 1946, puis l'Abstraction Lyrique (représentée entre autres par Manessier et Bazaine) lui succède pour s'imposer rapidement comme la forme privilégiée de l'art. La fin de la seconde guerre mondiale marque enfin les débuts de l'Informalisme avec Fautrier ou encore Dubuffet. Plutôt que de puiser leur inspiration auprès de cette avant-garde picturale française sans doute encore méconnue, les membres du Cercle Maillol se tournent vers les représentants de l'avant-garde stricto sensu occultée par le franquisme. Matisse, Braque et Picasso font ainsi figure de maîtres. Le président du Cercle, Josep Maria de Sucre, peintre lui-même, accueille et encourage les jeunes artistes catalans. Ces derniers trouvent alors à l'Institut Français un soutien et un lieu d'expression. Le Cercle Maillol inaugure, en 1946, la première des expositions collectives annuelles de ses membres boursiers, ou anciens boursiers. Chacun expose à cette occasion, animé par le désir de marquer son adhésion au Cercle et sa solidarité par rapport à l'entreprise13. Ces expositions et le séjour à Paris pour les lauréats ouvrent des perspectives aux jeunes artistes. Jordi Mercadé, Ràfols Casamada, Guinovart et Tàpies bénéficieront, entre autres, de ces bourses du gouvernement français. A propos de son séjour à Paris, Tàpies évoque ainsi, outre la possibilité de retrouver les jeunes artistes catalans exilés, l'accès à des auteurs interdits en Espagne et surtout la formidable prise de conscience esthétique et politique opérée à cette occasion : "Hemos de aprender mucho de este pueblo. [..] Creo en el espíritu francés. [...] En aquellos momentos estaba fresca la victoria de las democracias sobre el espectro de las dictaduras europeas..."14.

  • 15 RÀFOLS CASAMADA, Albert, Entretien avec l'auteur, Barcelone, 1990.

14Accueillant les initiatives et les développant, l'Institut Français stimule la vie artistique de Barcelone. L'idée du Salon d'octobre, l'un des premiers frémissements en matière de renouveau artistique, à partir de 1948, serait ainsi né au sein du Cercle Maillol15. Les peintres Ràfols Casamada, Maria Girona, le poète Jordi Sarsanedas, membres par ailleurs du groupe Els Vuit, donnent également, dans le cadre du Cercle Maillol, une représentation du Retablillo de Don Cristóbal de Federico García Lorca, dirigé par Maurice Molho, avec des décors réalisés par Maria Girona.

  • 16 A titre d'exemple Jordi Rubió donne une conférence intitulée « La contribution française à l'histo (...)

15Le Cercle Littéraire qui voit le jour à la même époque sous l'égide de Pierre Vilar devient rapidement un lieu d'expression pour les poètes et écrivains catalans16. Ses membres organisent des lectures publiques d'auteurs français et catalans à une époque où ces derniers sont frappés d'interdit. C'est ainsi que, dès 1947, des auteurs tels que J.V. Foix, Salvador Espriu et Brossa sont lus, au cours de séances publiques, à défaut d'être publiés. Fréquentent ainsi l'Institut Français : Juan Benet, Maria Aurèlia Capmany, Jordi Sarsanedas, Alexandre Cirici, Salvador Espriu, J.V. Foix, Josep Palau i Fabre, Joan Perucho, Carles Riba, Joan Brossa, et bien d'autres. En 1948 le Cercle organise une lecture de la Primera Història d'Esther d'Espriu. Le théatre est également à l'honneur avec, en 1947, la Première Semaine du Théâtre Français.

  • 17 Ariel est une revue littéraire clandestine publiée intégralement en catalan à partir de 1946. Voir (...)
  • 18 SARSANEDAS, Jordi, entretien avec l'auteur, Barcelone, 1990.

16La projection du Cercle dans la vie culturelle catalane est, par ailleurs, indéniable comme en témoignent les débats qui ont lieu en 1947 autour de la revue Ariel17 à l'Institut Français. Ces lectures, ou parfois l'organisation d'hommages à des auteurs alors interdits, tels qu'Espriu ou plus tard Sartre, sont à l'origine d'ennuis ponctuels avec la Censure, mais, dans l'ensemble, celle-ci parvient à être contournée. Jordi Sarsanedas évoque cependant l'omniprésence de ses représentants à l'Institut Français. Les conférences, ainsi que tous les programmes d'activités, devaient être soumis au préalable à la censure18. Le Cercle Manuel de Falla, cercle musical animé entre autres par Paul-Jacques Guinard, réunit des compositeurs tels que Manuel Valls et offre en substance la même possibilité que les autres Cercles, celle de faire connaître l'avant-garde musicale française. Les concerts, les auditions de disques, ou encore les expositions signifient un apport important à la vie musicale catalane.

  • 19 Parmi les nombreuses conférences organisées par le Cercle, on peut noter celle donnée, en 1951, pa (...)

17Enfin, c'est sous l'impulsion de Pierre Vilar que de jeunes cinéphiles catalans créent le Cercle Louis Lumière en 1950. Suivant le principe des réunions et des conférences19 qui se fixent pour but d'étudier les problèmes artistiques et techniques du cinéma, le Cercle va développer une intense activité de Ciné-Club en proposant, fait tout à fait nouveau à l'époque, des films en version originale sous-titrée. Les membres du Cercle ont souvent maille à partir avec la censure. Les programmes, dessinés par Alexandre Cirici Pellicer, proposent des films français récents de René Clair, Bresson, Cocteau ou encore Marcel Carné. Les membres du Cercle se heurtent toutefois à des difficultés techniques liées à l'absence de matériel. Les films sont loués à un distributeur parisien et voyagent par le biais de la valise diplomatique. Ce Cercle a une incidence particulière sur la vie catalane, car les projections ont lieu fréquemment au Cinéma Alexandra sur les Ramblas. Il faut souligner l'importance de ces projections dans une ville singulièrement dépourvue de Ciné-Club et de Cinémathèque. Dans ce contexte d'indigence culturelle, le Cercle Lumière organise, en 1953, la Première Semaine de Cinéma Français à Barcelone. Jugeant ces activités trop subversives, les autorités interdisent à partir de la même année les projections à l'Alexandra et le Cercle doit se replier dans les locaux de l'Institut. Les difficultés grandissantes mettent un terme à l'existence du Cercle Lumière en 1957. Selon les divers témoignages recueillis, ces manifestations bénéficient d'une relative tolérance, malgré la surveillance constante de la police à l'époque. Pas une conférence n'a lieu sans l'autorisation de la Censure et la présence de policiers en civil. Les programmes mensuels, rédigés obligatoirement en castillan, sont également soumis à l'obligation de censure préalable. Seules les réunions informelles des Cercles échappent plus facilement à la censure.

18Les Cercles, mais également les conférences et la Bibliothèque, où l'on peut consulter livres et journaux venus de France, enfin les bourses d'études permettant de sortir du pays, offrent la possibilité d'entrer en contact avec la modernité. Les artistes et intellectuels catalans vont saisir cette opportunité. Les Cercles feront ainsi office de véritable catalyseur pour toute une génération. L'activité particulièrement intense qui s'y développe va, selon les cas, progressivement diminuer au profit d'autres lieux d'expression de la société catalane. La dissolution des principaux cercles intervient dans les années 60. Le nombre relativement faible d'adhérents aux Cercles met, par ailleurs, en évidence le caractère marginal du phénomène. L'impact n'en sera pas pour autant moins grand sur les artistes et intellectuels présents et à venir.

19La coexistence d'un foyer de culture française "officielle" et d'un régime totalitaire, ne manque pas de surprendre. L'activité, intense à partir de 1945, au sein des divers cercles d'animations de l'Institut, présente un intérêt majeur pour la compréhension de cette période de l'Histoire contemporaine catalane. Les témoignages convergent cependant pour rappeler l'îlot de résistance qu'a représenté l'Institut Français de Barcelone. Ilot singulier, car plus ou moins légitime. Seule organisation capable de fédérer une opposition culturelle, les Cercles sont très vite le lieu d'une concentration extraordinaire d'activités artistiques et intellectuelles. La variété et la complémentarité des cercles crée un effet de synergie sur l'ensemble des activités. Résistance, défi, subversion, l'Institut Français devient le creuset d'une génération d'artistes et d'intellectuels ainsi que le dépositaire des richesses culturelles d'une génération de Catalans. Les années de l'après-franquisme ont vu la Catalogne à la recherche d'une identité bafouée. Comme "amputée" de ses avant-gardes contemporaines, la société catalane a tenté de retrouver cette mémoire absente. On a pu observer à cette occasion une réappropriation et une reconnaissance du travail des artistes et des intellectuels révélés par l'Institut Français de Barcelone qui apparaît, a posteriori, comme l'une des clefs du réveil culturel catalan. Manuel Vázquez Montalbán, bien qu'ayant fréquenté l'Institut un peu plus tard, se souvient :

  • 20 VÁZQUEZ MONTALBAN, Manuel, "La bonne mémoire", 17 peintres catalans et la Révolution française, Ba (...)

De la France nous avons reçu, et dans des conditions très difficiles, toutes les possibilités de penser qui nous étaient refusées, une source continue d'espoir, de lumières de réalité qui éclairaient le régime d'ombres auquel nous étions soumis, nous les habitants de la caverne franquiste20.

20Cet organisme a été le médiateur de deux générations de Catalans. La première lui doit d'avoir existé en tant qu'entité culturelle, la seconde lui doit une partie de sa mémoire contemporaine. On mesure donc aujourd'hui le rôle de l'Institut Français de Barcelone, dans l'émergence et la conservation de cet important patrimoine culturel.

Notes

1 ABOU, Sélim, L'identité culturelle, Paris, Editions Anthropos, 1981.

2 Id, p. XII.

3 Id, p. 44.

4 BENET, Josep, prologue in SAMSÓ, Jordi, La cultura catalana entre la clandestinitat i la represa, Barcelone, Publicacions de l'Abadia de Montserrat, 1994.

5 La peinture de paysage abonde certes bien avant la dictature. Dans les années 20, l'œuvre de Benjamin Palencia ou d'Alberto Sánchez est indissociable de l'évocation de la Castille. Au cours des premières années du franquisme, cette dernière est en quelque sorte « récupérée » à des fins nationalistes par les peintres officiellement reconnus par le pouvoir.

6 L'Ordre du 10 août 1938 du délégué à l'Ordre Public de Lérida stipule :
"Respecto al uso del dialecto catalán, hay que atenerse estrictamente a las órdenes de la superioridad ; pero quiero dirigirme a todos los españoles de esta provincia para decirles que los momentos actuales exigen que todos demos prueba de un ferviente españolismo y entusiasmo por la Causa. Estos sentimientos es necesario evidenciarlos y exteriorizarlos ; y lógicamente se da una prueba de ello hablándolo en público por lo menos."

7 JULIÁN, Inmaculada, TÀPIES, Antoni, Diálogo sobre Arte, Cultura y Sociedad, Barcelone, Icaria, p. 17.

8 Id. p.35.

9 TÀPIES, Antoni, Memoria personal, Barcelone, Seix Barrai, 1983, p. 189.

10 Id. p.46.

11 Archives de l'Institut Français de Barcelone.

12 SARSANEDAS, Jordi, "Els Cercles de l'Institut Francès", Ariel, Barcelone, n° 9, Avril 1947.

13 SAMSÓ, J., La cultura catalana..., pp. 293-294.

14 TÀPIES, Antoni, Memoria..., p.273.

15 RÀFOLS CASAMADA, Albert, Entretien avec l'auteur, Barcelone, 1990.

16 A titre d'exemple Jordi Rubió donne une conférence intitulée « La contribution française à l'histoire catalane ». SAMSÓ, J., La cultura catalana..., p.295.

17 Ariel est une revue littéraire clandestine publiée intégralement en catalan à partir de 1946. Voir également SAMSÓ, J., La cultura catalana..., p.292.

18 SARSANEDAS, Jordi, entretien avec l'auteur, Barcelone, 1990.

19 Parmi les nombreuses conférences organisées par le Cercle, on peut noter celle donnée, en 1951, par Enric Fité sur « Le cinéma catalan indépendant", suivie d'une projection de trois films catalans, in RIPOLL FREIXES, Enric, « Cercle Lumière, Ciné-Club de l'Institut Francès de Barcelona. A manera d'historial », Història de la Catalunya cinematogràfica, Barcelone, Annals de la Federació Catalana de Cine-Clubs, 1984, p.287.

20 VÁZQUEZ MONTALBAN, Manuel, "La bonne mémoire", 17 peintres catalans et la Révolution française, Barcelone, Institut Français de Barcelone, 1989.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540