Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métissage culturel en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

La célébration de la Seconde République à Málaga : les modèles de la fête

Evelyne Ricci

Texte intégral

  • 1 1900 en Espagne, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1988, p.9.

Considérée de ce point de vue, "l'histoire culturelle" est, plus que jamais, au cœur même de l'histoire tout court, puisque c'est à elle que revient, en fin de compte, l'exploration de ce territoire mal balisé où se joue le destin des empires idéologiques et se règlent les enjeux intellectuels de chaque étape historique. Qui, à leur tour, ne peuvent s'entendre que dans leurs rapports à la dynamique d'ensemble qui caractérise une période, une crise, un processus particuliers1.

1Comme le suggère cette citation à propos d'une période historique antérieure, les rapports sont étroits et les influences réciproques entre la réalité culturelle d'une époque et la conjoncture politique et idéologique. Les échanges seront d'autant plus féconds et les apports nourris que la période dans laquelle elles s'inscrivent será mouvementée et bouleversée. Les fêtes sont donc en cela un espace privilégié d'exploration d'une société et de son devenir, ainsi que des influences et assimilations internes et externes qui s'y font jour. A la fois périphériques et au cœur même de la société, elles rendent compte de toute évolution historique qu'elles reflètent, assimilent et anticipent à la fois. Leur examen devient d'autant plus intéressant quand on les conçoit au regard même de l'événement historique qu'elles auront à célébrer.

2C'est le cas des fêtes qui nous intéressent ici, celles qui célébrèrent l'avènement de la Seconde République à Málaga en 1931. Le point de vue adopté est celui du quotidien républicain de Málaga El Popular, qui inspira nombre des manifestations festives cette année.

3A la fois reflet du nouveau régime et terreau dont il se nourrit, elles témoignent de l'élaboration d'une nouvelle identité festive, mais aussi d'une nouvelle identité nationale aux influences et apports divers, qui se forgent à travers la célébration d'une temporalité, d'une humanité et d'une éthique nouvelles.

I- Des temps nouveaux

4Le 14 Février 1931 succède au Gouvernement éphémère de Berenguer, qui accéda au pouvoir au lendemain de la mort de Primo de Rivera, et dut démissionner quelques mois plus tard, alors que les principaux partis politiques s'étaient prononcés pour l'abstention aux élections qu'il voulait organiser, celui d'Aznar qui será plus éphémère encore. Il fixe néanmoins la date du 12 Avril pour convoquer des élections municipales au suffrage universel direct. C'est la victoire massive et éclatante des partis républicains, face aux monarchistes désunis et peu organisés : la coalition républicano-socialiste a triomphé dans 41 des 50 capitales de province. Málaga n'échappe pas à cette évolution, bien au contraire, puisque le front républicain sort vainqueur de cette élection, avec une proportion vote républicain pour vote monarchique de 3,4, ce qui place la province de Málaga en deuxième position en Andalousie derrière celle de Cordoue. C'est là même, dans la neuvième circonscription, que fut élu le seul conseiller communiste de toute la province. L'implantation républicaine dans la ville et la province est grande. Dès la fin, en effet, de la Dictature de Primo de Rivera, en même temps que les organisations ouvrières prenaient une importance croissante, les partis républicains s'étaient réorganisés, et ils purent se présenter unis aux élections d'Avril 1931.

5Ces élections devaient marquer les premières heures du nouveau régime, mais ce n'est que deux jours plus tard, le 14 avril, que la Seconde République est proclamée dans les rues du pays. Cette date emblématique et initiatrice marque le début de d'une nouvelle ère en Espagne, et elle est immédiatement célébrée comme l'avènement de temps nouveaux, dans lesquels beaucoup mettaient leurs espoirs. On sait que les foules descendues massivement dans les rues pour célébrer les résultats des élections anticipèrent d'une certaine manière, dans la liesse générale, la proclamation officielle du nouveau régime. Et tout semble se passer comme si, immédiatement, célébrations festives et République devaient aller de pair, comme si, en quelque sorte, c'étaient celles-là qui lui avaient donné naissance.

6Le 14 avril peut donc être interprété à la fois comme le début d'une nouvelle ère festive, et comme l'avènement d'un nouveau régime qu'à Málaga, comme ailleurs, l'on célébrera périodiquement tout au long des mois qui suivront. Les dates que le quotidien républicain El Popular choisira pour célébrer cette épiphanie de la République, loin d'être innocentes, témoignent au contraire d'une volonté d'ériger de nouvelles références temporelles qui contribueront, du moins l'espère-t-on certainement ainsi, à définir l'identité de la République espagnole à Málaga, et à consolider ce nouveau régime. Instaurer des dates pour ces fêtes rend compte d'une appréhension nouvelle de la réalité qui cherche à faire coïncider découpage chronologique et politique. C'est le propre de tout épisode "révolutionnaire", et en cela Málaga va démontrer son attachement à des modèles étrangers.

  • 2 Voir, par exemple, l'Article 3 : "El Estado español no tiene religión oficial".

7On sait que le calendrier festif en Espagne comme à Málaga est d'inspiration chrétienne. Or les cérémonies qui en 1931 vont célébrer la République révèlent un nouveau régime temporel, qui témoigne d'un bouleversement dans les habitudes festives de la ville. Les grandes dates de ce "calendrier républicain" seront le 14 avril, le 1er mai, l'été, et particulièrement le 29 août, et le 6 janvier. Elles correspondent chacune à des fêtes républicaines, orchestrées pour certaines par El Popular. Dans son désir de contribuer à la consolidation du nouveau régime, il tente de soustraire la population de Málaga à l'emprise de la religion catholique qui dominait jusqu'au découpage du temps festif. Il instaure pour cela de nouvelles dates, ou plutôt il s'approprie des dates emblématiques pour en donner un sens nouveau. Il s'agit pour lui de proposer une nouvelle identité espagnole, non plus catholique et monarchique, mais républicaine et laïque, dont on cherche les modèles instituant en dehors des frontières de la péninsule, et loin de Málaga en tout état de cause. Ce mouvement de laïcisation, que le calendrier des fêtes révèle, prend certainement sa source d'inspiration dans le mouvement de déchristianisation qui accompagna la Révolution Française. Ce mouvement de sécularisation qui trouvera sa traduction officielle en Espagne dans la Constitution de la Seconde République qui déclara la séparation de l'Église et de l'État2, se manifesta à Málaga par l'adoption, pour la célébration des fêtes républicaines, d'un calendrier dont on aura cherché à effacer l'inspiration chrétienne, pour marquer symboliquement l'entrée dans une nouvelle ère espagnole. Il s'agit de substituer une conception laïque à une intelligence chrétienne du temps, ce qui n'est pas sans rappeler la décision du 4 Frimaire An II (24 Novembre 1793) d'adopter en France un calendrier républicain,

  • 3 Vovelle, Michel, (sous la direction de), L'état de la France pendant la Révolution (1789-1799), Pa (...)

forme mixte par excellence du processus de déchristianisation : d'un côté foncièrement positive par l'affirmation devant le monde entier d'ouvrir une nouvelle ère de l'humanité correspondant à l'établissement de la République en France, de l'autre, l'éradication de l'espace-temps chrétien3.

8On en est loin à Málaga en 1931, mais l'étude du calendrier des fêtes républicaines amène à penser que, peut-être, on s'inspira de ce modèle républicain français, non pour le mener à son terme, mais en en adaptant le principe qui voulait qu'à une époque nouvelle et républicaine correspondît un temps autre, déchristianisé en substance, mais aussi anti-monarchique. Ce principe vit son application dans les deux grandes fêtes qu'organisa El Popular en cette première année de la République, celle du 29 Août 1931 et celle du 6 Janvier 1932, mais aussi dans quelques autres organisées tout au long de l'été sur ce modèle par des partis républicains et socialistes, des syndicats ou des formations ouvrières.

La conquête républicaine du 29 août

  • 4 El Popular, 12 août 1931.

9La fête du 29 Août eut lieu à l'époque des traditionnels « Festejos de Agosto » qui, depuis 1887, avaient lieu chaque année et commémoraient l'anniversaire de la Reconquête de la ville par les Rois Catholiques, le 19 Août 1497, sous la protection de Notre-Dame de la Victoire devenue Patronne de la ville, et que l'on sortait rituellement en procession en cette occasion. En 1931 cependant, ces festivités furent annulées par la nouvelle municipalité républicaine qui mit en avant "la improcedencia de celebrarlos este año en razón de la agudísima crisis que, desgraciadamente, padece la clase trabajadora"4.

  • 5 Ibid.

10Elle préféra utiliser les 50000 pesètes du budget de la Feria pour alimenter la souscription "abierta para remediar la crisis del trabajo"5. Ces festivités dont l'identité reposait sur l'union de la Chrétienté, de la Monarchie et de l'Armée n'eurent donc pas lieu, mais le quotidien El Popular décida de maintenir la fête qu'il avait prévu d'organiser aux Baños del Carmen, à la fois concours de beauté avec l'élection de la « Señorita República » et kermesse pour venir en aide aux ouvriers au chômage. Fut mis en avant le principe démocratique de cette fête républicaine et son caractère populaire :

  • 6 Elle devait en effet initialement avoir lieu le 30 Août, puis elle fut avancée au 29 Août.
  • 7 El Popular, 25 Août 1931.

La verbena del domingo 306 en los Baños del Carmen no la organizarán personajes eaciquillos ni vanidosos, sino unos ciudadanos modestos, democráticos y deseosos de hacer un verdadero bien. A ella no concurrirán superhombres ni regirá ese protocolo de cursilería más ο menos oficial de tiempos aún no muy lejanos ; irá a ella el pueblo demócrata que siente en el alma el dolor y el angustia de sus hermanos."7

  • 8 Vovelle, Michel, La mentalité révolutionnaire, Messidor Editions Sociales, Paris, 1988, p.157.

11Le quotidien reconnaissait pourtant le succès habituel des festivités traditionnelles, mais il leur substituait une fête d'une ère nouvelle qui voulait rompre avec l'ordre ancien, et instaurait de nouvelles valeurs laïques, dont le protagonisme revenait au peuple lui-même. On semble puiser là aux sources mêmes de l'utopie rousseauiste qui inspira les fêtes civiques que la Révolution Française organisa, comme plus tard la République à Málaga pour célébrer son avènement. Les déclarations du Popular rappellent la fonction essentielle de la fête révolutionnaire, "lieu privilégié où s'est investi le rêve d'une société nouvelle et d'un monde idéal"8. Málaga sembla s'inspirer de l'esprit de ces fêtes initiatiques et de la nécessité sur laquelle elles reposaient de créer une ère nouvelle, mais on en adapta le modèle en le conciliant à la réalité de la ville à son calendrier habituel. La Victoire qui semble être commémorée alors devient celle du peuple laïc sur l'Ancien Régime. Et ce désir de conciliation révolutionnaire en soi fut plus net encore dans le cas de la seconde grande fête républicaine qu'organisa le quotidien quelques mois plus tard, le 6 janvier 1932. Le choix de cette date symbolique du Jour des Rois peut sembler à première vue surprenant. Néanmoins ce paradoxe témoigne certainement d'une volonté de supplanter l'ordre catholique et monarchique ancien, en lui substituant une fête nouvelle, dont on revendiqua les vertus démocratiques et populaires. Cette fête qui devait consister au concours du "bebé más lindo, la niña más bonita y el niño más hermoso", élu par les lecteurs du journal, devait surtout être l'occasion de la distribution de milliers de jouets aux enfants pauvres de la ville. Ce ne seraient donc plus les Rois, mais la République qui apporterait leurs cadeaux aux enfants. Il est difficile de savoir si le détournement idéologique de cette fête trouva son inspiration dans des fêtes étrangères. Néanmoins, elle se nourrit des principes sur lesquels s'étaient bâties des nations étrangères, aussi bien la France de la Révolution et de la Troisième République, qui déclara la séparation de l'État et de l'Église, que l'Allemagne de la Constitution de Weimar, laïque dans ses principes, ou même que l'Union Soviétique qui plaça le Peuple au centre de la Nation, comme El Popular qui lui réservait tout le protagonisme de ses fêtes, et célébra, en cette date précise, ses enfants.

12L'autre grande date de la célébration républicaine à Málaga, comme dans tout le pays d'ailleurs, marque elle une innovation radicale dans l'État espagnol et dans son calendrier, et témoigne de la parenté entre l'Espagne et les grandes nations du monde. Fut célébrée en effet pour la première fois officiellement la fête du Travail, le 1er mai. En célébrant ses travailleurs, l'Espagne montrait qu'elle avançait à l'unisson des autres nations et qu'elle construisait son identité nationale sur un principe universel dont le 1er mai était la manifestation sociale, mais aussi sur un principe socialiste. Cette journée qui célébrait en effet la décision prise en novembre 1884, lors du quatrième Congrès de Chicago des Trade Unions de fixer la journée de travail à huit heures à partir du 1er mai 1886, et les grèves qui s'en-suivirent, acquit rapidement une audience mondiale. Le Congrès international socialiste de Paris de juillet 1889 adopte le 1er mai comme journée de revendications des travailleurs, et décide d'organiser une manifestation internationale à date fixe pour que, le même jour, les ouvriers demandent la journée de huit heures. Et le Congrès international socialiste de Bruxelles d'août 1891 donnera à cette journée son caractère annuel et international. La décision prise officiellement de célébrer cette date à partir de 1931 est la manifestation festive de l'identification de la Nation espagnole comme "República democrática de trabajadores de toda clase, que se organiza en régimen de Libertad y de Justicia" qu'elle inscrivit en tête de sa Constitution. La fête populaire qui emplit ce jour là les rues de Málaga proclamait dans la ville la nouvelle identité nationale, républicaine, démocratique, et de claire inspiration internationale dans ses principes. Cette fête qui se déroula dans le plus grand calme semblait proclamer qu'un nouvel ordre régnait dorénavant à Málaga, dont le calendrier festif se faisait l'écho. A un régime politique différent devait correspondre une représentation nouvelle, déchristianisée et démocratique du temps, dont on chercha les modèles à l'étranger pour mieux marquer de l'intérieur la nouvelle identité républicaine de l'Espagne.

II- L'avènement d'une Humanité nouvelle

13Les efforts festifs pour consolider le régime allèrent au-delà de l'instauration d'un "calendrier républicain" des fêtes, puisqu'on s'appliqua également à célébrer l'avènement d'une humanité nouvelle, en en puisant en partie les modèles dans les démocraties étrangères du passé et du présent. Les fêtes de l'An I de la République à Málaga vont mettre en avant trois groupes sociaux, dont le choix met en évidence une nouvelle sociologie espagnole, ou du moins peut-être la volonté de son avènement. Cette trinité festive républicaine, dont le caractère trinaire est, on le sait, symbolique, será composée des femmes, des enfants et du peuple, comme s'il s'agissait en célébrant ces "nouveaux" membres de la société espagnole de mieux marquer la rupture avec un ordre désormais caduc.

Le règne de la femme

14Les femmes vont acquérir un protagonisme nouveau dès les premiers jours de la République puisque, symboliquement, le 1er mai, lors de la manifestation qui fut organisée sur la Place de la Merced, rebaptisée à propos Place de Riego, et devant la nouvelle municipalité républicaine qui, en quelque sorte, prêtait serment au nouveau régime, défila

  • 9 García Sánchez, Antonio, "El primer bieno de la II República en Málaga", in Estudios sobre la II R (...)

una carroza construida por los ferroviarios malagueños y que representaba una figura de mujer con la bandera republicana. Al pie de ella se representaba el león hispano con el escudo de España y, como alegoría, portaba numerosos instrumentas de trabajo9.

  • 10 L'Article 25 disait en effet : "No podrán ser fundamento de privilegio jurídico : la naturaleza, l (...)
  • 11 Bussy Genevois, Danièle, "Femmes d'Espagne. De la République au franquisme" in Histoire des femmes (...)

15Ce char associait, en une mise en scène allégorique, la nouvelle identité de l'Espagne à une figure féminine, devenue l'emblème de cette république de travailleurs. La femme avait acquis ainsi symboliquement un rôle de premier plan dans la fête, anticipant la reconnaissance nationale qu'allait lui conférer la Constitution espagnole, en abolissant toute discrimination de sexe10. Elle garantit également ses droits civiques, déclara l'égalité des hommes et des femmes dans le mariage et elle autorisa le divorce, par exemple. Nombre de ces articles s'inspirèrent de la Constitution allemande de Weimar de 1919 "en fondant la famille sur le mariage et en déclarant l'égalité des sexes"11, et ils adoptèrent la loi française sur le mariage. Quant à la décision d'accorder le droit de vote aux femmes, elle rappelait que le Royaume-Uni avait pris cette mesure dès le 6 février 1918, et que la Belgique avait fait de même en 1921. La femme espagnole devenait européenne dans les textes, mais aussi dans les rues et les fêtes. Le char féminin du 1er mai et ses outils assimilaient également la nouvelle identité féminine espagnole à celle du travail, comme s'il s'agissait d'inscrire là encore le destin de la femme espagnole dans celui des femmes européennes, soviétiques et américaines qui, depuis la Première Guerre Mondiale, et même avant, avaient été nombreuses à rejoindre le monde ouvrier. Mais la femme que l'on célèbre surtout dans ces fêtes, c'est la Femme-République, devenue l'incarnation du nouveau régime, sorte de Marianne espagnole. L'hebdomadaire de Málaga, La Vida Gráfica, décrivait ainsi, avec lyrisme, les femmes descendues dans les rues pendant les premiers jours de la République, et qui accèdent ainsi à la sphère publique du nouveau régime :

  • 12 Cité par García Sánchez, Antonio, Op. cit., p.85.

La mujer no se recluyó en el santuario del santo lugar -hogar ?-, sino que se lanzó a las calles, aureolando belleza con lazos de colores republicanos que lucían en sus pechos generosos con el orgullo de espafiolas y patriotas12.

  • 13 "Para elegir, en Málaga, la Señorita República".
    "Quiere El Popular rendir culto a la belleza de la (...)

16Cette revue veut rassurer ses lecteurs : la femme devenue républicaine n'en demeure pas moins espagnole et patriote, et elle saura demeurer, on l'espère, une mère généreuse. Et ce que l'on continue à célébrer en elle, c'est toujours son corps et sa beauté. Ces quelques lignes rendent compte des valeurs dont la femme était porteuse, non sans contradictions. Car si elle est l'allégorie du nouveau régime, c'est aussi la mère de famille et la femme qui travaille, et celle qui célèbre le culte de l'apparence. Les fêtes républicaines de Málaga témoignent à leur tour de ces différentes facettes de l'identité féminine, au croisement d'influences diverses. Et cela fut plus net encore lors des fêtes organisées tout l'été sur le modèle de celle orchestrée par El Popular. Elles incluaient en effet toujours dans leurs programmes l'élection de la Señorita República, en hommage à la fois à la République, mais aussi à la beauté de la femme : cette fête relevait en effet à la fois du concours de beauté traditionnel13 et de la célébration républicaine, comme ce manifeste du Popular en témoigne :

  • 14 El Popular, 25 Août 1931.

No se proclamará ninguna "reina" sino la Señorita República ; primer título que en Málaga va a darse a la joven más bella que, a juicio del jurado, asista a la fiesta. será una varbena de sencilla hidalguía y de democrática presentación. Será una fiesta popular...14

  • 15 Le concours Miss Europe fut créé, quant à lui, en 1928.

17L'influence des États-Unis et de la France est claire ici, qui dès 1920 éliront les premières Miss America et Miss France15, mais on peut y voir aussi celle du cinéma et d'Hollywood qui créa et exploita une image fatale de la femme - objet (il était d'ailleurs prévu qu'une grande maison de production vienne tourner une petit film sur cette première Miss République et ses dauphines). L'élection de cette Señorita República repose aussi sur une volonté d'associer au concept encore neuf de la République le corps physique de la femme, pour en proclamer l'avènement en chair et en os. Cette démarche symbolique est propre à toute révolution, qui tente de détruire les images de l'Ancien Régime et d'en ériger de nouvelles, mais le choix de cette allégorie féminine de la République espagnole évoque également la Révolution Française qui célébra la Raison par une même allégorie féminine, et projeta l'identité française dans la personne de Marianne. Les festivités liées à la célébration de la République à Málaga semblent être le creuset où se font jour les influences les plus diverses, que l'on sut toujours adapter à la réalité nationale, puisqu'il était prévu, par exemple, que la Señorita República, avec son cortège présidât ce que le journal qualifiait dans une de ses rubriques de "fiesta nacional", les courses de taureaux.

Une société en devenir

  • 16 El Popular, 25 septembre 1931.

18Au même titre que les femmes, El Popular célébra dans ses fêtes les enfants de Málaga, devenus eux-aussi le symbole d'un régime dont on voulait croire en l'avenir. On paraît projeter en effet ainsi tous ses espoirs dans une société républicaine en devenir, dont le jeune âge marquait la rupture avec le passé, mais aussi la genèse des changements à venir. Le jour de la traditionnelle Fête des Rois le 6 janvier, on organisa donc une Fête des Enfants qui célébrait l'épiphanie de la République en Espagne. Cette fête fut précédée par une longue période électorale, puisque, dès la fin septembre, le journal publia le règlement du concours qui devait permettre aux électeurs d'élire trois enfants d'âge et de sexe différents (on retrouve une fois encore là la trinité républicaine), parmi ceux dont la photo, envoyée par les parents, serait publiée chaque jour sur la première page du journal qui eut soin de déclarer que le choix se ferait librement et démocratiquement : "En este primer concurso, no habrá jurado especial. Concurso completamente democrático, será el mismo pueblo quien vote y decida"16.

  • 17 El Popular, 7 janvier 1932.

19Le dépouillement se fit devant notaire, la proclamation eut lieu en public et fut surtout l'occasion d'offrir, avec l'aide de la Municipalité, des cadeaux aux enfants de Málaga, "sin que estos tuvieran que acreditar para el derecho al obsequio más que la pobreza al margen por completo de doctrinas ni ideas"17.

  • 18 Ozouf, Mona, La fête révolutionnaire, Paris, Folio-Gallimard, 1989, p.21.

20Tous les enfants appartenaient en quelque sorte à la grande famille républicaine qui semblait proclamer leur égalité et leur fraternité, tout comme leur liberté idéologique. La République respectait les traditions festives de la Nation en célébrant cette Fête des Enfants, mais elle sut l'adapter à la nouveauté des temps en en faisant une fête démocratique, égalitaire, et non plus chrétienne et d'ordre divin. Cette Fête des Enfants démontrait également une confiance dans l'avenir de l'humanité républicaine et misait, à l'instar des hommes des Lumières et de ceux de la Révolution Française, sur les pouvoirs de l'éducation et sa capacité à forger un homme nouveau. Nul doute en effet que cette Fête des Enfants répondait, comme les fêtes républicaines, et surtout révolutionnaires, dans leur ensemble, à une mission pédagogique : "Elle [la fête] doit rendre manifeste, éternel, intangible le lien social tout neuf"18.

  • 19 Ibid., p38.

21Et cette société neuve doit être celle de l'unanimité et de la conciliation, "peuple tout entier, femmes et enfants compris"19, condition indispensable, selon Michelet, au sentiment de la fête et à sa réussite à représenter un ordre idéal.

L'identité populaire de la République

22Le peuple était la troisième composante de cette nouvelle trinité sociale que devait fonder l'avènement de la République. Il est aux premières loges de toutes les fêtes, non plus spectateur passif, mais surtout acteur, de même que les hommes de la République devenait des citoyens. La nouvelle Constitution reconnut les droits de tous, et les fêtes semblaient devenir le lieu privilégié où cette citoyenneté nouvelle pouvait être représentée. Le caractère populaire de toutes ces manifestations allait de pair avec leur identité républicaine et démocratique. Elles s'opposaient ainsi aux fêtes de la Monarchie et cherchaient à rendre tangible l'établissement d'une société nouvelle où régnerait une fraternité toute rousseauiste. Rousseau, en effet, qui inspira les hommes de la Révolution Française, et plus tard par truchements successifs, ceux de la Seconde République espagnole, rêvait de fêtes qui exalteraient la ferveur du peuple unanime et garantiraient l'ordre établi :

  • 20 Rousseau, Jean-Jacques, Lettre à d'Alembert sur les spectacles, Gallimard, Folio, Paris 1987, p.29 (...)

Mais quels seront enfin les objets de ces spectacles ? Qu'y montrera-t-on ? Rien, si l'on veut. Avec la liberté, partout où règne l'affluence, le bien-être y règne aussi. Plantez au milieu d'une place un piquet couronné de fleurs, rassemblez-y le peuple, et vous aurez une fête. Donnez les spectateurs en spectacle ; rendez-les acteurs eux-mêmes ; faites que chacun se voie et s'aime dans les autres, afin que tous soient mieux unis"20.

  • 21 Robespierre donnait le 16 Floréal An II cette définition de la fête civique : "L'homme est le plus (...)
  • 22 Vovelle, Michel, La mentalité révolutionnaire, Messidor Editions Sociales, Paris, 1988, p.157.

23Le peuple doit être au centre de la fête, en être le cœur, car on attendait de lui qu'il soit uni et conforte l'ordre nouveau21. En cette époque en effet où s'opposaient partis monarchiques et républicains, et où ces derniers n'allaient pas tarder à se diviser à leur tour, avant que l'Espagne tout entière ne commençât à se déchirer, les fêtes pouvaient être le lieu où se resserrait le lien social. Elles devenaient cet espace de sociabilité où l'Espagne, à l'instar des nations voisines, se constituait une nouvelle identité, républicaine, mais aussi populaire et démocratique. Et si l'on songe qu'au moment même où allait se dérouler à Málaga la Fête des Enfants, -ce peuple républicain en devenir-, se réunissaient pour la première fois dans la ville les membres de la future Acción Nacional locale, dont les mots d'ordre étaient "Religión, Familia, Orden, Trabajo y Propiedad", on mesure à quel point ces fêtes républicaines pouvaient être considérées comme des fêtes révolutionnaires, tant était grand l'effort que devait fournir la République pour fonder une société nouvelle, et en finir avec celles d'Ancien Régime. Elles étaient bien, on l'a dit, "ce lieu privilégié où s'est investi le rêve d'une société nouvelle et d'un monde idéal"22. Le quotidien El Popular fut l'orchestrateur de certaines de ces grandes fêtes qui témoignèrent de la volonté d'affermir le régime républicain en célébrant la société qui devait en constituer les bases. Les femmes, les enfants et le peuple étaient, dans ce régime qui avait aboli les privilèges, les membres d'honneur, porte-drapeaux de valeurs originales.

III- Les valeurs de la République

24Ces fêtes mirent en place également un nouveau langage festif largement inspiré de modèles étrangers, qui devaient permettre l'affermissement des valeurs républicaines. Ce nouveau langage qui se voulait à la fois musical, symbolique et moral, relevait d'une véritable liturgie républicaine.

  • 23 Voir le récit qu'en fait en effet Antonio García Sanchez dans "El primer bieno de la II República (...)
  • 24 Frédéric Robert, "La Marseillaise" in L'état de la France pendant la Révolution (1789-1799), Editi (...)

25Lorsque, le 14 avril 1931, le Maire annonça à la foule rassemblée que la République avait été proclamée, elle manifesta immédiatement son enthousiasme23. La Fanfare municipale qui était présente interpréta aussitôt, au milieu d'un silence énorme, et alors que beaucoup des présents avaient ôté leur chapeau, la Marseillaise. Au milieu de cette fête réunie spontanément pour célébrer la République, un cortège s'organisa alors, qui parcourut les rues centrales de la ville, devancé par la Fanfare municipale qui continua à interpréter la Marseillaise, mais aussi El Himno de Riego. Et quelques jours plus tard la foule des manifestants qui célébraient la première Fête officielle du Travail entonna à son tour ces deux hymnes, ainsi que l'Internationale. Ces trois chants proclamaient publiquement la nouvelle identité de l'Espagne, républicaine avant tout. Dès le 10 Mai en effet, El Himno de Riego será adapté par la nouveau régime comme hymne national, et il remplacera La Marcha Real, marquant ainsi clairement la rupture avec la Monarchie. Que la foule entonnât également la Marseillaise marque bien qu'en cet instant de bouleversement total que connaissait l'Espagne, il lui fallait aller chercher aussi hors de ses frontières les modèles pour s'auto-proclamer. Elle ne pouvait trouver certains qu'à l'étranger, tant l'ordre nouveau qui se mettait en place rompait radicalement avec son identité institutionnelle précédente. La Marseillaise qui avait été composée en avril 1792 au moment où la France révolutionnaire entrait en guerre contre les monarques coalisés, remplit pendant la Révolution Française la fonction double de chant de défense patriotique et de chant révolutionnaire. Elle incarna dès sa naissance la France et la Révolution, et elle fut adoptée par un décret du 26 Messidor an III (le 14 juillet 1795) comme Chant National, mais ne sera pas appliquée comme telle immédiatement. Néanmoins, "elle ne cessera d'être présente dans tous les soulèvements, qu'ils soient nationaux, libéraux ou socialistes"24. Et c'est bien comme chant révolutionnaire que l'adopta la Seconde République dans ses premières manifestations festives. Elle prenait modèle symboliquement sur la Révolution Française qui, la première, en avait fini avec la Monarchie presque un demi-siècle auparavant. L'hymne national français perdait son identité nationale, ou du moins passait-il au second plan, au profit de sa fonction révolutionnaire. Quant à l'Internationale, elle marque plus encore l'adhésion de l'Espagne à une République de Travailleurs d'influence internationale et d'inspiration marxiste. Et c'était pour mieux marquer la rupture que l'avènement de la Seconde République réalisait, que ces trois chants emblématiques furent entonnés simultanément dans les fêtes qui célébrèrent les premiers jours de la République à Málaga, comme dans toute l'Espagne. Et plus tard également, à l'occasion de la fête organisée le 29 Août par El Popular, on composa une chanson que l'on intitula "Señorita República", et qualifia d'hymne républicain. Elle fut reprise dans les fêtes qui furent organisées sur le modèle de celle du Popular. Chacun à sa manière, ces hymnes consolidèrent la République naissante, ils la proclamèrent puis la célébrèrent, et ils témoignent aujourd'hui de l'émergence d'un nouveau langage festif qui sut adapter les grands idéaux révolutionnaires aux réalités nouvelles, des plus solennelles aux plus frivoles.

  • 25 Elisabeth Liris, "Le symbolisme révolutionnaire" in L'état de la France pendant la Révolution (178 (...)

26De même, la République adapta dans ses fêtes un ensemble d'emblèmes et de symboles qui organisaient le nouveau discours iconographique républicain, et remplissaient une claire fonction pédagogique. Ces "images" devenaient en effet l'expression visible du concept de la République, que l'on cherchait par divers moyens à consolider. Et une fois encore, on puisa en partie ces emblèmes et symboles dans la Révolution Française. Ce fut le cas du bonnet phrygien dont se coiffèrent les femmes du 1er mai, et qui lui avait été directement emprunté. Ce "Bonnet de la Liberté" avait été à son tour copié sur le bonnet des affranchis romains. Les rubans tricolores dont se parèrent également les femmes rappellent eux-aussi les cocardes républicaines de la Révolution Française, et l'adoption du drapeau républicain rouge, jaune et violet, rappelle que la France de la Révolution elle aussi s'était dotée d'un drapeau à trois couleurs, et que la Constitution allemande de Weimar avait fait de même en 1919, en adoptant le drapeau noir, rouge et or de la Grande Allemagne. Quant aux outils de travail qui, on l'a vu, décoraient le char de la République, ils rappelaient peut-être les emblèmes du drapeau communiste et soviétique. C'est vers les républiques étrangères que se tourna l'Espagne, mais aussi vers ses traditions intérieures puisque le violet du drapeau républicain, apparu dès 1868, rappelait l'étendard des comuneros de Castille. "L'éclosion de signes, d'images, d'allégories, d'emblèmes et de gestes"25 est le propre de toute révolution, et leur nombre est proportionnel vraisemblablement à l'importance des changements à réaliser. On eut recours en Espagne en 1931 aux plus essentiels, ceux qui devaient marquer la nouvelle identité de la Nation, celle d'une "République de Travailleurs de toutes classes", d'inspiration essentiellement française et weimarienne. Les fêtes devinrent le porte-drapeau de ces nouveaux emblèmes nationaux, de même qu'elles véhiculèrent et mirent en scène les nouvelles valeurs de la société espagnole. Elles en furent le moteur en quelque sorte :

  • 26 Cité par Jean Duvignaud, "La fête civique" in Histoire des spectacles, op.cit., p. 243.

Ces valeurs furent celles que la Constitution de la République adopta dans les textes, et que les fêtes eurent à charge d'illustrer. Elles furent à ce titre une véritable institution, non officielle bien sûr, de la République, et rappellent l'article additif à l'Acte Constitutionnel du 2 septembre 1791 proposé par Thouret qui avait été adapté à l'unanimité, décrétait "l'établissement de fêtes, pour conserver le souvenir de la Révolution Française, entretenir la fraternité entre les citoyens, les attacher à la patrie et aux lois"26.

27Les fêtes édifièrent une représentation de la République, alliant à la fois esthétique et politique. Elles célébrèrent les travailleurs, et elles s'attachèrent à défendre les notions de démocratie et d'égalité. Le travail fut en effet sanctifié par ces fêtes puisque l'on le célébra, comme on célébra les ouvriers : ils devinrent les acteurs de ces fêtes, avant d'en être les spectateurs, et ce fut aussi pour leur venir en aide que beaucoup furent organisées. C'est ainsi notamment que le journal El Popular conclut son article sur la fête du 29 août :

  • 27 El Popular, 30 Août 1931.

Y a más del éxito de la verbena, lo que nos compensa de nuestro trabajo es el fin de ella y que dentro de nuestros esfuerzos, hemos cooperado a llevar un poco de alivio a los hogares santos de los honrados obreros, que deben en el donativo ofrecido más que la cantidad recaudada, el afecto y cariño con que se lo ofrecemos"27.

28Les ouvriers furent en quelque sorte les nouveaux saints de la République, et ce furent eux que la liturgie républicaine célébra en priorité, en confondant leurs vertus avec celles du régime. Le rêve d'un monde nouveau passe toujours par la célébration de ses membres les plus emblématiques et de ses valeurs les plus symboliques. Les fêtes de la République à Málaga mirent en scène les valeurs nouvelles d'égalité et de démocratie, puisque ce furent les lecteurs qui éliront par exemple les plus beaux enfants, comme ils avaient élu les nouveaux membres de la vie politique. C'est leur condition de citoyens que l'on proclamait ainsi.

29Si la Constitution espagnole déclarait : "El Estado español no tiene religión oficial", des indices permettraient de penser que peut-être à travers ces fêtes, on célébrait en réalité le sacre de l'institution républicaine. On œuvra en effet pour fonder une nouvelle foi citoyenne, et on proclama sa croyance dans la figure christique de l'ouvrier dont la souffrance -le travail- devait sauver la société. S'il faut voir ici les traces de la rhétorique républicaine traditionnelle, on peut à juste titre se demander malgré tout si ces fêtes ne respectaient ce processus de "transfert de sacralité" que Mona Ozouf avait mis en évidence dans les fêtes de la France révolutionnaire :

  • 28 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, op.cit., p. 468.

Une fois éliminée le tragique, le dolorisme, l'appareil sombre de la religion, chacun pense alors qu'on retrouve ce socle du culte, où le fondement religieux cède la place au fondement socio-moral, mais sur lequel on doit pouvoir rebâtir une sacralité, dans la mise à jour d'une humanité homogène28.

  • 29 Le programme complet fut publié dans El Popular du 29 Août 1931.

30Il fallait combler le vide laissé par la laïcisation de l'Etat et la chute de la monarchie, et leur substituer une nouvelle religion sociale. S'il est vrai que les fêtes qui célébrèrent l'avènement de la Seconde République à Málaga puisèrent leurs modèles dans des mouvements étrangers, et principalement dans la Révolution Française, comme ce "transfert de sacralité" peut lui aussi le montrer, il ne faut pas conclure néanmoins à une imitation servile de ces références : on ne fit pas table rase du passé, mais au contraire on adapta les valeurs républicaines nouvelles à la réalité festive. On offrit de nouvelles significations à ces fêtes sans pour autant les vider de tout leur contenu antérieur. Leur esprit avait changé, plus que leur réalité. Car si effectivement, par exemple, la fête du 29 août fut organisée autour de l'élection de la Señorita República, les festivités qui accompagnèrent ce concours de beauté présentaient peu d'innovation, et s'inscrivaient dans la tradition espagnole. Elles incluaient, par exemple, un spectacle de variétés29 avec "el notable cantador de flamenco Francisco Vareta, "Niño de la colonia", acompañado por un experto tocador de guitarra, ο la gloriosa tiple malaguena Rosario Soler que cantará el duo de "la Revoltosa" acompañada por el notable aficionado barítono Antonio F. Pons", ainsi qu'un bal sur les mesures de la Fanfare municipale, et celle de "cornetas y tambores del Cuerpo de Bomberos". Mais on trouvait également dans cette fête la "gentil y elegante bailarina argentina Angelita Cao, con su extenso repertorio de danzas típicas y exóticas".

31Tout n'était donc pas espagnol dans ces fêtes, et c'est peut-être justement parce que traditionnellement elles sont un lieu syncrétique privilégié de mélange d'influences diverses, et d'amalgame de traditions et d'innovations, qu'elles devaient être au premier plan de l'avènement de la Seconde République, elle-même concentration d'influences nationales et étrangères, innovatrice et traditionnelle dans sa réalité. Les fêtes étaient, en quelque sorte, le miroir de cette République naissante, mais aussi son moteur, la matrice dont elle se nourrit pour se forger une identité métissée. Telle était peut-être la spécificité de la Seconde République, et son caractère malgré tout révolutionnaire. A moins que ce ne soit justement pour cela que la Seconde République ne fut pas révolutionnaire.

Bibliographie

Bibliographie

BARRANQUERO, Encarnación, (sous la direction de), Estudios sobre la II República en Málaga, Málaga, Diputación Provincial, 1986.

BROUÉ, pierre, la révolution espagnole (1931-1939), paris, Flammarion 1973.

BUSSY-GENEVOIS, Danièle, "Femmes d'Espagne. De la République au franquisme", Histoire des Femmes, Le XXe Siècle, Paris, Plon, 1992.

CAILLOIS, Roger, L'homme et le sacré, Paris, Idées Gallimard, 1983.

FURET, François, RICHET, Denis, La révolution française, Paris, Hachette, 1973.

GARCÍA, María Jesús, Málaga era une fiesta, Los carnavales en la II República, Málaga, Primtel, 1991.

GONZÁLEZ CASTILLEJO, M. José, La nueva historia. Mujer, vida cotidiana y esfera pública en Málaga, (1931-1936), Málaga, Universidad, 1991.

OZOUF, Mona, La fête révolutionnaire, Paris, Folio-Gallimard, 1989.

RAMOS, Ma Dolores, (sous la direction de), Nuevas perspectivas sobre la Segunda República en Málaga, Málaga, Studia Malacitana, 1994.

ROUSSEAU, Jean-Jacques, Lettre à d'Alembert sur les spectacles, Paris, Folio-Gallimard, 1992.

VOVELLE, Michel, (sous la direction de), L'état de la France pendant la Révolution (1789-1799), Paris, La Découverte, 1988.

VOVELLE, Michel, La mentalité révolutionnaire, Paris, Messidor-Editions Sociales, 1985.

1900 en Espagne, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1988.

Notes

1 1900 en Espagne, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1988, p.9.

2 Voir, par exemple, l'Article 3 : "El Estado español no tiene religión oficial".

3 Vovelle, Michel, (sous la direction de), L'état de la France pendant la Révolution (1789-1799), Paris, La Découverte, 1988, p. 245.

4 El Popular, 12 août 1931.

5 Ibid.

6 Elle devait en effet initialement avoir lieu le 30 Août, puis elle fut avancée au 29 Août.

7 El Popular, 25 Août 1931.

8 Vovelle, Michel, La mentalité révolutionnaire, Messidor Editions Sociales, Paris, 1988, p.157.

9 García Sánchez, Antonio, "El primer bieno de la II República en Málaga", in Estudios sobre la II República en Málaga, Málaga, Diputación Provincial, 1986, p. 92.

10 L'Article 25 disait en effet : "No podrán ser fundamento de privilegio jurídico : la naturaleza, la filiación, el sexo, la clase social, la riqueza, las ideas políticas ni las creencias religiosas".

11 Bussy Genevois, Danièle, "Femmes d'Espagne. De la République au franquisme" in Histoire des femmes, Le XXe Siècle, Plon, 1992.

12 Cité par García Sánchez, Antonio, Op. cit., p.85.

13 "Para elegir, en Málaga, la Señorita República".
"Quiere El Popular rendir culto a la belleza de la mujer malagueña y para exteriorizarle su admiración, se dispone a organizar un concurso en el que será elegida la Señorita República y sus diez damas de honor", El Popular, 23 Juillet 1931.

14 El Popular, 25 Août 1931.

15 Le concours Miss Europe fut créé, quant à lui, en 1928.

16 El Popular, 25 septembre 1931.

17 El Popular, 7 janvier 1932.

18 Ozouf, Mona, La fête révolutionnaire, Paris, Folio-Gallimard, 1989, p.21.

19 Ibid., p38.

20 Rousseau, Jean-Jacques, Lettre à d'Alembert sur les spectacles, Gallimard, Folio, Paris 1987, p.298.

21 Robespierre donnait le 16 Floréal An II cette définition de la fête civique : "L'homme est le plus grand objet qui soit dans la nature, et le plus magnifique des spectacles, c'est celui d'un grand peuple assemblé". Cité par Jean Duvignaud, "La fête civique in Histoire des spectacles, Gallimard, La Pléiade, 1965, p. 238.

22 Vovelle, Michel, La mentalité révolutionnaire, Messidor Editions Sociales, Paris, 1988, p.157.

23 Voir le récit qu'en fait en effet Antonio García Sanchez dans "El primer bieno de la II República en Málaga", op.cit., p.88.

24 Frédéric Robert, "La Marseillaise" in L'état de la France pendant la Révolution (1789-1799), Editions La Découverte, Paris, 1988, p. 257.

25 Elisabeth Liris, "Le symbolisme révolutionnaire" in L'état de la France pendant la Révolution (1789-1799), op. cit., p.167.

26 Cité par Jean Duvignaud, "La fête civique" in Histoire des spectacles, op.cit., p. 243.

27 El Popular, 30 Août 1931.

28 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, op.cit., p. 468.

29 Le programme complet fut publié dans El Popular du 29 Août 1931.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540