Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métissage culturel en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

La Commune de Paris en Espagne. L’épiphanie Prolétarienne

Marie-Angèle Orobon

Texte intégral

1Le 28 mai 1871, au terme de huit jours de répression sanglante, disparaissait la Commune de Paris. Fin d’un règne mouvementé de 72 jours qui, pour bref qu’il eût été, n’en devait pas moins engendrer un mythe puissant, auquel, sans doute, l’impitoyable extermination n’a pas peu contribué. Tout au long de sa brève existence, la Commune avait éveillé en Espagne des échos nombreux, immanquablement nourris par les clivages politiques intérieurs : descriptions apocalyptiques chez les monarchistes qui y ont vu, entre autres, l’expression d’une conspiration internationale, adhésion sans réserve de la part des républicains fédéralistes qui y ont reconnu la défense de la République démocratique fédérale, alors qu’au moment des faits les internationalistes espagnols se retranchaient dans une prudente réserve. Adolphe Thiers voulait que l’écrasement de l’insurrection parisienne fût exemplaire. Il le fut, en effet, mais pas seulement dans le sens où le chef du Pouvoir exécutif l’entendait. Au lendemain même de sa chute, la Commune de Paris allait prendre valeur de symbole. C’est l’appropriation de ce symbole par les milieux fédéraliste et internationaliste espagnols que nous voulons à présent retracer dans ses prémices.

Contre une histoire manipulée

  • 1 La Redención Social, Semanario democrático federal, publié à Barcelone du 9-IV-1871 au 24-VI-1871.
  • 2 Il semble difficile de ne pas lier la Commune aux événements immédiatement antérieurs. Plantons qu (...)
  • 3 El Comunero Federal, 1-V-1871, premier et unique numéro, à notre connaissance, de cette publicatio (...)

2Un des premiers signes de l’intérêt suscité par la Commune chez les fédéralistes et internationalistes est la floraison de plusieurs publications périodiques, nées, pour certaines, lors du déroulement des événements. C’est le cas de La Redención Social1 dont le premier numéro du 9 avril 1871 prend ouvertement parti pour cette révolution Parisienne vue comme une riposte patriotique contre une paix honteuse2. C’est le cas de El Comunero Federal3, publication aussi enthousiaste qu’éphémère, qui, par le titre lui-même, s’ancre résolument dans la réalité parisienne et y adhère :

La Commune de Paris proclama y defiende la REPÚBLICA DEMOCRÁTICA FEDERAL que es lo mismo que lo que nosotros proclamamos y defendemos ; por eso hacemos causa común con nuestros hermanos de Paris ; por eso nos adornamos con el título de comuneros federales.

  • 4 Premier numéro le 15-VI-l 871. Directeur Enrique Rodriguez Solís. Dernier numéro le 16-IX-l 872.
  • 5 Premier numéro le 19-VI-l871. D’abord internationaliste, La Emancipación deviendra en 1872 l’organ (...)
  • 6 Jean-Louis GUEREÑA, “Internationalisme et patriotisme en 1871” in Études hispaniques, ΙII, Univers (...)
  • 7 Historia del partido republicano español, cité par Antonio ELORZA, “La Ilustración Republicana fed (...)
  • 8 Id, p.283.
  • 9 Id., p.286.
  • 10 Nous employons le terme par lequel on désigne les partisans de la Commune à partir de mars 1871 “c (...)
  • 11 La Ilustración Republicana Federal, 2-VII-1871.
  • 12 Id., 16-VII-1871
  • 13 Dans ses Memorias, Enrique Rodríguez Solís parle de 30000 exemplaires, cité par A. Elorza, Ibid.

3Peu après la Semaine Sanglante qui met fin tragiquement à la Commune, naissent simultanément deux hebdomadaires La Ilustración Republicana Federal4 et La Emancipación5. Le second, organe de la fédération madrilène de l’Internationale, porte dans son premier numéro "la marque de cet événement-symbole dont la défense circule dans tout le journal"6. Le premier, fondé par Enrique Rodríguez Solís est, au dire même de son directeur, "(...) alumbrado aún por los resplandores de la Comuna de Paris"7 et connaît un succès immédiat comme le prouvent les vingt mille souscripteurs8. Si, comme le dit Antonio Elorza, l’hebdomadaire se situe dans le sillage des publications consacrées à diffuser une culture politique républicaine9, il ne fait guère de doute que la Commune se trouve immédiatement intégrée dans le patrimoine culturel républicain. Dans les premiers numéros, outre les articles de fond, figurent, en effet, nombre de gravures qui rappellent les récents événements parisiens : l’exécution de Millière sur les marches du Panthéon (le 2 juillet 1871), "Exécution d’une pauvre mère" (le 9 juillet 1871), "Femmes faites prisonnières par les Versaillais" (le 16 juillet 1871). Les gravures sont assorties de commentaires qui soulignent le courage et la conviction des communeux10 ("Millière descubrió su pecho y levantando el brazo derecho, gritó: ¡Viva la República! ¡Viva la humanidad!"11) ou la cruauté des Versaillais ("Nuestros abonados podrán juzgar del horrible trato que recibían, sabiendo que muchas de estas desgraciadas han intentado12). Ajoutons que la publication par La Ilustración Republicana Federal des portraits et biographies des hommes de la Commune connaît un certain succès éditorial13.

  • 14 Voir orientation bibliographique à la fin de l’article.
  • 15 Dans l’appellation monarchistes nous incluons libéraux, alphonsistes et carlistes dont les positio (...)
  • 16 Voir Francisco MADRID SANTOS, La prensa anarquista y anarcosindicalista en España desde la I Inter (...)
  • 17 D’après Josep-Eduard ADSUAR, auteur de l’introduction à l’édition fac-similé de París a sangre y a (...)

4À côté de cette constellation de publications périodiques qui inscrivent la Commune au sein de leur projet politique, plusieurs ouvrages historiques voient le jour dans l’immédiat après-Commune : en 1871, La destrucción de París par Eduardo Zamora y Caballero, La Comuna de París por un testigo ocular, anonyme (mais œuvre, en fait de Carlos de Ochoa y Madrazo), París a sangre y a fuego par Luis Carreras, La municipalidad de París y el Gobierno de Versalles par Antonio Ribot y Fontseré ; en 1872, Los comuneros de París par Ramón de Cala et La Commune de Paris par Miguel Morayta14. Parmi ces historiens de l’immédiat, nous ne trouvons qu’un seul professionnel de la plume, Eduardo Zamora y Caballero, qui commet l’ouvrage le plus volumineux (plus de 1600 pages), le plus documenté, mais aussi, certainement, le plus médiocre, car fortement marqué par l’interprétation providentialiste des monarchistes espagnols15. Disons-le d’emblée, nous écarterons —vu le sujet qui nous occupe— la Commune synonyme d’apocalypse, de chaos, de terreur, pour ne retenir que les interprétations favorables au soulèvement parisien, c’est-à-dire celles de Carreras, Cala et Morayta. Tous trois appartiennent ou ont appartenu au Parti Républicain Fédéral, les deux derniers sont même députés ; quant à Carreras, collaborateur à l’hebdomadaire La Federación16, organe de la Fédération barcelonaise de l’Internationale, il s’est éloigné progressivement de la ligne du Parti Républicain Fédéraliste17.

5Précisément, au cœur du projet de ces histoires immédiates, tout comme dans la presse fédéraliste et internationaliste, se trouve cette même volonté de reconstruire l’histoire, de s’inscrire contre une histoire manipulée, de rétablir la vérité des faits.

  • 18 La Emancipación, 9-X-1871.

Hasta ahora han tenido la palabra los asesinos de Versalles. De ella han usado y abusado con el cinismo que les caracteriza para desfigurar los hechos relativos a la revolución del 18 de marzo, pero ya se va haciendo la luz y no tardará mucho tiempo en que quede cada cual en el lugar que le corresponde18,

  • 19 La Igualdad, 30-VII-1871.

6peut-on lire dans La Emancipación, alors que La Igualdad, organe du Parti Républicain fédéral, "désirant que soient connus sous leur véritable jour les événements qui ont ébranlé la capitale de la France"19, publie sous forme de feuilleton, à partir du 30 juillet et jusqu’au 30 septembre 1871 Paris livré de Gustave Flourens et reproduit dans ses pages des lettres où Paul Lafargue —un des gendres de Karl Marx—, réfugié à Huesca, relate les poursuites dont il a été victime.

  • 20 Los comuneros de París, T.2, p. 435. “L’état des lieux” que dresse Ramón de Cala au début de son o (...)

7Ramón de Cala, quant à lui, se rend à Paris sur les lieux de l’histoire, pour cerner la vérité historique, dénoncer les contre-vérités, exagérations, déformations ; aussi considère-t-il que la résistance des fédérés au Père-Lachaise a été outrée pour justifier l’horrible massacre qui y a été perpétré, car "c’est à peine s’il reste, en ce lieu, des traces de combat"20.

  • 21 La Igualdad, 11-VI-1871.

8On perçoit chez Luis Carreras et dans son París a sangre y a fuego cette même quête de la vérité, la réfutation des bruits et rumeurs, et la récurrente mise en cause de toute une terminologie utilisée à l’encontre des communeux, "scélérats", "assassins". "Nada importen las frases de aquiler que todos los gobiernos vencedores emplean, tildando de bandidos y asesinos a los revolucionarios que sucumben"21 : il s’agit bien de dénoncer une écriture de l’histoire qui occulte, déforme et dévoie sciemment. De la même manière, Pi y Margall, dans l’introduction à l’ouvrage de Ramón de Cala, rejette les schématisations, mais surtout s’élève contre la version des faits assujettie à l’idéologie dominante, qui s’est acharnée contre les communeux condamnés au silence. Il s’agit de faire taire la clameur officielle pour qu’enfin soit entendue la voix des vaincus. S’élever contre la version officielle qui masque et déforme, c’est bien revendiquer le rôle historique des masses anonymes. Cette revendication inaugure l’accès à l’histoire des "sans voix", inaugure le premier acte de ce que nous appelons l’épiphanie prolétarienne.

Pour une révolution sociale

  • 22 L’instigateur probable de cette organisation est Práxedes Mateo Sagasta.
  • 23 Voir à ce sujet l’article de Jean-Louis Guereña “Internationalisme et patriotisme en 1871”, déjà c (...)
  • 24 La Federación, 7-V-1871.
  • 25 La Federación, 11-VI-1871.

9Tout au long de la brève existence de la Commune, les internationalistes espagnols, contrairement aux fédéralistes, s’expriment peu sur l’insurrection Parisienne. Il faut relever, cependant, un article publié le 2 avril 1871 par La Federación, qui interprète le mouvement parisien comme l’annonce de ce qui pourrait être "l’avènement de la grande révolution", si elle n’est pas rapidement étouffée. Marque d’un intérêt certain qui ira croissant et qui se manifeste avec plus d’évidence par l’organisation d’un thé fraternel réunissant Espagnols et Français, au Café Internacional, le 2 mai 1871, à l’initiative de la section madrilène de l’Internationale, en signe de soutien à la Commune, réunion brutalement interrompue par la "Partida de la Porra"22. Nous ne nous arrêterons pas ici sur le choix symbolique de la date pour célébrer la fraternité des peuples, qui indique bien la volonté de frapper du sceau de l’internationalisme la plus patriotique des célébrations espagnoles23. Puis, le 7 mai, La Federación publie les principaux décrets de la Commune "para que nuestros lectores conozcan lo más trascendental que sucede en la revolución francesa de 1871, la más grande y radical que registran los anales de la historia"24. Appréciation hyperbolique qui ne sera pas démentie par les analyses qui suivront l’écrasement de la Commune. Pour les internationalistes, la Commune est le premier acte de la Révolution (avec majuscule) sociale en même temps qu’elle signifie la fin des révolutions politiques de la bourgeoisie, fin représentée métaphoriquement par un cadavre qui gît à terre et dont La Federación dissèque les différents avatars dans un article intitulé "Le commencement d’une révolution", alors que la Commune vient d’être réprimée25. À cette analyse qui indique l’appropriation idéologique de ce qui vient de se passer à Paris ajoutons l’identification des internationalistes aux "héros de la Commune", identification que l’on pressentait déjà dans l’acte de solidarité célébré le 2 mai au Café Internacional, identification qui marque l’appropriation symbolique de la Commune :

  • 26 La Emancipación, 19-VI-1871. Extrait que nous reprenons de l’article de Jean-Louis Guereña, déjà c (...)

No ya los héroes de la Commune, sino los que sostienen sus ideas (...) son hoy el blanco de las iras de los espantados burgueses, que en su furor sanguinario nos amenazan con hacernos sufrir la misma suerte que a nuestros hermanos de Paris26.

  • 27 Los comuneros de París, T.2, p. 210.
  • 28 La Igualdad, 11-VI-l 871. Article “Problema social”. La bourgeoisie est en fait désignée sous l’ap (...)

10Les fédéralistes, par le biais de leur organe La Igualdad, avaient manifesté leur immédiate adhésion au soulèvement Parisien. Quelque temps après la chute de la Commune, le 11 juin 1871, La Igualdad évoque également la "guerre sociale" qui vient d’être livrée entre le prolétariat et les classes aisées. Ramón de Cala intitule la deuxième partie de son ouvrage "Los comuneros de París" : "La Commune. La guerre sociale", guerre sociale dans laquelle les "classes laborieuses" ont livré une bataille décisive contre le capital27. Pour La Igualdad, "la bourgeoisie [...] a déjà conclu sa période révolutionnaire"28.

  • 29 Alberto GIL NOVALES, dans son article “El problema de la revolución en el liberalismo español (180 (...)

11La révolution sociale que vient de connaître Paris et que célèbrent internationalistes et fédéralistes espagnols —encore que les fédéralistes préfèrent la métaphore guerrière, "combat", mais pas lutte, guerre sans merci qui semble, déjà, nimber les événements Parisiens de l’auréole de l’épopée— cette révolution sociale, donc, est, évidemment, à replacer dans le contexte politique de l’Espagne de 1871 qui, au terme de la révolution de septembre 1868 qui a renversé la reine Isabelle II, vient d’accueillir sur le trône vacant Amédée de Savoie. Saluer avec ferveur la révolution sociale de Paris, c’est dénoncer la révolution politique espagnole qui n’a rien changé à la question sociale et qui a floué les forces démocratiques qui avaient participé au soulèvement29. "Problème social" s’intitule l’article de La Igualdad du 11 juin 1871.

  • 30 Voir Antonio ELORZA et Carmen LÓPEZ ALONSO, Arcaísmo y modernidad, Madrid, HISTORIA 16, 1989, p. 5 (...)
  • 31 Los comuneros de París, T.1, p. 4.
  • 32 París a sangre y a fuego, p. 26a.

12Outre la confirmation de cette nette dichotomie entre révolution politique et révolution sociale, l’analyse des événements Parisiens marque de son empreinte le langage politique espagnol : l’affrontement qui a eu lieu à Paris a opposé "classes laborieuses" ou "classe ouvrière" à "classe moyenne" que l’on désigne à présent, chez les internationalistes, sous le nom des "bourgeois" —encore orthographié "burgés"— alors que précédemment le terme n’était employé qu’en français. Si les fédéralistes n’emploient pas le mot "bourgeois", les termes "prolétaire" et "prolétariat", en revanche, semblent bien, à la suite de la Commune de Paris, avoir trouvé leur place dans la phraséologie des fédéralistes et internationalistes. Certes, le "prolétaire" n’apparaît pas en espagnol en 1871 (rappelons que dans El Vapor de Barcelone en 1835 sont publiés des articles fouriéristes que Joaquín Abreu signe Proletario30), mais il s’enrichit d’une signification et d’une force nouvelles. Les prolétaires ne sont plus ceux qui produisent, travaillent de leurs mains, ils sont aussi ceux qui agissent et dont l’anonymat n’entache en rien la crédibilité. "La revolución de Paris ha sido verdaderamente anónima: he aquí el carácter más determinado que podía abonarla", écrit Ramón de Cala31. Le prolétariat a donné son sens à la Commune et du même coup symboliquement accède à la dignité et à l’histoire en abandonnant "son rôle de machine" (l’expression est de Luis Carreras32), pour penser, pour agir et agir seul et non pas sous la conduite de quelque meneur assoiffé de sang. Pour les milieux fédéraliste et internationaliste, la Commune de Paris scelle la reconnaissance de la classe des dominés, de leur autonomie. Classe reconnue en tant que telle, dans son identité sociale et culturelle.

  • 33 Los comuneros de París, T.2, p.395.
  • 34 La Igualdad, 11-VI-1871.

13Cette épiphanie prolétarienne sonne donc le glas des révolutions politiques, de la bourgeoisie. Pour Ramón de Cala, la fureur de la répression exercée contre la Commune est le signe même d’un pouvoir à l’agonie.33 La Commune, même vaincue, est le symbole de la menace qui pèse contre la bourgeoisie aujourd’hui au pouvoir tant en France qu’en Espagne et l’apostrophe que lance le journal aux conservateurs : "l’extermination que vous tentez aujourd’hui sera votre procès de demain ; du sang des victimes naissent toujours des générations de vengeurs et de martyrs",34 ne s’adresse pas seulement à ceux qui viennent de réprimer l’insurrection parisienne, mais bien aussi à ceux qui sont au pouvoir en Espagne.

  • 35 Voir Clara LIDA, Anarquismo y revolución social en la España del XIX, Madrid, Siglo XXI editores, (...)
  • 36 José ÁLVAREZ JUNCO, Op. Cit., pp. 19-20.

14Au début de juin circule dans Madrid un "Manifeste de certains partisans de la Commune aux puissants de la terre", signé par les internationalistes Anselmo Lorenzo, Francisco Mora et Tomás González Morago. Ce texte, perdu, mais partiellement reconstitué grâce à des extraits parus dans la presse35 signe la déclaration de guerre entre les privilégiés et les pauvres, entre "el que sin producir nada lo consume todo y el que produciéndolo todo, no tiene pan que dar a sus hijos".36

15Dans l’article du 11 juin 1871, La Igualdad avait évoqué le "sang des victimes" qui engendre "des générations de vengeurs et de martyrs". Le moment est venu, dernier acte de notre approche, de voir comment le sang des martyrs a fécondé la culture politique des fédéralistes et républicains.

Hagiographie et geste communeuses

  • 37 La Federación, 2-VII-1871.
  • 38 La Redención Social, 9-IV-l 871.
  • 39 C.A.M. HENNESSY, La República Federal en España, Madrid, Aguilar, 1966, p. 89. Citons les mots d’E (...)
  • 40 La Campana de Gracia, 2-TV-l 871.
  • 41 “Cultura popular y protesta política” in Peuple, mouvement ouvrier, culture dans l’Espagne contemp (...)
  • 42 La Solidaridad, 22-X-1870.
  • 43 Dans “L’expression poétique dans la presse anarchiste espagnole”, les membres de l’équipe de Paris (...)

16Nul doute que l’écrasement de la Commune contribue à l’idéaliser davantage dans l’imaginaire de ses partisans. Reviennent sans cesse les idées de persécution, sacrifice, martyre, autant de lectures des événements marquées par la symbolique religieuse. Teobaldo Nieva dans La Federación rend hommage à "la grandeza del sacrificio que los valerosos defensores de la Commune han consumado"37. On dresse le martyrologe de la Commune de Paris, on fait l’hagiographie de ses membres martyrisés par la rage versaillaise. Finalement, la mythologie de forte empreinte chrétienne qui transparaît autant chez les fédéralistes que les internationalistes est cohérente avec la Commune considérée comme la révolution sociale, puisqu’il s’agit du sacrifice pour la rédemption du peuple. Ce qu’il convient d’observer dans cette phase d’appropriation, non plus politique mais bien symbolique, de la Commune par ses partisans en Espagne, c’est que cette hagiographie communeuse s’intègre parfaitement dans l’imagerie et la phraséologie politiques des milieux fédéraliste et internationaliste de l’époque indéniablement marquée par l’empreinte religieuse, chrétienne en particulier. Le seul titre d’un hebdomadaire fédéraliste que nous avons déjà évoqué est significatif : La Redención Social, apparu en avril 1871. La publication unit socialisme et christianisme et par ce précepte énoncé dans le numéro du 9 avril "es preciso enseñar al que no sabe y darle ese milagroso pan del espíritu que desarrolla las fuerzas morales"38 consacre ce qu’il faut bien appeler une eucharistie socialiste. Déjà, en juillet 1870, il était affirmé dans La Igualdad que "les peuples comprennent le grand dogme de la fraternité universelle", ce qui indiquait la fusion entre fraternité chrétienne et fraternité républicaine. Dans son étude consacrée à la République fédérale en Espagne, C.A.M. Hennessy évoque la religiosité larmoyante chez les républicains influencés par Emilio Castelar, mais ajoute que "c’était une attitude partagée par d’autres qui croyaient que les républicains proposaient une nouvelle religion d’amour et revenaient aux préceptes moraux du Christ lui-même"39. L’imagerie républicaine s’inspire aussi du symbolisme religieux et surtout de la Passion : l’ouvrier y est le Christ sacrifié, comme sur cette gravure publiée dans La Campana de Gracia, hebdomadaire fédéraliste, où tandis que le gouvernement espagnol défile joyeusement à droite du diptyque, l’ouvrier-paysan —on voit des usines et des champs labourés— gravit, à gauche, chargé de la croix et portant la palme du martyre, le calvaire de ses souffrances40. Comme l’écrit Álvarez Junco, "le peuple est le Messie innocent sacrifié pour la rédemption de la collectivité"41. La presse internationaliste fournit également de nombreux exemples d’utilisation de la mythologie religieuse. La Solidaridad (organe de l’Association Internationale des Travailleurs de la section de Madrid qui disparaît le 21 janvier 1871) présente habituellement en dernière page le "martyrologe ouvrier". Pour les internationalistes, l’ouvrier ne doit pas avoir d’autre guide que "l’amour du prochain", "le prochain en qui tu ne dois toujours voir que ton frère"42, expression d’une solidarité sociale inspirée par les préceptes chrétiens. On peut s’étonner de cette récurrence de la symbolique religieuse dans le langage politique des fédéralistes et des internationalistes, indice, apparemment, de l’incapacité de créer un autre langage, d’autres symboles pour exprimer des théories neuves. Mais il faut voir là, surtout en ce qui concerne les internationalistes, la dépendance d’une rhétorique et non pas d’une doctrine. Il s’agit d’utiliser une rhétorique qui avait pu rassembler et qui était à même de rassembler encore. La mythologie religieuse qui avait développé le prosélytisme chrétien, devait aussi permettre de développer un prosélytisme social43.

17La Commune de Paris, et ses victimes sacrifiées lors de la Semaine Sanglante, se trouve donc transfigurée par la rhétorique politico-religieuse et se voit investie d’un message messianique et convertie en objet de vénération (des portraits de Communeux sont publiés dans la presse pour perpétuer le souvenir), en même temps qu’elle se fait annonciatrice d’une vie meilleure, mais ici-bas.

  • 44 Nous nous appuierons pour cette partie sur : “A la Commune de París”, La Federación, 23-IV-l 871 e (...)
  • 45 Il nous est aussi connu par les deux poèmes, “Les oeillets rouges” et “Souvenir”, que Louise Miche (...)
  • 46 Madeleine Rebérioux dans sa contribution sur le roman, le théâtre et la chanson sur la Commune dit (...)

18Au cours de cette évocation de la présence de la Commune dans les milieux fédéraliste et internationaliste, il a été question d’identification, d’appropriation politique et symbolique ; cette approche demeurerait incomplète si nous n’abordions pas, brièvement, les premières compositions poétiques sur la Commune qui paraissent dans la presse en 1871 et 187244. Dans ces premiers poèmes se mêlent l’hommage, la glorification et le désir de perpétuer le souvenir, mais pas d’appel à la révolte. Ils élaborent une sorte de geste communeuse qui célèbre l’épopée qu’est la Commune. Pas d’épopée sans héros : les premiers sont Flourens et Duval, exécutés lors de la première sortie des fédérés contre Versailles, le 3-IV-1871. Le poème "A la Commune de París" s’ouvre sur "Flourens est mort, mais sa cause est vivante" et se clôt sur "Libre est l’homme", donnant une résonance universelle à l’exécution des deux hommes. Exécution qui est mort rédemptrice : "Votre mort a donné la vie à la terre entière" et qui surtout annonce la victoire du prolétariat ("le prolétaire sa vigueur recouvre") et l’accession à l’Égalité Sociale. L’empreinte chrétienne qui marque le message idéologique et la présence de plusieurs éléments de l’épopée : les armées ("huestes"), les bannières ("pendones") font du poème une sorte de geste épico-religieuse. Les autres héros célébrés sont : Rossel, Ferré et Bourgeois qui, condamnés lors du procès de la Commune, sont exécutés au camp de Satory, le 28 novembre 1871. Bourgeois, qui a moins marqué l’histoire, était sergent du 45ème régiment de ligne, passé à la Commune le 18 mars. Louis-Nathaniel Rossel et Théodore Ferré nous sont, en revanche, plus connus. Le premier, polytechnicien, avait combattu à Metz dans l’armée de Bazaine, puis avait rejoint la Commune dont il fut le fougueux et éphémère délégué à la guerre (entre le 30 avril et le 9 mai). Théophile Ferré avait été membre de la Commission de Sûreté générale, puis, membre du Comité de Salut public ; il avait signé l’ordre d’exécution de six otages45. Deux poèmes rendent hommage aux fusillés de Satory : un romance anonyme de Barcelone et "La pena de muerte" signé par A. Cortés. Comme dans le poème publié dans La Federación, consacré à Flourens et Duval, l’idée du sacrifice architecture l’ensemble, sans doute à cause de la similitude du thème (il s’agit d’exécutions dans les deux cas). Les deux compositions poétiques évoquent les "trois victimes immolées" et l’hommage que leur rend le peuple qui les accompagne et les pleure lors du dernier voyage vers le poteau d’exécution. Cet hommage du peuple et surtout l’existence du romance anonyme de Barcelone marquent, à la fois, l’élaboration d’une mémoire collective autour des héros et des événements de 1871 et l’expression même de cette mémoire46. Mais c’est sur un autre héros que nous voulons achever cette rapide évocation des premiers éléments de la création poétique espagnole autour de la Commune, un héros anonyme : le peuple de Paris, au cœur de l’ode de Francisco Flores y Garcia publiée dans la Ilustración Republicana Federal le 24 juin 1871. Le peuple est vaincu, mais est magnifié par son effort qui a ébranlé le "pouvoir fallacieux : c’est le "peuple géant". Le poème est exemplaire à plusieurs titres parce que, tout d’abord, l’exaltation de la Commune ne se fait pas par le truchement de héros identifiés, ensuite parce que, même si la symbolique religieuse n’est pas absente de la composition poétique, le langage employé ici cherche à s’en affranchir en faisant du sang versé la semence féconde, la sève de "l’homme-humanité", image païenne de la fécondité qui rivalise avec la symbolique de la mort rédemptrice.

19Nous n’avons guère fait de place ici à l’analyse littéraire des divers poèmes pour n’y voir que les signes de la célébration et de l’appropriation politique et culturelle marquées par la rhétorique religieuse, le plus souvent. Notons seulement, dans ce dernier poème, un détail qui peut paraître insignifiant, c’est la présence obsédante de "déjà" (ya), ce qui le rapproche du poème consacré à Flourens et Duval. Si dans celui-ci la présence de l’adverbe de temps qui le scandait symboliquement était, paradoxalement, l’expression d’une sorte de non-temps qui fige dans le sacré et non dans le réel, l’expression d’une transfiguration sans affrontement, “déjà” est dans celui-là ancré dans le temps : d’abord appliqué à la chute de la Commune et à la victoire des tyrans (onze occurrences), l’adverbe accompagne finalement la naissance de "l’aurore/de la grandiose rédemption humaine". C’est un "déjà" qui fixe dans l’Histoire qui saura juger la "victoire" de la tyrannie et rendra justice au peuple.

  • 47 Michel WINOCK, Le socialisme en France et en Europe, Paris, Éditions du Seuil, collection Points H (...)

20La reconstruction historique, l’interprétation des événements et leur exaltation indiquent les phases de la métamorphose de l’événement en objet non seulement historique mais emblématique de propagande et de culture par son absorption par la mémoire collective. La représentation et fixation de la Commune de Paris dans la mémoire collective agit davantage comme signe identitaire d’une classe politique que comme modèle à imiter. Sa place dans la culture fédéraliste et internationaliste et plus tard socialiste et anarchiste est confirmée par les commémorations rituelles dont la Commune sera l’objet en Espagne dès le 18 mars 1872. C’est, en somme, aux débuts de ce que Michel Winock appelle "la deuxième vie de la Commune, la "vie rêvée", qui succède à la vie réelle47, que nous nous sommes intéressée. Il est sans doute un peu tard pour s’interroger sur l’adéquation entre rêve et réalité. Les historiens soulignent la pluralité de significations de la "Commune" au sein du Paris révolté de 1871 : Commune fédéraliste, Commune jacobine, Commune socialiste, Commune libertaire. C’est aussi certainement dans la référence obligée qu’elle est devenue, dans sa postérité qu’elle trouve la plus sûre de ses interprétations.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

1 - Ouvrages publiés en Espagne dans l’immédiat après-Commune

ANONYME, La Comune de París por un testigo ocular, Madrid, Librería Rosa y Bouret, 1871, 312 pp.

CALA, Ramón de, Los comuneros de París, Historia de la Revolución Federal de Francia en 1871, Madrid, Oficinas de La Igualdad, 1872, 2 tomes, T.1: 543 pp. +LXXII, T.2: 450 pp.

CARRERAS, Luis, París a sangre y a fuego, Jornadas de la Commune, Barcelone, Librería I. López editor, 1871, 46 pp. Edition facsimilé, Barcelone, José J. de Olañate editor, 1979.

MORAYTA, Miguel, La Commune de Paris, Ensayo histórico, político, social, Madrid, Imprenta José Antonio García, 1872, 381 pp.

RIBOT y FONTSERÉ, Antonio, La municipalidad de París y el Gobierno de Versalles, narración histórica, ilustrada con retratos y láminas de los principales personajes de la Commune y del Gobierno, y de los edificios incendiados y destruidos, Madrid, Manuel Rodríguez editor, 1871, 2 tomes en un volume, 455 pp + 101 pp.

VILDÓSOLA, A.J. de, A la luz del incendio. Últimas barricadas en Paris y primeras restauraciones en Europa, Madrid, Imprenta " La Esperanza ", 1871, 64 pp.

ZAMORA y CABALLERO, Eduardo, La destrucción de Paris, Historia circunstanciada de todos los sucesos que se han verificado en la capital desde que comenzó el sitio por los prusianos, hasta la catástrofe que ha puesto término a la insurrección de marzo de 1871, Madrid, Miguel Guijarro editor, 1871, 2 tomes, T.1: 799 pp, T.2: 797 pp.

2 - Etudes sur l’impact et les représentations de la Commune en Espagne

ÁLVAREZ JUNCO, José, La Comuna en España, Madrid, Siglo XXI de España Editores S.A., 1972, 252 pp.

LIDA, Clara Eugenia, Anarquismo y revolución en la España del XIX (Chapitre V: “La Primera República y el cantonalismo: Ecos de la Comuna de Paris”), Madrid, Siglo XXI de España Editores, S.A., 1972, 334 pp.

LÓPEZ-CORDÓN, María Victoria, “La Comuna de Paris vista desde España”, El siglo XIX en España. Doce estudios, Barcelone, Editorial Planeta, 1974, 611 pp., pp. 324 à 395.

MÍNGUEZ, Alberto, “La Comuna de Paris. Ensayo sobre un mito historíco”, Cuadernos para el Diálogo, Madrid, Edicusa, 1971, 34 pp.

OROBON, Marie-Angèle, La Commune de Paris en Espagne : de la presse au roman populaire, thèse de doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, 1995, 502 pp.

SECO SERRANO, Carlos, “L’Espagne, la Commune et l’Internationale”, International Review of Social History, vol. XVII, 1972.

Annexes

ANNEXE

La pena de muerte

En el bárbaro asesinato de Rossell (sic) y compañeros de infortunio Dedicada a mi apreciable amigo y correligionario Francisco Flores y García

I
Circundado de gendarmes
hacia el patíbulo marchan
Rossell y sus compañeros
llena de tristeza el alma!...
5 ¡Nobles, generosas víctimas
de unas leyes inhumanas!
¡Caminan hacia el suplicio:
dura muerte les aguarda,
porque altivos proclamaron
10 la redención de su patria!
Declarados delincuentes
por los déspotas de raza,
deben morir...-¡de ese modo
sacian, crueles, su venganza!-
15 y en páginas de la Historia
nuevo ludibrio se estampa;
nuevo crimen reaccionario;
nuevo baldón, nueva hazaña
que a la conciencia repugna
20 y el sentimiento quebranta
del pueblo que se subleva
contra tan terrible infamia:
el Progreso la maldice; la Ilustración la rechaza!..

II
25 Tienen hijos, tienen madres
y esposas idolatradas,
seres a quienes envían
un suspiro y una lágrima;
un recuerdo... ¡y por herencia
30 la orfandad y la desgracia!
Breves instantes transcurren:
los verdugos se adelantan;
las muchedumbres se agitan,
se escucha ronca descarga,
35 y un ¡ay!...el postrero adiós
que las victimas exhalan
al morder el duro suelo!...
Todo acabó... -todo acaba
en la vida transitoria,
40 toda sueño, dichas falsas;-
quedan sólo los rencores,
los adiós, las amenazas,
símbolos del despotismo
de instituciones bastardas
45 que a la sociedad denigran,
la deshonran, la difaman
con sus vandálicos hechos,
con sus leyes inhumanas...
leyes propias de otros siglos
50 de barbarie y de ignorancia.

III
Sublime es el Universo,
del Creador, la obra magna;
cual es sublime la hechura
del hombre, su semejanza.
55 Sagrados son los destinos
de la gran familia humana,
cual su misión en el mundo
es su existencia sagrada...
¿Por qué si aquesto comprenden
60 los tiranos, la avasallan?
¿Y por qué forjan cadenas
para aprisionar las almas,
los que sedientos de sangre,
y del exterminio en aras,
65 la paz del Orbe perturban
con sus huestes insensatas,
y de ambición al capricho,
provocan rudas batallas
donde el hombre contra el hombre
70 luchando se despedazan?...
Y si el pensamiento es libre,
bien como el pez en el agua;
como el pájaro en el aire;
cual las estrellas que esmaltan
75 ese bellísimo cielo,
del mundo bella celada;
si son libres las ideas
y los instintos del alma,
¿a qué tanta (sic) despotismo
80 de una soberbia nefanda?
Es porque teméis, acaso,
de una causa justa y sabia
las doctrinas redentoras,
las que el Progreso inculcara
85 en la conciencia del pueblo?
¿La libertad os espanta,
y destruir la intentáis
del canon con la metralla?
¡Loco afán, intento vano!...
90 Proseguid fundiendo balas,
y elaborando, sañudos,
balas de acero, agudas dagas...
y herid... mutilad sin tregua,
a impulso de vuestra rabia,
95 a todo aquel que de hinojos
no se postra a vuestras plantas:
¡ciegos del entendimiento,
vuestras locuras os matan!...

IV
En presencia de un gran pueblo,
100 del noble pueblo de Francia,
tres víctimas generosas
inmoló la torpe saña,
el salvajismo furioso
del poder de la autocracia.
105 ¡Que no se olvide este crimen!...
Mas si de nuevo estallara,
en violentas convulsiones
de ese pueblo la venganza...
no tembléis, pobres pigmeos,
110 tiranos de pura raza,
que habrá perdón para TODOS.
Lo dijo Rossell, lo enearga (sic)
de su postrimer instante
en la postrimera carta:
115 ¡Perdonad a mis verdugos
si la humanidad esclava
logra romper sus cadenas,
y en medio de la borrasca,
restablece del DERECHO
120 la JUSTICIA mancillada!

A. Cortés
La Federación Española, 21 janvier 1871

Notes

1 La Redención Social, Semanario democrático federal, publié à Barcelone du 9-IV-1871 au 24-VI-1871.

2 Il semble difficile de ne pas lier la Commune aux événements immédiatement antérieurs. Plantons quelques jalons : 19-VII-1870 : déclaration de guerre de la France à la Prusse ; à partir du 18-DC-1870 : siège de Paris ; 28-1-71 : capitulation de la France devant l’Allemagne. Pour ses ennemis, la Commune est le résultat de la “fièvre obsidionale”.

3 El Comunero Federal, 1-V-1871, premier et unique numéro, à notre connaissance, de cette publication.

4 Premier numéro le 15-VI-l 871. Directeur Enrique Rodriguez Solís. Dernier numéro le 16-IX-l 872.

5 Premier numéro le 19-VI-l871. D’abord internationaliste, La Emancipación deviendra en 1872 l’organe des marxistes madrilènes.

6 Jean-Louis GUEREÑA, “Internationalisme et patriotisme en 1871” in Études hispaniques, ΙII, Université de Tours, 1981, p.63.

7 Historia del partido republicano español, cité par Antonio ELORZA, “La Ilustración Republicana federal (1871-1872), los temas de la mentalidad republicana”, in La prensa ilustrada en España. Las ilustraciones 1850-1920, Iris, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1996 (Colloque international de Rennes, 1992), p.286.

8 Id, p.283.

9 Id., p.286.

10 Nous employons le terme par lequel on désigne les partisans de la Commune à partir de mars 1871 “communeux”, calqué sur “partageux” ; le terme “communards” n’apparaîtra qu’à partir de juin 1871 et ne sera couramment employé qu’après les années 1880.

11 La Ilustración Republicana Federal, 2-VII-1871.

12 Id., 16-VII-1871

13 Dans ses Memorias, Enrique Rodríguez Solís parle de 30000 exemplaires, cité par A. Elorza, Ibid.

14 Voir orientation bibliographique à la fin de l’article.

15 Dans l’appellation monarchistes nous incluons libéraux, alphonsistes et carlistes dont les positions vis-à-vis de la Commune offrent, certes, quelques nuances, mais qui s’inscrivent tous, bien entendu, contre le soulèvement parisien. Les républicains unitaires, menés par Eugenio Garcia Ruiz, ont eux aussi condamné la Commune.

16 Voir Francisco MADRID SANTOS, La prensa anarquista y anarcosindicalista en España desde la I International al final de la guerra civil. Análisis de su evolución, 1869-1939, Thèse de Doctorat, T.1, vol.2, p.40.

17 D’après Josep-Eduard ADSUAR, auteur de l’introduction à l’édition fac-similé de París a sangre y a fuego, Barcelone, José J. de Olañate, Editor, 1979, p. 9b.

18 La Emancipación, 9-X-1871.

19 La Igualdad, 30-VII-1871.

20 Los comuneros de París, T.2, p. 435. “L’état des lieux” que dresse Ramón de Cala au début de son ouvrage révise les descriptions apocalytiques des adversaires de la Commune.

21 La Igualdad, 11-VI-1871.

22 L’instigateur probable de cette organisation est Práxedes Mateo Sagasta.

23 Voir à ce sujet l’article de Jean-Louis Guereña “Internationalisme et patriotisme en 1871”, déjà cité.

24 La Federación, 7-V-1871.

25 La Federación, 11-VI-1871.

26 La Emancipación, 19-VI-1871. Extrait que nous reprenons de l’article de Jean-Louis Guereña, déjà cité, p.63.

27 Los comuneros de París, T.2, p. 210.

28 La Igualdad, 11-VI-l 871. Article “Problema social”. La bourgeoisie est en fait désignée sous l’appellation “clase media”.

29 Alberto GIL NOVALES, dans son article “El problema de la revolución en el liberalismo español (1808-1868)” (in Estudios de Historia Social, 1982, III-IV) écrit : “Aucun des grands mouvements politiques espagnols du XIXème siècle n’a été un coup d’Etat, c’est-à-dire que les dirigeants, pour les mener à bien, ont toujours dû compter sur la collaboration du peuple, d’une considérable majorité de celui-ci. Mais le peuple, en dépit de sa lutte, a toujours été trompé dans ses aspirations et on est parvenu à ce résultat grâce à l’utilisation consciente de ce que l’on appelle les juntes révolutionnaires”, p. 12.

30 Voir Antonio ELORZA et Carmen LÓPEZ ALONSO, Arcaísmo y modernidad, Madrid, HISTORIA 16, 1989, p. 52.

31 Los comuneros de París, T.1, p. 4.

32 París a sangre y a fuego, p. 26a.

33 Los comuneros de París, T.2, p.395.

34 La Igualdad, 11-VI-1871.

35 Voir Clara LIDA, Anarquismo y revolución social en la España del XIX, Madrid, Siglo XXI editores, S.A., 1972, p. 189 et ÁLVAREZ JUNCO, José, La Comuna en España, Madrid : Siglo XXI editores, S.A., 1972, pp. 19-20, pour une reconstitution partielle du texte.

36 José ÁLVAREZ JUNCO, Op. Cit., pp. 19-20.

37 La Federación, 2-VII-1871.

38 La Redención Social, 9-IV-l 871.

39 C.A.M. HENNESSY, La República Federal en España, Madrid, Aguilar, 1966, p. 89. Citons les mots d’Emilio Castelar dans le prologue de La República democrática federal universal de Fernando Garrido : “La revolution de 1848, ce chant sublime de liberté, [...] résonna dans mon cœur d’enfant avec une si délicieuse harmonie [...] que je me passionnai pour la Démocratie, croyant toujours voir en elle la réalisation de l’Évangile. La liberté, l’égalité, la fraternité ne sont-elles par le reflet de la trinité divine de l’âme ?” (p. 36) et Garrido dans sa défense de l’Internationale à l’Assemblée, voit dans les premiers chrétiens “les internationalistes de leur temps” (in Ramón de CALA, Legalidad de la Internacional, p. 13).

40 La Campana de Gracia, 2-TV-l 871.

41 “Cultura popular y protesta política” in Peuple, mouvement ouvrier, culture dans l’Espagne contemporaine, Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 1990, p. 160.

42 La Solidaridad, 22-X-1870.

43 Dans “L’expression poétique dans la presse anarchiste espagnole”, les membres de l’équipe de Paris VIII-Vincennes remarquent que dans la poésie anarchiste de la fin XIXème et du début du XXème siècles “le lexique politique ne s’était pas encore sécularisé”, in Texte et Contexte, in Trames, Numéro spécial, Limoges, 1980, p. 288.

44 Nous nous appuierons pour cette partie sur : “A la Commune de París”, La Federación, 23-IV-l 871 et El Comunero Federal, l-V-1871 ; “Los tiranos del mundo. ¡París!”, La Ilustración Republicana Federal, 24-VI-1871 ; “Fusilamientos en Francia”, romance publié à Barcelone en 1871 ; “La pena de muerte”, La Federación Española, 21-I1872. Les deux premiers figurent dans l’ouvrage de José Álvarez Junco La Comuna en España. Nous reproduisons les deux derniers en annexe.

45 Il nous est aussi connu par les deux poèmes, “Les oeillets rouges” et “Souvenir”, que Louise Michel lui a dédiés.

46 Madeleine Rebérioux dans sa contribution sur le roman, le théâtre et la chanson sur la Commune dit : “(...) J’essaierai de cerner “les images obsédantes” de 1871 qui se dégagent de l’ensemble de ces productions, et que celles-ci ont peu ou prou contribué à fixer dans la mémoire collective, en même temps qu’elles l’exprimaient.” (Colloque de Paris, mai 1971, La Commune de 1871, Paris, Les Editions Ouvrières, 1972, p. 274).

47 Michel WINOCK, Le socialisme en France et en Europe, Paris, Éditions du Seuil, collection Points Histoire, 1992, p. 179.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540