Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métissage culturel en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

L’écho en Espagne de la triade « Liberté, Egalité, Fraternité » (1793-1848)

Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 Malgré une impropriété manifeste, le terme "triade" qui peut être défini comme "un ensemble de per (...)
  • 2 Casa de Velázquez, Madrid, 1996.
  • 3 Il est significatif que dans la liste des mots qui devraient être ajoutés à la liste exhaustive de (...)

1Les Français sont assurément les inventeurs et les propagateurs de la triade1 "Liberté, Egalité, Fraternité", élevée au rang de devise institutionnelle ou de symbole national, mais ils ne sont pas les inventeurs de l'application au champ de la politique des trois termes pris séparément. Lucienne Domergue, étudiant la censure des livres en Espagne à la fin de l'Ancien Régime2, n'a pas été en peine pour relever que des ilustrados, tels que Valentin de Foronda, Francisco de Cabarrus ou Leon de Arroyal n'avaient pas attendu les révolutionnaires français pour utiliser, avant 1789, le terme de libertad et l'associer à la liberté d'écrire, de publier, de penser, etc. Jusqu'à la Révolution française, la "Liberté" a plutôt bonne presse chez les ilustrados qui s'attachent à en fixer le contenu et les limites. Dans le même temps, appliquées à la réalité politique ou sociale, l'Egalité et la Fraternité sont pratiquement hors du champ de la réflexion3.

Les répercussions de la Révolution française

2La Révolution française et, tout particulièrement, la guerre contre la Convention (1793-1795) avec sa composante de "guerre d'opinion" viennent bouleverser, en Espagne comme dans le reste de l'Europe, les modalités et fréquences d'emploi des trois termes.

  • 4 Antoine, Gérald, Liberté Egalité Fraternité ou les fluctuations d'une devise, Paris, Aux amateurs (...)

3Impossible de faire mieux que François Furet et Gérald Antoine à qui le premier nommé avait confié "qu'on ignorait quand au juste et par qui avait été forgée pour la première fois cette alliance de trois mots appelée à une telle fortune"4.

4En liaison avec la proclamation des Droits de l'Homme en 1791, le premier terme à avoir été reconnu et revendiqué est celui de Liberté. Avec la Déclaration de l'An I (1793), l'Egalité passe au premier rang et, avec elle, est énoncée l'obligation de secourir le prochain. Cette année-là, l'examen des papiers officiels et des affiches révèle l'avènement du binôme "Liberté, Egalité", parfois suivi de la mention "République Française".

  • 5 Vovelle, Michel, Combats pour la révolution française, Paris : Editions de la découverte / Société (...)

5Rapportée à l'Espagne, la problématique de l'irruption et de la réception de la devise trimembre n'a donc pas encore de sens, puisque, au mieux, jusqu'au printemps 1793, seul le binôme "Liberté, Egalité" peut inspirer des jugements. Comme l'a observé Michel Vovelle, la Révolution française a tardé à introniser la Fraternité5.

  • 6 Barny, Roger, Les contradictions de l'idéologie révolutionnaire des droits de l'homme (1789-1796), (...)

6L'année 1793 correspond à l'avènement public de la triade élevée au rang de devise, et aussi à l'apparition de plusieurs variantes, telles que "Liberté, Egalité, Fraternité ou la Mort", alternative qui pourrait être issue elle-même du fameux cri "Vivre libre ou mourir". Les adversaires de la Révolution se voient ainsi offrir l'occasion de vilipender cet événement inouï qui fait voisiner étrangement la mort (par exécution ou par suicide) et la victoire. L'accouchement de la devise trimembre s'opère donc sinon dans la douleur et l'épouvante, du moins dans la surprise et le désarroi de la raison, chez les observateurs hostiles au mouvement qui s'empressent de déclarer que la Révolution est en train d'enfanter un nouveau despotisme antinomique avec la Liberté et la Fraternité6.

7Alors que les autorités madrilènes ont censuré toutes les nouvelles provenant de France jusqu'à l'exécution de Louis XVI, excluant ainsi toute considération versant sur le lexique subversif manié à Paris, l'ouverture du conflit armé conduit tout à coup les Espagnols à combattre l'adversaire par les armes et par la plume. Celle-ci va servir, pendant trois ans, et avec une intensité maximale pendant la "Guerra Gran" contre la Convention (1793-1795-à détruire, par l'argumentation, la raillerie, la dénaturation..., aussi bien les termes périlleux, dont la triade, que les emblèmes, les symboles et les signes de reconnaissance (le bonnet phrygien, l'arbre de la Liberté, la carmagnole...).

  • 7 "Exhortación que el autor hizo a sus paisanos, para la defensa de la patria en la presente guerra, (...)

8Empruntant une voie détournée et comme pour éviter de contrebattre, mot pour mot, l'odieuse devise qui, de la sorte, ne sera pas explicitement énoncée, plusieurs ennemis de la Révolution inventent des sortes de contredevises, trimembres ou multi-membres, destinées à condamner de façon lapidaire les déportements des Français. C'est ainsi que procède Fray Miguel de Santander pour qui la Révolution pourrait ainsi se définir : Injusticia, crueldad, furor e impiedad7. De son côté, le nommé P.L. Blanco, dans sa Respuesta pacífica de un español a una carta sediciosa del francés Grégoire que se dice obispo de Blois (Madrid, 1798), sans rechercher une formulation à allure de devise, puisqu'il accompagne chaque terme d'un bref commentaire péjoratif, établit en définitive la série lexicale suivante, évidemment détestable : "Libertad, tolerancia, igualdad, indepen-dencia, filosofía".

  • 8 Cf. Aymes, Jean-René, "Le discours clérical contre-révolutionnaire en Espagne (1789-1795)" et Dome (...)

9Tout comme en France, c'est la Liberté qui, au long de la Révolution, alimente en Espagne le plus de discours et inspire le plus de représentations iconographiques, entre 1793 et les dernières années du siècle. C'est le même terme qui est le plus exposé à la disqualification, à laquelle se livrent tout spécialement les ecclésiastiques tels que Menéndez de Luarca, Armañá, Miguel de Santander et ce P.L. Blanco cité plus haut8. Cette libertad francesa sera dite tyrannique, cruelle, funeste, infâme, dévoyée (en libertinage), mal comprise, chimérique...

10L'Egalité n'occupe statistiquement que le second rang dans cette littérature contre-révolutionnaire variée et proliférante : elle est accusée de bouleverser l'ordre, de placer au même niveau les nobles et les plébéiens (Menéndez de Luarca) et d'être une chimère (Armañá) ; la seule vraie Egalité est la igualdad evangélica (P.L. Blanco).

  • 9 Cf. Fuentes, Juan Francisco, "Seis españoles en la revolución francesa", in Aymes, Jean-René, ed., (...)
  • 10 Reimpresión de Santiago, 1814, p.166 et 179 respectivement.

11Pour une simple raison mathématique, le binôme "Liberté, Egalité" qui comporte au sein de la triade les deux termes les plus fréquemment pris en considération est le binôme le plus souvent constitué ; il est largement plus présent que tout binôme auquel appartiendrait la Fraternité. Pour commencer,- parce que c'est là une exception notable-on mentionnera deux Espagnols que le binôme "Liberté, Egalité" séduit : en août 1792, à Bayonne, José Marchena et Miguel Rubin de Celis publient une Gaceta de la Libertad y de la Igualdad9. Mais face à ces zélateurs de la Liberté et de l'Egalité à qui la Révolution française vient de donner une nouvelle vie (historique et sémantique), que de détracteurs au sud des Pyrénées ! Dans leur Instrucción pastoral (...) rédigée vers la fin de la Guerre d'Indépendance, les évêques de Lérida, Tortosa, Barcelone et Urgel, passsant sous silence la Fraternité, font mine de ramener la triade au binôme Libertad, igualdad : "Todos saben que ésta era la divisa de la conjuración filosófica" (la Liberté, l'Egalité) que decretó la Asamblea, como dice Ρίο VI, para aniquilar la Religión católica". Et, plus loin ; "La Francia, en fin, que tanto había suspirado por la libertad e igualdad republicana, quedó esclava, sin Religión, sin pastores, sin ciencias, sin artes, sin comercio"10.

  • 11 Lettre transcrite par Guinard, Paul-Jacques et Morange, Claude, Les Lumières en Espagne - Choix de (...)

12Dans d'autres textes, le binôme Libertad, Igualdad accueille un ou plusieurs autres termes, se transformant ainsi en trinité ou en série. Dans une lettre probablement écrite en mai 1794 et adressée au Consul anglais de La Corogne, Alexander Hardings, Jovellanos recourt à l'exemple de la Révolution française pour proclamer que la marche en avant politique doit être régulière et progressive ; "Libertad, igualdad, república, federalismo, anarquía... y qué sé yο lo que seguirá, pero seguramente no caminarán a nuestro fin, ο mi vista es muy corta"11.

  • 12 L'Egalité est évoquée, par exemple, dans telle estampe anonyme, intitulée "L'Egalité accordée aux (...)
  • 13 In Núñez de Arenas, Manuel, "Un madrileño en la Revolución francesa: Don Vicente María Santiváñez" (...)

13Dans l'iconographie républicaine française, la Fraternité est plutôt délaissée, tout comme elle l'est dans les discours et les textes12, sauf à estimer qu'elle s'est banalisée et lexicalisée à travers la nouvelle salutation, intronisée par les sans-culottes, et formule finale épistolaire "Salut et Fraternité", binôme qu'utilise précisément le philo-girondin Vicent Marie Santivagnes, alias Vicente María Santiváñez qui, le 13 juillet 1793, s'adresse depuis Bayonne aux Citoyens Représentants du Peuple près l'Armée des Pyrénées Occidentales13.

  • 14 Lasala y Collado, Fermín de, La separación de Guipúzcoa y la paz de Basilea, Madrid:Establecimient (...)

14La triade, mais une triade scindée, figure (enfin) dans la lettre, en date du 15 fructidor an II, que 41 Apoderados representantes de los Pueblos de la Provincia de Guipúzcoa adressent à la Convention Nationale ; ladite lettre comporte dans son en-tête le binôme Libertad e Igualdad et se termine par la formule de rigueur Salud y fraternidad14.

  • 15 Jovellanos, Gaspar Melchor de, Obras (ΙII), Madrid, B.A.E., 1956, t.LXXXV, p.319.
  • 16 Op.cit., t.XLVI, p.47.

15A l'exception de l'épisode guipuzcoan de la Guerra Gran, la Fraternité n'est donc pas d'actualité en Espagne pendant l'époque de la Révolution Française. Ou, plus exactement, comme en France, la Fraternité continue à se situer hors du champ de la politique, des lois et des décrets, parce qu'elle appartient à celui du sentiment, de l'intemporalité ou de l'utopie. C'est dans cette perspective que Jovellanos emploie ce terme en 1795 et en 1796, justement à une époque où l'heureuse résolution du conflit armé franco-espagnol permet de croire à l'avènement d'une ère de Fraternité transcendant les nations : "Empiezo a columbrar -lit-on dans son Diario- un tíempo de paz y fraternidad universal"15. L'année suivante, il ose rêver à une ère où l'humanité, lasse de souffrir et de pleurer, vivra tranquille en mutua unión fraterna16.

  • 17 "J.Marchena al ciudadano Lebrun, ministro de Asuntos Exteriores de la República francesa" (29 de d (...)

16Comme si les Espagnols, traumatisés par la Révolution française, répugnaient à mettre en cause la Fraternité en évoquant le mauvais usage qu'en font les révolutionnaires, ils opèrent un glissement et préfèrent s'arrêter sur le terme proche Humanidad, non contaminé par les Français. Mais, au total, ils sont bien peu nombreux les Espagnols qui usent de ce vocable. Parmi eux se trouve José Marchena qui, dans une lettre adressée à Lebrun, ministre des Affaires Etrangères en décembre 1792, se déclare disposé à répandre en Espagne los principios de libertad et à se consacrer à la causa de la humanidad que es de la libertad17.

  • 18 Saíz, María Dolores, "La Revolución Francesa en la prensa española de la época: el Mercurio histór (...)

17Il est donc clair- et ces conclusions ont été formulées en plusieurs occasions au cours des dernières années- que la contre-offensive espagnole tendant à anéantir la propagande révolutionnaire française a consisté, soit à faire silence sur ce fléau- c'est ainsi que le Mercurio histórico y político (1789-1793) ne dit mot des grands principes et droits proclamés par les18-, soit à disqualifier les nouvelles acceptions politiques qu'ils attribuent indûment aux deux termes Liberté et Egalité (la Fraternité est, on l'a vu, hors sujet) soit, enfin, à opposer d'autres valeurs ou devises, mots d'ordre ou principios inmutables tels que, surtout, Religión, Patria, Rey (Fray Miguel de Santander, archevêque de Tarragone) ou encore propriedad, seguridad.

  • 19 Op.cit., p.395.

18En tout état de cause, il demeurera établi que tout conflit ouvert comportant une "guerre d'idées" ou "d'opinions" doit conduire- comme l'affirme Miguel de Santander- à répandre et marteler des palabras poderosas y enérgicas destinées à ser grabadas en el espíritu et mobiliser les volontés19.

De la Guerre d'Indépendance à l'époque romantique

  • 20 Aymes, Jean-René, "La"Guerra Gran" (1793-1795) como prefiguración de la "Guerra del francés" (1808 (...)

19Comme on a tenté de le montrer en une autre occasion, la Guerra gran (1793-1795) et la Guerra del francés (1808-1814) offrent de multiples et patentes ressemblances20, ne serait-ce qu'en raison de leur commune caractéristique de "guerre d'opinions" : l'Empereur ne prétendait-il pas, au printemps 1808, régénérer l'Espagne et restaurer les libertés ancestrales ? Les résistants ou "patriotes" qui s'empressent d'en faire un imposteur, un tyran ou un héritier de la Révolution, sont ainsi amenés à reprendre les arguments utilisés en 1793-1795 contre des adversaires coupables de détourner le sens des termes Libertad, Igualdad et Fraternidad.

  • 21 Capmany, Antonio de, Centinela contra franceses (ed. de Françoise Etienvre), London: Tamesis Books (...)
  • 22 Flórez Estrada, Alvaro, Obras (II), Madrid : B.A.E., 1958, t.CXIII, pp.319-320.

20Comme quinze ans plus tôt, le terme Fraternité est laissé à l'abandon, peut-être parce qu'il n'appartient pas au registre de la propagande napoléonienne destinée à la Péninsule. Il vient toutefois sous la plume de Capmany, dans sa Centinela contra franceses, où il est dit que la Fraternité imposée par l'atroce Napoléon signifie exactement son contraire en Espagne, c'est-à-dire le despotisme absolu, les chaînes et le gibet21. La Fraternité n'émerge toujours pas à l'actualité lexicale, y compris à la faveur de l'avènement d'un régime de libertés civiques en 1820. Toutefois, comme le donne à penser le projet de Constitución para la nación española_rédigé par le libéral Alvaro Flórez Estrada en 1809, la notion est sous-jacente à des termes proches ; ici utilisés, tels que solidaridad, unión et amistad22. Le temps est révolu d'une humanidad ou d'un amor a la humanidad, à relent révolutionnaire, qui s'ouvre utopiquement sur l'universel, mais, du moins se fait jour l'aspiration à une Fraternité immédiate et tangible, qui doit s'inscrire en ce bas monde et qui est, tout à la fois, une résurgence d'une Fraternité/solidarité ilustrada et l'annonce d'une Fraternité/générosité romantique.

  • 23 Gallardo, Bartolomé José, Diccionario crítico-burlesco del que se titula Diccionario razonado manu (...)
  • 24 Op.cit., pp.319-320.
  • 25 Op.cit., 25 de mayo de 1809, p.61.
  • 26 Op.cit., 22 de junio de 1809, pp.124-125.
  • 27 Op.cit., p. 127.
  • 28 Cité par Barreiro, Xosé R., Liberates y absolutistas en Galicia (1808-1833), Vigo: Edicións Xerais (...)

21Avec la Guerre d'Indépendance, et plus précisément avec le grand affrontement politique qui oppose les serviles aux negros, c'est-à-dire les ultra-conservateurs aux libéraux, la igualdad occupe, dans le débat d'idées, une place d'autant plus large que l'unanimité ne se fait pas autour de cette notion, ni pour la rejeter ni pour la prôner. Il serait erroné de soutenir que les "réactionnaires" repoussent l'Egalité et que les libéraux s'en réclament, car bon nombre de ceux-ci continuent à être effrayés, comme Bartolomé José Gallardo dans son Diccionario crítico-burlesco, par cette igualdad, sorte de almíbar para enganar a los niños golosos qui conduit ses thuriféraires à devenir aussi orgueilleux que Lucifer quand ils parviennent à conquérir une place en vue dans le monde23. Mais le fait nouveau, impensable en 1793-1795, est que l'Egalité trouve des défenseurs qui osent écrire, comme Alvaro Flórez Estrada en 1809, qu'elle produit tous les biens et suscite l'amitié et engage à la bienfaisance ; l'aspiration à la mayor igualdad posible s'en trouve légitimée, tandis que la desigualdad excesiva engendre l'oppression24. Aux côtés de Florez Estrada se range, la même année, José María Blanco-White qui publie dans le Semanario Patriótico un article important, en trois livraisons (25 mai, 1° juin et 22 juin 1809) intitulé "De los nombres libertad e igualdad". Blanco-White a le courage de nier que la Liberté et l'Egalité, voces llamadas injustamente revolucionarias, aient été discréditées au point que la première signifie pour beaucoup desorden, et la seconde, anarquía25. Avec des textes comme ceux de Flórez Estrada et de Blanco-White s'ouvre la phase, caractéristique de tout le XIXe siècle, de la réflexion, approfondie et discriminante, qui va conférer à des termes abstraits- philosophiques, religieux, politiques-des valeurs, parfois absolues et immuables, mais le plus souvent relatives, circonstancielles et évolutives. C'est ce qu'on observe dans l'article de Blanco-White à propos de l'Egalité : absolue, elle est à la fois inaccessible et condamnable, car halaga a los infelices, estremece a los poderosos, y la miran imposible los filósofos ; en revanche, la igualdad real est pleinement légitime, puisqu'elle n'est rien d'autre qu'un effet de la nature (sic) qui fait se ressembler les hommes dans leur ansia de ser dichosos26. Blanco-White est loin de proclamer le droit, ouvert à tous les êtres, à être également heureux ; et encore moins approuve-t-il les hommes qui, par ambition, avidité ou jalousie, dépouillent leurs semblables ou ne s'accommodent pas de la fortune correspondant à leur classe ; mais, du moins, dans le domaine de la justice, préconise-t-il l'Egalité, c'est-à-dire une Egalité réglementée, nullement incompatible avec l'inEgalité matérielle, sociale, que rien n'empêchera de se perpétuer : Quando las leyes son justas, ya que no pueden igualar a los ciudadanos en los bienes, los igualan en el derecho de conservarlos y adquirirlos27. La notion d'Egalité est devenue plus problématique que jamais et tout pareillement celle de Liberté, parce que s'ouvre un débat, de haute volée, autour de l'Egalité et de la Liberté naturelles ou intégrales ou voulues par Dieu, et autour de l'Egalité et de la Liberté relatives : civiles, juridiques, matérielles. La presse, quand elle ne commente pas les épisodes militaires, rend compte parfois de cette réflexion qui est conduite autour des deux concepts et qui révèle le grand clivage entre "réactionnaires" et "progressistes". Ainsi, le Diario de La Coruña qui, à la mi-décembre 1814, part en guerre contre la infausta doctrina (de los nuevos filósofos) de que todos somos iguales y que por consiguiente tenemos un derecho igual28, peut être rangé, au vu de ce seul énoncé, parmi les journaux absolutistes.

  • 29 Cf. notamment le chap. "La oratoria en las Cortes de Cádiz", in Seoane, María Cruz, Oratorio y per (...)
  • 30 Salas, Ramón, Lecciones de derecho público constitucional, Madrid: Centro de Estudios Constitucion (...)

22La Liberté est, plus que jamais et plus encore que l'Egalité, au centre de la propagande anti-napoléonienne et patriotique, ainsi que du débat d'idées, lequel est si vaste et a été si étudié qu'il serait oiseux d'y revenir ici. Alors que pendant toute la période ilustrada le débat autour de la Liberté a été réservé à des échanges oraux au sein de petits cénacles, voilà que la Liberté, livrée en pâture aux lecteurs de journaux, de manifestes, de sermons publiés..., se métamorphose, se relativise, s'étalonne, se fractionne, se range sous de multiples définitions, et ce au long de plusieurs décennies29. Sous la plume ou dans la bouche de Arguelles, Blanco-White, Martínez Marina, Gallardo, Ramón de Salas, etc., elle devient libertad metafísica, político, física, natural, civil, moral, personal, de imprenta, de culto, del hombre, del ciudadano, de la nación... D'où d'incessantes polémiques et, comme le déplore Ramón de Salas en 1821, un fâcheux obscurcissement de sens30.

  • 31 Cité par Barreiro, X.R., op.cit., p. 115.
  • 32 In Catecismos españoles, Madrid: Consejería de Cultura de la Comunidad de Madrid, 1989, pp.34-35.

23Comme à l'époque de la Révolution française, et pour la même raison strictement statistique, le binôme Libertad, Igualdad est le plus présent dans les textes qui s'échelonnent entre 1808 et la fin de l'absolutisme "ferdinandin", et qui sont signés tantôt par des absolutistes (hostiles, effrayés), tantôt par des libéraux (séduits, mais extrêmement précautionneux). Du Padre Vélez, auteur de la fameuse Apología del altar y del trono (1818), on ne peut attendre qu'une "excommunication" : La libertad, la igualdad son los polos que ha girado la conspiración general de la Europa contra el Altar y el trono31. Dans le Catecismo católico-político composé en 1808, Libertad et igualdad civil sont significativement réunies dans la même question, afin que la définition qui en est issue serve à démontrer que Liberté et Egalité civile sont incompatibles avec le despotisme et consubstantielles au gouvernement monarchique32. Le binôme "Liberté, Egalité" présente ainsi des variantes, suivant la nature des épithètes ou des substantifs accolés. Ces additions confirment l'abandon de la valeur absolue, philosophique, "francisée" et révolutionnaire, des termes au profit d'une acception relativisée, plus concrète et plus circonscrite. D'où Libertad civil ο igualdad de derechos, et libertad e igualdad civil.

  • 33 Seoane, M.C., op. cit., p. 83.

24Les deux termes apparaissent ainsi dans de nombreuses trinités. Aucune d'elles, à ma connaissance, ne reprend mot pour mot la triade française. Mais, dans les triades espagnoles, les troisièmes termes sont particulièrement significatifs car ils portent le sceau, non plus d'une Révolution française tenue longtemps en Espagne pour plébéienne, anarchique et "niveleuse", mais d'une révolution... sage et rassurante, c'est-à-dire libérale et bourgeoise. Voilà pourquoi les libéraux, en accord tacite sur ce point avec les conservateurs, lorsqu'ils forgent de nouvelles devises ou énoncent de façon lapidaire de nouveaux principes, droits et/ou devoirs, tout en continuant à bannir la Fraternité (non pas qu'elle soit subversive par nature, mais simplement parce qu'elle serait déplacée ou superfétatoire dans le débat), mentionnent - et c'est tout un programme en raccourci, ou le signe d'une obsession, ou bien l'aveu d'une attente impatiente-la propriété et la sécurité. Sans doute María Cruz Seoane a-t-elle pleinement raison d'indiquer que, pour les libéraux gaditans, les "droits de l'homme" (naturels, sacrés, inhérents, inaliénables et imprescriptibles) sont au nombre de quatre : libertad, igualdad, propriedad y seguridad)33, mais on n'aurait garde d'oublier que la défense de la propriété et la garantie de la sécurité font partie également des exigences et du programme d'action des anti-libéraux.

25Cette sécurité célébrée et réclamée est celle que les classes possédantes, quelle que soit leur option politique, veulent voir attachée à leur personne, à leurs biens et à l'ordre social. La remarque vaut pour la période de la Guerre d'Indépendance, pour le Triennat Constitutionnel et pour les périodes d'absolutisme "ferdinandin". D'où, dans leurs nombreuses variantes, les triades livrées par notre quête non exhaustive : seguridad, libertad e igualdad (Flórez Estrada), propriedad, libertad, igualdad (Valentín de Foronda) ; seguridad personal, propriedad y libertad (idem), libertad, propriedad y gloria (Manuel Josef Quintana), libertad, seguridad y honra (idem), libertad, independencia y felicidad (idem), libertad, seguridad e igualdad (Maccrohon Henestrosa, 1820).

26Nombreux sont également les groupements quadri-membres au sein desquels figurent aux côtés du couple Libertad Igualdad, ces termes Seguridad ou propriedad dont l'heure vient de sonner et qui sont promis à un bel avenir sous l'égide du libéralisme, réprimé jusqu'en 1833 et victorieux audelà. D'où les séries suivantes : Libertad civil, igualdad legal, seguridad personal y propriedad individual (Fernández Sardinó, responsable de El Robespierre español), igualdad, libertad, seguridad y propriedad (Décadas filológicas de Alicante, août 1811), Libertad, igualdad, propriedad, seguridad y resistencia a la opresión (Catéchisme de l'époque de la Guerre d'Indépendance), et Libertad, seguridad, propriedad e igualdad (Catéchisme de l'époque du Triennat Constitutionnel).

27La Fraternité —comme on l'a noté plus haut— a bel et bien été escamotée, ce qui demeure surprenant, car la notion est moins dérangeante que la Liberté et l'Egalité. Il est vrai que son "universalisme chrétien" répond moins à l'exigence bourgeoise, laquelle s'exprime plus volontiers dans la propriété et la sécurité. En outre, on peut penser que le devoir de "solidarité" commandé par la Fraternité a été jugé trop contraignant et trop annonciateur de sacrifices économiques pour les possédants installés au pouvoir. En tout état de cause, la trinité Liberté, Egalité, Fraternité rappelle trop la Révolution française pour être tolérée, à une époque où les servîtes répètent à satiété que leurs adversaires libéraux s'inspirent, ouvertement ou subrepticement, de modèles français, ici de la Déclaration des Droits de l'Homme, là de telle ou telle Constitution parisienne.

28De toute manière, à supposer que la "trinité révolutionnaire française" soit parvenue à émerger en forme de devise, elle aurait vu se dresser en face d'elle deux termes ou expressions, devenus notions-clés, signes de ralliement pour les libéraux et véritables objets de culte : Constitución et Soberanía de la Nación.

29En somme, on n'est pas loin de penser que seuls les Espagnols, ou bien en franche rupture avec leur classe (privilégiée) ou avec leur identité nationale, ou bien profondément influencés par l'étranger pouvaient avoir l'audace de se reconnaître dans la triade ou de la proclamer, entre 1808 et l'avènement du libéralisme. Comme pour renforcer cette impression, il se trouve que le seul cas relevé de "trinité révolutionnaire" —et encore les trois termes sont-ils séparés les uns des autres par des commentaires interpolés— renvoie à des Espagnols minoritaires, puisqu'appartenant en 1810 à une loge franc-maçonnique madrilène, directement inféodée à la franc-maçonnerie napoléonienne. On sait que cette dernière a vocation, par nature, à célébrer la Fraternité, entre les maçons au premier chef, et également au delà de l'appartenance maçonnique ; rien d'étonnant, dès lors, à ce que le combat contre "les tyrans" et donc en faveur de la Liberté, scelle entre les hommes la graciosa hermandad et fomente la dulce alegría, hija de la amistad. D'où l'insolite célébration, sur le sol madrilène, de la redoutable trinité :

  • 34 "A la fundación del arte real en España", in Ferrer Benimeli, José Α., Masoneria españla contempor (...)

(...) Ni temas que inhumanos
Aten tu libertad (...)
Pues ocupan tu trono
Fuerza y sabiduría
Regia soberanía
Y hermanal igualdad (...).
M.M. son H.H.
Y unión fraternidad34.

  • 35 Cité par Antoine, Gérard, op. cit., p. 71.
  • 36 Cité par Herrero, Javier, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid: Cuadernos par (...)

30Une autre explication se présente, en partie paradoxale, qui pourrait aider à comprendre pourquoi la Fraternité est mal reçue en Espagne. C'est que, jusqu'à ce que la Fraternité soit chantée et prônée en France par les Lamartine, Lamennais, Lacordaire, George Sand, Pierre Leroux et Michelet, il avait été établi, avant même que n'éclate la Révolution, que "l'Egalité et la Liberté sont deux attributs essentiels de l'homme" (Volney) et que —au dire de Rousseau-si l'on recherche en quoi consiste précisément le plus grand bien de tous (...), on trouvera qu'il se réduit à ces deux objets principaux, la Liberté et l'Egalité35. Certes, il était mauvais, pour les Espagnols de tous bords, que Robespierre ait repris à son compte cet axiome, mais les libéraux espagnols pouvaient arguer que le binôme Liberté-Egalité n'avait pas été inventé par les Jacobins enragés ; en revanche, s'il y avaient adjoint le terme Fraternité, en soi lénifiant, la triade reconstituée eût par trop rappelé en Espagne l'épouvante révolutionnaire. Il est significatif que, lorsque le furibond Padre Vélez, éditeur de El Sol de Cádiz en 1812 et 1813, se déchaîne contre les révolutionnaires, les philosophes, les libéraux et les francs-maçons, il voue aux gémonies, non pas la triade révolutionnaire, mais, en déplaçant au passage l'ordre habituel, une variante où la Fraternité est substituée par l'Humanité : il faut se souvenir "de las palabras derechos de la humanidad, igualdad, libertad y hermandad que resuenan en toda Francia y declaran el espíritu de su revolución religiosa y civil"36. En définitive, l'élément le plus inoffensif de la triade, le moins potentiellement subversif des trois, fait les frais de l'opération d'amputation. Et puis- comme on l'a laissé entendre plus haut-, sachant que "Liberté et Egalité" conservent une charge explosive, il est souhaitable que "Propriété et Sécurité" viennent désamorcer cette charge... puisque, au dire du Padre Vélez- la igualdad consiste en saquear los templos y robar a los ricos [...] y la humanidad consiste en matar a todos los ricos, nobles, eclesiásticos católicos y a todos los buenos.

Après 1833

31Avec la crise ouverte par la mort de Ferdinand VII et l'éclatement de la première guerre carliste, la bataille autour des mots de ralliement n'est pas près de s'éteindre. Les termes-propres ou métaphoriques —máxima, divisa, estandarte, bandera, pendón, emblema, faro...— deviennent d'un emploi courant dans la presse partisane.

  • 37 Cf. Wilhelmsen, Alexandra, La formación del pensamiento político del carlismo (1810-1875), Madrid  (...)

32Ce n'est, certes, pas du côté des Carlistes qu'on peut espérer découvrir, en un nouvel avatar, la triade révolutionnaire37. Aucun des éléments ne figure dans les cris de ralliement carlistes sauf, parfois, cette libertad restaurée, ennoblie et épurée par l'épithète verdadera.

33La Liberté reste, évidemment, d'actualité jusqu'au milieu du siècle, et bien au-delà. Mais comme si, dans les camps les plus opposés, on déplorait qu'elle ait déçu, qu'on l'ait dénaturée ou qu'on ne l'ait pas pleinement instaurée, l'épithète verdadera, employée dans un sens particulier par les Carlistes, peut se trouver aussi sous la plume des républicains, frustrés et combatifs, de El Huracán, en 1841. L'idée que la Liberté existe en droit, mais non dans les faits, gagne du terrain. Et, plus que jamais, on débat autour des libertés politiques, plus ou moins conquises : liberté de commerce, d'association, de publication, d'enseignement... Par rapport à l'Egalité et à la Fraternité, la Liberté perd de sa force d'attraction ; elle cesse d'être mythifiée, elle se laisse contaminer par la casuistique, tout en continuant à alimenter des discours souvent verbeux ou banals.

34Par voie de conséquence, la Liberté s'allie, dans les professions de foi et les discours prophétiques, à des termes qui avaient déjà cours à l'époque du libéralisme post-doceañista, tels que orden público ou souveraineté du peuple.

  • 38 Cité par Garrorena Morales, Angel, El Ateneo de Madrid y la teoría de la Monarquía Liberal, 1836-1 (...)

35Avec le triomphe du moderantismo libéral, on verra se profiler une incompatibilité, énoncée par les anti-progressistes, entre la Liberté et l'ordre. D'où la palinodie d'un Alcalá Galiano qui, en novembre 1844, s'exprimant aux Cortès, déplore le temps où, pendant le Triennat, on criait Perezca todo antes que la libertad et regrette d'avoir cru ensuite que la Nation avait besoin de plus de Liberté alors que, selon son nouveau credo, plus le pouvoir est faible, plus il a besoin d'ordre38.

  • 39 Lapesa, Rafael, "Algunas consideraciones sobre el léxico político en los años de Larra y Espronced (...)

36A partir de 1833 —et l'avènement d'une relative Liberté de presse est pour quelque chose dans ce tournant—, les considérations versant sur l'Egalité peuvent revêtir, en Espagne, un caractère plus radical que par le passé, comme l'illustre l'exemple de Mariano José de Larra. En 1834 —comme l'a observé Rafael Lapesa39— l'écrivain est fortement hostile à tout nivellement social ; puis, peut-être sous l'influence de la lecture des Paroles d'un croyant de Lamennais, qu'il traduit en espagnol, il en vient à admettre que la religión cristiana apareció en el mundo estableciendo la igualdad en los hombres... Cette Egalité ainsi légitimée et comme sacralisée doit maintenant être mise en œuvre, sans devoir être circonscrite à une Egalité juridique ou formelle : Igualdad completa ante la ley e igualdad que abra la puerta a los cargos públicos para los hombres todos, según su identidad y sin necesidad de otra aristocracia que la del talento, la virtud y el mérito. Cette Egalité, qui doit aller de pair avec la libertad de conciencia et la libertad civil, est-on le voit-nullement nivélatrice des conditions, puisqu'elle débouche sur l'instauration d'une nouvelle hiérarchie, juste et irrécusable, qui signifiera l'avènement d'une aristocratie du talent. A l'évidence, l'heure de cette Egalité n'a pas sonné, pas même celle de l'Egalité (formelle) devant la loi, que l'homme du peuple" est appelé à conquérir- à quoi Larra l'engage, au printemps 1836, dans" Los barateros ο el desafío y la pena de muerte". Par ce propos hautement subversif (malgré son caractère totalement indéfini), "Fígaro" se place à l'avant-garde du progressisme espagnol.

  • 40 Cité par García Rovira, Anna, "Ilustración, Revolución y Liberalismo: notas sobre el liberalismo b (...)

37En effet, on peut dire que, à partir de 1833 et jusqu'en 1841, l'Egalité, plus revendiquée qu'auparavant, est considérée par la grande majorité des libéraux, de façon qualifiable paradoxalement de traditionnelle, chaque fois qu'ils opèrent une distinction-et il en va de même pour la Libertéentre l'Egalité sociale qu'ils ne réclament pas, parce que les modalités de son avènement les effraient, et l'Egalité civile (ou juridique) dont ils se font les champions. C'est à peu près ce qu'écrit le dénommé Bertrán dans El Regenerador en 1836 : La igualdad de rango es una quimera y un absurdo, étant donné que la jerarquía social ha ecsistido y ecsistirá siempre. En revanche, l'Egalité en matière de justice doit être exigée : Igualdad civil ha de ser ante la ley, que esta juzgue y condene igualmente al pobre que al rico, al grande que al pequeño, y al miserable que al poderoso40.

  • 41 Ayguals de Izco, Wenceslao, María la hija de un jornalero, 1845. Edition utilisée: 10a edición, Ma (...)

38En d'autres termes, même les Espagnols qu'on pourrait tenir pour les plus progressistes s'accommodent fort bien-quand ils ne la justifient pas-de la naturelle et "inévitable inégalité qui a toujours existé entre les classes et les individus de toute société". Telle est l'opinion de Wenceslao Ayguals de Izco dans María la hija de un jornalero, roman publié en 1845 : No es nuestro ánimo abogar por esa igualdad absoluta, por esta nivelación de fortunas con que algunos frenéticos han querido halagar a las masas populares41.

  • 42 In Socialismo utópico español - Selección de Antonio Elorza, Madrid: Alianza Editorial n° 268, 197 (...)

39A près de dix ans de distance, Ayguals de Izco ne faisait que reprendre à son compte l'opinion du progressiste José Andrés de Fontcuberta qui, dans El Propagador de la Libertad, avait déclaré en 1836 qu'il ne croyait pas en la igualdad imaginaria. Il est relayé, en 1840, par Ramón de la Sagra qui, dans ses Lecciones de economía social, avait toute chance de tranquilliser les conservateurs et les défenseurs de l'ordre en proclamant : La desigualdad social es una de las condiciones de la misma naturaleza humana42.

  • 43 Cité par Trías, Juan J. y Elorza, Antonio, Federalismo y Reforma Social en España (1840-1870), Mad (...)

40Le grand tournant quant à la façon de considérer l'Egalité s'opère, selon nous, aux alentours de 1841, c'est-à-dire l'année où le progressisme accède au pouvoir en la personne d'Espartero. Mais il est difficile de voir là un rapport direct de cause à effet, et ce d'autant moins que, de façon imprévisible, l'Egalité se voit attribuer plus que jamais une ascendance, non plus révolutionnaire, mais... religieuse. L'Egalité serait née du christianisme. Larra, en se plaçant sur ce point dans le sillage de Lamennais, l'avait laissé entrevoir dès 1836. C'est ainsi que Pedro Felipe Monlau, rédacteur de El Popular, voit les choses en avril 1841, lorsqu'il entend démontrer les bienfaits du mouvement associatif et la légitimité de l'aspiration à la démocratie : Así pues, el cristianismo es el dogma religioso de la igualdad, la democracia es la realización politico del dogma, y la asociación es el medio práctico de realización43.

  • 44 Op.cit., p. 130.

41Pareillement et la même année (1841), El Regenerador, dirigé par José Ordax Avecilla, s'efforce d'associer le christianisme primitif et la démocratie politique, au motif que l'Egalité a été fondée par le Nazaréen (sic)..., aux yeux de qui le puissant et le prolétaire, le roi et le vassal étaient sur un pied d'Egalité44.

42La nouvelle tendance, qui est propre aux idéologues évoluant dans la mouvance du socialisme utopique et qui conduit à fonder et sacraliser l'Egalité en lui donnant le Christ pour fondateur, s'applique corrélativement à la Fraternité qui se voit ainsi portée aux nues à partir de 1841 et, cette fois, sans réticence car, si la revendication de l'Egalité pose le problème du maintien ou de l'altération de l'ordre social, on ne voit pas pourquoi les coryphées de la Fraternité seraient conduits à attenter à la structure de la société. Ainsi donc, plusieurs années avant que les révolutionnaires parisiens de 1848 ne la sanctifient et ne l'inscrivent dans une devise nationale, la Fraternité, dans sa version espagnole, célébrée et revendiquée, est rapportée au Christ et au christianisme primitif.

  • 45 J. Trías et A. Elorza (op.cit., p.128) indiquent que la revue Guindilla avait publié, à partir du (...)

43Le romantique barcelonais Antonio Ribot y Fontseré pourrait bien avoir été parmi les premiers Espagnols à mettre en exergue, à la fin de l'année 1840 ou au tout début de 1841, le terme. fraternidad, présent dans le titre du folletín "Palabras de fraternidad", que publie le périodique républicain El Huracán45 ; après avoir affirmé, dans la livraison du 8 janvier, que Dios predica la igualdad et que le temple, apparemment céleste, où ce mot est un objet de culte est celui de la Liberté, il en vient, une semaine plus tard, à chanter avec exaltation les bienfaits de la Fraternité devenue, à la place de la Liberté, l'emblème de ce XIXe siècle : ¡Fraternidad! Esta palabra es la divisa del siglo; es la espada del progreso, es el lema de una bandera que alcanza a todas partes!

  • 46 In Socialismo utópico (...), op.cit., p.106.
  • 47 In Lida, Clara E., Antecedentes y desarrollo del movimiento obrero español (1835-1888) - Textes y (...)
  • 48 In Socialismo utópico español (...), op.cit., p.88.

44Plus tard, le sentiment de l'amour va revêtir une forme moins abstraite : d'une part, notamment dans le cas de Narciso Monturiol (disciple de Cabet) et de son journal La Fraternidad (janvier 1848), l'exercice de la Fraternité engendre aussi la caridad social, alliance lexicale encore inhabituelle46. Par ailleurs, comme dans le cas du fouriériste Fernando Garrido qui se prononce sur "El comunismo" dans La Organización del Trabajo_(avril 1848), la Fraternité mise en oeuvre doit conduire les prolétaires à se grouper en associations au sein desquelles les intérêts du Capital, du Travail et du Talent seront en harmonie : Escuchen nuestra voz conciliador y fraternal que les grita Asoclación47. Enfin, la Fraternité, par delà les regroupements de catégories de population qu'elle doit susciter, contribuera à éliminer les frontières nationales et à faire régner, comme Ramón de la Sagra en rêve en 1849, la unión de todas las naciones, qui ne serait rien d'autre que la mise en application d'un principio religioso universal48.

45A partir du moment où les concepts Igualdad et Fraternidad émergent plus fréquemment que par le passé dans le débat d'idées et que, par ailleurs, d'autres concepts apparaissent (Asociación, Unión) ou continuent de fleurir (Seguridad, Orden Público), il était fatal que les binômes déjà considérés fleurissent et que de nouvelles séries se constituent. Et cela ne manque pas de se produire. On passera donc sous silence, vu leur nombre élevé, les occurrences des vieux couples : Libertad-Igualdad (toujours très nombreux), Igualdad- Fraternidad (peu nombreux) et Libertad-Fraternidad (encore moins nombreux).

46En revanche, l'extrême variété des groupements ternaires et quaternaires au sein desquels figurent un ou deux de nos concepts est notable. En voici quelques échantillons : Igualdad, Fraternidad, Trabajo e Ilustración; Fraternidad, Libertad, Solidaridad, Comunidad (Monturiol, La Fraternidad2 1847-1848); Patria, Libertad, Constancia, Union (une société secrète en 1840); Orden, unión, libertad, gloria, prosperidad (Espoz y Mina); felicidad, orden, libertad, fortuna (Francisco José Moya), Justicia, igualdad y tolerancia (poésie "A la libertad", publiée dans El Peninsular en 1842)...

La grande trinité enfin intronisée

47Cette liste, extensible, de séries de termes à valeur de devise ou de profession de foi au sein desquelles figurent l'un ou l'autre de nos trois mots fondateurs manifeste la volonté généralisée de briser la fameuse trilogie révolutionnaire tenue pour redoutable, maudite ou inadaptée à la réalité péninsulaire. Et de fait, rares sont les Espagnols qui oseront l'assumer entre 1833 et 1848. Aussi rares sont, du reste, ceux qui vont la révoquer globalement ou point par point.

  • 49 Edition utilisée : Paris : Librería de Gamier Hermanos, 1861, p.202.

48Tout juste peut-on estimer qu'est de ce nombre Modesto Lafuente qui dans ses Viajes de Fray Gerundio por Francia, Bélgica, Holanda y orillas del Rhin- voyage effectué en 1841 et publié en 1843- croit juste de battre en brèche, de manière très pondérée d'ailleurs, la doctrine fouriériste qui préconise la igualdad absoluta de derechos sin dejar de respetar las desigualdades naturales; la libertad completa; et una gran unidad social, una gran asociación, una gran familia, que habría de vivir en perfecta armonía y fraternidad...49. La vérité oblige à dire que Modesto Lafuente est plus fasciné par le phalanstère fouriériste qu'il n'est soucieux de mettre en pièce notre triade.

  • 50 On observera, dans le glossaire établi par Doris Ruiz Otín, que Fraternidad est absent, que Iguald (...)
  • 51 Marrast, Robert, José de Espronceda et son temps (...), Paris : Editions Klincsieck, 1974, p. 518.
  • 52 Texte transcrit dans : Marrast, Robert, Espronceda - Articles et discours oubliés et la bibliothèq (...)

49A notre surprise —mais la chronologie est là pour dissiper le doute possible—, le grand intronisateur de la triade en Espagne pourrait bien avoir été un personnage plus tourné vers la création littéraire que familier des joutes et intrigues politiques : José de Espronceda qui, décidément, doit être tenu pour le "leader" du romantisme de rupture, le plus révolutionnaire qui soit. Le texte qui permet de le placer au premier rang —et ici, avant son ami Mariano José de Larra qui dans aucun de ses écrits n'a reconstitué ou commenté la50— est un article, paru sans signature, dans El Español du 15 janvier 1836, puis dans El Vapor du 8 avril 1836 et dans El Nacional du 18 avril 1836. Cet article était précisément intitulé Libertad, Igualdad, Fraternidad. Dans son livre consacré à Espronceda, Robert Marrast l'analyse par le détail. Tout en relevant à la fois le caractère général et schématique des considérations du poète et les traces laissées par la lecture des Saint-Simoniens (surtout) du Globe, de Buonarotti, Robert Marrast a pleinement raison de souligner "la générosité et la nouveauté en Espagne" de ce "beau programme d'union des peuples conduisant à l'Egalité des individus"51. Effectivement, les définitions esproncédiennes de la Liberté et de l'Egalité - celle-ci étant entendue comme lo contrario de los privilegios y monopolios - ne sont guère originales, mais Espronceda fait figure de pionnier, échappant au carcan du libéralisme politicien espagnol déjà ankylosé, dans la mesure où il rend solidaires et indissociables la Liberté, l'Egalité et la Fraternité. On a vu en effet que, pour les libéraux, doceañistas ou modérés, le combat se circonscrit souvent à la conquête, puis à la préservation, puis à la célébration ritualisée et incantatoire de la Liberté (avec une majuscule) ou des libertés civiles. Projetant ses visions du futur par delà les frontières nationales, Espronceda rêve que les peuples civilisés se donnent la main, par quoi, sans aller jusqu'à établir une nouvelle hiérarchie entre les termes de la triade, il place la Fraternité au premier rang, selon un critère applicable à la marche de l'Histoire : Sea su primer grito el de fraternidad para que el triunfo de la Libertad sea cierto. Sea la igualdad el pensamiento fuerte que impela en su marcha a la humanidad ¡Pueblos! todos sois hermanos. Sólo los opresores son estranjeros52.

50Entre le texte d'Espronceda, dont la presse assure la diffusion, et l'apparition sur la place publique de la triade en 1848, il faudra attendre plusieurs années pour que ladite triade revienne à l'actualité, alors que —comme il a été dit— les trois termes et d'autres proches sont fréquemment utilisés, mais séparément. En 1841, c'est le périodique républicain madrilène El Regenerador, dirigé par José Ordax Avecilla qui, logiquement se donne pour devise Libertad, igualdad, fraternidad. C'est là qu'est publiée une poésie anonyme qui comporte les vers suivants :

  • 53 In J. Trías y A. Elorza, op.cit., p. 133.

No habrá distinción/ Que el mérito y virtud/
Gozando la nación/ Entera libertad./
Con perfecta igualdad/ Unirá nuestra suerte/
Dulce fraternidad:,/ De extraños envidiada/53.

51De toute évidence, seul le républicanisme espagnol ose se donner la triade comme signe de ralliement. Unifiée ou dissociée, elle apparaît sans cesse dans El Huracán au long des premiers mois de 1841, peu avant le triomphe d'Espartero. Entre janvier et février, sous la plume de A. Ribot (il s'agit de Antonio Ribot y Fontseré) ou dans des articles anonymes, les trois concepts surgissent à maintes reprises et, enfin, dans le numéro du 17 février, ils sont au centre de l'article, non signé, intitulé "Continua la defensa de las doctrinas republicanas". Il s'agit d'une polémique engagée avec la Gaceta hostile à l'établissement éventuel d'une république fédérative (sic) en Espagne ; la Gaceta a eu l'impudence d'affirmer que le nouveau régime ne manquerait pas de se donner pour devise Libertad, igualdad, fraternidad y muerte. El Huracdn entreprend de démontrer, à juste titre, que "la mort" donnée comme corollaire de la triade ne peut être que la mort infligée, en toute justice, aux adversaires de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité, et non certes, aux hermanos, c'est-à-dire à ceux qui défendent cette noble cause. Pour la première fois ou, du moins, avec une vigueur sans précédent, El Huracán, radicalisant les positions, proclame que les adversaires de la triade sont les ignominieux défenseurs du despotisme, des inégalités, des privilèges exclusifs, des castes et du deshermanamiento (sic) des Espagnols. En d'autres termes, El Huracán vient de tracer la frontière entre les deux camps ennemis : la triade révolutionnaire sert de critère discriminant, ce qui sous-entend que les "bons Espagnols" seront ceux qui se battront pour ce lema ou pour les principios qu'énonce la devise.

1848 ou l'apogée de la Fraternité

  • 54 Cf. Les révolutions de 1848 - L'Europe des images, vol. I : Une République nouvelle, Paris : Catal (...)
  • 55 Cf. la magnifique étude de David, Marcel, Le Printemps de la Fraternité - Genèse et vicissitudes, (...)
  • 56 Ozouf, Mona, "La Révolution française et l'idée de fraternité", in L'homme régénéré - Essais sur l (...)
  • 57 In Les révolutions de 1848 (...), op.cit., p.94.

52L'article de El Huracán paru en 1841 a fait assister à la curieuse résurgence du terme muerte, accolé-de façon justifiée pour les uns, incongrue ou scandaleuse pour les autres-à la triade révolutionnaire, et ce à sept ans d'un événement historique majeur qui va se produire en France à la fin de février 1848, et amener à faire adopter, avec l'avènement de la II° République, la triade comme devise nationale. Celle-ci va susciter une avalanche de représentations iconographiques (tableaux, gravures...) de tout acabit, où la triade conceptuelle se donne à lire grâce à des équivalences emblématiques : le bonnet phrygien pour la Liberté, le triangle pour l'Egalité, tandis que la Fraternité a du mal à s'incarner (parfois en un noir, esclave libéré) ou à s'assimiler au rameau d'olivier de la paix.54. Or, comme les historiens s'accordent à le dire, la Révolution de 1848 ajoute la Fraternité à la Liberté et à l'Egalité qui viennent de la Révolution de 178955 : "On met moins l'accent -observe Mona Ozouf.56- sur la liberté inspiratrice et fondatrice, moins sur l'Egalité que sur la fraternité qui résume, contient et dépasse les deux autres (...)". Le texte de l'affiche électorale rédigée par Victor Hugo est du plus grand intérêt pour nous, car il nous ramène... à l'article de El Huracán. En effet, Victor Hugo, rejetant la République de 93, celle du drapeau rouge, de la guillotine, de l'abolition de la propriété et de la négation de Dieu, choisit la République du drapeau tricolore et de l'auguste devise : Liberté, Egalité, Fraternité, sans l'option sinistre : ou la Mort. Cette république "sera sainte communion de tous les Français dès à présent, et de tous les peuples un jour (...) ; elle fondera une liberté sans usurpations et sans violences, une Egalité qui admettra la croissance naturelle de chacun, une fraternité, non de moines dans un couvent, mais d'hommes libres"57.

  • 58 David, M., op. cit., p. 223.
  • 59 Cf. Rudé, G., Europa desde las guerras napoleónicas a la revolución de 1848, Madrid, 1982.
  • 60 Cf. Les révolutions de 1848 (...), op.cit., vol.2 : Le printemps des peuples.
  • 61 Cabeza Sánchez-Albornoz, Sonsoles, Los sucesos de 1848 en España, Madrid: Fundación Universitaria (...)
  • 62 Cabeza, S., op.cit., p.73.

53L'une des grandes nouveautés, liée à ce moment historique, est que les révolutionnaires et, parmi eux, des ecclésiastiques, proclament, comme l'évêque de Beauvais, que "les grands principes de liberté, d'Egalité et de fraternité (nous) viennent directement de l'Evangile"58. La remarque est d'importance car une Révolution qui ne se détourne pas de Dieu, qui ne déclare pas la guerre à l'Eglise et qui tend la main à tous les hommes, quelles que soient leur origine et leur religion, ne peut être considérée en Espagne, a priori, comme catastrophique, à l'instar de la Révolution Jacobine de 1793. Aussi pouvait-on s'attendre à ce que la Révolution ait en Espagne un retentissement comparable à ce qu'elle eut en Pologne, Italie, Angleterre, Suisse, Bohême, Hongrie, Autriche. Or il n'en fut rien59, comme vient de le montrer la récente exposition (février- mars 1998) organisée à l'Assemblée Nationale, à base d'affiches, de tableaux et de cartes de l'Europe, et où l'Espagne est totalement absente60. De son côté, l'ouvrage de Sonsoles Cabeza, consacré en 1981 aux événements de 1848 en Espagne61, montre bien que la chute de Louis-Philippe et la proclamation de la République à Paris inquiètent, certes, les autorités de Madrid, mais contribuent seulement à déclencher quelques intentonas revolucionarias ou algaradas callejeras, fomentées par des progresistas de extrema izquierda. Parmi eux figure le député Rivero, défenseur de la République française, qui, dans son discours du 4 mars, emploie dans une même phrase, deux éléments de la triade : La república de 1848 proclama la libertad, la paz universal; proclama un nuevo mundo de ideas; proclama una nueva era para la humanidad, una era de fraternidad62.

  • 63 Ibid., p.23.

54N'ayant pas étudié les soulèvements républicains qui se produisirent dans plusieurs villes de province, je ne suis pas en mesure d'établir si le cri de ralliement républicain (la triade) fut lancé en ces occasions. Tout juste, puis-je faire état du final de la proclamation rédigée à Gérone par Ballera, dans les premiers jours d'avril, et adressée à tous les Espagnols : ¡Gloria eterna a los libres! ¡Viva la República! Libertad, igualdad y fraternidad!63

  • 64 Fernández, María Antonia, "Aproximación al vocabulario periodístico español durante la revolución (...)

55La présence de la triade, mais d'une triade éclatée en raison de commentaires intercalés et étalée sur un paragraphe, a été relevée en 1996 par María Antonia Fernandez dans son article consacré aux mutations observables dans le vocabulaire journalistique espagnol en 1848 : le 22 avril, le journal modéré La España s'emploie à discréditer par la dérision l'Egalité mensongère que viennent d'instaurer les insurgés parisiens, la fraternité qui paradoxalement place maintenant les habitants de la capitale au-dessus des provinciaux et l'effarante liberté qui autorise les gens à proclamer cette liberté sur des barricades : "La libertad, nada absolutamente, nada habrá ganado; Paris será gobernado por dictadores, y los departamentos por procónsules"64.

  • 65 Moliner Prada, Antonio, "La Federación Ibérica y la Revolución de 1848", Ler História, Barcelona, (...)

56A peu près muet sur l'écho de la triade dans l’Espagne de 1848, je pourrais être beaucoup plus précis, grâce à une étude d'Antonio Moliner Prada65, sur des événements parisiens, certes d'importance mineure, mais ici au centre du sujet, puisque la triade révolutionnaire est proférée en public par des citoyens espagnols et vient sous leur plume. Une nouvelle fois (et c'est là, quasiment, une tradition dans l'histoire d'Espagne des XIXe et XXe siècles), l'avant-garde révolutionnaire se trouve au-delà des frontières nationales, au sein de l'émigration.

  • 66 Texte transcrit par Cabeza, S., op.cit., p.209 - Sous le nom de "Nicolás del Balzo", il est mentio (...)
  • 67 L'Espagne démocratique - Compte rendu des manifestations des 26 mars et du 11 avril 1848, par le C (...)

57Le leader est Nicolás del Bazo qui nous apprend, dans sa lettre adressée au Gouvernement Provisoire de la République, qu'il avait été, en 1843, "Président de la Junte d'armement et de défense de la ville de Barcelone", puis que, l'année suivante, il s'était réfugié en Algérie française, où il avait fait fortune à la tête d'une puissante "entreprise de colonisation agricole et industrielle"66. A la fin de février 1848, il se trouve probablement à la tête du Comité républicain (espagnol) de Paris. Le 1er mars, il s'adresse, dans une proclamation en français, aux citoyens espagnols établis en Algérie pour les inviter à apporter leur concours au nouveau gouvernement de la République Française ; c'est là qu'apparaît la triade et qu'est déclarée sa conviction que la cause de la Liberté sera défendue par tous les peuples de la terre ; c'est le retour à la valeur universelle de la triade : "Notre devise doit être Liberté, Egalité, Fraternité. Courons défendre ces trois principes de salut sans lesquels il n'y a pas d'existence possible dans le vie sociale"67.

  • 68 Cf. quelques informations sur ce Comité et sur la manifestation espagnole du 11 avril dans Lucas, (...)

58En ce printemps de 1848 où se multiplient à Paris des manifestations pro-républicaines donnant à penser que l'Italie, la Pologne et d'autres pays vont imiter l'exemple français, la "journée espagnole", si l'on peut dire, est le 26 mars. En présence de plusieurs centaines d'Espagnols réunis place Vendôme, se font entendre publiquement, parlant au nom du Comité Démocratique Espagnol fondé en mars68, Del Bazo (ou Del Balzo) et les nommés Salas et Tolosa. Jamais la triade révolutionnaire n'avait été autant célébrée par des Espagnols. Tantôt elle est désignée par l'expression "principes sacrés", tantôt par le terme "devise" (productrice d'"effet magique"), tantôt par celui de "cri" (qui peut faire tressaillir l'Espagne dans le fond de ses entrailles).

  • 69 La France parlementaire (1834-1851) - Oeuvres oratoires et écrits politiques par Alphonse Lamartin (...)
  • 70 L'Espagne démocratique (...), op.cit., p.22.

59Après que s'est insérée chronologiquement, le 2 avril, la "Réponse (de Lamartine) à une députation des Espagnols résidant à Paris, offrant à la République l'ancien drapeau des démocrates espagnols" —réponse où ne pouvaient manquer de figurer les mots Liberté et Fraternité69—, la triade apparaît de nouveau, le 9 et le 11 avril, à l'occasion des préparatifs, puis de la célébration d'un service funèbre en l'église de la Madeleine à la mémoire des Espagnols morts pour la Liberté au cours des soulèvements du 27 mars contre la dictature de Narváez. Dans sa lettre en date du 9 avril, conclue rondement sur un "Salut et Fraternité" qui renvoie plusieurs décennies en arrière, Del Bazo tient à rappeler, en se souvenant probablement des sermons et des écrits de Lacordaire et de Lamennais, que la triade trouve son origine dans le christianisme et bénéficie désormais de la caution de l'Eglise. "C'est au pied des autels que l'homme comprend le mieux la liberté, l'Egalité et la fraternité"70.

60Il est clair qu'en ces jours d'espérance sans bornes et de liesse, l'ordre hiérarchique interne de la triade s'est fixé, bien qu'enseveli dans le non dit : en tête, la Fraternité, qui autorise à rêver à la paix entre les nations, à l'union entre les peuples et, pour ce qui concerne l'Espagne, la réconciliation définitive des deux pays limitrophes ; en second, la Liberté qui, dans le cas de l'Espagne, fait surgir deux corollaires : "l'émancipation" (forme institutionnelle indéterminée) et la "démocratie (forme déterminée) : et, en troisième, l'Egalité qui est le terme évidemment problématique, non consensuel, car il est difficile de masquer que, si les républicains triomphants rêvent d'une "fraternelle union" et de l'effacement des distinctions de classes, les marxistes en appellent à la lutte des classes.

  • 71 Cabeza, S., op.cit., p.23.

61Sans doute, la nature de la double manifestation célébrée par les exilés espagnols de Paris et le contenu des lettres et proclamations rédigées par eux sont-ils directement inspirés par les gestes politiques ou les discours des Ledru-Rollin, Hugo, Lamennais..., ce qui ne devrait pas autoriser l'Ambassadeur d'Espagne à Paris, Antonio Luis de Arnau, à ne voir là que "una pobre y fría farsa de lo que yo mismo me averguenzo71, mais, du moins, inciter l'observateur d'aujourd'hui à relever un cas extrême de mimétisme, d'afrancesamiento dans un nouvel avatar. Il faut dire, pour défendre ces centaines de réfugiés, que leur adoption de la devise révolutionnaire et leur soutien apporté au gouvernement parisien n'en avaient fait ni des desmemoriados, ni des descastados, ni des nationalistes xénophobes : leur "conscience historique" et "identitaire" est telle qu'ils cherchent leurs modèles du côté des "soldats de la Granja" et de la Constitution de 1812, qu'ils joignent l'hymne de Riego à la Marseillaise et que, en tête de la proclamation que fait placarder le Comité espagnol de Paris, ils ont soin d'hispaniser la triade (Libertad, Igualdad, Fraternidad),pour conclure -il est vrai-en français "¡ Vive la France ! Vive l'Espagne ! Vive la République ! Vive la Fraternité des Peuples !". La triade républicaine vient, sous nos yeux, d'être publiquement intronisée et sacralisée... hélas, en terre étrangère, et pour un temps bref, puisque, exactement huit mois après l'enthousiasmante fête parisienne de la Fraternité, l'élection de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la République viendra ruiner les espoirs des démocrates- français et espagnols- et bannir la subversive triade.

Eléments pour une conclusion

62Le chemin parcouru en Espagne par la triade entre 1793 et 1848 est considérable, puisqu'on est passé d'un rejet quasiment unanime, passionné, gâté par le parti pris et dénaturé par la peur, à une célébration exaltée et lyrique, qui est le fait-on ne peut le dissimuler-de seulement une fraction d'Espagnols, pour ne pas dire une poignée. On ne dissimulera pas non plus que la campagne de disqualification de la triade ne s'éteint pas à partir de 1848 ; bien au contraire. Des textes nombreux, vigoureux et brillamment argumentés, permettraient curieusement de ranger dans le même camp (celui des opposants à la triade) Jaime Balmes, Juan Donoso Cortés, mais aussi Ramón de la Sagra et Sixto Cámara.

  • 72 Ce contraste a été souligné, jusqu'à l'excès caricatural, par Edgar Faure qui écrivait, il y a une (...)

63Il reste que, globalement, grâce au progressif brouillage de la mémoire collective et à l'application que mettent les révolutionnaires de 1848 —démocrates et républicains— à se démarquer de leurs devanciers de 179372, la réception de la triade en Espagne est plus favorable que jamais. Notamment celle du terme Liberté qui permet d'entretenir l'équivoque et un faux accord entre ceux qui se réfèrent à la Liberté absolue, quelque peu chimérique, abordée du point de vue philosophique, et ceux qui ne s'intéressent qu'aux libertés civiques, c'est-à-dire à des libertés tangibles, accessibles et suffisantes. A partir de 1848, la Fraternité, qui vient d'être réintroduite publiquement dans le message chrétien, n'a plus lieu d'effrayer, puisqu'elle est l'annonce, pour beaucoup rassurante, d'une réconciliation entre les pauvres et les nantis, et la promesse, séduisante pour tous, d'une paix universelle. Seule, l'Egalité continue à faire problème, en raison d'une récente scission idéologique, qui engendre débats et malentendus : l'Egalité des hommes créée par Dieu et soumise à son regard a peu à voir avec l'Egalité, légitime et institutionnalisée, des citoyens face à la loi, et encore moins avec l'Egalité sociale que vont revendiquer les marxistes, lesquels, appelant à la lutte des classes, vont ruiner, au passage, le rêve de l'idyllique Fraternité placée sous l'égide du Christ.

Notes

1 Malgré une impropriété manifeste, le terme "triade" qui peut être défini comme "un ensemble de personnes ou de choses" (Dictionnaire Robert), mais qui autorise une approche fractionnée de l'ensemble, a été préféré à "trinité" qui personnifie, sacralise et métaphorise un peu trop les composantes, à "trinôme", réservé à une variété géométrique de polynôme, et à "devise" qui aurait réduit excessivement le champ d'application de l'ensemble conceptuel ternaire.

2 Casa de Velázquez, Madrid, 1996.

3 Il est significatif que dans la liste des mots qui devraient être ajoutés à la liste exhaustive des mots chiffrés, liste communiquée aux autorités madrilènes, à l'été 1792, par Domingo de Iriarte qui fait office d'ambassadeur d'Espagne à Paris, ne figurent ni Fraternidad, ni Igualdad, et seulement Libertad. Cf. Gil Novales, Alberto, "El primer vocabulario de la revolución francesa en España, 1792", in I Linguaggi politici delle Rivoluzioni in Europa (...), Lecce, 11-13 octobre 1990, pp.285-298.

4 Antoine, Gérald, Liberté Egalité Fraternité ou les fluctuations d'une devise, Paris, Aux amateurs de livres, 1989, p. ΧΧΠ ("Nouvelle Introduction").

5 Vovelle, Michel, Combats pour la révolution française, Paris : Editions de la découverte / Société des études robespierristes, 1993, p.223.

6 Barny, Roger, Les contradictions de l'idéologie révolutionnaire des droits de l'homme (1789-1796), Besançon : Annales Littéraires de l'Université et Paris : /Belles Lettres, 1993.

7 "Exhortación que el autor hizo a sus paisanos, para la defensa de la patria en la presente guerra, el ano de 1795".

8 Cf. Aymes, Jean-René, "Le discours clérical contre-révolutionnaire en Espagne (1789-1795)" et Domergue, Lucienne, "Le sermon catalan au service de la contre-révolution (1793-1795)", in Les Révolutions Ibériques et Ibéro-Américaines à l'aube du XIXe siècle, Paris : Editions du CNRS, 1991, pp.25-43 et pp.59-69 respectivement.

9 Cf. Fuentes, Juan Francisco, "Seis españoles en la revolución francesa", in Aymes, Jean-René, ed., España y la revolución francesa, Barcelona: Crítica, 1989, p.289.

10 Reimpresión de Santiago, 1814, p.166 et 179 respectivement.

11 Lettre transcrite par Guinard, Paul-Jacques et Morange, Claude, Les Lumières en Espagne - Choix de textes, Paris, Editions Hispaniques, 1987, p. 122.

12 L'Egalité est évoquée, par exemple, dans telle estampe anonyme, intitulée "L'Egalité accordée aux Noirs", mais l'examen attentif du document montre que, placés sous la toise symboliquement nivélatrice, l'officier blanc et l'ancien esclave revêtu d'un pagne s'abstiennent de se donner une accolade... fraternelle. "La République -commente Jean-René Gaborit, à partir de 1792, est souvent pourvue des attributs de la Liberté (le bonnet rouge des affranchis antiques et des forçats), de l'Egalité (le niveau, bientôt chargé d'une terrible signification) et de l'Unité (le faisceau)". La Fraternité est absente. Cf. Gaborit, Jean-René, La Révolution française et l'Europe, 1789-1799- L'album, Paris : Editions de la Réunion des musées nationaux, 1989, chap. XII "Les droits de l'homme" (pages non numérotées).

13 In Núñez de Arenas, Manuel, "Un madrileño en la Revolución francesa: Don Vicente María Santiváñez", L'Espagne des Lumières au Romantisme, Paris : Centre de Recherches de l'Institut d'Etudes Hispaniques, 1963, p. 141.

14 Lasala y Collado, Fermín de, La separación de Guipúzcoa y la paz de Basilea, Madrid:Establecimiento Tipográfico de Fortanet, 1985, ed. fac-similé: San Sebastian: editorial Txertoa, 1987, p.386.

15 Jovellanos, Gaspar Melchor de, Obras (ΙII), Madrid, B.A.E., 1956, t.LXXXV, p.319.

16 Op.cit., t.XLVI, p.47.

17 "J.Marchena al ciudadano Lebrun, ministro de Asuntos Exteriores de la República francesa" (29 de diciembre del año I de la República), in Fuentes, Juan Francisco, Sí no hubiera esclavos, no habría tiranos, Madrid: Ediciones del Museo Universal, 1988, p.5.

18 Saíz, María Dolores, "La Revolución Francesa en la prensa española de la época: el Mercurio histórico y político (1789-1793)", in "La revolución Francesa y la Península Ibérica", Estudios de Historia Social, Madrid, n° 36-37, 1986 (1-Π), p.91.

19 Op.cit., p.395.

20 Aymes, Jean-René, "La"Guerra Gran" (1793-1795) como prefiguración de la "Guerra del francés" (1808-1814)", in Aymes, Jean-René ed., España y la revolución francesa, op.cit., pp. 311-366.

21 Capmany, Antonio de, Centinela contra franceses (ed. de Françoise Etienvre), London: Tamesis Books limited, 1988, pp.96-97.

22 Flórez Estrada, Alvaro, Obras (II), Madrid : B.A.E., 1958, t.CXIII, pp.319-320.

23 Gallardo, Bartolomé José, Diccionario crítico-burlesco del que se titula Diccionario razonado manual (...) (Cádiz, 1811), Madrid: ed. Visor Distribuciones, 1994, p.200.

24 Op.cit., pp.319-320.

25 Op.cit., 25 de mayo de 1809, p.61.

26 Op.cit., 22 de junio de 1809, pp.124-125.

27 Op.cit., p. 127.

28 Cité par Barreiro, Xosé R., Liberates y absolutistas en Galicia (1808-1833), Vigo: Edicións Xerais de Galicia, 1982, p.113.

29 Cf. notamment le chap. "La oratoria en las Cortes de Cádiz", in Seoane, María Cruz, Oratorio y periodismo en la España del siglo XIX, Madrid: Fundación Juan March / Editorial Castalia, 1977, pp.62-112.

30 Salas, Ramón, Lecciones de derecho público constitucional, Madrid: Centro de Estudios Constitucionales, 1982, p.48.

31 Cité par Barreiro, X.R., op.cit., p. 115.

32 In Catecismos españoles, Madrid: Consejería de Cultura de la Comunidad de Madrid, 1989, pp.34-35.

33 Seoane, M.C., op. cit., p. 83.

34 "A la fundación del arte real en España", in Ferrer Benimeli, José Α., Masoneria españla contemporánea, vol. I: 1800-1868, Madrid, Siglo XXI, 1980, p. 203.

35 Cité par Antoine, Gérard, op. cit., p. 71.

36 Cité par Herrero, Javier, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid: Cuadernos para el diálogo, 1973, p.229 - Id. pour la citation suivante.

37 Cf. Wilhelmsen, Alexandra, La formación del pensamiento político del carlismo (1810-1875), Madrid : "Actas", Colección Luis Hernando de Larramendi, 1995.

38 Cité par Garrorena Morales, Angel, El Ateneo de Madrid y la teoría de la Monarquía Liberal, 1836-1847, Madrid: Instituto de Estudios Políticos, 1974, p.381.

39 Lapesa, Rafael, "Algunas consideraciones sobre el léxico político en los años de Larra y Espronceda", in Homenaje a José Antonio Maravall, Madrid: C.S.I.C., vol. II, pp.393-413, repris sous le titre de "Libertad, Igualdad y Fraternidad: devaluación y reevaluación de las palabras" in Rico, Francisco, Historia y crítica de la literatura española, vol. 5/1 1° suplemento: Zavala, Iris, Romanticismo y realismo, Barcelona: Crítica, 1994, pp. 113-118.

40 Cité par García Rovira, Anna, "Ilustración, Revolución y Liberalismo: notas sobre el liberalismo barcelonés en la década de los 30 del siglo XIX", in "La Revolución francesa y la Península Ibérica", Estudios de Historia Social op.cit., p.313.

41 Ayguals de Izco, Wenceslao, María la hija de un jornalero, 1845. Edition utilisée: 10a edición, Madrid, Imprenta y librería de Miguel Guijarro, 1877, t. I, p. 101.

42 In Socialismo utópico español - Selección de Antonio Elorza, Madrid: Alianza Editorial n° 268, 1970, p.50.

43 Cité par Trías, Juan J. y Elorza, Antonio, Federalismo y Reforma Social en España (1840-1870), Madrid: "Hora h", Seminarios y Ediciones S.A., 1975, p.136.

44 Op.cit., p. 130.

45 J. Trías et A. Elorza (op.cit., p.128) indiquent que la revue Guindilla avait publié, à partir du 26 décembre 1840, des extraits des "Palabras de fraternidad" de Ribot y Fontseré, clairement inspirées par les Paroles d'un croyant de Lamennais.

46 In Socialismo utópico (...), op.cit., p.106.

47 In Lida, Clara E., Antecedentes y desarrollo del movimiento obrero español (1835-1888) - Textes y documentos, Madrid: Siglo XXI, 1973, p.84.

48 In Socialismo utópico español (...), op.cit., p.88.

49 Edition utilisée : Paris : Librería de Gamier Hermanos, 1861, p.202.

50 On observera, dans le glossaire établi par Doris Ruiz Otín, que Fraternidad est absent, que Igualdad comporte 5 occurrences et Libertad plus de 30. Cf. Política y Sociedad en el vocabulario de Larra, Madrid: Centra de Estudios Constitucionales, 1983.

51 Marrast, Robert, José de Espronceda et son temps (...), Paris : Editions Klincsieck, 1974, p. 518.

52 Texte transcrit dans : Marrast, Robert, Espronceda - Articles et discours oubliés et la bibliothèque d'Espronceda, Rennes : Travaux de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université de Rennes /Paris : P.U.F., 1966, pp.8-10.

53 In J. Trías y A. Elorza, op.cit., p. 133.

54 Cf. Les révolutions de 1848 - L'Europe des images, vol. I : Une République nouvelle, Paris : Catalogue de l'exposition présentée à l'Assemblée Nationale, 4 février - 30 mars 1998.

55 Cf. la magnifique étude de David, Marcel, Le Printemps de la Fraternité - Genèse et vicissitudes, 1830-1851, Paris : Aubier, 1992.

56 Ozouf, Mona, "La Révolution française et l'idée de fraternité", in L'homme régénéré - Essais sur la Révolution française, Paris : Editions Gallimard, 1989, p. 180.

57 In Les révolutions de 1848 (...), op.cit., p.94.

58 David, M., op. cit., p. 223.

59 Cf. Rudé, G., Europa desde las guerras napoleónicas a la revolución de 1848, Madrid, 1982.

60 Cf. Les révolutions de 1848 (...), op.cit., vol.2 : Le printemps des peuples.

61 Cabeza Sánchez-Albornoz, Sonsoles, Los sucesos de 1848 en España, Madrid: Fundación Universitaria Española, 1981.

62 Cabeza, S., op.cit., p.73.

63 Ibid., p.23.

64 Fernández, María Antonia, "Aproximación al vocabulario periodístico español durante la revolución de 1848", Trienio, Madrid, n°28, noviembre 1996, pp.119-157 (citation : p. 126). Les vocables politiques qui, dans leur acception enrichie ou leur fréquence d'emploi modifiée, subissent l'impact de la récente révolution parisienne seraient principalement : "Política de resistencia", "república", "justo medio", "asociación", "comunidad", "comunismo" et "socialismo" (Notre triade n'est pas mentionnée).

65 Moliner Prada, Antonio, "La Federación Ibérica y la Revolución de 1848", Ler História, Barcelona, n°16, 1989, pp. 117-136.

66 Texte transcrit par Cabeza, S., op.cit., p.209 - Sous le nom de "Nicolás del Balzo", il est mentionné par Vilar, Juan Bautista, Los españoles en la Argelia francesa (1830-1914), Madrid : C.S.I.C.,/ Universidad de Murcia, 1989, p.274.

67 L'Espagne démocratique - Compte rendu des manifestations des 26 mars et du 11 avril 1848, par le Citoyen Perreymond, Paris, 1848, p.47.

68 Cf. quelques informations sur ce Comité et sur la manifestation espagnole du 11 avril dans Lucas, Alphonse, Les Clubs et les clubistes et histoire complète, anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848 (...), Paris, Dentu, 1851.

69 La France parlementaire (1834-1851) - Oeuvres oratoires et écrits politiques par Alphonse Lamartine (...), Paris : A. Lacroix, Verboeckoven et Cie éditeurs, 1865, t. V, pp.232-233.

70 L'Espagne démocratique (...), op.cit., p.22.

71 Cabeza, S., op.cit., p.23.

72 Ce contraste a été souligné, jusqu'à l'excès caricatural, par Edgar Faure qui écrivait, il y a une dizaine d'années : "C'est une seconde révolution qui s'affirme comme par antiphrase avec la première, la grande, la dure, l'impitoyable. La nouvelle se définit par la recherche de l'unanimisme, le culte de l'association, une impatience enfantine et une incompétence générale", in "1789-1989 : La Révolution française, III : l'Arche de fraternité", Revue des Deux Mondes, Paris, octobre 1987, p.35.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540