Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métissage culturel en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

L'influence de la France dans le théâtre mineur de la seconde moitié du XVIIIe siecle, de Ramón De La Cruz a Juan Ignacio González del Castillo

Patricia Mauclair Poncelin

Texte intégral

1Les saynétistes de la seconde moitié du XVIIIe siècle savaient que pour connaître le succès, il leur était nécessaire de permettre à tout spectateur de rire de son prochain. Tous se devaient de surprendre un public fidèle tout en respectant un certain nombre de conventions, dont celles liées au comique. Regardant la société à travers le prisme de la stéréotypie, ils devaient à la fois observer fidèlement leurs contemporains pour les réduire à une suite de traits et d'actes qui deviendraient ensuite repères pour le public. Alors que l'élite espagnole critique l'infiltration des coutumes françaises en Espagne, le théâtre intègre progressivement des éléments venus d'outre-Pyrénées. Ramón de la Cruz d'abord, puis ses disciples ensuite réagiront à l'"afrancesamiento" des coutumes par la mise en scène de personnages désormais indissociables du théâtre de cette époque : le petimetre et la petimetra. Une réaction de rejet de ces individus n'a fait que conforter l'intégration de leurs personnages dans la culture espagnole.

  • 1 "Lo que antes estaba errado,/ luego que le han dicho a usted/ que en París usan llevarlo/ le parec (...)

2C'est en 1762 que Ramón de la Cruz a véritablement et définitivement introduit les représentants de la petimetría dans le théâtre mineur espagnol. Ecrite et jouée cette année-là puis reprise de nombreuses fois en 1767 et 1768, La petimetra en el tocador s'intéresse exclusivement à la séance de coiffure de doña Agueda présentée dès le début comme une petimetra. Aucune autre indication n'est donnée dans les didascalies, montrant là l'inutilité de préciser le costume et l'attitude que doit adopter la comédienne et qu'est sensé connaître le public. Installée dans une pièce de sa maison où doivent figurer une coiffeuse et des chaises, elle est la première à intervenir pour demander si son perruquier est arrivé. Si l'espace mis en scène, la toilette du personnage et la présence à ses côtés de deux domestiques montrent que Ramón de la Cruz a choisi de s'intéresser à la petite bourgeoisie madrilène, nous voyons que cet intérêt n'est justifié que par la volonté de dénoncer l'adoption par cette "classe" sociale de la mode française qui est évidemment représentée par un perruquier français dont toutes les dames se disputent les talents. S'exprimant dans un mélange de français et d'espagnol, il tentera de convaincre sa cliente que l'ébouriffage auquel il procède et qui la ridiculisera n'est qu'application des préceptes de la mode française auxquels il est indispensable de se soumettre. Le mari de dona Agueda, désapprouve totalement cette soumission ruineuse1 :

No, pero la afectación
con que en Madrid abrazamos,
no solo cuanto se estila
en los dominios extraños,
sino cuanto cualquier mono
de allá nos viene contando,
hace de nuestra nación
un diptongo galispano,
un pueblo que ignora desde
el sombrero hasta el zapato
lo que llevará mañana,
pues si se mete en los cascos
de una cabecilla en Francia
ponerse todo el contrario
que al presente, España toda
la vuelva de arriba abajo,
y hace un títere lo que
no pudiera un Alejandro.

3Si par ce "sermon", Don Alonso se plaint de prêcher dans le désert, ce sont malgré tout ses paroles qui guident Ramón de la Cruz pour la morale finale puisque Doña Águeda sort tellement ridiculisée de cette séance de coiffure qu'elle est obligée de dissimuler ses cheveux sous une coiffe.

  • 2 "bien que me es indiferente", "remarcable", "a la desgasé", "plesanterías", "meprisable", etc.
  • 3 "Yo jamás tomo puchero / a la española, sino fricandó, tal cual relleno, fricasé, cremas, compotas (...)

4La critique de cette obéissance aveugle à la mode française apparaît tout aussi clairement dans une autre saynète écrite la même année et dont le titre suffit à indiquer le thème choisi par Ramon de la Cruz : El hospital de la moda. Fidèle au genre de la saynète de figures, cette petite pièce fait défiler plusieurs malades contaminés par la mode actuelle. Parmi ces malades figurent el Crítico et la Crítica, muy petimetres, dont les symptômes sont les nombreux gallicismes qui marquent leurs répliques2 et qui prouvent que leur jugement est faussé par les influences étrangères. Leurs thèmes de conversation sont le jeu et la toilette qui se doit d'être A la dernier parisién. Le même mal a atteint deux autres petimetres dont il est facile de diagnostiquer la maladie : l'énumération des très nombreux atours dictés par la mode française qui composent leur étouffante toilette, des plats français qui les régalent3 et leurs flatulences provoquées par un excès de café-boisson française par excellence-permettent rapidement aux officiers de justice de savoir qu'il est urgent de les emmener à l'hôpital. Ils seront d'ailleurs rejoints par d'autres victimes du même mal : un coiffeur et une couturière.

5Deux ans après ces deux saynètes, Ramón de la Cruz mit en scène une autre petite pièce, El petimetre, qui va fixer pour de nombreuses années les traits principaux de ce nouveau personnage. Si dans La petimetra en el tocador apparaissait déjà un petit-maître sous les traits de Don Felix, le saynétiste madrilène s'était limité à le caractériser par une montre et par son admiration pour la mode française. Dans El petimetre, Ramón de la Cruz décide d'exploiter davantage le personnage pour en dénoncer plus durement les principaux défauts. Par l'abondance d'informations données au metteur en scène, les didascalies de départ montrent que le personnage n'est pas encore un type, mais qu'il est en passe de le devenir :

El teatro representa la cámara de un caballero soltero, con unos taburetes, un tocador, una mesa con algunos libros y multitud de frasquitos, cajas, etc. Salen Tararira y el lacayo, uno con el vestido y un cepillo y otro con las ligas, peinador, etc., que colocan sobre alguna otra mesa ο silla.

  • 4 Ibid.
  • 5 Chaque fois qu'il se plonge dans son livre il répète : "Ro, ro, ro, ro, ro", "Como que reza entre (...)
  • 6 Don Soplado caractérise ainsi les livres : "Y sin algun sustancia / ni especial utilidad."
  • 7 "menos amor y más maulas ; / menos conceptos, más bulla ; / menos decoro, más labia..."
  • 8 "Este sujeto / ha ido a estudiar las ciencias / a las cortes. Trae secretos / para disimular pecas (...)

6Là encore, l'espace choisi, la présence d'un domestique ainsi que la désignation du personnage -caballero- indiquent le groupe social mis en scène. A cette indication s'ajoute la volonté de caractériser le personnage par des objets qui serviront la satire : la coiffeuse, les livres, les flacons et coffrets, les vêtements, la brosse, etc. De plus, ce personnage que Ramón de la Cruz a choisi d'appeler Don Soplado -trop soigneux, bouffi d'orgueil- entre en scène encore ébouriffé par le sommeil : "Sale don Soplado en bata, despeinado con cofia, esperezándose"4. La première préoccupation de ce petit-maître rejoint celle de son homologue féminin dans La petimetra en el tocador puisque, à peine éveillé, il demande si le perruquier est arrivé. Nous verrons ensuite comment le coiffeur est longtemps resté associé au personnage du petimetre. Dans la première partie de la saynète, l'auteur insiste sur l'obéissance ridicule de Don Soplado à la mode ; pendant le long passage où celui-ci se fait coiffer par le perruquier, il entrecoupe sa lecture pour le moins superficielle5 d'une kyrielle de commérages et de remarques sur sa toilette, insistant d'ailleurs pour que l'on sache que celle-ci provient de France ; arrive ensuite son ami l'abbé, qui revient d'un très long séjour à Paris. Pendant qu'on applique poudre et pommade sur la tête de Don Soplado, l'abbé se réjouit de constater que les coutumes françaises ont enfin traversé les Pyrénées et "dégrossi" les Espagnols. Après avoir enfilé une culotte très étroite et une montre aux mille clochettes, imprégné plusieurs mouchoirs d'eau parfumée et pris son épée, il se dresse face à Don Modesto dont le seul nom suffit déjà à faire comprendre qu'il sera l'antithèse du petimetre ; en effet, Don Modesto raille la passion de Don Soplado pour la mode ; de plus, son goût pour la lecture et pour l'amour traditionnel contraste avec l'attitude de Don Soplado qui trouve les livres inutiles6 et conçoit de façon plus moderne l'amour7. En deuxième partie, Don Soplado rend visite aux filles du vieux Don Simplicio réduit à raccommoder ses bas car sa femme et sa fille préfèrent se livrer à des activités plus futiles. Si la vision de l'amour de Don Soplado n'est pas sans rappeler celle de l'amor al uso du galán du siècle précédent, et son goût pour la toilette celui du lindo, ce n'est pas cet aspect du personnage que les saynètes futures retiendront que l'on reproche au petit-maître au XVIIIe siècle, c'est son caractère efféminé et son inutilité. Il refuse certaines valeurs traditionnelles sur lesquelles s'est fondé l'honneur de l'Espagne et n'apparaît pas non plus comme l'avenir du pays. Il bafoue le sens des mots "science" et "nation"8 et ses ambitions sociales sont vaines :

-Don Modesto : ¿Υ qué es buen gusto ?
-Don Zoilo : Yo os lo diré : una fantasma
que como a los racionales
entes les anima el alma,
a los entes petimetres
anima invisibles para
que se esfuercen a salir
de las jerarquías bajas
de su especie, hasta ocupar
la sublime ; y se señalan
estos felices sujetos
ya en la hechura de las cajas
que llevan, ya en los relojes,
ya en la conducción gallarda
del aire, de la figura,
ya en la guarnición extraña
y colores del vestido ;
y, finalmente, en la gracia
inconcusa con que se hacen
preferir de las muchachas.

7Dans cette définition de l'abbé, Ramón de la Cruz désigne les petimetres comme des représentants d'une espèce à part, inspirés non pas par la raison -si chère au XVIIIe siècle- mais par une sorte d'épouvantail auquel ils s'identifient pour s'affirmer socialement ; ils ne sont pas les "felices sujetos" d'une nation pour laquelle ils travaillent, mais ceux du royaume de l'apparence et de l'inutile.

8Une définition comme celle donnée par l'abbé Zoilo, ainsi que les précisions apportées dans les didascalies, montrent bien que le type est en train de se former. En 1763, dans La civilización, saynète destinée à critiquer la "barbarie" des nouvelles coutumes, le terme petimetre était lui-même raillé :

Distingo : porque los cuatro
que vienen son ellos y ellas
de esta gente que se llama
ο Grand-tonta ο Petit-metra,
y pocas veces se avienen
con golillas ni bayetas.

9Ainsi, la présence du perruquier, ses multiples montres, ses perruques extravagantes, sa toilette à la française, les gallicismes qui tisseront parfois ses propos feront partie des éléments qui deviendront récurrents dans la mise en scène des petimetres.

10Il arrive que l'influence de la France se traduise autrement. Le chasseur de Las Foncarraleras (1769) est français, ainsi que le cirujano de El cochero y monsiur Corneta qui dit avoir quitté la France depuis trente ans. Le choix de la nationalité française dans ces trois cas n'est guère justifié puisqu'un simple étranger suffisait, l'un pour incarner un regard étranger sur le village de Foncarral et l'autre pour prolonger le suspense en racontant longuement sa vie dans son pays.

  • 9 "¿Quién ignora la francesa ?"
  • 10 "¡Que vivan los francesillos !"

11Le choix de la nationalité française est davantage justifié pour le cuisinier malhonnête de El cocinero (1769) puisque la France était déjà synonyme de gastronomie. Elle l'est également pour le quincaillier de El mercado del lugar (1761 ?) dont la présence au beau milieu d'un marché de village fait dire à une vendeuse qu'il reste bien peu d'Espagnols ne parlant pas français9. La connaissance courante du français est également soulignée dans Los musicos y danzantes (1775) où un rémouleur français et sa sœur se mêlent à des meuniers en chantant des chansons françaises. Acclamés par les villageois10, ils entraîneront ceux-ci dans leur sillage en leur faisant boire du bon vin français et en les faisant danser au lieu de travailler.

  • 11 Lorsque sa domestique l'appelle Madame Grodibú, voici ce qu'elle rétorque : "En cada tierra hay su (...)

12La présence de personnages français sert en fait le plus souvent à compléter la satire des petimetres. Dans La hostería del buen gusto (1773), l'hôtelier, sa domestique, ainsi que ses amis rémouleur et chaudronnier sont français ; ils représentent ici une façon d'être, celle des petimetres auxquels Ramón de la Cruz opposera les "majos". Le refus de la femme de l'hôtelier de se soumettre aux coutumes françaises est net11. Ramón de la Cruz prendra le parti des "majos" puisqu'il choisit, à la fin de la pièce, de révéler l'ancienne profession des amis de l'hôtelier, comme pour rappeler que, derrière cette prétendue élégance, ce "buen gusto" et ce dédain pour les majos qu'ils trouvent sales, se dissimulent deux simples artisans.

13Lorsque, dans Los novios espantados (1763), Monsieur Trictrac, tailleur, va et vient sans cesse pour apporter à ses clients la plus belle de ses coiffes ou les meilleures de ses plumes, ce n'est que pour mieux dénoncer l'intérêt abusif pour la toilette, c'est-à-dire pour l'apparence, de la classe moyenne espagnole qui accepte sans rechigner les prix élevés proposés par ce Français qui sait d'ailleurs que sa nationalité constitue un bon argument de vente. Les perruquiers, plus nombreux, ont la même fonction. Celui de Los hombres solos (1773) est nettement comique. Toujours au courant des dernières coiffures, les plus extravagantes soient-elles, il se targue de compter parmi ses clients les plus grandes personnalités de la ville :

(Hablando de tarabilla) A propó de complimán, madam la marquis de los Aquencos me ha prié de vu dir, quiell vus atand le soar à la comedi : ell é bien peñé, tre bien peñé ; mma foa, il nia pa de perruquié plus hereux que mua dans la cour, je peñé trua ducheses, cuatre comtes, marquis, é mil mil outres dames.

14Ce perruquier est surtout comique dans sa façon de s'exprimer grâce à la retranscription phonétique du français. L'usage excessif et injustifié de formules de courtoisie rendent ce moulin à paroles encore plus bouffon. Il finit d'ailleurs par recevoir une gifle d'une domestique qu'il désirait peigner.

15Donc, dans le théâtre mineur, nous pouvons noter que, d'une part, les Français sont toujours des personnages négatifs et que, d'autre part, la France s'exporte surtout par le biais des petimetres qui sont d'ailleurs presque toujours négatifs. Ridicules dans leur apparence extravagante, dans leur façon de parler, ils se livrent presque toujours à des activités inutiles telles que la préparation de leur toilette, des soirées ou des promenades au cours desquelles ils se pavanent. De plus, ils sont assez souvent associés à l'abbé ou au cortejo, autres personnages tout aussi négatifs. L'allusion à leur origine française est loin d'être systématique. Toutefois, même dix ans après la mise en scène des premiers petimetres, il est encore fait référence à leur origine comme le montre Soriano dans Las usías y las payas (1772), paysan déguisé en usίa :

Para lugares a mí
me gustan los de Francia.
-Qué Paris aquél, qué Londres,
qué Venecia, qué Alemania !
O, bon Diú !

16Il était essentiel, pour parfaire son imitation, d'utiliser quelques mots français et de souligner son amour de la France. Le comique de cette scène résidait autant dans le contraste entre la toilette et le personnage que dans son ignorance de la géographie. Presque vingt ans plus tard, les petimetres de La Fonda del Escorial (1790) ne laissaient pas entrevoir de véritable évolution dans la mise en scène de ces personnages, comme le montre la première didascalie : « A una parte estarán don Claudio en bata, y el peluquero peinándole ; a la otra, don Jorge, mui petimetre, ya vestido, tomando chocolate ; y el abate pasa sin hablar, haciendo cortesías ».

17La mise en scène initiale n'est pas sans rappeler celle de El Petimetre ou La petimetra en el tocador et les personnages qui entourent le petimetre restent les mêmes. Quant à la présentation de Doña Benigna, elle ridiculise encore l'allure de la petimetra : « Sale mui petimetra de basquiña y mantilla, peinada, reloxes, todo los más sobresaliente que pueda, doña Benigna ».

18Les petimetres étaient devenus à ce point des personnages comiques qu'ils étaient nécessaires à toute bonne pièce, comme le révèlent les saynètes dites de coutumes théátrales. En 1765, dans El pueblo quejoso, il est fait référence aux femmes qui jouent les petimetres et Ramón de la Cruz laisse s'exprimer les petimetres de l'orchestre et de la baignoire sur le théâtre de l'époque, sur les attentes du public, car ils sont représentatifs aussi bien d'une partie du public que des personnages habituellement mis en scène.

  • 12 "¿Pues qué ? ¿faltan en Madrid / asuntos para tragedias, / habiendo maridos pobres / y mujeres pet (...)

19Dans l'Introducción a Manolo (1769), Chinica affirmait qu'avec un mari pauvre et une femme petimetra, les sujets de tragédie ne manquaient pas12. Quatre ans plus tard, dans El poeta aburrido, ce même sujet est proposé par Don Justo dans un but moral. Un an auparavant, la peur du comédien Soriano de ne pas être à la hauteur pour interpréter tous les rôles comiques qu'on lui avait attribués inspire la saynète Soriano loco où Soriano est confronté à tous les personnages habituels qu'il parvient à imiter sans même changer de costume, juste en adoptant leur façon de parler ; parmi ceux-ci figure évidemment un petimetre face auquel il s'adapte verbalement :

Alon, sans fasón
A propó : voyé la letra
que vus avé ecri a Parí
fesan a Madamasella
parte de votre mariage.
¡O diable !

20En 1777, La feria de los poetas nous révèle que le comédien Vicente Sanchez Camas était à ce point habitué à jouer les "petimetres a lo parisién" que la comédienne Granadina finit par l'appeler "pastelón de macarrones con piernas". Enfin, en 1779, dans El diablo autor aburrido, le Diable qui remplace le directeur de la compagnie confie à celui-ci que la présence d'un danseur étranger contribue largement au succès d'une pièce ; le danseur qui intervient parle italien pour souligner l'influence de la culture musicale italienne, mais entre en scène "de petimetre afectado".

21La fréquence de ces petimetres chez Ramón de la Cruz fit que ses disciples se devaient de continuer à mettre en scène ces personnages pour satisfaire les attentes du public. C'est le cas de l'andalou Juan Ignacio González del Castillo qui commençait à peine à écrire -nous savons qu'il a écrit entre 1790 et 1800 mais nous ignorons la date précise de ses pièces- alors que le grand saynétiste madrilène était lui au sommet de sa gloire, et qui reprit ces personnages comiques.

  • 13 Laferia del puerto, La maja resuelta, El maestro de la tuna, El día de toros en Cádiz.
  • 14 El robo de la pupila, La mujer corregida.
  • 15 Los jugadores, La inocente Dorotea, Los literatos.
  • 16 La inocente Dorotea : "A los más se les va el alma / por esos petimetritos / que no estudian ni tr (...)

22Moins actifs que dans le théâtre de Ramón de la Cruz, les petimetres apparaissent dans la moitié des saynètes de González del Castillo. Moins cultivé, moins habile et original que son homologue madrilène, le saynétiste andalou va en quelque sorte "condenser" les caractéristiques des petimetres dans des situations peu originales qui reprennent grossièrement les arguments de son prédécesseur. Ils sont parfois confrontés au monde du majismo13, et incarnent surtout l'immoralité14 ou l'inutilité15. En tout cas, les reproches qui leur sont faits sont les mêmes que ceux que Ramón de la Cruz et l'élite ilustrada leur faisaient16. Le petimetre de Juan Ignacio González del Castillo courtise les femmes des autres, joue les cortejos, feint d'être riche, etc. Le petit monde de la petimetría est à ce point nuisible que dans El médico poeta, saynète de coutumes théátrales, il est question de mettre en scène des diables "vestidos de petimetras".

23Cette critique acerbe donne une dimension franchement caricaturale à ces personnages. Si les didascalies révèlent parfois une certaine neutralité a priori dans l'entrée en scène du personnage présent, simplement "de petimetre", il est des saynètes où González del Castillo insiste d'emblée sur sa volonté de le ridiculiser : ainsi, dans El robo de la pupila, "Sale Don Líquido, petimetre, andando a brinquitos". Ridicule par un nom qui le rend inconsistant, il apparaît donc associé à une gestuelle totalement grotesque ; par ailleurs, il est, quelques vers plus loin, traité de Don Jauja par le futur mari de celle qu'il courtise ! González del Castillo exploite cette dimension grotesque des petimetres au point, parfois, de ne plus les désigner comme tels ; ils sont alors confondus avec les figurones de la "comedia de figurón" du siècle précédent : dans El día de toros en Cádiz, une didascalie indique que "Salen Doña Blasa, figurona, y Don Lucio, lo mismo, extravagantes" et dans La feria del puerto, il est encore question d'une "vieja figurona". Ce caractère "afiguronado" est également évoqué dans cette didascalie extraite de Los jugadores :

Sale Don Marcos de militar ; el vestido, aunque no será de moda, tampoco será afiguronado ; el sombrero muy grande ; dos bucles colosales a cada lado, y muchos polvos ; dos cadenas de reloj muy largas ; las vueltas de la camisa le llegarán a las uñas ; en fin, de modo que aparente un petimetre de pueblo, en donde las modas andan atrasadas.

24Cette assimilation entre petimetre et "militar" apparaît également dans El marido desengañado où l'apothicaire entre en scène "de militar, con sombrero, gorro y bastón" et le médecin "de militar y con bastón". Le dictionnaire de Terreros dit : "Dícese también militar vulgarmente al que trae chupa, casaca, etc. ajustado al modo de los militares". Dans la présentation de Don Marcos, nous retrouvons les attributs typiques des petimetres, les boucles, les chaînes de montres et de breloques, les poudres. Le fait de préciser que ce personnage est démodé révèle déjà une certaine évolution de la petimetría dans la société de l'époque ; il semblerait que la mode ait totalement pénétré le monde rural et qu'elle ait commencé à disparaître en ville.

  • 17 "Es un oso, / con casacón y coleta. / ¡Qué bucles ! Vaya ; parecen / obuses. Con las cadenas / de (...)

25Toutefois, même si la mode semble avoir changé, les attributs utilisés par González del Castillo semblent ne présenter que quelques variantes par rapport aux saynètes de Ramón de la Cruz. Le saynétiste andalou a, par exemple, exagéré à l'extrême la fonction métonymique des attributs des petimetres. Parfois, le personnage n'est même pas présenté comme tel, seule la montre suffit à indiquer qui il est : dans El día de toros en Cádiz, Eusebio apparaît "mirando el reloj", de même que le vicomte dans La maja resuelta. Dans Los jugadores, la maja Tecla insiste de façon extrêmement ironique sur l'abondance des chaînes de montres qui constituent l'un des éléments essentiels de la toilette petimetra17. Le miroir fait également partie de la panoplie traditionnelle dont González del Castillo aime à exagérer la fonction. A peine Don Líquido est-il apparu qu'il sort le sien, décoiffé par l'abbé :"¡Hombre, hombre, que han chocado los dos bucles ! (Saca el espejo y se los compone)". Quant à ceux de La feria del puerto, ils sont à ce point aux antipodes des vaillants chevaliers d'antan qu'ils se battent à coups de miroir :

Tú me tratas de imperfecto,
so Arlequín, Mira, contempla
tu figura, que este espejo (Lo saca)
lo traigo en la faltriquera
para escarmiento de feos.

  • 18 "No lo haces por el sitio, / sino porque de una buena / bofetada no te arroje / al suelo la cabell (...)

26Bien souvent, les petimetres ne sont plus que des perruques enfarinées. Dans El maestro de la tuna, le majo Curro désigne Don Tadeo comme "el peluca" et dans El fin del pavo, Mariquita fait également référence à un petimetre en le traitant de "cacho de peluca". Le saynétiste andalou se plaît à insister sur le caractère artificiel de leur coiffure18 et fait de leur extravagance l'argument favori des majos qui les raillent :

  • 19 La boda del mundo nuevo. Désireux de s'encanailler, le Marquis de Los caballeros desairados dit au (...)

¿Pues cómo
se me ha de hacer el enredo
que llevan en las cabezas
las gachís. (...)
¿Y esto sufren las usías
por salir a los paseos
con la cabeza lo mismo
que una esponja ?19

  • 20 "Yo no sé cómo permite / que eso muebles cada día / vengan a amasar pasteles / en su cabeza."

27Le majo de Los caballeros desairados ne parle pas d'éponges mais de gáteaux pour désigner ces coiffures20. C'est ce qui explique que le perruquier, fidèle compagnon des petimetres soit comparé à un boulanger. Celui de El lugareño en Cádiz n'est plus qu'une caricature de ceux de Ramón de la Cruz. Il ne fait que courir de rendez-vous en rendez-vous, effrayant, à chacune de ses interventions, tous ceux qui se trouvent sur son passage :

Peluq. : Perdone usted.
¡Cuatro marchantes a un tiempo !
Vaya ; no puede
si no es un galgo un peluquero. (Vase)
Pedro : Me ha roto cinco costillas.
Pero ¡Jesùs ; cual me ha puesto
de harina ! Maldito sea !
Este ser un tahonero
que andará buscando al macho
por esas calles. Si vuelvo
a encontrarlo.

  • 21 "¡Vaya, vaya ; si parezca / una mula de tahona ! / Y que paguen en peluquero / las gachís." La bod (...)
  • 22 "Malditos sean los traques, / el sastre que los hilvana / y el tonto que se lo pone. [...] Los ext (...)

28La grande quantité de poudre blanche qui recouvre la perruque et qui fait l'objet de nombreuses railleries de la part des majos21 fait des petimetres des "hombres blancos", exclus de la caste des "morenos". Un autre élément de la panoplie vestimentaire, le frac, semble désormais le caractériser ; absent à notre connaissance de la toilette des petimetres de Ramón de la Cruz, il marque l'évolution d'une mode. Introduit en France en 1767, le terme frac n'apparaît pas a priori dans les dictionnaires espagnols, du XVIIIe siècle. Pourtant, Tadeo, le personnage de El letrado desengañado apparaît "con fraque" et dans son désir de s'encanailler, Don Juanito de El maestro de la tuna, refuse de porter ce type de vêtement étranger responsable de la disparition du vêtement traditionnel22. Dans Los jugadores, pour Tecla, il ne fait pas de doute que le frac caractérise le petimetre :

Yo he visto a un señor con fraque,
calzón ajustado, medias
de patente, con dos libras
de polvos en la cabeza,
dar un tremendo rebuzno.

  • 23 Juan Francisco FUENTES, "Moda y lenguaje en la crisis social del Antiguo Régimen", L'image de la F (...)

29Il est fait référence à plusieurs reprises au "calzón" des petimetres, rarement évoqué dans les pièces de Ramón de la Cruz. Le pantalon -introduit pourtant en Espagne vers 179023 et scandalisant les partisans du costume traditionnel- des sans-culottes qui a fini par s'imposer à la mode vestimentaire des classes supérieures françaises n'est évoqué à aucun moment dans les saynètes étudiées. Dans Los literatos, Juanito critique la corporation -il emploie le terme "gremio"- des petimetres en dénonçant la "máquina calzonaria". Le pantalon à la hussarde des muscadins français semble ne pas encore avoir été adopté par la classe moyenne espagnole. Ce vêtement était peut-être trop symbolique pour que les saynétistes en soulignent la nouveauté.

30Il n'est pas question ouvertement de l'infiltration de la mode française. D'après ce théâtre mineur, celle-ci semble avoir traversé les Pyrénées et faire désormais partie intégrante de la toilette d'une certaine classe sociale ; celle-ci est raillée, mais sans référence systématique au pays responsable de cette influence vestimentaire.

  • 24 Dans El liberal, le vieux tuteur de Clara sait qu'il devra danser des contredanses pour séduire ce (...)
  • 25 C'est ainsi que la maja Rafaela de La boda del nuevo mundo décrit le menuet : "Yo no entiendo / de (...)
  • 26 Javier FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, "Los primeras cafés en España (1758-1809) : nueva sociabilidad urbana (...)
  • 27 Le majo Andrés y fait allusion dans Los zapatos : "se enredó con el soldado / que vende por los ca (...)
  • 28 Ce mot n'est apparu qu'en 1788 dans le Dictionnaire de Terreras avec la définition suivante : "Jue (...)

31Finalement, il en est de même pour les lieux de sociabilité de ces petimetres. Hormis le salon, où au cours des saraos -soirées- les petimetres dansent la contredanse24 et le menuet25 sous le regard moqueur des majos, le café-venu directement de France-apparaît également comme le nouveau lieu de sociabilité que l'on associe aux petimetres. Déjà en 1778, Ramón de la Cruz l'avait choisi comme décor pour sa nouveauté dans El café extranjero, sans systématiser par la suite cette nouvelle coutume. D'après Javier Fernández Sebastián, les premiers cafés s'ouvrirent à Madrid vers 176026. Dans les saynètes de González del Castillo, leur évocation souvent rapide, mais plus régulière, suffit à révéler leur grande fréquentation par les petimetres27. Dans El café de Cádiz, il est un lieu d'action où vont pouvoir s'affronter usías et majos, le lieu de l'ignorance, où l'on lit des journaux étrangers sans les comprendre et un lieu de débauche où l'on perd de l'argent en jouant ; le jeu pratiqué est d'ailleurs lui aussi importé de France, même si cela n'est pas précisé, et il s'agit du billard28. Dans Los literatos, parmi les reproches qu'un homme de lettres fait à Lorenzo, le père de jeunes petimetras, le café apparaît une fois de plus comme un lieu fort critiquable :

Usted me ha pintado en ella/ como un padre descuidado./ ¿Y por qué ? ¿Porque permito que carguen tanto la mano/ mis ninas en el afeite,/ que hay día que si no saco/ los espejuelos no puedo/ conocerlas ; porque pago/ un maestro de boleras/ para que a fuerza de saltos,/ se libren de opilaciones ;/ porque parece mi estrado/ siempre un café, donde pasan/ las inocentes el rato,/ en medio de una caterva/ de incroyables, conversando/ sobre materias de honor/ en un nuevo castellano ?

  • 29 En Los caballeros desairados : "Matizados a la dernier" ; le voyageur de El maestro de la tuna bai (...)

32Comme son prédécesseur, González del Castillo dénonce ici la futilité des activités auxquelles se livrent quotidiennement les jeunes petimetres entre les mains desquels est sensé se trouver l'avenir de la nation. Leurs discussions sont superficielles et leurs préoccupations ne tournent qu'autour de la mode, de leur image sur laquelle repose leur honneur. Ces thèmes de conversation justifient également ce nouveau castillan dont il est question dans la réplique du père ; les gallicismes s'infiltrent largement dans la langue espagnole, comme nous avions déjà pu le remarquer dans les saynètes de Ramón de la Cruz. González del Castillo n'a pas manqué, lui non plus, de souligner ce phénomène linguistique en retranscrivant phonétiquement des phrases ou des expressions en français29 ou en employant des termes français appartenant au registre de la mode.

33D'autres termes d'origine française se sont infiltrés dans la langue de González del Castillo et concernent directement le monde de la petimetría, ce qui traduit une évolution des termes désignant ces personnages. Ainsi, González del Castillo les désigne-t-il dans la réplique du père par le terme "incroyables", terme qui désignait, en 1795, les jeunes gens qui sous le Directoire affichaient une recherche extravagante dans leur mise et leur langage ; le comble de l'élégance était alors de paraître myopes, infirmes et contrefaits, leur costume semblant un défi au bon sens, visant au grotesque et à la caricature. Dans la saynète Los zapatos, un petimetre est également traité de "futraque", terme qui selon le Corominas viendrait de "foutriquet" ("personnage remuant, intriguant", "freluquet", "blanc-bec qui se pavane", "petit homme remuant et prétentieux"), lui même dérivé de "foutre" comme "jean-foutre", personne sans dignité ; foutriquet aurait donc donné "futreque", puis "futraque", par influence du synonyme "fraque" ; c'est celui qui portait cette veste, "el futraque", qui aurait donné le nom à la veste.

  • 30 "Ha insultado el currutaquismo."

34Il est également question à plusieurs reprises du terme currutaco au lieu de petimetre. Dans La casa de vecindad, Andrés l'aveugle vend une "Ordenanza currutaca" ; dans La mujer corregida, le comte fait également référence à des ordenanzas écrites par des currutacos sur le thème des cortejos. Quant à Juanito dans Los literatos, il regrette les critiques dont est victime le currutaquismo30. La cohabitation de termes aussi différents qu'"incroyables" et currutaco est intéressante, car si le premier indique la persistance de l'influence française sur la manière d'être de ce groupe social, en revanche le second révèle une hispanisation totale du phénomène ; en effet, currutaco serait le résultat d'un croisement entre curro ("majo afectado en los movimientos ο en el vestir") et retaco ("rechoncho, de corta estatura"). Ce croisement est pour le moins surprenant, puisqu'il associe le petimetre à celui qui toujours fut son antithèse, le majo. Peut-être cela s'explique-t-il par l'encanaillement des gens de la classe moyenne que le peuple aurait ridiculisé en accolant à curro un suffixe négatif. Avant, le petimetre était un petit-maître ; il semble devenir progressivement un petit majo. Quoi qu'il en soit, le premier terme corrompt toujours le second.

35Dans le théâtre mineur de la seconde moitié du XVIIIe siècle, que l'on considère comme un instrument pédagogique de la plus haute importance, le petimetre -plus encore que la petimetra, surtout chez González del Castillo-, est donc un personnage récurrent. La satire dont il est l'objet satisfait les censeurs et fait rire ou sourire le public qui l'attend à chaque lever de rideau. Le sentiment plus nettement gallophobe que véhicule la tonadilla contribue grandement au succès de ce personnage ridicule. Ce type-ainsi que tous les autres-participe à la construction d'une identité culturelle que revendique l'Espagne d'alors, et qu'elle soigne. L'élite considère qu'il est nuisible à l'image du théâtre national tout en acceptant sa présence comme contre-modèle culturel. Il est en tout cas nécessaire au binôme majo-petimetre grâce auquel le majo peut s'ériger en fervent représentant de l'identité nationale. L'assimilation de la pensée française va a priori de pair avec un rejet des coutumes françaises. En fait, le personnage du petimetre cristallise plusieurs préoccupations. L'une est que l'invasion de la mode et de la culture françaises met en danger l'identité culturelle espagnole. Or, si l'origine française du petimetre n'est pas toujours précisée au théâtre, c'est que ce personnage qui caricature l'étranger représente également le bouffon, l'autre grâce auquel, par élimination, le public espagnol doit se constituer une identité.

Notes

1 "Lo que antes estaba errado,/ luego que le han dicho a usted/ que en París usan llevarlo/ le parece bien."
"¡Qué invenciones/ para sacar el dinero/ y dejarnos sin calzones/ encuentran los extranjeros."

2 "bien que me es indiferente", "remarcable", "a la desgasé", "plesanterías", "meprisable", etc.

3 "Yo jamás tomo puchero / a la española, sino fricandó, tal cual relleno, fricasé, cremas, compotas / y licores extranjeros."

4 Ibid.

5 Chaque fois qu'il se plonge dans son livre il répète : "Ro, ro, ro, ro, ro", "Como que reza entre dientes".

6 Don Soplado caractérise ainsi les livres : "Y sin algun sustancia / ni especial utilidad."

7 "menos amor y más maulas ; / menos conceptos, más bulla ; / menos decoro, más labia..."

8 "Este sujeto / ha ido a estudiar las ciencias / a las cortes. Trae secretos / para disimular pecas / del rostro, limpiar blondinas, / quitar manchas, lavar medias / y otros grandes intereses / de la nación."

9 "¿Quién ignora la francesa ?"

10 "¡Que vivan los francesillos !"

11 Lorsque sa domestique l'appelle Madame Grodibú, voici ce qu'elle rétorque : "En cada tierra hay su estilo ; / ya he dicho qué nombre tengo, / y me llamo Catalina / Leonarda de San Tadea, / nacida y criada en la / mesma calle de San Pedro / la baja, y por más señas / hija de un real tabernero ; / y si en Francia se conocen / las mugeres pour el mesmo / apellido del marido, guardamos el nuestro / cada una : ο al revés / en hallando en un paseo / al marido de Marica / ο de Teresa, solemos / decir : mira dónde van / el Marico, ο el Tereso."

12 "¿Pues qué ? ¿faltan en Madrid / asuntos para tragedias, / habiendo maridos pobres / y mujeres petimetras / para exponer caracteres de compasión..."

13 Laferia del puerto, La maja resuelta, El maestro de la tuna, El día de toros en Cádiz.

14 El robo de la pupila, La mujer corregida.

15 Los jugadores, La inocente Dorotea, Los literatos.

16 La inocente Dorotea : "A los más se les va el alma / por esos petimetritos / que no estudian ni trabajan / más que en intentar adornos / para ocultar muchas lacras / como fuentes y apostemas / (adquiridas ο heredadas)."

17 "Es un oso, / con casacón y coleta. / ¡Qué bucles ! Vaya ; parecen / obuses. Con las cadenas / de los relojes se puede / atar un perro de presa."

18 "No lo haces por el sitio, / sino porque de una buena / bofetada no te arroje / al suelo la cabellera / postiza, y saiga la luna / por la mañana en la feria."

19 La boda del mundo nuevo. Désireux de s'encanailler, le Marquis de Los caballeros desairados dit aussi : "La verdad ; a mí me hechiza / mil veces más una olla / de caracoles encima / de una cabeza. que cuantos / polvos, plumajes y cintas / se ponen las petimetras."

20 "Yo no sé cómo permite / que eso muebles cada día / vengan a amasar pasteles / en su cabeza."

21 "¡Vaya, vaya ; si parezca / una mula de tahona ! / Y que paguen en peluquero / las gachís." La boda del mundo nuevo.

22 "Malditos sean los traques, / el sastre que los hilvana / y el tonto que se lo pone. [...] Los extranjeros son causa / de que en Cádiz se aniquile / la majeza."

23 Juan Francisco FUENTES, "Moda y lenguaje en la crisis social del Antiguo Régimen", L'image de la France en Espagne pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, P.S.N., 1996, p. 90.

24 Dans El liberal, le vieux tuteur de Clara sait qu'il devra danser des contredanses pour séduire celle-ci. Le vicomte de La maja resuelta préfère danser un menuet plutôt qu'une contredanse. En revanche, dans El baile desgraciado y el maestro Pezuña, lors d'une soirée on danse la contredanse. Le terme "contredanse" apparaît dans le Diccionario de Autoridades : "Cierto género de baile nuevamente introducido, que se executa entre seis, ocho u más personas, formando diferentes figuras y movimientos. Viene del francés."

25 C'est ainsi que la maja Rafaela de La boda del nuevo mundo décrit le menuet : "Yo no entiendo / de arrastraderos de pies ; / mándeme poner el cuerpo / como la sota de bastos / y ver cuál la meneo." Le terme menuet (avec des variantes orthographiques) n'apparaît pas dans les Dictionnaires du XVIIIe siècle.

26 Javier FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, "Los primeras cafés en España (1758-1809) : nueva sociabilidad urbana y lugares de afrancesamiento". L'image de la France en Espagne pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, P.S.N., 1996, p. 65.

27 Le majo Andrés y fait allusion dans Los zapatos : "se enredó con el soldado / que vende por los cafés / cuchillitos y esos palos / con que se rascan los dientes / los Usias."
Dans El médico poeta. Don Antonio veut rapidement passer au café pour chercher des cigares : "Nos llegaremos primera / al café por dos docenas / de cigarros de la Habana / que encargué a un amigo."

28 Ce mot n'est apparu qu'en 1788 dans le Dictionnaire de Terreras avec la définition suivante : "Juego propio sobretodo de extranjeros".

29 En Los caballeros desairados : "Matizados a la dernier" ; le voyageur de El maestro de la tuna baise la main de Doña Paula, appliquant les préceptes de la courtoisie française et disant chaque fois : "Votre servitor, madama." Ce sont également des formules de politesse à la française qu'emploie Don Líquido dans El robo de la pupila : "Sanfasón. Adieu, Madama." Quant au comte de La mujer corregida, il s'exclame "¡Oh ciel !".

30 "Ha insultado el currutaquismo."

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540