Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miguel de Unamuno

 | 
Carlos Serrano

Résumés

Texte intégral

I. Unamuno entre marxisme et agrarisme

1L’évolution de la pensée politique du jeune Unamuno au cours des années 1890 est analysée sous l’angle des rapports ambigus, voire conflictuels, que celui-ci entretient avec le marxisme et le PSOE. Le socialisme unamunien se nourrit d’une réflexion sur la question agraire qui, à l’inverse de Marx, fait de la rente l’origine du capital et tend à convertir les masses paysannes en protagonistes de l’histoire. Cet agrarisme fondamental dont les contradictions trouvent leur expression idéologique dans la théorie de l’intrahistoire s’inscrit dans le contexte de la profonde crise structurelle que traverse l’agriculture espagnole dans le dernier quart du XIXe siècle.

II. Unamuno y El Nervión de Bilbao (1893-1895)

2Au début des années 1890, Unamuno collabore plus ou moins régulièrement au journal El Nervión, fondé à Bilbao par Sabino de Goicochea. L’étude de quelques unes de ses contributions apporte des éclairages nouveaux sur son œuvre de jeunesse, dans les domaines poétique et politique. Un relevé systématique de cette production entre 1891 et 1895 figure en appendice.

III. Exóristo vs X. Unamuno/Alzola et l’Ensanche de Bilbao en 1893

3A l’occasion des élections municipales de 1893, un vif débat oppose Unamuno à Pablo de Alzola, co-auteur du plan de l’ensanche de Bilbao et ancien maire de la ville. Le premier, dans une approche socialisante teintée d’agrarisme, dénonce la vanité des projets de travaux publics prônés par l’oligarchie locale, tandis que son adversaire, porte-parole de la bourgeoisie, prend la défense d’une politique de développement urbain dont il est pour une large part l’instigateur. L’analyse de cette polémique permet de montrer les termes contradictoires à travers lesquels sont appréhendées alors les mutations de la société espagnole de la fin du XIXe siècle

IV. Entre Herder y Rousseau. El Unamuno de En torno al casticismo

4Il s’agit de mettre en évidence, en les réévaluant en fonction du contexte historique, les contradictions idéologiques latentes sur lesquelles se fonde le concept de « Peuple » dans les essais réunis sous le titre de En torno al casticismo qui se réclament à la fois de la théorie allemande du Volksgeit et de la doctrine rousseauiste du contrat social.

V. Unamuno anti-patriote. Crise coloniale et modernité (1895-1898)

5Dès 1895, Unamuno, qui vient d’adhérer au Parti socialiste, dénonce avec virulence la guerre coloniale et prône l’abandon de Cuba, y compris par le biais d’une intervention nord-américaine. L’étude de sa production journalistique pendant toute la durée du conflit permet de suivre le développement de sa réflexion historico-économique sur la question de la patrie et son engagement internationaliste dans une période tendue où se conjuguent la répression anti-ouvrière et l’exaltation délibérée du sentiment national.

VI. Hacia la reforma agraria. Maeztu, Unamuno y la meseta castellana (1898-1899)

6La controverse qui s’engage entre Maeztu et Unamuno sur la question du retard économique de la Castille est étroitement liée au développement du mouvement régénérationiste de la fin du siècle. L’analyse de leurs divergences théoriques permet d’apprécier la part de l’héritage costien dans la pensée d’Unamuno et le rôle précurseur de ce dernier en matière de réforme agraire.

VII. Miguel de Unamuno y Fernando Ortiz. Un caso de regeneracionismo trasatlántico

7La correspondance de Fernando Ortiz avec Unamuno, entre 1906 et 1911, témoigne de l’influence que ce dernier a exercée sur l’auteur de Entre Cubanos dans sa réflexion sur l’identité culturelle de la jeune nation cubaine. Les sept lettres conservées à la Casa-Museo de Salamanque sont reproduites en appendice.

VIII. Un documento por partida doble. Unamuno y Valle-Inclán después de octubre del 34

8Les messages échangés entre les deux écrivains à l’occasion de la répression du mouvement révolutionnaire de 1934 permettent de cerner, sous l’apparence d’une prise de position commune, la dualité de leur engagement. Les deux lettres conservées à la Casa-Museo de Salamanque sont reproduites en appendice.

IX. Sobre Unamuno traductor

9Cette facette relativement méconnue de l’activité d’Unamuno entre 1893 et 1900 est révélatrice non seulement des difficultés économiques auxquelles celui-ci est confronté, mais aussi de ses préoccupations intellectuelles du moment.

X. Prehistoria poética de Miguel de Unamuno

10En 1893, El Nervión publie l’un des premiers témoignages de l’activité poétique d’Unamuno : la traduction, sous le titre de « La Retama », du poème de Leopardi, « La Ginestra ». L’étude des variantes successives de ce texte permet de dégager certains aspects de sa théorie poétique, tout en rectifiant quelques erreurs d’édition.

XI. Paz en la guerra ou l’histoire impossible

11Par sa thématique (la seconde guerre carliste) et ses perspectives agraristes, Paz en la guerra marque une rupture avec le modèle traditionnel du roman historique espagnol, en même temps qu’il contient en puissance la philosophie de l’irrationalité de l’histoire, développée plus tard par son auteur.

XII. Le passage à l’autobiographie chez Unamuno. Autour de Recuerdos de Ninezy de mocedad (1908)

12La comparaison entre une scène du roman Paz en la guerra et sa réécriture sous forme autobiographique dans Recuerdos de Ninez y de mocedad, quinze ans plus tard, met en évidence l’évolution idéologique d’Unamuno qui a renoncé à l’agrarisme.

XIII. Niebla de Miguel de Unamuno. Mélodrame existentiel, agonie-bouffe et crise de l’histoire

13Avec ce roman universaliste qui cherche à saisir l’essence de l’homme pardelà les circonstances historiques, Unamuno remet en cause les fondements littéraires et idéologiques de sa production romanesque antérieure.

XIV. Duplicaciones y duplicidades. Unamuno autor de Pierre Ménard

14La stratégie narrative mise en œuvre par Borges dans Pierre Ménard est interprétée à la lumière de l’expérience unamunienne de réécriture du Quijote.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540