Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miguel de Unamuno

 | 
Carlos Serrano

III. Exóristo vs Χ

Unamuno/Alzola et l’Ensanche de Bilbao en 1893

Résumé

A l’occasion des élections municipales de 1893, un vif débat oppose Unamuno à Pablo de Alzola, co-auteur du plan de l’ensanche de Bilbao et ancien maire de la ville. Le premier, dans une approche socialisante teintée d’agrarisme, dénonce la vanité des projets de travaux publics prônés par l’oligarchie locale, tandis que son adversaire, porte-parole de la bourgeoisie, prend la défense d’une politique de développement urbain dont il est pour une large part l’instigateur. L’analyse de cette polémique permet de montrer les termes contradictoires à travers lesquels sont appréhendées alors les mutations de la société espagnole de la fin du XIXe siècle

Note de l’éditeur

Ce texte est la version intégrale de l’article publié sous le même titre dans La ville dans le monde ibérique et ibéro-américain. (Espace – Pouvoir – Mémoire), Jean-Pierre CLÉMENT et Anne-Marie CAPDEBOSC (éds), actes du XXVIIe congrès de la Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, Poitiers, 24-26 mars 1995. Poitiers. UFR Langues Littératures [La licorne, 34], 1995, pp. 117-126.

Texte intégral

  • 1 UNAMUNO, Política y filosofía (artículos recuperados, 1886-1924), Diego NÚÑEZ y Pedro RIVAS (eds.) (...)
  • 2 Bilbao, tip. de la Viuda de E. Calle, 1893, 104 p. L’auteur y a adjoint, collés, les articles orig (...)
  • 3 Pour une description d’ensemble des collaborations d’Unamuno au Nervión et la chronologie de ces a (...)

1Selon Alzola, qui fut maire de la ville en 1877, puis président de la Diputación de Biscaye, à partir de 1886, Bilbao était passé, en chiffres ronds, de moins de 35 000 habitants, en 1878, à plus de 70 000 habitants, en 1893 : en à peine un quart de siècle, la capitale basque vit ainsi sa population plus que doubler. Un phénomène de pareille ampleur ne pouvait laisser personne indifférent et devait nécessairement susciter le débat. Celui-ci prit des formes variées et, en particulier, celle d’une polémique qui, à l’occasion des élections municipales de 1893, opposa, sous les pseudonymes respectifs d’Exóristo et de X, Unamuno à Pablo de Alzola, à travers les colonnes du Nervión, pour le premier, et de l’organe républicain centraliste La República, pour le second. Une partie des interventions d’Unamuno, jusqu’ici encore inédites et donc difficilement accessibles ailleurs que dans les colonnes du journal basque, ont été récemment publiées1 ; celles d’Alzola, pour leur part, un peu retouchées pour l’occasion, firent l’objet d’une publication sous la forme d’une brochure, La cuestión del Ensanche – Artículos del Sr. X en contestación al Sr. Exóristo, consultable à la Bibliothèque Nationale de Madrid2. C’est sur ce petit corpus que je voudrais revenir, le temps de cette communication3.

  • 4 Voir notamment, ALZOLA, ACHÚCARRO, HOFFMEYER, Memoria del Proyecto de Ensanche de Bilbao, (Introdu (...)

2C’est Unamuno qui avait ouvert le feu, sans viser toutefois un aussi redoutable adversaire que Pablo de Alzola, ingénieur et co-auteur du plan général de l’ensanche de Bilbao adopté en 1876 et qui avait fourni encore le canevas général du développement de la ville depuis lors4. Le 28 février 1893, le futur recteur de Salamanque s’en était pris, sur le ton de l’ironie et sous la forme d’une lettre adressée au directeur du journal, à tous ceux qui, « au nom de don Victor » [Chávarri], postulaient à la mairie de Bilbao et promettaient monts et merveilles à leurs concitoyens et notamment une politique de travaux publics qu’Unamuno, se faisant ironiquement leur porte-parole, résumait ainsi :

Nos hacen falta muchas cosas, nos hace falta un gran Palacio de cristal como el que tiene Londres, porque no hemos de ser menos, para instalar en él una exposición permanente de los productos de nuestra industria; nos hacen falta museos como los de Paris, Florencia, etc., etc.; nos hace falta un gran jardin botánico; tenemos, en fin, que acometer reformas que pongan a Bilbao a la altura de las primeras capitales de Europa, porque si no cómo dormiremos tranquilos? («La candidatura del trabajo», 28-11-1893).

3Tous ces grands projets, estimait alors Unamuno, ne répondaient à aucun besoin réel des citoyens ; ils n’étaient que le fruit de la folie des grandeurs de ceux qui voyaient dans la capitale de la Biscaye une « ville plus yankee qu’espagnole » (más [...] villa yankee que española) et qui comptaient bien tirer profit, économique autant que politique, de toutes ces opérations d’agrandissement et de pseudo-embellissement de la ville. Un parc ? La belle affaire : à qui donc allait servir un parc ? Et Unamuno répondait, cinglant : « Nos servirá a todos de lugar a donde vayamos a hacer digestión de la gallina con que diariamente nos regalará don Victor. Y además para qué son los coches de lujo ? » (ibid.).

4Les tenants de ces travaux cyclopéens, comme les qualifiait au passage Unamuno, avançaient pourtant un argument : ces travaux seraient bénéfiques pour l’emploi, et c’est la raison pour laquelle Unamuno avait intitulé, presque par antiphrase, son article « La candidatura del trabajo ». En effet, il s’efforce de démontrer ce qu’il y a de fallacieux, voire de nuisible, dans cette présentation intéressée des choses : il est artificiel et, parce qu’artificiel, vain de faire faire des travaux qui n’ont d’autre utilité que de fournir du travail, affirme Unamuno qui, sarcastique, commente alors : « Es cosa sabida que el mejor medio que tiene un municipio de dar de corner al pobre es ordenar que unos vayan desencachando las calles para que otros ganen jornal volviéndolas a encachar ». Politique d’apparences et de l’artifice, qui est aussi une politique néfaste, mais dont il attribue à ses adversaires la défense en ces termes :

La utilidad final de una obra [...] se ha de estimar no por la utilidad de lo producido y por si vale lo que cuesta, sino por el trabajo que proporciona, pues eso de que el trabajo que no vale lo que cuesta es quitarle a uno con una mano lo que se da con la otra son sofismas de que ha inficcionado la economía política la plaga del socialismo, con la que acabarán el inmaculado sufragio universal y los derechos individuales.

5En fait, la campagne électorale de 1893 est l’occasion pour Unamuno d’entrer dans la politique concrète et d’y mettre à l’épreuve ses relativement nouvelles convictions sociales, nourries de lectures encore récentes, mais décisives. On l’y voit tenter d’appliquer au cas qu’il connaît le mieux – et qui, d’une certaine façon, semblait s’y prêter le mieux, celui de Bilbao précisément – ses connaissances économiques, qui sentent légèrement le soufre et ont comme une teinte contestataire et moderniste. Pour l’Unamuno-Exóristo du moment, en effet, les grands travaux annoncés, outre le fait d’être inutiles par rapport aux besoins des citoyens, vont avoir pour résultat d’augmenter le coût de la vie et, en attirant de la main d’œuvre extérieure, de faire croître démesurément la population de la ville, au détriment du niveau de vie des plus humbles. Toujours sur le mode de l’antiphrase, il résume ainsi sa position sur ce point :

Ya sé que me dirán ustedes que [...] encarecerá la vida en Bilbao, ya sé que me dirán que si hoy viven ahí 4 000 obreros ganando 4 y gastando 4, entonces acudirán de fuera al aumento de trabajo y como el jornal medio no subirá y les costará la vida más, en vez de 4 000 que ganan 4 y gastan los 4, serán 80 000 (o millones ¡quién sabe! tan colosales pueden ser los proyectos) que ganen 4 y gasten 6.

6Mais l’interlocuteur supposé d’Exôristo rejette alors toutes ces considérations d’un revers de main, comme autant de « sophismes avec lesquels Karl Marx et d’autres ont trompé les pauvres ouvriers » (sofismas con que Carlo Marx y otros engañaron a los pobres obreros). La référence est claire : Unamuno entend bien dénoncer la politique des clans au pouvoir, en tant que politique d’une oligarchie qu’il s’efforce de caractériser depuis des positions théoriques qui le rapprochent du socialisme. C’est ce qui explique, bien sûr, la mention du nom de Marx dans la citation précédente, bien qu’en réalité ce soient surtout les autres, qu’il évoque anonymement, qui comptent alors vraiment pour lui : le Nord-américain Henry George, avec son livre Progress and Poverty (qui paraît en espagnol, justement en 1893, mais qu’Unamuno a dû lire dans l’édition anglaise de 1890, dont un exemplaire, abondamment annoté de sa main, se conserve dans ce qui fut sa bibliothèque) ou Aquiles Loria, « l’éminent économiste italien », auxquels il renvoie son interlocuteur quelques semaines plus tard avec l’article « El Bilbao del porvenir – Continuación del debate con el Sr. X » (25-IV-1893). Il se heurtera, toutefois, aux réponses circonstanciées, et elles aussi polémiques, d’un Alzola qui entend prendre la défense d’une politique de développement urbain dont il est pour une très large part l’instigateur depuis un quart de siècle et qu’il a été directement chargé de mettre en œuvre comme responsable municipal ou à la tête de la Diputación.

7Au fond, les références théoriques d’Unamuno dans ce débat montrent bien que pour lui, plus ou moins sous-jacente, une question dominait les autres dans le domaine économique et social : celle de la rente et des apparents paradoxes de son évolution, que tentait de déchiffrer précisément George, à la suite de Ricardo. Au demeurant, Unamuno a alors une approche particulière du capitalisme qu’il semble réduire à sa dimension spéculative : la politique d’achat de terrains par la municipalité n’était-elle pas tout simplement due à la volonté de donner une valeur fictive aux biens des propriétaires et à la crainte de ces derniers qu’une éventuelle dépréciation ultérieure ne vienne diminuer leurs profits, se demande-t-il, par exemple (« A mi amigo X, el de La República », 2-IV-1893) ? Un peu plus tard, il précise son analyse :

[La malicia] puede achacar el apresuramiento a endosar los tales terrenos cuanto antes a la villa al temor de que sufran una depreciación de aquí a algún tiempo, depreciación que podría venir tanto de que el aumento de población no llegue a ser el que una precipitada inducción hace suponer como del aumento mismo, pues creemos (perdónenos el señor X si decimos una atrocidad económica) que la tal depreciación puede muy bien derivar del crecimiento mismo de la población y de la extensión de la urbanización de la villa («Lo que hay en lo de la urbanización», 20-IV-1893).

8Alzola réfutera l’argument : personne ne s’est présenté pour vendre du terrain à la municipalité, lors d’une récente offre d’achat, souligne-t-il, voulant voir, dans cette abstention, le signe que, contrairement à ce qu’affirmait Unamuno, la politique municipale n’était nullement réductible à une politique des propriétaires (Alzola, op. cit., p. 50). Le président de la Diputación, en fait, réaffirmait à cette occasion ses convictions interventionnistes, qui attribuaient à l’État et aux institutions publiques un rôle central dans le développement des infrastructures et de ce qu’aujourd’hui on appellerait l’équipement dont, au demeurant, il se fera quelques années plus tard l’historien (Historia de las obras públicas en España, 1899). Avec ce débat Exóristo-X, on assiste donc, alors, à un très curieux chassé-croisé : le porte-parole de la bourgeoisie, le tenant du capitalisme basque, le « libéral » Alzola, et l’universitaire contestataire, le socialisant Unamuno, jouent à contre-rôles. Le dernier, soupçonneux, invite, en effet, les pouvoirs publics locaux à intervenir le moins possible, laissant la ville croître au « rythme naturel des choses qu’il est impossible d’arrêter, mais aussi imprudent d’accélérer » (« La voluntad de Bilbao », 4-IV-1893), et paraît ainsi plaider pour le laisser-faire économique, tandis que le premier se prononce pour une présence active de la municipalité dans le développement urbain :

No es admisible la teoría de que la actividad individual se basta y sobra para impulsar el desenvolvimiento de las poblaciones, que harto ha hecho aquí construyendo las calles y si se reclamase de la misma la ejecución de las plazas y edificios públicos, habría que jubilar el organismo municipal por caduco, aceptando como doctrina salvadora la propaganda anarquista (Alzola, op. cit., p. 15).

9Ne pas intervenir, dit encore Alzola, reviendrait pour la municipalité à réduire « l’action publique au rôle d’inspecteur des travaux réalisés par les particuliers et à contempler leur développement avec une passivité tout orientale » (Alzola, op. cit., p. 15), alors que pour Unamuno la puissance publique ne doit avoir d’autre rôle que de créer les conditions du développement et de garantir son crédit. « Les progrès du travail sont lents, mais constants et féconds », affirme alors Unamuno qui, une des premières fois à ma connaissance, utilise ici une métaphore qui lui deviendra chère par la suite et qu’il reprendra notamment dans ses essais de En torno al casticismo, deux ans plus tard :

La gota de agua de la lluvia [...], la labor pacienzuda y oscura de las madréporas, han hecho mucho más por la transformación de esta corteza de tierra en que vivimos los hombres que los terremotos, las erupciones volcánicas y las más tremendas sacudidas («A mi amigo X, el de La República», 2-IV-1893; c’est moi qui souligne).

10« Bilbao se développera si elle doit se développer », écrit-il (« La urbanización », 4-IV-1893) ; et l’initiative privée y pourvoira au fur et à mesure de l’augmentation de la population, le rôle de la municipalité devant se soucier seulement du « développement des services publics et de la police et de les faire arriver jusqu’aux nouveaux quartiers (las partes ensanchadas) » ; tout le reste n’est que « protection », comme il l’écrit le 20 avril (« Lo que hay en lo de la urbanización ») :

Si la iniciativa particular, tan poderosa en Bilbao, ha dado impulso al ensanche de la villa, ha sido porque en ello estaba interesado su legítimo deseo de interés y lucro, y como no se trata de un sacrifïcio en que por servir a la comunidad se perjudique al individuo, no vemos la necesidad de protección porque, en fin de cuenta, lo que el señor X pide es protección para los ensanchistas.

11Et il insiste sur ce point : « El senor X saca a relucir la propaganda anarquista y [...] a mí [esta palabra] me asusta mucho menos que la palabra proteccionismo ».

12Face aux répliques, abondamment chiffrées et documentées d’Alzola, Unamuno concèdera pourtant, malgré ses préventions contre toutes les formes de « protectionnisme », que l’ensanche de Bilbao pouvait bénéficier d’un certain appui public. Mais il précisera qu’à ses yeux, celui-ci devait se limiter au cadre financier strict que prévoyait la loi générale sur les ensanches, telle qu’elle avait été, d’ailleurs, appliquée à Barcelone et à Madrid, soupçonnant précisément les caciques de Bilbao de vouloir la tourner en jouant sur les spécificités fiscales de la Biscaye et du concierto ecónomico (« Lo que hay en lo de la urbanización – III », 23-IV-1893). De fait, tout au long de ce débat, et fidèle en cela aux leçons de George, Unamuno attribuait, plus ou moins explicitement, un rôle central à la rente dans la formation du capital, ce qui le conduisait inévitablement à une analyse bipolaire, dans laquelle s’opposaient intérêts privés, ceux des propietarios, et intérêt collectif, celui des vecinos. Il résume parfaitement sa position sur ce point, le 15 avril 1893, lorsqu’il publie, dans El Nervión, l’article « El Bilbao del porvenir – Continuación del debate con el Sr. X » où l’on peut lire notamment ces lignes :

El señor X sabe tan bien como yo que una ciudad es para sus vecinos; que éstos no son precisamente los propietarios [...]. Hay que ver si esa brillante y fantasmagórica vía de progreso no enriquece a los propietarios a costa de los vecinos; hay que ver si todo ese esplendor de parques, museos, palacios, edificios suntuosos, no ha de encarecer la vida, aunque asegure y eleve el valor de las rentas y de los terrenos.

  • 5 C. SERRANO, « Unamuno entre marxisme et agrarisme », La Pensée, 201, 1978, pp. 136-157.

13On le voit, dans ces articles précoces d’Unamuno, on trouve déjà, mais appliqués ici parfois de façon un peu forcée à la question urbaine, tous les fondements de ce que sera son futur « socialisme » dans lequel, pour ma part, j’ai cru reconnaître une importante composante agrariste5 : rôle axial de la propriété foncière, et donc de la rente, et prévention contre ce qu’il appelle, très tôt donc, le « protectionnisme » et qui vise, de fait, toutes les formes par lesquelles l’État perturbe, dans l’intérêt justement des propriétaires, les mécanismes « naturels » de l’économie. C’est chez Loria, en particulier, qu’il semble avoir puisé l’idée d’une « dépendance croissante de l’État vis-à-vis des classes détentrices de la richesse et de son impuissance à modifier un système économique dont il est la créature et l’esclave », comme il l’écrit le 25 avril (« El Bilbao del porvenir – Continuación del debate con el Sr. X »). Mais c’est surtout le « socialisme d’État », théorisé par Adolphe Wagner et appliqué en Allemagne par Bismarck, qui lui semble fournir l’exemple « en grand de ce qui pourrait bien arriver à Bilbao en petit » et qui montre, une fois de plus, combien son approche de la question urbaine est sous-tendue par un agrarisme latent :

La manifiesta parcialidad de la legislación alemana en favor de los propietarios de tierras y la ruina que tal parcialidad infligía a las clases trabajadoras, merced a sus tasas sobre cereales a fin de enriquecer a las grandes familias aristocráticas, ha llegado a demostrar cómo en Alemania el Estado [... J no es más que el representante de los omnipotentes terratenientes y solo al provecho de éstos se endereza su legislación (« El Bilbao del porvenir », 25-IV-1893 ; souligné dans le texte).

14Unamuno, au cours de ce printemps 1893, se voulait d’une certaine façon le porte-parole d’une certaine modernité théorique et économique. Pourtant, ses prises de positions ne manquaient pas d’ambiguïtés, qu’Alzola était trop avisé pour ne pas apercevoir. Sachant très bien qui se cachait derrière le curieux pseudonyme d’Exóristo, il ironisait sur son compte, déplorant qu’une personne aussi cultivée que lui se laisse entraîner par la routine et se montre aussi réfractaire aux nécessaires réformes, écrit-il d’emblée (Alzola, op. cit., p. 8). Les réserves, notamment celles concernant la capacité fiscale et financière de la ville, qu’exprimait le collaborateur du Nervión seraient sans doute justifiées – poursuit X – s’il s’agissait « de certaines villes décadentes de l’intérieur de l’Espagne » ; mais elles étaient dépourvues de tout fondement dans le cas de « villes aussi viriles que Bilbao » (no reza con poblaciones de la virilidad de Bilbao, op. cit., p. 9). Plus perfidement encore, il ajoute alors un peu plus tard à l’attention de son correspondant :

Ahora que los sabios tratan de atribuir [...] las diferencias regionales a circunstancias climatológicas y orográficas, podría quizás echar un cuarto de espadas para esplicar (sic) el fenómeno del transformismo de una inteligencia de vasto vuelo, que colocada en el ambiente favorable de esas ciudades americanas creadas por ensalmo y desenvueltas con vertiginosa rapidez, entonaría entusiastas himnos al progreso; y que siente, en cambio, sin apercibirse de ello, la influencia del medio en esas regiones petrificadas por letal decadencia, de iniciativas apagadas y entusiasmos muertos, en donde los más animosos para las tareas literarias y las especulaciones científicas se contaminan, sin sentirlo, de las tristezas y pesimismos del Kempis, en cuanto atañe al progreso material de los pueblos (op. cit., p. 49).

15Face donc à ces spéculations passéistes des intelligences contaminées par l’esprit délétère de l’intérieur, Alzola avance un argument de poids : « l’instinct populaire » ne s’y trompe pas et oriente les pas des émigrants non vers « les plaines de Castille ou de Badajoz » ( ?), mais bien vers « Ríotinto, Bilbao et ses alentours, Barcelone et toutes les villes où se trouvent des hommes entreprenants » ; et pour ce qui est de l’étranger, poursuit-il, « le demi-million d’habitants qui annuellement s’embarquent vers les États-Unis, qui est le pays le plus cher au monde et où l’on trouve ces capitaux fabuleux que regarde avec tant de méfiance [...] Exóristo, démontre qu’ils ne sont pas touchés par ce scepticisme que d’autres propagent face aux avantages du progrès moderne » (p. 79).

16Unamuno, bien sûr, se défendra d’être le porte-parole du passé et d’être influencé par « la décadence et pétrification du milieu dans lequel il vi[vai]t, cette citée perdue de Castille d’où il écri[vai]t » (« El Bilbao del porvenir », 25-IV-1893) ; ou de vouloir, à son tour, « pétrifier comme un fossile » la ville de Bilbao en s’opposant à son développement (« La Urbanización », 1-IV-1893). Reste pourtant qu’il y a dans ses articles du Nervión une touche de nostalgie, une tonalité de prévention face à l’extension de la ville moderne qui paraissent donner raison à Alzola. On sent parfois dans ses propos quelque chose comme le regret du « Bilbao pequeño », du « Bilbao chiquito » de quelques décennies antérieures, celui de son enfance peut-être, et du monde social harmonieux qui dominait alors :

Animoso era el Bilbao pequeño de mediados de siglo, pero aquel Bilbao chiquito, cuyo núcleo eran bien acomodados mercaderes, no conoció tantas jaulas de grillos con nombre de casas donde se almacenan obreros, no conocía las huelgas, no conocía el socialismo de los pobres [...]. El nervio, el verdadero nervio de esa hermosa actividad que en la historia ha desplegado nuestra villa estribaba en la repartición de la riqueza, en que no había como en otras partes tres ο cuatro potentados en un pueblo de gentes empobrecidas y esclavas [...], sino que todos tenían lo suficiente para vivir con desahogo y no lo sobrado para amodorrarse («El Bilbao del porvenir», 25-IV-1893).

17Petitesse, équilibre, répartition..., c’est à un véritable éloge de l’aurea mediocritas que paraît se livrer ici Unamuno, qui parle ailleurs de la nécessité d’une « prudente parcimonie » (« A mi amigo X », 2IV-1893) dans la politique municipale, qui s’opposerait au « progrès » inconsidéré dont son contradicteur serait le héraut :

El progreso, oh, el progreso! Todos le queremos y le queremos en nuestra villa. Todos vemos que el mundo marcha: pero vemos también que no pocas veces como el carro del dios indio, aplasta en su marcha, bajo sus ruedas, las cabezas de sus fieles («El Bilbao del porvenir», 25-IV-1893).

18Alzola ne s’y trompe pas et, face aux réticences un peu contournées d’Unamuno, il chante la nécessité des grandes avenues, donne l’exemple des villes américaines ou françaises et exalte les vertus hygiénistes des parcs urbains, du parc de Bilbao donc, dans lequel Exóristo croit trouver l’incarnation même de l’esprit des « propriétaires ». Allant plus loin, il s’en prend à l’archaïsme des positions d’Unamuno, dont l’érudition ne sert qu’à :

«demostrar los encantos y las sublimidades de la medianía y aun de la pobreza en que vivían nuestros antepasados; de aquellos felices tiempos en que la villa sostenía un solo maestro de primeras letras a quien le retribuía espléndidamente con un real diario y con seis cuartos a la maestra, y se entusiasma con el lirismo de A. Lamartine, que sonando, como poeta romántico de la época de los ojerosos melenudos, negaba las ventajas del progreso moderno» (Alzola, op. cit., p. 75).

19Il y a, certes, de la mauvaise foi dans ces propos d’Alzola, qui s’explique, notamment, par les circonstances mêmes de parution de ces textes : après tout, il s’agissait, à l’origine, d’un débat électoral ! Mais, par-delà cette dimension polémique, il me semble que X n’avait pas tout à fait tort d’attribuer à l’Unamuno d’alors, sous sa rhétorique moderniste, un fond sentimental d’attachement à un certain égalitarisme passéiste et, pour tout dire, pré-industriel. Et il l’identifiait bien lorsqu’il dénonçait les « élucubrations et les extravagances de L. Tolstoï » (ibid., p. 79) comme les fondements de ces théories – dangereuses, pour lui – selon lesquelles il ne devrait y avoir « ni riches ni pauvres » (ibid., p. 77). Face à des « rêveurs avides de justice », mais irréalistes comme Tolstoï et d’une certaine façon Unamuno, Alzola cite Carnegie, Gladstone, Zola même (ibid., p. 79), la Rerum novarum surtout (ibid., p. 93), se fait le chantre de la « légitimité du capital s’il est accumulé par des moyens licites et moraux » (ibid., p. 94) et de la concurrence, dont il fait l’éloge dans ces termes : « A la ley de la competencia debemos nuestro admirable desarrollo material [...] y si a veces resulta dura para el individuo, es buena para la especie, pues asegura la selección de los mejores en todos los órdenes » (ibid., p. 88).

  • 6 L. COUDROY de LILLE, L’« ensanche de población » en Espagne : invention d’une pratique d’aménageme (...)
  • 7 L. COUDROY de LILLE, op. cit., vol. 1, p. 6, soulignant le fait que l’ensanche est un ensemble com (...)

20Au bout du compte, l’intérêt de ces quelques documents apparemment circonstanciels, est de montrer les termes, contradictoires, parfois confus ou paradoxaux, à travers lesquels les hommes de la dernière décennie du XIXe siècle en Espagne tentaient d’appréhender les mutations de leur présent. Il y a chez Alzola, à côté des références politiques réactionnaires habituelles chez lui, l’élan véritable de l’entrepreneur, du bâtisseur moderne, l’enthousiasme face au développement industriel moderne, qui descendait en droite ligne de l’idéologie libérale, voire progressiste, qui avait animé, dès les premiers temps, les instigateurs de cette forme particulière de développement urbain qu’est l’ensanche espagnol, dont Laurent Coudroy de Lille, dans une passionnante thèse récemment soutenue, souligne l’originalité, idéologique autant que technique6. Unamuno, au contraire, a des réflexes conservateurs et semble faire preuve d’une méfiance un peu timorée face à une modernité dont les contours lui semblent menaçants et, dans le fond, il n’échappe pas à une approche réellement agrariste du phénomène urbain. Il n’empêche : son souci est de mettre l’accent sur les contreparties de ces mutations et, parfois un peu lourdement, de lever le voile pudique du discours libéral pour en révéler le prix, économique, bien sûr, et social et politique. D’une certaine façon, ce débat, tardif par rapport à la chronologie historique de la politique des ensanches7, est peut-être justement un des premiers symptômes de son épuisement idéologique. L’optimisme libéral et bourgeois d’une conquête rationnelle et maîtrisée d’un espace urbain mis à la disposition des clases medias triomphantes qu’avaient signifié les ensanches, n’allait pas tarder à être remis en cause par les sombres bilans des médecins hygiénistes et par l’irruption anarchique de nouveaux acteurs sociaux qui campaient à ses portes, ces masses ouvrières prêtes à se lancer à la conquête de leur propre espace social : en Espagne, comme ailleurs en Europe, du reste, l’heure venait des débats sur l’habitat ouvrier, la question du logement, autre versant d’une question sociale qu’on avait trop vite cru dominée, à défaut d’être réglée.

21En économie, progressiste dans sa confiance dans le rôle de l’État, moderniste dans son approche technique et scientifique du monde, Alzola était conservateur en politique. Utopiste teinté d’agrarisme, conservateur dans sa méfiance envers une modernité agressive, Unamuno se rapprochait des socialistes : paradoxes de deux itinéraires croisés qui font qu’entre Alzola et Unamuno, Exóristo et X, se trouvent comme résumées, l’espace d’une brève campagne électorale, toutes les contradictions que signifie pour l’Espagne du moment cette nouveauté fin de siècle : l’émergence d’un nouveau sujet historique, la Ville.

Notes

1 UNAMUNO, Política y filosofía (artículos recuperados, 1886-1924), Diego NÚÑEZ y Pedro RIVAS (eds.), Madrid, Fundación Banco Exterior, 1992.

2 Bilbao, tip. de la Viuda de E. Calle, 1893, 104 p. L’auteur y a adjoint, collés, les articles originaux découpés dans le journal. Voir Biblioteca Nacional de Madrid, 4/4414.

3 Pour une description d’ensemble des collaborations d’Unamuno au Nervión et la chronologie de ces articles, voir C. SERRANO, « Unamuno y El Nervión de Bilbao (1893-1895) », dans Maria Dolores GÓMEZ MOLLEDA (dir.), Volumen-Homenaje. Cincuentenario de Miguel de Unamuno, Salamanca, Casa-Museo Unamuno, 1986, pp. 303-322.

4 Voir notamment, ALZOLA, ACHÚCARRO, HOFFMEYER, Memoria del Proyecto de Ensanche de Bilbao, (Introducción : Javier CERICACELAYA, Iñigo SALONA), Bilbao, Colegio oficial de aparejadores y arquitectos técnicos de Vizcaya, 1988.

5 C. SERRANO, « Unamuno entre marxisme et agrarisme », La Pensée, 201, 1978, pp. 136-157.

6 L. COUDROY de LILLE, L’« ensanche de población » en Espagne : invention d’une pratique d’aménagement urbain (1840-1890), thèse de doctorat en géographie, Université de Paris X-Nanterre (dir. M. Roncayolo), 2 vol., 1994.

7 L. COUDROY de LILLE, op. cit., vol. 1, p. 6, soulignant le fait que l’ensanche est un ensemble complexe, autant idéologique que technique, et non le simple produit « naturel » de la pression démographique, constate : « La croissance urbaine en Espagne qui se poursuit durant toute la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, s’accélère à la charnière du vingtième siècle. C’est pourtant à ce moment que l’on constate un essoufflement de la politique de planification des ensanches ».

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540