Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miguel de Unamuno

 | 
Carlos Serrano

I. Unamuno entre marxisme et agrarisme

Unamuno et le parti socialiste

Résumé

L’évolution de la pensée politique du jeune Unamuno au cours des années 1890 est analysée sous l’angle des rapports ambigus, voire conflictuels, que celui-ci entretient avec le marxisme et le PSOE. Le socialisme unamunien se nourrit d’une réflexion sur la question agraire qui, à l’inverse de Marx, fait de la rente l’origine du capital et tend à convertir les masses paysannes en protagonistes de l’histoire. Cet agrarisme fondamental dont les contradictions trouvent leur expression idéologique dans la théorie de l’intrahistoire s’inscrit dans le contexte de la profonde crise structurelle que traverse l’agriculture espagnole dans le dernier quart du XIXe siècle

Note de l’éditeur

Ce texte est la version intégrale de l’article publié sous le même titre dans La Pensée, 201, 1978, pp. 136-157. Il avait fait l’objet d’une communication au IXe colloque organisé par l’université de Pau, au printemps 1978.

Texte intégral

  • 1 R. PÉREZ de la DEHESA. Politico y sociedad en el primer Unamuno, 1894-1904, Madrid, Ciencia Nueva, (...)
  • 2 C. BLANCO AGUINAGA a repris l’essentiel de ses études sur le socialisme d’Unamuno dans Juventud de (...)
  • 3 L’essentiel des textes socialistes d’Unamuno a été publié par M. GARCIA BLANCO et R. PÉREZ de la D (...)

1Depuis une dizaine d’années, et grâce principalement aux travaux de R. Pérez de la Dehesa1 et de C. Blanco Aguinaga2, la « jeunesse » idéologique d’Unamuno commence à être connue : textes à l’appui3, on peut aujourd’hui suivre l’évolution qui le mène du giron catholique et maternel de Bilbao à la perte de foi à Madrid, puis la longue marche vers le socialisme et l’adhésion au Parti socialiste ouvrier espagnol, en 1894, à Salamanque.

  • 4 La agrupación de Bilbao semble avoir été la plus importante du PSOE après celle de Madrid, et son (...)

2Mais si le sens général de sa démarche est ainsi accessible, il reste que le contenu du socialisme unamunien prête encore à discussion. Pérez de la Dehesa croit pouvoir y distinguer trois phases : la première irait de décembre 1894, avec l’article « Utopias » dans La Lucha de clases, organe de la agrupación socialista de Bilbao4, à octobre 1896 (« Signo de vida », dans le même journal) et correspondrait à la « maxima ortodoxia marxista » (op. cit. p. 56). À partir de là et jusqu’en avril 1897 (« Fuera credos »), s’affirmeraient les divergences qui conduisent à l’éloignement progressif du parti et, plus tard enfin, du socialisme lui-même.

3Pour Blanco Aguinaga, l’évolution est encore plus rapide : si d’octobre 1894 à mai 1895, Unamuno adhère pleinement au marxisme, l’interruption de sa collaboration à La Lucha de clases pendant l’été 1895 apparaît comme un signe avant-coureur d’une crise possible, perceptible dès la reprise de sa collaboration au journal basque, en octobre 1895. De cette date jusqu’à octobre 1896, se multiplient les divergences ; enfin, il ne serait plus possible de parler d’une pensée marxiste chez Unamuno après la fin de 1896, et de socialisme tout court après 1897.

4Ce débat n’a évidemment pas pour objet de mesurer la plus ou moins grande fidélité d’Unamuno à une orthodoxie marxiste conçue comme la ligne de clivage séparant le vrai du faux comme le bien du mal. Il s’agit, tout au plus, d’apprécier la signification des proclamations marxistes du « jeune » Unamuno et les raisons qui le poussent à les renier ultérieurement.

5Or, de ce point de vue, il est sans doute nécessaire de commencer par souligner que l’évolution décrite par les deux critiques mentionnés concerne plus la dimension politique que le contenu théorique de la pensée d’Unamuno. Autrement dit, on est sans doute en droit de penser que durant une période, au demeurant fort brève (deux ans dans le meilleur des cas, moins d’un an selon toute vraisemblance), Unamuno préfère mettre l’accent sur ce qui l’unit au PSOE (et donc, il se réfère au marxisme), pour ensuite tenter d’infléchir de l’intérieur la ligne suivie par son parti, insistant alors sur ce qui l’en distingue et qui finit par l’emporter et entraîner la rupture.

6Qu’Unamuno choisisse, selon le moment, d’accentuer les divergences ou au contraire de les taire, elles n’en existent pas moins de façon constante et sont perceptibles à chaque instant, ce qui explique le fait, souligné par Blanco Aguinaga lui-même, que certains thèmes et certaines références puissent prévaloir dans les écrits antérieurs à l’adhésion au PSOE, disparaître un temps pour renaître « cuando vaya ya de salida del socialismo » (op. cit. p. 61).

7Pour des raisons politiques, mais aussi, peut-être, personnelles, l’Unamuno membre du PSOE apparaît ainsi comme tiraillé entre son désir d’être « un socialista mas » – titre sous lequel paraît, dans La Lucha de clases, sa lettre d’adhésion au parti –, qui le pousse à se reconnaître dans le fonds commun marxiste du parti, et la tentation continuelle d’affirmer l’individualité de sa pensée par-dessus « l’esprit de dogmatisme » qu’il croit bien vite y découvrir (« La difusión del socialismo », LdC, 24-III-1895, O.C.E., p. 509). Sa pensée se trouve en un continuel porte-à-faux, plus ou moins accentué, par rapport aux positions du PSOE : c’est à ce rapport conflictuel, plus qu’à ses modalités, qu’on voudrait s’intéresser ici.

Le socialisme d’Unamuno

  • 5 M. de UNAMUNO, Escritos socialisms. Artículos inéditos, 1894-1922. Edición e introduction de P. RI (...)
  • 6 « Reflexiones oportunas », Eco de Bilbao, 1893. Je dois la connaissance de ce texte à l’amabilité (...)

8Il ne s’agit pas de revenir sur ce qui a été dit dans les études déjà citées, complétées d’ailleurs par des travaux plus récents5. Je rappellerai simplement que le socialisme d’Unamuno se nourrit très tôt, dès le début des années 1890, d’une aspiration égalitariste et d’une exigence de justice sociale qui débouchent sur une conception – à laquelle il ne renoncera d’ailleurs plus – du socialisme en tant que quête éthique puisque appelé à devenir le nouvel humanisme qui libèrera de leur aliénation ouvriers et bourgeois. Il s’agit alors principalement de passer d’un état social « de bárbara guerra, en la que solo se consideran hermanos los de una misma tribu, clase ο nación, al futuro estado de organización armónica del trabajo ; en el pasar del estado social de privilegio y conquista al de justicia y libre cambio »6. Si Unamuno retient alors du marxisme l’idée d’une détermination économique des hommes et des événements, il n’en continue pas moins d’affirmer, contre les adversaires du socialisme, que seul celui-ci peut constituer l’avenir de l’individu, donnant à chacun la possibilité de son affranchissement personnel.

9Toutefois, affiliation au parti et adhésion au marxisme ont une fonction plus précise : il s’agit de passer du plan abstrait des idées à celui des actes. Le parti et sa philosophie sont conçus, alors, comme les formes concrètes à travers lesquelles va pouvoir s’incarner le projet éthique. Le rêve d’une fraternité universelle qui hante Unamuno s’investit dans le projet politique d’une Internationale dont l’idée lui semble revenir à Marx et à propos de laquelle il écrit : « El socialismo ha sido en nuestro siglo la única idea que ha formado una asociación internacional, es el único movimiento hoy que hace lo que en siglos anteriores los movimientos religiosos » (« La patria », LdC, 10-III1895, O.C.E., p. 503). On le voit : le socialisme, c’est la transformation d’une « idée » en une « association » capable de lui donner son efficacité, d’en faire une « force matérielle ».

10Ces illusions, toutefois, durent peu et bientôt, en effet, les divergences l’emportent sur le projet commun. Unamuno les résume, au terme de son évolution, dans l’importante synthèse que constitue l’article « El socialismo en España », publié dans la revue allemande Der Socialistische Akademiker, en septembre 1897, dans lequel il reproche, tout à la fois, au PSOE de sous-estimer l’importance de la religion, de négliger la question régionale, alors que ce sont là les deux questions fondamentales qui préoccupent « l’opinion populaire », de se désintéresser enfin des « problèmes agraires » (O.C.E., p. 740).

  • 7 Unamuno exprime déjà cette idée dans sa correspondance en 1897 (cf. C. BLANCO AGUINAGA, op. cit., (...)
  • 8 « La crisis del patriotismo », Ciencia social, 1896, dans O.C., t. III, p. 457. Les premières posi (...)

11Bien entendu, l’évolution qui conduit aux positions de 1897 se laisse deviner depuis longtemps. Unamuno est passé de la dénonciation de l’anticléricalisme de certains secteurs du parti au refus de toute référence au matérialisme, pour finir par voir dans la religion, comme il l’écrira, en 1898, à Á. Ganivet7, l’autre fondement, avec l’économie, de l’histoire des peuples. Son analyse, souvent clairvoyante, du régionalisme naissant, l’a conduit, dès 1896, à réclamer le droit pour chaque peuple « à se développer selon sa propre nature »8. La question agraire est au centre de sa réflexion depuis le premier instant : c’est même elle qui commande aux deux autres et qui constitue le pivot autour duquel se construit toute sa théorie.

12Le PSOE a négligé ces questions : c’est le résultat de sa conception « dogmatique » du socialisme, dit Unamuno, née de son insuffisante réflexion sur la réalité espagnole et d’un excessif attachement à des « idées qui viennent de l’étranger et ne sont pas applicables à l’Espagne », alors qu’il lui faudrait « hispaniser la doctrine » (« El socialismo en España », O.C.E., p. 737).

  • 9 Pérez de la Dehesa souligne déjà les faiblesses du PSOE dans ce domaine. L’embarras dont témoigne (...)

13Il convient de remarquer que, sur ce plan du moins, Unamuno ne manque pas d’une certaine perspicacité historique, car il est vrai que le PSOE naît excessivement centraliste et qu’il aura bien du mal à s’implanter au sein du prolétariat catalan, le plus important du pays, ce qui pèsera lourd sur la suite de son histoire et contribue à faire pencher la balance au profit des anarchistes qui conserveront cette suprématie en Catalogne jusqu’à la guerre civile. Il est vrai également que le PSOE est marqué par un certain anticléricalisme, encore qu’il faille tout de suite ajouter qu’il se trouvait confronté à une église singulièrement « militante » en faveur de l’ordre établi. Sa méconnaissance des problèmes ruraux, enfin, sera plus grave encore ; elle aussi aura d’importantes conséquences ultérieurement9.

  • 10 Le texte de J. Vera peut se lire dans J. VERA, Ciencia y proletariado, Madrid, Edicusa, 1973. Sur (...)

14Au total donc, il est frappant de constater que les reproches adressés par Unamuno, en 1897, au PSOE, correspondent à d’indiscutables faiblesses, dont témoigne à sa façon le texte – qui passe souvent pour le premier essai théorique du socialisme espagnol – de l’Informe que J. Vera présente, en 1884, à la Commission de réformes sociales mise en place par Moret : texte « dogmatique » s’il en est, en ce qu’il s’insère dans une tradition marquée par le guesdisme français, et qui tend plus à l’exposition générale des principes du marxisme qu’à l’analyse concrète de la formation sociale espagnole. La conséquence en est un certain schématisme abstrait et l’ignorance pure et simple de la spécificité d’une situation où prédominent amplement les masses agraires sur le prolétariat urbain, où la question historique décisive demeure celle de la réforme agraire et de l’achèvement d’une « révolution bourgeoise » toujours problématique en Espagne10. Ce sont ces vices de naissance du socialisme espagnol, volontiers abstrait et doctrinaire, qui lui font prêter facilement le flanc à la critique d’un Unamuno plus préoccupé, lui, de la réalité immédiate de l’Espagne que d’affirmations théoriques générales.

15Si le PSOE est, de la sorte, largement justiciable du reproche de « dogmatisme » que lui adresse Unamuno, par sa propension à limiter ses efforts à la divulgation des idées générales du marxisme, sans s’attarder à en examiner les conditions concrètes d’application dans un pays au faible développement du capitalisme moderne, il reste que les critiques, d’abord latentes, puis ouvertes, d’Unamuno recouvrent des questions plus fondamentales : ce sont, en réalité, deux conceptions très différentes du socialisme qui s’opposent. Tout se passe, en fait, comme si les erreurs et les insuffisances théoriques et pratiques du PSOE ouvraient la porte par laquelle s’engouffre Unamuno pour tenter d’imposer au parti, sous couleur de la « correction des erreurs », sa propre démarche. Rien n’est plus éclairant à cet égard que sa façon singulière de lire Marx.

Unamuno, lecteur de Marx

  • 11 Tant Pérez de la Dehesa que Blanco Aguinaga donnent divers renseignements sur l’introduction des t (...)

16On le sait, Unamuno a été un lecteur attentif des textes de Marx qui lui étaient accessibles11. C’est chez lui, sans doute, qu’il trouve une part importante des fondements théoriques de sa propre conception du socialisme et de la transition qui y mène, mais sa lecture en demeure sélective et déformante.

  • 12 Unamuno a lu Le Capital (ou du moins le premier livre) ; mais il affirme en diverses occasions la (...)

17De ses lectures socialistes12, Unamuno retire une conception générale de l’évolution de la société qui conduit à l’inéluctable victoire du socialisme : c’est de l’évolution même du capitalisme que surgira la nouvelle organisation de la société. « Las leyes mismas del proceso industrial moderno nos llevan a la socialización de los medios de producción, de los instrumentos de trabajo », écrit-il en janvier 1895 (« La aristocracia del dinero », LdC, E.S., p. 114).

18Toutefois, là où la pensée marxiste pose un rapport dialectique entre déterminisme du mode de production et de sa crise, d’une part, initiative historique des classes en présence, d’autre part, la pensée unamunienne ne retient qu’un mouvement linéaire et mécaniste, tout au plus temporairement entravé par le mauvais vouloir des classes dominantes. Si, pour Marx, toute transition d’un mode de production à un autre ne se réalise qu’à travers un processus révolutionnaire conçu comme une alternative (qui débouche soit « sur une transformation révolutionnaire de la société tout entière », soit « sur la ruine des diverses classes en lutte », comme il l’écrit dans le Manifeste), pour Unamuno, il suffit de s’abandonner à une sorte de laisser-faire historique porté par le mouvement naturel de l’économie :

¡Libertad! Eso es lo que hace falta [...]. Porque con libertad, dejando que marche libre el proceso económico [...], llegarían las cosas [...] a que los capitalistas mismos cederían la propiedad de los medios de producción por no convenirles ya su acaparación («Utopías», LdC, 2-XII-1894, O.C.E., p. 483).

19Certes, à un moment donné de l’histoire, ce sont bien les contradictions du mode de production qui, pour Marx, mettent en branle le processus révolutionnaire. Reste, cependant, ce qui est décisif : la praxis des classes en présence, leur détermination dans la lutte, leur plus ou moins grande clairvoyance théorique, etc. Bref, bien loin de prôner l’abandon au mouvement qui conduirait automatiquement au socialisme, le Manifeste se lit comme l’appel au prolétariat pour qu’il se donne les moyens de sa lutte, tant du point de vue théorique que pratique. Ses seules chances de succès viennent de sa décision à prendre son propre destin en main pour se constituer en « classe dominante ». Les hommes font leur propre histoire dans des conditions déterminées, ils ne se bornent pas à n’en être que les simples spectateurs, comme semble parfois les y convier Unamuno.

20Non, bien sûr, que celui-ci rejette l’idée d’une nécessaire action politique, car son passage au PSOE serait alors dénué de sens. Mais cette action apparaît comme un simple adjuvant d’un mouvement historique indépendant d’elle ; l’action ouvrière se borne à en favoriser le cours, débarrassant son chemin des obstacles qu’y dresse la bourgeoisie. C’est que celle-ci, consciente de l’évolution, s’efforce par tous les moyens d’éluder un destin qui la voue à disparaître et cherche à échapper aux règles d’un jeu qu’elle-même a instauré. Tout lui est bon pour tenter de modifier le libre fonctionnement des forces économiques qui la condamne et conduit à l’inévitable socialisation. C’est pourquoi elle recourt à toutes sortes de « protectionnismes » qui tendent à maintenir artificiellement l’état existant des choses et à empêcher leur évolution naturelle. Barrières douanières et faibles salaires sont les instruments privilégiés par lesquels elle pèse pour enrayer un mouvement qui lui échappe, et donc maintenir ses privilèges : « Sucede con los bajos salarios lo que con la protección aduanera » (« Ceguera industrialista », LdC, 30-V-1896, O.C.E., p. 611). Les bas salaires sont à l’intérieur ce que les barrières douanières sont à l’extérieur, le moyen d’assurer artificiellement de hauts bénéfices, mais obtenus au détriment de l’évolution même de l’économie ; la bourgeoisie s’efforce ainsi d’arrêter le cours de l’histoire. Aussi bien, ce sont les forces ouvrières qui, par leur capacité de lutte, peuvent imposer les augmentations de salaires ou le libre échange, œuvrant ainsi à l’accélération du mouvement naturel de l’économie vers sa « socialisation » définitive, profitable en fin de compte à tous :

En Inglaterra han sido las asociaciones obreras las que, obligando a los patronos al alza de salarios, les han ensenado que el acrecentamiento de productividad así obtenido compensaba con mucho el alza, son las asociaciones obreras las que han abierto los ojos a los industriales topos y las que preparan la evolución al Socialismo, en que ganaremos todos (ibid., p. 612).

  • 13 «Sobre las huelgas», LdC, l-V-1899, O.C.E., p. 782.
  • 14 M. de UNAMUNO, Paz en la guerra, Madrid, Espasa-Calpe [col. Austral, 179], 1976 (9ème éd.), p. 247

21La grève ouvrière, conçue alors comme « l’aiguillon du progrès » pour autant qu’elle est dirigée « con arte y preparada con ciencia »13, cesse être l’arme de la résistance économique du prolétariat pour se convertir en l’instrument de l’affranchissement du genre humain. Aussi, lorsqu’Unamuno veut dans son roman Paz en la guerra, publié en 1897, dépeindre un engagement socialiste, montre-t-il son héros Pachico se décidant à une lutte qui passe par « el pedir siempre mayor salario »14.

22Lutte pour les augmentations de salaires et le libre échange, voilà donc à quoi se trouve ramené l’essentiel de l’action ouvrière socialiste que conçoit Unamuno. Rien n’est plus éloigné de l’image d’une révolution conçue comme un « saut », la transformation violente qui « du jour au lendemain » ferait passer du capitalisme au socialisme : ce ne sont là que rêveries d’agités ou puérilités. En réalité, c’est chaque jour que le socialisme marque des points dans sa lutte incessante contre le « vieil industrialisme bourgeois ». « El paso de la vieja constitución a la nueva es gradual y continuo », écrit Unamuno, au moment de sa rupture avec le PSOE (« No hay salto », LdC, 23-1-1897, E.S., p. 240). L’image s’impose : la révolution n’est rien d’autre que cette chrysalide qui se rompt toute seule le moment venu (ibid.). Plus il prendra ses distances vis-à-vis du parti, plus il insistera sur cette idée, jusqu’à cette déclaration de 1898 : « Creer que lo esencial del socialismo sea ser revolucionario es la prueba de la más crasa ignorancia » (« Arquitectura social », El Progreso, O.C., t. XI, p. 56).

  • 15 Dans sa brève contribution au numéro du 1er mai 1895 de El Socialista, Unamuno expose sa conceptio (...)

23Réduction de la dialectique de Marx à un économisme mécaniste, inéluctabilité de l’évolution naturelle de la société vers sa socialisation15, limitation de l’action ouvrière au rôle d’adjuvant de ce mouve ment historique, semblent bien être les principales composantes de ce qui, dès les débuts du socialisme unamunien, apparaît être un réformisme moderniste. Il s’agit, en effet, d’obtenir l’élimination des secteurs archaïques de l’économie, en faisant jouer pleinement la concurrence (avec l’étranger) et la pression sociale (à l’intérieur). Le but recherché, par-delà le vocabulaire marxiste, est plus la modernisation de l’économie espagnole que sa transformation socialiste : innovation technique, apport technologique, augmentation de la productivité, etc., sont les véritables critères du progrès auquel renvoie la « socialisation » à laquelle se réfère Unamuno.

24Parti de Marx, on s’en retrouve bien éloigné à présent. Mais c’est aussi que, dès le départ, les mêmes mots ne désignaient pas les mêmes choses : le capital selon Unamuno n’est pas le capital selon Marx.

25Initialement, l’ambiguïté ne s’exprime qu’indirectement. Tout au plus semble-t-il qu’Unamuno appelle ses camarades socialistes à ne pas négliger la question agraire, comme une des manifestations parmi d’autres du capitalisme :

Los que ven claro la iniquidad de la explotación industrial no suelen ver la de la renta. Los que conocen la enorme injusticia de la ley de minas [...] no se fijan en la gran importancia de la propiedad rural y urbana del terreno; el que se manchó las manos negociando en demasías se las lava comprando solares («Unos y otros», LdC, 11-XI-1894, E.S., p. 101).

26Unamuno illustrera cette dernière image dans son roman Paz en la guerra, avec son D. Juan Aranda, commerçant libéral de Bilbao, qui finit par devenir « propietario de campo, su sueno de oro. Poseer tierra era para él como ejecutoria de nobleza y consagración de su fortuna » (op. cit., p. 237).

27Jusqu’ici, Unamuno semble, donc, seulement attirer l’attention sur l’injustice de la rente à côté des iniquités de « l’exploitation industrielle ». Très vite, cependant, le mouvement se précise : la rente n’est pas une des formes que prend l’injustice capitaliste, elle en est l’expression unique, la véritable essence. Dès le début de 1895, cette idée s’affirme par la publication, dans La Lucha de clases, de l’article « La difusión del socialismo en España » où Unamuno écrit :

Stuart Mill confesaba en sus últimos tiempos, como lo había hecho Ricardo, que la apropiación de la tierra era la iniquidad radical. Lo que no llegaron a ver, es que en esta iniquidad radical y de origen se basa el régimen económico actual, pues esa iniquidad ha permitido la de la acaparación de todos los demás medios de producción (O.C.E., p. 509).

28Le monopole de la terre devient ici « l’injustice radicale » et surtout « originelle » du « régime économique actuel », c’est-à-dire du capitalisme. C’est à Marx que reviendrait le mérite d’avoir fait cette découverte, en prolongeant les analyses des théoriciens de l’économie libérale.

  • 16 Le Capital, Livre premier, chap, XXVII, « L’expropriation de la population campagnarde ».
  • 17 K. MARX. Salaires, prix et plus-value, Œuvres – Economie, Gallimard « La Pléiade », 1965, t. I, p. (...)
  • 18 Le terme même de plus-value n’apparaît, sauf erreur de ma part, qu’une seule fois dans les textes (...)

29Et, effectivement, Unamuno se trouve ici, tout à la fois, dans la descendance de Marx et en rupture complète avec lui : s’il y trouve une analyse détaillée de la spoliation de la paysannerie16, il en déplace toute la signification, puisque c’est à la seule monopolisation de la terre qu’est ramenée l’origine du capital dans le temps (« de origen » : l’accumulation primitive) et dans son principe (« en esta iniquidad radical [...] se basa el régimen económico actual »). Autrement dit, origine et fondement de son existence, la rente est ce qui fait doublement le capital, alors que pour Marx c’est le capital qui fait la rente. Inversion significative : négligeant la plus-value, l’analyse d’Unamuno n’adopte plus sur le capital le point de vue du « travailleur » pour qui « il n’est pas de première importance de savoir si cette plus-value, ce résultat de son surtravail, ou travail non payé, est entièrement empochée par le patron capitaliste, ou si ce dernier est obligé d’en verser, sous le nom de rente et d’intérêt, des portions à des tiers »17. Tout au contraire, l’infléchissement de l’analyse marxiste répond à un déplacement fondamental de sa perspective : en mettant la rente au cœur de la problématique du capital, il substitue à l’opposition plus-value/salaires, et donc capitaliste/prolétaire, le couple profit/rente, soit propriétaire/capitaliste (fermier). La lutte contre le capitalisme devient essentiellement la lutte des paysans contre la rente, c’est-à-dire contre les propriétaires fonciers et contre tous ceux qui, par l’usure, le prêt, etc., prélèvent une part importante de leurs profits et s’enrichissent de leur spoliation18.

30Cette idée domine tous les écrits socialistes d’Unamuno. Les propriétaires constituent une sainte alliance et dominent l’État pour mieux transformer le territoire national en chasse gardée de leurs rapines ou de leurs intérêts. L’expression ultime de ce mouvement en est le « patriotisme » qui confond la « patria » avec le « suelo patrio » : « Y a establecer esta confusion y mantenerla tiran los esfuerzos todos de los duenos del suelo patrio » (« La patria », op. cit., p. 503). Les guerres ne sont rien d’autre alors que la traduction de l’accaparement violent de la terre et, malgré les apparences, elles opposent capitalistes à travailleurs, non les peuples entre eux :

Gran parte de la labor de la formación de naciones es para asegurar la posesión del suelo y de los medios todos de producción a los que los acaparan, que las guerras no tienen otro objeto en tin de cuenta. Cuando dos naciones guerrean, al fin y a la postre se descubre que son los capitalistas de una y otra que pelean unidos, sépanlo ο no lo sepan, contra los proletarios de una y otra nación (ibid.).

31Il convient d’ajouter une remarque. Cette propriété de la terre se conçoit pour Unamuno sous deux formes : ou bien la possession pure et simple, et elle prend l’aspect du propriétaire foncier, ou bien cette possession indirecte que constitue la détention de titres de la dette publique, dont le pays tout entier devient la garantie :

Del pago garantiza la nación. Y así resulta que los tenedores de la deuda son los verdaderos duenos de la tierra y del trabajo de una nación. Valiente tontería comprar una finca que no hace más que traer quebraderos de cabeza, cuando esta a mano el papel del Estado, del que responde la finca aquella! («El negocio de la guerra», LdC, 9-V-1896, O.C.E., p. 602).

32Unamuno a alors une formule qui revient sans cesse sous sa plume : la patrie, c’est la « hipoteca-patria », titre de l’article de LdC de mai 1895 et formule qu’on retrouve dans de nombreux textes, y compris celui de Paz en la guerra (op. cit., p. 239).

33L’histoire contemporaine oppose bien « travailleurs » et « capitalistes » comme le disent les socialistes ; mais ces catégories abstraites du marxisme s’incarnent en Espagne sous la forme du labrador et du « propriétaire » : voilà la façon qu’a Unamuno de concevoir « l’hispanisation de la doctrine ».

  • 19 « La difusión del socialismo », op. cit., p. 509. Unamuno renvoie explicitement à « el profundísim (...)

34Le paradoxe, bien sûr, c’est qu’Unamuno a sans doute raison du point de vue du concret, mais en tire des conclusions théoriques fausses, alors que le PSOE, d’une théorie juste dans son principe, tire une pratique partiellement erronée (qui explique sans doute le caractère encore limité à cette date de son implantation, puisqu’il ne trouve ses principales forces que là où domine le capitalisme le plus classique et le plus proche du « modèle » théorique, dans le Pays basque industriel, partiellement dans les Asturies minières, à Madrid et Saragosse). Car il est bien vrai que le dernier quart du XIXe siècle voit l’Espagne soumise à une forme très particulière du capitalisme, dont la caractéristique principale demeure la large domination de la grande propriété foncière, alors que l’expropriation paysanne prend un tour aigu et que se constitue massivement une classe parasitaire vivant des intérêts de la dette et de l’usure. La sous-estimation de ces modalités concrètes du développement du capitalisme espagnol est, sans doute, la grande faiblesse du PSOE. Mais dans l’opération, qui aurait pu être salutaire et à laquelle se livre Unamuno, existe une contradiction majeure : la rectification des erreurs « dogmatiques » (disons schématiques et réelles) du PSOE conduit à une « rectification » de toute sa théorie puisqu’il s’agit de « corriger Marx », même s’il s’agit de corriger « con el alma de su doctrina errores en que él incurrió »19.

35La « correction » de ces erreurs consiste, on vient de le voir, à ramener le socialisme au contenu des luttes paysannes. Toute l’œuvre « socialiste » d’Unamuno s’efforce ainsi de démontrer qu’en Espagne, le paysan, c’est le prolétaire, le capital, c’est la propriété foncière ; la rente éclipse la plus-value, la lutte des classes devient la lutte des « riches contre les pauvres », c’est-à-dire la lutte « de la ville contre les campagnes » qu’il met en scène dans son roman Paz en la guerra (op. cit., p. 53). Au lieu que soit proposée au PSOE une stratégie d’alliance autour de la classe ouvrière, il en esquisse au contraire la subordination aux luttes paysannes ; au lieu que la classe ouvrière, dans sa propre lutte pour le socialisme, prenne en charge (et dépasse) la lutte pour la liquidation de la grande propriété foncière, c’est le socialisme qui se voit limité à ce seul et unique objectif. Mouvement caractéristique d’une période historique où coexistent la revendication paysanne de la disparition de la grande propriété (achèvement d’une « révolution bourgeoise » qui, en Espagne, a peu affecté les propriétaires traditionnels de la terre) et la naissance de la proclamation socialiste de la nécessaire abolition de la propriété de tous les moyens de production ; mais période aussi où la paysannerie n’est plus en mesure de s’imposer et où le prolétariat n’a pas encore la force (numérique, matérielle, mais aussi théorique) nécessaire pour prendre victorieusement la tête d’un tel mouvement. Autrement dit, le contenu du « socialisme » d’Unamuno, c’est très exactement la part de la propriété que la bourgeoisie voudrait bien voir abolie, celle de la terre. La « socialisation », entendue alors comme la liquidation de la propriété du sol et des secteurs parasitaires qui y sont liés, n’est rien d’autre que l’affranchissement de ce qui constitue l’obstacle majeur à l’achèvement de la transformation capitaliste du pays par l’élimination de tout ce qu’il y a de plus archaïque dans la formation sociale espagnole. Autrement dit encore, la « théorie » d’Unamuno est l’expression d’une bourgeoisie voulant mener la lutte contre les vestiges de l’ancien régime économique et qui se trouve confrontée à l’obsédant problème de la terre : « forme de ruralisme » a écrit Pérez de la Dehesa (op. cit., p. 108) ; disons plutôt que le « socialisme » unamunien est la forme que prend momentanément son agrarisme fondamental.

  • 20 Cf. J. COSTA : Colectivismo agrario (1898). Sur Costa et la signification de son populisme, cf. J. (...)
  • 21 Unamuno déclare, en 1893, son admiration pour George dont le livre Progress and poverty qu’il vien (...)

36C’est dans ce contexte que les « influences » subies par Unamuno prennent toute leur signification, celle de l’Espagnol J. Costa, surtout (et donc celle de son maître américain, H. George), avec lequel il collabore, d’ailleurs, lors de son enquête sur le droit coutumier, puisqu’il s’agit sans doute du principal théoricien espagnol d’un populisme agrariste qui se cherche à cette date, et qui pose, précisément, que la seule suppression de la rente foncière devrait permettre l’élimination de tous les maux du capitalisme20. C’est sans doute de Costa encore qu’Unamuno tire l’idée que l’Espagne, pays à prédominance agraire, constitue un terrain privilégié pour le développement du socialisme, puisque y subsistent des formes collectives d’exploitation de la terre (« El socialismo en España », op. cit., p. 736). Il est alors éclairant de voir Unamuno proclamer son admiration pour George, avant son adhésion au PSOE21, pour y revenir en 1897, en déclarant : « Yo, personalmente, creo que en España se entenderá mejor a Henry George que a Carlos Marx » (ibid.). Expression d’une hypothèse ou manifestation d’un souhait ? Le fait est qu’à cette date, Unamuno a pris acte de son impossibilité à combattre de l’intérieur le « dogmatisme » du PSOE et à lui faire assumer sa propre conception du « socialisme » : l’heure est donc à la rupture.

37La traduction politique de cet agrarisme est peut-être, alors, ce qui se lit dans l’évolution des rapports d’Unamuno vis-à-vis du PSOE. Au projet initial de lui imposer globalement ses perspectives propres, Unamuno lui substitue une revendication d’éclectisme théorique qui lui permettrait de légitimer ses propres positions, à côté de celles du marxisme officiel du parti. Le socialisme se transforme pour devenir « la gran marea espiritual, la poderosa fuerza que anima, vivifica y empuja a los hombres de fe en el ideal », tout en étant irréductible à l’une quelconque des « escuelas que [...] tratan de explicar este movimiento » (« Fuera credos », op. cit., p. 734).

  • 22 Gohre et Naumann furent membres du Parti travailleur chrétien. Naumann (1850-1919) évoluera par la (...)

38Aspiration vague et diffuse, le socialisme s’incarne dans les tendances les plus diverses, englobant aussi bien le courant marxiste que la tradition libertaire, le trade-unionisme que le christianisme social : mieux, c’est cette diversité même qui atteste de la vigueur et de la fécondité du mouvement (« Signo de vida », LdC, 31-X-1896, O.C.E., p. 652). La critique du « dogmatisme » du PSOE devient ainsi la dénonciation de sa prétention à vouloir être l’unique expression d’une aspiration si générale et dont Unamuno se veut lui-même un représentant tout aussi légitime. Mais la coexistence dans le même parti de courants aussi divers s’avère à son tour chimérique. De là germe l’idée, qui ne prendra jamais tout à fait corps, d’organiser un autre parti, aussi socialiste, mais tourné vers les campagnes, alors que le PSOE s’adresse au prolétariat urbain. Le 30 mars 1897, Unamuno publie dans la Revista politíca ibero-americana l’important article « Revista del movimiento socialista » (O.C.E., p. 727). Il y expose les divers courants qui constituent, selon lui, le « socialisme » européen, et s’attarde en particulier sur le « socialisme catholique » et, plus encore, sur le « socialisme protestant ». Il résume les thèses exposées par Gohre, Kalk et Naumann, pour qui il se pourrait que les lois de « l’économie agraire » ne soient pas les mêmes que celles de l’économie « industrielle » et qui en tirent la conclusion qu’un nouveau parti est nécessaire : « Tendríamos pues, en adelante, dos partidos socialistas, uno en la ciudad y otro en el campo. Si se ve después que la ley marxista del valor y de la concentración del capital tienen efecto sobre el campo, podrán y deberán unirse los dos partidos » (O.C.E., p. 729). Bien que ces propos aient été seulement rapportés par Unamuno, il est significatif que ce soit la seule citation théorique qu’il fasse dans son texte, la commentant favorablement, au demeurant, en insistant sur la portée religieuse de ce « socialisme », puisqu’il émane de pasteurs22.

  • 23 . M. de UNAMUNO, En torno al casticismo, Madrid, Espasa-Calpe, 1968 (7ème éd.), 1968, p. 143.

39L’attrait que ces textes peuvent avoir pour Unamuno est clair : ils permettent d’envisager l’expression politique autonome de la paysannerie (un parti « socialiste » exclusivement agraire), dans la mesure où ses intérêts et ses objectifs sont reconnus comme distincts, sous bénéfice d’inventaire ultérieur, de ceux des ouvriers industriels. Mais, dans le même temps, il reste nécessaire de postuler un point de rencontre possible entre les deux mouvements que recouvre le même terme de « socialisme », puisqu’il s’agit de savoir lequel des deux imposera son propre projet à toutes les forces révolutionnaires. Aussi est-il symptomatique que le « marxiste » Unamuno ne soit à aucun moment amené à définir théoriquement les classes sociales dont il parle. Au contraire, il s’efforce même d’en diluer la notion au profit d’un ensemble plus général, le « peuple ». « Hay que chapuzarse en el pueblo » : voilà le programme qu’il assigne tant aux hommes politiques23 qu’aux écrivains (« Las fuerzas motrices en el movimiento socialista », LdC, 15-XII-1895, O.C.E., p. 558). Mais, dans le même temps, il se refuse à définir ce qu’il entend par ce peuple : « No, no lo defino, porque definirlo es falsearlo [...]. Con un poco de buena voluntad, bien claro se ve lo que es el pueblo, populus, que sustenta los pueblos y hace y deshace las naciones » (« La regeneración del teatro español », juillet 1896, O. C., t. III, p. 344). Moins d’un an plus tard, il tient des propos presque similaires au sujet du socialisme cette fois : « Es inutil definir el socialismo ; todo el mundo lo distingue claramente, aunque no se dé clara conciencia de él » (« Fuera credos », op. cit.. p. 734).

40Double dérobade, significative d’une double difficulté : c’est là, en effet, que se noue la contradiction d’Unamuno, entre son discours « marxiste » et son contenu agrariste. Définir des classes, ce serait reconnaître que prolétariat et paysannerie sont distincts et dotés de deux projets différents (socialisme et agrarisme), alors qu’il est essentiel à son propos de les confondre (subordonner le socialisme ouvrier à la revendication paysanne). L’indétermination du « peuple » fait alors que l’évidence empirique de l’écrasante majorité de la population rurale en Espagne impose, sans le dire, la prépondérance des vastes cohortes de la paysannerie dans l’ensemble, orientant en sa faveur le mouvement qui se dessine.

L’agrarisme idéologique d’Unamuno

41Toute la pensée économique et politique de l’Unamuno de cette période tend à faire des masses paysannes les protagonistes de l’histoire ; mais ce sont des protagonistes muets et paradoxalement passifs. C’est de cette contradiction majeure que s’alimente la théorie unamunienne de l’intrahistoire.

42Sous le tumulte désordonné des vagues, l’océan renferme un monde immobile et profond qui en constitue la vraie vie : dès qu’il veut parler de ce qu’est l’intrahistoire par rapport à l’histoire, Unamuno fait appel à ces métaphores marines. Elles lui servent à illustrer cette idée centrale : le destin d’un peuple ne se joue pas dans l’apparence des conflits historiques, mais dans la réalité de sa vie quotidienne ; il n’est pas le fait de quelques hommes illustres, mais le produit de l’action de la masse des ignorés :

Hay en los océanos, islas asentadas sobre una inmensa vegetation de madréporas que hunden sus raíces en lo profundo de los abismos invisibles. Una tormenta puede devastar la isla, hasta hacerla desaparecer, pero volverá a surgir gracias a su basamento. Así, en la vida social, se asienta la historia sobre la labor silenciosa y lenta de las madréporas sociales enterradas en los abismos («La crisis del patriotismo», Ciencia social, 1896, O.C., t. III, p. 456).

43Par-delà les tourmentes, toute vie sociale repose donc sur ces madrépores sociales ignorées : on voit bien ce qu’il peut y avoir là de dimension contestataire, face à une histoire officielle faite par et pour princes et généraux ; l’intrahistoire, c’est d’abord la revendication de la reconnaissance du rôle premier des masses populaires dans la vie sociale. Ce sera donc à leur plus ou moins grande participation que se jugera l’importance de l’événement : la révolution de 1868, la restauration de 1875 n’ont été que des rides sur la surface de l’océan, elles n’ont rien changé à ses profondeurs :

No fue la restauración de 1875 lo que reanudó la historia de España; fueron los millones de hombres que siguieron haciendo lo mismo que antes, aquellos millones para los cuales fue el mismo sol después que el de antes del 29 de setiembre de 1868, las mismas sus labores, los mismos sus cantares con que siguieron el surco de la arada (En torno al casticismo, op. cit., p. 28).

44Dès qu’il veut parler des ignorés de l’histoire, c’est à l’image du laboureur qu’Unamuno recourt ; non sans raison, d’ailleurs, ici, car ce sont bien les millions de ruraux qui sont restés en marge de la septembrina ; les masses urbaines y ont pris leur place, mais cela Unamuno l’ignore.

  • 24 Paz en la guerra, op. cit., p. 44.
  • 25 Lettre à J. Costa, citée par Pérez de la Dehesa, op. cit., p. 121.
  • 26 Là encore, les analyses unamuniennes ne manquent pas de perspicacité historique : le carlisme peut (...)

45Revendication d’une « autre » histoire, car populaire, contre « l’histoire » des classes dominantes, l’intrahistoire est à la fois une sorte d’inconscient de l’histoire, car ces masses populaires sont étrangères aux programmes et théories. Elles ne sont mues que par des impulsions imprévisibles, faites d’affectivité et d’intuitions, non de raisons : les peuples ressentent, ils ne connaissent pas. De là, l’importance des rites, des symboles, l’efficacité surtout des slogans : « Dios, patria y rey », « Liberté, égalité, fraternité », « Prolétaires de tous les pays, unissezvous », Unamuno vingt fois revient sur ces exemples ; c’est qu’il voit dans la formule « un puissant mystère »24 qui pousse les peuples à s’y reconnaître et dont n’est alors qu’une réduction figée et scolastique le programme auquel tentent de la ramener clercs ou pédants. La vérité intrahistorique, parce qu’informulée, est toujours plus riche que toutes les raisons historiques, et ce que les peuples mettent dans leurs engagements excède et parfois contredit ce que croient y voir leurs propres chefs. C’est ainsi que le carlisme, débarrassé de la rhétorique intégriste et absolutiste que lui ont imposée ses dirigeants, révèle un contenu « laico, democrático y popular [...], protesta contra todo mandarinato, todo intelectualismo, todo jacobinismo y todo charlamentarismo, contra todo aristocratismo y centralización unificadora » (En torno al casticismo, op. cit., p. 144). Au-delà de sa dimension politique apparente, le carlisme s’avère être une forme de « socialisme agraire »25, proche de celui qu’Unamuno conçoit lui-même26.

46Vie profonde, inconscience, sentiment aussi des permanences au-delà des événements éphémères, tels sont les contenus de l’intrahistoire. Intuition de la « longue durée » ou ébauche de l’anhistorisme ultérieur ? Un peu des deux sans doute, mais l’essentiel est ailleurs.

  • 27 Cf. J.-W. BUTT, « Unamuno’s idea of intrahistoria ; its origins and significance », Studies in mod (...)
  • 28 R. PÉREZ de la DEHESA, op. cit., p. 54.

47Intrahistoire, le terme, semble-t-il, n’est employé qu’un temps par Unamuno, dans ses écrits antérieurs à 190027. La concordance est frappante : il l’abandonne au moment même où il renonce à une participation militante à l’histoire. C’est assez dire qu’avec lui, Unamuno cherche à exprimer la nature complexe de son propre rapport à l’histoire, sa manière conflictuelle de se poser vis-à-vis d’elle. L’intrahistoire lui sert, tout à la fois, à affirmer l’exigence d’une histoire (autre et authentiquement populaire), à rejeter ce qui est l’histoire (dominante), à suggérer aussi l’impossibilité d’énoncer son nouveau devoir-être : refus de l’Espagne officielle en tant que triomphe de la raison (libérale), mais incapacité de lui opposer une autre rationalité, voilà ce qui se joue dans la notion d’intrahistoire. L’irrationalisme qui s’y exprime, latent toujours chez Unamuno et que le socialiste Verdes Montenegro critiquait dès 189228, n’est pas fortuit : le point de vue même adopté l’empêche de constituer un nouveau savoir et d’affirmer une nouvelle raison, le condamne à cette visée essentiellement négative, avant qu’il s’enlise dans la revendication de l’irrationalité et du paradoxe comme système. C’est cette contradiction que résume l’intrahistoire : elle la désigne et la reproduit tout à la fois ; elle est, portée à son degré extrême, l’expression même de l’agrarisme unamunien.

48Tout le projet littéraire et culturel, idéologique, d’Unamuno en dérive. Alors qu’il veut poser les jalons d’une culture rénovée, c’est vers le peuple qu’il croit pouvoir se retourner : « [Hay que ir] a buscar en el seno del pueblo la materia prima del arte », écrit-il, en 1896, dans son article « Sobre el cultivo de la demótica » (O.C.E., p. 58). Il s’agit de recueillir tout le fonds de la culture populaire ignorée, chansons, contes, traditions économiques ou juridiques, entreprendre, comme il le dit deux ans plus tard, « en todos los órdenes, el estudio que Joaquin Costa ha emprendido en el jurídico » (« Renovación », Vida Nueva, 31VII-1898, O.C., t. IV, p. 1029). Tout ce matériau qui constitue la démotique ou « folklore » lui apparaît, en effet, comme la traduction directe et spontanée de « l’esprit collectif » des peuples, le Volksgeist des Allemands, et doit servir de point de départ à la régénération d’une culture espagnole moribonde.

49S’il n’est pas difficile de voir tout ce qui, dans pareille conception de la culture populaire, renvoie au monde rural, il est important de souligner que c’est là que se trouve incarnée la « tradition », non celle, passéiste et nécrophage de « traditionalistes », voulant à tout prix ramener le présent à un passé révolu, mais « tradition » en tant que permanence et projection d’une identité dans le présent des peuples : la ruralité devient la garantie de la continuité historique.

  • 29 Cf. J. COSTA, Génesis y desarrollo de la poesía popular (1881), dans Oligarquía y caciquismo, cole (...)

50Néanmoins, si tout art et toute culture doivent puiser dans ce fonds commun (rural) leur matière première, il ne saurait être question d’en rester là. La « démotique » est le premier temps de l’élaboration de l’œuvre, non son résultat. Revenant, après Costa, sur la poésie populaire29, Unamuno en retient ce principe : le peuple donne la matière, le poète la forme (« Sobre el cultivo de la demótica », op. cit., p. 52). Toute œuvre importante ne peut naître que de la conjonction entre matière populaire et élaboration savante ; la langue elle-même n’est-elle pas, d’ailleurs, le produit de ces influences réciproques (« La enseñanza del latin en España », La España Moderna, 1894, Ο C., t. III, p. 322) ? Inversement, si ces deux courants cessent de converger, alors la littérature dégénère en « mandarinato de un lado y de otro populacho » (« La regeneración del teatro español », La España Moderna, juillet 1896, O.C., t. III, p. 333). Unamuno peut ajouter : « Las vicisitudes de nuestro teatro son las del popularismo en España » (ibid.). « Popularismo », telle est bien la doctrine : non un populisme qui se bornerait à satisfaire immédiatement le peuple, mais une littérature qui, partant de la création populaire spontanée, s’élabore entre les mains de « l’auteur » pour accéder à la dimension de l’œuvre.

51Source de toute culture et garant de la tradition, le peuple souffre cependant d’une limitation congénitale, étant incapable par nature, en effet, d’imposer à ses intuitions la forme qui leur donnerait une valeur universelle. C’est que ce peuple voit son horizon étroitement limité par les frontières de sa vallée, de son village, par les limites du terruño. « El apego al rincón natal, al valle ο llano que nos vio nacer, al terruño en que sudaron nuestros padres y a la aldea en que viven los camaradas de nuestra infancia, es el sentimiento de aquel que labra su propia tierra, del capitalista obrero, del que produce realmente con medios productivos suyos, del que produce para consumir sobre todo, puesta en el consumo la intención casi siempre », écrit-il avec une étonnante lucidité, en 1896 (« La crisis del patriotismo », op. cit., p. 455). Mais n’est-ce pas aussi dire que c’est de ces hommes-là dont il est précisément question, et que les « capitalistes ouvriers » étant de loin les plus nombreux dans le « peuple » espagnol, celui-ci s’avère incapable de dépasser pour l’heure cette perspective ? Le but à obtenir est, certes, de rompre cet isolement et d’arracher les hommes au terruño si cher aux écrivains réactionnaires (Fernán Caballero, Pereda...) du XIXe siècle espagnol, car « mantener al siervo apegado al terruno », c’est « perpetuar la sumisión del hombre a la tierra en beneficio del propietario de ésta » (« La patria », op. cit., p. 503). L’homme enfermé dans le cadre du terruño n’est plus qu’un « homme-plante », doté d’une « intelligence passive », réceptif à son milieu, mais incapable de le transformer (« El Hombre planta », LdC, 21-XI-1896, E.S., p. 215).

  • 30 « Renovation », op. cit.

52Il s’agit de tirer le peuple de cette condition végétale d’entité inorganique et invertébrée, de lui imposer la forme qui le structure. Les impulsions intimes de cette existence « protoplasmique »30 requièrent l’intervention de l’Intellectuel pour se transformer en un idéal susceptible d’être reçu pour sien par l’humanité tout entière : « Solo del íntimo enlace de la inteligencia socialista con todo el proletariado puede desarrollarse la idea socialista, el ideal de la humanidad » (« Las fuerzas motrices », op. cit., p. 558). Il convient d’unir la tradition « del primitivo comunismo de tribu » au nouveau courant « que tiende al final comunismo universal » (« La crisis del patriotismo », op. cit., p. 459). En somme, il faut transformer ce qui existe à l’état latent et informel au sein du peuple-paysan en un tout organique et structuré, les aspirations diffuses de la paysannerie, en un « idéal pour l’humanité ». Concrètement, donc, il ne s’agit de rien d’autre que de la volonté de faire de la paysannerie la classe sociale qui impose, sous l’aspect de l’universel, ses propres valeurs à la société tout entière : mieux, c’est à assimiler la nation même à cette paysannerie que s’emploie idéologiquement Unamuno. Mais cette transformation ne peut être l’œuvre de la paysannerie elle-même : il lui faut une intervention externe, menée en son nom.

  • 31 K. MARX, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Éditions sociales, 1969.

53Dans ce mouvement qui le pousse à assumer les valeurs de la paysannerie et, en même temps, à en dénoncer les limites, Unamuno décrit et reproduit, tout à la fois, les structures de l’idéologie de la paysannerie parcellaire, ses difficultés à se constituer en classe sociale. Si les conditions identiques de sa production en font, en effet, une classe, son extrême dispersion, les conditions mêmes dans lesquelles elle réalise cette production, excluent qu’elle puisse se doter d’une « conscience » qui en fasse un ensemble organique s’investissant dans un parti politique. Marx notait ainsi la nécessité dans laquelle se trouvait le paysan parcellaire français de déléguer son pouvoir et de s’en remettre à un sauveur extérieur à elle-même, qu’il croyait reconnaître en Napoléon31.

  • 32 Oligarquía y caciquismo como la forma actual de gobierno en España : urgencia y modo de cambiarla.(...)

54Nécessité de modifier le cours de l’histoire et impuissance à entreprendre les actions nécessaires, besoin d’affirmer ses valeurs, mais incapacité à les transformer en une idéologie, toutes ces contradictions caractéristiques du paysan parcellaire sont celles-là mêmes qui organisent la pensée d’Unamuno. Il les vit, il s’en fait le porte-parole ; mais, en même temps, il s’en extrait et suggère que c’est aux intellectuels « socialistes » d’assumer cette représentation d’une paysannerie incapable de se faire l’agent actif de sa propre histoire. Quelques années plus tard, revenu des illusions du combat, mais non du fond de l’analyse, il le redira en termes plus désabusés : l’Espagne n’est plus alors qu’une « société amorphe » et non une « nation vertébrée », peuplée de paysans incapables de penser et fatalistes qui regardent l’impôt comme ils considèrent « la grêle, le phylloxéra ou l’épizootie ». Au total, cette conclusion : « Gentes a los que cuesta tanto pensar necesitan quien por ellas piense mientras vayan aprendiendo a hacerlo »32.

Agrarisme et crise agraire

  • 33 R. GARRABOU, « La crisi agraria espanyola de finals del segle XIX : una etapa del desenvolupament (...)

55Agrarisme politique et économique, agrarisme idéologique d’Unamuno : il s’agit d’un phénomène ni fortuit ni isolé. Pas isolé : on a vu la dette d’Unamuno vis-à-vis de Costa. De façon plus générale, le dernier quart du XIXe siècle est marqué par l’émergence de diverses formes d’agrarisme perceptibles chez de nombreux « jeunes » de 98. Pas fortuit : c’est que cette période constitue une « des étapes les plus dramatiques de l’histoire de l’agriculture espagnole »33. La crise de conjoncture, profonde, servira de révélateur partiel aux déficiences structurelles de la campagne espagnole et conduit à remettre en cause une politique agraire qui s’identifie au libéralisme, au pouvoir.

56Tous les travaux récents d’histoire agraire concordent sur ce point : à partir des années 1870, se produit, partout en Europe, une inversion de tendance et aux prix élevés succède l’effondrement des cours des produits agricoles. Plus tardive, la crise en Espagne y sera aussi plus profonde.

57Abaissement du fret, mécanisation des transports, techniques nouvelles d’exploitation, défrichement de terres vierges : les blés d’outremer (États-Unis, Argentine, Australie, mais aussi Russie) commencent à affluer à bas prix dans les ports européens, y compris Barcelone. La Castille voit successivement se fermer les débouchés traditionnels de ses blés chers et les minotiers catalans lui faire directement concurrence. Mouvement durable et profond, il se fait sentir dès le début des années 1880, pour atteindre son point culminant en 1887, puis en 1893-1895 : les prix chutent de 20, 30, voire 40 % par rapport à la période antérieure (Garrabou, op. cit., p. 192).

  • 34 M. GONZALEZ PORTILLA, « Acumulación de capital y crisis en el sector agrícola », La cuestión agrar (...)

58Celle-ci était marquée au contraire par une montée régulière des prix des céréales et l’expansion démographique, entraînant une progression de l’emblavage au détriment des pâtures, avec le recul qui en découle de l’élevage, profondément affecté dès les années 1870 pour les ovins, en situation difficile sur le marché mondial à partir de 1880 pour les bovins. Récession du blé et crise de l’élevage touchent de plein fouet la petite paysannerie qui croit trouver, cependant, une planche de salut dans le boom vinicole. Partout, jusque dans les terres les moins favorables, on plante de la vigne : c’est que le vin, c’est de l’or, mais pour peu de temps. Dès 1891, le traité préférentiel avec la France vient à expiration, les premiers foyers de phylloxéra sont apparus en Espagne. Au total, le changement de cultures cumule la crise du vignoble et celle du blé plutôt que d’en atténuer les effets, et seuls auront été rentables les cépages plantés avant 1875, calcule Gonzalez Portilla34. Si l’on ajoute à cela que l’olivier est lui aussi en pleine récession sous l’effet de mauvaises récoltes et de la concurrence que commencent à faire sur le marché mondial de nouveaux produits à l’huile d’olive, à partir de la décennie 1870-1880, on constate que les quatre branches essentielles de l’agriculture espagnole connaissent des crises sectorielles qui, en s’additionnant, débouchent sur une crise généralisée, aiguë à partir de la deuxième moitié des années 1880. Le gouvernement n’y sera pas insensible : une commission est constituée en 1887 pour enquêter sur La crisis agraria y pecuaria, titre sous lequel paraissent les réponses obtenues.

  • 35 R. GARRABOU, op. cit.. p. 201.

59Bien entendu, la crise a des effets différenciés selon les régions. Si le Pays basque déclare ne pas s’en ressentir (l’agriculture y est plus diversifiée, les cultures vivrières plus nombreuses, le marché plus stable avec une grande métropole industrielle en expansion comme Bilbao)35, inversement, tout le nord de l’Espagne sèche intérieure, plus la Galice, sont les zones les plus durement touchées (Gonzalez Portilla). Au demeurant, l’agitation rurale déborde le cadre « traditionnel » des journaliers andalous pour toucher l'Aragon, la Catalogne, la Castille aussi, indirectement. On le voit, Unamuno quitte donc un Pays basque relativement prospère pour s’installer d’abord à Madrid, puis à Salamanque, en pleine Espagne rurale intérieure, au moment précis où y éclate la crise : rien d’étonnant à ce qu’il en devienne l’interprète attentif.

  • 36 R. GARRABOU, op. cit., p. 215.
  • 37 La politique de désamortissement semble souvent précéder la législation de Mendizábal (1833). Pour (...)

60Les effets de la crise sont manifestes : faute de pouvoir les nourrir, les villages voient leurs habitants partir, l’émigration monte en flèche : 3,3 % de l’ensemble, entre 1882 et 1906, selon Gonzalez Portilla (op. cit., p. 86). La période se caractérise bien comme celle d’une nouvelle phase de l’expropriation paysanne et « d’accumulation primitive » du capital, par le biais de l’endettement, de l’usure, par l’impôt surtout, qui frappe principalement la petite paysannerie (ibid.), et la mise en vente accélérée des communaux36, traditionnels éléments d’équilibre d’une économie rurale toujours précaire : c’est l’aboutissement de la politique libérale, plus que séculaire37, qui a présidé dès le début à la réforme agraire en cours, pour finir par trouver son expression juridique ultime dans le Code civil de 1888 qui ne reconnaît que les formes individuelles de propriété. Ce sera contre cette politique, contre l’expropriation des communaux en particulier, que surgissent les revendications de la tradition « collectiviste » (Costa) ou les solutions « socialistes » (Unamuno). Retour à des formes archaïques d’exploitation dans le premier des cas peut-être, perspectives modernistes d’un capitalisme affranchi du poids mort de la grande propriété foncière dans le deuxième, de toutes les façons, il s’agit de trouver une solution à la crise perçue comme le résultat d’un libéralisme qui cesse d’être crédible vu de la campagne. Ce qui s’était initialement conçu comme le triomphe de la raison et de la liberté s’y révèle être la victoire du chaos et l’oppression du plus fort. Bouleversement dépourvu de sens, au demeurant, puisque tout ce mouvement ne mène nulle part ailleurs qu’à la poche de quelques privilégiés. Les capitaux disponibles, au lieu de s’investir dans une agriculture agonisante ou une industrie balbutiante, sont, en effet, drainés vers les secteurs improductifs par une Dette dont les intérêts ne cessent de croître, surtout après 1870, entraînant la formation « de una clase de rentistas que buscaban la inversion segura y remunerativa, con el objeto de vivir de los réditos que les devengase la Deuda » (Gonzalez Portilla, op. cit., p. 48).

  • 38 R. GARRABOU, op. cit., p. 214. Globalement, l’affirmation est justifiée et la paysannerie, moyenne (...)

61Le dernier quart du siècle est donc marqué par de profonds bouleversements et une violence institutionnalisée qui pèse sur la paysannerie (caciquisme, turno, expropriations...), sans que tout ceci puisse apparaître justifié par la naissance d’une quelconque nouvelle « rationalité » économique et sociale (autre que sectorielle : la sidéro-métallurgie basque). On conçoit que l’histoire, vue depuis les plateaux de la meseta, soit vécue sur le mode de son opacité et qu’y prédomine la dénonciation des intérêts « égoïstes » de ceux qui profitent aussi outrancièrement d’un système qui dépouille le labrador, sans être capable d’assurer le développement du pays. Et c’est qu’un peu partout en Europe, la crise agraire accélère les transformations économiques et contribue à évincer du pouvoir la grande propriété foncière, même là où ses structures la rapprochaient du cas espagnol, comme en Italie (Garrabou, op. cit., p. 214). En Espagne, face à la crise, propriétaires et grands fermiers parviennent à imposer leur direction au mouvement de protestation, faisant passer leurs intérêts pour ceux de l’agriculture en général (ce sera le rôle des Ligues), imposant un retour au protectionnisme pour seule politique et condamnant à l’échec le timide réformisme qui commençait à se manifester dans certains secteurs gouvernementaux38. Dorénavant, le problème d’une réforme des structures agraires passera inévitablement par une bataille politique destinée à évincer la grande propriété du pouvoir où elle parvient à s’affermir avec la crise : il faudra attendre la Deuxième République pour y parvenir, note R. Garrabou.

62L’agrarisme unamunien s’inscrit dans ce panorama. Il est l’expression du mécontentement – c’est peu dire – des campagnes, de leur protestation véhémente contre la situation intenable qui leur est faite. Parallèlement, il traduit la précarité extrême de cette protestation. Dénonçant « l’ennemi », la rente, Unamuno n’en perçoit pas moins la faiblesse historique de la paysannerie, son incapacité à mener un combat pourtant nécessaire. Protestation contre l’histoire, difficulté de se penser comme agent de sa rénovation, la contradiction d’Unamuno, beaucoup plus que d’une biographie torturée, provient d’une contradiction sociale assumée, celle de la paysannerie en crise, mais s’avérant incapable de passer d’une protestation morale contre l’injustice à l’action politique efficace contre ses causes.

  • 39 F. URALES. La evolución de la filosofía en España. (première édition entre 1900 et 1902 dans La Re (...)

63Par-delà son vocabulaire et ses références au « marxisme », l’agrarisme unamunien évolue vers ce que, quelques années plus tard, l’anarchiste F. Urales appellera son « anarchisme mystique à la Tolstoï »39 ; et l’influence du Russe s’impose, en effet, progressivement. « El carácter español tiene ciertas propiedades condicionadas por el clima que le asemejan al ruso, especialmente en la población rural », écrit Unamuno dans « El socialismo en España ». Si l’on veut bien laisser de côté le climat, c’est bien au populisme agraire russe qu’il est ainsi fait référence. Unamuno ne le dissimulera d’ailleurs pas, écrivant à Urales : « Tolstoï ha sido una de las almas que más hondamente ha sacudido la mía : sus obras han dejado una profunda huella en mí » (cité par Urales, op. cit., p. 163). Tolstoïsme en moins passéiste, sans doute, plus tourné vers une modernisation rapide de l’agriculture espagnole ; mais le point de vue reste cependant proche, dès lors qu’il s’agit de faire de la protestation paysanne le principe et fondement de la régénération du pays. C’est ce qui donne à l’unamunisme des années 1890 sa valeur contestataire face à l’ordre établi. C’est aussi ce qui le rend si fragile : l’échec de la protestation paysanne en Espagne le conduira, chaque fois davantage, à renier l’histoire et à se méfier d’un « peuple » si peu capable d’y jouer le rôle qu’il lui avait attribué.

  • 40 C. BLANCO AGUINAGA, op. cit., p. 293.

64La campagne ne disparaît pas pour autant de son œuvre, mais il ne s’agit plus que de la contemplation d’une nature qui, parce que dorénavant détachée des hommes qui la peuplent, se réduit à un paysage vidé de toute dimension contestataire, lieu d’évasion, refuge et silence à opposer aux fracas, de moins en moins compris, de l’histoire. Ainsi, l’agrarisme, en perdant sa charge critique et sa substance populaire, dérive-t-il vers ce que Blanco Aguinaga a excellemment nommé un « paysagisme »40, dans lequel l’histoire et la nature, de complémentaires comme dans le roman Paz en la guerra encore, deviennent irréductiblement opposées.

Notes

1 R. PÉREZ de la DEHESA. Politico y sociedad en el primer Unamuno, 1894-1904, Madrid, Ciencia Nueva, 1966.

2 C. BLANCO AGUINAGA a repris l’essentiel de ses études sur le socialisme d’Unamuno dans Juventud del 98, Madrid, Siglo XXI, 1970.

3 L’essentiel des textes socialistes d’Unamuno a été publié par M. GARCIA BLANCO et R. PÉREZ de la DEHESA, dans M. de UNAMUNO, Obras Completas, t. IX, Discursos y artículos, Madrid, Escelicer. 1971 (cité O.C.E.). Les textes plus connus d’Unamuno renvoient à Obras Completas, Madrid, A. Aguado, 1958-1964, 16 tomes (cité O.C.).

4 La agrupación de Bilbao semble avoir été la plus importante du PSOE après celle de Madrid, et son organe La Lucha de clases (cité LdC), la publication la plus diffusée de la presse socialiste.

5 M. de UNAMUNO, Escritos socialisms. Artículos inéditos, 1894-1922. Edición e introduction de P. RIBAS, Madrid, Ayuso [Biblioteca de textos socialistas, 11], 1976 (cité E.S.).

6 « Reflexiones oportunas », Eco de Bilbao, 1893. Je dois la connaissance de ce texte à l’amabilité de L. Urrutia ; qu’il en soit ici remercié.

7 Unamuno exprime déjà cette idée dans sa correspondance en 1897 (cf. C. BLANCO AGUINAGA, op. cit., p. 73). Il la reprend en 1898 dans ses lettres à Á. Ganivet, O.C., t. IV, p. 992.

8 « La crisis del patriotismo », Ciencia social, 1896, dans O.C., t. III, p. 457. Les premières positions d’Unamuno sur la question étaient plus proches de celles du nationalisme basque, comme en témoigne l’article que, sous le titre « La union hace la fuerza », il publie dans El Noticiero bilbaíno, en 1880, et dans lequel il appelle les Basques à surmonter leurs divisions pour « formar todos un solo trente bajo la ensena de Euskalarria » (cité par E. de BUSTOS TOVAR, « Sobre el socialismo de Unamuno », Cuadernos de la cátedra Miguel de Unamuno, Universidad de Salamanca, XXIV, 1976, p. 192).

9 Pérez de la Dehesa souligne déjà les faiblesses du PSOE dans ce domaine. L’embarras dont témoigne El Socialista face aux questions qui lui sont posées, après la publication de la résolution du congrès socialiste de Londres sur la question agraire, est à cet égard significatif. Après avoir rappelé que les socialistes reconnaissent aux petits agriculteurs le droit à la propriété de leurs moyens de production et qu’ils sont favorables à ce que « cada uno perciba el producto íntegro de su trabajo », le journal ajoute : « Vamos a decir cuatro palabras acerca de la cuestion agraria. Confesamos sinceramente nuestra actual incompetencia para resolver tan grave problema. Poco estudiada por nosotros esta cuestion, no podemos formular sobre ella juicios concretos y detallados ; pero desde luego creemos que para su resolución debemos orientarnos en el mismo criterio que acabamos de manifestar » (El Socialista, 21-VIII-1896). Cette faiblesse demeurera longtemps. Il est symptomatique que Togliatti, tirant pour le Komintern les leçons de l’octobre asturien de 1934, souligne, en particulier, le peu d’attention accordée par les socialistes aux luttes paysannes : cf. P. TOGLIATTI (ERCOLI), « La guerre civile en Espagne et les tâches du prolétariat international », La Correspondance internationale, 14e année, 100-101, 10-XI-1934, repris dans C. SERRANO, J. MAURICE et J.-L. GUEREÑA, dossier sur l’Internationale et l’Espagne, Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, 22, 1977.

10 Le texte de J. Vera peut se lire dans J. VERA, Ciencia y proletariado, Madrid, Edicusa, 1973. Sur Vera et l’Informe, cf. l’introduction de J. J. CASTILLO à cette même édition et M. TUÑÓN de LARA, Medio siglo de cultura española, 1885-1936, Madrid, Tecnos, 1970, pp. 79-102.

11 Tant Pérez de la Dehesa que Blanco Aguinaga donnent divers renseignements sur l’introduction des textes de Marx en Espagne. La correspondance d’Unamuno avec Múgica montre qu’il cherche, en outre, à en avoir une connaissance plus directe, à travers des éditions allemandes (C. BLANCO AGUINAGA, op. cit.. p. 72).

12 Unamuno a lu Le Capital (ou du moins le premier livre) ; mais il affirme en diverses occasions la supériorité du Manifeste : « El Manifesto Comunista de Marx y Engels va mucho más alla que la obra clâsica de Marx, El Capital » (« Las fuerzas motrices en el movimiento socialista », 15-XII-1895, O.C.E., p. 556). C’est qu’il y trouve les formules capables de toucher les masses populaires et de les lancer au combat. À côté des textes de Marx, Unamuno lit – et traduit – Spencer qui est l’un des auteurs les plus diffusés parmi les socialistes espagnols (C. BLANCO AGUINAGA, op. cit., p. 49).

13 «Sobre las huelgas», LdC, l-V-1899, O.C.E., p. 782.

14 M. de UNAMUNO, Paz en la guerra, Madrid, Espasa-Calpe [col. Austral, 179], 1976 (9ème éd.), p. 247.

15 Dans sa brève contribution au numéro du 1er mai 1895 de El Socialista, Unamuno expose sa conception de l’évolution de l’humanité. Comme cet article ne figure ni dans O.C.E. ni dans E.S., je crois utile de le reproduire intégralement :
« La sociedad humana marcha, en virtud de su proceso vital, a un estado que nadie puede trazar de antemano sino (sic) es en lineamientos muy vagos y generales. Tal estado sera parte del espíritu colectivo y obra de todos. Cada cual se representa a su manera el estado social venidero, representaciones que son otros tantos senuelos con que llama a que le sirvamos el porvenir para todos velado. Y resulta que todos los hombres de buena fe e intención sana, que los que hoy parece se encuentran y chocan en sus caminos, convergen, sin saberlo, a un mismo resultado. Confiar en que la evolución de las instituciones humanas se cumple necesariamente, por instrumento de los hombres y aun de aquellos que la ignoran y creen resistirla ο desviarla, es tener fe en el progreso, fe que da noble espíritu de tolerancia » (M. de Unamuno). L’évolution se fait donc « nécessairement », par médiation des hommes, sans doute, mais sans qu’ils sachent réellement vers quoi elle tend : on ne peut mieux dire qu’il s’agit d’un mouvement qui échappe à leur volonté.

16 Le Capital, Livre premier, chap, XXVII, « L’expropriation de la population campagnarde ».

17 K. MARX. Salaires, prix et plus-value, Œuvres – Economie, Gallimard « La Pléiade », 1965, t. I, p. 517.

18 Le terme même de plus-value n’apparaît, sauf erreur de ma part, qu’une seule fois dans les textes socialistes recueillis dans O.C.E. : « Carne sobre hueso », El Progreso, 19-XII-1897, O.C.E., p. 743 ; encore est-il juste mentionné au passage. Reste, toutefois, qu’Unamuno s’y réfère indirectement chaque fois qu’il aborde la question des salaires. Seulement, il ramène le débat au simple fait que le travailleur n’a pas réellement les moyens de « vendre librement » sa force de travail, soumis qu’il est à la nécessité de trouver à tout prix un travail pour survivre. Seules les caisses de résistance, etc., peuvent donner à ce travailleur la possibilité de disposer du temps et des moyens qui lui permettraient enfin de trouver les meilleures conditions de vente de cette force de travail (« El contrato de salario », LdC, 25-VII-1896, O.C.E., p. 630).
Par ailleurs, Unamuno analyse les augmentations de salaires arrachées par les travailleurs : elles lui semblent entraîner toujours une augmentation de la production et de la productivité. D’où cette idée qu’elles sont bénéfiques « pour tous » et constituent le premier pas vers un socialisme auquel « tous gagneront ». Au demeurant. Unamuno semble prêt à accepter l’idée que l’entrepreneur capitaliste peut être accessible à ces revendications ; seulement, celui-ci se voit contrarié par l’exigence de profit maximum et à court terme que fait peser sur lui « l’homme du coupon », l’actionnaire en quête de dividendes (« La lucha industrial y los salarios », LdC, 13-VI-1896, O.C.E.,p. 617).
En réalité, cette analyse des salaires qui semble se référer aux questions industrielles a pour objet la situation agraire : ce sont les campagnes justement qui se ferment à la modernisation et versent les plus bas salaires. La crise espagnole provient, selon Unamuno, de l’inégal développement industriel et rural, puisque la monopolisation de la terre rend inutile pour son propriétaire l’introduction de techniques modernes, de machines, etc., à l’inverse de ce qui se produit aux Etats-Unis (pays de terres vierges) où le processus de socialisation lui semble bien plus avancé (« El arado eléctrico », LdC, 12-XII-1896, O.C.E., p. 676). C’est sans doute ici que l’on perçoit le mieux la confusion permanente entre socialisation de la production et socialisme tout court dans laquelle tombe Unamuno. En fin de compte, il s’agit de faire entrer « l’économie industrielle » dans les campagnes, ce qui permettra de sortir de la crise. On comprend que la perspective d’Unamuno ne soit nullement la constitution d’une petite propriété agricole, mais bien, tout de suite, l’organisation de grandes entreprises agraires (« El cultivo en grande », LdC, 30-I-1897, O.C.E., p. 705).

19 « La difusión del socialismo », op. cit., p. 509. Unamuno renvoie explicitement à « el profundísimo economista italiano », A. Loria (1857-1943), vivement attaqué par Engels.

20 Cf. J. COSTA : Colectivismo agrario (1898). Sur Costa et la signification de son populisme, cf. J. MAURICE et C. SERRANO, Joaquin Costa : crisis de la Restauración y populismo, 1875-1911. Madrid, Siglo XXI, 1977.

21 Unamuno déclare, en 1893, son admiration pour George dont le livre Progress and poverty qu’il vient de lire lui a fait l’effet de « una casi revelación que ha afirmado y fortificado, modificándolas, sus convicciones socialistas » (C. BLANCO AGUINAGA, op. cit., p. 61).

22 Gohre et Naumann furent membres du Parti travailleur chrétien. Naumann (1850-1919) évoluera par la suite vers la social-démocratie. Il représente un courant nationaliste, non dénué de préoccupations sociales, qui rêve de réconcilier le Kaiser et les « masses ».

23 . M. de UNAMUNO, En torno al casticismo, Madrid, Espasa-Calpe, 1968 (7ème éd.), 1968, p. 143.

24 Paz en la guerra, op. cit., p. 44.

25 Lettre à J. Costa, citée par Pérez de la Dehesa, op. cit., p. 121.

26 Là encore, les analyses unamuniennes ne manquent pas de perspicacité historique : le carlisme peut s’interpréter comme une forme de protestation paysanne face aux progrès de la propriété privée, telle que l’entend le libéralisme au pouvoir (cf. V. GARMENDIA, La segunda guerra carlista, 1872-1876, Madrid, Siglo XXI, 1976).

27 Cf. J.-W. BUTT, « Unamuno’s idea of intrahistoria ; its origins and significance », Studies in modern Spanish literature and art, London, Tamesis Books, 1972, pp. 13-25.

28 R. PÉREZ de la DEHESA, op. cit., p. 54.

29 Cf. J. COSTA, Génesis y desarrollo de la poesía popular (1881), dans Oligarquía y caciquismo, colectivismo agrario y otros escritos, anthologie établie par R. PÉREZ de la DEHESA, Madrid, Alianza Editorial, 1967.

30 « Renovation », op. cit.

31 K. MARX, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Éditions sociales, 1969.

32 Oligarquía y caciquismo como la forma actual de gobierno en España : urgencia y modo de cambiarla. Informe en el Ateneo de Madrid. 1901 (por J. COSTA), II, Informes ο testimonios, éd. et notes de A. ORTI, Madrid, Revista de Trabajo, 1975, t. II, pp. 407-414.

33 R. GARRABOU, « La crisi agraria espanyola de finals del segle XIX : una etapa del desenvolupament del capitalisme », La crisi de la societal agraria, Recerques, 5, Barcelona, Ariel, 1975, p. 196.

34 M. GONZALEZ PORTILLA, « Acumulación de capital y crisis en el sector agrícola », La cuestión agraria en la España contemporánea. VI coloquio de Pau, Madrid, Edicusa, 1976, p. 30 sq.

35 R. GARRABOU, op. cit.. p. 201.

36 R. GARRABOU, op. cit., p. 215.

37 La politique de désamortissement semble souvent précéder la législation de Mendizábal (1833). Pour le Pays basque, E. Fernandez de Pinedo remarque : « A principios del siglo XVIII, 50 % de labradores Vizcainos eran dueños de la tierra que cultivaban. Siglo y medio después, únicamente el 36 %. Este retroceso. en gran medida se había producido en la segunda mitad del siglo XVIII », « La entrada de la tierra en el circuito comercial : la desamortización en Vascongadas », Agricultura, comercio colonial y crecimiento económico en la España contemporánea, J. NADAL y G. TORTELLA (éds.), Barcelona, Ariel, 1974. p. 100. À noter, toutefois, qu’aux alentours de 1900, la population active agricole représente encore environ 70 % de la population active totale : « Los cultivadores independientes, no asalariados, duenos ο no de sus medios de producción. constituían entonces el grupo más importante de la población agrícola. A raíz de la etapa final del proceso desamortizador fueron creciendo en núméro hasta finales del siglo XIX, disminuyendo luego ligeramente », J. MAURICE, La reforma agraria en España en el siglo xx (1900-1936), Madrid. Siglo XXI, 1975, p. 83.

38 R. GARRABOU, op. cit., p. 214. Globalement, l’affirmation est justifiée et la paysannerie, moyenne et petite, ne parvient pas à faire valoir par elle-même ses intérêts. Il n’empêche que sa riposte est plus diversifiée qu’il n’y paraît à première vue : économique au Levant, où elle conquiert un « créneau » nouveau avec le développement des agrumes (ibid., p. 215), et au Pays basque (avec un équilibre dû aux polycultures et à l’existence d’un marché en expanexpansion) ; plus politique en Galice, avec le développement d’un agrarisme qui inquiète parfois les classes dominantes (cf. J. A. DURÁN, Agrarismo y movilización campesina en el país gallego, 1875-1912, Madrid, Siglo XXI, 1977), et en Catalogne. La petite paysannerie périphérique résiste plus et mieux que celle du centre. On retrouvera ce clivage lorsque les conflits de classes s’aiguiseront sous la Deuxième République : toutes ces régions, à l’exception peut-être de la Galice, opteront finalement pour la république en 1936, (à travers des expressions politiques et idéologiques diverses, d’ailleurs : P.N.V. au Pays basque, partis républicains dans les campagnes Valenciennes, Union des rabassaires en Catalogne).

39 F. URALES. La evolución de la filosofía en España. (première édition entre 1900 et 1902 dans La Revista Blanca), édition et étude de R. PÉREZ de la DEHESA, Barcelona, Cultura popular, 1968. p. 167. Pérez de la Dehesa tend à minimiser, pour sa part, l’influence de Tolstoï (cf. Politico y sociedad..., op. cit., p. 72). Il croit devoir souligner que si, à la suite de Costa, Unamuno centre le « problème » de l’Espagne autour de la question agraire, c’est pour l’intégrer cependant « en una ideología marxista » (ibid., p. 101). Je croirais plus volontiers que le mouvement est inverse : son agrarisme se coule momentanément dans une forme plus ou moins marxisante. Reste, toutefois, que son contact avec le parti et les idéologies socialistes lui permet effectivement de dépasser l’aspect le plus archaïsant des propositions de Costa et d’éviter l’écueil « technocratique » du régénérationisme. Il est donc l’un des premiers à mettre l’accent sur les structures de la propriété et non sur les retards techniques comme cause de la crise espagnole. Recentrant de la sorte le débat autour de l’essentiel, il sera moins porté que d’autres à attribuer au caciquisme l’origine de tous les maux dont souffre le pays, lors de l’enquête de 1901.

40 C. BLANCO AGUINAGA, op. cit., p. 293.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540