Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miguel de Unamuno

 | 
Carlos Serrano

Miguel de Unamuno (1864-1936)

Texte intégral

1Né à Bilbao en 1864, Miguel de Unamuno fait ses études supérieures à Madrid et obtient, en 1891, la chaire de grec à l'université de Salamanque dont il devient rector en 1901. En 1924-1930, il sera déporté dans l'île canarienne de Fuerteventura, puis exilé en France pour son opposition à la dictature de Primo de Rivera. Sa pensée évolue du militantisme socialiste (1894-1897) à la foi quasiment mystique, avant de symboliser les aspirations républicaines des intellectuels espagnols des années 1920 et 1930. Il se détourne pourtant de la République en 1931, jusqu'à approuver le soulèvement franquiste qu'il désavoue après son altercation avec Millán Astray, le 12 octobre 1936. Il meurt à Salamanque, le 31 décembre 1936. Penseur, essayiste, romancier, poète, dramaturge, Unamuno est une personnalité complexe, parfois contradictoire, entre l'aspiration à la modernité et le repli identitaire. Écrivain très prolifique, il laisse une oeuvre monumentale.

2Ses essais (En torno al casticismo, en 1895, Vida de don Quijote y Sancho, en 1905, Del sentimiento trágico de la vida en los hombres de los pueblos, en 1913, La agonía del cristianismo, en 1925, etc.) s'interrogent sur l'identité nationale, avec une préoccupation évidente pour les questions politiques, agraires et culturelles. Sa production romanesque, depuis Paz en la guerra, en 1897, encore très marquée par l'autobiographie et la réalité basque, à Abel Sánchez (1917), La tía Tula (1921) et San Manuel Bueno, mártir (1931), illustre toute la question de l'évolution du roman contemporain. Ainsi, Niebla (1914) ou Cómo se hace una novela (1927) posent, de façon très personnelle, la question du réalisme (et son refus) et le rapport de l'auteur et de son personnage.

3Cet éloignement des circonstances concrètes conduit Unamuno vers d'autres formes d'expression, en particulier vers la poésie : Poesías (1907), El Cristo de Velázquez (1920), Cancionero (1928-1936), où l'on retrouve cette même alternance de modernité et de classicisme, de racines populaires et de spiritualité savante.

4Enfin, l'intérêt d'Unamuno pour le théâtre ne s'est jamais démenti tout au long de sa vie. Sa traduction de La honra, de Sudermann (1893), puis La venda et La Esfinge (écrites vers 1897-1899), témoignent de son évolution esthétique, du réalisme vers une certaine forme de Symbolisme très imprégné de philosophie. Raquel encadenada (1921), El otro (1926), El hermano Juan ο el mundo es teatro (1929) et le reste de sa production théâtrale s'inscrivent dans le théâtre « à thèse », philosophique et statique, et le refus des préoccupations scéniques. Avec ses paradoxes et ses contradictions, Miguel de Unamuno est, à la fois, un témoin passionné de son temps et un représentant emblématique de toutes les tensions et crises qui caractérisent l'Espagne de la fin du XIXe siècle et du premier tiers du XXe.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540