Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miguel de Unamuno

 | 
Carlos Serrano

Préface

Jean-François Botrel

Texte intégral

1Ceux qui ont connu Carlos Serrano ne seront pas étonnés qu’un hommage tout particulier puisse lui être rendu avec la publication d’un recueil de ses études sur Miguel de Unamuno. Dans sa production scientifique, ainsi que dans son enseignement, Unamuno a occupé une place prééminente : depuis 1978, avec sa double contribution sur « Paz en la Guerra ou l’histoire impossible » et « Unamuno entre marxisme et agrarisme », présentée au I Coloquio de historia contemporánea de Pau, en 1978, et publiée dans La Nouvelle Critique, jusqu’à ses derniers cours sur En torno al casticismo, ses travaux et propos sur Unamuno jalonnent sa production intellectuelle.

2La plupart portent sur la période cruciale pour l’Espagne et pour Unamuno, celle de la crise fin de siècle et de l’affirmation de l’intellectuel militant. Tous sont représentatifs de ce que furent la méthode et l’apport d’un chercheur qui, entre histoire et littérature, a su articuler idéologie et production littéraire, contribuant ainsi à renouveler l’histoire culturelle de l’Espagne contemporaine.

3À propos d’Unamuno (comme sur tout sujet abordé), Carlos Serrano met, en effet, en œuvre une démarche d’historien soucieux de chercher et de révéler de nouvelles sources et informations, par l’utilisation des archives, de la presse ou des correspondances, mais toujours en leur donnant un sens, dans un cadre dépassant largement celui de « l’auteur », pour important qu’il soit.

4C’est une démarche critique, attentive à la pensée et à la production des autres, auxquelles il se réfère pour les relayer ou entamer le débat ; une démarche « civique », qui inscrit Unamuno dans le débat scientifique généra], comme un commentaire étalé dans le temps, au fil des commémorations, mais aussi des questionnements autour de l’autobiographie, de la ville, des relations entre discours et idéologie ou de la question agraire. De ce point de vue, il n’est pas exagéré de dire que, dans l’œuvre de Carlos Serrano, Unamuno est véritablement nucléaire.

5Comment, d’ailleurs, ne pas chercher dans cette fascination pour Unamuno, l’identification ou la ressemblance ? Dans cette réflexion que no cesa, dans cette quête d’un nouvel humanisme, faite d’adhésion et de défiance, à la fois, dans cette façon de questionner l’évidence ou l’utopie, en appliquant, par méthode, le doute et une conduite de philosophe ou d’historien soucieux de comprendre le monde, jusqu’aux faits les plus quotidiens, dans cette quête infinie que seule la mort fut capable d’interrompre, comment ne pas voir l’image emblématique de l’intellectuel, de ces intellectuels auxquels Carlos consacra, dans la revue Ayer, un de ses ultimes textes ?

6En choisissant d’extraire d’une œuvre particulièrement riche ces quatorze contributions autour d’Unamuno, réunies et éditées par Marie-Claude Lécuyer, en les donnant à lire dans leur cohérence, ses amis et collègues des universités et centres ou groupes de recherche auxquels il fut plus particulièrement lié, qui ont débattu avec lui et/ou appris de lui, ont sans doute le secret et douloureux espoir d’y retrouver l’écho de sa voix et, par la mémoire des mots, de le rendre en quelque sorte présent parmi eux...

7Ils ont, en tout cas, la certitude que le plus durable hommage qu’ils puissent rendre à Carlos Serrano, c’est à travers cet impossible, mais effectif échange avec Miguel de Unamuno, par-delà les ans et à travers les textes, d’offrir à chacun et à tous l’incomparable exemple de la pensée en action.

Annexes

Carlos Serrano nous a quittés le 12 mars 2001. Né le 8 février 1943, il était le fils de l’écrivain républicain espagnol Arturo Serrano Plaja et le petit-fils de l’écrivain Jean-Richard Bloch. À l’issue de ses études à l’Institut hispanique de Paris, il avait été admis 1er à l’agrégation d’espagnol en 1968. Nommé à l’université de Rouen en 1969, il avait poursuivi sa carrière d’enseignant-chercheur à l’université de Paris III, à partir de 1972, et avait été détaché, de 1981 à 1984, à la Section scientifique de la Casa de Velazquez, à Madrid. Depuis 1988, il était professeur de civilisation espagnole contemporaine à l’université de Paris IV.

Il laisse une œuvre considérable où l’histoire et la littérature s’équilibrent avec bonheur, dans une perspective d’Histoire culturelle dont il fut un fervent pionnier. Parmi ses travaux, on peut citer : Final del Imperio. España, 1895-1898 (1984), Le tour du peuple. Crise nationale, mouvements populaires et populismes en Espagne, 1890-1910 (1987), L’enjeu espagnol. PCF et guerre d’Espagne (1987), L’Espagne au XXe siècle (en collaboration avec J. Maurice, 1992), Carnaval en noviembre. Parodias teatrales espanolas de Don Juan Tenorio (1996), El nacimiento de Carmen. Símbolos, mitos y nación (1999). Il fut également l’animateur de nombreux ouvrages collectifs dont 1900 en Espagne (1991) et Temps de crises et années folles. Les années 20 en Espagne (2002), qui illustrent son combat pour une histoire culturelle globale.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540